Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. et Y. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9099/80
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-12-09;9099.80 ?

Analyses :

(Art. 5-1) LIBERTE PHYSIQUE, (Art. 5-1) VOIES LEGALES, (Art. 5-1-e) ALIENE, (Art. 5-2) INFORMATION DANS LE PLUS COURT DELAI, (Art. 5-4) INTRODUIRE UN RECOURS


Parties :

Demandeurs : X. et Y.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9099/80 X . and Y . v/AUSTRI A X . et Y . c/AUTRICH E DECISION of 9 December 1981 on the admissibility of the applicatio n DECISION du 9 décembre 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Artlcle 6, paragraph I of the Convention : In civil proceedings the language used is a relevant factor for a fair hearing . Nevert heless a defendant faced with proceedings brought in a foreign language must show that he took reasonable steps to seek a tranalation promptly .
Article 6, paragraphe 1, de la ConrenUon : En matière civile . la langue de la procédure n'est pas un élément étranger a la notion de procès équitable. Toutefois. en présence d'une notification faite en langue é trangère, le plaideur doit faire preuve de diligence en usant à temps des possibilités d'obtenir une traduction .
((rancais : voir p . 211 )
Summary of the relevant facts
Both applicants are of Dutch nationality. The mother tongue of one of them is Dutch, the other one's is Chinese. Both applicants' knowledge of German is ve ry limited. Both applicants are shareholders in a Dutch firm which acquired in 1977 a production license from an Austrian ftrm . The contract, drawn up in German, stipulated that the applicants were liable for the license fees. As the applicant's firm went bankrupt, they were summoned before Austrian courts by four different court actions to pay the fees . Summonses were se rved on the applicants in the Netherlands in the German language. In three cases the receipt was acknowledged on forms in the German language, in one case in Dutch. The applicants submit that they did not understand the
-2p9-
contents of the summonses and that they had forwarded them to the company's manager, who had declared that he would take the appropriate actio n As they failed to appear at the trial, default orders were made against the applicants in Austria . The judgments were also served on them in German in 1979 together with notices or appeal procedure. One of these, served in the beginning of June 1979, was accompanied by an explanation notice in the Dutch language. Allegedly only as a result of this document did the applicants understand what the proceedings were about . The applicants instructed a lawyer in Austria and th ro ugh him requested to be heard and lodged an appeal against the convention . This request as we!( as the appeal were rejected . The Austrian cou rts held that the summons had been lawful and that under the The Hague Convention on civil proceedings the applicants could have refused service which were not accompanied by a Dutch translation .
THE LAW (Extract ) The applicants' principal complaint is that they were summoned to appear before an Austrian court in a language which they did not understand, a fact which led to the pronouncement of a judgment in default against them . They consider that this amounts to a violation of the principles of fair hearing as guaranteed by Article 6(1) of the Convention . The Commission observes that the right to be informed of the nature and cause of a civil action in a language which the defendant understands is not expressly guaranteed in the Convention . A similar guarantee is only provided for in criminal cases by virtue of Article 6 (3) (a) . This does' not mean, however, that the language of court proceedings and of individual acts relating to them can under no circumstances be relevant in the context of the application of Article 6(1) to civil cases . Whether or not the failure to translate certain documents is unfair must, however, be determined in each individual case having regard to the particular circumstances . Now it appears from the facts of the present case that the applicants had themselves concluded a contract with an Austrian firm which was drawn up in German . This contract contained inter alia a clause providing for their personal liability, and it was further agreed that jurisdiction for disputes arising in connection with the contract would lie with the Austrian courts . Already entering into such an agreement without a sufficient knowledge of German, the applicants incurred a considerable risk by their own free decision . Although they may not at once have understood the court actions when they were served upon them, it nevertheless results from the file that at least one of these actions was handed to them together with a receipt form in th e
-210-
Dutch language in which it was expressly stated that the case was between the Austrian firm and each of the applicants ("in the zaak . . . tegen hemzelf') . Both applicants signed this notice on . . . March 1979 . The applicants' contention that the true nature of the above documents did not come to their knowledge before . . . June 1979 has therefore no basis in the facts . They could have known the situation even before the pronouncement of the first judgment in default on . . . March 1979 . This judgment itself was again served on the applicants with a receipt form in Dutch which the first applicant signed, but the second applicant refused to sign on some date in April 1979 . The competent judicial officer in Groningen reported to the Regional Court of Innsbruck on . . . April 1979 that both applicants had declared that they were not prepared to accept any letters from foreign courts in the future . Apart from this it is at least surprising that the applicants should not have made any inquiries into the nature of the documents received by them, given the fact that they were handed to them personally by court officials, and not sent through the mail . It is also noteworthy that they forwarded these documents to the manager of their company who, according to their own submissions, had caused the bankruptcy of the firm by his fraudulent behaviour, and that they did not at least ask this manager (whom they were supposed to supervise) as to the contents of the papers and his intentions regarding them . The Commission considers that, having regard to all the relevant circumstances, it was not required in this case to translate the above documents into Dutch language from the outset . If the applicants had acted with due care they could have found out in time what these documents were about and also that they had a possibility under the Hague Convention of requesting a translation . It follows that there is no appearance of a violation of Article 6(1) and the applicants' complaint in this respect must accordingly be rejected as being manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention .
Réaumé des falts perllnent s Les deux requérants sont de nationalité néerlandaise. L'un est de langue maternelle néerlandaise . l'autre de langue maternelle chinoise. Tous deux ont une très jaible connaissance de l'allemand. Une entreprise néerlandaise dont les deux requérants sont actionnaires a acquis en 1977 d'une firme autrichienne une licence de fabrication . Le contrat, rédigé en allemand, stipulait que les deux requérants garantissaient le paiement des royalties . L'entreprise des requérants ayant fait jaillite, ceux-ci furent assignés en paiement devant les tribunaux autrichiens en quatre actions distinctes .
-21t-
Les assignations furent notifrées aux requérants aux Pays-Bas en langue allemandé . Dans trois cas la formule d'accusé de réception était en allemand, dans un cas en néerlandais . Les requérants prétendent n'avair pas compris la teneur des assignations et avoir remis celles-ci au directeur de l'entreprise . qui déclara se charger defaire le nécessaire . N'ayant pas comparu, les requérants furent condamnés en Autriche par défaut. Les jugements leur furent notifiés de même . en allemand en 1979, avec indication des voies de recours . L'un d'entre eux. notifié au début de juin 1 979, était accompagné d'une notice explicative en néerlandais . C'est par elle que les requérants auraient appris de quoi il en retournait . , -Les requérants constituèrent avocat en Autriche et, par son intermédiaire, demandèrent une procédure contradictoire et intérjetèrent appel du jugement rendu.Cette demande et cet appel furent rejetés . Les tribunaux autrichienr estimèrent en effet que les assignations avaient été régulières et qu'aux termes de la Convention de La Haye sur la procédure civile les requérants auraient pu refuser les notifications non accompagnées d'une traduction en néerlandais. (TRADUCTION) EN DROIT (Extrait e ) Le principal grief des requérants est qu'ils ont été cités à comparaitr devant un tribunal autrichien dans une langue qu'ils ne comprenaient pas, ce qui a entraîné le prononcé contre eux d'un jugement par défaut . Il en résulte, à leurs yeux, une violation des-principes du procès équitable, tels que les ' garantit l'article 6, paragraphe 1, de la Convention . La Commission observe que la Convention ne garantit pas expressément le droit d'être informé, dans une langue que le défendeur comprend, de la nature et de la raison d'une action civile . Pareille garantie n'est prévue par l'article 6, paragraphe 3 (a), qu'en matière pénale . Ceci ne signifie pas cependant que la langue du procès et des actes de procédure y afférents ne puissent jamais entrer en ligne de compte dans le contexte de l'application de l'article 6, paragraphe I . à des affaires civiles . Pour savoir si le fait de n'avoir pas traduit certains documents est inéquitable, il faut cependant examiner chaque cas individuellement, eu égard aux circonstances en l'espéce . Or, il ressort des faits de la cause que les requérants avaient eux-mémes conclu avec une firme autrichienne un contrat rédigé en allemand . Ce contrat comportait notamment une clause mettant en jeu leur responsabilité personnelle et contenait une élection de for en faveur des tribunaux autrichiens . Or, déjà en signant cet accord sans connaître l'allemand, les requérants ont assumé de leur propre gré un risque considérable . Il se peut qu'au début ils n'aient pas compris le sens des assignations qui leur étaient notifiées . Cependant, il ressort du dossier qu'au moins l'un e - 712 -
de celles-ci leur a été remise avec une forntule d'accusé de réception rédigée en néerlandais et précisant expressément que l'affaire opposait la firme autrichienne à chacun des requérants (in de zaak . . . tegen hemze(J) . L'un et l'autre requérants ont signé cette formule le . . . mars 1979 . Aussi l'argument selon lequel ils n'auraient été informés de la véritable nature des documents précités que le . . . juin 1979 manque-t-il en fait . Les requérants auraient pu connaitre la situation avant même le prononcé du premier jugement par défaut le . . . ntars 1979 . Ce jugement leur a été lui-même stgnitié, accompagné d'une formule d'accusé de réception rédigée en néerlandais, formule que le premier requérant a signée mais que le second a refusé de signer en avril 1979 . Le magistrat compétent de Groningue signala au tribunal régional d'Innsbruck le . . . avril 1979 que les deux requérants avaient déclaré qu'à l'avenir ils n'accepteraient plus aucune lettre de tribunaux étrangers . Ceci mis à part, il est pour le ntoins surprenant que les intéressés n'aient posé aucune question sur la nature des documents recus, étant donné que ces documents leur avaient été rentis personnellenient par huissier et non envoyés par la poste . Il est égalcment remarquable qu'ils aient envoyé ces docuntcnts au directeur de leur société qui, à les entendre, avait provoqué la faillite de l'entreprise par son comportement frauduleux, et à qui ils n'ont même pas demandé (alors que ce directeur était censé se trouver sous leur contrôle) ce que contenaient les papiers ni ce qu'iI avait l'intention d'en faire . La Commission estime que, vu les circonstances, il n'était pas nécessaire en l'espèce de présenter d'emblée une traduction des documents précités en néerlandais . Si les requérants avaient manifesté la diligence voulue, ils auraient pu découvrir à temps le contenu de ces documents et apprendre qu'ils pouvaient également en demander la traduction, conformément à la Convention de La Haye . Il s'ensuit qu'on ne saurait déceler une violation de l'article 6, paragraphe I, et que le grief des requérants doit en conséquence étre rejeté comme manifestement mal fondé, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 213 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 09/12/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.