Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Lyon, Pleniere, 16 février 1989, 89LY00080

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 89LY00080
Numéro NOR : CETATEXT000007451314 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.lyon;arret;1989-02-16;89ly00080 ?

Texte :

Vu la décision en date du 1er décembre 1988 enregistrée au greffe de la cour le 19 décembre 1988, par laquelle le président de la 4e sous-section de la Section du contentieux du Conseil d'Etat a transmis à la cour, en application de l'article 17 du décret n° 88-906 du 2 septembre 1988, la requête présentée pour M. Maurice X... contre le jugement du tribunal administratif de Marseille n° 85-4075 P du 21 mai 1987 ;
Vu la requête, enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 21 juillet 1987 présentée pour M. Maurice X..., demeurant à Lamotte du Rhône (Vaucluse), par Me Y..., avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation et tendant à ce que le Conseil :
- annule le jugement en date du 21 mai 1987 par lequel le tribunal administratif de Marseille a rejeté sa requête tendant à la condamnation de l'Etat à lui payer une indemnité de 29 375 francs en réparation de dégâts occasionnés par des castors à ses plantations ;
- condamne l'Etat à lui payer cette somme, outre les intérêts à compter du 1er août 1985 ;
- ordonne une expertise à l'effet de déterminer le préjudice subi depuis l'introduction de la requête ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu la loi n° 77-1488 du 30 décembre 1977 ;
Vu la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987, le décret n° 88-707 du 9 mai 1988 et le décret n° 88-906 du 2 septembre 1988 ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience du 19 janvier 1989 : - le rapport de M. RICHER, conseiller, - et les conclusions de M. JOUGUELET, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 1er de la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la préservation de la nature, la préservation des espèces animales répond à un intérêt général et que l'article 3 de cette même loi interdit dans ce but "lorsqu'un intérêt scientifique particulier ou que les nécessités de la préservation du patrimoine biologique national justifient la conservation d'espèces animales non domestiques (...) la destruction, la capture ou l'enlèvement (...) d'animaux de ces espèces" ; qu'en vertu des dispositions du décret n° 77-1295 du 25 novembre 1977 et de l'arrêté interministériel du 17 avril 1981, cette protection concerne les castors sur tout le territoire national et en tout temps ; qu'eu égard à l'objet en vue duquel les dispositions de la loi susmentionnée et de ses textes d'application ont été édictées, dans l'intérêt général, le législateur a entendu exclure la responsabilité de l'Etat à raison des conséquences dommageables que lesdits textes ont pu comporter pour les exploitations arboricoles exposées aux dégâts causés par les castors ; que si le requérant soutient par ailleurs que les dommages occasionnés à sa propriété sont liés à des travaux de nettoyage des berges et des lits de la rivière le Lauzon, sa demande ne peut, en tout état de cause, être accueillie en l'absence d'un lien direct de cause à effet entre les travaux publics susmentionnés et le préjudice allégué ; qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation du jugement par lequel le tribunal administratif de Marseille a rejeté sa demande d'indemnité ;
ARTICLE 1er : La requête de M. X... est rejetée.

Références :

Décret 77-1295 1977-11-25
Loi 76-629 1976-07-10 art. 1


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Richer
Rapporteur public ?: M. Jouguelet

Origine de la décision

Formation : Pleniere
Date de la décision : 16/02/1989

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.