Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9025/80
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-12-08;9025.80 ?

Analyses :

(Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-1-e) ALIENE, (Art. 5-2) INFORMATION DANS LE PLUS COURT DELAI, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9025/80 X . Company v/AUSTRI A Société X . c/AUTRICH E DECISION of 8 December 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 8 décembre 1981 sur la recevabilité de la requét e
Article 6, paragraph 1 of the Convention : The fact that a party to a contract to purchase the proceeds of a liquidation is not heard by the judge in bankruptcy, when he may nevertheless seize the ordinary courts to have its rights determined in respect of these proceeds does not constitute an interference with the right of access to a cou rt .
Artlcle 6, paragraphe 1, de la Convention : Ne constitue pas une atteinte au droit d'accès aux tribunaux le fait pour le co-contractant d'une masse en faillite de n'être pas entendu par le juge de la faillite, s'il peut par ailleurs saisir les tribunaux ordinaires pour faire étab/ir ses droits à!'égard de la masse ou de ses organes.
(francais : voir p . 197)
Summary of the relevant facts
In the bankruptcy proceedings of Company Y., Company X. (the applicant) made an offer to buy the bankrupt firm's assets, which was accepted by the official receiver . Under Austrian law this offer must subsequently be submitted for approvaf by the board of creditors and then to the bankruptcy court .
The board of creditors having agreed, the receiver sought the approval bv the court. !n the meanwhile another offer was received which the receiver considered to be more advantageous than that of the applicant company . Having obtained the approva l of this new offer by the board of creditors, he also submitted this offer to the bankruptcy court .
- 195 -
The court approved the second offer and rejected that of the applican t company . The applicant company tried to bring an appeal against the court's decision, submitting that as a result of the acceptance by the receiver, a perfect contract existed binding on both sides and that the decision of the bankruptcy cou rt had been taken without the company having been able to submit its views . This appeal was declared inadmissible. The Court of appeal was nevertheless called upon to examine the issue and pronounced itself in favour of the second offer, as it had been seized of an appeal lodged by some creditors against the bankruptcy court 's decision .
THE LAW (Extract) l . The applicant company complains (first of all) that the bankruptcy court took a decision which was decisive for, or directly determined, its civil rights arising out of a contractual relationship with the official receiver, without its being heard prior to the relevant decision against which no remedy was given to it . It considers this to be contrary to Article 6(1) of the Convention which provides inter alia that in the determination of his civil rights and obligations everyone is entitled to a fair hearing by a tribunal. The Commission notes that in the present case the applicant company had made an offer to the receiver to buy certain property from the bankrupt firm's estate, and that this offer had already been accepted by the receiver and the board of creditors . Under the applicable legal provisions, in particular S .95 of the Bankruptcy Act, this acceptance was however subject to approval by the bankruptcy court . This approval was refused because the receiver had in the meantime obtained a better offer from another firm to which the board of creditors had also declared its consent. The Commission further notes that according to the appGcable legal regulations as interpreted by the Austrian courts the above decision of the bankruptcy court under Section 95 of the Bankruptcy Act is considered as an intemal matter of the bankruptcy proceedings in relation to which third parties such as contractual partners of the bankrupt's estate have no standing . That is to say they are not treated as parties to the bankruptcy proceedings themselves in which they are neither heard nor have a right to appeal . The Supreme Court has decided that if they wish to assert their contractual rights they must avail themselves of an action in ordinary proceedings before the civil courts . The decision of the bankruptcy court of which the applicant company now complains was therefore taken without its being a party in the forma l
- 196 -
sense . The reason for this is that the proceedings in question are not designed to determine the civil rights of persons not immediately involved in the bankruptcy, but only the internal legal relationships between the bankrupt's estate and the creditors . The prevailing aim of the proceedings is the liquidation of the estate in the best interest of the creditors . The bankruptcy court may give its agreement to the conclusion of a certain contract only if it finds that this contract is in line with the above aim . It is in the nature of things that pending the decision of the bankruptcy court such contracts may not be concluded in a definitive form by the organs of the estate . The available remedies reflect this situation because they are based on the assumption that by the time of the bankruptcy court's decision only the estate and the creditors can have acquired a legal interest in the matter . If, however, the organs of the estate should have acted contrary to their duty not to prejudge the bankruptcy court's decision by entering prematurely into binding obligations towards third parties, then the law in fact provides a remedy to the latter in the form of a civil action before the ordinary courts . The applicant company in the present case claims that a binding contractual relationship had already been established between itself and the estate by the acceptance of its offer both by the receiver and the board of creditors . If this should be correct, its contractual rights would have been violated not by the bankruptcy court's refusal to approve this contract, but by the circumstance that the receiver and the board of creditors subsequently accepted another offer . The company's argument that in the circumstances a civil action would have been devoid of any meaning is not conclusive . In particular it has not been shown that an action against the receiver based on negligence could under no circumstances have succeeded . The Commission therefore concludes that there is no appearance of a refusal of access to the courts to the applicant company for the purpose of asserting its particular claim of a violation of contract . The applicant company's complaint in this respect must accordingly be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Article 27(2) of the Convention .
Résumé des faits pertinent s Dans la faillite d'une société Y., la société X . (la requérante) a fait une offre de rachat des actifs qui fui acceptée par le syndic de la faillite. Selon la loi autrichienne, cette offre devrait être ensuite soumise à !'approbation de la commission des créanciers puis à celle du juge des faillites.
- 197 -
L'approbation des créanciers étant acquise, le syndic sollicita celle du juge . Entre-temps un autre acheteur se présenta et fit une offre que le syndic jugea plus avantageuse que celle de la société requérante . Après avoir recueilli l'approbation des créanciers pour cette nouvelle offre, il la soumit également au juge des faillites . Le juge approuva la seconde offre et écarta celle de la société requérante. La société requérante tenta d'interjeter appel de la décision du juge des faillites en soutenant que, du fait de la première acceptation du syndic, il existait un contrat parfait entre elle-mBme et la masse et que la décision du juge des faillites avait été prise sans qu'elle pût faire valoir ses droits. Cet appel fut déclaré irrecevable .
Par ailleurs, la cour d'appel eut l'occasion de se prononcer en faveur de la seconde offre car elle avait été saisie par quelques créanciers d'un recours contre la décision du juge des faillites .
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait ) 1 . La société requérante se plaint (en premier lieu) que le juge des faillites ait pris une décision qui a eu une influence décisive directe sur des droits civils nés d'une relation contractuelle avec le syndic de faillite, sans que la société ait été entendue avant la décision incriminée, contre laquelle elle n'a disposé d'aucun recours . Elle estime cette situation contraire à l'article 6, paragraphe 1, de la Convention, qui prévoit notamment que toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement par un tribunal qui décidera des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil . La Commission relève qu'en l'espèce la société requérante avait fait au syndic l'offre d'acheter certains actifs de la masse en faillite d'une société et que cette offre avait déjà été acceptée par le syndic et la commission des créanciers . Selon les dispositions légales applicables, notamment l'article 95 de Ia loi sur la faillite, cette acceptation était néaamoins sujette à l'approbation du juge des faillites . Or, cette approbation fut refusée parce que le syndic avait entre-temps obtenu d'une autre entreprise une meilleure offre à laquelle la commission des créanciers avait également donné son consentement . La Commission relève en outre qu'en vertu des règles applicables telles qu'interprétées par les tribunaux autrichiens, notamment de l'article 95 de l a
-198-
loi sur la faillite, la décision précitée du juge des faillites est considérée comme une affaire interne à la procédure de faillite, à l'égard de laquelle les tiers, par exemple les co-contractants de la masse, n'ont pas qualité pour agir . Autrement dit, ils ne sont pas considérés comme des parties à la procédure de faillite, au cours de laquelle ils ne sont pas entendus et n'ont aucun droit de recours . La Cour supréme a décidé que s'ils veulent faire valoir leurs droits contractuels, ils doivent agir devant les juridictions civiles ordinaires . La décision du juge des faillites dont se plaint la société requérante a donc été prise sans que ladite société soit partie au sens formel . La raison en est que la procédure en question ne vise pas à statuer sur les droits civils de personnes qui ne sont pas immédiatement impliquées dans la faillite mais seulement à fixer les rapports juridiques internes entre la masse et les créanciers . L'objectif essentiel de la procédure étant de liquider la faillite au mieux des intéréts des créanciers, le juge des faillites ne peut donner son accord à la conclusion d'un certain contrat que s'il estime celui-ci conforme à l'objectif susdit . Or, il est dans la nature des choses qu'en attendant la décision du juge, pareils contrats ne peuvent pas être conclus en forme définitive par les organes de la masse . Les recours existants reflètent cette situation, puisqu'ils se fondent sur l'hypothèse qu'au moment de la décision du juge des faillites, seuls la masse et les créanciers ont acquis un intérêt juridique à l'affaire . Dans l'hypothèse, toutefois, où les organes de la masse agiraient au mépris de leur devoir de ne pas anticiper sur la décision du juge des faillites et contrâcteraient prématurément des obligations vis-à-vis de tiers, la loi accorde à ces tiers un recours par voie d'action civile devant les tribunaux ordinaires . En l'espèce, la société requérante prétend qu'un contrat parfait avait déjà été conclu entre elle-méme et la masse en faillite du fait que son offre avait été acceptée par le syndic et par la commission des créanciers . S'il en était ainsi, ses droits contractuels auraient été enfreints non pas par le refus du juge des faillites d'approuver le contrat mais par le fait que le syndié»et les représentants des créanciers avaient ultérieurement accepté une autre offre . L'argument de la société selon lequel, dans les circonstances de l'espèce, une action civile n'aurait eu aucun sens n'est pas convaincant . En particulier, il n'est pas établi qu'une action contre le syndic pour négligence n'aurait pas été couronnée de succès .
Aux yeux de la Commission, il n'apparait donc pas que la société requérante se soit vu refuser l'accès aux tribunaux pour agir en rupture de contrat . Le grief formulé à cet égard par la société requérante doit donc étre rejeté comme manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 199 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 08/12/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.