Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 1re chambre - formation à 3, 30 septembre 2010, 09DA01541

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 09DA01541
Numéro NOR : CETATEXT000023141029 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2010-09-30;09da01541 ?

Texte :

Vu, I, sous le n° 09DA01541, la requête enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Douai le 28 octobre 2009, présentée par le PREFET DU NORD ; celui-ci demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0903155-1 du 29 septembre 2009 par lequel le Tribunal administratif de Lille a annulé son arrêté en date du 6 février 2009 par lequel le PREFET DU NORD a refusé la délivrance d'un certificat de résidence algérien d'une durée d'un an portant la mention vie privée et familiale ;

2°) de confirmer la légalité dudit arrêté ;

Le PREFET DU NORD soutient que la décision a été prise par une autorité ayant reçu délégation régulière ; que le médecin inspecteur de santé publique ayant donné son avis a été régulièrement nommé ; que son avis est complet et suffisamment motivé au regard des dispositions de l'arrêté du 8 juillet 1999 ; qu'il appartenait au requérant d'en solliciter la communication ; qu'il ne s'est pas estimé lié par l'avis du médecin inspecteur et qu'il a vérifié la possibilité pour le requérant de bénéficier d'un traitement approprié à son état de santé dans son pays d'origine ; que sa décision ne méconnaît pas les stipulations de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales et de l'alinéa 5 de l'article 6 de l'accord

franco-algérien ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu la décision du 8 mars 2010 du bureau d'aide juridictionnelle près le Tribunal de grande instance de Douai accordant l'aide juridictionnelle totale à M. A ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 10 mars 2010, présenté pour M. Younes A, demeurant ..., par Me Clément, par lequel il demande à la Cour :

1°) de rejeter la requête ;

2°) de condamner l'Etat à verser à Me Clément, sous réserve qu'il renonce au bénéfice de l'aide juridictionnelle, la somme de 2 000 euros au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de l'article 37 de la loi du 10 juillet 1991 ;

Il soutient que le décès de son épouse le 28 mars 2009 est sans effet sur les conséquences procédurales ; qu'en effet, s'agissant d'un contentieux pour excès de pouvoir, la date d'appréciation doit être celle de l'acte attaqué qui est le 6 février 2009 ; que ledit décès est une circonstance qui confirme à posteriori l'erreur manifeste d'appréciation commise par le préfet ; qu'à la date de la décision de refus de séjour qui lui a été opposée, ladite décision portait bien atteinte à son droit au respect da sa vie privée et familiale du fait de l'illégalité de la décision opposée à son épouse ;

Vu, II, sous le n° 09DA01542, la requête enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Douai le 28 octobre 2009, présentée par le PREFET DU NORD ; celui-ci demande à la Cour :

1°) de décider qu'il sera sursis, jusqu'à ce que la Cour ait statué sur le fond de l'affaire, à l'exécution du jugement n° 0903155-1 du 29 septembre 2009 par lequel le Tribunal administratif de Lille a annulé son arrêté en date du 6 février 2009 par lequel le PREFET DU NORD refusait la délivrance d'un certificat de résidence algérien d'une durée d'un an portant la mention vie privée et familiale ;

2°) de confirmer la légalité dudit arrêté ;

Le PREFET DU NORD soutient que les moyens qu'il a présentés au soutien de sa requête au fond sont sérieux et susceptibles d'entraîner l'annulation du jugement ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu la décision du 8 mars 2010 du bureau d'aide juridictionnelle près le Tribunal de grande instance de Douai accordant l'aide juridictionnelle totale à M. A ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 10 mars 2010, présenté pour M. Younes A, demeurant ..., par Me Clément ; il demande à la Cour, d'une part, de constater qu'il n'y a pas de moyens sérieux et de nature à justifier l'annulation du jugement entrepris, d'autre part, de rejeter la requête tendant au sursis à exécution du jugement entrepris et, enfin, de condamner l'Etat à verser à l'avocat de M. A, sous réserve que celui-ci renonce à la part contributive de l'Etat, une somme de 2 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces des dossiers ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

Vu l'accord franco-algérien du 27 décembre 1968, modifié, relatif à la circulation, à l'emploi et au séjour en France des ressortissants algériens et de leurs familles ;

Vu le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991, modifiée, relative à l'aide juridique et le décret

n° 91-1266 du 19 décembre 1991, modifié ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique le rapport de M. Dominique Naves, président-assesseur, les conclusions de M. Xavier Larue, rapporteur public, aucune partie n'étant présente ni représentée ;

Considérant que, par un arrêté du 6 février 2009, le PREFET DU NORD a rejeté la demande de titre de séjour présentée par M. A, né en 1933 à Ghardaia (Algérie), de nationalité algérienne, entré pour la dernière fois sur le territoire français le 5 juin 2008 ; que, par une requête n° 09DA01541, le préfet relève appel du jugement du 29 septembre 2009 par lequel le Tribunal administratif de Lille a annulé cet arrêté et a enjoint au préfet de délivrer à M. A une carte de résident temporaire vie privée et familiale ; que, par une seconde requête, enregistrée sous le n° 09DA01542, le préfet demande à la Cour de prononcer le sursis à exécution dudit jugement ; que ces requêtes tendent à l'annulation et au sursis à exécution d'un même jugement et ont fait l'objet d'une instruction commune ; qu'il y a lieu de les joindre pour y statuer par un même arrêt ;

Sur la requête aux fins d'annulation :

Considérant que, pour annuler, par le jugement attaqué, en date du 29 septembre 2009, l'arrêté du 6 février 2009 par lequel le PREFET DU NORD a refusé de délivrer une carte de résident algérien à M. A, le Tribunal administratif de Lille a estimé que ledit arrêté avait méconnu l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales et l'alinéa 5 de l'article 6 de l'accord franco-algérien dès lors que l'intéressé justifiait être entré régulièrement en France accompagné de son épouse également malade, laquelle devait subir une intervention chirurgicale suite à un problème cardiaque qui est la conséquence directe de l'aggravation de son diabète ; qu'il ressort des pièces du dossier que M. A a résidé et travaillé en France de manière régulière et continue de 1974 à 1982 et perçoit à ce titre une pension de retraite ; qu'en outre, au cours de ces dix dernières années, il s'est régulièrement rendu en France avec son épouse afin qu'elle s'y fasse soigner ; que, contrairement à ce que fait valoir le préfet, sont sans incidence sur la légalité de l'acte attaqué, d'une part, la circonstance que l'épouse de M. A soit décédée dès lors que ce décès est postérieur à la date de cette décision et, d'autre part et en tout état de cause, le fait que les premiers juges n'aient pas été informés dudit décès ; que, par suite, les premiers juges ont retenu à bon droit que le préfet a porté atteinte à la vie privée et familiale au sens des dispositions de l'article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales et de l'alinéa 5 de l'article 6 de l'accord franco-algérien pour annuler ledit arrêté ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le PREFET DU NORD n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lille a annulé son arrêté du 6 février 2009 ;

Sur la requête aux fins de sursis à exécution :

Considérant que la Cour statuant par le présent arrêt sur les conclusions de la requête du PREFET DU NORD tendant à l'annulation du jugement attaqué, les conclusions de la requête n° 09DA01542 tendant à ce qu'il soit sursis à l'exécution de ce jugement sont devenues sans objet ; qu'il n'y a pas lieu, par suite, pour la Cour, d'y statuer ;

Sur les conclusions à fin d'application des dispositions combinées de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et l'article 37 alinéa 2 de la loi du 10 juillet 1991 :

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de mettre à la charge de l'Etat une somme de 1 500 euros à verser à Me Clément, en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de l'article 37 alinéa 2 de la loi susvisée du 10 juillet 1991 relative à l'aide juridique, sous réserve de sa renonciation au versement de l'aide juridictionnelle ;

DÉCIDE :

Article 1er : Il n'y a pas lieu de statuer sur la requête n° 09DA01542.

Article 2 : La requête n° 09DA01541 du PREFET DU NORD est rejetée.

Article 3 : L'Etat versera à Me Clément la somme de 1 500 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative et de l'article 37 alinéa 2 de la loi du 10 juillet 1991, sous réserve que ledit avocat renonce à percevoir la somme correspondant à la part contributive de l'Etat.

Article 4 : Le présent arrêt sera notifié au ministre de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire et à M. Younes A.

Copie sera transmise au PREFET DU NORD.

''

''

''

''

Nos09DA01541,09DA01542 2


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Mulsant
Rapporteur ?: M. Dominique Naves
Rapporteur public ?: M. Larue
Avocat(s) : CLEMENT

Origine de la décision

Formation : 1re chambre - formation à 3
Date de la décision : 30/09/2010

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.