Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. et Y. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 6-1 ; Violation de l'Art. 8 ; Violation de l'Art. 13 ; Satisfaction équitable réservée

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 8744/79
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-03-02;8744.79 ?

Analyses :

(Art. 10-1) LIBERTE D'EXPRESSION, (Art. 13) DROIT A UN RECOURS EFFECTIF, (Art. 6-1) ACCES A UN TRIBUNAL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE, (Art. 8-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 8-2) INGERENCE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVENTION DES INFRACTIONS PENALES, (Art. 8-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA MORALE, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA SANTE


Parties :

Demandeurs : X. et Y.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 8744/7 9 X . and Y . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY X . et Y . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 2 March 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 2 mars 1983 sur la recevabilité de la requête
Artlcle 6, parnaraph 1 of the Convention : The arrest of a witness mr suspicion of perjury in lhe course of the applicants trial. Balancing the possible itr jluence on other witnesses with the requirement of juslice thut witnesses speak the tntth . : Anestation d'un témoin pour Artlcle 6, panigraphe !, de la Convention faux téuroignage, durant le procès péttal du requèraat . Mise en balance de l'impression éventuellentent provoquée sur d'autres témoins el de l'intérêt de la juslice à des témoignages véridiques .
(jran(•ais
THE FACTS (Extracts)
voir p. 145 )
Criminal proceedings were instituted against both applicants' on a suspicion of having committed tax evasion following investigations of the tax inspectorate on the business practices of one of their suppliers . These revealed a possibility of fictitious deliveries of materials having been declared by them on a large scale during severa l years . The applicants consistently denied the correctness of these allegations, claiming that the materials in question had in fact been delivered . After comprehensive prelimina ry investigations which apparently involved the interrogation of numerous witnesses the Regional Cou rt of Nümberg-Fü rth eventually fixed the beginning of the t ri al for 22 April 1977 . The trial then took place on 19 days between 22 April and 29 July 1977 . The hearing of witnesses sta rt ed on the third trial day, i .e . 26 April 1977 . * The applicants were represented before the Commission by Professor T . Vogler, Giessen Unive rs iw .
- 141 -
The first witness heard was an employee of the applicants' firm, Mr D, who was supposed to know the composition of the firm's stock of materials . During the preliminary investigation he had made statements concerning deliveries to the applicants' firm . Before the trial court he testified completely differently . He was put on oath at the prosecution's request . The public prosecutor arrested him after his testimony in the court room on suspicion of perjury . He was conducted out of the court room by a policeman present there who guarded him in the vicinity of three further witnesses waiting outside the court room until he was taken care of by a prison warden . The defence immediately requested a suspension of the trial until the next day, claiming that the testimony of the other witnesses (two further employees of' the applicants' firm and the wife of one of these employees) might be inBuenced by the incident . The court, rejected the request for a suspension of the hearing on the ground that there were no reasons to fear that the measure would influence the other witness' willingness to tell the truth, and that in any event such influence would persist even after a suspension of the trial . The witness D was interrogated in his own case on 29 Ap ri l and on this occasion he reve rt ed to his original statements made du ri ng the prelimina ry investigation . The witness was again heard at the applicants' t ri al on 3 May 1977 . There he was reminded of his oath taken on 26 April following which he contirmed the correctness of the statements made by him du ri ng the prelimina ry investigation before the judge . The trial which continued with the examination of several other witnesses and of ce rt ain documentary evidence eventually resulted in the conviction of both applicants . In its judgment of 29 July 1977 the Regional Cou rt considered it as proven that they had reduced the profits shown in their tax declarations by relying on fictitious business transactions, and that they had thereby evaded taxes in the amount of more than 4 million DM . These findings were in part based on the statements of witness D . Each of the applicants got a prison sentence of three years .
THE LAW (Extract ) The applicants' principal complaint is that the first witness heard at their trial, Mr D, was arested in the court room immediately after his deposition, on the suspicion of perjury, because he had not maintained the statements which he earlier had made during the investigation proceedings . The applicants claim that the swearing of this witness and his arrest were unlawful . They further claim that these measures were calculated, and in fact had the result, to put this witness himself under illegal pressure so that he would not testify in favour of the applicants at his second statement on 3 May 1977 . They allege that these measures had the effect to impress other witnesse s - 142 -
who were waiting outside the courtroom . They consider that this incident was of decisive importance and rendered the trial as a whole unfair and contrary to Article 6 (1) of the Convention . The applicants further allege that the arrest of the witness because of a statement made in their favour necessarily implied an assumption that they were guilty, and that it therefore violated their right to be presumed innocent until proved guilty according to law (Art . 6 (2) of the Convention) . The Commission must point out that it has to deal with these facts exclusively in the context of the criminal proceedings against the applicants . The witness who was arrested has not himself lodged a complaint with the Commission and therefore the Commission is not called upon to examine the conformity with the Convention of the measures in question insofar as they atfected this person . The applicants can claim to be victims of these measures, in the sense of Article 25 of the Convention, only insofar as they might have interfered with their rights of defence in the criminal proceedings taken against them . It is sufficient to establish whether they made the applicants' trial unfair, or whether they were taken in violation of their right to be presumed innocent . The Commission notes a difference of opinion between the parties as regards the relevant facts . The applicants claim that the witness was arrested in open court while their trial was still going on whereas the Government submit that the trial had already been interrupted when the witness' provisional arrest was pronounced . It is not disputed, however, that the arrest was effected in the courtroom itself and that it was noticed by the court immediately afterwards . Even according to the Government some members of the court might still have been in the courtroom when the arrest took place, and at any rate it was the first business of the court after the 23-minutes break to deal with a defence motion related to this arrest . The Commission therefore does not consider it as decisive whether or not the prosecutor delayed making the arrest until the interruption of the trial .
The Government have rightly stressed that the prosecution's actions as such cannot be seen as an interference with the applicants' rights . The fair hearing and the observance of the presumption of innocence must in the first place be ensured by the competent court itself and it is only in very exceptional circumstances that the activities of other authorities may be taken in consideration as actual interferences with these Convention rights . However, the arrest of a witness by a prosecutor noticed by all those present at the trial is an exceptional act which may intluence the fairness of the trial itself (cf . the Commission's decision of 11 March 1982 on the admissibility ot' application No . 9000/80, D .R . 28, p . 127) . In a case of that sort it is important to find the right balance between the protection of Ihe criminal procedure as such and the rights of the accuse d - 143 -
to a fair trial . Witnesses appearing at the trial or before the investigating judge are under a formal and severe obligation to speak the truth . In the present case it is clear that witness D did not speak the truth when he gave evidence on 26 April . This led to his later conviction for perjury which is not in dispute . Since the witness had testified differently before the investigating judge a severe suspicion was immediately created by his statements on 26 April . Under these circumstances the prosecuting authorities were, under German law, bound to investigate the matter . When they decided to arrest witness D on the spot they may have done so in the expectation that this would show that perjury in a trial will not go unpunished . However, as there existed a very clear suspicion in the sense which later proved to be correct the Commission cannot find that this action interfered with the fairness of the trial against the applicants . The position would be different where the prosecution would resort to such a measure without good reasons in order to bring pressure on witnesses . Where, however, a possible pressure is only the result of consequences brought about by clearly untrue statements it must be accepted as an element of the general protection of the criminal procedure as such . The Commission must take into account in this context that the system of criminal justice protecting society in general presupposes that the witness' obligation to speak the truth is being enforced scrupulously . The Commission has taken note of the applicants' argument that at the time of the incident in question it was not yet clear whether the witness had spokeu the truth before the investigating judge, or before the trial court, and that he should therefore have been charged alternatively either for perjury or for giving false evidence . The Commission is, however, of the opinion that this is not at all relevant since one of the two statements was clearly incorrect . That the presiding judge of the applicants' court later gave evidence in the criminal proceedings against the witness cannot amount to a violation of the presumption of innocence which was then no longer binding for him . In any event this judge's testimony does not establish, in the Commission's opinion, that the court was biased against the applicants at the relevant time . He merely said that the court was surprised of the change in the gist of the witness' evidence and it assumed that this might have been the consequence of his having been "turned around" by the applicants . The court's attitude at the relevant time, appears from the transcript and the parties' description . Before swearing to the truthfulness of the evidence he had given the witness was told that there were certain contradictions between his present statements at the trial on the one hand and his earlier statements made during the investigation procedure on the other . The court did not undertake any assessment of the evidence at this stage . There is nothing to show that the court had preconceived ideas about the applicants' guilt when it first heard the witness on 26 April 1977 . The court has to clarify any contradictions in a witness' evidence by putting questions to him . I t - 144 -
listened to that witness' explanations on that day and later on 3 May 1977 when xhe witness had reverted to his original version . That he was reminded of his oath on this occasion is not relevant under the Convention . The Commission recalls in this context that the fairness of proceedings must be judged in the light ot the overall development of a case (cf. the Commission's Report on Application No . 343/57, Nielsen v . Denmark, YB 4, p . 495, in particular pp . 548-549) . The Commission therefore concludes that the applicants' complaints of violations of their right to a fair hearing and of their right to be presumed innocent must be rejected as being manit'estly ill-founded within the meaning of Article 27 (2) of the Convention .
(TRADUCTION) EN FAIT ( Extraits ) Des poursuites pénales ont été engagées contre les deux requérants• soupconnés de fraude fiscale à la suite d'enquêtes menées par l'Inspection des Imp6ts sur les pratiques commerciales de l'un de leurs fournisseurs . Ces enquêtes ont révélé qu'ils avaient peut-être, des années durant, déclaré de volumineuses livraisons fictives de matériaux . Les requérants ont toujours nié l'exactitude de ces allégations et soutenu que les matériaux en question avaient bien été livrés . Après une isntruction préparatoire très complète, compo rt ant l'interrogatoire de nombreux témoins, le t ri bunal régional de Nürnberg-Fü rt h fi xa tinalement au 22 avril 1977 l'ouvert ure du procès .
Le procès s'étendit sur 19 jours entre le 22 av ril et le 29 juillet 1977 . L'audition des témoins commenca le t roisième jour d'audience, c'est-à-dire le 26 avril 1977 . Le premier témoin, M . D . é tait employé dans l'entreprise des requérants et supposé connaître la composition des stocks . Pendant l'instruction préparatoire, il avait fait des déclarations concernant les livraisons à l'entreprise des requérants . Or, à l'audience, il fit une déposition totalement différente . • Les requérants étaient représentés devant la Commission par le professeur T . Vogler, dc l'Université de Giessen .
- 145 -
L'accusation demanda qu'il prête serment . L'accusation le fit arrêter pour parjure après son témoignage à l'audience . L'intéressé fut conduit hors du prétoire par l'un des policiers présents, qui le garda dans le voisinage de trois autres témoins attendant à la porte de la salle d'audience, après quoi il fut pris en charge par un gardien de p ri son . La défense demanda immédiatement une suspension de l'audience jusqu'au lendemain, estimant que l'incident pouvait influencer le témoignage des autres témoins (deux autres employés dans l'entrep ri se des requérants et l'épouse de l'un d'eux) . Le tribunal rejeta la demande de suspension d'audience au motif qu'il n'y avait pas lieu de redouter que cett e mesure influence la sincé ri té des autres témoins et que, du reste, une telle in fl uence petsisterait ntéme après une suspension de l'audience . Le témoin D . fut interrogé sur son propre cas le 29 avril et re vint se jour-là aux premières déclarations qu'il avait faites Ion de l'instruction préparatoire . Le témoin fut à nouveau entendu au procès des requérants le 3 mai 1977 . On lui rappela le serment qu'il avait prêté le 26 avril, sur quoi il confirma l'exactitude des déclarations qu'il avait faites pendant l'instruction préparatoire devant le juge . Le procès, qui se pouauivit avec l'interrogatoi re de plusieurs autres témoins et l'examen de ce rt aines preuves documentaires, aboutit à la condamnation des deux requérants . Dans son jugement du 29 juillet 1977, le tribunal régional estima établi que les requérants avaient diminué les bénéfices figurant dans leur déclaration fiscale en se fondant sur des transactions commerciales tictives, ce qui leur avait permis de frauder le fisc pour un montant de plus de 4 millions de DM . Ces conclusions se fondaient pour pa rtie sur la déclaration du témoin D . Chacun des requérants se vit infliger une peine de trois ans de p rison .
EN DROIT (Extrait )
Le grief principal des requérants est que le premier témoin entendu à leur procès, D ., a été arrété à l'audience immédiatement après sa déposition comme soupçonné de parjure, parce qu'il n'avait pas maintenu les déclarations faites précédemment pendant l'instruction . Les requérants prétendent que le serment imposé à ce témoin et son arrestation étaient entachées d'illégalité . Ils soutiennent en outre que ces mesures visaient et ont abouti en réalité à exercer une pression illicite sur le témoin lui-même, de manière qu'il ne dépose pas en faveur des requérants lors de son second interrogatoire le 3 mai 1977 . [Is allèguent que ces mesures ont eu pour effet d'impressionner d'autres témoins qui attendaient à l'entrée du prétoire . Selon eux, cet incident a eu un e
- 146-
importance décisive et enlevé au procès dans son ensemble son caractère équitable, contrairement à l'article 6, par . 1, de la Convention . Les requérants allèguent en outre qu'arrêter le témoin après une déclaration faite en leur faveur impliquait nécessairement l'idée qu'ils étaient coupables et violait en conséquence leur droit d'être présumé innocent jusqu'à ce que leur culpabilité ait été légalement établie (art . 6, par. 2 de la Convention) . La Commission doit souligner qu'il ne lui incombe d'examiner ces faits que dans le contexte des poursuites pénales engagées contre les requérants . Le témoin arrêté n'ayant pas lui-même déposé de requête auprès de la Commission, celle-ci n'est donc pas appelée à examiner la conformité avec la Convention des mesures en question pour autant qu'elles concernaient cette personne . Les requérants ne peuvent se prétendre victimes de ces mesures au sens de l'article 25 de la Convention que pour autant qu'elles ont pu porter atteinte à l'exercice de leurs droits de la défense dans la procédure pénale engagée contre eux . Il suffit de rechercher si ces mesures ont ôté au procès des requérants son caractére équitable ou si elles ont été prises en violation de leurs droits à être présumés innocents . La Commission relève une divergence entre les parties en ce qui concerne les faits pertinents . Les requérants prétendent que le témoin a été arrêté à l'audience alors que leur procès était en cours ; le Gouvernement sdutient, quant à lui, que l'audience avait déjà été suspendue lorsqu'il a été procédé à l'arrestation provisoire du témoin . Il n'est pas contesté cependant que l'arrestation a eu lieu dans le prétoire et que le tribunal en a pris acte immédiatement après . Selon le Gouvernement lui-même, certains membres du tribunal étaient peut être encore dans la salle d'audience lorsque l'arrestation a eu lieu, mais quoi qu'il en soit, après la pause de 2 3 minutes, le tribunal a eu pour premier souci d'examiner la requête présentée par la défense à propos de cette arrestation . La Commission n'estime donc pas décisif le point de savoir si le procureur a ou non retardé l'arrestation jusqu'à la suspension de l'audience . Le Gouvernement a souligné à juste titre que les actes de l'accusation ne sauraient en soi être considérés comme une ingérence dans l'exercice des droits des requérants . C'est en premier lieu au tribunal compétent lui-même qu'il incombre de veiller à l'équité du procès et au respect de la présomption d'innocence . Et c'est seulement dans des circonstances très exceptionnelles que les actes d'autres autorités peuvent être considérés comme de véritables ingérences dans l'exercice des droits protégés par la Convention . Cependant, l'arrestation d'un témoin par un magistrat du parquet remarquée par toutes les pérsonnes présentes à un procès est un acte exceptionnel qui peut affecter l'équité du procès lui-même (cf. la décision de la Commission en date du I1 mars 1982 sur 1 a recevabilité de la requêt e n° 9000/80, DR 28, p .127) .
- 147 -
Dans une affaire de ce genre, il importe de trouver le juste équilibre entre la protection de la procédure pénale en tant que telle et les droits de l'accusé à un procès équitable . Les témoins comparaissant au procès ou devant le juge d'instruction ont l'obligation formelle et'rigoureuse de dire la vérité . En l'espèce, il est clair que le témoin D . n'a pas dit la vérité lorsqu'il a témoigné le 26 avril . ce qui a conduit à le reconnaitre- ultérieurement coupable de parjure et qui n'est pas contesté . Le témoin ayant déposé de manière différente devant le juge d'instruction, ses déclarations du 26 avril ont immédiatement suscité de graves soupçons . Dans ces conditions, le parquet était tenu en droit allemand d'enquêter sur ce point . Lorsqu'il a décidé d'arréter le témoin D . séance tenante, c'était peut-@tre dans l'espoir de montrer qu'un parjure au cours d'un procès ne restait pas impuni . Cependant, comme il existait en ce seris un soupçon manifeste qui s'est révélé par la suite fondé, la Commission ne saurait estimer que cette arrestation ait porté atteinte à l'équité dti procès au détriment des requérants . La situation serait différente si sans raison valable, le parquet avait eu recours à une mesure de ce genre pour exercer une pression sur les témoins . Cependant, lorsqu'une pression éventuelle n'est que le résultat de déclarations manifestement inexactes, elle dôit étre acceptée comme étant un élément de la protection générale de la procédure pénale en tant que telle . Dans ce contexte, la Commission doit tenir compte du fait que le système de justice pénale protégeant la société en général suppose que l'obligation faite au témoin de dire la vérité est scrupuleusement respectée . La Commissiott a pris note de l'argument des requérants selon lequel, au moment de l'incident, on ne savait pas encore au juste si le témoin avait dit la vérité devant le juge d'instruction ou devant le tribunal et qu'il aurait donc fallu l'inculper soit deparjure, soit de faux temoignage . La Commission estime cependant que la question est sans pertinence ici, puisque l'une des deux déclarations était manifestement fausse . Que le président du tribunal qui a jugé les requérants ait par la suite témoigné dans la procédure pénale engagée contre le témoin ne saurait constituer une violation de la présomption d'innocence qui, alors, ne le liait plus . Au demeurant, ce témoignage du juge n'établit pas, aux veux de la Commission, qu'à l'époque le tribunal ait fait preuve, de partialité à l'endroit du requérant . Le juge a seulement dit que le tribuual s'est étonné du changement constàté dans les dépositions du témoin et a supposé que cela pouvait être une conséquence d'un "retournement" d ù aux requérants . L'attitude du tribunal à l'époque ressort du compte rendu d'audience et de la description donnée par les parties . Avant de prêter serment de dire la vérité, le témoin a été informé de l'existence de certaines contradictions entre, d'une part, ses déclarations à l'audience et, d'autre part ; les déclarations qu'il avait faites précédemment pendant l'instruction . Le tribunal n'a procédé à ce stade à aucune appréciation des témoignages . Rien ne montre que, lorsqu'il a - 148 -
entendu le témoin pour la première fois le 25 avril 1977, le tribunal ait eu des idées préconçues quant à la culpabilité des requérants . C'est le devoir du tribunal de lever les contradictions éventuelles contatées dans une déposition en posant des questions au témoin . Or, le t ribunal a écouté les explications données ce jour-là par le témoin, puis le 3 mai 1977, lorsque l'intéressé est revenu à sa première version des faits . Le fait de lui avoir rappelé son serment à cette occasion est sans intérêt sur le terrain de la Convention . La Commission rappelle dans ce contexte que c'est sur la base de l'appréciation du procès dans smi ensemble qu'il convient de décider si la cause a été entendue équitablement (ct . le rapport de la Commission sur la requête n° 343/57, Nielsen c/Danemark, Annuaire 4, p . 495, notamment pp . 548-549) . La Commission estime en conséquence que les griefs des requérants concernant de prétendues violations de leur droit à un procès équitable et de leur droit d'être'présumés innocents doivent étre rejetés comme manifestement mal fondés, au sens de l'article 27, paragraphe 2, de la Convention .
- 149-

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 02/03/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.