Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7138/75
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-07-05;7138.75 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATIQN/REQUÉTE N° 7138/7 5 X . v/AUSTRI A X . c/AUTRICH E DECISION of 5 July 1977 on the admissibility of the application DÉCISION du 5 juillet 1977 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph 3 b) of the Convention : lf circumstances require that the defence has access to the file, it is sufficient for the lawyer to exercise this right . Article 6, paragraph 3 c) of the Convention : It ts for the competent authorities to decide wherher the accused defends himself in person or with the assistance of a lawyer, nominated by himself or designated ex officio . If he is represented by a lawyer, it is in principle through the latter that he has ro exercise his procedural rights . Article 6, paragraph I and Article 6, paragraph 3 c) of the Convention : Refusa/ by an appeal court dealing with a point of law to take into consideration argument submitted by rhe appellanr himself as well as argument submitted by his lawyer . Appellant not authorised to appear in person but represented by counsel in the hearing. No appearance of a violation . Article 14 of the Convention in connection with Article 6, paragraph 3 b) and c) of the Convention : The excfusion of the accused person from access to the file, on the ground that he is represented by a lawyer does not consriture discriminatory treatment .
Article 6, paragraphe 3, lettre b), de la Convention : Lorsque les circonstances exigent que la défense ait accés au dossier, il suffit que l'avocat puisse le consulter. Article 6, paragraphe 3, lettre c), de la Convention : fl apparrient aux autorités compétentes de décider si f'accusé se défendra lui-même ou avec l'assistance d'un avocat choisi par lui-même ou commis d'office . S'il est représenté par un avocat, c'est en principe par l'inrermédiaire de ce dernier qu'il doit exercer ses droits procéduraux .
- 50 -
Article 6, paragraphe 1, et Article 6, paragraphe 3, lettre c) de la Convention : Refus par une juridiction de cassation de prendre en considération les moyens déve%ppés par le plaideur lur=mème B côté de ceux présentés par son avocat . Appelant non autorisé à comparaître lui-même mais représenté par avocat A l'audience . Aucune apparence de violation . A rt icle 14 de la Convention, combiné avec l'article 6, paragraphe 3, le ttres b) et c) de la Convention : ll n'y a pas discrimination à refuser l'accés personnel au dossier à un accusé qui est représenté par avocat .
Summary of the relevant facts
I fran[•ais : voir p . 54 )
In 1974, the applicanr was brought to trial before the Regional Courr of Vienna sirring as a court of assizes, on a charge of frau d Two months before rhe opening of the trial, he was invited to nominate a lawyer or ask for legal aid. The applicant then asked to be allowed to consult the file . This was refused and he was given an ex officio counsel at his own cost . A furrher request to see the file was also refused . In November 1974, the applicant, found guilty without mitigating circumstances, was sentenced to five years qualified imprisonment . The apphcant lodged a plea of nulliry against the conviction and appealed against the senrence . For this purpose he prepared himself two draft pleadings, but his ex officio counsel prepared a texr of his own, to which he attached as annexes the drafts prepared by the applicant . In January 7975, the Supreme Court reiected in a closed meeting the nlea of nullity, partly as being manifesrly ill-founded anrf partly as hor being in thp reourred form .so far as it concerned the drafts prepared by the applicanr After a public heanng attended by rhe applicanr"s lawyer but not by the applicant himself, the Supreme Court rejecred the appeal in February 1975 and confirmed the refusal to find mitigaring circumsrances
THE LAW IExtract l The applicant has [finallyl complained that he was noi given full rights himself besides his lawyer, in particular that he was not granted access to his file In order to instruct his lawyer, that the Supreme Court refused to take into account the ground of nullity prepared by himself and that he was not allowed to appear in person before the Supreme Cour t al The Commission has first generally examined whether the alleged facts disclose a breach of the applicant's right under Art . 6 (3) Icl of the Convention t o
-5t -
defend himself in person . However, the Commission considers that this right as laid down in the Convention is in no way an absolute right . In this respect the Commission recalls its earlier jurisprudence according to which this provision guarantees to an accused person that the proceedings against him will not take place without an adequate representation of the case for the defence, but does not give an accused person the right to decide himself in what manner his defence should be assured . The decision as to which of the two alternatives mentioned in the provision, namely the applicant's right either to defend himself in person or to be represented by a lawyer of his own choosing, or, in certain circumstances, one appointed by the court, may lie with the competent authorities (cf . the Commission's decision on the admissibility of Applications Nos . 2676/65, Collection 23, pp . 31, 35 ; and 2645/65, Collection 28, pp . 43, 60) . It is implied by the above interpretation that where an accused person is represented by a lawyer he must generally exercise his procedural rights through this lawyer . It makes no difference in this respect whether the lawyer in question is a counsel of the party's own choice, or an ex officio or legal aid counsel . b) In the present case, the applicant's lawyer was given access to the file and facilities to discuss the case with the applicant . The lawyer himself apparently did not consider that the procedure chosen was inadequate and hampered his preparation of the defence . The applicant's request was made by him alone and not supported by the lawyer . The Commission considers that in these circumstances there is no appearance that the applicant's rights under Art . 6(3 ) Ic) of the Convention have been violated . The Commission has also examined this complaint under Art . 6 131 (b ) of the Convention which guarantees an accused person the right to be granted adequate facilities for the preparation of his defence . However, the Commission notes that the right of access to the file is not as such guaranteed, although it may be implied by the above provisions that under certain circumstances the person concerned or his lawyer must have reasonable access to the file . The Commission considers that in the circumstances of the present case it was not required to grant the applicant access to his file besides his lawyer . This complaint is therelore also manifestly ill-founded under Art . 6 (3) (b) of the Convention . The Commission has finatly examined whether the exclusion of the applicant from access to the file for the reason that he was represented by a lawyer constituted a discrimination in comparison to persons who are not represented and who, by virtue of Art . 45 12) of the Code of Criminal Procedure, have personal access to the file . The Commission considers that this question ialls under the scope of Art . 14 which forbids dsicrimination in the enjoyment of the rights and freedoms set forth in the Convention on any ground including a person's status . In the present case there has been differential treatment with regard to the enjoyment of the rights guaranteed under Art . 6 (3) (b) and (c) of the Convention on account of the applicant's status, namely on the ground tha t
- 52 -
he was an accused person assisted by a lawyer . However, the Commission considers that this differential treatment was not arbitrary in that it had a reasonable justification with a view to securing the proper administration of justice . It follows that it did not amount to discrimination within the meaning of Art . 14 of the Convention, and that the applicant's complaint in this respect must equally be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 121 of the Convention . c) As regards the Supreme Court's refusal to take into account the grounds of nullity prepared by the applicant, n resulted from the application of a rule laid down in Section 285 (1) of the Code of Criminal Procedure as constantly interpreted by the courts . The rule as such is in line with the above-mentioned general principle that represented parties must act through their lawyers . If the applicant in the present case failed to convince his lawyer that he should include certain arguments in the grounds of nullity, he was free to insist or change his lawyer as expressly provided by Seclion 44 121 of the Code of Criminal Procedure It cannot be maintained in these circumstances that by rejecting the applicant's own arguments which were not presented in due lorm the Court acted unfairly IAn . 6 111 of the Convention) or violated the applicant's right to defend himself in person IArI . 6 131 Icll . The applicant's complaints in this respect are manifestly i Ib founded within the meaning of Art . 27 121 of the Convention .
dl Finally as regards the applicant's exciusion from the hearing on his plea in mitigation, the Commission observes that the Convention does not, as such, guarantee an accused person's right to be present at the hearing of his appeal . As the Commission has already stated in its earlier case law, it is necessary to take into account the whole situation of the defence and not only the person of the accused when judging whether his rights under Art . 6, and in particular under paras . (1) and 131 Icl have been violated by his exclusion from an appeal hearing (cf . the Commission's decision on the admissibility of Application No . 2645/65, Collection 28, pp43, 59) . In the present case the issue before the Supreme Court was a purely legal question, namely whether the grounds of appeal put forward by the applicant in his written plea were sulfioient to justify the application of the right of extraordinary mitigation . This issue could well be decided without the court having obtained a personal impression of the applicant's personality . The applicant was in any case represented at this hearing through his lawyer These are circumstances which, according to the Commission's case law, have to be taken into account in such a situation (cf . the decision of admissibility of Application No 1169/61, Yearbook 6, p . 520) . It follows that the applicant's exclusion from the heaiing of his appeal against the sentence does neither amount to a breach of his right to a fair hearing (Art . 6 111) nor of his right to defend himself in person IArt . 6 131 (c)1 The applicant's complaints in this respect are therefore manifestly illfounded and must again be rejected under Art . 27 121 of the Convention .
- 53 -
Résumé des faits pertinent s En 1974, le requérant a été traduit devant le tribunal régional de Vienne, siégeant en cour d'assises, comme accusé d'escroquerie . Deux mois avant le début du procès, il a été invité à désigner un avocat ou à demander l'assistance judiciaire . En réponse, le requérant demanda l'accés personnel au dossier. Cette demande fut rejetée et un avocat lui fut désigné d'office, frais à sa charge. Une nouvelle demande d'accès personnel au dossier fut repoussée . En novembre 1974, le requérant, reconnu coupable sans circonstances atténuantes, fut condamné à cinq ans de réclusion . Le requérant introduisit un pourvoi en cassation et un appel . l1 prépara lui-même deux mémoires mais son avocat d'office en présenta un autre, auquel il joignit en annexes ceux du requé2nt . En janvier 1975, la Cour suprême rejeta sans audience publique le pourvoi en cassation, en partie comme mal fondé et en partie comme irrecevable, ceci en ce qui avait trait aux mémoires rédigés personnellement par le requérant . Aprés une audience publique, à laquelle assrstait l'avocat du requérant mais non le requérant lui-même, la Cour suprême, en février 1975, rejeta l'appel en confirmant le refus des circonstances atténuantes .
EN DROIT (Extrait ) 3 . Le requérant se plaint qu'outre son avocat, il n'a pas bénéficié lui-même de tous les droits de la défense, notamment qu'il n'a pas pu consulter son dossier pour pouvoir donner ses instructions à son avocat, que la Cour suprême a refusé de prendre en considération les moyens de cassation qu'il avait personnellement rédigés et qu'il n'a pas été autorisé à comparaitre en personne devant la Cour suprême . a . La Commission a d'abord examiné d'une maniére générale si les faits allégués révélent une violation du droit de se défendre lui-même, que reconnait au requérant l'article 6131 (c) de la Convention . La Commission estime toutefois que ce droit, tel qu'il est énoncé dans la Convention, n'est pas un droit absolu . Elle rappelle à cet égard sa jurisprudence antérieure selon laquelle, si la disposition précitée garantit à toute personne accusée que la procédure engagée contre elle ne se déroulera pas sans que la défense ait pu présenter ses arguments de façon adéquate, elle n'accorde cependant pas à l'accusé le droit de décider lui-même comment sa défense sera assurée . C'est en définitive aux autorités compétentes qu'appartient la décision quant aux choix entre les deux possibilités évoquées dans cet article, à savoir le droit du requérant de se défendre lui-même ou d e
- 5q-
recourir à l'assistance d'un défenseur de son choix ou, dans certaines circonstances, désigné par le tribunal (cf décision de la Commission sur la recevabilité des requêtes N° 2676/65, Recueil 23, pp . 31, 35 et N° 2645/65, Recueil 28, pp 43, 60) . L'interprétation ci-dessus implique que lorsqu'un accusé est représenté par un avocat, c'est généralement par l'intermédiaire de cet avocat qu'il doit exercer ses droits procéduraux . Il est à cet égard indifférent que l'avocat en question ait été choisi par l'intéressé ou commis d'office par le tribunal . b . En l'espéce, l'avocat du requérant a eu accès au dossier et a pu discuter de l'affaire avec son client . D'ailleurs, l'avocat lui-même ne semble pas avoir trouvé que la procédure choisie était inadéquate et l'avait empéché de préparer la défense de son client . Cette requête a été présentée par le seul requérant, sans être appuyée par l'avocat . La Commission estime que, dans ces conditions, il n'y a pas apparence de violation des droits que l'article 6(3 ) Icl de la Convention reconnait au requérant . La Commission a également examiné ce grief sous l'angle de l'article 6(3 ) (b ) de la Convention qui garantit à l'accusé les facilités nécessaires à la préparation de sa défense . La Commission reléve toutefois que le droit d'accès au dossier n'est pas, comme tel, garanti par la Convention, encore que la disposition précédente puisse impliquer que, dans certaines circonstances, l'intéressé ou son avocat pourront raisonnablement consulter le dossier La Commission estime que les circonstances de l'espéce n'exigeaient que fOt accordé au requérant, en plus de l'avocat, le droit de consulter le dossier . Ce grief est donc lui aussi manifestement mal fondé, au sens de l'article 6(3 ) Ibl de la Convention . La Commission a examiné si le fait d'empécher le requérant de consulter son dossier pour le motlf qu'il était représenté par un avocat constituait ou non une discrimination par rapport aux personnes qui ne sont pas représentées par un avocat et qui elles, en vertu de l'anicle 45 (2) du Code de procédure pénale, ont personnellement accés au dossier . La Commission estime que cette question reléve de l'article 14 qui interdit toute discrimination dans la jouissance des droits et libertés reconnus par la Convention, pour quelque motif que ce soit, y compris la situation d'un individu . En l'occurrence, il y a bien eu différence de traitement en ce qui concerne la jouissance des droits que garantit l'article 6 (3) (b) et Icl de la Convention en raison de la situation du requérant, autrement dit en raison du fait qu'il était un accusé assisté d'un avocat . La Commission estime toutefois que cette différence de traitement n'est pas arbitraire puisqu'elle repose sur une justification raisonnable, celle d'assurer la bonne administration de la justice . Il s'ensuit qu'elle ne constituait pas une discrimination, au sens de l'article 14 de la Convention, et que le grief formulé par le requérant à cet égard doit, lui aussi, être rejeté comme manifestement mal fondé, au sens de l'article 27 121 de la Convention . c . Quant au refus opposé par la Cour suprême de prendre en considération les moyens de cassation rédigés par le requérant, il résulte de l'application de la régle prévue à l'article 285 (1 ) du Code de procédure pénale, telle que les tribunaux l'ont constamment interprétée . Comme telle, la régle est conforme au princip e
- 55 -
général susmentionné, selon lequel les parties représentées par un avocat doivent agir par l'intermédiaire de cet avocat . Si, en l'occurrence, le requérant n'a pas convaincu son avocat d'inclure certains arguments dans les moyens de cassation, il lui était loisible soit d'insister, soit de changer d'avocat, comme le prévoit expressément l'article 44 (2) du Code de procédure pénale . On ne saurait soutenir, dans ces conditions, qu'en rejetant les arguments du requérant lui-même parce qu'ils n'étaient pas présentés en bonne et due forme, la Cour ait agi de maniére inéquitable (article 6 (1) de la Convention) ou violé le droit du requérant à se défendre lui-méme larticle 6 ( 3) (c) . Les griefs présentés à cet égard par le requérant sont donc manifestement mal fondés au sens de l'article 27 (2) de la Convention . d. Enfin, en ce qui concerne la non-admission du requérant à l'audience sur sa demande d'atténuation de la peine, la Commission fait observer que la Convention ne garantit pas, comme tel, le droit d'un accusé de comparaitre à l'audience portant sur son appel . Comme la Commission l'a déjA constaté dans sa jurisprudence antérieure, il faut tenir compte de l'ensemble de la situation de la défense et non seulement de celle de la personne de l'accusé, pour juger si la non-admission à une audience en appel a violé les droits que l'article 6, et notamment les paragraphes 1 et 3(c) reconnaissent à l'accusé (cf . décision de la Commission sur la recevabilité de la requête N° 2645/65, Recueil 28, pp . 43, 59) . En l'espèce, la question posée à la Cour suprême était d'ordre purement juridique : les moyens d'appel formulés par le requérant dans son mémoire écrit étaient-ils suffisants pour justifier que lui soit appliquée une atténuation extraordinaire de la peine Cette question pouvait fort bien être tranchée sans que la Cour ait recueilli une impression directe de la personnalité du requérant . Au demeurant, le requérant était représenté à cette audience par son avocat . Selon la jurisprudence de la Commission, il est des circonstances dont il faut tenir compte en pareille situation (cf . décision sur la recevabilité de la requête N° 1169/61, Annuaire 6, p . 520) . II en découle que la non-admission du requérant à l'audience d'appel portant sur la peine ne constitue ni une violation de son droit à un procés équitable (article 6 ( 1), ni son droit à se défendre lui-même (article 6 ( 3) Icl . Les griefs formulés à cet égard par le requérant sont donc manifestement mal fondés et doivent, IA encore, être rejetés conformément à l'article 27 (2) de la Convention .
- 56 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 05/07/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.