Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ K. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8245/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-05-06;8245.78 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL


Parties :

Demandeurs : K.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8245/78 X . v/the UNITED KINGDO M X . c/ROYAUME-UN I DECISION of 6 May 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 6 mai 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Arlicle 8, paragraph I of the Convention : Is there ingerence with the exercise of the right to respect for familv life if a foreign wife and husband are deported and take with thent their children of a young age even though the latter have therruelves an autonontous right of abode ? Article 8, paragraph 2 of the Convention : The enforcement of an imntigration policy and in particular, the expulsion of aliens without a residence permit may be considered, in principle. as necessary for the prevention of disorder . Article 8, paragraphe l, de la Convention : Peut-on parler d'ingérence dans l'exercice du droit au respect de la vie familiale lorsque des parents étrangers sont expulsés l'un et l'autre et emntènenl avec eux leurs enfants en bas àge . bien qtie ces derniers aient seuls un droit de résidence permanente ? Article 8, paragraphe 2, de la Convention : L'application d'une politique d'irnmigration et. en particulier, l'expulsion d'étrangers sans autorisation de séjour peuvent être considérées, en principe, contnie nécessaires à la défense de l'ordre.
Summary ofthefacts ((rancais : voirp . 101) The applicant* of Indian origirt anived in the Urtited Kingdom in 1974. Having declared that she had conte to marry Y., of the same nationalitv . she was admitued into the comury for three rnonths . At the expiry of that delay . th e • The applicanl was represented before the Conimission by MM . Allan McDougall and Co, solicilors in Edinborough .
-98_
authorities requested her to present her maniage certijcate so that consideration could be given to the rentoval on the tinte limit of her stay .
That conununication never reached the applicant : the authorities then discovered that Y. was the subject of a deportation order since 1970. Subsequently in August 1976 the applicant who had tnanied Y. in January 1975 sought through the irrtermedia ry of a firm of solicitors . a reexamination of her case and that of her husband in the light of the birth of their children in the Urtited Kingdont . Tite husband was arrested irr December 1976 at an airport and detained As regards the applicant, a deportation order was served on her in February 1977. The Immigration Appeal Tribunal rejected her appeal irt December 1977. The husband was deported in February 1978 and the applicant on Jurte 1978. Her children accontparried her .
THE LA W I . The applicant, who has complained on her own behalf and on behalf of her children, claims that her deportation from the United Kingdom is an unjustified interference with her right and that of her children to respect for family life . She emphasises that her children are British citizens whose right to remain in the United Kingdom is being jeopardised . 2 . The Commission recalls its constant case-law, that Ihe Convention does not guarantee a right for aliens to enter, reside in or remain in a particular country (see . e .g . Application No . 781 6 /77, X & Y v . Federal Republic of Germany, DR 9 . p . 219) .
3 . However, the Commission has held that in certain circumstances removal of a person from a country where his close fantily mentbers reside may also raise an issue under Article 8 ot'the Convention which provides as follows : "I . Everyone has the right to respect for his private and family life, his home and his correspondence . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessary in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of the country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . " 4 . In the present case the Commission notes that the applicant was deported on the grounds that she overstayed the three-month period for which she was originally admitted to the United Kingdom . Moreover, it appears that the applicant's three children acquired, by virtue of their birth in the United Kingdom the status of "patrial" and thus a right of abode in the Unite d
-99-
Kingdom . It is clear that although the applicant's three children could not be deported in their own right they accompanied the applicant to India after her deport ation because of their young age . The Commission fu rther notes that the applicant's husband and the childrens' father had previously been depo rt ed to India several months prior to their depo rt ation and that the applicant did not have other relations residing in the United Kingdom . Moreover, given the tender age of the children, it does not appear that there we re any se rious obstacles preventing the entire family from returning to India and rejoining the applicant's husband . S . In such circumstances, even assuming that the applicant's deportation constitutes an interference with the ri ght to respect for family life under A rt icle 8, the Commission must a ttach significant weight to the fact that the applicant was deported for overstaying . It finds with regard to the second paragraph of A rt icle 8 that there are no elements concerning respect for family life which might outweigh valid considerations relating to the proper enforcement of immigration controls . In this respect the Commission would emphasise the close connection between the policy of immigration control and considerations pert aining to public order . The Commission is of the opinion therefore that in the circumstances of the present case, the possible interference with their right to respect for family life in accordance with the law (the Immigration Act 1971) and would be justiFied as being necessa ry in a democratic society for the "prevention of disorder" under the second paragraph of A rt icle 8 as a legitimate measure of immigration control . 6 . Accordingly the above complaint must be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Article 27, paragraph 2 of the Convention . For these reasons, the Commission
DECLARES THE APPLICATION INADMISSIBLE :
- Ipp -
Résumé des faits D'origine indienne . la requérante * est arrivée au Royaume-Uni en 1974. Ayant déclaré qu'elle venait y épouser Y, de rnérne nationalité, elle fut admise provisoirentent pour trois mois. Après l'échéance de ce délai, l'administration l'invita à justifier de son mariage aux fins d'obtenir une autorisation de séjour de durée indéterminée . Cette communication n'atteignit pas la requérante, niais l'adntinis(ration se rendit alors cornpte qu'Y. était sous le coup d'un arrêté d'expulsion depuis 1970 .
En fait, la requérarne avait épousé Y. en janvier 1975 et . des enfants leur étant nés, elle demanda par l'intermédiaire d'un cabinet de solicitors, un réexamen de sa situation et de celle de son mari en août 1976. Ce dernier fat arrété fin 1976 dans un aéroport et mis en détention . Quant à la requérante, un arrêté d'expulsion lui fut notifié en février 1977. Son recours fut rejeté par le tribunal d'irnmigration en décembre 1977. Son ntari fut expulsé en février 1978 et elle-ntérne en juin de la même année . Ses enfants la suivirent .
(TRADUCTION) EN DROIT 1 . La requérante, agissant en son nom personnel et au nom de ses enfants, allègue que son expulsion du Royaume-Uni est une ingérence injustifiée dans son droit et celui de ses enfants au respect de leur vie familiale . Elle souligne que ses enfants sont des ressortissants britanniques dont le droit de demeurer au Royaume-Uni est méconnu . 2 . La Commission rappelle sa jurisprudence constante selon laquelle la Convention ne garantit pas aux étrangers le droit d'entrer, de résider ou de rester dans un pays donné (voir, par exemple, Requête 6816/77, X . et Y . c/République Fédérale d'Allemagne, D .R . 9, p . 219) . 3 . Cependant, la Commission a déclaré que, dans certaines circonstances, obliger une personne à quitter le pays où vivent les membres proches de sa famille peut également poser un problème au regard de l'article 8 de la Convention qui stipule que : 1 . Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance .
• La requérante était représentée devant la Commission par MM . Allan McDougall el Cie . solicitors à Edinibourg .
- 101 -
2. II ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui . . 4 . La Commission relève en l'espèce que la requérante a été expulsée parce qu'elle avait dépassé la période de trois mois pour laquelle elle avait été initialement autorisée à entrer au Royaume-Uni . En outre, les trois enfants de la requérante avaient, en raison de leur naissance au Royaume-Uni, acquis le statut de . patrial . et donc le droit de résider au Royaume-Uni . Bien sûr, les trois enfants de la requérante ne pouvaient pas être personnelement expulsés, et il est évident que c'est en raison de leur jeune âge qu'ils ont accompagné la requérante en Inde après son expulsion . La Commission relève en outre que l'époux de la requérante, père des enfants, avait déjà été renvoyé en Inde plusieurs mois avant l'expulsion du reste de la famille et que la requérante n'a pas d'autres parents résidant au Royaume-Uni . Du reste, vu le jeune âge des enfants, il ne semble pas qu'il y eût aucun obstacle sérieux à ce que toute la famille revienne en Inde et y retrouve le mari de la requérante . 5 . Dans ces conditions, et en supposant même que l'expulsion de la requérante constituât une ingérence dans l'exercice du droit au respect de la vie familiale que garantit l'article 8, la Commission se doit d'accorder du poids au fait que la requérante a été expulsée pour avoir excédé son temps de séjour. EUe constate qu'au regard du deuxième paragraphe de l'article 8, il n'existe aucun élément relatif au respect de la vie familiale qui puisse primer des considérations touchant à la bonne application du contrôle de l'immigration . A cet égard, la Commission voudrait souligner la proche parenté entre la politique du contrôle de l'immigration et les considérations d'ordre public . Elle estime en conséquence que, dans les circonstances de l'espèce, l'ingérence éventuelle dans le droit au respect de la vie familiale était prévue par la loi (loi de 1971 sur l'immigration), et justifiée comme nécessaire dans une société démocratique à - la défense de l'ordre •, au sens du deuxième paragraphe de l'article 8, puisqu'il s'agissait d'une mesure légitime de contrôle de l'immigration . 6 . En conséquence, le grief ci-dessus doit être rejeté comme manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2 . de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n
DECLARE LA REQUÈTE IRRECEVABLE .
- I02 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 06/05/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.