Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ J.W. et E.W. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partielllement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9776/82
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1983-10-03;9776.82 ?

Parties :

Demandeurs : J.W. et E.W.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 9776/8 2 J .W . and E .W . v/the UNITED KINGDO M J .W . et E .W . c/ROYAUME-UN I DECISION of 3 October 1983 on the admissibility of the application DÉCISION du 3 octobre 1983 sur la récevabilité de la requêt e
Article I or the First Protocol : br certain circumstaaces, this provision glmrantees the rig/it to beneflt from a pension scherne to n-hich one hus coatributed. Eveu if this right extends, in principle, to the periodic iucreases . it nlay be subjected to restrictions . if the pensiou is to be paid abroad . Article 14 of the Convention, In cortfunction with Article I of the First Protocol : The juct that a person may benefit froni atr internatiorml, social security agreement, w hich is less favourable than otJters• does not coastitute discriminalioa .
Adicle 1er du Protocole addltlonnel : Dans certaines circonstances . cette dispositiou garantit le droit de bénéficier d'un réginle de pension uuquel ou a cotisé . M@rue si ce droit s'étend, en principe . aux ajustements périodiques, il peut souf(rir des restrictions lorsque la pensiou est rersée à l'étrarrger. Article 14 de la Convention, combiné avec l'article ler du Protocole additlonnel : Le jait qu'une personne bénéjrcie d'un traité international de sécurité sociale moins favorable que d'aulres ue peut être considéré comme uae discrirninatimr .
(fraaçais : roir p. 156)
Summary of the relevant facts
The applicants, retired British citizeus . are emigrating lo Aus tralia, where their daughter lives with her faniily . Pursuant to the Social Securitv Agreement between the United Kingdom and Australia . they will contiuue to receive their British retirenleat peosion• but w ithout the cost of living indexed increases. Once in Aus trulia, thev w ill be entitled , in principle, to a pension under the Australian scherne, rninus th e
- 153 -
British pension, but wi! l not actuta!!y receive that unti l they are 70 years old . After a ten year period oj resideuce in Australia, the Aus tralian and British pensions become curntdative . Bejore the Commission, the applicants invoke Article ! of Protocol No . ! and complain that their British peusion ceases to be "indes linked" when they emigrate. They add that iJ' they were emigrating to an EEC country, their British pension would still beneJit front the aunual cost of living review and. thereby, they claint to be victinrs of discrimination .
THE LAW (Extract ) 3 . The Commission has considered the applicants' complaint under Article I of the Protocol . It first recalls that it has previously held that although this provision does not as such guarantee a right to a pension, the right to benefit from a social security system to which a person has contributed may in some circumstnces be a property right protected by it . However the Commission also held that Article I does not guarantee a right to a pension of any particular amount, but that the right safeguarded by Article I consists, at most, "in being entitled as a beneficiary of the social insurance scheme to any payntents made by the fund" (Application No . 5849/72, Müller v . Austria, D .R . 3 . p . 25 at p . 31) . It has further held that before the right to benefit protected by Article 1 can be established, it is necessary that the interested party should have satisfied domestic legal requirements governing the right (Application No . 7459/76, X . v . Italy, D .R . 11, p . 114) . In the present case when the applicants emigrate to Australia their entitlement to benefit from the United Kingdom pension scheme will come to be regulated by different rules of domestic law, under which they will cease to qualify for payment ot' future pension increases contemplated by the relevant legislation . To that extent they will not satisfy domestic legal requirements to benefit from the United Kingdom pension scheme . Even if the right to benefit from a scheme will uormally also apply to the regular increases this is not necessarily the case where a person leaves the country where the specific scheme operates . The Commission notes that in many countries specific restrictions as to the payment of social security benefits to foreign countries exist or have existed (cf. Application No . 6572/74 X . v . Federal Republic of Germany . D .R. 8, p . 70) . In the Commission's view such operation of domestic law does not amount to a deprivation of possessions infringing Article I of the Protocol and there is thus no appearance of any breach of this provision . 4 . The Commission has nevertheless further considered the applicants' complaints in the light of Article 14 of the Convention which provides that enjoyment of Convention rights shall be secured without discrimination . I n
- 154 -
this respect it notes that one element of the applicants' complaint appears to be that they will receive less favourable treatment under the United Kingdom pension scheme than would other persons who have paid the same contributions but who have remained in the United Kingdom or emigrated to other couutries . The Conimission has therefore considered whether such dift'ereutial treatment could amount to discrimination in the enjoyment of their rights under Article I of the Protocol contrary to Article 14 . The Coniniission notes that it is a common feature of international life that social security agreements are entered into between different countries for the purpose of regulating the rights of persons moving from one country to anolher under the social security systems of each country . Such agreements conimonlv provide l'or the substitution, to a greater or lesser degree, of beuetits under one systeni for those due under another . Under the Agreement between the Uuited Kingdoni and Australia the applicants' rights under the Uuited Kingdom social security scheme are to some extent restricted and replaced by certain rights under the Australian scheme . The applicants, in their particular circumstances, will apparently be less well oft' than they would have been if they had remained in the United Kingdom or if they had gone to certaiu other countries . However it is almost inevitable that where a person in etlect chauges over from one social security system to another, he may find that his entillements differ from those of persons in other countries . Depending ou the circumstances such differences may or may not favour the individual . Furthermore the Comniission notes that the applicants will only lose the benefit of future iucreases in their pensions, whose purpose broadly speaking is to compensate for rises in the cost of living in the United Kingdoni . Given that they will not be liviug in the United Kingdom it appears reasonable that this elemeut in their pension rights in particular should be replaced by the possibility ot benetitting under the systeni of the country they are moving to .
In these circumstances in view of'the applicants' move to Australia and the existence of the relevant social security agreement, the Commission considers that there is objective and reasonable justiflcation for restricting the scope of their entitlements under the United Kingdom system . It finds that the diftereuces ot trealmeut they will face are not therefore such as to infringe Article 14 . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . .
- 155 -
Résumé des faits pertinents Les requérants, citoyens britanniques retraités, émigrent en Australie, o ù vit leur fille et sa famille . En venu du traité de sécurité sociale entre le Rovaume-Uni et l'Australie, ils continueront à percevoir leur rente de vieillesse britannique, mais sans indexation au coùt de la vie . Arrivés en Australie . ils auront droit, en principe à une rente du régime australien mais ne la toucheront en fait qu'à partir de l'àge de 70 ans . sous déduction de la rente britannique . Après 70 ans de résidence en Australie, la rente du régime australien se cumulera avec la rente du régime britannique.
Devant la Commission, les requérants, invoquant l'article /°' du Protocole additionnel, se plaignent que leur rente britannique cesse d'étre indexée au moment de leur émigration . Ils ajoutent que s'ils émigraient vers un pavs membre de la C.E.E., leur rente britannique continuerait à étre indexée et ils se prétendent de ce fait victimes d'une discrimination .
(TRADUCTION) EN DROIT (Extrait ) 3 . La Commission a examiné le grief tiré par le requérant de l'article 1 du Protocole additionnel . Elle rappelle tout d'abord avoir précédemment déclaré que si cette disposition ne garantit pas en tant que tel un droit à pension, le droit de bénéficier d'un système d'assurances sociales auquel on a cotisé peut, dans certaines circonstances, constituer un droit de propriété protégé par cette disposition . Cependant, elle a également déclaré que l'article 1 ne garantit pas le droit de percevoir une rente d'un montant déterminé, mais que le droit protégé par l'article 1 consiste au maximum • à profiter des versements de la Caisse en restant bénéficiaire du système d'assurance sociale» (Requête N° 5849/72, Milller c/Autriche, D .R . 3, p . 25 à la page 40) . Par ailleurs, pour que le droit à prestations protégé par l'article 1 prenne naissance, il faut que l'intéressé ait rempli les conditions fixées par la législation nationale pour y avoir droit (Requête N° 7459/76, X, c/Italie, D .R . 11, p . 114) . En l'espèce, lorsque les requérants émigreront en Australie, leur droit à bénéficier du système de retraite du Royaume-Uni sera régi par des règles de droit interne différentes, selon lesquelles ils ne rempliront plus les conditions requises pour percevoir les futures augmentations de retraite décidées par la législation britannique . Aussi ne rempliront-ils donc pas les conditions requises par le droit interne pour bénéficier du système britannique des retraites . Même si le droit de bénéficier d'un système s'étend généralement aux ajustements périodiques, il n'en est pas nécessairement ainsi lorsque le bénéficiaire quitte le pays où s'applique le système en question . La Commission relève que, dans bon nombre de pays, existent ou ont existé des restrictions au versemen t - 156 -
des prestations de sécurité sociale à l'étranger (cf . Requéte N° 6572/74 X . c/République Fédérale d'Allemagne, D .R . 8, p . 70) . Selon la Commission, ces dispositions de droit inte rn e ne constituent pas une dépossession contraire à l'article 1 du Protocole additionnel et il n'y a donc pas apparence de violation de cette disposition . 4 . La Commission a néanmoins examiné aussi les griefs formulés par les requérants à la lumière de l'article 14 de la Convention, qui prévoit la jouissance sans distinction aucune des droits garantis par la Convention . Elle relève à cet égard que les requérants se plaignent, semble-t-il, de recevoir un traitement moins favorable, quant au régime de retraite du Royaume-Uni, que d'autres personnes ayant cotisé comme eux mais é tant re stées au RoyaumeUni ou ayant émigré dans d'autres pays que l'Australie . La Commission a donc examiné si ce traitement différentiel é quivaut à une disc rimination contraire à l'a rt icle 14 dans la jouissance des droits que reconnait aux requérants l'article 1 du Protocole . La Commission souligne qu'il est bien connu dans les relations Internationales que différents pays signent des accords de sécurité sociale pour réglementer les droits des personnes qui, en changeant de pays, relèvent d'un système différent de sécurité sociale . Ces accords prévoient généralement le remplacement, à un degré plus ou moins important, des prestations dues selon un système par celles dues dans l'autre . Selon l'accord passé entre le RoyaumeUni et l'Australie, les droits acquis par les requérants au titre du système de s6curité sociale du Royaume-Uni sont, dans une certaine mesure, restreints et remplacés par d'autres droits découlant du système australien . Dans les circonstances de la cause, les requérants seront, semble-t-il, moins bien traités qu'ils le seraient s'ils demeuraient au Royaume-Uni ou s'ils émigraient dans certains autres pays . Cependant, il est presque inévitable que, lorsqu'une personne passe effectivement d'un système de sécurité sociale à un autre, elle constate que les prestations auxquelles elle a droit diffèrent de celles auxquelles ont droit d'autres personnes dans d'autres pays . Ces différences peuvent favoriser ou défavoriser l'intéressé, selon le cas . En outre, la Commission relève que les requérants ne perdront que le bénéfice des aiigmentations futures de leur retraite, dont le but est en gros de compenser la hausse du coût de la vie au Royaume-Uni . Or, comme ils ne vivront pas au RoyaumeUni, il semble raisonnable que cet élément de leur droit à pension soit remplacé par la possibilité de toucher les prestations prévues dans le système du pays où ils se rendront . Dans ces conditions, compte tenu de l'émigration des requérants en Australie et de l'existence d'un accord de sécurité sociale entre les deux pays, la Commission estime que la limitation des droits des requérants aux prestations prévue par le système du Royaume-Uni présente une justification objective et raisonnable . Elle constate que les différences de traitement qui leur seront appliquées ne sont donc pas de nature à violer l'article 14 .
- 157 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 03/10/1983

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.