Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 3e chambre - formation à 3 (bis), 12 mai 2011, 10DA00513

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10DA00513
Numéro NOR : CETATEXT000023996902 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2011-05-12;10da00513 ?

Analyses :

Contributions et taxes - Généralités - Règles générales d'établissement de l'impôt - Redressement - Notification de redressement.

Contributions et taxes - Généralités - Règles générales d'établissement de l'impôt - Prescription.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 30 avril 2010 au greffe de la Cour administrative d'appel de Douai, présentée pour M. Maamar A, demeurant ..., par la société d'avocats Vauban ; M. A demande à la Cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0801089 du 25 février 2010 par lequel le Tribunal Administratif d'Amiens a rejeté sa demande tendant à la décharge des cotisations supplémentaires d'impôt sur le revenu et de contributions sociales auxquelles il a été assujetti au titre des années 2000 et 2001 ainsi que des pénalités y afférentes, et à la condamnation de l'Etat à lui verser une somme de 2 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2°) de prononcer la décharge des impositions et des pénalités contestées ;

3°) de mettre à la charge de l'Etat une somme de 2 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique le rapport de Mme Maryse Pestka, premier conseiller, les conclusions de Mme Corine Baes Honoré, rapporteur public, aucune partie n'étant présente ni représentée ;

Sur la régularité du jugement attaqué :

Considérant qu'il résulte de l'instruction que, dans son mémoire en réplique du 24 septembre 2008, M. Maamar A avait abandonné le seul moyen qu'il avait soulevé dans sa demande initiale à l'encontre de la taxation d'office dont il a été l'objet au titre de l'année 2001, et selon lequel la demande de justifications du 5 décembre 2003 ne précisait pas le cas de recours justifiant l'emploi de la procédure prévue par l'article L. 16 du livre des procédures fiscales ; qu'ainsi, l'intéressé n'est pas fondé à soutenir que, dans le jugement attaqué, qui rejette l'ensemble des conclusions de sa demande, les premiers juges auraient omis de répondre audit moyen ;

Sur la régularité de la procédure d'imposition :

Considérant qu'aux termes de l'article L. 16 du livre des procédures fiscales : En vue de l'établissement de l'impôt sur le revenu, l'administration peut demander au contribuable des éclaircissements (...) ; que selon l'article L. 16 A du même livre : Les demandes d'éclaircissements et de justifications fixent au contribuable un délai de réponse qui ne peut être inférieur à deux mois. / Lorsque le contribuable a répondu de façon insuffisante aux demandes d'éclaircissements ou de justifications, l'administration lui adresse une mise en demeure d'avoir à compléter sa réponse dans un délai de trente jours en précisant les compléments de réponse qu'elle souhaite ; qu'aux termes de son article L. 69 : Sous réserve des dispositions particulières au mode de détermination des bénéfices industriels et commerciaux, des bénéfices agricoles et des bénéfices non commerciaux, sont taxés d'office à l'impôt sur le revenu les contribuables qui se sont abstenus de répondre aux demandes d'éclaircissements ou de justifications prévues à l'article L. 16 ; qu'il y a lieu, pour déterminer si la méconnaissance du délai imparti au contribuable pour répondre à une demande d'éclaircissements et de justifications constitue une irrégularité substantielle viciant la procédure d'imposition, de rechercher si cette irrégularité est susceptible d'avoir eu un effet sur l'imposition du contribuable ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que M. A a fait l'objet, à partir du mois d'août 2003, d'un examen contradictoire de sa situation fiscale personnelle au titre des années 2000, 2001 et 2002 ; que le service lui a adressé, le 5 décembre 2003, une demande de justification d'un certains nombre de crédits bancaires inexpliqués, pour un montant total de 75 944 francs au titre de l'année 2000 ; qu'il lui a ensuite adressé une première notification de redressements portant, pour cette même année, sur le même montant en bases ; que si cette première notification de redressements a été adressée au contribuable avant l'expiration du délai qui lui avait été imparti pour répondre à la demande d'éclaircissements et de justifications, il résulte de l'instruction que, conformément à ce qui lui avait été indiqué dans cette première notification, qui précisait qu'elle était émise à titre purement conservatoire que le délai de deux mois qui (lui) a été octroyé par la demande d'éclaircissements ou de justifications du 5 décembre 2003 (...) continu(ait) à courir et qu'une nouvelle notification de redressement (lui) sera(it), le cas échéant, adressée ultérieurement à l'issue de l'examen de (sa) situation fiscale personnelle expiration des délais de réponse octroyés , une seconde notification de redressement a été adressée à M. A le 20 avril 2004 ; que cette seconde notification a été envoyée au contribuable, après qu'il eût fourni des premiers éléments de réponse à l'administration le 31 janvier 2004, et après qu'une mise en demeure lui eût été adressée le 10 mars 2004, conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l'article L. 16 A du livre des procédure fiscales précité ; que cette seconde notification lui indiquait que l'administration envisageait de taxer d'office les crédits restés inexpliqués malgré les éléments de réponse qu'il avait fournis à l'administration, et dont le montant s'élevait finalement à 25 000 francs ; qu'ainsi, le non-respect du délai qui avait été imparti à l'intéressé pour répondre à la demande d'éclaircissements et de justifications qui lui avait été adressée le 5 décembre 2003, avant l'envoi d'une première notification de redressements à caractère purement conservatoire, n'a pas eu d'effet sur l'imposition de M. A, et n'a dès lors pas revêtu le caractère d'une irrégularité substantielle de nature à entrainer la décharge des impositions ;

Sur le bien-fondé de l'imposition :

Considérant qu'aux termes de l'article L. 169 du Livre des procédures fiscales : Pour l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés, le droit de reprise de l'administration des impôts s'exerce jusqu'à la fin de la troisième année qui suit celle au titre de laquelle l'imposition est due (...) ; qu'aux termes de l'article L. 189 du même livre, dans sa rédaction applicable au présent litige : La prescription est interrompue par la notification d'une proposition de redressement ; qu'aux termes de l'article L. 57 du même livre, dans sa rédaction applicable au présent litige : L'administration adresse au contribuable une notification de redressement qui doit être motivée de manière à lui permettre de formuler ses observations ou de faire connaître son acceptation (...) ; que pour produire un effet interruptif de prescription en application de ces dispositions, une notification de redressement doit indiquer la catégorie d'impôt en cause, l'année d'imposition, la nature et le montant des redressements envisagés, dans des termes suffisamment explicites pour permettre au contribuable d'engager une discussion contradictoire avec l'administration et de présenter utilement ses observations ;

Considérant que M. A conteste l'effet interruptif de la première notification de redressement qui lui a été adressée le 8 décembre 2003, en soutenant, d'une part, qu'elle ne précise pas la catégorie de revenus à laquelle elle entend rattacher les rehaussements, et, d'autre part, qu'elle a été émise avant l'expiration du délai qui lui avait été imparti pour répondre à la demande de justifications qui lui avait été adressée le même jour ;

Considérant toutefois, d'une part, que, contrairement à ce que soutient l'appelant, la notification du 8 décembre 2003 indique la nature des revenus à laquelle elle entend rattacher les rehaussements ;

Considérant, d'autre part, que l'effet interruptif de prescription d'une notification de redressement n'est subordonné qu'à la condition que cette notification soit régulière en la forme ; qu'ainsi, la circonstance que la notification de redressements du 8 décembre 2003 ait été adressée au contribuable avant l'expiration du délai qui lui avait été imparti pour répondre à une demande de justifications est sans influence sur l'effet interruptif de prescription attaché à ladite notification ;

Sur les pénalités :

Considérant qu'aux termes de l'article 1729 du code général des impôts, dans sa rédaction applicable à l'espèce : 1. Lorsque la déclaration ou l'acte mentionnés à l'article 1728 font apparaître une base d'imposition ou des éléments servant à la liquidation de l'impôt insuffisants, inexacts ou incomplets, le montant des droits mis à la charge du contribuable est assorti de l'intérêt de retard visé à l'article 1727 et d'une majoration de 40 % si la mauvaise foi de l'intéressé est établie (...) ; qu'aux termes de l'article L. 80 D du livre des procédures fiscales : Les décisions mettant à la charge des contribuables des sanctions fiscales sont motivées au sens de la loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 relative à la motivation des actes administratifs et à l'amélioration des relations entre l'administration et le public, quand un document ou une décision adressés au plus tard lors de la notification du titre exécutoire ou de son extrait en a porté la motivation à la connaissance du contribuable (...) ;

Considérant, en premier lieu, qu'il résulte de l'instruction que la notification de redressements du 20 avril 2004 comporte les considérations de droit et de fait qui ont fondé les pénalités de mauvaise foi appliquées à la requérante ; que, par suite, celle-ci a été régulièrement et suffisamment motivée conformément aux dispositions de la loi du 11 juillet 1979 ;

Considérant, en second lieu, que pour appliquer à M. A la majoration prévue en cas de mauvaise foi par les dispositions précitées de l'article 1729 du code général des impôts, l'administration fiscale s'est fondée sur la constatation de nombreux crédits inexpliqués sur son compte bancaire, la fréquence et l'importance de ces sommes, qui, selon les années représentaient de 17,42 % à 34,94 % des revenus après redressements, dont elle a déduit que l'intéressé ne pouvait ignorer avoir minoré ses déclarations de revenus global au titre des années 2000 et 2001 ; qu'elle doit ainsi, dans les circonstances de l'espèce, être regardée comme ayant établi la volonté délibérée de M. A d'éluder l'impôt, et, par suite, le bien-fondé des pénalités litigieuses ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. A n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal Administratif d'Amiens a rejeté sa demande ;

Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l'Etat qui n'a pas, dans la présente instance, la qualité de partie perdante, verse à M. A la somme qu'il réclame au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête de M. A est rejetée.

Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. Maamar A et au ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'Etat.

Copie sera adressée au directeur de contrôle fiscal Nord.

''

''

''

''

2

N°10DA00513


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme Appeche-Otani
Rapporteur ?: Mme Maryse Pestka
Rapporteur public ?: Mme Baes Honoré
Avocat(s) : SOCIÉTÉ D'AVOCATS VAUBAN

Origine de la décision

Formation : 3e chambre - formation à 3 (bis)
Date de la décision : 12/05/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.