Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. IRLANDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8315/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-07-15;8315.78 ?

Analyses :

(Art. 11) LIBERTE DE REUNION ET D'ASSOCIATION, (Art. 6-1) ACCES A UN TRIBUNAL, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) JUGEMENT PUBLIC, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) PROCES PUBLIC, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : IRLANDE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8315/79 X . v/IRELAN D X . c/IRLAND E DECISION of 15 July 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 15 juillet 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph I or the Convention : a) Paternity or affiliation proceedings concern the determirration of civil rights and obligations. b) The person whose legal representative has decided to dispense with a transcript of the trial cannot complain to the Cotnmission of the unavailability of the tria l transcript. c) The trial is not unfair on the sole ground that the judge has relied on declarations made under oath by an expert who declares having proceeded to blood group tests, even ij the laboratory reports are not made available at the trial .
Arlicle 26 of the Conventlon : Have domestic remedies been exhausted ijthe leave to appea l has been sought out ojtime but where the judge has nevertheless considered the merits of the appeal? ( Question not pursued )
A rt icle 6, peragrephe 1, de la Convenllon : a) Portent sur des droits et obligations de caractère civil les actions ett paternité ou en prestation d'aliments par le père putatif.
b) Le plaideur dont le représentant en justice a renoncé à!a tenue d'un cornpte rendu sténographique de l'audience ne peut ensuite se plaindre à la Commission de l'absence d'un tel compte rendu . c) Le procès n'est pas inéquitable du seul fait que le juge s'est fondé sur les déclarations faites sous serment par un expert aJfirmant avoir procédé à un examen des groupes sanguins, alors méme que les rapports d'analyse ne sont pas produits au procès .
- 203 -
Artlcle 26 de la Convention : Y a-t-il épuisement des voies de recours lorsque le recours a été déclaré irrecevable comme tardif mals que le juge a néanmoins abordé l'examen du fond du litige? ( Question non résolue) .
Summary of the relevent facts
(francais : voir p . 206)
The applicant' sought an affliation order from the High Court against the father of her illegitimate child with a view to its maintenance. Representatives of both Parties agreed that the proceedings would be conducted without the assistance of a note taker . The applicant offered evidence on a sesual relationship between her and the defendant and a medical expert opinion on a morphological resemblance between the defendant's eyes and the child's . From his side, the defendant requested the hearing of a medical expert who declared that the blood group tests which he had carried out revealed that the defendant could not possibly have been the father of the child. The applicant's claim was then dismissed . The applicant, who at this point changed solicitor, decided to commence proceedings before the Supreme Court and requested leave to appeal because she was two days out of time. This request was turned down on the grounds that the appeal had no chance of success. Having discharged her legal advisers, the applicant applied in person for reinstatement of her nrotion for extension of time within which to appeal claiming in particular that the medical certificate on the blood analysis had not been ntade available to the first instance judge .
THE LAW (Extract ) 1 . The applicant first complains that she did not receive a fair hearing before the High Court in respect of the affiliation order proceedings . In this regard she complains that the medical evidence which, in the view of the court, was decisive of the issue of paternity, was not accompanied by documentary evidence such as blood certificates or laboratory reports . She also complains that the proceedings were conducted without the assistance of a note taker
. • Before the Commission the applicant was representedby Mr Patrick McCartan . Solicitor, Mr Kader Asmal, Senior Lecturer in Law, Trinity College, and Mr Edward Walsh, Barri ster-at-Law, all three from Dublin . -204-
2 . Article 6, paragraph I of the Convention states that "in the determination of his civil rights and obligations or of any criminal charge against him, everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable time by an independent tribunal established by law" . The Commission is of the opinion that paternity or affiliation proceedings involve the determination of civil rights within the sense of this provision . However, the Commission recalls, with regard to the finding of the High Court on . . . November 1977 of which the applicant complains, that in accordance with Article 19 of the Convention, its only task is to ensure the observance of the obligations undertaken by the Parties in the Convention . In particular, it is not competent to deal with an application alleging that errors of law or fact have been committed by domestic courts, except where it considers that such errors might have involved a possible violation of any of the rights and freedoms set out in the Convention . The Commission refers, on this point, to its constant jurisprudence (see e .g . decisions on the admissibility of applications No . 458/59, Yearbook 3, pp . 222, 236 and No . 1140/61, Collection of Decisions 8, pp . 57, 62) . 3 . However, the applicant has alleged that in certain respects the hearing of her case was "unfair" . The Commission recalls that the applicant sought leave to . appeal to the Supreme Court out of time . In such circumstances the Commission has usually held that the requirement of exhaustion of domestic remedies laid down in Article 26 of the Convention has not been satisfied (see, e .g . Application No . 3897/68, 35 Collection of Decisions . p . 75) . In the present case, the applicant has submitted that although the proceedings were an application for leave to appeal out of time, the Supreme Court in reality considered the merits of the appeal and thus the applicant had exhausted all available domestic remedies .
4 . The Commission considers that it is not necessary in the present case to decide whether the applicant has exhausted domestic remedies since she has not shown that the proceedings before the High Court were unfair within the meaning of Article 6 . paragraph 1 . It is of the opinion that the absence of a note taker cannot in itself render the proceedings at first instance "unfair" . However, in the present case it is not open to the applicant to rely on such an argument since the decision to dispense with a note taker was one freely agreed to by the parties' legal representatives and must thus be imputed to the applicant . Furthermore, the Commission does not consider that the absence of documentary evidence such as blood certificates or laboratory reports raises an issue under Article 6, paragraph I in the present case . The Commission observes in this regard, from the note of the proceedings prepared by the trial judge, that medical evidence concerning blood groups which excluded the possibility of the defendant being the father of the applicant's child was provided by two doctors who had analysed separately blood samples obtained from the parties and the child . It is clear from the judge's note that thi s
- 205 -
testimony was based on the written laboratory reports of their findings which had previously been made known to parties . S . In these circumstances, even though documentary evidence as such may not have been produced in court, there can be no doubt that there existed substantial evidence, which was open to challenge by counsel for the applicant, on which the Court could arrive at its decision as to paternity . 6 . The applicant further complains of the proceedings before the Supreme Court on . . . December 1977 and . . . January 1978 . In this respect the question arises as to whether these proceedings can be characterised as "unfair" because of the unavailability of a transcript of the proceedings at flrst instance or the lack of the judge' note of the proceedings .
7 . While the Commission recalls that in principle Article 6 . paragraph 1 is applicable to appeal proceedings (see e .g . Eur . Court . H .R ., Delcourt Case . Judgment of 17 January 1970) a question could arise as to its applicability to proceedings concerning an extension of time within which to bring an appeal or a motion to reinstate such an applicalion . However, the Commission considers that this issue may be left open in the present case since the requirements of Article 6, paragraph I appear to have been satisfied . The Commission is of the opinion that for such proceedings (i .e . proceedings seeking leave to appeal out of time) to be "fair" under the Convention, it is not necessary that the review court have before it a transcript or a copy of the judge's note . 8 . In the present case the Commission notes that in the motion for leave to appeal out of time which was heard on . . . December 1977 the applicant was represented by counsel who would have had an opportunity, in stating to the court the applicant's case for an extension of time, to refer to the proceedings in the High Court and to her grounds of appeal including grounds relating to the medical evidence presented in that court . Finally, the applicant has not shown that the principle of "equality of arms" was not respected in either of her application to the Supreme Court .
Résumé des faits pertinents La requérante 0 a iritroduit devant [a High Court contre l'homme qu'e!!e estirne étre le père de son enfant illégitime une action en prestation d'a(iments en faveur de cet enfant . • Devant la Commission, la requérante était repn9sentée par M . Pat rick McCartan , Solicitor . M . Kader Asmal, Chargé de cours à Trinity College . et M . Edward Walsh, . . . Barrister-al-taw, tous trois à Dublin . ,
-206-
Les représentants des deux parties tombèrent d'accord pour renoncer à l'établissement d'un compte rendu littéral de l'audience . La requérante offrit en preuve des relations sexuelles avec le défendeur et l'avis d'un spécialiste sur une ressemblance tnorphologique de !'aeil entre le défendeur et l'enfant . De son c8té, le défendeur fit entendre un expert qui déclara que l'examen des groupes sanguins auquel il avait procédé pennettait d'exclure la patentité du défendeur. La requérante fut déboutée. Avant changé de solicitor, la requérante décida de recourir à la Cour suprême et demanda à cette juridiction de recevoir son recours hors délai, celui-ci étant échu depuis deux jours . Cette demande fu[ rejetée au tnotif que le recours ne présentait aucune chance de succès . Agissant sans l'assistance d'un solicitor, la requérante essaya une nouvelle fois de recourir hors délai, se plaignant notamment que les rapports d'analvse hématologique n'avaient pas été pmduits devant le premier juge. Elle fut encore une fois déboutée .
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait ) 1 . La requérante se plaint en premier lieu de n'avoir pas bénéficié d'un procès équitable devant la High Court à propos d'une procédure d'assignation à père putatif . Elle se plaint à cet égard que les témoignages des médecins qui ont été aux yeux des juges décisifs pour la question de paternité, n'ont pas été accompagnés de preuves documentaires telles que certificats de groupe sanguin ou rapports de laboratoire . Elle se plaint également que les procédures ont été menées sans l'assistance d'un rédacteur de compte rendu littéral . L'article 6, paragraphe 1, de la Convention stipule que . toute personn e .2 a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquementet dans un délai raisonnable par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur ses droits et obligations de .caractère civil, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle • . La Commission estime que la procédure de recherche de paternité ou d'assignation à père putatif emporte détermination de droits de caractère civil, au sens de cette disposition . Elle rappelle, cependant, quant à la décision de la High Court en date du . . . novembre 1977, dont se plaint la requérante, qu'elle a pour seule tâche, conformément à l'article 19 de la Convention ,
- 207 -
d'assurer le respect des engagements résultant de la Convention pour les Parties contractantes . En particulier, elle n'est pas compétente pour examiner une requête relative à des erreurs de fait ou de droit prétendument commises par une juridiction interne, sauf si et dans la mesure où ces erreurs lui semblent susceptibles d'avoir entrainé une atteinte aux droits et libertés garantis par la Convention . La Commission se réfère sur ce point à sa jurisprudence constante (cf . par exemple les décisions sur la recevabilité des requêtes Nos 458/59 . Annuaire 3, pp . 223, 233 et 1140/61, Recueil de décisions 8, pp . 57, 62) . 3 . Cependant, la requérante prétend qu'à certains égards sa cause a été entendue de manière - inéquitable• . La Commission rappelle que l'intéressée a demandé à étre autorisée à se pourvoir tardivement devant la Cour suprême . En pareil cas, la Commission déclare généralement que la condition de l'épuisement des voies de recours internes posée à l'article 26 de la Convention n'a pas été remplie (voir par exemple Requ@te N° 3897/68, Recueil de décisions 35, p . 75) . En l'espèce, la requérante a fait valoir que bien que sa demande tendit à être autorisée à se pourvoir tardivement, la Cour suprême a en réalité examiné le bien-fondé du recours, si bien que la requérante a épuisé toutes les voies de recours internes à sa disposition . 4 . La Commission estime pouvoir laisser indécise la question de savoir si la requérante a épuisé les voies de recours internes car elle n'a pas rendu vraisemblable que la procédure devant la High Court avait été inéquitable, au sens de l'article 6, paragraphe 1 . La Commission est d'avis que l'absence de compte rendu littéral ne saurait en soi entacher d'iniquité la procédure de première instance . Du reste, la requérante est mal venue d'invoquer cet argument puisque la décision de se passer de compte rendu a été prise librement et d'un commun accord entre les avocats des parties et qu'elle peut donc être imputée à la requérante elle-méme . En outre, selon la Commission, l'absence de preuves documentaires telles que certificats de groupe sanguin ou rapports de laboratoire, ne pose pas en l'espèce un problème au regard de l'article 6, paragraphe 1 . La Commission remarque à cet égard que, selon la note établie sur l'affaire par le juge de première instance, les témoignages concernant les groupes sanguins, qui excluaient la possibilité que le défendeur fût le père de l'enfant de la requérante, ont été fournis par deux médecins ayant analysé séparément les prélèvements sanguins opérés sur les personnes parties au procès et sur t'enfant . Il ressort clairement de la note du juge que ces témoignages se fondaient sur les rapports écrits des analyses de laboratoire, dont les parties avaient eu connaissance . 5 . Dans ces conditions, et alors même que les documents n'auraient pas été produits devant le tribunal, J ne fait aucun doute qu'il existait pour fonder la décision du juge en matière de paternité, des preuves solides, que l'avocat de la requérante avait la faculté de contester . -208-
6 . La requérante se plaint en outre de la procédure qui s'est déroulée devant la Cour suprême le . . . décembre 1977 et le . . . janvier 1978 . La question se pose à cet égard de savoir si cette procédure peut être qualifiée d'inéquitable du fait qu'il n'existait pas de compte rendu littéral du procès ou de l'absence de notes du juge sur le procès . 7 . Tout en rappelant qu'en principe l'article 6, paragraphe 1 est applicable à une procédure de recours (voir par exemple Cour eur. DH, Affaire Delcourt, arrêt du 17 janvier 1970) . la Commission estime qu'un problème peut se poser quant à l'applicabilité de cette disposition à une procédure relative à une prorogation du délai d'appel ou à une demande de relevé de forclusion . Toutefois, la Commission estime qu'elle peut en l'espèce ne pas trancher cette question puisque les conditions de l'anicle 6, paragraphe 1 semblent avoir été remplies . A son avis, pour qu'une telle procédure (tendant à obtenir l'autorisation d'interjeter appel hors délai) soit .équitable . au regard de la Convention, il n'est pas nécessaire que la juridiction d'appel dispose d'un comple rendu du procès ou d'une copie des notes du juge . 8 . La Commission relève en l'espèce que, dans la demande de relevé de forclusion, qui a été entendue le . . . décembre 1977, la requérante était représentée par un avocat qui aurait pu, en exposant à la cour les arguments de sa cliente pour faire proroger le délai d'appel, se référer à la procédure devant la High Court et développer des moyens de recours, notamment ceux concernant les témoignages médicaux présentés devant cette juridiction . Enfin, la requérante n'a pas montré que le principe de .1'égalité des armes . n'avait pas été respecté dans l'une ou l'autrc dc ses requétes à la Cour suprènie .
-209-

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 15/07/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.