Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche



Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 5-4 ; Non-violation de l'art. 5-1 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant ; Remboursement frais et dépens - procédure nationale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9466/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-03-13;9466.81 ?

Analyses :


Parties :

Demandeurs : S.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 9466/8 1 S . v/the UNITED KINGDO M S . c/ROYAUME-UN I DECISION of 13 March 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 13 mars 1984 sur la recevabilité de la requêt e
Article 8 of the Convention : Question whether the transfer of a prisoner, albeit for security reasons, without notifying his family afterwards in time to prevent them paying a wasted visit to the previous place of detention, constituted an unjusnif ed interference with the right to respect for family life (Complaint declared admissible) .
Article 8 de la Convention : Y a-t-il ingérence injustifiée dans l'exercice du droit au respect de la vie familiale lorsqu'un déienu, pour des raisons de sécurité, est transféré d'une prison à une autre sans que sa famille en soit informée à temps pour lui épargner une vaine visite à l'établissement que le détenu a quitté ? (Grief déclaré recevable) .
(français : voir p . 45)
THE FACTS (Extract)
The applicant is a United Kingdom citizen bom in 1953 at present detained at HM Prison Parkhurst, Newport . He is assisted before the Commission by Mr A . Logan- solicitor, Guildford . In December 1975 he was sentenced to ten years' imprisonment for offences of robbery . In May 1977 he was sentenced to a further ten years' imprisonment for stabbing a prison govemor and an officer of Liverpool prison . He is one of the country's 270 or so prisoners placed in the highest security category, Category A, because he is considered to represent a real danger to the public . -41-
According to information submitted by the Goverrunent, the Secretary of State has directed, in accordance with Section 12 (2) of the Prison Act 1952, that prisoners may be temporarily transferred from one prison to another to avoid a troublesome or potentially troublesome situation . It is apparently necessary that such transfers be made at short notice without consulting the prisoner . The applicant had been detained at HM Prison Wormwood Scrubs, but was temporarily transferred on several occasions in the interests of good order . It is stated that the applicant was transferred : 24 February 1979 - 11 April 1979 to Winchester, 19 April 1979 - 21 May 1979 to Leeds , 22 August 1979 - 27 September 1979 to Durham ,
I I August 1980 - 8 September 1980 to Wandsworth, 10 September 1980 - 7 October 1980 to Wandsworth . The transfers to Winchester and Durham followed attempts to escape . While at Winchester the applicant was serving a disciplinary punishment for attempting to escape and for being in unauthorised possession of prison property . His punishment included seventy days loss of privileges, and he was detained in a secure cell with double doors and no moveable fumiture . On other transfers he was detained as an ordinary Rule 43 (GOAD) prisoner, ie removed from association with other prisoners for reasons of "good order and discipline" . His escape attempts resulted in his placement on the escape list . Just before the submission of this information by the Government (December 1981), the applicant was transferred to Gartree prison, then on 20 November 1981 to Leicester . on 27 November 1981 to Wandsworth and now he is detained at Parkhurst prison . The applicant's principal complaint about his frequent transfers concerns visit s from his family and the fact that they are not notified of his whereabouts . The applicant claims that as a Category A prisoner he has to arrange his visits well in advance . His mother on 5 August 1980 allegedly booked such a visit for I I August 1980 whilst the applicant was at HM Prison Wormwood Scmbs . The Government state that, although the staff at Wormwood Scrubs were aware that a visiting order had been sent out on I August 1980, they did not know the precise date of the intended visit . This the applicant's mother contests . She claims that she has to arrange the exact day and time with the prison authorities before visiting her son, in view of his frequent transfers . On I I August 1980 the applicant was transferred to HM Prison Wandsworth, so when the applicant's mother and sister arrived (having journeyed all the way from Manchester in the North of England) they were not able to see the applicant, and claim not to have been told where he was . -42-
The Govemment state that, for security reasons, the movement of Category A prisoners is strictly confidential and that it was not possible to inform the relatives of the applicant's whereabouts while he was in transit . The applicant claims, however, that he had been transferred from Worrnwood Scrubs at 13 .00 h, arriving at Wandsworth at 13 .25 h . His mother and sister arrived at Wormwood Scmbs at 14 .30 h, after the applicant's transition had taken place . They could have been told where he was and they would have had time to travel ac ro ss London, nevertheless, to visit him . The Govemment stated, however, that the applicant ar ri ved at Wandsworth at 14 .20 h . The applicant's mother stated that this had happened to her on at least three occasions, when she had had to travel to towns like Durham, Leicester and London, only to be told at the prison gate that her son had been transferred . Complaints up to the Home Secretary have proved fruitless . In a reply to a query by the applicant's Member of Parliament . . . . the Home Office stated on . . . 1981 their regret at the inconvenience caused to the applicant's mother and sister with the applicant's transfer on II August 1980 . Another incident allegedly occurred when the applicant was transferred from Leicester to Wandsworth . On 24 November 1981 the applicant handed in to the prison officers a visiting order for his mother . He was transferred without notice on Friday, 27 November 1981 to Wandsworth, where he requested that his mother be notified by telephone [hat he had been moved . The applicant claims that he was told by the Prison Governor to write to his mother the following Monday and to make a "Welfare application" at the same time . The applicant also claims that on the Monday he wrote to his mother and made a welfare application that she be notified by telephone of his transfer in view of her imminent visit to Leicester prison . The Government's only record is that he wrote to his sister . The applicant has, however, produced the letter which he wrote to his mother on 30 November 1981, together with its envelope date-stamped I December 1981, when it was received by the post office . In that letter he enclosed a new visiting order on which is marked by the prison authorities "visit booked for 8 .12 .81, 14 .15h" . The applicant states that on 30 November he was told that his mother had been notified of the transfer, although this was not the case . On I December his mother apparently telephoned Leicester prison to enquire whether her son was still there and if she could visit him the following day . This was allegedly conftrmed and the visit agreed . (There is no prison record of this call .) When the applicant's mother arrived at Leicester prison on 2 December 1981 she was informed that he had been transferred on 27 November . Since November 1982 all the applicant's visits are booked in advance .
THE LAW (Extract ) The applicant has complained of frequent prison transfers without adequate 1. notice to himself or his family . The Govemment contended that the applicant was disruptive, having a propensity to escape, and his transfer for "cooling off periods", in conditions of secrecy, was necessary . Article 8 of the Convention provides that . " I . Everyone has the right to respect for his private and family life, his home and his correspondence . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessary in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of the country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . " The Commission notes that, in principle, the atrangement of visits is the prisoner's responsibility . He has to send his family the necessary visiting orders . However, on several occasions, and at the present time, the applicant, who is one of the 270 or so top secuiity prisoners in the country, has had to book his visits with the prison authorities in advance . The Commission also notes that on at least two occasions the applicant was transferred when his family were due to visit him in prison, without any check being made in the visiting order records, or speedy assistance being offered by the prison authorities to notify the family of the applicant's whereabouts after the transfer . The Govemment apparently stated that it would be inappropriate to check or take such visiting records into account when moving the applicant . The Commission finds that on the two occasions when the applicant's famil y was unable to visit him, and had insufficient information as to his prison location, there was an interference with the applicant's right to respect for family life, ensured by Article 8, para . I of the Convention . However, it considers that the question whether this interference was justified for the prevention or disorder and crime, within the meaning of Article 8, para . 2, raises a complex issue of fact and law, with particular regard to the policy of not verifying visiting order records, which necessitates an examination of this aspect of the application on its merits . It follows that this pa rt of the application cannot be regarded as manifestly illfounded within the meaning of Article 27, para . 2 of the Convention and must be declared admissible, no other grounds for declaring it inadmissible having been established .
(TRADUCTION) EN FAIT (Extrait ) Le requérant est un ressortissant du Royaume-Uni, né en 1953 et détenu à l'heure actuelle à la prison d'Etat de Parkhurst, Newport . II est représenté devant la Commission par M . A . Logan, solicitor à Guilford . En décembre 1975 . il fut condamné à dix ans de prison pour vols qualifiés . En mai 1977, il fut condamné à dix ans de prison supplémentaires pour avoir poignardé un directeur de prison et un gardien de la prison de Liverpool . Il figure parmi les 270 détenus placés sous très haute surveillance et relevant de la catégorie A parce qu'il est considéré comme représentant un réel danger public . Selon les informations soumises par le Gouvernement, le Ministre a donné les instructions, conformément à l'article 12, par . 2, de la loi de 1952 sur les prisons, pour que cenains prisonniers puissent être temporairement transférés d'un établissement à un autre afin d'éviter une agitation, réelle ou potentielle . II semble nécessaire que ces transferts se fassent avec un préavis très bref et sans consulter le détenu . Le requérant a été incarcéré à la prison d'Etat de Wormwood Scrubs, mais temporairement transféré à plusieurs reprises pour raisons de discipline au sein de la prison . Il aurait été ainsi transféré : du 24 février 1979 au 11 avril 1979 à Winchester, du 19 avril 1979 au 21 mai 1979 à Leeds , du 22 août 1979 au 27 septembre 1979 à Durham, du 11 août 1980 au 8 septembre 1980 à Wandsworth . du 10 septembre 1980 au 7 octobre 1980 à Wandsworth . Les trans(èrements à Winchester et Durham faisaient suite à des tentatives d'évasion . Lorsqu'il é tait à Winchester, le requérant purgeait une peine disciplinaire pour avoir tenté de s'évader et pour détention non autorisée d'effets appa rtenant à la prison . Sa punition comportait notamment 70 jours de perte d'avantages et une incarcération dans une cellule de haute sécurité, munie de doubles portes et d'un mobilier fixe . A l'occasion d'autres transferts, il fut détenu comme prisonnier placé sous le régime ordinaire de l'article 43 (GOAD), c'est-à-dire mis à l'écart des autres détenus pour des raisons « de bon ordre et de discipline • . Ses tentatives d'évasion ont eu pour résultat de le faire mettre sur la liste des détenus ayant tendance à s'évader . Juste avant la communication de cette information par le Gouvernement (décembre 1981), le requérant fut transféré à la prison de Gartree, puis à nouveau à celles de Leicester le 20 novembre 1981 et de Wandsworth le 27 novembre 1981 et . à l'heure actuelle, il se trouve incarcéré à la prison de Parkhurst .
- 45 -
S'agissant de ses fréquents transtèrements, le grief principal du requérant concerne les visites de sa famille et le fait que celle-ci n'est pas informée de ses déplacements . Le requérant prétend qu'en tant que détenu de catégorie A, il doit programmer à l'avance les visites à recevoir . Le 5 ao0t 1980, sa mére aurait réservé une visite pour le 11 août 1980 alors que le requérant était à la prison d'Etat de Wormwood Scrubs . De son côté, le Gouvernement affirme que si le personnel de cet établissement avait effectivement eu connaissance de l'envoi d'une autorisation de visite le 1° 1 aoùt 1980, il ne connaissait pas la date exacte de la visite envisagée . La mère du requérant le conteste : elle soutient que compte tenu des fréquents transfèrements de son fils, elle devait convenir avec précision du jour et de l'heure de la visite avec les autorités pénitentiaires . Le 11 août 1980, le requérant fut transféré à la prison d'Etat de Wandsworth, si bien qu'à leur arrivée à la prison, la mère et la s¢ur du réquérant, qui venaient de Manchester dans le nord de l'Angleterre, n'ont pas pu voir le détenu et prétendent qu'on ne leur a pas dit où le trouver . Le Gouvernement explique que, pour des raisons de sécurité, les mouvements des détenus de catégorie A sont rigoureusement tenus secrets et qu'il n'est pas possible d'informer les parents de l'endroit où se trouve le détenu lorsqu'il est en transit . Le requérant soutient cependant avoir été transféré de Wonnwood Scrubs à 13 h et ètre arrivé à Wandswo rt h à 13 h 25 . Or, sa mére et sa soe ur sont arrivées à Wormwood Scrubs à 14 h 30, après le transferement . Il aurait été possible de leur dire où il se trouvait et elles auraient eu le temps de traverser Londres pour lui rendre visite . Le Gouvemement affirme de son côté que le requérant est arrivé à Wandsworth à 14 h 20 . La mère du requérant affirme que la mème situation s'est reproduite à trois reprises au moins et qu'aprés avoir voyagé jusqu'à Durham, Leicester et Londres, elle s'est entendu dire à la grille de la prison que son fils avait été transféré . Les plaintes qu'elle a adressées au Ministre de l'Intérieur n'ont pas eu de suite . Dans une réponse à une question posée par Lord . . ., le député du requérant, le ministére de l'Intérieur a exprimé le . . . 1981 ses regrets devant les inconvénients causés à la mère et à la so:ur du requérant par le transférement de leur parent le 11 août 1980 . Un autre incident se serait produit lors du transferement du requérant de Leicester à Wandsworth . Le 24 novembre 1981, le requérant remit au gardien de cet établissement une autorisation de visite pour sa mère . Transféré sans préavis le vendredi 27 novembre 1981 à Wandsworth, il demanda que l'on informe sa mère par téléphone de son déplacement . Il prétend que le directeur de la prison lui demanda d'écrire à sa mère le lundi suivant et de faire simultanément une « demande d'assistance• . Le requérant aurait effectivement écrit le lundi à sa mére et formulé une demande d'assistance pour que, compte tenu de l'imminence de sa visite à Leicester ,
- 46 -
sa mère soit informée par téléphone . La seule trace écrite gardée par le Gouvernement est que l'intéressé à écrit à sa seur . Le requérant a cependant produit la lettre qu'il a écrite à sa mère le 30 novembre 1981, ainsi que l'enveloppe portant la date du 1°' décembre 1981 à son arrivée à la poste . Dans cette lettre, le requérant envoyait une nouvelle autorisation de visite avec la mention portée par les autorités pénitentiaires : - visite réservée pour le 8 .12 .1981 à 14 h 15 . . Le requérant affirme qu'on lui a dit le 30 novembre que sa mère avait été informée de son changement, alors que tel n'était pas le cas . Le ler décembre, sa mère aurait téléphoné à la prison de Leicester pour demander si son fils y était toujours et si elle pouvait lui rendre visite le lendemain . Elle aurait reçu confirmation et agrément de la visite (il n'y a pas trace de cet appel à la prison) . Lorsque la mère du requérant arriva à la prison de Leicester le 2 décembre 1981, elle fut informée que son fils avait été transféré le 27 novembre . Depuis novembre 1982, toutes les visites du requérant sont retenues longtemps à l'avance .
EN DROIT (Extrait ) Le requérant se plaint de ses fréquents transRrements sans que sa famille ou lui-méme en aient été convenablement informés . Le Gouvernement a soutenu que le requérant était un fauteur de trouble, qu'il cherchait toujours à s'évader et qu'il était nécessaire de le transférer secrètement pour des - périodes de mise à l'ombre• .
L'article 8 de la Convention est ainsi libellé : • I . Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance . 2 . II ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits ou libenés d'autrui . . La Commission relève qu'en principe, il appartient au détenu de s'occuper de l'organisation des visites . C'est à lui d'envoyer à sa famille les autorisations de visite requises . A plusieurs reprises cependant et encore maintenant, le requérant, qui est l'un des 270 détenus dans le pays à être placés sous haute surveillance, doit retenir longtemps à l'avance auprès des autorités pénitentiaires les dates de ces visites . La Commission relève également qu'à deux reprises au moins, le requérant a été transféré alors que sa famille devait lui rendre visite à la prison et ceci sans qu'aucun contrôle sur les registres d'autorisations de visite n'ait eu lieu ni qu'aucune assistanc e
- 47 -
rapide n'ait été offerte par les autorités pénitentiaires pour informer la famille du lieu où se trouvait le requérant après le transfèrement . Le Gouvernement semble prétendre qu'il ne serait pas indiqué de consulter ces registres de visites ou d'en tenir compte lors du transférement du requérant . La Commission estime que . ces deux fois-là, alors que la famille du requérant n'a pas pu lui rendre visite et n'a obtenu que des renseignements insuffisants sur le nouvel établissement, il y a eu ingérence dans l'exercice du droit du requérant au respect de sa vie familiale, garanti par l'article 8, par . I . de la Convention . Elle estime cependant que le point de savoir si cette ingérence se justifiait pour la défense de l'ordre ou la prévention des infractions pénales au sens de l'anicle 8, par . 2, soulève des questions complexes de fait et de droit, en raison notamment de l'usage de ne pas consulter les registres d'autorisations de visites, qui nécessitent un examen du bien-fondé de cette partie de la requête . Il s'ensuit que la requète ne saurait, sur ce point, étre considérée comme manifestement mal fondée au sens de l'article 27, par . 2, de la Convention et qu'elle doit étre déclarée recevable, aucun autre motif d'irrecevabilité n'ayant été établi .
- 48 -

Origine de la décision

Formation : Cour (chambre)
Date de la décision : 13/03/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.