Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ I. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10266/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-07-09;10266.83 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE


Parties :

Demandeurs : I.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/ REQUÊTE NO 10266/8 3 1 . and two of her children v/AUSTRI A 1 . et deux de ses enfants c/AUTRICHE
DECISION of 9 July 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 9 juillet 1984 sur la recevabilité de la requéte
Article 13 of the Convention : Doubts as to the chances of success of an appeal which could remedy an alleged violation of the Convention are not sufficient to raise issues under Anicle 13 . Article 13 de la Convention : Des doutes sur les chances de succès d'un recours susceptible de porrter remède à une violation alléguée de la Convenrion ne suffisent pas à révéler l'apparence d'une violation de l'anicle 13.
(français : voir p . 222)
THE FACTS
The applicants are Turkish citizens residing at H ., Vorarlberg . They are represented by Mr . Wilfried Ludwig Weh, a lawyer practising in Bregenz . The applicants are the wife and the youngest two children of the applicant in application No . . . . . The fïrat applicant joined her husband in Austria in 1974 and has lived there since that time . The second and third applicants were born in Austria in 1979 and 1981 respectively . On 18 April 1980, the District Authority of Bregenz issued a temporary residence prohibition against the applicants' husband and father who had stayed in Austria since 1971 . The measure was based on s . 3(1) of the Aliens Police Act and was imposed in view of repeated road traffic offences which had on two occasions led to a withdrawal of his driving licence, the last time for 18 months .
-219 -
In the subsequent proceedings the applicants' husband and father challenged the above measure as being disproportionate to its aim and as unjustifiedly interfering with his right to respect for fatrtily life as guaranteed by Art . 8 of the Convention . His remedies to this effect were however without success . The Constitutional Court found by a decision of 28 February 1981 that there was no appearance of a violation of An . 8 of the Convention because s . 3(1) of the Aliens Police Act was capable of being interpreted and applied in conformity with this provision . The Administrative Court, which on 24 June 1981 had found the immediate execution of the measure to be disproportionate and which had therefore granted the remedy before it suspensive effect, eventually rvled on 29 September 1982 that the law had been correctly applied and that the measure must therefore be maintained . It considered in particular that the family situation had to be taken into account not in connection with the issue of the residence prohibition as such, but only in connection with its actual enforcement, having regard to s . 6 (2) of the Aliens Police Act . Despite the fact that the decision has thereby become final, the applicants' husband and father has not so far been actually deported, but has been tolerated on the Austrian territory pending the outcome of the Commission's proceedings . The applicants in the present case were not recognised as parties to the above proceedings conceming their husband and father . They state that they tried to be so recognised already in the original proceedings, but were told that they had no standing . Following the submission of the Goverrunent's observations and having regard in particular to the Government's argument developed in these observations that the family members must be considered as parties to administrtitive proceedings concerning a residence prohibition if this measure is likely to interfere with the right to respect for family life (see below), the first applicant on 28 October 1983 requested a decision by the competent District Authority of Bregenz to be recognised as a party in the proceedings against her husband which should be resumed for this purpose . The application was rejected on 30 December 1983 and this essentially on the ground that economic interests such as those claimed by her were not recognised as a legal right or a legal interest in the sen'se of s . 8 of the Code of General Administrative Procedure . The applicants' appeal from this decision led to an invitation by the Provincial Police Headquarters on 23 March 1984 to specify that she had made an application for resumed proceedings in time, i .e . within the two-weeks time limit provided under s . 69 (2) of the Code of General Administrative Procedure . The applicant apparently did not pursue this matter any further .
COMPLAINTS (Extract) The applicants complain essentially that the issue of a temporary residence prohibition against their husband and father interfered also with their Convention rights . They invoke in particular Articles . . . 8 and 13 of the Convention .
- 220 -
THE LAW (Extract ) ............... 2 . The Contmission notes the Government's submission that the applicants failed to exhaust any domestic remedies as required by Article 26 of the Convention . This submission relates to the complaints raised by the applicants in their entirety . As the applicants claim that no effective remedy was available to them, the Commission considers it as appropriate to examine first the applicants' complaint under Anicle 13 of the Convention, i .e . precisely the complaint relating to the alleged absence of remedies . 3 . In this connection, the Commission first notes that the applicants in fact have not been recognised as parties in the expulsion proceedings concerning their husband and father while these proceedings were still pending . They have subsequently tried to obtain a reopening of these proceedings on the ground that they had been unlawful due to the failure to recognise their party status . These latter proceedings led to a negative decision by the administrative authority of first instance, but have apparently not been pursued in the second instance . The applicants claim in effect that this would have been hopeless . The Commission notes, however, the Govermnent's argument according to which it is not excluded that persons who are affected in one of their fundamental rights by a decision taken in respect of a close relative may have to be recognised as parties to the relevant proceedings by virtue of s . 8 of the Code of General Administrative Procedure . The Commission further notes the Government's reliance on the established case law of the Constitutional Court under Article 83 (2) of the Austrian Constitution according to which a disregarded party can claim to have been violated in his right to a decision by the lawful judge . If that is so, the applicants in the present case would in fact have had an effective legal remedy by which they could have realised their claim to be recognised as parties to the above proceedings concerning their husband and father . On this basis, they could then have invoked Art . 8 of the Convention which is directly applicable law under the Austrian internal legal system . They would therefore have had an effective remedy to assert their Convention rights under this provision . It follows that the applicants' complaint under Anicle 13 is manifestly illfounded and must be rejected under Article 27 para . 2 of the Convention . 4 . As the applicants did not make use of their above remedies by which they could have asserted their rights under Art . 8 of the Convention, they have not exhausted "all domestic remedies" in this respect as required by Article 26 of the Convention . Their complaints under Article 8 must accordingly be rejected under Anicle 27 para . 3 of the Convention .
- 221 -
(TRADUCTION) EN FAIT Les requérants sont des ressortissants turcs résidant à H ., Vorarlberg . Ils sont représentés par Me Wilfried Ludwig Weh, avocat à Bregenz . Les requérants sont l'épouse et les deux plus jeunes enfants du requérant ayant introduit la requéte No . . . . . . . . C'est en 1974 que la premiére requérante a rejoint son mari en Autriche, où elle vit depuis lors . Les second et troisième requérants sont nés en Autriche, respectivement en 1979 et 1981 . Le 18 avril 1980, l'Autorité du district de Bregenz émit une interdiction de séjour temporaire concernant le mari et père des requérants, qui habitait l'Autriche depuis 1971 . La mesure se fondait sur l'article 3 par . 1 de la loi sur la police des étrangers et fut inFligée en raison d'infractions répétées au code de la route qui avaient abouti par deux fois à un retrait du permis de conduire, la dernière fois pour 18 mois . Dans la procédure ultérieure, le mari et père des requérants contesta la mesure en question comme étant hors de proponion avec le but visé et portant une atteinte injustifiée à son droit au respect de la vie familiale, que garantit l'article 8 de la Convention . Cependant, les recours qu'il introduisit en ce sens n'aboutirent pas . La Cour constitutionnelle estima, dans un arrêt du 28 février 1981, qu'il n'y avait pas apparence de violation de l'article 8 de la Convention, car l'article 3 par. 1 de la loi sur la police des étrangers pouvait être interprétée et appliquée conformément à cette disposition . Le tribunal administratif qui, le 24 juin 1981, avait estimé que l'exécution immédiate de cette décision était une mesure disproportionnée et avait en conséquence assorti la décision de l'effet suspensif, décida finalement le 29 septembre 1982 que la loi avait été correctement appliquée et que la mesure devait dès lors être maintenue . 11 estima notamment que la situation familiale devait être prise en compte non pas en liaison avec la question litigieuse de l'interdiction de séjour en tant que telle, mais seulement en liaison avec son exécution effective vu l'article 6 par . 2 de la loi sur la police des étrangers . Malgré le caractère définitif de la décision, le mari et pére des requérants n'a pas encore été expulsé : il est toléré sur le territoire autrichien en attendant l'issue de la procédure devant la Commission . Les requérants ne se sont pas vu reconnaître la qualité de partie à la procédure précitée concemant leur mari et père . lls affirment avoir essayé d'obtenir cette reconnaissance dans la première procédure déjà, mais la réponse avait été qu'ils n'avaient pas qualité pour agir. Aprés la présentation par le Gouvernement des observations et vu l'argument qu'il y développe - que les membres d'une famille doivent être considérés comme partie à une procédure administrative concemant une interdiction de séjour si cett e - 222 -
mesure est susceptible de porter atteinte au droit au respect de leur vie familiale (voir infra) - la première requérante demanda le 28 octobre 1983 à l'Autorité compétente du district de Bregenz de la reconnaitre comme partie à la procédure engagée contre son époux et de rouvrir alors ladite procédure . La demande fut rejetée le 30 décembre 1983 essentiellement au motif que les intérêts économiques tels que ceux que faisait valoir la demanderesse ne sont pas reconnus comme un droit ou un intérêt protégé par la loi au sens de l'article 8 du code général de procédure administrative . Le recours formé par la requérante contre cette décision conduisit le 23 mars 1984 la direction provinciale de la police à inviter l'intéressée à préciser qu'elle avait fortnulé à temps une demande de réouverture de la procédure, soit dans le délai de deux semaines prévu à l'article 69 par . 2 de code général de procédure administrative . La requérante ne semble pas avoir donné suite .
GRIEFS (Extrait ) Les requérants se plaignent en substance de ce que l'interdiction de séjour provisoire prononcée à l'encontre de leur mari et père a porté également atteinte aux droits que leur reconnaît la Convention . lls invoquent notamment les articles 6, 8 et 13 de la Convention .
EN DROIT (Extrait ) ............... 2 . La Commission reléve l'argument du Gouvemement selon lequel les requérants n'auraient pas épuisé les voies de recours intemes comme l'exige l'article 26 de la Convention . Cette objection vise l'ensemble des griefs soulevés par les requérants . Or, les requérants prétendant qu'aucun recours effectif ne leur était offert, la Commission estime opportun d'examiner en premier lieu le grief tiré de l'article 13 de la Convention, c'est-à-dire précisément l'allégation d'absence de recours . 3 . La Commission reléve à cet égard que la qualité de partie n'a effectivement pas été reconnue aux requérants pendant le déroulement de la procédure d'expulsion concemant leur mari et père . Par la suite, ils ont essayé de faire rouvrir cette procédure pour irrégularité due au fait que la qualité de partie ne leur avait pas été reconnue . Cette derniére demande a abouti à une décision de refus de l'autorité administrative de première instance, mais ne semble pas avoir été poursuivie en seconde instance . Les requérants prétendent en effet que ce recours aurait été dénué de chances de succès . La Commission reli ;ve cependant l'argument du Gouvemement selon lequel il n'est pas exclu que des personnes lésées dans un de leurs droits fondamentaux par une décision prise à propos d'un parent proche puissent se voir reconnaitre la qualit é
- 223 -
de partie à la procédure en question p ar le jeu de l'article 8 du code général de procédure administrative . Elle relève en outre que le Gouvernement invoque la jurisprudence constante de la Cour constitutionnelle concemant l'article 83 p ar . 2 de la Constitution autrichienne, en vertu duquel quiconque se voit refuser la qualité de partie peut prétendre qu'il y a eu violation de son droit à faire statuer par un magistrat reconnu par la loi . Dans ce cas, les requérants auraient réellement disposé d'un recours effectif leur permettant de se faire reconnaitre la qualité de partie à la procédure concemant leur mari et père . Ils auraient pu, sur cette base, invoquer l'article 8 de la Convention, directement applicable dans le système juridique autrichien . Ils auraient donc bien disposé d'un recours effectif pour faire valoir les droits que leur reconnait cette disposition de la Convention . Il s'ensuit que le grief tiré par les requérants de l'article 13 est manifestement mal fondé et qu'il doit être rejeté conformément à l'article 27 par . 2 de la Convention . 4 . Les requérants n'ayant pas fait usage des recours qui leur auraient perntis de revendiquer les droits garantis par l'article 8 de la Convention, ils n'ont pas épuisé toutes -les voies de recours intemes » à cet égard, comme l'exige l'article 26 de la Convention . Aussi les griefs qu'ils tirent de l'article 8 doivent-ils être rejetés conformément à l'article 27 par . 3 de la Convention .
- 224 -

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 09/07/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.