Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable ; requête jointe à la requête n° 6878/75

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 7624/76
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1977-07-06;7624.76 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

X . c/AUTRICH E DECISION of 6 July 1977 on the admissibility of the application DECISION du 6 juillet 1977 sur la recevabilité de la requêt e
Article 14 of the Convention in conjunction with Article I of the First Protocol : Examination of the reasons which may justify differences in treatment between different social-professional groups, in respect of the reduction of old-age pension because ofadditionaf earned income . Pensions based on the principle of insurance and pensions based on the principle of support . A rticle I of the First Protocof : In so far as the making of contributions to a pension-fund may have created a property right covered by this provision, there is no interference with this right where the pension claims are reduced in accordance with legal provisions which were already in force when the contributions were paid.
Article 14 de la Convention, combiné avec l'article 1 du Protocole additionnef : Examen des motifs qui peuvent justifier, entre les diverses catégories socioprofessionnelles, des différeirces de traitement quant à la réduction des rentes d'assurance-vieilfesse publique en cas de revenus professionnels accessoires . Rentes fondées sur la notion d'assurance et rentes fondées sur la notion de soutien . Article 1 du Protocole additionnel : Dans la mesure où le versement de contributions à une institution d'assurance-vieillesse peut avoir donné naissance à un droit garanti par cet anicle, il n'y a pas atteinte à ce droit lorsque les prestations d'assurance sont réduites conformément à des dispositions légales qui étaient déjB en vigueur à l'époque des contributions .
U2npars : voir p . 1071
1 The applicant is an Austrian citizen born in 1902 and resident in Vienna . He is represented by Mr Gussenbauer, a barrister-at-law practising in Vienna . The applicant, who is now retired, had been working for altogether 43 years, first for 12 years as an employee in private industry, later for almost 31 years as a self-employed tradesman . Throughout this period he had been under a legal obligation to pay contributions to the respective social security schemes for sickness and, in particular, old age . Further, during the period in which he had been an employee his employer had also been under a legal obligation to pay additional contributions for him to the old age pension scheme The applicable laws were the General Law on Social Insurance IAllgemeines Sozialversicherungsgesetz - ASVG) and the Law on the Old Age Insurance of Self-Employed Tradesmen (Gewerbliche Selbstdndigen-Pensionsversicherungsgesetz - GSPVG ) . He had paid contributions for altogether 512 months, which were recognised by the Old Age Pension Fund for Tradesmen when he retired on 1 April 1973 . 2 . The Fund fixed the amount of his pension at AS 3 247 .- per month as from 1 April 1973, and AS 3 490 .40 per month as from 1 January 1974, subject to the deduction of income tax, and of contributions for sickness insurance as provided by law . As this pension was rather low in the applicant's opinion, he looked for an additional income and accepted the job of a night porter during the period of 1 January 1974 to 31 December 1974 . According to the applicable legal provisions he informed the Social Security Fund for Tradesmen of this occupation, and of the amount of his additional income . The Fund, basing itself on the provisions of Section 42 of the Law on the Old Age Insurance for Tradesmen, reduced his pension by AS 75 .70 per month as from 1 February 1974 and by AS 504 .- per month from 1 July 1974 . The total loss during the period 1 February- 31 December 1974 was AS 4 133 .50 . The applicant filed an action with the competent Court of Arbitration of 3 the Social Insurance at Vienna, because he considered the reduction of his pension an unjust one . However, the Court of Arbitration rejected the action by a decision of . . . April 1973 . An appeal to the Vienna Court of Appeal (Oberlandesgericht) was also without success . The Court of Appeal's decision of . . . October 1975 is final . It was taken in camera and was served in writing upon the applicant's lawyer only on . . . February 1976 . The Court of Appeal stated in its decision that the applicant himself had admitted that the reduction of his pension was based on the law, namely Section 42 of the Law on the Old Age Insurance for Tradesmen . The only complaint was that the legal provisions in question were not covered by the Constitution in that they discriminated between private employees and self- 101 -
employed tradesmen on the one hand, and slate employees on the other . According to the law the latter suffered no reduction of their pension whatever additional income they had . It was true that the Constitutional Court had already examined this differential treatment under the provisions of the Austrian Constitution concerning the principle of equality ; however the Constitutional Court in its well-known decision had failed to take account of the provisions of the European Convention on Human Rights, in particular Article 14 of the Convention . These provisions had the rank of constitutional provisions in Austria and should be applied However, the Court of Appeal stated that it had no competence to check itself the constitutionality of the legal provisions concerning the reduction of pensions ("Ruhensbestimmungen"), or to submit the matter to the Constitutional Court which was competent to do so . According to the existing constitutional provisions only the highest courts ; namely the Supreme Court, the Administrative Court and the Constitutional Courl itself could initiate an examination of the constitutionality ot a law if they had any doubts . New legislation amending Article 89 121 of the Constitution introduced provisions whereby the Courts of Appeal, too, could submit the question of the constitutionality of a law to the Constitutional Court, but these provisions would not enter into force before 1 July 1976, and therefore were not yet applicable .
COMPLAINT S The applicant now complains that the legal provisions ' existing in Austria with regard to the reduction of the pensions of retired tradesmen in case that they have an additional working income are contrary to Article 1 of the Protocol, and to Article 14 of the Convention in connection with Article 1 of the Protocol . 1 . He considers that by paying contributions to the Old Age Pension .Scheme during nearly 43 years he has acquired an irrevocable legal title to being,paid th e ' The relevant provisions of Section 42 of the Law on Old Age Insurance for Tradesmen read as lollows at th9 time when they were applied in the applicant's case :
"111 If the claim to a pension according to the provisions of this Federal .Law . except the.claim to an orphanage pension, coincides with professional income Iparas . 2 and 31 earned in connection with a orofessional acbvitv for which there is no legal obligation to belong to a social insurance scheme under the provisions of the presEnt Federal Law, then the basic pension i5 reduced :by the amount by which the professional income which is due per month exceeds AS 2 .500-, but by not more than by Ihe amount by which the combined monthly sum of the pension and the professional income exceeds AS 4,30g .- . Starting from 1 January 1972 . the amounts of AS 2,5001- and AS 4,300 mentioned above are replaced on the 1 January of each year by increased amounts calculated by multiplication with the parameter ISection 32a1, in accordance with Sectiorr32f There is no reduction of the old age pension of the insured himself, i f a he has completed the 65th year of age an d b . the total of the monthly contributions recognised as the basis of this penslon, plus the monthlv conlributions made after the fiaed day either in the form of contributions . to the obligatoryrim surance or in the form of voluntarv contributions, is at least 540 ; for this purpose the monthly contributions to the old age insurance sCheme under the present law ale : to be added to those made under the provisions of other Federal laws . . .. . .
- 102-
corresponding pension . The decision of the Social Insurance Fund for Tradesmen (Sozialversicherungsanstalt der gewerblichen Wirtschaft) to reduce his pension was an infringement of vested rights which were possessions within the meaning of Article 1, paragraph 1 of the Protocol . The authority's interference with his right to be paid his full pension could not be justified under Article 1, paragraph 1 of the Protocol . It was not in the public interest, for the following reasons : First, the state required even a pensioner to pay taxes and contributions to the social insurance from his additional working income, although in this case it was almost certain that he would not be able to claim the corresponding payments, because he normally would not fulfil the necessary conditions (waiting period of 15years, etc .) . Further, the above-mentioned legal provisions with regard to the reduction of pensions (Ruhens bestimmungenl had the undesirable side-effect of tempting many concerned to evasion by not reporting their additional income . So as a consequence of this, the State lost considerable sums of taxes and social insurance contributions . 2 . The applicani further considers that the fact that his own pension was reduced because of an additional working income, while the pensions of retired state-employed persons, including public officials of the Federation, the Provinces and the Municipalities, the persons employed by the Austrian Railways and their dependents, further the employees of certain Statecontrolled institutions such as the Austrian National Bank and certain other banking institutions, were not so reduced whatever their additional working income, was discrimination within the meaning of Article 14 of the Convention . Article 14 was applicable because the discrimination concerned a right guaranteed by the Convention, namely the right to the peaceful enjoyment of possessions and was solely applied because of the different social status of the groups of persons concerned .
THE LA W 1 . The applicant complains that his old age pension has been reduced because of an additional working income . He considers this to be in violation of his property rights as guaranteed by Article 1 of the Protocol to the Convention . He further complains of discrimination in relation to retired civil servants and other State employed persons whose pensions are not being reduced in a similar situation IArticle 14 of the Convention in conjunction with Article 1 of the Protocoll . 2 . The Commission has first considered the applicant's complaint under Article 1 of Protocol No . 1 . This Article provides that every person is entitle d
- 103 _
to the peaceful enjoyment of his possessions, and that no one shall be deprived of his possessions except in the public interest, and subject to the conditions provided for by law and by the general principles of international law . 3 . The question whether the claim to an old age pension can be considered as a possession within the meaning of the above provision has already been examined in the Commission's earlier case-law . In its decision on Application No . 4130/69 against the Netherlands (Yearbook of the European Convention on Human Rights 14 (1971) at pp . 224, 240) the Commission has expressed the opinion that, while no right to a pension is as such included in the Convention, the making of compulsory contributions to a pension fund may, in certain circumstances, create a property right in a portion of such fund and that such right might be affected by the manner in which the fund is distributed . In the particular case, the Commission denied the applicability of Article 1 of the Protocol because under Dutch legislation a person did not have, at any given moment, an identifiable share in the fund claimable by him . In its Report of 1 October 1975 on Application No . 5849/72 against Austria (the Müller case, Decisions and Reports 3, pp . 25, 31 et seq.) the Commission extended its reasoning by stating the following : "30 . . . The Commission considers that even if it is assumed that Article 1 of the First Protocol guarantees persons who have paid contributions to a social insurance system the right to derive benefit from the system, it cannot be interpreted as entitling that person to a pension of a particular amoun t 31 . The operation of a social security system is essentially different from the management of a private life insurance company . Because of its public importance, the social security system must take account of political considerations, in particular those of financial policy . It is conceivable, for instance, that a deflationary trend may oblige a State to reduce the nominal amount of pensions . Fluctuations of this kind have nothing to do with the guarantee of ownership as a human right . . 32 . It is true that, in some case, a substantial reducing of the amount of the pension could be regarded as affecting the very substance of the right to retain the benefit of an old age insurance system . . . " 4 . In the present case, the monthly pension of AS 3 247 .- in the period February-June 1974 was reduced on the basis of the applicable legal provision by AS 75 .60 (about 2 .3%), and the monthly pension of AS 3490 .40 in the period July-December 1974 was reduced by AS 504 .- (about 14 .4%) . Although the system adopted by the Austrian legislator can lead to substantial reductions of the pension claims, such as the one in the second period mentioned above, this is only a consequence of the person concerned no t
- 104 _
having fulfilled all legal conditions which give rise to the claim for a full pension . These conditions are :
i . that he has attained 65 years of ag e ii . that he has paid contributions for at least 540 month s iii . if the above two conditions are not met, that he does not have a substantial working income besides his pension . The present applicant's pension was reduced because he had paid only 512 monthly contributions, and his monthly side income exceeded AS 2 500 .- . The legal regulations providing for a reduced pension claim in these circumstances were already in force when the applicant paid his contributions, and he could therefore never expect to get a full pension under these conditions . In the present case, there is therefore no question of the reduction of existent claims by supervening legislation, but a pre-existent limitation of the claim which the applicant would have had if he had met certain additional conditions . The Commission considers that the limitation of the applicant's claim is not a deprivation of possessions within the meaning of Article 1, paragraph 1 of the Protocol . It follows that this part of the application is manifestly ill-founded and must be rejected under Article 27, paragraph 2 of the Convention . 5 . The Commission has then examined the applicant's complaint of discrimination, with regard to his property rights, in relation to retired civil servants and other State employed persons . Article 14 of the Convention provides that the rights and freedoms set forth in the Convention shall be secured without discrimination on any ground, including status . The Commission first observes that the limitation of pension claims applies to all groups of compulsory old age insurance under the same conditions . Thus Article 42 of the Act on the Old Age Insurance of SelfEmployed Tradesmen has its equivalent in Article 94 of the General Social Insurance Act which applies to the old age insurance of employees . In regard to an additional working income, there is different treatment first of all between those insured persons who have and those who have not reached the age of 65 and paid 540 monthly contributions . This different treatment has an economic and social justification under the Austrian social security system for employers and employees which includes elements of both the insurance principle and of the support principle . The Commission considers that a limitation of pension claims if the person concerned continues to receive a substantial working income despite his retirement at a time where he has not yet fulfilled all the necessary conditions for the full coverage of his pension by his own contributions, can be economically reasonable and socially just . The distinction and different treatment of two groups of socia l
- 105 -
security pensioners does not, therefore, in itself amount to discrimination with regard to their property rights . It is true that pension claims of civil servants and other State-employed 6 persons assimilated to their status are under no circumstances subject to reduction on account of an additional working income, and that those persons are in this respect treated differently in comparison to social security pensioners . The Commission considers, however, that there is a basic difference between the legal situation of civil servants and that of self-employed tradesmen and private employees which can justify, under Article 14 of the Convention, that the system adopted by the legislation for retirement pensions of civil servants is not based on the same principles as the social insurance schemes for tradesmen and employees . In Austria, the system of civil servants' retirement pensions is governed by the principle of support and the question whether the civil servant concerned has reached full coverage of his pension by his own contributions-i .e . the situation in which the pensions of tradesmen and private employees are subject to reduction-therefore does not arise . The Commission considers that, consequently, the different treatment complained of does not constitute a discrimination within the meaning of Article 14 . It follows that this part of the applications is also manifestly ill-founded and must be equally rejected under Article 27, paragraph 2 of the Convention . For these reasons, the Commissio n DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION) EN FAI T 1 . Le requérant, né en 1902, ressortissant autrichien, réside à Vienne . Il est représenté par Me Gussenbauer, avocat à Vienne . Le requérant, qui est maintenant à la retraite, a travaillé 43 ans au total, d'abord 12 ans comme salarié dans une entreprise privée, puis près de 31 ans comme artisan indépendant . Pendant toute cette période, il était légalement tenu de cotiser aux différents régimes d'assurances sociales, maladie et vieillesse . En outre, pendant la période où il a été salarié, son employeur était lui aussi légalement tenu de verser pour lui des contributions complémentaires au régime d'assurance vieillesse . Les lois applicables en l'espéce sont la loi générale sur les assurances sociales (Allgemeines Sozialversicherungsgesetz-ASVG) et la loi sur l'assurance-vieillesse des artisans indépendants IGewerbliche Selbsténdigen-GSPVGI . L'intéressé a cotisé pendant 512 mois au total, chiffre reconnu par la Caisse d'assurance-vieillesse pour artisans lorsqu'il prit sa retraite le 1• 1 avril 1973 . 2 . La Caisse fixa le montant de sa pension mensuelle à 3 247 Schillings autrichiens à partir du 1• , avril 1973 et à 3490,40 Schillings à dater du 1" , janvier 1974, sous déduction légale de l'impôt sur le revenu et des cotisations à l'assurance maladie . Le requérant, trouvant sa pension de retraite assez faible, rechercha un supplément de revenu en prenant un emploi de veilleur de nuit du 1• 1 janvier au 31 décembre 1974 . Conformément aux dispositions légales en vigueur, il informa la Caisse des artisans de cet emploi et du montant de ses revenus accessoires . La Caisse, se fondant sur les dispositions de l'article 42 de la loi sur l'assurance vieillesse des artisans, réduisit la pension de 75,70 SA par mois à partir du 1• , février 1974 et de 504 SA par mois du 1• 1 juillet 1974 . Du .1•' février au 31 décembre 1974, la diminution fut de 4 133,50 SA pour l'intéressé . 3 . Le requérant, estimant injuste la réduction de sa pension, saisit le tribunal arbitral des assurances sociales à Vienne, qui le débouta par décision du . . . avril 1973 . Il en appela, mais en vain, à la cour d'appel de Vienne (Oberlandesgericht) . L'arrét de la cour d'appel du . . . octobre 1975 est définitif . Il a été rendu à huis clos et n'a été signifié par écrit à l'avocat du requérant que le . . . février 1976 . La cour d'appel déclara que le requérant reconnaissait lui-même que la réduction de sa pension était fondée sur la loi, soit sur l'article 42 de la loi sur l'assurance-vieillesse des artisans . Il se plaignait seulement que ces dispositions légales ne soient pas conformes à la Constitution car elles font un e
- 107-
distinction entre d'une pan les salariés du secteur privé et les artisans indépendants et, d'autre part, les employés de l'Etat, lesquels, selon la loi, ne subissent aucune réduction de leur pension, quel que soit les revenus accessoires dont ils disposent . Certes, la cour constitutionnelle s'est déjà penchée sur ce traitement différentiel au regard des dispositions de la Constitution autrichienne relatives au principe d'égalité devant la loi . Toutefois, dans un arrêt bien connu, elle n'avait pas tenu compte des dispositions de la Convention europAenne des Droits de l'Homme, notamment de l'article 14, qui ont pourtant, en Autriche, rang de dispositions constitutionnelles et sont applicables . Néanmoins, la cour d'appel s'est déclarée incompétente pour vérifier elle-même la constitutionnalité des dispositions légales concernant la réduction des pensions (,,Ruhenbestimmungen"), ou pour saisir la cour constitutionnelle qui, elle, est compétente . En effet, selon les dispositions constitutionnelles en vigueur, seules les juridictions supérieures : Cour supréme, Cour suprême administrative et Cour constitutionnelle elle-méme, peuvent provoquer un examen de la constitutionnalité d'une loi si elles ont un doute . Une nouvelle législation, portant modification de l'article 89, paragraphe 2 de la Constitution, a bien introduit une disposition selon laquelle les cours d'appel pourront, elles aussi, soumettre la question de la constitutionnalité d'une loi à la Cour constitutionnelle, mais cette disposition ne devait entrer en vigueur qu'au 1^r juillet 1976 et n'était donc pas encore applicable .
GRIEFS Le requérant se plaint que les dispositions légales' en vigueur e n Autriche concernant la réduclion des pensions des artisans retraités qui ont un revenu professionnel accessoire sont contraires à l'article 1•1 du Protocole additionnel et à l'article 14 de la Convention lu en liaison avec l'article 1^ 1 du Protocole .
' Les disoositions pertinentes de l'article 42 de la loi sur l'assurance-vieillesse des artisans stipulaient, au moment où elles onl été aUpliquées au Cbs du reauérant . "1 . Si le droit à une pension aux termes de la présente Loi fédérale . hormis le droit à une pension dorphelln, s'aioute à un revenu professionnel 1552 et 31 obtenu au titre d'une activité non soumise à Yobligation d'assurance sociale selon la présente Loi fédérale . la pension de base subit une réduction égale au montant du revenu professionnel mensuel qui dépasee 2 .500 SA, Sens pouvoir dépas .ser 4 .300 SA pai mois, pension et revenu orofessionnel réunis . A partir du 1 ianvier 1972, les sommes de 2 .500 SA et de 4 .300 SA susmentionnées sont remplacées, au 1 janvier de chauue année . oar des montants accrus ralculés par multipliration par le caelficient larticle 32 al . conformément aux disoosillons de l'article 32 I II n'est procédé é aucune réduction de la pension de vieillesse de l'assuré s i
a. il a 65 ans révolus et si
b . le total des cotisations mensuelles reconnues comme base de calcul de la pension, aÎouté aux cotisallons mensuelles acauittées . postérieurement au iour fixé, sous lorme de cotisations à l'assurance obligatoire ou de contributions volontaires . s'éléve à 540 au moins ; à cat effet, les qotlsations mensuelles au régime d'as5urancevieilles5e prévue5 par la présenSe loi s'ajoutent aux cotisaiions versées en vertu des disoosihons d'autres Lois fédérales . . ." .
- 108-
1 . Le requérant estime qu'en cotisant au régime de retraite-vieillesse pendant prés de 43 ans, il a acquwuntitre juridique irrévocable à se voir verser la retraite correspondante ~ La décision deaa : Caisse d'assurances sociales des artisans ISozialversicherungsanstaltider:rgewerblichen Wirtschaft) de réduire sa pension est donc une atteinte .•aux .droits acquis, qui sont pour lui des biens au sens de l'article 1^, paragraphe .1 idu Protocole additionnel . En effet, l'ingérence des autorités dans son droit à recevoir sa pension compléte ne peut se justifier au regard de l'article 1•r, paragraphe 1 du Protocole . Elle ne se justifie pas par une cause d'utilité publique, pour les raisons suivantes : D'abord, l'Etat oblige même les retraités à acquitter des impôts et des cotisations d'assurances sociales sur leurs revenus professionnels accessoires, encore que, dans son cas, il ait été à peu près certain de ne pas pouvoir obtenir les prestations correspondantes parce qu'il ne remplira normalement pas les conditions imposées Idélai de carence de 15 ans, etc .) . Ensuite, les dispositions légales susmentionnées concernant la réduction des pensions (Ruhenbestimmungen) ont pour effet secondaire fâcheux de pousser bon nombre de retraités à ne pas déclarer leurs revenus accessoires . Il en résulte que l'Etat perd des sommes considérables en impôts et en cotisations d'assurances sociales . 2 . Le requérant estime en outre que le fait de lui réduire sa pension à raison d'un revenu professionnel accessoire mais de ne pas en faire autant pour les fonctionnaires retraités, y compris les employés de la Fédération, des provinces et des municipalités, les agents des Chemins de fer autrichiens et les personnes à leur charge, y compris aussi les employés de certains établissements contrôlés par l'Etat, comme la Banque nationale autrichienne et d'autres établissements bancaires, et ceci quel que soit le revenu professionnel accessoire des intéressés, équivaut à une discrimination au sens de l'article 14 de la Convention . L'article 14 est en effet applicable ici puisque la distinction concerne bien un droit garanti par la Convention, à savoir le droit au respect des biens, et que cette distinction n'a été appliquée qu'en raison de la situation sociale différente des groupes de personnes concernées .
EN DROI T 1 . Le requérant se plaint que sa pension vieillesse a subi une réduction à raison d'un revenu professionnel accessoire . II estime cette réduction contraire au droit au respect de ses biens, que lui garantit l'article 1•r du Protocole additionnel . II se plaint en outre d'une discrimination par rapport aux fonctionnaires et autres employés de l'Etat retraités, dont les pensions ne sont pas réduites en situation analogue (article 14 de la Convention lu en liaison avec l'article 1e 1 du Protocole) .
- 109 _
2 . La Commission a d'abord examiné le grief du requérant au regard de l'article 1• 1 du Protocole additionnel . Cet article stipule que toute personne a droit au respect de ses biens et que nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . 3 . Le point de savoir si le droit à une pension de vieillesse peut être considéré comme un bien, au sens de la disposition précitée, a déjé été examiné dans la jurisprudence de la Commission . Dans sa décision sur la requête N° 4130/60 contre les Pays-Bas IAnnuaire de la Convention européenne des Droits de l'Homme, Vol . 14 (1971), pp . 224, 240), la Commission a exprimé l'opinion que, bien qu'aucun droit à une pension ne soit comme tel garanti par la Convention, les contributions obligatoires à la caisse de pension peuvent engendrer, dans certains cas, un droit de propriété sur une part du patrimoine de la caisse, ce droit pouvant étre affecté par la maniére dont ce patrimoine est réparti . Dans cette affaire, la Commission avait conclu à l'inapplicabilité de l'article 1^ , du Protocole parce que, selon la législation néerlandaise, nul ne possédait à quelque moment que ce soit un droit sur une fraction identifiable du patrimoine . D'autre part, dans son rapport du 1^1 octobre 1975 sur la requête N° 5849/72 contre l'Autriche, (Affaire Muller, Décisions et Rapports 3, pp . 25, 31 et suiv .), la Commission élargissait son raisonnement en déclarant : « 30 . . . . La Commission estime que, même si l'on admettait que l'article 1•r du Protocole additionnel garantit à ceux qui ont payé des contributions un systéme d'assurance sociale le droit de tirer un bénéfice de ce systéme, il ne peut cependant être interprété comme donnant droit à une rente d'un montant déterminé . 31 . Le fonctionnement d'un systéme de sécurité sociale ne peut pas s'assimiler à la gestion d'une compagnie d'assurance-vie privée . Il doit tenir compte, en raison de son importance publique, de points de vue politiques, notamment de la politique financière . Il est concevable, par exemple, qu'une tendance déflationniste oblige un Etat à réduire le montant nominal des rentes . De pareilles fluctuations ne pourraient pas relever de la garantie de la propriété en tant que droit de l'homme . . . 32 . Il est vrai que, dans certains cas, une réduction substantielle du montant de la rente pourrait ètre considérée comme affectant la substance mème du droit de rester bénéficiaire du systéme d'assurancevieillesse . . . n
4 . Dans la présente affaire, la rente mensuelle de 3 247 Sch . pour la période février à juin 1974 a été, sur la base de la législation applicable, diminuée de 75,60 Sch . (soit environ 2,3'/0l et la rente mensuelle de 3490,40 Sch . pour la période de juillet à décembre 1974 a été réduite de 504 Sch . (environ 14,4 %) . Si le systéme adopté par le législateur autrichie n - 110 -
peut conduire à des réductions appréciables des droits à pension, comme la réduction pour la deuxiéme période susmentionnée, ce n'est là qu'une conséquence du fait que l'intéressé ne remplit pas toutes les conditions posées par la loi pour prétendre à une pension compléte . Ces conditions son t
i . avoir atteint l'âge de 65 ans e t ii . avoir acquitté des cotisations pendant au moins 540 moi s iii . si les deux conditions précédentes ne sont pas réunies, que l'intéressé ne jouisse pas en sus de sa pension d'un revenu professionnel important . Si la pension du requérant a été réduite, c'est qu'il n'avait acquitté que 512 cotisations mensuelles et que son revenu mensuel accessoire dépassait 2 500 Sch . Or, la réglementation légale prévoyant la réduction des droits à pension dans ces conditions était déjà en vigueur lorsque le requérant cotisait, aussi ne pouvait-il pas s'attendre à toucher une pension compléte dans son cas . Il ne s'agit donc pas, en l'espéce, de réduction des droits existants par une législation intervenant aprés coup mais d'une limitation préexistante des droits que le requérant aurait eu s'il avait rempli certaines conditions complémentaires . La Commission estime que la limitation des droits du requérant n'est pas une privation de biens, au sens de l'article 1, paragraphe 1 du Protocole additionnel . II s'ensuit que cette partie de la requête est manifestement mal fondée et qu'elle doit être rejetée conformément à l'article 27, paragraphe 2 de la Convention . 5 . La Commission a ensuite examiné le grief tiré de la prétendue discrimination, quant au droit au respect de ses biens, par rapport aux retraités de la fonction publique et d'autres emplois de l'Etat . L'article 14 de la Convention prévoit que la jouissance des droits et libertés reconnus dans la Convention doit être assurée sans distinction aucune, fondée notamment sur une situation . La Commission reléve tout d'abord que la limitation des droits à pension s'applique à tous les groupes d'assurance-vieillesse obligatoire remplissant les mêmes conditions . C'est ainsi que l'article 42 de la loi sur l'assurancedes artisans indépendants a son pendant dans l'article 94 de la loi générale d'assurance sociale qui s'applique à l'assurance-vieillesse des salariés . Pour ce qui est du revenu professionnel accessoire, le traitement est différent selon que les assurés ont ou non 65 ans révolus et ont ou non acquitté 540 cotisations mensuelles . Ce traitement différentiel trouve sa justification économique et sociale dans le régime autrichien de sécurité sociale pour les employeurs et les salariés, régime qui emprunte ses éléments à la fois au principe d'assurance et au principe de soutien . La Commission estime que limiter les droits à pension lorsque l'intéressé continue, malgré sa retraite, à -111-
percevoir un revenu professionnel appréciable alors qu'il n'a pas encore réuni toutes les conditions nécessaires à la totale couverture de sa pension par ses propres cotisations, peut être considéré comme raisonnable sur le plan économique et juste sur le plan social . La différence de traitement opérée entre deux groupes de pensionnés de la sécurité sociale n'équivaut pas en soi à une discrimination quant au droit au respect de leurs biens . 6 . II est vrai que les droits à pension des fonctionnaires et autres employés de l'Etat assimilés au statut de la fonction publique ne sont jamais sujets à réduction à raison d'un revenu professionnel accessoire et que ces personnes sont, à cet égard, traitées différemment par rapport aux pensionnés de la sécurité sociale . La Commission estime toutefois qu'il existe, entre la situation juridique des fonctionnaires et celle des artisans indépendants et des salariés du secteur privé une différence fondamentale qui peut, au regard de l'article 14 de la Convention, justifier que le systéme adopté par le législateur pour les pensions de retraite des fonctionnaires ne se fonde pas sur les mêmes principes que les régimes d'assurance sociale applicables aux artisans et aux salariés . En Autriche, le régime des pensions de retraite des fonctionnaires est régi par le principe de soutien et la question de savoir si le fonctionnaire concerné n'a pas atteint la pleine couvenure de sa pension par ses propres cotisations - autrement dit la situation où les pensions des artisans et des salariés du secteur privé sont soumises à réduction - ne se pose donc pas .
La Commission estime qu'en conséquence le traitement différentiel incriminé ne constitue pas une discrimination au sens de l'article 14 . Il s'ensuit que cette partie de la requète est . elle aussi, manifestement mal fondée et doit également être rejetée en vertu de l'article 27, paragraphe 2 de la Convention .
Par ces motifs, la Commission DECLARE LA RE Q UETE IRRECEVABLE .
- 112 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 06/07/1977

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.