Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8682/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-07-17;8682.79 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X.

Texte :

APPLICAIION/REQUETE N° 8682/7 9 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 17 July 1981 on the admissibility of the application DECISION du 17 juillet 1981 sur la recevabilité de la re quêt e
Artlcle 4, paragraph 2 of the Convention : A lawyer appointed as officia/ counsel, albeit with his agreement, to defend an accused person, cannot complain of being obliged to perform forced or compulsory labour because he receives litde remuneration . Article 1, pan aph I of P ro tocol N° 1 : This provision is not violated when agi an offtcia/!y appointed defence counsel is obliged to repay an advance on his fees for not having assured the accused} defence up to the end of the proceedings .
Artlcle 4, paragraphe 2, de la Conventlon : Un avocat commis d'office, mais avec son accord, à la défense d'un accusé ne peut se plaindre d'avoir été astreint à un travai! forcé ou obligatoire du fait qu'il ne recoit en déftnitive qu'une faible rétribution . Article 1, paragraphe l, du Protocole additionnel : Cette disposition n'est pas violée lorsqu'un avocat commis d'office est contraint de restituer une avance sur honoraires pour n'avoir pas assuré la défense de l'accusé jusqu'à /a ftn du procès .
Summary of the facts (fran(-ais : voir p. 101) The applicant*, who is a barrister. was appointed by the investigating judge of the Federal Coun (Bundesgerichtshoj) as legal aid counsel for a • The applicant was represented before the Commission by MM . Jungfer and Meier, lawyers in Berlin .
person accused of a serious criminal offence . At his request, the competent Berlin Court of Appeal granted him an advance of 6,000DM on the fee eventually due as officially appointed counsel. The applicant studied the voluminous case files and held discussions with the accused several times during-a period of over 15 months . During the trlal, which was to last 190 days, the applicant acted as defence counsel for 14 days. At that point he was anested, suspected of being involved in the escape of his client's co-defendant . He was detained for 12 hours and a search warrant for his office was issued, but these proceedings were discontinued. In such circumstances, the applicant considered that he could not continue and requested release from his functions as official defence counsel, being support ed in his opinion by the President of the Bar. The Court of Appeal refused to discharge the applicant of his duties . but nevertheless the applicant decided not to assure the accused's defence. _ The Court of Appeal ftnally ordered the withdrawal of the applicant's instructions and fued the sum of 5 623.30 DM as a fee for the defence work during 14 days. in accordance with Sections 83 and 97 of the Regulation on Lawyers* Fees (BRACO) . The applicant requested fees for the pre-trial defence work . The Court oJ Appeal awarded 200DM, obliging him to repay the excess sum he had received with the advance of 6 000 DM because another lawyer had had to be appoihted for the rest of the trial and had had to familiarise himself with the case, the applicants' pre-trial preparation thus being of no use.
THE LA W The applicant complains that instead of an adequate lump sum fee for his defence activity as legal aid counsel in pre-trial criminal proceedings, he was granted an insignificant remuneration of 220 DM and therefore had to return an advance on fees in the amount of 6 000 DM paid to him at an earlier stage of these proceedings . He alleges violations of Article 4 (2) of the Convention and Article I of the First Protocol . Undisputedly, he has exhausted domestic remedies with regard to his complaint and he has respected the six months time limit (Art . 26 of the Convention) . As regards the concept of forced or compulsory labour within the meaning of Article 4(2) of the Convention, its elements are according to the Commission's jurisprudence that the work or service is performed by the worker against hi s
_9g -
will and that the requirement that the work or se rv ice performed is unjust or oppressive or the work or service itself involves unavoidable hardship (Collection of Decisions 46, 22, (321) . In the present case the applicant was not appointed as o ffi cial defence counsel against his will . He has not alleged that the service rendered by him did involve any hardship . The fact that he was later refused the payment of a lump sum fee does not retroactively transform the services which he has willingly accepted into forced labour . The present case is distinguishable from Applications Nos . 4897/71 and 5219/71 (Collection of Decisions 42, pp . 41 and 94) which were decla red admissible and were brought to a close by way of a friendly se ttlement . In these cases the applicant lawyer had received no remuneration at all for his legal aid services, while in the present case the applicant received altogether 5 835 .30 DM for his pa rt icipation in the criminal proceedings in question . He would have received a more adequate remuneration had he not refused to continue with his defence activities . The only remaining question therefore is whether the applicant had valid claim for a lump sum fee of which he was deprived, contrary to Article of the First Protocol . According to Section 97 in conjunction with Sections 83-86 of the Regulations on Lawyers' Fees (BRAGO), fixed fees are provided for with regard to unimportant criminal proceedings . However, with regard to complex criminal matters, Section 99 (1) BRAGO provides : "(I) In particularly complex or difficult criminal matters the legal aid counsel appointed by the court has to be granted at his request a lump sum for a part or the whole proceedings exceeding the fees provided for in Section 97 . (2) The Court of Appeal in the district in which the matter is being dealt with decides on the request . . . " In the present case the competent Court of Appeal rejected the applicant's request to be granted a lump sum payment for his pre-trial services . The Commission has always held that it is not competent to deal with applications alleging that errors of law or fact have been committed by domestic courts (see Decisions and Reports 18, pp . 31, 45) . It may, however, examine whether a domestic court arbitrarily denied an existing claim and thereby violated the guarantee contained in Article t of the First Protocol (see Decisions and Reports 7, pp . 8, 22, para . 17) . It appears from the wording of Section 99 (1) BRAGO ("has to be granted"/"ist zu bewilligen") that under the conditions set out in Ihis provision-i .e . if a case is complex or difficult-a lawyer has a right to claim a
lump sum fee . In the present case, it is, however, undisputed that the criminal case in question was complex and difficult . This .also follows from the fact that another legal defence counsel, who had preceded the applicant at the pre-trial stage, had received a lump sum fee of 2000DM . The respondent Government do not deny this, but submit that the claim under Section 99 BRAGO not only depends on the complexity and difficulty of the criminal matter but further pre-supposes that the defence counsel, who is appointed mainly in the public interest to assure a fair trial, assumes the defence throughout the whole proceedings and does not abandon his legal aid commitment in an irregular manner. Therefore such fee is not granted before the trial proceedings are terminated or before the of iiicial defence counsel has been discharged of his duty to act for an indigent defendant . They further argue that an advance on fees consequently is granted on the same condition only, namely that the legal aid counsel does not abandon his legal aid commitment . The Commission notes that the Court of Appeal obviously based its decision rejecting the applicant's request for a lump sum fee on the same reasoning . There is nothing to show that this interpretation of Section 99 BRAGO is arbitrary . It is neither incompatible with the wording of this provision nor has it been shown that it is contradicted by constant jurisprudence . In these circumstances, it cannot be clearly established that the applicant, who abandoned his legal aid services without the trial court's consent, had a valid claim for a lump sum fee, and the Commission cannot therefore find that the refusal to grant him such a fee for his pre-trial activity discloses the appearance of a violâtion of Article I of the First Protocol . The applicant's obligation to return the advance payment was a lawful consequence of the denial of a lump sum fee . This denial destroyed retroactively the legal basis for the advance payment and the applicant only had to return what was no longer due to him . In this context the Commission also notes that the advance payment was made after the filing of the indictment and the opening of the main proceedings . The applicant could at that stage reasonably be expected to render his services at least thioughout the trial proceedings and it was clear to him from the reasoning in the Appellate Court's decision of . . . February 1978 that the advance payment was granted on this condition . In fact, the Court pointed out in that decision that although the applicant could, at the time, not claim more than 200DM under Sections 97, 84(1) No . 1 BRAGO, he could not be expected to await the termination of the first instance proceedings or the termination of his legal aid appointment . This reasoning indicated that only the expectation of the future lump sum fee, which was not due to the applican t _1
unless he terminated at least the ftrst instance proceedings, justified the payment of an advance . An examination by the Commission of this complaint as it has been submitted does not therefore disclose any appearance of a violation of the rights and freedoms set out in the Convention and its Protocols and in particular in the above-cited Articles . It follows that the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention . For these reasons, the Commission
Résumé des taits Le requérant', qui est avocat, a été désigné d'office par le juge d'instruchbn près la Cour fédérale de justice (Bundesgerichtshof) pour représenter un inculpé dans une grave affaire criminelle . A sa demande, la cour d'appel de Berlin, compétente en l'espèce . lui a consenti une avance de 6 000 DM à valoir sur ses honoraires d'avocat commis d'office.
Le requérant étudia le volumineux dossier et eut de nombreux entrenéns avec l'inculpé durant plus de quinze mois. Pendant le procès, qui devait durer 190 jours, le requérant agit comme défenseur durant 14 jours . A ce moment, il fut arrété comme soupçonné d'avoir trempé dans l'évasion de co-accusés de son client . Il fut détenu durant 12 heures et une perquisition eut lieu â son étude, mais l'affaire n'eut pas de suite. Dans ces conditions, le requérant estima ne plus pouvoir continuer à exercer son mandat et demanda à en étre déchargé, en s'appuyant pour ce/a sur l'opinion du b8tonnier. La cour d'appel refusa de le décharger du mandat mais le requérant n'en décida pas moins de cesser d'assurer la défense. La cour d'appel prit finalement une ordonnance révoquant le mandat du requérant et lui alloua une somme de 5 623,30 DM à titre d'honoraires pour la défense assurée au procès pendant 14 jours, conformément aux a rt icles 83 et 97 du Règlement sur les honoraires d'avocat (BRAGO). • Le requérant était representé devant la Commission par MMes lungfer et Meier, avocats à Berlin.
- 101 -
Le requérant demanda alors à recevoir des honoraires au titre de son activité durant l'instruction préparatoire. La cour d'appel ne lui alloua que 200 DM et lui enjoignit de restituer le surplus de l'avance de 6 000 DM qu'il avait re ç ue, au motij qu'un nouvel avocat avait dG être nommé pour la suite du procès et que celui-ci avait d8 se familiariser avec l'affaire, rendant inutile le travail d'étude que le requérant avait effectué durant l'instruction préparatoire .
(TRADUCTION) EN DROIT Le requérant se plaint qu'au lieu de percevoir une somme forfaitaire convenable pour ses prestations d'avocat commis d'office lors de 1'instruction préparatoire à un procès pénal, il n'a reçu qu'une rémunération insignifiante de 220 DM, ce qui l'a obligé à rembourser une avance sur honoraires, d'un montant de 6 000 DM, qui lui avait été versée au début de la procédure . Il allègue la violation de l'article 4, paragraphe 2, de la Convention et de l'article 1°' du Protocole additionnel . Incontestablement, il a épuisé les voies de recours internes à l'égard de son grief et respecté le délai de six mois (art . 26 de la Convention) . Selon la jurisprudence de la Commission, les éléments constitutifs de la notion de travail forcé ou obligatoire au sens de l'article 4, paragraphe 2, de la Convention, sont que le travail ou le service soit imposé à l'intéressé contre son gré, qu'il présente un caractère injuste ou oppressif ou constitue une épreuve inévitable (Recueil de Décisions 46, pp . 22, 32) . Or, en l'espèce, le requérant n'a pas été désigné comme avocat d'office contre son gré . Il n'a pas allégué non plus que le service effectué par lui constituât une quelconque épreuve. Le fait qu'on lui ait, par la suite, refusé le paiement d'une somme forfaitaire à titre d'honoraires ne transforme pas rétroactivement en travail forcé les services qu'il a volontairement acceptés . La présente affaire se distingue des requêtes n- 4897/71 et 5219/71 (Recueil de Décisions 42, pp . 41 et 94), déclarées recevables et réglées par voie de règlement amiable . Dans ces affaires-là, en effet, l'avocat requérant n'avait perçu absolument aucune rémunération pour ses services d'assistance judiciaire alors qu'en l'espèce, le requérant a touché au total 5 835,30 DM pour sa participation à]a procédure pénale en question . La rémunération aurait été plus appropriée s'il n'avait pas refusé de poursuivre son activité de défenseur . La seule question restant à trancher est donc celle de savoir si le requérant peut valablement réclamer des honoraires forfaitaires dont il aurait été privé contrairement à l'article 1° 1 du Protocole additionnel . - 102 -
L'article 97, combiné aux articles 83 à 86 du Règlement sur les honoraires d'avocat (BRAGO), prévoit des honoraires fixes pour les affaires pénales mineures . Cependant, pour les affaires plus complexes, l'article 99 (1) du Règlement stipule que : .(1) Dans les affaires pénales particulièrement complexes ou difficiles, l'avocat commis d'office par le tribunal doit percevoir, sur sa demande, pour tout ou partie de la procédure, une somme forfaitaire supérieure aux honoraires prévus à l'article 97 . .(2) La cour d'appel dans le ressort de laquelle l'affaire est traitée, statue sur la demande . . . • En l'espèce, la cour d'appel compétente a débouté le requérant de sa demande relative au paiement d'une somme forfaitaire pour ses services durant l'instruction préparatoire . La Commission a toujours déclaré ne pas pouvoir connaitre de requêtes alléguant que des erreurs de droit ou de fait ont été commises par les juridictions nationales (voir D .R . 18, pp . 31, 45) . Cependant, elle peut examiner si une juridiction nationale a arbitrairement opposé un refus à une demande, contrairement à la garantie prévue à l'article 1 - du Protocole additionnel (voir D .R . 7, pp . 8, 22, par . 7) . Il ressort du libellé de l'article 99 (1) du Règlement (• doit percevoir .ist zu bewilligen - ) que, dans les conditions précisées dans ce texte - c'est-àdire si l'affaire est complexe et difficile - l'avocat est fondé à réclamer une somme forfaitaire à titre d'honoraires . En l'espèce, il n'est pas contesté que l'affaire pénale en question fût complexe et difficile . Du reste, un autre avocat de la défense, qui avait précédé le requérant pendant 1'instruction préparatoire a perçu des honoraires forfaitaires de 2 000 DM . Le Gouvernement défendeur ne le nie pas mais soutient que les prétentions qui peuvent se fonder sur l'article 99 du Règlement ne dépendent pas seulement de la complexité et de la difficulté de l'affaire pénale ; eBes présupposent en outre que l'avocat de la défense, désigné essentiellement dans l'intérêt général pour assurer un procès équitable, assume ses fonctions de défense tout au long de la procédure et ne renonce pas irrégulièrement à son engagement d'assistance judiciaire . Aussi les honoraires ne sont-ils pas versés avant la fin du procès ni avant que 1'avocat commis d'office n'ait été déchargé de son devoir d'assister un accusé indigent . Le Gouvernement ajoute qu'une avance sur horioraires n'est accordée qu'à la même condition, à savoir que l'avocat d'office ne renonce pas à son engagement d'assistance judiciaire . La Commission relève que, manifestement, la cour d'appel a fondé sa décision de rejet de la demande du requérant sur le même raisonnement . Rien ne montre que cette interprétation de l'article 99 du Règlement soit arbitraire . Elle n'est pas non plus incompatible avec le libellé de cette disposition ni contredite par une jurisprudence constante .
- 103 -
Dans ces conditions, on ne saurait clairement établir que le requérant, qui a abandonné ses fonctions d'assistance judiciaire sans l'accord de la juridiction de jugement, puisse valablement réclamer des honoraires forfaitaires . La Commission ne peut donc pas contester que le refus d'honoraires pour les activités déployées lors de l'instruction préparatoires dénote l'apparence d'une violation de l'article 1 1, du Protocole additionnel . L'obligation faite au requérant de rembourser l'avance était une conséquence régulière du refus d'accorder des honoraires forfaitaires . Ce refus a rétroactivement détruit le fondement juridique du paiément anticipé et le requérant n'a eu qu'à restituer l'indû . A cet égard, la Commission relève également que l'avance a été faite après mise en accusation et ouverture du procds .A ce moment, on pouvait donc raisonnablement attendre du requérant qu'il accomplisse ses prestations au moins pendant le procès et il était clair pour l'intéressé, après le raisonnement suivi par la cour d'appel dans sa décision du . . . février 1978, que l'avance avait été faite à cette condition . De fait, la cour a souligné dans sa décision que le requérant ne pouvait certes pas, à l'époque, réclamer plus de 200 DM en vertu des articles 97, 84 (1) n° 1 du Règlement, mais qu'on ne pouvait pas exiger de lui qu'il attende la fin de la procédure de première instance ou l'expiration de son mandat pour être payé . Ce raisonnement indiquait bien que l'avance ne se justifiait que par le versement escompté des futurs honoraires forfaitaires, qui ne devait intervenir qu'à la fin de la procédure de première instance . L'examen par la Commission de ce grief, tel qu'il a été formulé, ne révèle donc aucune apparence de violation des droits et libertés inscrits dans la Convention et dans ses Protocoles, et notamment dans les articles précités . Il s'ensuit que la requête est manifestement mal fondée au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . Par ces motifs, la Commissio n
- 1pq -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 17/07/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.