Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ VAN MARLE, VAN ZOMEREN, FLANTUA, DE BRUIJN c. PAYS-BAS

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; Partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8543/79;8674/79;8675/79;...
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1980-10-13;8543.79 ?

Analyses :

(Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES, (Art. 35-3) RATIONE TEMPORIS, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE


Parties :

Demandeurs : VAN MARLE, VAN ZOMEREN, FLANTUA, DE BRUIJN
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATIONS/REQU)i9'ES N° 8543/79, 8674/79, 8675/79 & 8685/79 Qoined ) G . VAN MARLE (1 ) I .P . VAN ZOMEREN ( I1) ) v/the NETHERLANDS 1 . FLANTUA ( 111) ) c/PAYS-BA S ) R .H . DE BRUIIN (IV) DECISION of 13 October 1980 on the admissibility of the application s DÉCISION du 13 octobre 1980 sur la recevabilité des requête s
Article 6, paragraph l, of the Convention : Entry into force of new legislation on the uccouutancy profession . previous(v unregulated. Do the boards who veriJi' dre professional qualifications . and whose decision determines whether or nnt rhe tide of "acrountunt"rnav be used and fidl exercise of the profession . deriJe riril rights and obligatiorrs? (Complaint declared admissible) . Article I of the First Protocol : Entry into force of new legislation limiting the activities of accountants who are not officially recognised . Does the loss of incotne and "goodwill sustained by tlrose who previoustv freely exerrised their profession, but have not obtabted the offtcial recognition . amouut to an e.tprupriation (Cotnpluint declared admissible) .
Arllcle 6, paragraphe 1, de la Conrentlon : Entrée en vigueur d'une nouvell e législation réglementant la profession de comptable , auparavant libre . Les ronunissioru de vérification des capacités professionnelles, dont dépenderit dorénavant le port du titre de "contptable" et le plein exercice de la profession, dée•idenredlrs d'une contestation sur des droits et obligations de caractère rhd(? (Grief déclaré recevable). Article I du Protocole additionnel : En trée en vigueur d'une normelle législatian limitant l'activité de comptables non offtciellentertt reconnus . La dintinrr tion de revenu et de "goodwill" subie par ceux qui, bien qu'ayant auparavant exercé librernern leur profession, n'ont pas obtenu la recontmissa ptce offtcielle équivaut - elle à une expropriation ? (Grief déclaré recevable) .
- 180 -
THE FACTS
(francais : roir p . /90)
The applicants are Dutch citizens . Applicant I was born in 1938 and lives in Rotterdani . Applicant 11 was born in 1928 and lives in Utrecht . Applicant ill was born in 1915 and also lives in Utrecht . Applicant IV was born in 1929 and lives in Amsterdam . They are represented before the Contntission by Mr H .C .J .L . Polak, lawyer,practising in Rotterdam . The applications to the Contmission concern the manner in which the Dutch authorities determined that the applicants lacked sufficient professional compelence to be certified accountant (Accountants-administratieconsulent) and therefore did not grant them the right to practise under the title after I March 1979 . Relevant domestic la w Under Dutch law, before 1962 anyone, regardless of his professional skill, could call himself an "accountant" and practice under that name . This situation which was considered unsatisfactory, led to the adoption of two separate laws . Firstly, in the Act on Chartered Accountants (Wet op de Registeraccountants) which entered into force on 28 June 1962, rules were laid down regarding those accountants who could claim to possess sufficient knowledge to exercise fully the profession of accountant and who were in particular required to grant certificates as to the accuracy and completeness of company accounts . Secondly, in the Certified Accountants Act (Wet op de Accountantsadministratieconsulenten) of 13 Decentber 1972, which entered into force in 1974 . rules were laid down for those who rendered services in the field of accountancy and related areas, in particular those dealing with medium and small-sized contpanies .
Five years after the entry into force of the above Act, i .e . after I March 1979, the name "accountant" was only lawful for the persons authorised to carry the title of either chartered accountant or certified accountant (cf . Art . 85, para . 2, in conjunc(ion with Art . 28, para . 2, and Article 29) . In the 1972 Act, transitional arrangentents were made for those who, on the date of its entry into force, already exercised their profession under the name "accountant" . In particular . Article 65 stipulated that the following persons qualify for regis ( ration : a) either the persons who have carried out professionally during 15 years preceding the entry into force of the present legislation, over a mininium period of ten years, the activities set out in paragraph 3 of Article 65- in a - 181 -
manner and to an extent that warrant sufficient professional competence for the exercise of the profession of certified accountant : b) or . the persons who are in the possession of diplomas or certificates set out in paragraph 1(b) of Article 65 and have, at the moment of the entry into force of the present legislation, carried out during a minimum period of three years professionally the activities as set out in paragraph 3 to an extent and in a manner that warrant sufficient professional competence for the exercise of the profession of certified accountant .
The activities referred to and set out in paragraph 3 of Article 65 are the following : a) the set(ing up of efficient administration, the evaluation of the manner in which administrations are managed as well as the establishing of annual reports : b) the analysis or interpretation of data derived from administrations in explanatory reports and the giving of advice, orally or in writing, on the basis of these data . In order to determine whether the above conditions were met, a Board of Admission was created (Art . 68) ("Commissie voor de Toelating") . A decision to reject the registration by the Board of Admission could be challenged by an appeal to the Board of Appeal (Art . 71) ("Commissie van Beroep") . This Board was composed of five members and five substitute members . Three of the members and three of the substitute members were designated amongst persons who were eligible as a judge and were or had been entrusted with jurisdiction, but who did not exercise or had not exercised the profession of chartered or certified accountant (Art . 18) . The remaining two members and substitute members were experts in the field of accountancy . Particulan of the Individual appllcatlon a Applicant / has carried out the activities corresponding to the denomination of accountant and set out in Section 65, paragraph 3, of the Certified Accountants Act 1972 since 1947 . In 1969 he joined the Nâtional Association of Accountants (Nationale Associatie van Accountants) . On 22 March 1974 he presented a request to be registered as certified accountant . On 17 January 1977 he was asked by the Board of Admission to attend an interview on 17 February 1977 . He submitted in advance five annual reports drawn up under his authority although the Board did not require the reports to be submitted in advance .
- 182 -
The interview lasted approximately 15 minutes : the reports were returned iu hint at the end of the interview . On I8 March 1977 the Board rejected Applicant l's request and a copy of that decision was delivered to him on 20 June 1977 . Applicant I appealed against that decision to the Board of Appeal . On 10 May 1978 hc was called for the examination of his appeal on 23 May 1978 . At the Board's session he handed out, as requested in the letter of convocation, a number of other reports drawn up by him . The Board put a few qucstions to him in relation to some of these reports . The interview lasted approximaiely IS ntinutes .
The reports were returned to him at the end of the meeting . On 14 July 1978 the Board of Appeal declared Applicant l's appeal unfounded as . sumnting up . - ihe written material subntiued b_v him fell short on some essential issues
- ihe answers to questions put to him during the interview demonstrated thai he did possess the required professional competence . Applirav /J has carried out the activities corresponding to the denomination of accountant and set out in Seclion 65, paragraph 3, of the Certified Accountants Act 1972 since 1950 . On 9 July 1953 he passed the examination organised by the Association of Tax Advisers (Broederschap van Belastingconsulenten) . In 1966 he joined the Dutch Order of Accountants .
On 4 April 1974 he presented a request to be registered as certified accnuntant . On 20 June 1977 he was asked by the Board of Admission to atlend an interview on 18 July 1977 . He submitted in advance five annual reports drawn up under his authority . The interview with the Board lasted approximately twenty minutes ; the reports were returned to hint at the end of the interview . On 5 August 1977 the Board rejected Applicant 11's request and a copy of that decision was delivered to hint on 3 Noventber 1977 . Applicant 11 appealed against that decision to the Board of Appeal . On 3 Noventber 1978 he was convened for the examination of his appeal on 21 November 1978 . At the Board's session he handed out, as requested in the Ictter of convocation, a few other reports, drawn up by him .
.Theintrvwlasdpoximtey20nus
The reports were returned to hint at the end of the nieeting .
- 183 -
On 9 Januarv 1979 the Board of Appeal declared the applicant's appeal unfounded as, suntnting u p - Ihe written material subntitted by him fell short on some essential issues - the answer to questions put to hint during the interview denion .strated that he did not possess the required professional competence . Applicaru 111 has carried out the activities corresponding to the denomination of accountant and set out in Section 65, paragraph 3, of the Certified Accountants Act 1972 since 1950 . On 9 lulv 1953 he passed the examination organised by the Association of Tax Advisers . In 1966 he joined the Dutch Order of Accountants (Nederlandse Orde van Accountan(s) . On 4 April 1974 he presented a request to be regisiered as certified accountant . On 20 June 1977 he was asked by the Board of Admission to attend an interview on 18 July 1977 . He submitted in advance five annual reports drawn up tinder his authority . The interview with the Board lasted approximately 20 minutes . The reports wrre returned to him at the end of the interview . On 5 August 1977 Ihe Board rejected Applicant 111's request and a copy of that decision was detivered on 3 Noventber 1977 . Applicant Ill appealed against that decision to the Board of Appeal . On 3 November 1978 he was convened for the examination of his appeal on 21 November . At the Board's session he handed out, as requested in the letter of cortvocation, a few other reports drawn up by him . The interview lasted approximately 20 minutes . The reports were returned to him at the end of Ihe nteeting . On 9 January 1979 the Board of Appeal declared the applicant's appeal unfounded as, summing u p - the written material submitted by him fell short on some essential Isslles
- the answers given by him during the interview demonstrated that he did not possess ihe required professional capability . App(icanr IV has carried out the activities corresponding to the appellation "accountant" and set out in Section 65, paragraph 3, of the Certified Accountants Act 1972 since 1947 . In addition to that he is in the possession of a certain nuntber of diplonias . ("Praktijkdiploma Boekhouden", "Diploma Moderne Bedrijfsadministratie" and "Staatspraktijkdiploma I") . - 184 -
On 29 May 1974 applicant IV presented a request to be registered as a certified accoumanl . On 17 May 1977 he was asked by the Board of Adinission to attend an interview on 16 June 1977 . Having enquired about this beforehand, he subntitted at the interview 5 annual reports drawn up under his authority . The interview lasted approximately 15 minutes . The reports were returned to hini at the end of the interview . On IS July the Board rejected the applicant's request . Applicant IV appealed . He was called by the Board of Appeal for an examination of' his appeal on 17 November 1978 . At Ihe opening of this interview the President of the Board infornted the applicant that one of the ntembers was prevented front attending, due to illness . and thal therefore the conditions set out in Article 18 of the Act on Certified Accountants could not be met, nantely that the Board be composed of 5 members . The President asked the applicant whether he objected to the interview• and the further examination of his appeal being carried out by the 4 members present . The applicant replied that he did not object as, he submits, otherwise he would have had to travel a second time wth his counsel to The Hague . On 19 January 1979 Applicant IV's appeal was declared unfounded on the grounds that he had not exercised in the relevant period the profession of accountant and in any case not fully . The decision is signed by the 5 members .
None of the four applicants appealed to the Council of State on the basis of the Administrative Appeals Act, as such remedy was likely to be itteffective . In support of this arguntent, the applicants submit a decision of th e Council of State dated 4 September 1977 where such appeal introduced by someone in identical circumstances had been declared inadmissible on the grounds that it was directed against a decision of a body (Board of Appeal) entrusted with jurisdiction, which cannot be considered as an adntinistrative body .
COMPLAINTS In their applications to the Commission, the applicants allege a violation of Article 6(I) of the Conven(ion . a) In respect of the applicabiliq of Article 6 to their case, the applicants claim that these proceedings concerned the determination of civil rights within the nieaning of Anicle 6 of the Convention and more particularlv that they lost an acquired right as . froni I March 1979, by virtue of Section 85, paragraph 2, of the 1972 Act, they were no longer able to call themselve s
- 185 -
"accountanl" . nor could they enter into contracts with natural or legal persons in Ihat capacity although prior to that date they had been able to do so . b) As lo the question whether the Board of Appeal can be considered as a tribunal within the meaning of Article 6 of the Convention, the applicants have pointed out that clearly two conflicting points of view have expressed by the authorities in the Netherlands . On the one hand, they refer to the above . ntentioned decision of the Council of State of 4 September 1977 according to which Ihe said Board was considered to be a tribunal . On the other hand, they point out that the Board of Appeals itself, until the above-mentioned decision of the Council of State, stated in the letters containing notiflcation of their decisions that these could be challenged on the basis of the Administrative Appeal .Act . They also submit a letter by the Secretary of State for Economic Affairs dated 23 March 1979 addressed to the Governing Board of the Dutch Association of Accountants, in which he expressed the view that the Board of Admission was not a judicial body but an administrative body created by law . In the applicant's view, it would be inconceivable to attribute to the Board of Admission a different character from that accorded to the Board of Appeal .
If the European Commission of Human Rights were to consider, as did the Council of State, that the Board of Appeal was dealing with a request for certification in last instance, it would have to conclude that a more thorough examination of the applicants' request would have been appropriate . If. on the contrary, the Commission wereto adopt the point of view expressed by Ihe Secretary of State for Economic Affairs, it would have to come to the conclusion that the applicants' civil rights have not been determined in accordance with the requirentents-of Article 6 of the Convention . The applicants draw the Commission's attention to the fact that, under Dutch law, members of judicial bodies are normally nontinated by the Crown . However . the ntentbers of the Board of Appeal are designated by the Minister of Econontic Affairs . This would seem to indicate that the view by the Secre(ary of State of Economic Affairs is the correct one . c) The applicants are also of the opinion that neither the Board of Adniission nor the Board of Appeal is independent . In this respect they submit that the 1972 Act does not contain any provision which prevents the designating Minister froni dismissing the members of both Boards, and that moreover, the reimbursement of travel and subsistence allowances and indemnities are subject to conditions laid down by the designating Minister of Economic Affairs . According to the applicants there can only be a question of real independence it ntenibers of a tribunal cannot be removed under any circumstances and if the conditions of payntent are fixed by law and do not fall within the discrtion (i f ihe executive . d) The applicants also question the impartiality of both Boards . In this respect . theysubmit that among the approximately 6,000 persons exercisin g
- 186 -
the profe .ssion of accountanl . appro .cimately 700 were ntembers of Ihe Duleh Order of Accountants (NOVA) while the rentaining 5,300 accountants were either members of other professional organisations, or did not belong to any such organisation .
The applicants have observed that both Boards are composed alniosl entirely of niembers of NOVA . Moreover, amongst candidates requesting certification . 90% of NOVA members have been accepted . whilst only 20% of non-associated or otherwise associated candidates have been accepted . ' rhere was no proof that NOVA required from its members greater professional skill than other associations did . Neither did NOVA mentbers in facl pussess greater professional skill . Consequently, in the applicants' view, the strong influence of NOVA members on the Board had given other NOVA members an unjus ( ified advantage when they sought ce rt ification . e) The applicants state that they have not been given a fair hearing complying with the requirements ôf Article 6, in that, in their view, it is impossible, within such short lapse of time, to form a well-founded opinion about a person's professional abilities . In particular, they complain of the summary exaniination of their applications by the Board of Appeal . especially in view of the fact that the writlen reports which were brought before the Board during the meeiing, together with the replies to the questions put to them during the interv•iew . would form the basis of the decision of the Board . Where, in the submission of the applicants, that Board found that the candidates who, for up io 25 or 30 years . had acted professionally to the satisfaction of their everincreasing clientele, and who had all set up an office where seven to twelve assistants worked, did not meet the requirements of professional competence laid down b_v the law, and where it could foresee the far-reaching consequences that such a decision would have for the candidates, the Board ought to have carried out a longer and more thorough enquiry .
The fourth applicant criticises, moreover, that the decision of the Board Appeal is signed by 5 members, wfiile the hearing took place before 4 members only . Since the legislator considers the hearing of the applicant to be of such intportance that the Board ntay not decide, in accordance with Article 20, without having heard the appellant or at least without having called the appellant for interview, it is not conceivable that a member, who has not attended the hearing and who has therefore not been able to form an opinion hintself on the person of the appellant and his qualities, could be co-responsible for Ihe decision . The fourth applicant draws the attention of the Comniission in particular Io the fact ihat he has learned (he does not specify how) that the 4 mentbers of Ihe Board were equally divided in Iheir opinion . The absent mentber would therefore have had a decisive vote . - 187 -
f) The applicants fear that they will suffer considerable loss of income as a resuli of ihe above legislation as it was applied to them . It is clear in their ntinds that a .s from I March 1979 the Netherlands' authorities faced, for exantple . wiih requests for governmental subsidies or in relation to fiscal nialters, will give credit only to declarations or statements delivered by chartered or certified accountants . This means that their present clientele with regard to particular questions ntay have to abandon them in order to obtain services froni Ihese accountants or mav even wish to transfer Iheir entire accounts to them . The applicants consider that this in fact amounts to expropriation .
THE LA W 1. The applicants complain that the procedures under the Dutch legislation on acc•ountants to determine their status as certified accountants were in breach of Article 6 of the Convention . Article 6 of the Convention provides that "in the determination of his civil rights and obligations . . . everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable tinte by an independent and impartial tribunal established bv law . . ." . The ipplicants subntitted that this provision is applicable on the ground ihat the decision of the Board of Appeal is decisive for "civil rights and ohligaiinns" and that it has been violated . Ttie Governnient submit, in substance, that no "rights" are affected, but nierely a factual freedom, that any rights and obligations which are affected are not "civil" in character and that in any event there is no "determination" nf rights and obligations . Therefore Article 6 of the Convention is not applicable in the present case, and, in any event, this provision has not been violated . Having ntade a prelintinary examination of the parties' submissions on this point, in particular in the light of the judgments of the European Court of Huntan Rights in the Ringeisen and the K O nig cases, the Commission concludes that the case in point raises intpo rt ant and complex issues concerning the interpretation and application of Article 6(I) of the Convention whoce determination requires an examination of the merits of the applications . 2 . The applicants further complain that the decisions of the Board of Appeal aniount to a deprivation of possessions contrary to Article I of the First Protocol . Article I of ihe First Protocol provides as follows : "I . Every natural or legal person is entitled to the peaceful enjoyment of his possessions . No one shall be deprived of his possessions except in th e
- 188-
public inlerest and subject to the conditions provided for bv law and by the general principles of international law . 2 . The preceding provisions shall not, however, in any way impair the right of a State to enforce such laws as it deems necessary to control the tise of property in accordance with the general interest or to secure Ihe payntent of taxes or other contributions or penalties . " Fhe applicants allege in particular that as a result of the decisions and in
view of Ihe fact that subsequent legislation lintits certain accountancy
activities to legally recognised accountants, they suffer loss of income . Aloreover the "goodwill" attached to their present otïices has been severely daniaged . These Iwo clainis, in their view, amount to expropriation, and would entille Ihent to compensation, according to the generally recognised principles of international law .
The Governntenl argue, in substance, that Ihe applicants have not been deprived of anv righl . either to a title or the carrying out of accounting activities . However, even assunting this were the case . these rights cannot be construed as properly rights within the meaning of Article I of the First Protncol . Finally, even assunting that the concept of property rights can be extended so as to include the above rights, the interference wilh Ihem was in the ptiblic interest . Again the Commission has nrade a prelintinary examination ol Ihe parties' subrnissinns on this point . It considers that this pari of the case raises intportant and coniplex issues of interpretation and application of Article I of Protocol No . I which . ntoreover, are based on the same facts as Ihose giving rise to the issues under Article 6 of the Convention .
II tfollows that none of the grounds set oul in Article 27 of the Convemion which require the Contmission to declare the applications inadmissible has been established and Ihat they must therefore be declared adnrissible . For ihese reasons, the Comntissio n DECLARES THESE APPLICATIONS ADMISSIBLE .
- t 89 -
( TH.4 /) UCTIO M EN FAI T Les requérants soni ressortissants néerlandais . Le requérant I esl né en 19 3 8 et réside à Rofterdani . Le requéranY Il esi né en 1928 et réside à Utrechl . Le requérant III est né en 1915 el réside lui aussi à Utrecht . Le requérant IV est né en 1929 et réside à Amsterdam . Ils sont représentés devant la Coinmission par Me H .C .J .L . Polak . avocat à Rotterdant . Les requ@les à la Commission conc'ernent la manière dont les aulorilés néerlandaises onl décidé que les reqllerallls n'avaient pas la capacité professionnelle leur permettant d'être coniptables agréés (Accountantsadntinistratieconsulenl) et ne leur ont donc pas reconnu le droit de pratiquer en portam ce litre . au-delà du 1 1 ' niars 1979 . La législation interne pertinent e En droit néerlandais avant 1962 . loule personne sans égard à sa capacité professionnelle pouvait s'intiluler .~ comptable - el exercer sous ce titre . Cetle siluation . jugée non salisfaisante . a conduit à adopter deux lois distinctes . Premicrenienl . la loi sur les experls-complables (Wet op de Regis(erac . countmus) . entrée en vigueur le 28 juin 1962 . édicle des règles qui concernent les comptables pouvant prétendre avoir les connaissances suffisantes pour exercer pleinenient la profession de comptable et qui sont en particulier appelés à délivrer des certificats atiestant que la coniptabilité des sociétés est exacte et coniplète . Deuxièntentenl . la loi sur les coniptables agréés (Wet op de Accountantsadntinistraliecon .sulenten) du 13 décembre 1972 . entrée en vigueur en 1974 . édicte des règles concernant les personnes qui exercent une activité dans le doniaine contptable ou les dontaines voisins . en particulier ceuz qui s'occupent de petites el nmyennes sociétés . Cinq ans après l'entrée en vigueur de celle dernière loi . c'est-à-dire après le 111 niars 1979 . ne potivaient s-intituler légalemenl « contptable - que les personnes autorisécs à porter le litre soit d-expert-comptable soit de comptable agréé (ef . l'ar(icle 85 . paragraphe 2 conibiné avec l'article 28 . paragraphe 2 et l'article 29) . La loi de 1972 contenait des dispositions transitoires pour ceux qui . à la date de son enlrée en ~igueur . exerçaient déjà leur profession sous le litre de • comptable •• . En parliculier . l'article 65 stipulait que les persmmes suivantes avaient Ics cipacilé .s requises potir @Ire immatriculées : a . soit les personnes qui ont exercé à titre professionnel . dans les 15 ans avant l'entrée en vigueur de la présente loi et pendant une périod e -190-
minimale de IO ans, les activités visées au paragraphe 3 de l'article 65, d'une manière et dans une niesure qui garantissent une contpétence professionnelle suffisante pour l'exercice de la profession de contptable agréé : h . soit les personnes titulaires des diplômes ou certificats indiqués au paragraphe I h) de l'article 65 et qui . au nioment dc l'en tr ée en vigueur de la présente législation, ont exercé pendant une durée minimale de (rois ans à titre professionnel les activités visées au paragraphe 3 . d'une nianière et dans une mesure qui garanlissent tine compétence professionnelle suffisante pour l'exercice de la profession contptable agréé . Les activités en question, indiquées au paragraphe 3 de l'article 65, sont les suivantes : a . l'organisation d'une administration efficace, l'appréciation de la manière dont les administralions sont gérées ainsi que l'élablissement de rapports annuels : h . l'analyse ou l'interprétation de données fournies des administrations dans des rapports explicatifs et la prestation de conseils, oralement ou par écrit, à partir de ces données . Une commission d'admission (article 68 . • Conimissie voor de Toelating •) chargéc de décider si les conditions ci-dessu .c sont reniplies . avait été créée . Une décision refusant l'imntatriculation prise par la comntissio n
d'admission pouvait être auaquée au moyen d'un recours auprès de la commission d'appel (article 71 . • Commissie van Beroep •) . Cette conimission était composée de cinq niembres titulaires et de cinq ntembres suppléants . Trois des membres titulaires et trois des membres suppléants étaient désignés parmi des personnes reniplissant les conditions pour être nomniées juges et remplissaicnt ou avaient renipli les fonctions de juge niais n'exerçaient ni n'avaient exercé la profession d'expert-contptable ou de comptable agréé (article I8) . Les deux autres niembres titulaires et membres suppléants étaient des expcrts dans le domaine de la comptabilité . Circonstances relalives aux différenles requéle s Le rrqnrrmn 1 exerce depuis 1947 les activités correspondant à la dénomination de contptable et décrites à l'article 65, paragraphe 3 de la loi de 1972 sur les comptables agréés . En 1960 . il s'affilia à l'Association nationale des coniptables (• . Nationale Associatie van Accountants •) . Le 22 mars 1974 il introduisit une requête en vue d'être intmatriculé conime comptable agréé . Le 17 janvier 1977 la conimission d'admission l'invita à se présenter à une
- 191 -
entrevue le 17 février 1977 . 11 prnduisit au préalable cinq rapports annuels rédigés sous sa responsabilité . bien que la commission n'exigeât pas que les rapports lui lussent sountis à l'avance . L'entrevue dura IS ntinules environ ; les rapporis furent reqttérant à la fin de l'entrevue .
rendus au
Le 18 ntars 1977 la contniission rejeta la requéte du requérant I et une copie de celle décisiwi lui fut nolifiée le 20juin 1977 . Le requérant I recourut contre celle décision devant la commission de recours . Le 10 mai 1978 il lui cunvoqué pour l'exanten de son recours le 23 niai 1978 . A la séance de la contmission il remit . comnie il y avait été invité par la lettre de convocalion . plusieurs aulres rapports rédigés par lui . La contmission lui posa quelques questions à propos de certains de ces rapports . L'entrevue dura 15 minutes environ .
Les rapports [tirent rendus au requérant à la fin de la réunion . Le 14 juillet 1978 . la comniission de recours déclara le recours du requérant 1 non fondé parce que . en résumé : - Ies d .~cuments écrits produils par lui étaient insuffisanis sur des poinls essellllciti :
- les réponses aux questions qui lui avaient été posées pendant l'entrevue déntontraient qu'iI ne possédait pas les capacités professionnelles requises . Lr rrynrriuu Il exerce depuis 1950 les aclivités correspondant à la dénonvinatinn de contptable et indiquées à l'article 65 . paragraphe 3 de la loi de 1972 sur les comptables agréés . Le 19 juillet 1953 il réussit l'examen organisé par l'Association des conseillers (iscaux (Broederschap van Belastingconsulenten) . En 1966 . il s'affilia à l'Ordre néerlandais des comptables . Le 4 avril 1974 il introduisit une requête en vue d'être intmatriculé contme coniptable agréé . Le 20 juin 1977 la commission d'adntission lui dentanda de se présenler à une entrevue le 18 juillet 1977 . Il communiqua au préalable cinq rapports annuels rédigés sous sa responsabilité . L'entrevue avec la comniission dura 20 ntinutes environ : les rapports lurent reudus au requérant à la fin de l'entrevue . Le 5 aui~t 1977, la contntission rejeta la demande du requérant Il et une copie de cette décision lui fut notifiée le 3 novembre 1977 . Le reqnérant II rec•ourut contre cette décision devant la commission de recours . Le 3 novembre 1978 il fut convoqué pour l'examen de son recours le 21 novembre 1978 . A la séance de la commission il remil . comme il y avait été invité par la lettre de convocation . quelques autres rapports rédigés par lui . - 192 -
L'entrevue dura 20 minutes environ . Les rapports furent rendus au requérant à la fin de la réunion . Le 9 janvier 1979, la commission de recours déclara le recours du requérant non fondée parce que, en résumé , - les documents écrits soumis par lui étaient insuffisants sur des points essentiels ; - les réponses aux questions qui lui avaient été posées pendant l'entrevue démontraient qu'il ne possédait pas les capacités professionnelles requises . Le requérant Nl exerce depuis 1950 les activités correspondant à l a dénomination de comptable et indiquées à l'article 65, paragraphe 3 de la loi de 1972 sur les comptables agréés . Le 9 juillet 1953 il réussit l'examen organisé par l'Association des conseillers fiscaux . En 1966 il s'affilia à l'Ordre néerlandais des comptables (Nederlandse Orde van Accountants) . Le 4 avril 1974 il introduisit une requête en vue d'@tre immatriculé comme comptable agréé . Le 20 juin 1977 la comntission d'admission l'invita à se présenler à une entrevue le 18juillet 1977 . 11 communiqua au préalable cinq rapports annuels rédigés sous sa responsabilité . L'entrevue avec la commission dura 20 minutes environ . Les rapports furent rendus au requérant à la fin de l'entrevue . Le 5 août 1977, la conimission rejeta la demande du requérant 111 et une copie de cette décision lui fut notifiée le 3 novembre 1977 . Le requérant 111 recourut contre cette décision auprès de la eontmission de recours .
Le 3 novembre 1978 il fut convoqué pour l'examen de son appel le 21 noventbre . A la séance de la commission il rentit, comme il y avait été invité dans la lettre de convocation, quelques autres rapports rédigés par lui . L'entrevue dura 20 minutes environ . Les rapports furent rendus au requérant à la fin de la réunion . Le 9 janvier 1979, la commission de recours déclara le recours du requérant non fondé parce que . en résunté , - les documents écrits fournis par lui étaient insuffisants sur des points essentieis : - les réponses qu'il avaient données au cours de l'entrevue déniontraient qu'il ne possédait pas les capacités professionnelles requises . Le requérant IV exerce depuis 1947 les activités correspondant à l'appellation de - contptable - et indiquées à l'article 65 . paragraphe 3 de la loi de 1972 sur les comptables agréés . Il possède en outre plusieurs diplômes (Praktijkdiploma Boekhouden - . • Diploma Moderne Bedrijfsadministratie- et - Staatspratijkdipioma I •) .
- 193 -
Le 29 niai 1974 le requérant IV demanda à être immatriculé coninie comptable agréé . Le 17 mai 1977 la conimission d'adntission l'invita à se présenter à une entrevue le 16 juin 1977 . S'étant renseigné au préalable, il présenta lors de l'entrevue cin q
rapports annuels rédigés sous sa responsabilité . Les 'rappbrts furent rendus a u .L'entrvuda15miesnvro requérant à la fin de l'entrevue . Le 15 juillet, la commission rejeta la demande du requérant IV . Celui-ci forma recours . Il fut convoqué par la commission de recour s pour l'examen de son recours le 17 novembre 1978 . -
Au débutde cette entrevue le président de -la commission informa le requérant que l'un des membrés était empêché, pour cause de maladie .-et que les conditions énoncées à l'article 18 de la loi sur les comptables agréés - àsavoir celle que la commission fût composée de cinq membres = n'était pas remplie . Le président demanda,au requérant s'il élevait des objections à ce que l'entrevue et l'examen de son recours se déroulassent en présence de quatre membres seulement . Le requérant ne fil pas objection parce que . explique-t-il, il e0t dû faire le voyage une seconde fois avec son avocat jusqu'à La Haye . Le 19 janvier 1979 le recours du requérant IV fut déclaré non fondé au motif qu'il n'avait pas exercé au cours de la période pertinente la profession de comptable ou .en tout cas pas de manière complète . La décision était signée par cinq membres . Aucun des quatre requérants ne recourut au Conseil d'Etat en se prévalant de la loi sur les recours adniinistratifs, pareil recours risquant d'être inefficace . A l'appui de cet argument, les requérants produisent un arrêt dû Consei l d'Etat daté du 4 septembre 1977 dans lequel un recours de ce genreintroduit par une personne se trouvant dans des circonstances identiques avait été déclaré irrecevable . au motif qu'il était dirigé contre la décision d'un organe (commission d'appel) de caractère juridictionnel ne pouvant être considéré contme un organe administratif . S
_GRIEF
Dans leurs requêtes à la Commission, les requérants allèguent une viola . tion de l'article 6 . paragraphe I de la Convention . a . Qttant à l'applicabilité de l'article 6 à leur affaire, les requérants prétendent que cette procédure impliquait une décision d'une contestation sur leurs droits de caractère civil au sens de l'article 6 de la Convention et plu s - 194 -
particulièrement qu'ils ont perdu un dréit acquis . puisqu'à compler du 1^ mars 1979 . en ve . rtu de l'article 85, paragraphe 2 de la loi de 1972, ils ne sont plus autorisés à s'intituler • comptables - pas plus qu'ils ne peuvent accepter des mandats de personnes physiques ou morales en cette capacité . alors qu'avant cette date ils pouvaient le faire . h . Quant à la question de savoir si la commission de recours peut être considérée comme un tribunal, au sens de l'article 6 de la Convention, les requérants soulignent que les autorités des Pays-Bas ont manifestement exprimé deux points de vue contradictoires . Ils se réfèrent, d'une part, à l'arrêt susmentionné du Conseil d'Etai du 4 septembre 1977, selon lequel ladite commission est considérée comme un tribunal . D'autre part . ils relèvent que la commission de recours elle-ntéme, jusqu'à l'arrêt susmentionné du Conseil d'Etat, a déclaré dans les lettres notifiant ses décisions que celles-ci pouvaient être contestées sur la base de la loi sur les recours administratifs . Ils produisent également une lettre du Secrétaire d'Etat aux affaires économiques datée du 23 mars 1979 adressée au comité exécutif de l'Association néerlandaise des comptables, dans laquelle il exprime le point de vue que la commission d'admission n'est pas un organe judiciaire mais un organe administratif institué par la loi . De l'avis des requérants, il serait inconcevable d'attribuer à la commission d'admission une nature différente de celle reconnue à la commission de recours . Pour le cas od la Commission européenne des Droits de l'Homme devrait considérer, comme le Conseil d'Etat, que la commission de recours connaYt en derniére instance d'une demande d'immatriculation, elle devrait conclure que la demande des requérants devait alors @tre examinée de manière plus approfondie .
Si . au contraire . la Commission devait faire sien le point de vue exprimé par le Secrétaire d'Etat aux affaires économiques, elle devrait arriver à la conclusion qu'il n'a pas été statué conformément aux exigences de l'article 6 de la Çonvention sur les droits de caractère civil des requérants . Les requérants appellent l'attention de la Commission sur le fait qu'en droit néerlandais les membres des organes judiciaires sont habituellement nommés par la Couronne . Toutefois, les membres de la commission de recours sont désignés par le ministre des affaires économiques . cé qui semblerait confirmer le point de vue adopté par le Secrétaire d'Etat aux affaires économiques . r . Les requérants estiment aussi que ni la commission d'admission ni la commission de recours ne sont indépendantes . A cet égard, ils font valoir que la loi de 1972 ne contient aucune disposition qui empêche le ministre qui désigne les membres des deux commissions de les révoquer et au'en outre le remboursement des frais de voYage et de séjour et les indemnités sont soumis aux conditions fixées par le Mihistre des affaires économiques . Selon le s
- 195 -
requérants on ne peut vraiment parler d'indépendance que si les membres d'un tribunal ne peuvent en aucun cas être révoqués et que si les conditions de rétribution sont fixées par la loi et ne relèvent pas du pouvoir discrétionnaire de l'exécutif . d . Les requérants contestent aussi l'irripartialité des deux commissions . A cet égard . ils soutiennent que parmi les quelques 6 .000 personnes exerçant la profession de comptable . environ 700 élaient membres del'Ordre néerlandais des comptables (NOVA) tandis que les 5 .300 contptables restants soit étaient membres d-auves organisations professionnelles, soit n'appartenaient à aucune organisation . Les requérants font observer que les deux commissions sont composées presqti'exclusivement de membres du NOVA . En outre .parmi les candidats qui ont demandé à être agréés, 90 % des membres du NOVA ont été admis alors que seulement 20 °5î, des candidats non affiliés ou affiliés ailleurs ont été acceptés . Rienne prouve que le NOVA exige de ses membres de meilleurs capacités professionnelles que les autres associations . Les membres du NOVA ne possèdent pas en fait de meilleures capacités professionnelles . En conséquence . de l'avis des requérants . la forte influence des membres du NOVA sur la commission donne aux autres membres du NOVA un avantage injustifié lorsqu'ils demandent à être agréés . r . Las requérants déclarent que leur cause n'a pas été entendu équi• tablement, comme l'exige l'article 6, en ce que, selon eux, il est impossible en un moment aussi bref de se former une opinion fondée sur les aptitudes professionnelles de quelqu'un . En particulier, ils se plaignent de l'examen sommaire de leur requéte par la commission de recours . notamment du fait que les rapports écrits qui ont été soumis à la commission au cours de la réunion . ainsi que les réponses aux questions qui leur ont été posées au cours de l'entrevue, constituent la base de la décision de la commission . Selon les requérants . lorsque cette commission a jugé que des candidats qui, pendant 25 ou 30 ans, avaient praliqué à la satisfactiond'une clientèle toujours croissante et qui avaient tous ouvert un cabinet où travaillaient de sept à douze assistants . ne remplissaient pas les exigences de capacité professionnelle prévues par la loi, et comme elle pouvaitprévoir les conséquences considérables que pareille décision aurait pour les candidats, elle aurait dti procéder à une enquéte plus longue et plus approfondie . Le quatrième requérant critique en outre le fait que la décision de la commission de recours soit signée de cinq membres alors que l'audience a eu lieu devant quatre membres seulement . Puisque le législateur considère que l'audition de l'intéressé est d'une importance telle que . selon l'article 20, la commission ne peut statuer sans avoir entendu l'auteur du recours ou du moins sans l'avoir convoqué à une entrevue, il n'est pas concevable qu'un membre qui n'a pas assisté à celle-ci et qui n'a donc pu se former une opinion -f96-
personnelle sur la personne et les capacités de l'auteur du recnurs puisse partager la responsabilité de la décision . . . . Le quatrème requérant appelle l'attention de la Commission en'particulier sur le fait qu'il a appris (il ne précise pas comment) que les' quatre ntenibres de la commission de recours avaient une opinion partagée également . La voix du membre absent aurait donc été décisive . f. Les requérant iedoutent que leurs revenus accusent une baisse considérable par suite de la législation ci-dessus, telle qu'elle leur a été appliquée . Il est clair dans leur esprit qu'à contpter du lef mars 1979 les autorités néerlandaises qui seront confrontées, par exemple . à des dentandes de subventions gouvernementales ou de caractère fiscal n'accorderont foi qu'aux déclarations ou exposés émanant d'experts comptables ou de contptables agréés . Autrement dit, la clientèle actuelle des requérants devra peut-être les abandonner pour certaines affaires pour obtenir les services de ces convptables . auxquels d'ailleurs elles souhaiteront peut-être niême transférer l'intégralité de leurs comptes . Les requérants estiment que cette situation revient en fait à une expropriation .
EN DROI T 1 . Les requérants se plaignent que la procédure prévue par la législation néerlandaise sur les comptables pour déterminer leur statut de comptable agréé est contraire à l'article 6 de la Convention . L'article 6 de la Convention prévoit que • toute personne a droit à ce
que sa cause soit entendue équitablemenl . publiquentent et dans. nn délai raisonnable . par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera . . . des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil . . . . Les requérants soutiennent que cette disposition est applicable en l'espèce . au motif que la décision de la commission de recours est décisive pour des - droits et obligations de caractère civil • . et qu'elle a été violée . Le Gouvernement soutient en substance qu'aucun - droit • n'es1 affecté mais seulement une liberté de fait . que tous les droits et obligations évenïùels qui sont touchés ne sont pas • de caractère civil . et que . quoi qu'il en soit, il n'y a pas de - décision d'une contestation d sur des droits et obligations . L'article 6 de la Convention n'est donc pas applicable en l'espèce et, en tout cas, celte disposition n'a pas été violée . Après un examen préliminaire de l'argumentation des parties sur ce point, en particulier à la lumière des arrêts de la Cour ruropéenne des Droits de l'Hontme dans les Affaires Ringeisen et Künig, la Comniission estime que l'affaire dont elle est saisie soulève des questions importantes et complese s
- 197 -
relatives à l'interprétation et application de l'article 6 . paragraphe I . de la Convention et dont la solution appelle un examen du bien-fondé des requétes . 2 . Les requérants se plaignent en outre que les décisions de la commission de recours conduisent à une privation de propriété contraire à l'article 1 du Protocole additionnel .Aux termes de cet article : • 1 . Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens . Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international . • " 2 . Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte aû droit que possèdent les Etats de mettre en vigueur les lois qu'ils jugent nécessaires pour réglententer l'usage des biens conformément à l'intérêt général ou pour assurer le paiement des impôts ou d'autres contributions ou des . . amendes . ~ . ' Les requérants allèguent en particulier que par suite de ces décisions e t du fàit que la législation ultérieure réserve certaines activités comptables'aux comptables légalement reconnus . il subissent une perte'de revenus . En outre . le - goodwill - de leurs cabinets actuels a été gravertient diminué . Ces deux éléments qu'ils incriminent constituent à leurs yeux une expropriation et leur donnerait droit à indemnisation, selon les principes de droit international généralement reconnus . Le Gouvernemenl fait valoir en substance que les requérants n'ont pas été privés d'aucun droit, que ce soit un droit à un titre ou un droit à l'exercice d'activités contptables . Toutefois, à supposer même que tel soit le cas, pareils droits ne peuvent être considérés comme des droits de propriété . au sens . de l'article I du Protocole additionnel . Enfin, à supposer même que le concept de droit de propriété puisse étre étendu de façon à inclure les droits ci-dessus . l'ingérence dans l'exercice de ces droits était d'intérêt public . La Conimission a procédé ici encore à un examen préliminaire de l'ar¢untentation des parties . Elle estime que cette partie de l'affaire soulève des questions intportantes et complexes relatives à l'interprétation et à l'application de l'article I du Protocole additionnel qui, d'ailleurs, se rapportent aux m@ntes faits que ceux qui soulèvent des problèntes stir le terrain de l'article 6 de la Convention . Il s'ensuit qu'aucun des ntotifs énoncés à l'article 27 de la Convention . pour lesquels la Commission est tenue de déclarer les requêtes irrecevables . n'ayant été établi, elle doit donc déclarer ces requéles recevables . Par ces ntotifs . la Commissio n
DÉ.CLARE LES REpUÉTES RECEVABLES . - 198 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 13/10/1980

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.