Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9478/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-12-08;9478.81 ?

Analyses :

(Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-1-e) ALIENE, (Art. 5-2) INFORMATION DANS LE PLUS COURT DELAI, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9478/8 1 X . v/The FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGN E DECISION of 8 December 1981 on the admissibility of the application DÉCISION du 8 décembre 1981 sur la recevabilité de la requ@t e
Artlcle 8, para gr aph I of the Convention : a) In deciding whether the deportation of a foreigner constitutes an interference with his right to respect for family life, it is necessa ry lo examine whether his close family members have a reasonable oppo rtunity to follow him and whether there are jamily ties in the country of destination. b) In deciding whether the depo rtation of a foreigner constitutes an interference with his right to respect for private life, account musl be taken not only of links established in the host country but also of their precarious nature where the reridence permit has been conditional throughout.
Artlcle 8, paragraphe 1, de 4 Conventlon : a) Pour apprécier si l'espulsion d'un étranger porte atteinte d son droit au respect de sa vie familiale il faut re chercher si les p roches membres de sa famille ont une possibilité raisonnable de le suivre et s'ils ont des liens familiaux dans le pays de destination . b) Pour apprécier si l'espuGion d'un étranger po rte atteinte d son droit au respect de sa vie privée, il faut tenir compte non seulement des liens qu'il a noués dans le pays d'accueil mait aussi de leur caraclère précaire, lorsque l'autorisation de séjour était d'emblée conditionnelle .
- 243 -
(%rancair : voir p. 246 ) Summary of the relevant fncts The applicanP . of Indonesian nationality, arrived in the Federal Republic of Germany in 1970 as a student to join her husband, also an Indonesian studying in the FRG since 1969. The couple had two children, born in 1971 and 1972. Since 1973 the applicant has had a temporary work permit in order to suppon her family. This permit was specifically and strictly limited to the length of her husband's studies and the couple had to acknowledge in writing its exceptional nature and the attached conditions . The couple dirrorced in 1977 and custody of the children was awarded to the mother, the applicant. In 1980 the German authorities refused to renew the applicant's residence permit as the aforementioned conditiona were no longer fu l,filled, the applicant no longer having to support her husband . The applicant was given siz months within which to leave the territory of the FRG, on threat of deportation . Her various appeals were dismissed . THE LAW (Extract) . . . . . . . . . . . . .. . The applicant complains that the interference which her proposed deportation constitutes with her "right to respect for her private and family life" as guaranteed by Article 8(1) cannot be regarded as "necessary" for any of the purposes-set out in Article 8 (2) . The Commission recalls that it has consistently held that the right for an alien not to be expelled from a particular country is not specifically guaranteed by the Convention (cf. e .g . Applications Nos 4314/69, Collection of Decisions 32, p . 96, 4403/70 and others Collection of Decisions 36, p . 92, 5269/74 Collection of Decisions 39, p . 104) . Nevertheless it has also held that expulsion from a country where close members of the deportee's family are living may amount to an infringement of Article 8 of the Convention . In deciding whether an interference has arisen in such cases the Commission has considered the practicability and reasonableness of the close members of family concerned accompanying or following the applicant (e .g . Application No . 5269/71 supra) . A further factor to be considered is the links which the deportee and the other members of the family have with the destination country and in particular whether there are further members of the family or relatives there . • The applicant was represented before the Commission by Rechtsanwah Gerd Haselbach . lawver in Mainz .
- 244 -
In the present case the applicant is already responsible for the care of her children and has been fulftlling this obligation single handedly since her divorce . However it appears from the documents which have been submitted on her behalf that her parents still live in Indonesia and that she and her children have been in regular contact with them, to the extent that her children have spent periods of months staying with them . Accordingly the Commission is of the opinion that it would not be wholly unreasonable to expect the applicant to take her children with her to Indonesia, notwithstanding her contention that their educational and other prospects are worse there than in the Federal Republic and concludes that there is no appearance of an interference by the respondent Government with the applicant's right to respect for her family life within the meaning of Article 8 . As far as the applicant's private life is concerned, it is true that she has been in the Federal Republic of Germany continuously for over eleven years, during which time she and her children have established the network of friends and acquaintances which would be expected after a prolonged period spent in one area . The question before the Commission is therefore whether the relationships established by an individual's social intercourse over a given period constitute 'private life' within the meaning of Article 8(I) of the Convention . The Commission has already examined the scope of the meaning of "private life" under the Convention, notably in Application No . 6825/74, D .R . S p . 86) where it concluded that the term extended, beyond the right to live, as far as one wishes, protected from publicity, to include to a certain extent : "the right to establish and to develop relationships with other human beings . especially in the emotional rield, for the development and fulfilment of one's own personality" . The Commission has held however that the claim to respect for private life is automatically reduced 'to the extent that the individual himself brings his private life into contact with public life or into close connection with other protected interests" (Application No . 6959/75, D .R 10 . p . 100-115) . In the present case the applicant's presence in the Federal Republic of Germany was always subject to restrictions, which were personal to her and were in fact relaxed in her favour by way of an exception . However at no time was their any suggestion that her permission to remain in the Federal Republic was anything but conditional and temporary . Even assuming therefore that her circle of acquaintances established during her stay in Germany do constitute relationships recognised as private life within the meaning of Article 8(1) of the Convention, the Commissio n
- 245 -
concludes that the order for her deportation cannot be regarded as an interference with her right to respect for such relationships, since the applicant knew and acknowledged at all material times that her presence, and hence her basic ability to establish and develop such relationships, was temporary and subject to revocation . It follows that the applicant has not established an interference with her right to respect for her private life or, by analogy that of her children and hence to establish a breach of Article 8 of the Convention . Accordingly the applicant's complaint is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention .
Résumé des faits pertinent s De nationalité indonésienne, la requérante* est arrivée en République Fédérale d'Allemagne en 1970 comme étudiante, pour rejoindre son mari, lui aussi indonésien et étudiant en RFA depuis 1969. Les époux ont eu deuz enfants. nés en 1971 et 1972 . Dès 1973, la requérante a obtenu une autorisation provisoire de travailler pour entretenir sa famille. Cette autorisation était stipulée strictement limitée à la durée des études du mari et les époux durent reconnaître par écrit le caractère exceptionnel de cette autorisation et les conditions qui y étaient atmchées. Les époux divorcèrent en 1977 et les enfants furent confiés à leur mère, la requérante . En 1980, les autorités allemandes refusèrent de renouveler l'autorisation de séjour de la requérante au motif que la condition susmentionnées n'était plus réalisée, la requérante n'ayant plus à aider financièrement son mari. Un délai de six mois était imparti à la requérante pour quitter le territoire de la RFA, sous menace d'expulsion. Ses divers recours ont été rejetés.
• La requérante était représentée devant la Commission par Me Gerd Hasselbach . avocat à Mayence .
-246-
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait) La requérante se plaint que la mesure d'expulsion envisagée à son égard constitue, dans l'exercice de son .droit au respect de sa vie privée et familiale ., garanti par l'article 8, paragraphe 1, une ingérence qui ne peut pas être considérée comme .nécessaire• à l'un des objectifs énumérés à l'article 8, paragraphe 2 . La Commission rappe8e que, selon sa jurisprudence constante, la Convention ne garantit pas expressément le droit pour un étranger de ne pas être expulsé d'un pays déterminé (cf . par exemple requêtes n° 4314/69, Recueil de Décisions 32, p . 96 ; n° 4403/70 et autres, Recueil de Décisions 36, p . 92 ; n° 5269/74, Recueil de Décisions 39, p . 104) . Cependant, elle a également déclaré que l'expulsion d'un pays où vivent des membres proches de la famille de l'expulsé peut être contraire à l'article 8 de la Convention . Pour décider si tel est le cas, la Commission examine s'il est possible et raisonnable que les proches membres de la fami0e accompagnent ou suivent le requérant (cf . par exemple requête n° 5269/71, supra) . Un autre élément doit aussi être pris en considération : les liens que l'expulsé et les autres membres de sa famille entretiennent avec le pays de destination et, notamment, la présence d'autres membres de la famille dans ce pays . En l'espèce, la requérante a la charge de ses enfants, qu'elle élève seule depuis son divorce . Il ressort cependant des éléments du dossier que ses parents vivent toujours en Indonésie et qu'elle-même et ses enfants entretiennent des contacts réguliers avec eux puisque les enfants ont même séjourné plusieurs mois chez eux . En conséquence, la Commission est d'avis qu'il ne serait pas vraiment déraisonnable de s'attendre à ce que la requérante emmène ses enfants avec elle en Indonésie, même si elle soutient que les possibilités d'instruction et autres y sont moins bonnes qu'en République Fédérale . Elle en conclut qu'il n'y a pas apparence d'ingérence du Gouvernement défendeur dans l'exercice du droit au respect de la vie familiale que l'article 8 garantit à la requérante . En ce qui conceme la vie privée de la requérante, il est vrai que celle-ci a séjourné de manière continue en République Fédérale d'Allemagne depuis plus de Il ans et qu'elle et ses enfants y ont constitué le réseau d'amis et de relations habituel après un long séjour dans un pays . La Commission doit donc établir si les liens créés par les rapports sociaux d'un individu pendant une période donnée relèvent de •la vie privée•, au sens de l'article 8, paragraphe 1 . de la Convention .
- 247 -
La Commission a déjà interprété l'expression •vie p ri vée . employée dans la Conventi on, notamment dans la requête n° 6825/74 ( D .R . 5, p . 88) où elle a admis que l'expression visait non seulement le droit de vivre autant qu'on le désire à l'ab ri des regards étrangers mais incluait aussi, dans une certaine mesure : .le droit d'établir et d'entretenir des relations avec d'aut re s êtres humains, notamment dans le domaine affectif, pour le développement et l'épanouissement de sa propre personnalité • . La Commission a cependant déclaré que la prétention au respect de la vie p rivée se trouve automatiquement réduite dans la mesure où l'individu lui-même met sa vie privée en contact avec la vie publique ou la place dans un rapport é troit avec d'autres intérêts protégés (requête n° 6959/75, D .R . 10, pp . 100 à 138) . En l'espèce, la présence de la requérante en République Fédérale d'Allemagne a toujours é té soumise à des restricti ons qui lui é taient personnelles et auxquelles il ne fut en fait dérogé qu'à ti tre exceptionnel . Cependant, rien n'a jamais permis de penser que l'auto ri sation de séjour en RépubGque Fédérale ait cessé d'étre conditionnelle et temporaire . Même en admettant que les liens que la requérante a noués pendant son séjour en Allemagne soient reconnus comme relevant de la vie p rivée, au sens de l'a rt icle 8, paragraphe 1, de la Conven ti on, la Commission estime que l'arrété d'expulsion de ' la re quérante ne saurait être considéré comme une atteinte au droit au re spect de ces liens, puisque la requérante savait et a reconnu à l'époque des faits que sa présence, et donc la possibilité pour elle de créer et de développer ces liens, étaient temporaires et précaires . Il s'ensuit que la requérante n'a pas établi l'existence d'une atteinte à son droit au respect de sa vie p ri vée ou, par analogie, de celle de ses enfants, et n'a donc pas montré qu'il y ait pu y avoir violation de l'article 8 de la Convention . En conséquence, le g rief de la requérante est manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 248 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 08/12/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.