Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9053/80
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1982-07-13;9053.80 ?

Analyses :

(Art. 34) RECOURS, (Art. 34) VICTIME, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9053/80 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y X . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGNE
•
DECISION of 13 July 1982 on the admissibility of the application DÉCISION du 13 juillet 1982 sur la recevabilité de la requêt e
Artlcle 26 of the Convention : Personal expenses imposed on the accused after a decision to discontinue the proceedings for reasons of procedural economy . Situation different from those in Applications N° 6281/73 (Neubecker) and 6650/75 (Liebig) . so that an appeal to the Federal Constitutional Court ought to be attempted.
Artlcle 26 de la Conventlon : Débours laissés à!a charge de l'accusé après une décision de suspendre les poursuites pour des raisons d'économie. Situation différente de celle des Requétes N° 6281/73 ( Neubecker) et 6650/75 (Liebig). de sorte qu'un recours à la Cour constitutionnelle f édérale devait être tenté.
((rancais : voir p . 147)
THE FACTS
The facts of the case as they have been submitted by the applicant through his lawyers, MM . Reinhold Schlothauer and Volkert Ohm, two barrister practicing in Bremen, may be summarised as follows : The applicant is a German citizen born in 1935 who is resident in Bremen . He is a universitv teacher . Criminal proceedings were instituted against him after having participated in a demonstration on 3 January 1977 which involved the blocking of tramway rails during one and a half hours . On . . . April 1978 the District Court of Bremen acquitted him from the offence of coercion (Notigung) which is punishable under Section 240 of the Penal Code . - 142 -
The prosecution appealed from this decision, but subsequently applied for the discontinuation of the criminal proceedings under Section 154 (1) No . 2 of the Code of Criminal Procedure . This provision authorises the prosecution to retrain from prosecution measures inter alia if a penalty imposed by a final decision taken in another case is sufTcient to influence the offender and to defend the legal order . By a decision of . . . April 1980 the Regional Court of Bremen in fact discontinued the proceedings against the applicant in accordance with the prosecution's request as he had been convicted of a similar offence on . . . October 1975 and the resultant conditional three-months prison sentence had become final on . . . August 1978 . However, the Regional Court decided at the same time to impose on the applicant his own necessary costs in accordance with Section 467 (4) ot' the Code of Criminal Procedure . This provision reads as follows : "II' the court discontinues the proceedings on the basis of a provision which gives it discretion to do so, it can refrain from imposing on the treasurv the necessar_v costs of the accuses . " ("Stelit das Gericht das Verf-ahren nach einer Vorschrift ein, die dies nach seinem Ermessen zuliisst, so kann es davon absehen, die notwendigen Auslagen des Angeschuldigten der Staatskasse aufzuerlegen .") In the reasons for its above decision, the court stated following :
inter alia the
"The imposition on the accused of his necessary out-of court costs is justified under Section 467 (4) of the Code of Crintinal Procedure . The discontinuation of the proceedings against the accused is exclusively based on grounds ot' procedural economy . It would be unfair to impose on the treasury also the necessary expenses of the accused as his guilt is not only slightly, but highly probable (da die Schuld des Angeklagten nicht nur in geringem Masse, sondern in erheblichem Masse wahrscheinlich ist) . First, the imposition of costs does not violate the legal presumption of innocence laid down in Article 6, paragraph 2 of the European Convention on Human Rights . . . Moreover it has been held in the constante case-law . . . that unpeaceful blocking going beyond lawful demonstration constitutes the offence of coercion within the meaning of Section 240 of the Penal Code . . . (extensive quotations) . The convictions of T . . . and F . . . (included in these quotations) are in fact convictions of identified accomplices (festgestellte Mittïter) of the accused for blocking of rails on 3 January 1977 . . . Finally it results from the transcript of the hearing of first instance that the guilt ot' the accused is highly probable . He has himself admitted when questioned by the judge that the tramwav traffic must be diverted where there are demon-
-143-
strations . The witness Sch . . . told the judge at the inteffogation on . . . April 1978 . . . that he had seen the accused at 4 .55 p .m . marching in the first row of a communist block which then gathered at the D . . . intersection of the tramway rails causing a standstill of all traffic . According to his testimony also witness H . . . saw the accused march among the other demonstrators . It therefore follows from the contents of the tile that the accused very probably participated knowingly and intentionally in the blocking of the D . . . intersection of tramway rails on 3 January 1977 . Accordingly it is only fair that he must bear his own costs himself . " The applicant claims that there was no effective remedy available to hi m from this decision . An appeal against the decision to discontinue the proceedings wa s excluded because this decision did not entail any disadvantage for him . An isolated appeal against the cost decision was also excluded according to the interpretation given to the relevant provision (Section 464 (3) first sentence of the Code of Criminal Procedure) in the case-law of the Courts of Appeal, including the Bremen Hanseatic Court of Appeal which would have been competent in this case . A constitutional appeal provided no prospects of success as the Federal Constitutional Court had alreadv found that the cost regulation contained in Section 467 (4) of the Code of Criminal Procedure is as such compatible with the presumption of innocence (cf . BVerfGE 22 . 254, 265) . In its decision on the admissibility of Application No . 6650/74 (Liebig, D .R . 5, 58), the Commission itselt accepted that the constitutional appeal was not an effective remedv to be exhausted in such a case . The case No . 8408/78 * in which the Commission took a different view can be distinguished on the facts because it concerned the application of a different provision of the Code of Criminal Procedure (Section 467 (3) No . 2 and not Section 467 (4)) . Moreover, the Commission's decision in this case is not yet published and can therefore not be opposed to the applicant . The applicant also points out that the introduction of a constitutional appeal which clearly lacks prospects of success entails the risk of the imposition of a fine (Missbrauchsgebühr) of up to DM 1000.- . The applicant further explains that his complaint is not directed against the applicable legal provision itself, but against the wav of its application in the concrete case . This is a matter which the Federal Constitutional Court in its constant case-law considers to be outside its competence . This opinion has also been expressed in a case quite similar to that of the applicant (BVerfGE 22, 265) . The applicant submits that the constitutional appeal would not have constituted an effective remedv in his case also for this reason . • Sec D .R . 18 . p . 209
- 1¢4 -
COMPLAINT The applicant now complains that the cost decision of the Regional Court of Bremen of' . . . April 1980, and in particular the reasons given for this decision, violate his right under Article 6, paragraph 2, of the Convention to be presunted innocent until proved guiltv according to law . He considers that the formulation of the reasons of this court decision is contrary to the presumption of innocence because the court passed a judgment on the probability of his guilt and stated the facts exclusively on the basis of the written contents of the tile . His guilt was moreover considered as probable despite the trial court's conclusion to the contrary . He submits that a breach of Article 6, paragraph 2, exists in his case irrespective of whether or not the imposition of costs on the accused after a decision to discontinue the proceediugs is as such excluded by the presumption of innocence .
THE LA W 1 . The applicant complains of a decision of the Regional Court of Bremen by which that court, which was seized with an appeal of the prosecution against the applicant's acquittal in first instance, discontinued the criminal proceedings on grounds of procedural econontv and ruled that the applicant had to bear his own necessarv expenses because the appeal would probably have been successful . The applicant alleges that this decision, and in particular its reasons, violated his right under Article 6, paragraph 2, of the Convention to "be presumed innocent until proved guilty according to law" . 2 . The Government have inter alia submitted that a cost decision following the discontinuance of criminal proceedings has nothing to do with a finding on the guilt of the accused and therefore falls wholly outside the scope of Article 6, paragraph 2 . The Commission, however, recalls its earlier case-law where it has already been stated that the application of Article 6, paragraph 2, is not limited to cases where a criminal prosecution leads in fact to the determination of the guilt of the accused in the form of a decision pronouncing his conviction or'acquittal . The presumption of innocence also applies to cases where the proceedings are discontinued, and in particular to the reasons relied on by the competent court when ordering the discontinuance (cf . the Commission's Report of 8 October 1980 on Application No . 8269/78, Gustav Adolf v . Austria, in this respect confirmed by the Eur . Court H .R .'s judgment of 26 March 1982) or the cost consequences of such discontinuance (cf . the Commission's Report of 6 May 1981 on Application No . 8660/79, Ludwig Minelli v . Switzerland, and its decisions on the admissibility of Applications Nos 6281/73 (Neubecker)and 6650/74 (Liebig v . Federal Republic of Germany), D .R . 5, pp . 13 and 58) . There is no reason to depart from this jurisprudence in th e - 145 -
present case, and the application cannot therefore be rejected as being ratione materiae incompatible with the provisions of the Convention in the sense of Article 27, paragraph 2 . However, although the facts of the present case are as such susceptible t o .3 being examined under Article 6, paragraph 2, of the Convention, the Commission is not required to decide whether or not there is actuallv an appearance oF a violation of this provision . Under Article 26 of the Convention, the Commission mav onlv deal with a matter after all domestic remedies have been exhausted according to the generally recognised rules of international law, and in the present case the applicant has failed to comply with this requirement as he has not availed himself of the possibility to file a constitutional complaint with the Federal Constitutionai Court . . Contrary to the applicant's submission, the Commission considers that this possibilitv would have constituted an effective remedy in the applicant's case . The Federal Constitutional Court has recognised in several decisions that the principle of the "presumption of innocence" is embodied in the Constitution of the Federal Republic, and it has applied this argument not only in casesinvolving a review of legal regulations as to their conformitv with the Constitution (cf. the case cited bv the respondent Government B)ierfGE 25, 327), but also in cases of individual complaints alleging that the above principle has been disregarded in a concrete case (cf . BVerfGE 22, 254 and the Federal Constitutional Court's decision in the Neubecker case . 2 BVR 1/73) . This shows that a person discontent with a certain court decision which he alleges has been taken in violation of the presumption of innocence can seize the Federal Constitutional Court with this question event if-as the applicant in the present case-he does not wish to challenge the constitutionality of the applicable legal regulation as such . If he contends that a certain provision ot' the Code of Criminal Procedure, namely Section 467 (4), has been wrongly applied in his case in that he has been required to bear his own necessarv expenses in disregard of the presumption of innocence, there can be no question of this claim being directed exclusively against the reasoning, and not'alsô against the opérative pArt of the relevant court decision . It'is further no argument against the effectiveness of a constitutiona l complaint that the Federal Constitutional .Court has hitherto never actually found a violation of the constitutional principle of the presumption of innocence . The number of cases in which the court was confronted with this problem is very small and does not allow any general conclusions to be drawn . The relevant decisions moreover date back considerable time and none of them has dealt with a situation directly comparable to the circumstances of the present case . As the Government have rightly observed, the published cases were indeed concerned with the application of different legal provisions (i .e . the former version of Section 467 in BVerfGE 22, 254, and subsection (1 )
- 146 -
of the new version in BVerfGE 25, 327) . The only case involving the application of subsection (4) of the new version of Section 467 of the Code of Criminal Procedure, i .e . the very provision which was also applied in the present case, is the decision in the Neubecker case (2BVRI/73) . It is a decision taken by a three-judge panel of the Federal Constitutional Court . The Commission cannot follow the Government's argument that such decisions are wholly irrelevant in the context of' Article 26 of the Convention . It must however be noted that the present case is clearly distinguishable from the Neubecker case both as regards the faclual and the legal situation . First of all, the discontinuance ot'the proceedings at the appeal level followed an acquittal and not a conviction in tirst instance, it was based on procedural economv (Section 154 of the Code of Criminal Procedure) rather than the trivialitv of the matter (Section 153) and it did not require the consent of the accused . In this respect, the present case is therefore comparable to Application No . 8408/78 which the Commission declared inadniissible for failure to exhaust the dotnestic reniedies . As in that case, the Contmission notes that the decision complained of was given considerable time after the Comntission had declared Applications Nos . 6281/73 (Neubecker) and 6650/74 (Liebig) admissible . It follows that the applicant has not complied with the conditions as to the exhaustion of domestic remedies as laid down in Article 26 of the Convention . and his application ntust accordingly be rejected under Article 27, paragraph 3, of the Convention . For these reasons, the Commissio n
DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION) EN FAIT Les faits de la cause, tels qu'exposés par le requérant par l'intermédiaire de ses avocats, M^ Reinhold Schlothauer et M° Volkert Ohm, tous deux exerçant à Bréme, peuvent se résumer comme suit . Le requérant est un ressortissant allemand, né en 1935 et résidant à Br@me . Il est professeur d'université . Des poursuites pénales ont été ouvertes contre lui pour participation, le 3 janvier 1977, à une manifestation qui bloqua les rails du tramway pendant une heure et demie . Le . . . avril 1978 . le tribunal de district de Brême l'acquitta sur le chef de -contrainte» (NBtigung), infraction punie par l'article 240 du Code pénal . - 147 -
Le ministère public fit appel de cette décision mais demanda ultérieurement l'arrêt des poursuites pénales conformément à l'article 154, paragraphe 1 no 2 du Code de procédure pénale . Cette disposition autorise le ministère public à s'abstenir de poursuivre, notamment si la sanction infligée par une décision rendue en dernier ressort dans une autre affaire suffit à influencer le délinquant et à sauvegarder l'ordre juridique . Par décision du . . . avril 1980, le tribunal régional de Brême, suivant la demande du ministère public, interrompit effectivement les poursuites contre le requérant, qui avait été reconnu coupable d'une infraction analogue le . . . octobre 1975 et dont la peine de trois mois de prison avec sursis, infligée à cette occasion, était devenue définitive le . . . août 1978 . Cependant, le tribunal régional décida en même temps d'imputer au requérant ses débours personnels, conformément à l'article 467, paragraphe 4 du Code de procédure pénale, ainsi libellé : • Si le tribunal suspend les poursuites en se fondant sur une disposition qui lui en donne la faculté, il peut s'abstenir de mettre à la charge du trésor public les débours personnels du prévenu . . (=S(ellt das Gericht das Verfahren nach einer Vorschrift ein, die dies nach seinem Ermessen zulàsst, so kann es davon absehen, die notwendigen Auslagen des Angeschuldigten der Staatskasse aufzuerlegen .•) En motivant sa décision, le tribunal déclara notamment : . Faire supporter au prévenu ses débours nécessaires se justifie au regard de l'article 467, paragraphe 4 du Code de procédure pénale . En effet, l'interruption des poursuites contre le prévenu se fonde exclusivement sur des raisons d'économie de procédure . Il serait injuste de faire supporter aussi au trésor public les débours du prévenu puisque la culpabilité de l'intéressé est hautement probable (da die Schuld des Angeklagten nicht nur in geringem Masse, sondern in erheblichem Masse wahrscheinlich ist) . D'une part, imputer au prévenu ses débours n'est pas contraire à la présomption légale d'innocence posée à l'article 6, paragraphe 2 . de la Convention européenne des Droits de l'Homme . . . D'autre part, la jurisprudence constante tient . . . que l'obstruction de la voie publique à des fins non pacifiques et dépassant la manifestation licite constitue l'infraction de «contrainte ., au sens de l'article 240 du Code pénal . . . (longue citation) . Les condamnations de T . et de F . (citation) concernent en fait les complices identifiés (festgestellte Mittâter) du prévenu qui ont bloqûé les rails le 3 janvier 1977 . . . Enfin, il résulte du compte-rendu d'audience en première instance que la culpabilité du prévenuest hautement probable . L'intéressé a lui-même reconnu devant le juge que la circulation du tramway doit être détoumée lorsqu'il y a des manifestations . Le témoin Sch . . . a déclaré au juge qui l'interrogeait le . . avril 1978 . . . qu'il avait vu l'accusé à 16 h 55 s'avancer au premier rang d'une colonne de manifestants communistes qui se rassembla ensuite à l'intersection de D . des voies du tramway, obligean t
- 148 -
la circulation à s'arrèier . Selon ses dires, le témoin H . a également vu l'accusé marcher au milieu des manifestants . Il ressort donc du dossier que l'accusé a très probablement contribué, sciemment et intentionnellement, à bloquer l'intersection de D . des voies du tramway le 3 janvier 1977 . En conséquence, il n'est que justice qu'il supporte lui-même ses débours liés au procès . . Le requérant prétend n'avoir disposé d'aucun recours effectif contre cette décision . Il était exclu de faire appel de la décision de suspension de la procédure, puisque celle-ci n'était pas pri se au détriment de l'intéressé . Former un appel distinct contre la décision relative aux débours était également exclu en raison de l'interprétation donnée à la disposition pertinente (art . 464, par . 3 première phrase . du Code de procédure pénale) par la jurisprudence des cours d'appel, y compris la cour hanséatique de Brème, qui aurait été compétente en l'espèce . Un pourvoi constitutionnel n'offrait aucune chance de succès car la Cour constitutionnelle fédérale a déjà déclaré que la réglementation des frais de justice figurant à l'article 467, paragraphe 4 du Code de procédure pénale est compatible avec la présomption d'innocence (cf . BVerfGE 22 . 254, 265) . Dans sa décision sur la recevabilité de la requête n° 6650/74 (Liebig . D .R . 5, p . 58) . la Commission elle-même a reconnu que le pourvoi constitutionnel n'était pas un recours effectif à épuiser en pareil cas . La requéte n° 8408/780, pour laquelle la Commission a p ri s une position différente . se distingue en fait parce qu'elle concerne l'application d'une disposition différente du Code de procédure pénale (article 467, paragraphe 3 n° 2 et non article 467, paragraphe 4) . De reste, la décision rendue a(ors par la Commission, qui n'était pas encore pub(iée, ne saurait être opposée au requérant . Ce(ui-cl souligne également que le dépôt d'un pourvoi constitutionnel qui n'a manifestement pas de chances de réussir l'exposait à une amende pour fol appel (MissbrauchsgebOhr) pouvant aller jusqu'à 1000 DM . Le requérant explique en outre que son g rief ne concerne pas la disposition légale comme telle, mais la maniè re dont elle lui a été appliquée . Or, c'est là une question que, dans sa ju ri sprudence constante, la Cour constitutionnelle fédérale considére comme échappant à sa compétence . C'est également l'avis exprimé dans une aff aire tout à fait similai re au cas d'espèce (BVerfGE 22, 265) . Le requérant soutient en conséquence qu'un pou rvoi constitionnel n'aurait pas constitué dans son cas un recours efficace .
• Voir D .R . 18 . p . 24N . - 149-
GRIE F Le requérant se plaint que la décision concernant ses débours prise par le tribunal régional de Brême le . . . avril 1980, par ses motifs notamment, a méconnu le droit que lui garantit l'article 6 . paragraphe 2 . de la Convention d'@tre présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie . Il estime que le libellé des motifs de cette décision judiciaire est contraire à la présomption d'innoncence . parce que le tribunal s'est prononcé sur le caractère probable de sa culpabilité et n'a exposé les faits qu'en se fondant sur les documents du dossier . En outre, sa culpabilité a été qualifiée de probable malgré la conclusion contraire de la juridiction de jugement . Aussi le requérant soutient-il qu'il y a eu en l'espèce violation de l'article 6. paragraphe 2 . indépendamment du point de savoir si la présomption d'innocence exclut en tant que telle la possibilité d'imputer au prévenu ses débours après une décision de suspcndre la procédure .
EN DROI T Le requérant se plaint d'une décision du tribunal régional de Br@me qui, 1. saisi d'un appel du ministère public contre l'acquittement du requérant en première instance, a suspendu les poursuites pour des raisons d'économie de procédure et décidé de menre à la charge du requérant ses débours car l'appel aurait sans doute été couronné de succès . Le requérant allègue que cette décision, par sa motivation notamment . était contraire au droit, garanti par l'article 6, paragraphe 2 . de la Convention . d'@tre • présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie • . 2 . Le Gouvernement a soulenu notantment qu'une décision relative aux débours prise à la suite d'une suspension des poursuites n'a rien à voir avec une appréciation de la culpabilité du prévenu et échappe donc totalement à l'article 6 . paragraphe 2 . La Commission rappelle cependant sa jurisprudence selon laquelle l'application de l'article 6, paiagraphe 2 : ne se limite pas aux cas où des poursuites pénales conduisent à décider de la culpabilité du prévenu par une condamnation ou un acquittement . La présomption d'innticence s'applique également aux cas où les poursuites sont suspendues et notamment aux motifs invoqués par Ie tribunal compétent pour en décider (cf . Ic rapport de la Commission du 8 octobre 1980 sur la requête n° 8269/78, Gusiav Adolf c/Autriche, confirmé à cet égard par l'arrêt rendu par la Cour européenne des Droits de l'Homme le 26 mars 1982) . ou aux conséquences de ceue décision sur les débours (cf . le rapport de la Commission du 6 mai 1981 sur la requ€te n° bbb0/79 . Ludwig Minelli c/Suisse et les décisions sur la recevabilité des requétes n° 6281/731Neubecker) et b650/74 (Liebig c/République Fédérale d'Allemagne) . D .R . 5, pp . 13 et 58) . II n'y a pas de raison d e
- I50 -
ti écarter de cette jurisprudence en l'espèce et la requête ne saurait donc être rejetée pour inconipalibilité ratione niateriae avec les dispositimts dc la Convention, au sens de l'article 27 . paragraphe 2 . 3 . Cependant . si les faits de la cause peuvent, en tant que tels . être examinés sous l'angle de l'article 6, paragraphe 2, de la Conventinn . la Comntission n'est pas appelée à décider s'il v a ici apparence de riolatiun de cene disposition . Selon l'article 26 de la Convention en effet, elle ne peut être saisie qu'après l'épuisement des voies de recours internes, tel qu'il est entendu sclon les principes de droit international généralement reconnus . Or, en l'espéce, le requérant n'a pas satisfait à cette exigence, puisqu'il n'a pas fait usage de la possibilité de déposer un pou rv oi constitutionnel auprès de la Cour constitutionnelle fédérale . Contrairement à ce que soutient le requérant . la Commission estime que ceue possibilité constituait une voie de recours efficace en l'espèce . En effeL la Cour constitutionnelle fédérale a reconnu à plusieurs reprises que le principe de la •présoniption d'innoncence• est consacré par la loi fondantentale de la Népublique Fédérale et a appliqué cet arguntent non seulement aux affaires entpnrtant contrôle de la conforniité d'une nornte juridique avec la Constitutinn (cf . l'affaire citée par le Goueernement défendeur . BVerIGE 25 . 3 27) . inais aussi au cas où un particulier allèguc une méconnaissance de ce principe dans un cas cuncret (cf . BVerfGE 22, p . 254 et l'arrét de la C'uur constit . 2 BVR 1/7 3 ) . Ceci montre bien utionelfédrasieNcubkr que le jusiiciable mécoutent d'une décision judiciaire . qui serait selon lu i
coniraire à la présotnptiun d'innoncence, peut en saisir la Cou r eonstitn~ianndle fédérale ntiine si . comme en Iespèce . il ne désire pas contester la eonstituiiunnaliic de la réglenictuation légale en tant que telle . Si l'intéressé prétend qdunc disposition du Code de procédure pénale . eu l'occurrence l'article 467 . paragraphe 4, a été mal appliquée à son cas puisque . au mépris cle la présomptinn d'innocencs, il a été obligé de supporter ses débours, on ne saurait prétendre qu'il ne devrait se plaindre que des motifs et non du dispositif de la décision judiciaire contcstée . Par ailleurs, ou ne saurait invoquer contre l'efficacité d'un pounoi constitutionnel l'argument selon lequel la Cour cunstitutionnelle fédérale n'a jusqu'à présent jantais constaté de violation du principe constitutionnel de la présomption dinnocence . En effet, le nombre de fois où la Cour a été saisie ele ce problénte est très faible et ne permet pas de tirer des conclusions générales . En outre, les décisions en question rentontent assez loin et aucune ne traitait d'une situation directentem contparable à celle de l'espèce . Comme l'a fait remarquer à bon droit le Gnuvernement, les affaires publiées dans les recueils de jurisprudence concernaient en fait l'application de dispositions légales différentes (plus précisément la première version de l'article 467 dans BVcrfGE 22 . 254, et le paragraphe 1 de la nouvelle version dans BVerfGE 25 . 327) . La seule affaire connue relative à l'application de l'alinéa 4 de l a
- 151 -
nouvelle version de l'article 467 du Code de procédure pénale . c'es :-à-dire la disposition en cause en l'espèce . est la décision rendue dans l'affaire Neubecker (2BVR1/73) par un groupe de trois juges de la Cour constitutionnelle fédérale . La Cuntmission ne saurait souscrire à l'argument du Gouvernement selon Icquel ces décisions n'ont absolument rien à voir avec le contexte de l'article 26 de la Convention . Elle doit cependant relever que la présente affaire se distingue nettement de l'affaire Neubecker, tant en fait qu'en droit . En premier lieu . la décision de suspendre la procédure en appel suivait cette fois un acquittement et non une condamnation en première instance et se fondait sur des raisons d'économie de procédure (Art . 154 du Code de procédure pénale). et non sur l'insignifiance de l'affaire (Art . 153) : elle n'exigeait pas le consentement de l'intéressé . A cet égard . les faits de la présente affaire sont donc comparables à ceux de la requête n' 8408/78 . que la Commission a déclarée irrecevable pour défaut d'épuisement des recours internes . Comme dans cette affaire-là . la Commission reléve que la décision ineriminée a été rendue longtemps après que la Commission a déclaré recevables les requétes n' 6281i73 (Neubecker) et 6650/74 (Liebig) .
II s'ensuit que le requérant n'a pas satisfait à la condition de l'épuise . ntent des voies de recours internes prescri(e par l'article 26 de la Convention et que sa requite cloit donc étre rejelée confurnténtent à l'article 27, paragraphe 3 . de la Convention . Par ces motifs . la Commissio n
DECLARE I .A RE,QUÉTE IRRECEVABLE .
- 152 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 13/07/1982

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.