Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de P1-2 ; Non-violation de l'art. 3 ; Satisfaction équitable réservée

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8225/78
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-02-05;8225.78 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : ASHINGDANE
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 8225/7 8 Leonard John ASHINGDANE v/the UNITED KINGDO M Leonard John ASHINGDANE c/ROYAUME-UN I DECISION of 5 February 1982 on the admissibility of the application DÉCISION du 5 février 1982 sur la recevabilité de la requêt e
Artlcle 5, paragraph 1(e) of the Conventlon : Case of a criminally insane person whose state of mental health warranted his transJer from a secure to a more open institution . Do the exigencies of "lawful" detention extend to the nature and conditions of detention ? Artlcle 5, paragraph 4 and AAlcle 6, peragraph I of the Convention : Does the procedure by which a criminally insane person complains that the competent authorities keep him in a secure institution, failing to find him a place in a more open hospital, raise issues under either of these provisions ?
Artice 5, paragraphe 1, Iltt . (e), de la Conventlon : Cas d'un délinquant aliéné dont l'état, médicalement, justifiait le transfert d'un établissement fermé d un établissement ouvert . L'exigence d'une détention "régulière" s'étend-elle aux modalités de la détention ? Anlclee 5, paragraphe 4, et 6, paragraphe l, de la Convention : La procédure par laquelle un délinquant aliéné reproche aux autorités compétentes de le maintenir dans un établissement fermé faute de lui trouver une place dans un établlrsement ouvert relève-t-elle de l'une ou l'autre de ces dispositions ?
(jrançais : voir p . 21 )
The facts of the case, as submi tted by the parties, may be summarised as follows : The applicant is a United Kingdom citizen, born in 1929, normally resident in Rochester and currently detained in Oakwood Hospital, Kent . H e
presented his original application concerning his detention himself . A further complaint concerning his alleged denial of access to court was presented by MM . Bindman & Partners, Solicitors, of London, who now represent him . On 23 November 1979 the applicant was convicted at Rochester Intermediate Quarter Sessions of dangerous driving and unlawful possession of firearms . The court made a hospital order under S .60 of the Mental Health Act 1959 together with an order under S .65 of the Act restricting his discharge without limit of time . In essence the effect of the latter was to place decisions concerning his discharge, transfer etc . in the hands of the Home Secretary . The role of the Mental Health Review Tribunal in the case of restricted patients is only advisory . The applicant was (after a short period of detention in prison) initially detained at the local psychiatric hospital, Oakwood, where he had been detained for some four months the previous year under S .60 of the 1959 Act following another conviction . In April 1971 the applicant was transferred to Broadmoor, a special hospital for those requiring treatment under conditions of special security on account of their dangerous, violent or criminal propensities . • In the period from April 1971 to October 1978 the applicant's case was considered on four occasions by a Mental Health Review Tribunal, which advised on each occasion that the applicant was not ready to be discharged or transferred . The Home Secretary accepted their advice . Periodic reports were also sent by his responsible medical officer to the Secretary of State for Social Services . It appears that at his own request he was also examined, on at least two occasions during this period, by independent doctors . The medical reports submitted to the Commission indicate that the reason for his initial and continued detention was that he was diagnosed as suffering from paranoid schizophrenia, that his condition in Broadmoor was controlled by medication and supervision and that it was considered that if he were released he would be dangerous . Maguire reported that the applicant no longe r .On31ctober978D posed "the threat he previously did" and that he might be properly treated in an open hospital . He therefore recommended his transfer to Oakwood Hospital . The applicant was examined by a Dr . Sherry of Oakwood Hospital who agreed with the diagnosis of paranoid schizophrenia, said that the applicant was not as dangerous as he had been and accepted that he should be tried in an ordinary mental hospital .
• S . 4 of the (now) National Health Service Act (1977) .
In December 1978 the Secretary of State for Social Services indicated his agreement with Dr . Maguire s recommendation . On 1 March 1979 the Home Secretary indicated he would be prepared to consent to the applicant's transfer to a local psychiatric hospital, provided that a suitable vacancy could be found . The applicant would still be subject to the restrictions set out in S .65 of the Mental Health Act 1959 . However the Kent Area Health Authority, the local authority responsible for Oakwood Hospital, refused to admit the applicant to Oakwood and the Secretary of State for Social Services refused to direct his transfer to Oakwood . The reason for these refusals was that the two branches of the trade union of the nursing staff at Oakwood (the Confederation of Health Service EmployeesCOHSE) were operating a ban on the adntission of patients subject to S .65 restriction orders . According to the Government the Secretary of State for Social Services was advised by the Health Authority that to admit the applicant without the agreement of the nursing staff would be likely to result in a withdrawal of labour which could endanger the health and well-being of other patients and would not be in the applicant's interests . They further advised that such action would prejudice the prospects of obtaining agreement from the staff to the lifting of the ban and that to admit the applicant to another hospital might not only result in industrial action at that other hospital, but would be likely to worsen industrial relations at Oakwood itself.
The Department of Health and Social Security had questioned Broadmoor in the meatime on the need to continue the S .65 restrictions in the applicant's case . On 19 February 1979 the applicant's responsible medical ot'ficer reported that in his view the restrictions should not be lifted until the applicant had "demonstrated stability and indeed improvement in the open conditions of a conventional psychiatric hospital, over a reasonable period of tinte" . No suitable accommodation could be found for the applicant at any hospital other than Oakwood and he therefore remained at Broadmoor . The applicant's case was again considered by a Mental Health Review Tribunal on 23 August 1979 . The Tribunal advised that it was essential for the applicant's well-being that he should remain under direct supervision to ensure that he continued to take his medication, but agreed that his condition was sufficiently improved to warrant transfer to a local hospital . On 17 September 1979 the Home Secretary reaffirmed his agreement in principle to the applicant's transfer . Meantime, having obtained legal aid, the applicant instituted High Court proceedings in August 1979 against (1) the Department of Health and Social Security, (2) the Kent Area Health Authority and (3) and (4) the secretaries o f -7-
the two union branches at Oakwood, to challenge the legality of his continued detention at Broadmoor . He initially claimed : i . a declaration that the Depa rtment were under a du ty to provide him hospital accommodation at Oakwood or some other appropriate local hospital ; ii . declarations that the Depa rt ment and Local Health Authority were .ultra vires in refusing to admit him or consider his admission to Oakwood because of the union's ban ; iii . a declaration that the union branch secreta ri es and members were acting unlawfully in causing the Depa rt ment and Local Health Authority to act in breach of their statutory duty ; iv . an injunction restraining the branch secretaries and members from so acting . The original statement of claim was amended in March 1980 to include an allegation that the union members were acting unlawfully in threatening the walk out of the hospital if the applicant was brought there and to include claims for injunctions and damages in respect of such conduct . On 13 December 1979 the union branch Secretaries applied for an order staying all proceedings against them on the ground that the applicant had not sought or obtained leave to bring proceedings under S .141 of the Mental Health Act-1959 and/or that such leave would not have been granted if sought . S .141 of the 1959 Act is in the following terms : "(t) No persons shall be liable, on the ground of want of jurisdiction or on any other ground, to any civil or criminal proceedings to which he would have been liable apart from this section in respect,of any act purporting to be done in pursuance of this Act or any regûlations or rules thereunder, or in, or in pursuance of anything done in, the discharge of functions conferred by any other enactment on the Authority having jurisdiction under Part VIII of this Act, unless the act was done in bad faith or without reasonable care . (2) No civil or criminal proceedings shall be brought against any person in any Court in respect of any such act without the'leave of the High Court, and the High Court shall not give leave under . this Section unless satisfied that there is substantial ground for the-contention that the person to be proceeded against has acted in bad faith or without reasonable care . " On 21 December 1979, Mr Justice Dillon ordered the stay of proceedings against the union Secretaries for want of leave under . S .141 . He observed that there was no allegation in the pleadings that any of the defendants had acted "in bad faith or without reasonable care" . The only question therefore was whether the proceedings were brought in respect of acts "purporting to b e
done in pursuance of" the 1959 Act . He referred to the reasons given by the union for their action . These were (in substance) that the members considered that owing to lack of adequate resources, they could not provide sufficient treatment, rehabilitation and security for S .65 patients in the open environnient at Oakwood . The judge held that the union was acting for the protection of patients in the hospital and was involved in the whole process of consultation and decision-making at the hospital . It was therefore protected by S .141 . The Department of Health and Social Security and the Area Health Authority then sought orders staying the proceedings against them on the same grounds . Such orders were granted by Mr Justice Foster on 15 January 1980 . He rejected a submission that these defendants had waived any defence under S .141, and on the question of substance followed the reasoning of Mr Justice Dillon, observing that whether he was right or wrong in relation to the union Secretaries, the Department and Area Authority appeared to fall squarely within S .141 . The applicant appealed against both orders . On 18 February 1980 the Court of Appeal unanimously (a) dismissed the appeal against the order of Mr Justice Foster (relative to the Department and Health Authority) and (b) allowed the appeal against the order of Mr Justice Dillon (relative to the union Secretaries) . The relevant statutory provisions were reviewed by Lord Justice Bridge, who delivered the first judgment . The applicant could be transferred from Broadmoor under S .4t of the 1959 Act in conjunction with Regulation 13 of the Mental Health (Hospital and Guardianship) Regulations 1960 . The Secretary of State for Social Services could authorise such transfer (with the consent of the Home Secretary) only if he was satisfied that arrangements had been made for his admission to the hospital to which he was being transferred, within a period of 28 days . There was another power, in S .99 of the 1959 Act, under which he could direct the applicant's transfer without being satisfied that such arrangements had been made . The case for the Department of Health and Social Security was that a decision as to transfer (whether positive or negative) was an act done in purported pursuance of the 1959 Act and regulations thereunder and thus fell within the ambit of S .141 (1) . The Secretary of State had decided that such transfer would be impraticable . His good faith was not challenged and the action against the Department was thus barred under S .141 . The case for the Area Health Authority was that their decision as to admission to Oakwood was taken for purposes ancilla ry to the functions of the Secretary of State under the 1959 Act and the Regulations . Its good faith was not challenged and it was taken in purpo rted pursuance of the statute .
The applicant argued that by submitting to union pressure, the Secretary of State and the Health Authority had in effect abdicated their functions and thus frustrated the policy and objects of the Act . He argued that anything which did that could not be an act purporting to be done in pursuance of a statute . Lord Justice Bridge held inter alia that where a statutory authority was acting in good faith in what it believed to be the proper manner of discharging its statutory responsibilities, "the fact that it is subsequently held to have been acting in a way which contravenes the statute to the point of frustrating its policy and objects, cannot lead to the conclusion that the original acts in good faith were not in purported pursuance of the Act" . He agreed with Mr Justice Dillon that S .141 (1) of the 1959 Act propounded a subjective not an objective text . "If a person is acting honestly with the intention of performing, in the best way he knows how, the statutory functions or duties which are cast upon him, then it seems to me he is acting in purported pursuance of the statute ." Although the applicant alleged a breach of statutory duty under the National Health Services Act 1977 to provide hospital accommodation to meet all reasonable requirements (S .3 National Health Services Act 1977), the essential act out of which liability was said to arise was the refusal of transfer which fell within the protection of S .141 . Lord Justice Bridge also dealt with an argument advanced on behalf of the applicant to the effect that the Department and Health Authority had waived any immunity they might have had under S .141 . Referring to the decision of the House of Lords in Pountney v . Griffiths (1976) A .C .314 he held that "S .141 does not create a personal immunity which is capable of being waived but imposes a fetter on the Court's jurisdiction which is not so capable" . For these reasons Lord Justice Bridge was in favour of dismissing the appeal against the order of Mr Justice Foster staying the proceedings against the Departnient and Health Authority . Lords Justice Cumming Bruce and Brightman agreed with his reasons . As to the action against the union branch secretaries, Lord Justice Bridge held that a decision or nursing staff to ban the admission of a whole class of patients, even if taken in the best of faith, was not within the express or implied authority of nurses under the Act . Nurses did not have authority under the Act to take decisions of broad policy . The acts of the union secretaries were not therefore protected by S .141 of the 1959 Act and the stay imposed by Mr Justice Dillon on the action against them should therefore be removed . Lords Justice Cumming Bruce and Brightman agreed with this conclusion for similar reasons . Lord Justice Brightman specified that in his view "th e
immunity conferred by S .141 is confined to an act done by a person to whom authority to do an act of that type is expressly or impliedly conferred by the relevant statute" . Since the decision by nursing staff that S .65 patients should not be admitted was a decision of a type which the nursing staff had no authority to take, S .141 afforded them no protection . Leave to appeal to the House of Lords was refused by the Court of Appeal . The union secretaries petitioned the House of Lords for leave to appeal and on 7 May 1980 the House of Lords refused it . The applicant states that he was advised by leading counsel that an appeal to the House of Lords in respect of his stayed actions against the Department of Health and Social Security and the Kent Area Health Authority has little prospect of success . He submits that he was thus unable to pursue his action against them . During the course of the proceedings referred to above, the applicant's condition was reported on various occasions . In particular the Department of Health and Social Security asked his responsible niedical officer to comment on allegations in his statement of claim to the effect that continued detention in Broadnioor was having an adverse effect on him and that transfer was an essential step in his recovery . On 19 October 1979 the responsible medical officer reported in the following terms : "i . It is my opinion that transfer from Broadmoor for further treatment and rehabilitation in a local psychiatric hospital is an essential step in the Plaintiffs (i .e . Mr Ashingdane's) recovery . ii . The disappointment at his rejection by Oakwood Hospital has ntade him tense and irritable . But more seriously one of his former delusional beliefs was to the effect that hospital authorities were persecuting him by continuing to detain him illegally . This delusion cleared when he gained some measure of insight . I fear that continued undue detention here will reactivate this to delusional intensity again and thus precipitate full scale relapse . His present mental condition remains reasonable stable and in m y .i opinion he is suitable for transfer to Oakwood Hospital . " In January 1980 the applicant was again examined by Dr . Sherry of Oakwood Hospital . In his report dated 10 March 1 980 Dr . Sherry reported that the diagnosis of paranoid schizophrenia remained unchanged . He had the impression there had been a slight deterioration in the applicant's mental condition over the last year . He expressed the following opinion as to his condition : "Although not psychotic this man remains paranoid and I feel that his continued detention in Broadmoor is having an adverse effect on his mental health, i .e . it is making him even more paranoid . His drawn out involvement with the High Court can only aggravate this paranoia and further constrict his outlook ."
- 11 -
Dr . Sherry recommended that the applicant was not fit to return to the community but that it should be possible to manage him in an ordinary longstay psychiatric hospital with a closed ward .lt was unlikely he would have to remain in such closed ward for more than a year . He was satisfied that the applicant could be managed at Oakwood . Until September 1980 the Area Health Authority continued to advise that they were unable to admit the applicant to Oakwood because of the ban on admission to patients subject to S .65 . However on 4 September 1980 they stated that an agreement had been reached enabling him to be admitted there . On 15 September 1980 the applicant's Broadmoor doctor reported again that the applicant's proper rehabilitation continued to necessitate in-patient treatment due to his "lack of insight and long institutionalisation" . The report states that his continued hospitalisation is "necessary in the interests of the patient's health or safety and (ii) for the protection pf other persons" . The Home Secretary and Secretary of State for Social Services both consented to the applicant's transfer and he was admitted to Oakwood on I October 1980.
COMPLAINTS AND INITIAL SUBMISSIONS OF THE APPLICANT In his original application to the Commission the applicant complained of his detention in Broadmoor Hospital . He invoked Arts . 3, 4 and 5 of the Convention . He maintained that his detention was not covered by Article 5 (1) (e) of the Convention since, contrary to the opinion of his psychiatrist, he was not of unsound mind . In further submissions made on his behalf in June 1980 by his legal representatives, it was submitted that he had been denied the right to a fair trial in the determination of a civil right, contrary to Article 6 (1) . The right which the applicant sought to enforce in his proceedings against the Department of Health and Social Security and the Kent Area Health Authority was a "civil right" because : . (a) the applicant sought to establish that these defendants owed a duty to him personally, whose performance could be enforced in the courts . He sought declarations that they were in breach of their duty, in consequence of which he had suffered damage for which they were obliged to compensate him . He was thus seeking compensation for a wrong committed against him in breach of statutory duty ; (b) the applicant was unable to take employment in the community until transferred to a local hospital . The possibility of obtaining employment in the community (and obtaining release) was a private right intimately linked with his transfer to Oakwood . The determination of this right depended on the outcome of his proceedings against the Department and Health Authority .
It was submitted that the applicant's right of access to court under Article 6(1) had been denied him by virtue of S .141 of the 1959 Act . Whilst mental illness might render legitimate certain limitations on the exercise of that right, it could not, in the applicant's submission warrant its total absence . The restrictions placed on him by S .141 were not legitimate because : (a) they were an absolute bar to proceedings where (as here) bad faith or want of reasonable care was not alleged ; an d (b) the requirement to have substantial grounds for such an allegation in order to obtain leave obliged advance disclosure of evidence and required the court to decide the issue in the case at a preliminary stage, on affidavit evidence without benefit of oral evidence or cross-examination . Submlwlou as to domestlc remediee In his original application the applicant submitted that he had no remedy against his detention and that he had complied with Article 26 of the Convention by virtue of the various complaints he had made, and through having his case referred to Mental Health Review Tribunals . In respect of the further complaint concerning access to court, it was submitted that in view of leading counsel's advice legal aid would not be granted for a petition to the House of Lords for leave to appeal . Further the petition of the union secretaries had been refused and any petition by the applicant would have been dealth with the same way . Finally, he could not seek leave under S .141 (2) because he did not allege bad faith or want of reasonable care. Object of We appllcatio u The applicant stated that the object of his original application was to obtain his freedom . It was stated that the object of the further application lodged by his lawyers was to obtain (i) a declaration that his right to a fair trial under Article 6(1) had been violated and (ii) just satisfaction under Article 50 of the Convention .
PROCEEDINGS BEFORE THE COMhDSSIO N The Commission decided on 7 October 1980, in accordance with Rule 42 (2) (b) of its Rules of Procedure, to bring the application to the notice of the respondent Government and invite them to submit written observations on its admissibility and merits . It requested the Government to comment in particular on the question of the compatibility of the applicant's continued detention at Broadmoor with Article 5(1) of the Convention, and to conside r
under both Articles 5( 4) and A rt icle 6 (1) the applicant's complaint concerning the dismissal of his action against the hospital autho ri ties . The Government's obse rvations were subnti tt ed on 11 Februa ry 1981 and the applicant's observations were submi tt ed on 7 May 1981 . On 24 June 1981 the Government submi tt ed supplementa ry obse rvations on admissibility . On 16 July 1981 the Commission decided, in accordance with Rule 42 (3) (b) of the Rules of Procedure, to invite the pa rties to make fu rt her submissions at a heari ng on the admissibility and merits of the application . The heari ng was held on 5 Februa ry 1982 .
SUBMISSIONS OF THE PARTIES The parties' submissions on the admissibility of the case, as set out in their written and oral pleadings, may be summarised as follows : 1 . The respondent Governmen t (a) Artic(e 5 (1) (e) ojthe Convention The Government observe that, according to the judgment in the Winterwerp Case, (para . 39), an individual must reliably have been shown to be of 'unsound mind' in order to be deprived of his liberty under Article 5(1) (e) and that this requires establishing unsoundness of mind of such a nature and degree as to justify compulsory hospitalisation . However, they submit by reference to the medical reports and advice of the Mental Health Review Tribunals that in the applicant's case these criteria have been satisfied . Furthermore the applicant's detention has at all times been both "in accordance with a procedure prescribed by law" and "lawful" as these terms have been interpreted by the Court in the Winterwerp Case . The procedural and substantive requirements of domestic law were complied with . In his High Court action the applicant did not challenge the legal basis for his detention under the 1959 Act . The action essentially concerned the treatment the applicant considered himself as entitled to, a matter not within the scope of Article 5, (Winterwerp Case . Report of the Commission para . 84, Judgment para . 51) . The Government therefore submit that the applicant's detention has at all times been compatible with Article 5(I) (e) of the Convention and that this aspect of the application is therefore manifestly ill-founded . (b) Article 5 (4) of the Conventio n The Government submit the applicant's action in the domestic courts did not relate to the legality of his detention as such, but to his treatment, and was not therefore within the scope of Article 5 (4) of the Convention . The essence of the action was that the applicant should be detained in a hospital other than a special hospital . The Government note that an order under S .6 0
- 14 -
of the 1959 Act must specify the hospital where the person is to be initially detained . However the location of the patient thereafter is determined under distinct provisions of the Act . The real issue in the action was whether there was a remedy for refusal to transfer the applicant . That was an issue concerning an administrative decision unrelated to the deprivation of liberty . Indeed the relief sought included a declaration that the local health authority was acting ultra vires in refusing to admit the applicant to Oakwood Hospital . In support of their submissions the Government cite the Court's judgment in the Vagrancy Case to the effect that decisions under a discrtionary power to release did not concern the lawfulness of an initial detention or its continuation (Judgment of 18 June 1971, paras . 81-84) . They submit that this aspect of the application is manifestly ill-founded . (c) A rt icle 6 (1 ) of the Conventio n The Government first submit that no civil ri ght of the applicant's was at issue in his action in the domestic cou rt s . The duty on the Secreta ry of State under S .3 of the National Health Se rv ice Act to provide hospital accommodation "to such extent as he considers necessa ry to meet all reasonable requirements" is not absolute . They refer in this respect to the decision of the Court of Appeal in R . Y . Secretary of State for Social Se rv ices and others ex pa rte Hincks, Fleming, Lloyd & Smith ( 18 March 1980), when it was held that this duty was intpliedly limited according to the resources available . Accordingly the duty under S .3 does not give rise to a correlative civil right . Fu rt hermore, the other "rights" referred to by the applicant and alleged to have been at issue in the proceedings, such as the right to work, the rights not to be treated in a manner damaging to mental health, the right to be treated in a manner ensu ri ng his rehabilitation and reintegration into the community, cannot be derived from domestic law and we re not at issue in the proceedings . Neither the prope rt y nor libe rt y of the applicant was at issue . This is not to say that the applicant had no "civil rights" in connection with his treatment . If, for instance , the doctors and nurses had been negligent in treating him, he would have had a civil right to damages against them . However, the applicant's action plainly did not relate to that civil right . He had never alleged negligence and if he had, S .141(I) would not have applied . Accordingly the claim which the applicant sought to have se tt led befo re the domestic cou rt s did not involve "civil rights" for the purposes of Article 6, and this provision accordingly was not applicable . Alternatively the Government submit that even if the decisions concerning the applicant's transfer did affect his civil ri ghts, there was no breach of Article 6( I) . Such decisions were not themselves directed to the determination of a dispute concerning the applicant's civil rights, but were decisions by executive authorities exercising statuto ry powers . Accordingly, these decisions
did not themselves have to be taken by a tribunal . Fu rthermore the domestic court held that the executive authorities had been entitled to act as they had done and the applicant's disputation of their decisions did not involve any legal element sufficient to activate the right of access to court under Article 6 (1) . In the fu rt her alternative the Government submit that the domestic proceedings satisfied any entitlement of the applicant to have his g ri evances determined by a court, since A rt icle 6(1) does not require that the re should necessa ri ly be access to a cou rt with jurisdiction to determine the full merits of decisions affecting pri vate rights and S .141 of the 1959 Act does not restrict the ju ri sdiction of the cou rts unreasonably . In support of these submissions the Government refer to the Commission's Report in the case of Kaplan v. the United Kingdom ( Application No . 7598/76, Decisions and Repo rt s 21, p . 5, paras . 151, 154, 161 and 163) . The Government therefore submit that the applicant's complaint under Article 6 of the Convention is incompatible with the Convention ratione materiae or manifestly ill-founded .
2 . 7Le applicant (a) Article 5 (1) (e) ojthe Conventio n The applicant accepts that his detention at Oakwood and subsequently Broadmoor was "in accordance with a procedure prescribed by law" and that there was evidence from which the Secretary of State could properly conclude that he was a person of unsound mind . He does not accept that his detention was "lawful" or that he was suffering from mental illness of such a kind as to justify compulsory hospitalisation . The list of permitted exceptions to the right to liberty under Article 5(1) is exhaustive and they should be strictly interpretated . Accordingly, and in the light of Articles 17 and 18 of the Convention, detention of a person of unsound mind may not be justified under Article 5(1) (e) if it restricts his liberty to a greater extent or for a]onger period than is necessary, or for a purpose other than that for which the restriction is permitted . Such detention also ceases to be justified if it offends the principles of necessity and proportionality, (Application No . 7317/75, Lynas v . Switzerland, DR 6, p . 141 to p . 153) . To avoid being arbitrary, the detention must conform to all procedural and substantive safeguards provided by domestic law . The requirement of "lawfulness" applies not only to the ordering but also to the execution of the detention, (Winterwerp Judgment, para . 39) . The Government interpretation of Article 5, as relating solely to detainability is too narrow . The applicant submits that his detention in Broadmoor after October 1978 was not "lawful" detention for the purposes of Article 5 and did not conform to the purpose of the restriction permitted in Article 5 (1) (e) . His
continued detention there was not necessary for his treatment and was known to involve a serious risk of deterioration to his mental health . By delaying the necessary process of rehabilitation it almost certainly prolonged the overall length of his detention . The therapeutic purpose of detention under Article 5 (1) (e) was not being fulfllled and the purpose of his detention came essentially to be the preservation of industrial peace . Accordingly, in its nature, purpose, duration and effects, the applicant's continued detention at Broadmoor failed to comply with the safeguards implicit in Article 5(1) (e) and expressed in Articles 17 and 18 of the Convention . The applicant, in his written observations, also noted that the Commission, in the Winterwerp case, left open the question whether the absence or refusal ot'treatment could give rise to questions under other Article of the Convention . In his submission his continued detention in inappropriate conditions, for reasons purely of industrial relations policy, causing a marked and known deterioration in his mental health and extending the period of his detention raised serious issues under both Article 3 and Article 5 read in conjunction with Article 18 of the Convention . Fu rt hermore, his mental state did not warrant compulsory confinement, pa rt icularly in view of the alternative methods of dealing with him which were available . None of the medical repo rt s after October 1978 indicated a likelihood of violent behaviour . To justify compulsory detention, a person's disorder must manifest a clear and present danger . No "actual danger", such as was required under the Netherlands law considered in the Winterwerp case, existed here . The main concern of the authorities has been that he would not continue his medication if discharged, leading to deterioration of his condition . However he could be released on condition that he continued to attend hospital as an out-patient, and recalled if he failed to meet this condition . The applicant also observed that he had been detained for eleven years without any manifestation of violent behaviour . (b) Article 5 ( 4) ojthe Conventio n The applicant adopts the Commission's conclusions in the Winterwerp case (para . 90 of the Report) and the case of X . v . United Kingdom (Application No . 6998/75, paras . 125 et seq . of the Report) to the effect that Article 5, paragraph 4 guarantees a right to judicial review of both the substantive and the formal lawfulness of the detention . In his submission the Government's argument would limit the scope of review to the procedural propriety of the initial detention order . However there is no logical reason why the "lawfulness" to be reviewed under Article 5, paragraph 4 should be more limited that the "lawfutness" to be reviewed under Article 5, paragraph 1(e) . The term should have the same meaning in paragraphs I and 4, so that all aspects of the deprivation of liberty should be subject to review . - 17 -
The proceedings brought by the applicant concerned the lawfulness of his continued detention at Broadmoor, as the Government themselves stated in their observations . His allegation was that he was detained in Broadmoor in breach of domestic and Convention law . Accordingly the proceedings concerned the "tawfulness" of the execution of the detention and the applicant was entitled to access to a court (Winterwerp judgment, para . 60) . The applicant's claim, furthermore, was not analogous to requests for the exercise of a discretionary power such as those at issue in the Vagrancy Cases . He was seeking to compel performance of a legal duty . Accordingly, whether or not the applicant's allegations were wellfounded, the proceedings concerned the lawfulness of the execution of his detention in Broadmoor . Article 5, paragraph 4 entitled him to have the matter determined by a court, but he had been denied that right . The domestic courts did not decide on his claim concerning the lawfulness of his detention but held that they were prevented from doing so by a fetter on their jurisdiction . (c) A rt icle 6 (1) of the Conventio n The applicant maintains that his proceedings against the authorities involved the determination of a dispute concerning a "civil right" under Article 6, paragraph 1 . The substance of his claim was that the defendants owed him a statutory duty, that they had broken it and that he had suffered, or would suffer, loss or damage as a result . Clearly, in the applicant's submission, a person has a right of action for damages if in breach of statute he is given inappropriate, or no, medical treatment or supervision . The same is the case in respect of psychiatric treatment . Breach of statutory duty in English law gives rise to a private law right . The applicant rejects the Government's argument that the National Health Service Act did not confer any civil right on him . Although the duty under it was held to be limited according to the availability of resources, in his case the necessary resources were admittedly available . He also rejects their submission that his liberty was not at issue . In so far as he was required in practice to pass through a local psychiatric hospital prior to release, the failure to transfer him delayed his eventual release . The existence of a civil right is to be determined by reference to general principles of law common to the Council of Europe states . Assistance in relation to such principles may be derived from the case-law of the European Court of Justice concerning the basis for the non-contractual liability of the Communities' . In such cases the right to damages arising from "a sufficientl y • Bayerische HNL Y . Council and Commission, Judgment of 25 May 1978 ; Amylum v . Council and Commission, Judgment of 5 Decentber 1979
serious breach of a superior rule of law for the protection of the individual" is by its very nature a"privaté' right, although done by a public authority in its sovereign capacity . In his own proceedings he had contended, in substance, that the authorities' actions constituted sufficiently serious breaches of such rules, namely the principle of proportionality, the right to individual liberty and the "right to protection from harm" . Accordingly, the proceedings concerned the determination of a "civil right" . The applicant accepts that the relevant administrative decisions did not themselves have to be taken by a procedure complying with Article 6, paragraph I and maintains that his claim arising therefrom did contain the "legal element" referred to by the Commission in the Kaplan case . The Government's submissions on this point pray in aid the very breach of which he complains . The effect of S . 141 (1) of the 1959 Act is to take away the jurisdiction of the courts to determine certain classes of civil action, the very danger referred to by the Court in paragraph 34 of its judgment in the Golder case . The applicant had contended that the authorities were not entitled to act as they had done . The courts had not found that they were so entitled . The position merely was that S . 141 removed their jurisdiction to hear the merits of the matter . The proceedings before the domestic courts did not satisfy the applicant's right to have his claim determined by a court since they were struck out on the ground that the court had no jurisdiction to determine the matter .
The applicant accepts that judicial review of the exercise of discretionary powers may be limited, but the essence of his claim was not that the authorities had taken the wrong decision on the merits of the matter, but that they had acted unlawfully . Section 141 of the 1959 Act makes it impossible to bring proceedings, such as those the applicant attempted to bring, where negligence or bad faith is not alleged . Such a measure cannot be justified for the protection of doctors and others against vexatious litigation . Procedures exist in any event for the striking out of vexations actions and legal aid would also normally have to be obtained . Finally, the applicant observes that it is not necessa ry for the Commission to determine the merits of the claim he sought to bring in the domestic courts . The domestic courts rejected his case under S . 141 on the assumption that he would have had a good claim in law, holding that they nevertheless had no ju ri sdiction to deal with the matter .
THE LA W The applicant has complained of his detention in Broadmoor Hospital and of the dismissal under S . 141 of the Mental Health Act 1959 of the actio n
- 19 -
which he brought against the local health authority and the Department of Health and Social Security . He has invoked Articles S . paragraph 1, and 4 and Article 6, paragraph I of the Convention and has suggested in the course ot his submissions that issues may also arise under Articles 3, 17 and 18 of the Convention . The respondent Government have maintained that the application is inadmissible on the ground that it is manifestly ill-founded or insofar as concerned the complaint under Article 6, paragraph I of the Convention, incompatible with the Convention ratione materiae.
Having carried out a preliminary exantination of the parties' submissions the Commission finds that the application raises a number of substantial questions under the Convention . In particular, a substantial issue arises as to whether the applicant's detention in Broadmoor Hospital between October 1978, when his responsible medical officer reported that he was fit to be transferred, and I October 1980 when he was transferred to Oakwood Hospital, was compatible with Article S . paragraph I of the Convention . The question arises as to whether his detention in Broadmoor during this period was "lawful" detention for the purposes of Article 5, paragraph 1, in view of the applicant's claim to the effect that the authorities were in breach of a statutory duty to provide him with accommodation in another form of institution and that they were thus acting unlawfully in continuing to detain him in Broadmoor . In this connection an important question arises as to the interpretation of Article 5, namely whether it requires only that detention as such should be "lawful" or whether, and if so to what extent, it requires that measures taken in execution of a decision to detain, such as decisions on transfer or the location of detention, should also be "lawful" . Further issues of substance arise under Article 5, paragraph 4 and Article 6 . paragraph I of the Convention, in the Commission's view . In particular it is necessary to consider whether the action which the applicant brought against the Department of Health and Social Security and the Local Health Authority related either to the "lawfulness of his detention" for the purposes of Article 5, paragraph 4 of the Convention, or to his "civil rights and obligations" for the purposes of Article 6, paragraph I and, if so, whether the dismissal of the action involved an infringement of either of these provisions . The Commission accordingly finds that the applicant's complaints cannot be described as manifestly ill-founded or incompatible with the Convention . No other ground of inadmissibility is applicable and the case must accordingly be declared admissible . For these reasons, the Commissio n
(TRADUCTION) EN FAIT Les faits de la cause, tels qu'ils ont été exposés par les parties, peuvent se résumer comme suit : Le requérant est un ressortissant du Royaume-Uni, né en 1929, habitant habituellement Rochester mais actuellement interné à l'hôpital d'Oakwood dans le Kent . Il a présenté lui-même la requête initiale relative à sa détention, puis le cabinet d'avocats Bindman à Londres, qui le représente maintenant, a présenté le grief complémentaire de refus d'accès à un tribunal . Le 23 novembre 1970, le requérant fut reconnu coupable par les assises de Rochester de conduite dangereuse d'une automobile et de détention illégale d'armes à feu . Conformément à l'article 62 de la loi sur la santé mentale (Mental Health Act 1959), le tribunal rendit une ordonnance d'internement psychiatrique assortie, conformément à l'article 65 de ladite loi, d'une ordonnance restrictive à durée illimitée quant à sa libération . Ce texte avait pour effet essentiel de confier au Ministre de l'intérieur toute décision relative à la libération du requérant, à son transfert, etc . . . En effet, s'agissant des malades assujettis à une ordonnance restrictive, la commission de contrôle psychiatrique n'a qu'un rôle consultatif . Après un bref séjour en prison, le requérant fut interné d'abord à l'hôpital psychiatrique d'Oakwood, où il avait séjourné quatre mois l'année précédente conformément à l'article 60 de la loi de 1959, après une autre condamnation .
En avril 1971, le requérant fut transféré à Broadmoor, hôpital spécial accueillant des malades dont le traitement doit se dérouler dans des conditions de sécurité renforcées en raison de leur propension à la violence ou au crime* . Entre avril 1971 et octobre 1978, le dossier du requérant fut examiné à quatre reprises par une commission de contrôle psychiatrique qui, à chaque fois, exprima l'avis que l'état du malade ne permettait ni libération ni transfert . Le Ministre de l'intérieur se rangea à cet avis . Par ailleurs, le médecin traitant adressa périodiquement des rapports au Ministre des Affaires sociales . Il semble qu'à sa demande, le requérant ait été également examiné, à deux reprises au moins pendant cette période, par des médecins indépendants . Il ressort des rapports médicaux présentés à la Commission que l'internement et le maintien en détention du requérant étaient justifiés par le diagnostic de schizophrénie paranofde, qu'à Broadmoor le malade était sous surveillance médicale et que l'on estimait qu'il serait dangereux s'il était mis en liberté . Le 31 octobre 1978, le Dr Maguire signala que le requérant . avait • Article 4 de la loi de 1977 sur le Senice national de santé (version actuelle
- 21 -
cessé de constituer une menace + et pouvait être traité dans un hôpital . Il recommanda de transférer le malade à l'hôpital d'Oakwood . A Oakwood, le requérant fut examiné par le Dr Sherry qui souscrivit au diagnostic de schizophrénie paranoïde, déclara que le requérant n'était plus aussi dangereux qu'il l'avait été et reconnut qu'il pouvait être soigné dans un hôpital psychiatrique de type classique . En décembre 1978, le Ministre des Affaires sociales marqua son accord avec la recommandation du Dr Maguire . Le 1°' man 1971, le Ministre de l'intérieur se déclara prêt à consentir au transfert du requérant dans un hôpital psychiatrique local, à condition de trouver une place lui convenant . Le requérant était toujours soumis aux restrictions visées à l'article 65 de la loi de 1959 sur la santé mentale . Cependant, l'Autorité sanitaire de la circonscription du Kent, service de tuttelle de l'hôpital d'Oakwood, refusa d'admettre le requérant à Oakwood et le Ministre des Affaires sociales refusa d'ordonner le transfert de l'intéressé dans cet établissement . Le motif de ces deux refus était que les deux sections du syndicat du personnel soignant d'Oakwood (The Confederation of Health Service Employees - COHSE) refusaient d'admettre les malades visés par les ordonnances restrictives prévues à l'article 65 de la loi . Selon le Gouvernement, l'Autorité sanitaire donna l'avis suivant au Ministre des Affaires sociales ; admettre le requérant sans l'accord du personnel soignant conduirait les infirmiers à se retirer de l'établissement, ce qui mettrait en danger la santé et le bien-être des autres malades et ne serait pas dans l'intérêt du requérant . Elle formula aussi l'avis que ce transfert compromettrait les perspectives d'accord tendant à obtenir du personnel qu'il lève l'interdiction et qu'admettre le requérant dans un autre hôpital pourrait non seulement entraîner des actions revendicatives dans cet autre établissement mais aussi aggraver les rapports entre partenaires sociaux à l'hôpital d'Oakwood même . Entretemps le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale avait interrogé Broadmoor sur la nécessité de maintenir pour le requérant les restrictions visées à l'article 65 . Ix 19 février 1979, le médecin traitant indiqua qu'à son avis les restrictions ne devaient pas être levées tant que le requérant n'avait pas - fait preuve de la stabilité et l'amélioration nécessaire à un séjour dans un établissement psychiatrique classique et ce, pendant un temps raisonnable . . Aucune possibilité d'hébergement n'ayant été trouvée pour l'intéressé dans un autre hôpital qu'Oakwood, le requérant demeura donc à Broadmoor . Le 23 août 1979, une commission de contrôle psychiatrique réexamina le dossier du requérant . Elle formula l'avis qu'il était essentiel au bien-être du malade de maintenir ce dernier sous surveillance directe pour s'assurer qu'il
- 22 -
continue son traitement mais reconnut que son état s'était suffisamment amélioré pourjustifier son transfert dans un hôpital local . Le 17 septembre 1979, le Ministre de l'inté rieur réaffirma son accord de principe au transfe rt du requérant . Dans l'intervalle, après avoir obtenu l'assistance judiciaire, le requérant entama devant la High Court, en août 1979, une action contre ( 1) le Ministè re de la Santé et de la Sécu rité sociale, (2) l'Autorité sanitaire de la circonsc ription du Kent et (3) et (4) les secrétaires des deux sections locales du syndicat à Oakwood, en contestant la légalité de son maintien en détention à Broadmoor. Il demandait initialement au juge : i . de déclarer que le Ministère était légalement tenu de lui fournir un hébergement hospitalier à Oakwood et/ou dans un autre hôpital local approprié ; ii . de déclarer que le Ministère et l'Autorité sanitaire locale avaient commis un abus de pouvoir en refusant de l'admettre ou d'envisager son admission à Oakwood en raison de l'interdiction décidée par le syndicat ; iii . de déclarer que les secrétaires et membres de la section locale du syndicat avaient enfreint la loi en amenant le Ministère et l'Autorité sanitaire à agir contrairement à leurs obligations légales ; iv . à interdire ce type d'action aux secrétaires et membres de la section du syndicat . L'acte introductif d'instance fut modifié en mars 1980 pour y inclure l'allégation selon laquelle les membres du syndicat avaient agi contrairement à la loi en menaçant d'arrêter leur travail à l'hôpital si le requérant y entrait et y inclure aussi les demandes d'injonction et de réparation à raison de ce comportement . Le 13 décembre 1979, les secrétaires de la section locale du syndicat sollicitèrent une ordonnance de suspension des poursuites engagées contre eux au motif que le requérant n'avait pas sollicité ni obtenu l'autorisation prévue à l'article 141 de la loi de 1959 sur la santé mentale pour intenter une action en justice et/ou que cette autorisation n'aurait pas été accordée si elle avait été demandée . L'article 141 de la loi de 1959 est ainsi libellé : (1) - Des poursuites, civiles ou pénales, ne peuvent être engagées, pour incompétence ou tout autre motif, contre quiconque en aurait été passible en l'absence du présente article, pour toute mesure réputée prise en application de la présente loi ou de ses règlements d'application, ou dans l'exercice (ou par suite de tout acte accompli dans l'exercice) de fonctions conférées par tout autre texte réglementaire à l'autorité compétente en vertu de la section VIII de la présente loi, que si ladite mesure est entachée de mauvaise foi ou de négligence .
- 23 -
(2) Des poursuites, civiles ou pénales, ne peuvent être engagées devant quelque tribunal que ce soit contre l'auteur de quelque acte que ce soit sans l'autorisation de la High Court . Cette juridiction ne donnera l'autorisation prévue au présent article que si elle est convaincue qu'il existe un motif valable de prétendre que l'intéressé a agi de mauvaise foi ou avec négligence . . Le 21 décembre 1979, le juge Dillon ordonna l'arrét des poursuites contre les secrétaires du syndicat, l'autorisation visée à l'article 141 faisant défaut . Il fit observer qu'il n'y avait dans les exposés aucune allégation selon laquelle l'un ou l'autre des défenseurs aurait agi . de mauvaise foi ou avec négligence . . La seule question qui se posait était celle de savoir si l'action avait été engagée pour une mesure . réputée prise en application • de la loi de 1959 . Le juge rappela les motifs donnés par le syndicat pour justifier son action . En substance, les membres du syndicat estimaient qu'en l'absence des moyens nécessaires . ils ne pouvaient pas garantir à suffisance le traitement, la réintégration et la sécurité des malades visés à l'article 65 dans le milieu ouvert à l'hôpital d'Oakwood . Le juge déclara que le syndicat agissait pour protéger les malades dans l'hôpital et qu'étant associé à tout le processus de consultation et de décision dans l'établissement il était donc protégé par l'article 141 . Le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale et l'Autorité sanitaire de la circonscription sollicitèrent alors pour les mêmes motifs des ordonnances d'arrêt des poursuites engagées contre eux . Le juge Foster y fit droit le 15 janvier 1 980. II rejeta l'argument selon lequel ces défendeurs avaient renoncé à tout moyen de défense tiré de l'article 141 et suivit quant au fond le raisonnement du juge Dillon ; qu'il ait tort ou qu'il ait raison à propos des secrétaires du syndicat, il est bien certain que le Ministère et l'Autorité sanitaire de la circonscription relevaient, eux, de l'article 141 . Le requérant interjeta appel contre les deux ordonnances . Le 18 février 1980, la cour d'appel, se prononçant à l'unanimité (a) rejeta l'appel formé contre l'ordonnance du juge Foster (concernant le Ministère et l'Autorité sanitaire) et (b) fit droit à l'appel interjeté contre l'ordonnance du juge Dillon (relative aux secrétaires du syndicat) . Les dispositions légales pertinentes furent examinées par le juge Bridge qui prononça le premier arrêt . Le requérant pouvait être transféré de Broadmoor en vertu de l'article 41 de la loi de 1959, lu en liaison avec l'article 13 du Règlement de 1960 sur la santé mentale (hospitalisation et tutelle) . Le Ministre des Affaires sociales ne pouvait autoriser ce transfert (avec l'assentiement du Ministre de l'intérieur) que s'il était convaincu que, dans les 28 jours, des dispositions seraient prises pour admettre le requérant à l'hôpital d'accueil . Par ailleurs, l'article 90 de la loi de 1959 conférait au Ministre le pouvoir d'ordonner le transfert de l'intéressé, méme sans avoir cette conviction .
Le moyen de défense du Ministère de la Santé et de la Sécu ri té sociale était qu'une décision de transfert (positive ou négative) é tait une mesure réputée p rise en application de la loi de 1959 et de ses règlements d'application et relevait, à ce titre de l'a rticle 141, paragraphe 1 . Or, le Ministre avait décidé que le transfe rt était impraticable. Sa bonne foi n'a pas été contestée et l'action engagée contre le Ministère était donc irrecevable par application de l'article 141 . Pour l'Autorité sanitaire de la circonsc ription, le moyen de défense était que sa décision quant à l'admission du requérant à Oakwood visait un but annexe aux fonctions conférées au Ministre par la loi de 1959 et par le règlements . Sa bonne foi n'a pas été contestée non plus et la décision était réputée p ri se en application d'un texte réglementaire . Le requérant soutenait, quant à lui, qu'en se soumettant à la pression du syndicat, le Ministre et l'Autorité sanitaire avaient en fait abdiqué leur rôle et donc toumé la loi dans son esprit et ses objectifs . Il faisait valoir que pareil acte ne pouvait pas être réputé fait en application d'une loi . Lejuge Bridge déclara notamment que lorsqu'une autorité établie par la loi agit de bonne foi en ce qu'elle estime être une manière convenable de s'acquitter de ses responsabilités légales . .le fait de déclarer par la suite qu'elle a agi d'une manière contraire à la loi au point de la tourner dans son esprit et ses objectifs ne saurait mener à la conclusion que les mesures initialement prises de bonne foi ne sont pas réputées l'avoir été en application de la loi . . D'accord avec le juge Dillon, il estima que le texte de l'article 141, paragraphe 1 de la loi de 1959 avait un caractère subjectif et non pas objectif . . Lorsqu'une personne agit honnêtement avec l'intention d'exercer, au mieux de sa connaissance, les fonctions ou obligations que la loi lui confère, alors il semble qu'elle est réputée agir conformément à la loi . . Bien que le requérant ait allégué un ntanquement à l'obligation , prévue par la loi de 1977 sur le Service national de santé, de lui fournir un hébergement hospitalier répondant aux conditions raisonnables requises (article 3 de la loi), l'acte essentiel susceptible d'engager la responsabilité des autori tés était le refus d'opérer le transfert qui, lui, était un acte protégé par l'article 141 .
Le juge Bridge examina également l'argument du requérant selon lequel le Ministère et l'Autori té sanitaire avaient renoncé à toute immunité pouvant découler de l'article 141 . Evoquant la décision de la Chambre des Lords dans l'affaire Pountney c/Griffiths (1976) A .C . 314, le juge déclara que . l'article 141 ne crée par une immunité personnelle à laquelle il est possible de renoncer mais fait obstacle à la compétence de la Cour, laquelle doit donc se déclarer incompétente • . Aussi le juge B ri dge se pronon ç a-t-il en faveur du rejet de l'appel formé contre l'ordonnance du juge Foster arrêtant les poursuites contre le Ministère et l'Autorité sanitaire . Les juges Cumming Bruce et B ri ghtman se rallièrent à ses motifs .
Quant à l'action engagée contre les secrétaires de la section locale du syndicat, le juge Bridge déclara qu'une décision du personnel soignant d'interdire l'admission de toute une catégorie de malades, même prise en toute bonne foi, ne rentrait pas dans les pouvoirs que la loi confère, expressément ou tacitement, au personnel infirmier . En effet, la loi n'autorise pas les infirmiers à prendre des décisions de politique générale . Les mesures décidées en l'espèce par les secrétaires du syndicat ne bénéficiaient donc pas de la protection de l'article 141 de la loi de 1959 et la décision d'arrét des poursuites, prise par le juge Dillon à propos de l'action les concernant devait donc être rapportée . Les juges Cumming Bruce et Brightman se rallièrent à cette conclusion pour des raisons analogues . Le juge Brightman précisa qu'à son avis . l'immunité conférée par l'article 141 ne concerne qu'une mesure prise par une personne à qui autorité pour ce faire a été donnée, expressément ou implicitement, par la loi pertinente . . Or, la décision prise par le personnel soignant de ne pas admettre les malades visés par l'article 65 appartenait à une catégorie de décisions échappant à l'autorité du personnel et donc à l'immunité offerte par l'article 141 . La cour d'appel refusa l'autorisation d'interjeter appel devant la Chambre des Lords . Les secrétaires du syndicat demandèrent alors à la Chambre des Lords l'autorisation de faire appel . lls furent déboutés le 7 mai 1980 . f.e requérant affirme avoir reçu d'un éminent avocat l'avis selon lequel un appel à la Chambre des Lords quant à l'arrêt des actions qu'il avait intentées contre le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale et l'Autorité sanitaire de la circonscription du Kent n'avait guère de chance de réussir. Il soutient qu'il n'était donc pas en mesure de poursuivre l'action contre ces services . Pendant cette procédure, l'état du requérant fit l'objet de plusieurs rapports . En particulier, le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale demanda au médecin traitant son avis sur les allégations formulées par le requérant dans son acte introductif d'instance, selon lesquelles la poursuite de son internement à Broadmoor avait sur lui des effets néfastes et que son transfert était un élément essentiel de sa guérison . Le 19 octobre 1979, le médecin traitant formula ainsi son rapport : i . Je suis d'avis qu'un transfert de Broadmoor dans un hôpital psychiatrique local pour y poursuivre le traitement et la réintégration du plaignant (c'est-à-dire de M . Ashingdane) est un élément essentiel de la guérison de l'intéressé . ii . La déception qui a suivi son rejet par l'hôpital Oakwood en a fait un homme tendu et irritable . Mais, ce qui est plus grave, l'une de ses anciennes croyances hallucinatoires était que les autorités hospitalières le persécutaient en le maintenant illégalement en détention . Cette hallucination disparut lorsqu'il arriva à une mei0eure compréhension des choses, mais je crains que le maintenir indûment interné ici ne relance cette illusion au point de précipiter une grave rechute .
iii . Son était mental actuel demeure relativement stable et, à mon avis, le malade peut être transféré à l'hôpital d'Oakwood . • En janvier 1980, le requérant fut à nouveau examiné par le Dr Sherry, médecin à l'hôpital d'Oakwood . Dans son rapport du 10 mars 1980, le médecin indiqua que le diagnostic de schizophrénie paranôtde demeurait inchangé et que l'état mental du requérant semblait s'être légèrement détérioré pendant l'année écoulée . Il formula à cet égard l'avis suivant : . Bien que cet homme ne soit pas franchement psychotique, il reste paranoïaque et j'ai le sentiement que son internement prolongé à Broadmoor nuit à son état mental, autrement dit renforce sa parantifa . Ses démêlés interminables avec la High Court ne peuvent qu'aggraver la paranoïa et rétrécir encore l'optique du malade . • Selon le Dr Sherry, le requérant n'était pas en mesure de retourner vivre dans la société mais il devait être possible de l'héberger dans un hôpital psychiatrique de type classique pour séjour de longue durée dans un pavillon fermé . Sans doute ne devrait-il pas y rester plus d'un an . Le médecin était convaincu que le requérant pouvait être hébergé à Oakwood . Jusqu'en septembre 1980, l'Autorité sanitaire de la circonscription maintient qu'elle n'était pas en mesure d'admettre le requérant à Oakwood en raison de l'opposition à l'admission des malades visés par l'article 65 . Cependant, le 4 septembre 1980, elle déclara @tre parvenue à un accord qui permettait d'admettre le requérant . l,e 15 septembre 1980, le médecin traitant le requérant à Broadmoor signala à nouveau qu'une bonne réadaptation du malade nécessitait toujours un traitement en hôpital en raison de son . absence de largeur de vue et de la longueur de son séjour en établissement . . Le rapport déclare que le maintien en hôpital est . nécessaire dans l'intérêt i) de la santé ou de la sécurité du malalde et ii) de la protection d'autrui . . Le Ministre de l'Intérieur et le Ministre des Affaires sociales consentirent tous deux au transfert du requérant qui fut donc admis à Oskwood le 1°' octobre 1980 .
GRIEFS ET ARGUMENTATION INITIALE DU REQUÉRAN T Dans sa requête introductive à la Commission, le requérant s'est plaint de son internement à l'hôpital de Broadmoor . Il a invoqué les articles 3, 4 et 5 de la Convention . Il soutient que son internement ne relevait pas de l'article 5, paragraphe e), de la Convention puisque, contrairement à l'avis de son psychiatre, il n'était pas aliéné . Dans des observations complémentaires présentées en son nom en juin 1980, ses avocats ont soutenu que, contrairement à l'article 6 . paragraphe 1, l e
requérant s'est vu refuser le droit à un procès équitable pour faire statuer sur un droit de caractère civil . Le droit que le requérant cherchait à faire respecter par l'action qu'i l avait engagée contre le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale et l'Autorité sanitaire de la circonscription du Kent était bien . un droit de caractère civil - puisque : a) le requérant cherchait à faire établir que les défendeurs avaient à son égard une obligation personnelle dont il pouvait réclamer l'exécution en justice . Il demandait au juge de déclarer qu'ils avaient failli à leur devoir, ce qui avait eu pour effet de lui infliger un préjudice qu'ils étaient tenu de réparer . Il réclamait donc réparation pour un dommage commis à son endroit en violation d'une obligation légale ;
b) le requérant ne pouvait pas prendre un emploi dans la collectivité tant qu'il n'était pas transféré dans un hôpital local . La possibilité d'obtenir un emploi (et donc une libération) était un droit privé étroitement lié à son transfert à Oskwood . La décision quant à ce droit dépendait de l'issue de l'action qu'il avait engagée contre le Ministère et l'Autorité sanitaire . Le requérant soutenait que le droit d'accès au tribunal, protégé par l'article 6, paragraphe 1, lui avait été refusé par le jeu de l'article 141 de la loi de 1959 . Selon lui, une maladie mentale peut certes justifier des limitations à l'exercice de ce droit, mais non sa totale suppression . Or, les restrictions qui lui ont été imposées en vertu de l'article 141 n'étaient pas légitimes puisque : a) elles faisaient totalement obstacle à la procédure puisqu'ici la mauvaise foi ou la négligence n'étaient pas en cause ; e t b) la nécessité de motiver valablement une telle allégation pour obtenir l'autorisation obligeait à exposer par anticipation les éléments de preuve et à exiger du tribunal qu'il tranche la question d'entrée de cause, en se fondant sur des attestations sous serment . sans que l'accusé puisse bénéficier de témoignages oraux ou de contre-interrogatoire des témoins . Argumentation relative à l'épuisement des recours interne s Dans sa requête introductive, le requérant a soutenu qu'il ne disposait d'aucun recours contre son internement et qu'il avait satisfait aux exigences de l'article 26 de la Convention par les diverses plaintes qu'il avait formulées et le renvoi de son dossier aux commissions de contrôle psychiatrique . Quant au grief complémentaire relatif à l'accès au tribunal, le requérant a soutenu que selon l'avis exprimé par un éminent avocat, l'assistance judiciaire ne lui serait pas accordée pour demander à la Chambre des Lords l'autorisation de faire appel . En outre, la demande adressée par les secrétaires du syndicat avait été refusée et toute demande de la part du requérant aurai t
connu le même sort . Enfin, l'intéressé ne pouvait pas fonder sa demande d'autorisation sur l'article 141 . paragraphe 2, puisqu'il n'alléguait ni la mauvaise foi ni la négligence .
Objet de la requêt e Le requérant a déclaré que l'objet de sa requête initiale était de recouvrer la liberté . L'objet de la requête complémentaire introduite par ses conseils était d'obtenir i) une déclaration concluant à une méconnaissance du droit à un procès équitable que lui garantit l'article 6, paragraphe 1 . et ii) une satisfaction équitable conforme à l'article 50 de Ia Convention .
PROCÉDURE DEVANT LA COMMISSIO N Le 7 octobre 1980 . la Commission a décidé . conformément à l'article 42, paragraphe 2 (b) de son Règlement intérieur, de donner connaissance de la requête au Gouvemement défendeur et d'inviter ce dernier à lui soumettre par écrit ses observations sur sa recevabilité et sur le fond de l'affaire . Elle a demandé au Gouvemement de formuler notamment des observations sur la question de la compatibilité de la prolongation de l'internement du requérant à Broadmoor avec l'article 5, paragraphe 1, de la Convention et d'examiner au regard des articles S . paragraphe 4, et 6, paragraphe 1, le grief formulé par le requérant quant au rejet de son action contre les autorités hospitalières . Le Gouvernement a présenté ses observations le 11 février 1981 et le requérant y a répondu le 7 mai 1981, Le 24 juin 1981, le Gouvernement a présenté des observations complémentaires sur la recevabilité . Le 16juillet 1981, la Commission a décidé, conformément à l'article 42, paragraphe 3 (b), du Règlement intérieur, d'inviter les parties à présenter des observations complémentaires lors d'une audience sur la recevabilité et le bien-fondé de la requête . L'audience a eu lieu le 5 février 1982 .
ARGUMENTATION DES PARTIES L'arguntentation des parties sur la recevabilité de l'affaire, telle qu'elle a été exposée dans les observations écrites et les plaidoiries, peut se résumer comme suit . Le Gouvemement défendeur a) Sur l'article 5, paragraphe ! e), de la Convention Le Gouvernement fait remarquer que, selon l'arrêt rendu dans l'affaire Winterwerp (paragraphe 39), pour priver un individu de sa liberté conforrnément à l'article 5, paragraphe 1(e), il doit être établi que son aliénatio n
- 29_
mentale revêt un cractère et un degré propres à justifier une hospitalisation forcée . Or, il soutient, en se référant aux expertises et avis médicaux des commissions de contrôle psychiatrique qu'en l'espèce, ces conditions ont été remplies . En outre, l'internement du requérant a, à tout moment, été pratiqué selon les voies légales . et de manière . régulière ., tel que la Cour a interprété ces expressions dans l'affaire Winterwerp . Les exigences de fond et de forme prévues en droit interne ont été respectées . Dans son action devant la High Court, le requérant n'a d'ailleurs pas contesté le fondement juridique de sa détention au regard de la loi de 1959. Son action portait avant tout sur le traitement auquel il estimait avoir droit, c'est-à-dire sur une question qui ne relève pas de l'article 5 (affaire Winterwerp . paragraphe 84 du rapport de la Commission et paragraphe 51 de l'arrêt) . Le Gouvernement soutient en conséquence qu'à tout moment l'intemement du requérant a été compatible avec l'article 5, paragraphe 1 (e) de la Convention et que, sur ce point, la requête est manifestement mal fondée . b) Sur ('article 5, paragraphe 4, de la Conventio n Le Gouvernement soutient que l'action engagée par le requérant devant les tribunaux intemes ne concernait pas la légalité de sa détention en tant que telle, mais son traitement et qu'elle échappait dès lors à l'article 5, paragraphe 4, de la Convention . Le no.ud de l'affaire c'était que le requérant soit interné dans un établissement autre qu'un hôpital spécial . Le Gouvernement relève qu'une ordonnance d'intemement émise en vertu de l'article 60 de la loi de 1959 doit préciser l'hôpital où l'intéressé doit être d'abord interné . Cependant, le placement ultérieur du malade est régi par des dispositions distinctes de la loi . Le point véritablement litigieux en l'espèce était celui de savoir s'il existait un recours contre le refus de transférer le requérant . Or, c'était là une question touchant à une décision administrative et sans aucun lien avec la privation de liberté . A la vérité, le remède recherché comportait une déclaration du juge selon laquelle l'Autorité sanitaire locale aurait excédé ses pouvoirs en refusant d'admettre le requérant à l'hôpital d'Oakwood . A l'appui de son argumentation, le Gouvernement cite l'arrêt rendu par la Cour dans l'Affaire de vagabondage, selon lequel les décisions prises en vertu d'un pouvoir discrétionnaire d'élargissement ne concernent pas la régularité d'une détention initiale ou sa prolongation (Arrêt du 18 juin 1971, paragrapges 81-84) . Le Gouvernement soutient dès lors que la requête est sur ce point manifestement mal fondée . c) Sur f'ar(ic(e 6, paragraphe !, de !a Conventio n Le Gouvernement soutient en premier lieu qu'aucun droit civil du requérant n'était en cause dans la procédure menée devant les tribunaux inte rnes.
L'obligation faite au Ministre par l'article 3 de la loi sur le Service national de santé de fournir un hébergement hospitalier . dans la mesure où il le juge nécessaire pour répondre à toutes les exigences raisonnables • n'a pas un caractére absolu . Le Gouvernement renvoie à cet égard à l'arrêt rendu par la cour d'appel dans l'affaire R . Secretary of State for Social Services and others ex parte Hincks, Fleming, Lloyd and Smith (18 mars 1980), où elle a déclaré que cette obligation se trouvait implicitement limitée en fonction des ressources disponibles . Aussi l'obligation citée à l'article 3 ne donne-t-elle pas lieu à un droit civil correspondant . Au surplus, les autres . droits • évoqués par le requérant et censés être en cause de l'espèce, par exemple le droit au travail, le droit de ne pas étre traité de manière nuisible à l'état mental, celui d'être traité de manière à garantir une réadaptation et une réintégration dans la société, ne sauraient découler de la législation interne et n'étaient pas en jeu ici . De même, les biens ou la liberté du requérant ne se trouvaient pas en cause . Cela ne signifie pas que l'intéressé ne jouissait pas . de droits civils • en liaison avec son traitement . Si par exemple médecins et infirmiers s'étaient montrés négligents dans le traitement, le malade aurait eu civilement le droit de leur réclamer des dommages-intérêts . Cependant, l'action engagée n'était manifestetoent pas liée à ce droit civil, puisque le requérant n'a jamais allégué la négligence et que, s'il l'avait fait, l'article 141, paragraphe 1, n'aurait pas été appliqué . En conséquence, la contestation que le requérant cherchait à faire trancher par les tribunaux internes ne mettant pas en jeu des • droits de caractère civil • au sens de l'article 6, cette disposition n'était pas applicable au cas d'espèce . A titre subsidiaire, le Gouvernement soutient que même si les décisions relatives au transfert du requérant affectaient les droits civils de l'intéressé, il n'y a pas eu méconnaissance de l'article 6, paragraphe 1 . En effet, ces décisions ne visaient pas elles-mêmes à trancher un litige relatif aux droits civils du requérant mais étaient des mesures prises par des instances exerçant des pouvoirs réglementaires . Aussi n'étaient-elles pas de la compétence d'un tribunal . En outre, la juridiction interne a déclaré que ces instances administratives étaient habilitées à agir comme elles l'ont fait et que la contestation de leurs décisions par le requérant n'apportait pas d'élément juridique suffisant pour faire intervenir le droit d'accès à un tribunal garanti par l'article 6, paragraphe 1 . Ensuite, toujours à titre subsidiaire, le Gouvernement soutient que la procédure interne a fait droit à la possibilité pour le requérant d'amener un tribunal à se prononcer sur ses griefs ; en effet, l'article 6, paragraphe 1, n'exige pas nécessairement l'accès à un tribunal compétent pour statuer sur le fond de décisions affectant des droits privés et l'article 141 de la loi de 1959 ne limite pas la compétence des tribunaux de manière déraisonnable . A l'appui de sa thèse, le Gouvernement renvoie au rapport de la Commission dans l'affaire Kaplan c/Royaume-Uni (requête n° 7598/76, D .H . 21, p . 5, par . 151, 154, 161 et 163) .
Le Gouvernement prétend en conséquence que le grief tiré par le requérant de l'article 6 de la Convention est soit incompatible ratione materiae avec la Convention, soit manifestement mal fondé . Le requérant a) Sur l'article 5. paragraphe 1(e), de la Conventio n Le requérant reconnait que son internement à Oakwood d'abord, puis à Broadmoor, a été effectué • selon les voies légales • et qu'il existait des éléments de preuve au vu desquels le Ministre pouvait valablement conclure à son aliénation mentale . En revanche, il n'admet pas que sa détention fut • régulière • ou qu'il souffrit d'un trouble mental de nature à justifier une hospitalisation forcée . La liste des exceptions autorisées au droit à la liberté que garantit l'article 5 . paragraphe 1, est exhaustive et ces exceptions doivent s'interpréter très strictement . En conséquence, et au vu des articles 17 et 18 de la Convention, l'internement d'un aliéné peut ne pas se justifier au regard de l'article 5, paragraphe 1(e), s'il restreint sa liberté plus ou plus longuement qu'il n'est nécessaire ou dans un but autre que celui pour lequel la restriction est autorisée . La détention cesse également de se justifier si elle est contraire aux principes de nécessité et de proportionnalité (Requête n° 7317/75, Lynas c/Suisse, D .R . 6, p . 141 à la p . 153) . Pour ne pas étre entaché d'arbitraire, l'internement doit donc être conforme à toutes les garanties de fond et de forme prévues par la législation interne . Dès lors, la condition de • régularité • s'applique non seulement à l'ordonnance d'internement mais aussi à son exécution (Arrét Winterwerp, par . 39) . L'interprétation donnée par le Gouvernement de l'article 5, comme ne s'appliquant qu'à la possibilité d'être interné, est trop restrictive . Le requérant prétend que son internement à Broadmoor après octobre 1978 n'était pas une détention • régulière ., au sens de l'article 5 et n'était pas conforme au but fixé par la restriction autorisée par l'article 5, paragraphe 1(e) . Par ailleurs, la prolongation de l'internement n'était pas nécessaire au traitement et il s'avérait qu'elle risquait de détériorer gravement son état mental . En retardant le processus nécessaire de réadaptation, elle a presque certainement allongé la durée totale de la détention . L'intemement n'avait donc pas l'objectif thérapeutique prévu à l'article 5, paragraphe 1(e), mais visait avant tout à maintenir la paix sociale . Aussi, par sa nature, son objectif, sa durée et ses effets, le maintien en détention du requérant à Broadmoor n'a-t-il pas respecté les garanties figurant implicitement à l'article 5, paragraphe 1(e), et expressément aux articles 17 et 18 de la Convention . Dans ses observations écrites, le requérant a relevé également que, dans l'affaire Winterwerp, la Commission n'a pas tranché la question de savoir si l'absence ou le refus de traitement pouvait faire problème au regard d'autre s
- 32 -
articles de la Convention . Selon lui, son maintien en détention dans des conditions inapprop riées et uniquement pour des motifs de relations professionnelles, maintien provoquant une dété rioration nette et reconnue de son état mental et prolongeant son internement, soulevait de graves problèmes sur le terrain de l'article 3 comme de l'article 5 . lus en liaison avec l'article 18 de la Convention . En outre, le requérant estime que son état mental ne justifiait pas un internement forcé, d'autant qu'il existait d'autres méthodes de traitement . Aucun des rapports établis par les médecins après octobre 1978 ne fait état d'une probabilité de violence dans son comportement . Pour justifier un internement forcé, le trouble dont souffre l'individu doit représenter un danger clair et actuel . Or, il n'existait dans son cas aucun - danger réel . comme celui qu'exigeait le droit néerlandais examiné dans l'affaire Winterwerp . La principale crainte des autorités était de voir le requérant interrompre son traitement une fois remis en liberté, ce qui amènerait une détérioration de son état . Pourtant, le requérant aurait pu être libéré à la condition de suivre un traitement ambulatoire et réinterné s'il ne remplissait pas cette condition . Le requérant fait également observer qu'il a été interné pendant onze ans sans jamais avoir manifesté un comportement violent . c) Sur l'article 5, paragraphe 4, de la Conventio n Le requérant fait siennes les conclusions de la Commission dans l'affaire Winterwerp ( par . 90 du rappo rt ) et dans l'affaire X . c/Royaume-Uni ( requête n° 6998/75, par . 125 et suiv . du rappo rt ), selon lesquelles l'article 5, paragraphe 4, garantit le droit à un contrôle ju ri dictionnel de la légalité maté rielle et formelle de la détention . Selon lui, l'argument du Gouvemement limiterait la portée du contrôle judiciai re à la régularité formelle de la première ordonnance d'internement . Cependant, on ne voit pas logiquement pourquoi la . légalité - à contr0ler au regard de l'a rt icle 5, paragraphe 4, serait plus limitée que la • régularité . à vé ri fier sur le terrain de l'a rt icle 5, paragraphe 1( e) . L'expression doit avoir le même sens aux paragraphes 1 et 4, de manière que tous les aspects de la p rivation de libe rté puissent être soumis à un contrôle . Comme le Gouvernement lui-même l'a déclaré dans ses observations, l'action engagée par le requérant concernait la régularité de son maintien en détention à Broadmoor. Il prétendait que son internement dans cet établissement était contraire à Ia législation interne et à la Convention . En conséquence, la procédure concemait bien la • légalité - de la mise en ¢uvre de la détention et le requérant avait le droit d'accès à un tribunal (arrêt Winterwerp, par . 60) . Au surplus, le grief du requérant n'était pas analogue aux demandes d'exercice d'un pouvoir discrétionnaire telles que celles qui étaient en jeu dans les Affaires de vagabondage puisque ce qu'il réclamait c'était l'exécution d'une obligation légale .
- 33 -
En conséquence, que les allégations du requérant soient fondées ou non, la procédure concernait bien la légalité de la mise en ¢uvre de sa détention à Broadmoor. L'article 5, paragraphe 4, l'autorisait à faire trancher l'affaire par un tribunal mais il s'est vu refuser ce droit . Les tribunaux intemes ne se sont pas prononcés sur son grief relatif à la régularité de son internement mais ont déclaré en être empêchés par une entrave à leur compétence . c) Sur l'article 6. paragraphe 1 . de la Convention Le requérant soutient que l'action qu'il avait engagée contre les autorités emportait décision sur une contestation relative à un • droit de caractère civil • au sens de l'article 6, paragraphe 1 . Son grief était en substance que les défendeurs avaient à son égard une obligation légale qu'ils n'avaient pas respectée, ce qui l'amenait ou l'amènerait à subir une perte ou un dommage . A ses yeux, il est manifeste qu'une personne a le droit d'intenter une action en dommages-intérêts si, contrairement à la loi, elle reçoit un traitement ou une surveillance médicale inappropriés ou inexistants . 11 en va de même d'un traitement psychiatrique . Or, en droit anglais . la méconnaissance d'une obligation légale donne naissance à un droit de caractère privé . Le requérant rejette l'argument du Gouvemement selon lequel la loi relative au Service national de santé ne lui conférait aucun droit de caractère civil . Certes, l'obligation qui en découle était limitée en fonction des ressources disponibles, mais il est notoire que, dans son cas, les ressources nécessaires existaient bien . Le requérant rejette également la thèse du Gouvemement selon laquelle sa liberté n'aurait pas été en cause . En effet, dans la mesure où il était obligé, en pratique . de passer par un hôpital psychiatrique local avant d'être remis en liberté, le fait de ne pas le transférer retardait sa libération finale . L'existence d'un droit de caractère civil se détermine par référence aux principes généraux du droit communs aux Etats membres du Conseil de l'Europe . A ce propos, on peut s'appuyer sur la jurisprudence de la Cour européenne de justice relative au fondement de la responsabilité extracontractuelle des Communautés (1) . Dans ce genre d'affaires, le droit à réparation né d'une • méconnaissance suffisamment grave d'une règle de droit primordiale pour la protection de l'individu » est par sa nature-même un • droit privé •, même s'il est mis en cxuvre par la puissance publique dans l'exercice de sa souveraineté . Dans l'action qu'il avait engagée, le requérant soutenait en substance que les mesures prises par les autorités constituaient des méconnaissances suffisamment graves des règles suivantes : le principe de la proportionnalité, le droit à la liberté individuelle et le . droit d'être protégé contre ce qui est nuisible . . En conséquence, l'action concernait bien la détermination d'un droit de caractère civil . • Bayerische HNL c. Conseil et Commission, arrêt du 25 mai 1978 ; Amylum c . Conseil et Commission, arrêt du 5 décembre 1979 .
Le requérant reconnaît qu'en elles-mêmes, les décisions administratives pertinentes ne devaient pas forcément satisfaire à l'article 6, paragraphe 1, mais soutient que le grief qu'il en tire contenait bien - l'élément juridique . évoqué par la Commission dans l'affaire Kaplan . L'argumentation développée par le Gouvernement à cet égard vient précisément renforcer la méconnaissance même dont se plaint le requérant . L'effet de l'article 141, paragraphe 1 de la loi de 1959 est d'enlever aux tribunaux compétence pour se prononcer sur certains types d'action civile, ce qui est le danger même évoqué par la Cour au paragraphe 34 de son arrêt dans l'affaire Golder . Le requérant a soutenu que les autorités n'étaient pas habilitées à agir comme elles l'ont fait, ce que les tribunaux n'ont pas constaté non plus . Simplement, l'article 141 leur a ôté la compétence de connaitre de la question de fond . L'action menée devant les juridictions internes ne répondait pas au droit du requérant de voir son grief tranché par un tribunal puisqu'elle a été écartée au motif que le tribunal n'était pas compétent pour en connaître . Le requérant admet qu'il peut y avoir des limites au contrôle juridictionnel de l'exercice de pouvoirs discrétionnaires, mais l'essentiel de son grief n'était pas que les autorités avaient pris une mauvaise décision quant au fond, mais qu'elles avaient agi illégalement . L'article 141 de la loi de 1959 empêche d'engager une action comme celle que le requérant a tentée, si négligence ou mauvaise foi ne sont pas alléguées . Pareille mesure ne saurait se justifier par la nécessité de protéger les médecins et le reste du personnel médical contre l'abus des procédures judiciaires. Du reste, il existe des moyens d'écarter les actions abusives et il faudrait normalement aussi obtenir l'aide judiciaire . Enfin, le requérant observe qu'il n'est pas nécessaire à la Commission de se prononcer sur le bien-fondé du grief qu'il cherchait à faire valoir devant les tribunaux internes . Ceux-ci ont en effet rejeté sa demande conformément à l'article 141 en admettant l'hypothèse que sa prétention était fondée en droit mais que les tribunaux n'avaient néanmoins pas compétence pour en connaître .
EN DROIT Le requérant s'est plaint de son internement à l'hôpital de Broadmoor et du rejet, conformément à l'article 141 de la loi de 1959 sur la santé mentale, de l'action qu'il avait intentée contre l'Autorité sanitaire locale et le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale . Il a invoqué l'article 5, paragraphes 1 et 4, et l'article 6, paragraphe 1, de la Convention et laissé entendre, au cours de son argumentation, que des problèmes pourraient aussi se poser sur le terrain des articles 3 . 17 et 18 de la Convention . Le Gouvernement défendeur a soutenu, quant à lui, que la requête est irrecevable pour défaut manifeste d e
- 35 -
fondement ou, en ce qui concerne le grief tiré de l'article 6, paragraphe 1 . de la Convention, pour incompatibilité ratione materiae avec celle-ci . Après avoir procédé à un premier examen de l'argumentation des parties, la Commission estime que la requête pose un certain nombre de questions importantes au regard de la Convention . En particulier, se pose la question essentielle de savoir si l'internement du requérant à l'hôpital de Broadmoor entre octobre 1978 (date à laquelle le médecin traitant signala que le malade pouvait être transféré) et le 1° , octobre 1980 (date de son transfert à l'hôpital d'Oakwood) était compatible avec l'article 5, paragraphe l, de la Convention . Il importe de déterminer si l'internement à Broadmoor pendant cette période était une . détention régulière ., au sens de l'article 5, paragraphe 1, compte tenu du grief formulé par le requérant selon lequel les autorités ont méconnu leur obligation légale de lui fournir un hébergement dans une autre catégorie d'établissement et donc agi contrairement à la loi en le maintenant interné à Broadmoor . A cet égard, une importante question se pose qui conceme l'interprétation de l'article 5 : cette disposition demande-t-elle seulement que la détention en tant que telle soit . régulière . ou exige-t-elle - et si oui, jusqu'à quel point - que les mesures prises pour exécuter une décision d'internement concernant par exemple un transfert ou le choix du lieu d'internement, soient elles aussi . régulières . ? La Commission estime qu'il se pose également d'autres questions de fond sur le terrain des articles 5, paragraphe 4, et 6, paragraphe 1, de la Convention . Il échet notamment d'examiner si l'action que le requérant a intentée contre le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale et contre l'Autorité sanitaire locale concernait la . légalité de la détention ., au sens de l'article 5, paragraphe 4, de la Convention, ou ses . droits et obligations de caractère civil . au sens de l'article 6, paragraphe 1, et, dans l'affirmative, si le rejet de sa demande emportait méconnaissance de l'une ou l'autre de ces dispositions . La Commission estime en conséquence que les griefs du requérant ne sauraient étre qualifiés de manifestement mal fondés ou incompatibles avec la Convention . Aucun autre motif d'irrecevabilité n'étant apparu, la requ@te doit être déclarée recevable . Par ces motifs, la Commissio n
- 36 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 05/02/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.