Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Non-violation de l'Art. 6-1 ; Non-violation de l'Art. 8 ; Non-violation de l'Art. 3 ; Non-violation de l'Art. 12

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8509/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-05-05;8509.79 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8509/7 9 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 5 May 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 5 mai 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Article 8 of the Conventlon : a) Ob/igatiorr to submit to a medical exantirration and to appear in person at a court hearing in the course of guardianship proceedings considered necessarl' for the protection of the health of the person concerned . b) Guardianship . albeit provisional. constitutes an interference with the exercise of the ward's right to respect for his private life. Exantinatiort of the reasons wltirh, irr the present case . justified such iruerference.
Artlcle 8 de la Conventlon : a) Obligation de se sountettre à une expertise nrédicale et de comparaPtre personnellentent devant le tribunal au cours d'urre procédure en iuterdiction . corrsidérée cornnre nécessaire pour la protection de la santé de l'iruéressé . b) La tutelle . mérne provisoire . constitue wte ingérence dans l'exercice par le pupille du droit au respect de sa vie privée . Exanten des raisons qui . en l'espèce . ,justifiaient une telle ingérertce .
Summary of the relevant facts Vrancais : voir p . 134 ) After the applicant . a ntarried mmn and father of 4 grown-up children . had been placed under partial guardianship for two years, proceedings for having the applicant put under complete guardianship were initiated bv the public prosecutor's office . who considered him feeble-minded and incapable of nranaging his affairs .
- 131 -
In the course of the summer of 1977, on various occasions . the court ordered that the applicant should have a medical examination, if necessary being brought to the examiuation by the police force . Moreover a provisional guardianship of the applicant was ordered as from september 1977. The applicant's appeals against that decision were rejected. In November 1977, the court ordered the appftcant's personal appearance at a cou rt hearing . if necessary being brought by the police. In June 1979. the court rejected the request for complete guardianship having found that-contrary to the expert's opinion-he was capable of nianaging his affairs . This decision automatically put an end to the provisional guardianship .
THE LAW ( Extract) . .. . ... ... . .. . . ii . The applicant [also] complains that the District Court in K . ordered on 201uly, 18 August and 4 October 1977 that he should be medically examined and that he should be brought to the examinations by the police if necessary, and on 15 November 1977 Ihe same court ordered him to attend before it, again being brought by the police if necessary . The applicant maintains that these decisions were frivolous and invokes Article 8 of the Convention . Article 8 provides : "I . Everyone has the right to respect for his private and family life, his home and his correspondence . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as in accordance with the law and is necessary in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of the country, for the prevention ot disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . " The Commission notes that orders to undergo medical examinations or to attend court may constitute an interference with the right guaranteed by Article 8(1), especially where the orders are to be enforced by the police . However the Commission notes that the obtaining of medical evidence by way of these orders was authorised by Article 653 of the Code of Civil Procedure and a necessary element in the complete guardianship proceedings which were instituted as a result of fears as to the applicant's mental competence to handle his affairs . It follows that the interferences which these orders constituted with the applicant's rights under Article 8(1) werejustifted under the terms of article 8(2) as lawful and necessary in a democratic society for the protection of the applicant's health .
- 132 -
It follows that this aspect of the applicant's complaint is manifestly illfounded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . iii . The Commission has also considered the allegation relating to the attempts to put the applicant under complete guardianship under Article 8 of the Convention, the terms of which are set out above . The Commission notes that on 22 June 1979 the K . District Court rejected the prosecutor's request for the applicant to be put under complete guardianship and that this decision became final on 13 July 1979 . Consequently, the provisional guardianship that was imposed on the applicant on 23 September 1977 was terminated in accordance with Article 1908 (1) of the Civil Code . Considering that the application for the applicant to be put under complete guardianship was finally rejected, the Commission is only called upon to consider whether there is any indication of a violation of Article 8 of the Convention as a consequence of the temporary guardianship which was imposed on the applicant from 23 September 1977 until 13 July 1979 . The Commission accepts that, when a person is put under complete guardianship, albeit temporarily, which includes a power for the guardian to decide on personal matters such as, in the present case, to authorise medical treatment and to take care of the administration of the applicant's finances, these are facts that constitute an interference with his right to respect for his private life within the meaning of Article 8 (1) of the Convention . Therefore, it remains to be considered whether this interference can be justified on any of the grounds enumerated in Article 8 (2) of the Convention .
The Comntission notes in particular the reasons given for the decisions of the K . District Court on 23 September 1977 and the K . Regional Court on 20 January 1978, which concluded, on the basis of expert medical opinion, that the applicant's person and finances were at risk as a result of his illness . The Commission notes that the decisions to appoint a temporary guardian were in accordance with law since they were provided for by Article 1906 of the Civil Code, and also concludes that the temporary appointment of a guardian was necessary in a democratic society for the protection of the applicant's health, since on the evidence before the relevant courts the applicant was suffering from an illness which prevented him from appreciating both the true state of his health and of his affairs generally . It therefore concludes that this interference with the applicant's private life was justifiable in accordance with Article 8 (2) of the Convention for the reasons stated . The Comntission's examination of this part of the application does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Convention and in particular of Article 8 thereof .
- 133 -
It follows that this part of the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . ... ... ... . . . . . .
Résumé des fai[s pertinents Après que le requérant, marié et père de quatre enfants adultes, ait été placé durant deuz ans sous conseil légal, une procédure en interdiction fut engagée contre lui à l'initiative du parquet, qui le jugeait faible d'esprit et incapable de gérer ses affaires .
Au courant de l'été 1977, le tribunal ordonna à plusieurs reprises que le requérant se soumette à une expertise médicale, au besoin avec l'aide de la force publique . !l ordonna par ailleurs une tutelle provisoire dès septembre 1977. Les recours du requérant contre cette décision furent rejetés . En novembre 1977, le rribunal ordonna la comparution personnelle du requérant, au besoin avec l'aide de la force publique. En juin 1979, le tribunai rejeta la demande en interdiction du requérant après avoir constaté - contrairement à l'avis d'un expert - qu'il était capable de gérer ses affaires. Cette décision mit fin ipso jure à la tutelle provisoire .
(lRADUCT/ON) EN DROIT (Extrait ) . . . . .. . .. . .. . . . ii . Le requérant se plaint ( également) que le t ri bunal de district de K . a ordonné les 20 juillet, 18 août et 4 octobre 1977, qu'il soit examiné p ar un médecin et qu'il y soit amené au besoin par la police . Il se plaint également que, le 15 novembre 1977, le même tribunal lui a ordonné de comparaître devant lui, de nouveau avec l'aide de la police le cas échéant . Le requérant prétend que .ces décisions é taient irréfléchies et invoque à cet égard l'article 8 de la Convention . L'article 8 stipule : . 1 . Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance . 2 . II ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui . .
- 134 -
La Commission relève que des ordonnances prescrivant à une personne de se soumettre à des examens médicaux ou de comparaître devant un tribunal peuvent constituer une ingérence dans l'exercice des droits garantis par l'article 8, paragraphe 1, notamment lorsque l'exécution en est assuréepar la force publique . Elle constate cependant que l'obtention d'éléments de preuve d'ordre médical par la voie de ces ordonnances était autorisée par l'article 653 du Code de procédure civile et constituait un élément indispensable de la procédure d'interdiction ouverte par suite des craintes sur les aptitudes mentales du requérant à gérer ses affaires . Il s'ensuit que les ingérences que constituaient ces ordonnances dans l'exercice des droits garantis au requérant par l'article 8, paragraphe 1, étaient justifiées au regard de l'article 8, paragraphe 2, comme étant prévues p ar la loi et nécessaires, dans une société démocratique, à la protection de la santé du requérant . Il en découle que, sous cet aspect, le grief formulé par le requérant est manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . iii . La Commission a également examiné, sous l'angle de l'article 8 précité de la Convention, l'allégation relative aux tentatives d'interdire le requérant . La Commission constate que le tribunal de district de K . a rejeté le 22 juin 1979 la demande formulée par le ministère public tendant à faire interdire le requérant et que cette décision est devenue définitive le 13 juillet 1979 . En conséquence, la tutelle provisoire sous laquelle le requérant avait été placé le 23 septembre 1977 a pris fin conformément à l'article 1908, paragraphe 1 du Code civil . La demande d'interdiction du requérant ayant finalement été rejetée, la Contmission doit se borner à examiner s'il existe des indices de violation de l'article 8 de la Convention par suite de la tutelle provisoire sous laquelle le requérant fut placé du 23 septembre 1977 au 13 juillet 1979 . La Commission admet que le fait de placer quelqu'un sous tutelle, méme temporaire, et donc, notamment, de donner au tuteur pouvoir de décider de questions personnelles comme, en l'espèce, autoriser un traitement médical et veiller à l'administration des finances de l'intéressé, constitue une ingérence dans l'exercice du droit au respect de la vie privée, droit garanti par l'article 8, paragraphe 1, de la Convention . Il reste à examiner si cette ingérence peut se justifier pour l'un quelconque des motifs énumérés à l'article 8, paragraphe 2, de la Convention . La Commission a pris en considération, en particulier, les motifs indiqués par le tribunal de district de K . dans sa décision du 23 septembre 1977 et par le tribunal régional de K . dans celle du 20 janvier 1978, qui concluaien t
- 135 -
tous deux, sur la foi d'avis médicaux autorisés, que la personne et les finances du requérant se trouvaient en danger en raison de sa maladie . La Commission constate que les décisions de désignation d'un tuteur temporaire étaient conformes à la loi puisque prévues par l'article 1906 du Code civil. Par ailleurs, elle estime que la mise sous tutelle temporaire était nécessaire, dans une société démocratique, à la protection de la santé du requérant,puisqû au vu des éléments de preuve apportés devant les juridictions compétentes, celuici souffrait d'une maladie qui l'empêchait d'apprécier pleinement l'état de sa santé et de ses affaires en général . La Commission estime en conséquence que cette ingérence dans la vie privée du requérant était, pour les raisons susindiquées, justifiée au regard de l'article 8, paragraphe 2, de la Convention . L'examen par la Commission de cette partie de la requête ne révèle donc aucune apparence de violation des droits et libertés inscrits dans la Convention . en son article 8 notamment . Il s'ensuit que cette partie de la requête est manifestement mal fondée , au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 136 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 05/05/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.