Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ M. c. AUTRICHE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 9465/81
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-10-04;9465.81 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL


Parties :

Demandeurs : M.
Défendeurs : AUTRICHE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 9465/8 1 M . v/AUSTRI A M . c/AUTRICH E DECISION of 4 October 1984 on the admissibility of the application DÉCISION du 4 octobre 1984 sur la recevabilité de la requéte
Article I of the FYrst Protocol : A public law right to the shared use of common land (Austrian "Allmende ") is not a"possession" for the purposes of this Anicle . Article 1 du Pro tocole additionnef : Un droit, dérivant du droit public, de paniciper à!'usage de terrains communautaires (en Autriche : •A((mende .) n'est pas un droit de propriété au sens de cette disposition .
(français : voir p . 87)
THE FACTS (Extracts)
The applicant is an Austrian citizen born in 1924 who resides at Bludenz/Bings, Vorarlberg . He was involved in a series of proceedings which each time concemed acts performed by various authorities in relation to the common pasture and forestry lands (Alimende = common) of Bludenz . These lands are formally speaking property of the city of Bludenz (Gemeindegut), but are reserved for direct use by the agricultural community (Agrargemeinschaft) composed of 6801ong-established inhabitants of the city including the applicant . 300 of these inhabitants had requested a regulation of their rights in 1965, but this request was opposed by the city which claimed that the land in question was its free property (Gemeindeverm6gen) . In lengthy proceedings before the agricultural authorities which lasted until 1975 it was clarified that the land was in fact a common, that the city's property was thus encumbered with a (public-law) easement i n
- 85 -
favour of the agricultural community (not with private law servitudes in favour of the individual members of this community as claimed by the city), and that as a consequence the city was not free to sell or encumber the lands belonging to the common without the consent of the agricultural authority according to Section 34 of the Provincial Agricultural Land Ownership Act (Flurverfassungsgesetz, Provincial Law Gazette No . 43/1971) . In these proceedings, both the city and the individuals having a common right of use were recognised as parties . The proceedings were however limited to the clarification of the status of the land according to Section 47 of the Act . The regulation proceedings according to Part 11 of the Act were not instituted (apparent)y because 160 of the above 300 individuals subsequently withdrew their application to this effect which was thus supported by less than a quarter of the affected individuals) . For this reason the agricultural community was not organised as an autonomous corporation, and the common was provisionally to be administered, under Section 91 (4) of the Provincial Local Authorities Act (Gemeindegesetz, Provincial Law Gazette No . 45/1965), by the city subject to supervision by the agricultural authorities . The corresponding encumberroent of the city's property right was put in evidence in the official land register .
The applicant now complains that in all of the above proceedings there has been an unjustifted interference with his right to the peaceful enjoyment of his possessions as guaranteed by An . I of Protocol No . I to the Convention . He claims that the right of the members of the agricultural community to the shared use of the common constitutes a property right within the meaning of this provision, and that this property right was constantly disregarded by the city of Bludenz and by the various authorities in that they authorised various acts limiting and making impossible the exercise of this right in certain parts of the common, and this without the consent of the interested persons including himself. The applicant has submitted a letter of the Agricultural District Authority of 5 July 1979 which confirms that the property in the common must be considered as property of the agricultural community which the city has only the right to administer, but of which it cannot dispose as its free propérty . The administration must be done having regard to the interests of the agricultural community, and acts of sale or encumbrement which are not compatible with this purpose must be refused by the agricultural authority in exercise of its supervisory functions under S . 34 of the Agricultural Land Ownership Act .
THE LAW ( Extract ) I . The applicant uncontestedly has a right to the shared use of the common (Allmende) of Bludenz . He claims that this right is a property right within the meaning of Article I of Protocol No . I, and that various measures which the city o f
-86-
Bludenz took in relation to the cotnmon (i .e . the authorisation of drillings for a power plant, construction works, sale of certain parts of the common, the installation of an industrial zone etc .) amounted to unjustified interferences with his rights under the above Article . The Commission observes, however, that the forrnal property of the land in question belongs to the city of Bludenz . It is true that it is not the city's free property as a public-law easement in favour of the agricultural community has been entered in the official land register . As long as the agricultural community has not been constituted as a corporation, the administration of the common is provisionally entrusted to the city subject to supervision by the competent agricultural authorities under the provisions of the Agricultural Land Ownership Act (Flurverfassungsgesetz) . This supervision is designed to protect the interests of the agricultural community as such and the individual members of that community are not given any rights in this respect . In particular their right to the shared use of the common is not an individual right separate and independent from the agricultural community's own rights as long as it has not been regulated in accordance with Chapter 11 of the Agricultural Land Ownership Act . This right to shared use of the common is therefore clearly distinguishable from a private law servitude . The Commission is of the opinion that in these circumstances the right in question cannot be considered as a property right within the meaning of Article I of Protocol No . I . The applicant's complaints based on this provision are therefore ratione materiae incompatible with the provisions of the Convention and must be rejected under Article 27 para . 2 of the Convention .
(lRADUC7 7ON) EN FAIT ( Extraits ) Le requérant est un ressortissant autrichien, né en 1924 et habitant à BludenzBings . Vorarlberg . Il a été partie à une série de procédures qui concemaient à chaque fois des mesures prises par diverses autorités à propos des paturages et forêts communautaires (Allmende) sis à Bludenz . Ces terrains sont, formellement, propriété de la vill e
-g7_
de Bludenz (Gemeindegut), mais sont réservés à l'usage direct de la communauté des agriculteurs (Agrargemeinschaft), composée de 680 habitants installés depuis longtemps sur la commune, dont le requérant . Parmi ces habitants . 300 avaient demandé une réglementation de leurs droits en 1965, mais la municipalité s'opposa à la demande, arguant de ce que les terres en question étaient sa libre propriété (Gemeindeverrntigen) . Par de longues procédures devant les instances agricoles, qui se prolongèrent jusqu'en 1975, il fut précisé que les terres étaient en réalité un bien communautaire, et que la propriété de la municipalité se trouvait donc grevée d'une servitude de droit public au profit de l'ensemble des agriculteurs (et non de servitudes'de droit privé au profit des membres individuels de cette collectivité, comme le soutenait la municipalité) . Dès lors, la municipalité n'avait pas toute latitude pour céder ou grever les terres de la communauté sans le consentement de l'autorité agricole et ce, conformément à l'article 34 de la loi provinciale sur le statut des terres agricoles (Flurverfassungsgesetz, Gazette provinciale des lois No 43/1971) . La municipalité, comme les particuliers ayant en commun un droit d'usage, se virent reconnaître la qualité de parties à ces procédures . Celles-ci se limitaient toutefois à préciser le statut des terres au regard de l'article 47 de la loi . La procédure de réglementation prévue dans la deuxième partie de la loi ne fut pas instituée (du fait semble-t-il que, sur les 300 personnes susmentionnées, 160 retirèrent leur demande, qui n'était donc présentée que par moins d'un quart des intéressés) . C'est pourquoi l'ensemble des agriculteurs ne fut pas organisé en société autonome et les terres communes durent ètre administrées provisoirement par la municipalité sous le contrôle des autorités agricoles, conformément à l'article 91 par . 4 de la loi sur les autorités provinciales . La servitude correspondante grevant le droit de propriété de la municipalité fut inscrite au registre foncier .
Le requérant se plaint de ce que les procédures susdites constituaient toutes une ingérence injustifiée dans l'exercice du droit au respect de ses biens tel que le lui garantit l'article 1 du Protocole additionnel à la Convention . Selon lui, le droit des membres de la communauté agricole à utiliser ensemble les biens communaux constitue un droit de propriété au sens de cene disposition . Or, ce droit a été constamment méconnu par la municpalité de Bludenz et par les diverses instances concemées puisqu'elles ont autorisé diverses mesures limitant et empêchant l'exercice du droit sur certaines parties des biens communaux, et ceci sans le consentement des intéressés, dont lui-même . Le requérant a produit une lettre des Services de l'agriculture du district en date du 5 juillet 1979, conflrrnant que le droit de propriété des terrains communaux doit étre considéré comme un droit appartenant à la communauté des agriculteurs, que la municipalité a seulement la faculté d'administrer mais dont elle n'a pas la libre disposition . Cette administration doit se faire en tenant compte des intéréts des agriculteurs et tout acte de cession ou de servitude incompatible avec cet objectif doi t
_88-
@tre annulé par l'autorité agricole dans l'exercice des fonctions de contrôle que lui assigne l'article 34 de la loi sur la propriété des terres agricoles .
EN DROIT ( Extrait) 1 . Lo requérant a indéniablement le droit de participer à l'usage des terrains communautaires (Allmende) de Bludenz . Il s'agit selon lui d'un droit de propriété, au sens de l'article 1 du Protocole, et diverses mesures prises par la municipalité de Bludenz à propos de ces terrains (autorisations de forage pour une centrale électrique, travaux de construction, vente de certaines parties des biens, installation d'une zone industrielle, etc . . .) ont constitué des ingérences injustifiées dans l'exercice des droits garantis par l'article ci-dessus . La Conunission remarque cependant que la propriété formelle des terres en question appartient à la ville de Bludenz . Certes, la municipalité n'en a pas la libre propriété, puisqu'une servitude de droit public au proftt de la communauté des agriculteurs est inscrite sur le registre foncier . Tant que la communauté des agriculteurs ne s'est pas organisée corporativement, l'administration des biens conununautaires est provisoirement confiée à la municipalité sous le contrôle des instances agricoles compétentes, conformément aux dispositions de la loi sur le statut des terres agricoles (Flurverfassungsgesetz) . Ce contrôle vise à protéger les intérêts de la communauté des agriculteurs en tant que telle et, à cet égard, les individus composant cette communauié ne se voient conférer aucun droit à cet égard . Notantment, le droit de participer à l'usage des biens n'est pas un droit individuel distinct et indépendant des droits propres à la communauté tant qu'il n'a pas été réglementé confonnément au cJtapitre 2 de la loi sur le statut des terres agricoles . Il est clair, dès lors, que l'usage des biens communautaires se distingue d'une servitude de droit privé ' La Commission estime que, dans ces conditions, le droit en question ne saurait être considéré comme un droit de propriété, au sens de l'article 1 du Protocole . Les griefs tirés par le requérant de cette disposition sont dès lors incompatibles ratione materiae avec les dispositions de la Convention et doivent être rejetés conformémen .l'article 27 par . 2 de la Convention . tà
.-89

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 04/10/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.