Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Radiation partielle du rôle ; Frais et dépens - demande rejetée (deuxième requérant)

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8083/77
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1980-03-13;8083.77 ?

Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REOUETE N° 8083/7 7 X . v/the UNITED KINGDO M X . c/ROYAUME-UN I DECISION of 13 March 1980 on the admissibility of the application DÉCISION du 13 mars 19 80 sur la recevabilité de la requét e
Article 5, paragraph 1 Icl of the Convention :/ndividual deprived of his liberty for several hours pursuant to a bench warrant for contempt of court . The fact that the Court of Appeal subsequently absolved the applicant does not imply that the original detention was invalid. An'icle 6, peregreph 1 and peregraph 3 ( b) of the Convention : An acquitted defendant may not complain of alleged bias of the Court or of difficulties he experienced in preparing his defence . Article 25 of the Convention : An acquitted defendant may not claim to be a victim of violations of the Convention which, according to him, took place in the course of the proceedings as a result of which he was acquitted.
Article 5, paragraphe 1/ift, c, de /a Convention :Personne privée de sa liberté durant quelques heures en exécution d'un mandat d'amener pour "contempt of court". Le fait que la cour d'appel ait ultérieurement absout l'intéressé n â pas pour conséquence de rendre la détention illicite. Article 6, paragraphe 1 et paragraphe 3, litt. b, de la Convention : L âccusé reconnu innocent ne peut plus se plaindre d'une prétendue partialité du tribunal ou de difficultés rencontrées dans la préparation de sa défense . Article 25 de la Convention : L'accusé reconnu innocent ne peut plus se prétendre victime de violations de la Convention qui, selon lut ; auraient eu lieu au cours de la procédure.
- 223 -
Summary of the relevant facts I franpais : voir p . 226) At the beginning of November the applicant, a solicitor practising i n London, agreed to represent a defendant committed for trial before the Central Criminal Court. During the course of a telephone conversation on 10 November the Clerk of the lists assured the applicant that the case would not come on for rwo weeks. Neverthe%ss the Clerk telephoned the applicant on 20 November to inform him that the case would be heard the following day . The applicant protested but was informed that the list could not be amended. The applicant therefore wrote to the Court Administrator in unmoderate terms . The case was called on 21 November and the hearing was fixed for 24 November . The applicant then had an accrimonious telephone conversation with the Court Administrator .
No one appeared for the defence on 24 November and the case was adjourned until the following day, when again no defence appeared. The judge, who had been informed in the meantime that the applicant had received £7L17 from the defendant, issued a bench warrant, pursuant to which the applicant was arrested at 11 .45 a .m. and brought before the judge at 3 p .m . He was given two days to arrange for his own representation . On the 27 a barrister appeared for the applicant, who, having refused to apologise, was declared in contempt of court and ordered to pay £1â9 as the costs of the adjournment . On appeal by the applicant, the Court of Appeal held that the incident did not constitute a contempt of court such as to justify the applicant's arrest .
THE LAW (Extract ) 1 The applicant complains that his arrest and detention by order of Judge L . on 25 November 1975 contravened the provisions of Article 5 of the Convention .
Article 5 .1 states as follows : "Everyone has the right to liberty and security of person . No one shall be deprived ot his liberty save in the following cases and in accordance with a procedure prescribed by law . .1 adds as follows :"the lawful arrest or detention of a perso n "Article5
effected for the purpose of bringing him before the competent legal authority on reasonable suspicion of having committed an offence . . . " .
- 224 -
The applicant contends inter alia, that the actions of Judge L . were malicious and that there was no basis for a reasonable suspicion that he had committed an offence . The Government, on the other hand, state that it is clear from the arrest warrant issued on 25 November that the applicant was arrested because he was suspected of having committed an offence . Furthermore it is submitted that the essential finding by the Court of Appeal that the applicant's conduct did not constitute contempt of court neither affects the reasonableness of the judge's suspicion or the validity of the applicant's arrest and detention . The Commission notes that the applicant was arrested pursuant to a bench warrant which had been properly issued and executed on 25 November 1975 . Moreover it is established that a judge has jurisdiction to deal with contempt of court summarily without necessarily referring it first to the Attorney-General as claimed by the applicant (see Balogh v . Crown Court of St . Albansl' . It is further established that a judge may order an arrest, either by parole order or by issuing a bench warrant, of those suspected of contempt of court . The Commission is therefore satisfied that the applicant's arrest and brief detention was "in accordance with a procedure prescribed by law" within the meaning of Article 5 .1 . In fhe present case, as the bench warrant indicates, the applicant was arrested because it appeared to the court that his actions were calculated to interfere with the due administration of justice . This was due to his repeated failure to turn up in court on 21, 24 and 25 November 1975 . Accordingly, the Commission considers that the applicant was arrested, for the purpose of bringing him before the competent legal authority on reasonable suspicion of having committed an offence, ie that of contempt of court . It is true that the Court of Appeal subsequently found that his behaviour did not constitute contempt of court . However, such a finding does not, in the absence of arbitrary behaviour, invalidate the lawfulness of the applicant's initial arrest and detention which was based on a reasonable suspicion against him .
The Commission thus finds that the applicant's deprivation of liberty is justified under Article 5 .1 .c of the Convention . It follows that this complaint must be rejected as manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 .2 of the Convention and that no question arises under Article 5 .5 of the Convention (see Report of the Commission . Heinz Krzycki v the Federal Republic of Germany at p . 12) .
See 1974, 3 . ALL . E .R . 283 .
- 225 -
2 . The applicant has further complained, in respect of the hearing of the charge of contempt of court on 27 November 1975 that he was denied an independent and impartial tribunal and also adequate time and facilities for the preparation of his defence . It is true that Article 6 guarantees that "in the determination of his civil rights and obligations or of any criminal charge against him, everyone is entitled to a fair and public hearing, within a reasonable time by an independent and impartial tribunal established by law . . . " The Commission considers that the present case concerns the determination of a criminal charge within the meaning of Article 6 . 1 . However, the Commission notes that the applicant successfull y appealed the judge's finding that he was in contempt of court to the Court of Appeal who quashed the order that he pay costs . In such a situation the Commission is of the opinion that any defects which may have existed at the time of the applicant's trial must be considered to have been rectified by the findings of the Court of Appeal (see eg Application No . 5575/72, Decisions and Reports 1, p . 44) . It follows that the applicant cannot now claim to be a "victim" of a violation of the Convention as required by Article 25 since he has sought and gained redress for his complaints in the Court of Appeal . This part of the application must therefore be considered as incompatible ratione personae with the provisions of the Convention in accordance with Article 27 .2 of the Convention .
Résumé des faits pertinents
Au début d'un mois de novembre, le requérant, solicitor à Londres, avait accepté de représenter une personne renvoyée en jugement devant la Central criminal court . Lors d'un entretien téléphonique qui eut lieu le 10 novembre, le fonctionnaire chargé de la tenue du rôle assura le requérant que la cause ne serait pas appelée avant une quinzaine de jours . Toutefois, ce tonctionnaire lui téléphona le 20 novembre pour l'informer que la cause serait appelée le lendemain . Le requérant protesta mais il lui fut répondu que le rôle ne pouvait plus être modifié . Le requérant adressa alors au greffier une lettre de protestations en termes cavaliers.
- 226 -
La cause fut appelée le 21 novembre et le procés fut fixé au 24 novembre . Le requérant eut alors une altercation téléphonique avec le greffier. Personne n'ayant comparu pour la défense le 24 novembre, le juge ajourna le procès au lendemain . Personne ne comparut le 25. Le juge, qui avait appris entre-temps que le requérant avait reçu de son client une provision de 700 £, décerna contre lui un mandat d'amener (bench warrant) . Le requérant fut arrêté 8 son cabinet à 11 h 45 et présenté au juge à 15 h W. Celui-ci lui accorda un délai de deux jours pour se faire représenter. Le 27, un avocat se présenta au nom du requérant . Celui-ci, ayant refusé de présenter ses excuses, fut déclaré en état de n contempt of court r et condamné à payer 169 £ à titre de frais d'ajournement . Sur recours du requérant, la cour d'appel décida que l'incident ne constituait pas une situation de ir contempt of cou rt y pouvant justifier une arrestation .
(TRADUCTION ) EN DROITIExtrait l 1 . Le requérant se plaint que son arrestation et sa détention, ordonnées par le juge L . . . le 25 novembre 1975, aient été contraires aux dispositions de 1larticle 5 de la Convention . L'article 5, paragraphe 1, est ainsi libellé : « Toute personne a droit à la liberté et à la sOreté . Nul ne peut être privéde sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales . » L'article 5 . paragraphe 1 Icl, ajoute : a s'il a été arrété et détenu en vu e d'®tre conduit devant l'autorité judiciaire compétente, lorsqu'il y a des raisons plausibles de soupçonner qu'il a commis une infraction . . . s . Le requérant soutient'notamment que le juge L . . . a agi malicieusement et qu'il n'y avait aucun motif plausible de soupçonner qu'il ait commis une ihfraction . Le Gouvernement en revanche déclare qu'il ressort clairement du mandat d'arrét décerné le 25 novembre que le requérant a été arrété comme soupçonné d'avoir commis une infraction . Il soutient au surplus que la conclusion de la cound'appel selon laquelle le comportement du requérant ne constituait pas umacte de « contempt of court » n'affecte ni le caractère raisonnable des soupçons du juge, ni la régularité de l'arrestation et de la détention du requérant .
- 227 -
La Commission relève que le requérant a été arrêté conformément à un mandat d'arrét réguliérement décerné sur le siége et exécuté le 25 novembre 1975 . II est en outre établi qu'un magistrat a pouvoir de connaître sommairement d'un acte de « contempt of court » sans renvoyer d'abord l'affaire au parquet comme le prétend le requérant (voir Balogh c/Crown Court de St . Albansl' . Il est par ailleurs établi qu'un juge peut ordonner l'arrestation, soit par décision verbale soit par mandat d'arrêt décerné sur le siège, des personnes soupçonnées de « contempt of court » . La Commission est donc convaincue que l'arrestation et la bréve détention du requérant ont été opérées a selon les voies légales », au sens de l'article 5, paragraphe 1 . En l'occurrence, comme l'indique le mandat d'arrPt, le requérant a été arr@té parce qu'il apparaissait au lribunal que ses faits et gestes visaient à entraver le cours de la justice . Il s'agissait de défauts de comparution répétés devant le tribunal les 21, 24 et 25 novembre 1975 . En conséquence, la Commission estime que le requérant a été arrêté en vue d'être conduit devant l'autorité judiciaire compétente parce qu'il y avait des raisons plausibles de soupçonner qu'il avait commis une infraction, celle de « contempt of court n . Certes, la cour d'appel a ultérieurement déclaré que le comportement du requérant ne constituait pas un acte de « contempt of court » . Mais cette conclusion ne saurait, en l'absence d'arbitraire, invalider la régularité de l'arrestation et de la détention du requérant, qui se fondaient sur des soupçons raisonnables . La Commission conclut donc que la privation de liberté infligée a u requérant se justifiait au regard de l'article 5, paragraphe 1 Icl, de la Convention . II s'ensuit que ce grief doit être rejeté comme manifestement mal fondé au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention et qu'il ne se pose aucun probléme au regard de l'article 5, paragraphe 5, de la Convention (voir le rapport de la Commission dans l'Affaire Krzycki c/République Fédérale d'Allemagne, page 12 ) 2 . Le requérant se plaint en outre qu'en ce qui concerne l'audience du tribunal du 27 novembre 1975 sur la prévention de a contempt of court », le droit à un tribunal indépendant et impartial lui a été refusé et qu'il n'a pas disposé du temps ni des facilités nécessaires à la préparation de sa défense . II est vrai que l'article 6 garantit que « toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi . . . n .
Cf . 1974, 3 ALL . ER . 283 .
- 228 -
La Commission estime qu'il s'agissait, en I'espéce, de décider du bienfondé d'une accusation en matiére pénale, au sens de l'article 6, paragraphe 1 . Elle reléve toutefois que le requérant a recouru avec succés contre la décision du premier juge qui l'avait trouvé coupable de « contempt of court » et que la cour d'appel a annulé la condamnation aux dépens . Dans ces conditions, la Commission est d'avis que les défauts qui auraient pu entacher le procés du requérant doivent être considérés comme ayant été redressés par la décision de la cour d'appel (voir par exemple la requête N° 5575/72, Décisions et Rapports 1, pp . 44) . II s'ensuit que le requérant ne saurait se prétendre « victime » d'une violation de la Convention, comme l'exige l'article 25, puisqu'il a demandé et obtenu de la cour d'appel le redressement des violations alléguées . Cette partie de la requête doit donc être considérée comme incompatible ratione personae avec les dispositions de la Convention, au sens de son article 27, paragraphe 2 .
- 229 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 13/03/1980

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.