Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. PAYS-BAS


Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9433/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1981-12-11;9433.81 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : PAYS-BAS

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9433/8 1 X . v/THE NETHERLANDS X . c/PAYS-BA S DECISION of l l December 1981 on the admissibility of the applicatio n
DÉCISION du 11 décembre 1981 sur la recevabilité de la requêt e
Article 6, paragraph I of the Convention : a) Is observance of the principle "ne bis in idem"guaranteed by this provision? (Question not pursued). b) Reasonable time : Determination of the moment when the individual is affected by criminal proceedings against him in the case where ce rtain investigations took place long before the opening of the criminal proceedings. strictly called.
Artlcle 6, paragraphe 1, de la Conventlon : a) Le respect du principe "ne bis in idem " est-il garanti par cette disposition ? (Question non résolue) . b) Délai raisonnable : Détermination du moment où la situation de l'intéressé a été affectée par les poursuites pénales engagées contre lui, dans le cas où certaines enquêtes avaient eu lieu longtemps avant l'ouveKure de la procédure pénale proprement dite.
(francais : voir p . 238) Summary of the rclevant facts The applicant, of Dutch nationality, was accused in 1948 of having entered the German police or army during the Second World War, subsidiarlty of having rendered assistance to the ennemy in Poland, of having administered the belongings of lewish a rt leaders in Krakau and of having benefitted from various facilities offered to him by the ennemy . In April 1 949 the Extraordinary
- 233 -
Court of Amsterdam convicted the applicant and sentenced him to one year's imprisonment on the first subsidia ry charge, acquitting him for lack of evidence on the other charges . The sentence was reduced to 8 months on appeal to the Cou rt of Cassation . In 1950 and 1952 the Polish Oovernment requested the applicant's extradition on charges concerning the murder of civilians in Urycz and the pillage ofJewish belongings in Lwow and Krakau . The Netherlands authorities refused extradition, particularly on the ground of the ne bis in idem principle. In 1952 the Netherlands Minister of Justice apparently decided to provide the applicant with a definitive "discharge of criminal proceedings" . At the end of 1976 the applicant was arrested in Switzerland and handed over to the Netherlands authorities. In March 1977 he was charged with crimes against humanity and in particular of having participated in the 1941 massacres in Podhorodce and Urycz (Poland) . In December the Regional Court of Amsterdam convicted the applicant for the Podhorodce massacres acquitting him of the Urycz massacres. It sentenced him to 15 years imprisonment. In May 1978 the Netherlands Supreme Courtfound that the principle of ne bis in idem did not apply to the conviction but referred the case back to the Regional Court of The Hague . defence rights having been prejudiced by that court's refusal to hear certain witnesses . Coruidering that the 1952 declaration by the Minister of Justice ended proceedings, The Hague Court declared the charges inadmissible and ordered the applicant's release . The public protecutor appealed and the Supreme Court quashed this decision in May 1979 and referred the case back to the Regional Court of Rotterdam . This Court decided to release the applicant in view of his advanced age and to suspend proceedings in view of his mental state . This decision, which was given in September 1979, was quashed by the Supreme Court in February 1980. In July, the Regional Cou rt of Rotterdam convicted the applicant and sentenced him to 10 years' imprisonment, having found him guilty of the events in Prodhorodce . In January 1981 the Supreme Court dismissed the applicant's cassation appeal.
THE LAW (Extract ) The applicant has first complained that he was prosecuted in 1971 and convicted and sentenced in 1981 for acts for which he had been acquitted by the Netherlands courts in 1949 . He considers this to be in breach of the principle of "ne bis in idem" .
- 234 -
Even assunining that a violation of this principle could under specific circumstances interfere with the right to "fair trial" enshrined in Article 6 of the Convention (cf. in this respect decision on the admissibility of Application No . 4212/69, Collection of Decisions 35, p . 151, 154), the Commission observes that the indictment of 29 September 1948 related to the charges of (a) voluntarily joining the enemy's forces, (b) rendering assistance to the enemy and (c) misappropriation by intimidation . He had been acquitted in 1949 of charges (a) and (c) and convicted on charge (b) . It was thus established in court, it is true, that the applicant had not joined the German army . The indictment issued in 1977, consisted of various elements, of which only one was the relationship between the applicant and the German army . However, it is clear from the wording and history of Article 27 (a) of the Decree Extraordinary Law that the degree of association with the enem}%s army required by that provision is of a broader scope so as to include also occasional services . An acquittal of the former charge does not therefore constitute an obstacle to a prosecution and subsequent conviction on the basis of the latter charge . The most essential component of the indictment in 1977 was the applicant's participation in the mass execution in Prodhorodce . It emerges from the tile that the proceedings brought against the applicant in 1949 had no bearing whatsoever on these events . In the absence of such an essential relationship between the previous tried facts and the present charge . the Commission is of the opinion that the "ne bis in idem" rule could not apply in the present case . It is true that the refusal by the Netherlands authorities to comply with two subsequent extradition requests from Poland in 1950 and 1952 had been motivated by the principle of "ne bis in idem" . The reason given by the Netherlands' authorities for doing so was that the extradition was requested tor acts which the applicant was alleged to have committed in his capacity as "an officer of the Security Police" and therefore concerned a point that had been decided in the Netherlands by a court . Whatever the merits of the above decision may be, the mere fad that on one aspect of the indictment-the degree of the applicant's association with the German army-an irrevocable stand had been taken by the Netherlands courts does not render inadmissible the present criminal proceedings which, as has been stated above, relate to a different set of facts from those tried in 1949 . It follows that on this assumption, this part of the application is in any event ntanifestly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention .
The applicant has further complained in this context that the criminal charges against him have not been determined within a reasonable time contrary to Article 6(1) of the Convention . He submits, in particular, that in October 1952 the Minister of Justice gave an undertaking that he would not be prosecuted and that this raised in him the expectation, steadily and gradually increasing as time went by, that no criminal charges would be brought against him . Article 6(1) of the Convention guarantees to everyone charged with a criminal offence that the charges against him should be determined within a reasonable time . In order to assess whether this provision has been complied with, the Commission must in the first place determine the beginning and the end of the period which is to be taken into consideration . The Commission recalls that the European Court of Human Rights has held that the period which has to be taken into consideration "begins with the day on which a person is charged . . . as this word is understood within the nteaning of the Convention (Neumeister Case, Series A, Judgment of 27 June 1968, p . 41) . The Commission itself has established the principle that "the relevant stage is that at which the situation of the person concerned has been substantially affected as a result of the suspicion against him (cf. Report of the Commission in Application No . 4517/70, Huber v . Austria, Decision and Reports 2, p . II) . The Commission observes in the present case that the indictment of the present criminal proceedings is dated . . . March 1977 . However, he had already been arrested in Switzerland on . . . December 1976 . The applicant maintains that he was under a criminal charge as from 1950 when enquiries were made in relation to a first extradition request from Poland . It is true that in the early fifties a great deal of evidence continued to be transmitted to the Netherlands from abroad concerning the applicant's role in the area and period concerned and that the applicant was aware of this, in particular as he was heard in relation to the two Polish extradition requests . These events cannot, however, be considered to form part of the criminal proceedings which followed the indictment of 1977 . The Commission therefore finds that the applicant began to be substantially affected by the criminal proceedings at issue in the present cases as from . . . December 1976 . The Commission further recalls that the European Court of Human Rights has held that Article 6 is, in criminal matters . "designed to avoid tha t
- 236 -
a person charged should remain too long in a state of unce rt ainty about his fate" (Sttigmüller Case, Judgment of 10 November 1969, Series A, p . 40) . The Commission has itself held, in re lation to the termination of the period under Article 6( 1), that "the same general principle as that governing the beginning of the pe riod should apply to the ending of that period in the sense that the period lasts until the situation of the person concerned has ceased to be affected as a result of the charges levelled against him" (cf. Huber v . Aust ria, Decisions and Repo rts 2, p . 21) . In a more recent application the Commission decided that the decision to discontinue criminal enquiries and the communication of this decision to the applicant implied that from that moment on the applicant ceased to be affected as a result of the suspicion against him, and that he was no longe rtainties which Article 6 seeks to limit . rsufeingomthc Similarly, in the present case, however much the applicant may have been suffering from the unce rt ainty about p rospects of future cri minal proceedings, he ceased to be affected by this when, as the applicant has maintained all through the proceedings, the Minister of Justice informed him in 1952 of his decision that he would not be prosecuted . He was thus in any event not subject to any "criminal charge" for the purpose of Article 6 between the date on which he took cognisance of the above decision and the date on which he was informed of the present accusation . It follows that the sole pe ri od to be conside red for the purposes of Article 6 (1) is the period that elapsed since December 1976 until January 1981, when the Supreme Cou rt delivere d its last judgment in this case . In considering that question, the Commission has taken into account all the circumstances of the case, the complexity of the case as a whole, the manner in which it has been handled by the national authorities and cou rt s, and the applicant's own conduct (cf . Huber v . Austria, Decisions and Report s 2, p . 22) . The Commission observes that it follows from the very nature of the charge that the investigations required consideration of a substantial quantity of evidence from diffe rent sources . Fu rthermo re , there is nothing in the file to sugggest that the manner in which the national authorities conducted the proceedings was unreasonable . Investigating the cri mes more than 30 years after their commission was extre mely difficult . The investigations re quired the examination of a large number of witnesses sca ttered all over the world, whose whereabouts could only be asce rt ained with great difficulty, or not at all . It is in this respect also re levant that the Regional Court in Rott erdam in September 1979 decided to suspend cri minal proceedings in view of the applicant's mental state of health and that criminal proceedings were resumed in February 1980, when the Supreme Court quashed that decision . The Commission fu rt her notes that in the framework of the va rious nullity proceeding s
- 237 -
before the Supreme Court the applicant, although represented by counsel, personally formulated numerous grievances which, either in view of their factual nature or repetitive character or tardiness, could not be regarded as grounds on which the Supreme Court was called upon to give a decision, but necessarily delayed its fmdings . Proceedings were furthermore complicated by the numerous objections levelled by the appliccant and his counsel against procedural and interlocutory decisions taken in the course of the proceedings . In view of the above, the Commission does not consider that the delay from December 1976 until January 1981 was exceptionally long and that it has exceeded a reasonable time for the purposes of Article 6 (1) . The facts of the case, as submitted to the Commission, do not therefore disclose any appearance of a violation of this provision .
Résumé des faits pertinent s De nationalité néerlandaise, le requérant a été accusé en 1948 d'@tre eritré durant la seconde guene mondiale dans des services de la police de l'armée allemande, subsidiairement d'avoir prété assistance à l'ennemi en Pologne, d'avoir administré les biens de marchands juifs d'objet d'art â Cracovie et d'avor utilisé à son avantage diverses facilités
concédées par
l'emiemi . En avril 1949, la cour extraordinaire d'Amsterdam le condamna â un an de prison pour la première accusation subsidiaire et l'acquitta faute de preuves pour le surplus . La peine fut réduite à huit mois après pourvoi en cassation .
En 1950 et 1952, le Gouvernement polonais demanda aux Pays-Bas l'extradition du requérant à la Pologne pour y répondre d'accusations de nieurtres de civils à Urycz et de pillage de biens juifs à Lwow et â Cracovie . Les autorités néerlandaises refusèrent l'extradition en se fondant notamment sur le principe . ne bis in idem » . En 1952, le Ministre de la Justice des Pays-Bas aurait déclaré à l'intention du requérant que les poursuites qui avaient été engagées contre lui étaient définitivement abandonnées . A la fin de 1976, le requérant fut arrété en Suisse et remis aux autorités néerlandaises . En mars 1977, il fut accusé de crimes contre l'humanité en avant notamment participé à des massacres en 1941 à Podhorodce et à Urycz (Pologne) . En décembre, le tribunal régional d'Amsterdam reconnut le requérant coupable quant aux massacres de Podhorodce et l'acquitta quant à ceux
- 238 -
d'Urvcz ; elle prononça une peine de 15 ans de prison . En mai 1978, la Cour Suprême des Pays-Bas estima le principe + ne bis in idem . inapplicable à cette condamnation mais renvova la cause au tribunal de La Haye, au motif qu'il y arait eu atteinte aux droits de la défense par le refus d'entendre certains témoins . Estimant que la déclaration faite par le Ministre de la Justice en 1952 avait mis fin aux poursuites, le tribunal de La Haye déclara l'accusation irrecevable et prononça la libération du requérant . Sur pourvoi du parquet, la Cour Suprême annula ce jugement en mai 1979 et renvoya l'affaire au tribunal de Rotterdam . Ce tribunal décida de mettre le requérant en liberté vu son grand âge et de snspendre la procédure vu son état mental . Cette décision, rendue en septembre 1979, fut annulée par la Cour SuprBme en février 1980.
En juillet 1980, le tribunal condamna le requérant à 10 ans d'emprisonnement après l'avoir reconnu coupable quant aux événements de Podhorodce . En janvier 1981, la Cour Suprême rejeta un pourvoi en cassation du requérant .
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait ) Le requérant se plaint en premier lieu d'avoir été poursuivi en 1971 et condamné en 1981 pour des actes dont il avait été acquitté par les tribunaux néerlandais en 1949 . II estinie que c'est là une violation du principe «ne bis in idem . . A supposer même qu'une violation de cette règle puisse, dans certaines circonstances, porter atteinte au droit à .un procès équitable• consacré à l'article 6 de la Convention (ef . à cet égard la décision sur la recevabilité de la requête n° 4212/69, Recueil de Décisions 35, p . 151, 154), la Commission relève que l'acte d'accusation dressé le 29 septembre 1948 comportait les chefs suivants : a . Engagement dans les forces ennemies, b . Assistance à l'ennemi, e t c . Appropriation illicite de biens par intimidation . Le requérant fut acquitté en 1949 des chefs a et c . mais reconnu coupable de b . Il est donc exact qu'il a été établi par un tribunal qu'il n'avait pas rallié l'armée allemande . L'acte d'accusation dressé en 1977 comportait cependant divers éléments, dont un seul concemait les rapports entre le requérant et l'armée allemande . Toutefois, il ressort clairement du libellé et de la génèse de l'article 27 (a) d u
- 239 -
Décret-Loi extraordinaire que l'idée de collaboration avec l'ennemi telle que l'entend cette disposition est d'une portée plus large puisqu'elle inclut également des services occasionnels . Un acquittement sur l'ancien chef d'accusation ne constituait donc pas un obstacle à poursuites et condamnation ultérieures sur la base du nouveau chef d'accusation . L'élément essentiel de l'acte d'accusation de 1977 était la participation du requérant au massacre de Podhorodce . Or, il ressort du dossier que les poursuites intentées contre le requérant en 1949 n'avaient aucun rapport avec ces événements . En l'absence d'un lien aussi essentiel entre les faits précédemment jugés et la présente accusation, la Commission est d'avis que la règle .ne bis in idem . ne saurait s'appliquer en l'espèce . Il est exact que le refus des autorités néerlandaises de donner suite en 1950 et 1952 à deux demandes d'extradition présentées par la Pologne a été motivé par le principe .ne bis in idem• . La raison donnée par les autorités néerlandaises était que l'extradition était demandée pour des actes que le requérant était censé avoir commis en sa qualité d' .agent de la police de sûreté • et concernait donc une question déjà tranchée par un tribunal néerlandais . Quel que soit le bien-fondé de cette décision de refus, le simple fait que, sur l'un des aspects de l'acte d'accusation - le degré de collaboration du requérant avec 1'armée allemande - une position irrévocable a été prise par les tribunaux néerlandais, ne fait pas obstacle à la présente procédure pénale qui, comme il a été dit, concerne un ensemble de faits différents de ceux jugés en 1949 . Il en découle que cette partie de la requéte est, quoi qu'il en soit, manifestement mal fondée, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention . 2 . Le requérant se plaint en deuxième lieu et dans ce contexte que, contrairement à l'article 6, paragraphe l, de la Convention, il n'a pas été statué dans un délai raisonnable sur les accusations pénales le concernant . Il soutient notamment qu'en octobre 1952, le Ministre de la Justice a pris l'engagement que le requérant ne serait pas poursuivi, ce qui, progressivement et régulièrement au fil des ans, a fait naitre chez le requérant l'idée qu'aucune accusation pénale ne serait portée contre lui . L'article 6 . paragraphe 1, de la Convention garantit à toute personne qu'il sera décidé du bien-fondé des accusations pénales portées contre elle dans un délai raisonnablé . Pour apprécier si cette disposition a été respectée, la Commission doit tout d'abord fixer le début et la fin de la période à prendre en considération .
La Commission rappelle que la Cour européenne des Droits de l'Homme a déclaré que la période à prendre en considération .commence nécessairement le jour où une personne se trouve accusée . . . ., ce terme étant compris au sens de la Convention (Affaire Neumeister, Série A . arrêt du 27 juin 1968, p . 41 . par . 18) . La Commission a elle-même établi le principe que .ce moment est celui où les soupçons dont l'intéressé était l'objet ont eu des répercussions importantes sur sa situation » (cf . rapport de la Commission sur la requête n° 4517/70, Huber c/Autriche, D .R . 2, p . 39, par . 67) . La Commission relève qu'en l'espèce, dans la présente procédure pénale, l'inculpation date du . . . mars 1977 . Cependant, l'intéressé avait déjà été arrêté en Suisse le . . . décembre 1976. Le requérant soutient qu'il faisait l'objet d'une accusation pénale dès 1950, au moment des enquêtes faites en liaison avec la première demande d'extradition présentée par la Pologne . Il est exact qu'au début des années 50 quantité de témoignages continuaient à arriver de l'étranger aux autorités néerlandaises sur le rôle joué par le requérant dans cette région à cette époque et que l'intéressé en avait connaissance puisqu'il avait été entendu au sujet des deux demandes d'extradition présentées par la Pologne . Ces événements ne sauraient toutefois être considérés comme faisant partie de la procédure pénale qui a suivi l'inculpation de 1977 . La Commission estime en conséquence que le requérant a commencé à être sensiblement affecté par la procédure pénale ici incriminée à partir du . . . décembre 1976. La Commission rappelle en outre que la Cour européenne des Droits de l'Homme a déclaré qu'en matière répressive, l'article 6 . vise à éviter qu'une personne inculpée ne demeure trop longtemps dans l'incertitude de son sort . (Affaire St6gmüller, arrêt du 10 novembre 1969, série A, p . 40) . La Commission elle-même a déclaré, quant à la fin de la période prévue à l'article 6, paragraphe 1, que « Ie principe général applicable à la détermination du début de la période vaut également pour la fin de celle-ci, en ce sens que la période en question dure jusqu'à ce que la situation de l'intéressé cesse d'être affectée par le fait qu'il se trouve sous le coup d'accusations pendantes contre lui . (cf . Huber c/Autriche, D .R . 2, p . 40) . A propos d'une requête plus récente, la Commission a décidé qu'une décision de non-lieu et sa communication au requérant supposaient qu'à partir de ce moment-là le requérant cessait d'être affecté par les soupçons le concernant et qu'il ne souffrait plus de l'incertitude que l'article 6 cherche à limiter dans le temps . De même, en l'espèce, si le requérant a souffert de l'incertitude où il se trouvait quant à l'issue de la procédure pénale future, il a cessé d'en être affecté lorsque, comme il l'a affirmé tout au long de la procédure, le Ministr e
- 241 -
de la Justice l'informa en 1952 de sa décision de renoncer aux poursuites . Il n'était donc pas soumis à une - accusation pénale - au sens de l'article 6 entre le moment où il a pris connaissance de la décision précitée et celui où il a été informé de la présente accusation . Il s'ensuit que la seule période à prendre en considération aux fins de l'article 6, paragraphe 1, est celle qui s'est écoulée entre décembre 1976 et janvier 1981, date du dernier arrêt rendu en l'espèce par la Cour Suprême . Dans l'examen du présent grief, la Commission tiendra compte des circonstances et de la complexité de l'affaire dans son ensemble, de la manière dont elle a été traitée par les autorités et les tribunaux nationaux et de la conduite du requérant lui-même (cf . Huber c/Autriche, D .R . 2, p . 41) . La Commission relève qu'en raison de la nature même de l'accusation, l'instruction a dû porter sur une foule de témoignages provenant de sources diverses . En outre, aucun élément du dossier ne permet de penser que la manière dont les autorités nationales ont mené l'affaire a été déraisonnable . Il était extrêmement difficile d'enquêter sur des crimes remontant à plus de trente ans et l'instruction obligeait à examiner le témoignage d'un grand nombre de personnes dispersées dans le monde entier et dont il était difficile voire impossible de vérifier les données personnelles . Il importe aussi de noter que le tribunal régional de Rotterdam a décidé en septembre 1979 de suspendre la procédure pénale compte tenu de l'état mental du requérant et que la procédure fut reprise en février 1980, lorsque la Cour Suprême a cassé cette décision . La Commission relève en outre que, dans le cadre des divers pourvois en cassation formés devant la Cour Suprême, le requérant, tout en étant représenté par son avocat, a personnellement présenté de nombreux moyens qui, en raison de leur càractère factuel, répétitif ou tardif, ne pouvaient être considérés comme de ceux auxquels la Cour Suprême peut avoir égard mais qui retardaient nécessairement les décisions . En outre, la procédure s'est trouvée compliquée par les multiples objections formulées par le requérant et son avocat contre les décisions de procédure et interlocutoires prises en cours d'instance . Ceci étant, la Commission n'estime pas que la période allant de décembre 1976 à janvier 1981 soit exceptionnellement longue et ait dépassé le délai raisonnable prévu à l'article 6, paragraphe 1 . Les faits de la cause, tels qu'ils ont été exposés à la Commission, ne permettent donc de discerner aucune apparence de violation de cette disposition .

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 11/12/1981

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.