Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Lyon, 4e chambre, 09 février 1993, 91LY00713

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 91LY00713
Numéro NOR : CETATEXT000007455350 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.lyon;arret;1993-02-09;91ly00713 ?

Analyses :

TRAVAUX PUBLICS - REGLES COMMUNES A L'ENSEMBLE DES DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS - CAUSES D'EXONERATION - FAUTE DE LA VICTIME.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés au greffe de la cour les 5 août et 30 août 1991, présentés pour M. José Y... demeurant logement 38 cité La Tartare 13790 ROUSSET, par Me X..., avocat ;
M. Y... demande à la cour :
1°) d'annuler le jugement du 30 avril 1991 par lequel le tribunal administratif de Marseille a rejeté ses demandes tendant à ce qu'Electricité de France soit déclaré entièrement responsable des conséquences dommageables de l'accident dont il a été victime le 31 juillet 1987, à ce que soit ordonné une expertise afin de préciser l'évaluation du préjudice subi et à ce qu'Electricité de France soit condamné à lui verser une provision de 50 000 francs ;
2°) de déclarer Electricité de France entièrement responsable des conséquences dommageables de l'accident, d'ordonner une expertise, de lui allouer une provision de 100 000 francs à valoir sur l'indemnisation finale et une somme de 10 000 francs au titre des frais non compris dans les dépens ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code général des impôts ;
Vu le livre des procédures fiscales ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 29 janvier 1993:
- le rapport de M. COURTIAL, conseiller ;
- les observations de Me PENDOLETTO, avocat de M. CALVO Z..., de Me AUCOIN, avocat de la caisse de mutualité sociale agricole des Bouches-du-Rhône et de Me BUSSAC, avocat de Electricité de France ;
- et les conclusions de M. BONNAUD, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'alors qu'il travaillait dans un champ le 31 juillet 1987, vers 17 heures, M. CALVO Z... a été victime d'une électrocution en manipulant sous une ligne électrique de moyenne tension un tuyau d'arrosage métallique d'une longueur de 6 mètres ;
Considérant que M. CALVO Z... ne pouvait ignorer le danger que représentait cette ligne électrique alors parfaitement visible ; qu'il ressort en outre des pièces produites par Electricité de France que l'attention des agriculteurs avait été attirée, par voie de communiqué de presse, sur les précautions à prendre pour la manipulation de pièces métalliques de grande longueur à proximité des ouvrages électriques ; que, dans ces conditions, même dans l'hypothèse, non vérifiée, où l'accident se serait produit exactement à l'endroit le moins élevé du passage de la ligne au-dessus du champ, à une hauteur de 5,42 mètres sensiblement inférieure à la distance de base au-dessus des terrains de toutes natures de 6 mètres prévue par la réglementation, il est exclusivement imputable à l'imprudence de la victime qui aurait dû veiller à déplacer le tuyau parallèlement au sol ;

Considérant que, par suite, M. CALVO Z... et la caisse de mutualité sociale agricole ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de MARSEILLE a rejeté leurs demandes ;
Article 1er : Les conclusions des requêtes de M. CALVO Z... et de la caisse de mutualité sociale agricole des Bouches-du-Rhône sont rejetées.


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. COURTIAL
Rapporteur public ?: M. BONNAUD

Origine de la décision

Formation : 4e chambre
Date de la décision : 09/02/1993

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.