Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ NÖLKENBOCKHOFF et BERGEMANN c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10300/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1984-12-12;10300.83 ?

Analyses :

(Art. 41) PREJUDICE MORAL


Parties :

Demandeurs : NÖLKENBOCKHOFF et BERGEMANN
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10300/83 Martha NbLKENBOCKHOFF an d J6rg BERGEMANN v/Ihe FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY Manha NOLKENBOCKHOFF et J6rg BERGEMANN c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 12 December 1984 on the adntissibility of the application DÉCISION du 12 décembre 1984 sur la recevabilité de la requêt e
Articfe 6, paragraph I of the Convention :!n determining the faimess of criminal proceedings, the Commission must ezamine them as a whole : where proceedings are discontinued, such determinarion is not possible . Article 6, paragraph 2 of the Conventlon : Comments relating to guilt made by the court in proceedings conceming compensation for detention and costs following the death of the accused and subsequent discontinuation of the proceedings (Complaint declared admissible) .
Articfe 25 of the Convention : a) Where an accuseddies before the end ofappeal proceedings, his immediate family may claim to be a victim of a breach of Article 6 para . 2 of the Convention in respect of comments relating to guilt made by the coun in the course of proceedings relating to compensation for detention and costs . b) 71te surviving spouse of an accused who dies in the course of proceedings does not have sufficient interest to complain of the length and faimess of those proceedings .
Article 6, paragraphe 1, de la Convention : Pour se prononcer sur le caractère équitable d'une procédure pénale la Commission doit la considérer dans son ensemble . Pareil e.camen n'est pas possible si la procédure n'est pas menée à son temie .
- Ig0 -
Article 6, paragraphe 2, de la Convention : Considérations relatives à la culpabilité émises par le juge appelé à statuer sur les frais et une indemnisation pour détention, après suspension d'un procès pénal suite au décès de l'accusé (Grief déclaré recevable) .
Article 25 de la Convention : a) Lorsqu'une procédure d'appel en marière pénale est suspendue suite au décès de l'accusé, la proche famille de celui-ci peut se prétendre victime d'une violation de l'articie 6 par . 2 de la Convenrion à raison de considérations émises par le juge appelé à statuer sur les frais et une indemniré pour détention . b) Le conjoint survivant d'un accusé décédé au cours de la procédure rt'a pas un intér@t suJfisant pour se plaindre de la durée et de l'absence d'équité decene procédure .
THE FACTS
(français : voir p. 1 88)
The first applicant, Mrs . M . N8lkenbockhoff, a widow, and heiress of her late husband's estate, is a German citizen, living in Selm-Bork . The second applicant, Mr . J . Bergemann . a lawyer in Frankfurt, is also a German citizen . He acts as representative of the first applicant . Mrs . Nülkenbockhoffs late husband Mr . Nàlkenbockhoff, who died on 13 November 1981, was a senior officer of an important hotding company, the Stumm AG . He held key positions in this company and its subsidiaries . In October 1974 the Stumm AG requested the District Court (Amtsgericht) in Essen to institute composition proceedings because of its insolvency . On 13 November 1974 Mr . Ntilkenbockhoff was arrested on the authority of a warrant of arrest issued by the District Court in Essen on I I November 1974 . He was inter alia suspected of having committed bankruptcy offences . Some other senior officers of the company were likewise arrested . When he was arrested Mr. Nblkenbockhoff chose the second applicant as his defence counsel .
The criminal proceedings against Mr . Nülkenbockhotf While consultation of the fdes was refused earlier, the Public Prosecutor's office informed the defence on 14 December 1975 that the files concerning the investigation proceedings could now be examined and that in order to avoid delays each defence counsel would receive a complete set of copies of these files . Funhermore, proceedings against less important suspects were severed from the proceedings against Mr . N&Ikenbockhoff and four other senior officers . Subsequently defence counsel Mr . Bergemann received from 20 January 1976 until 8 March 1976 some 14,000 copies . - 181 -
On 27 February 1976 the Public Prosecutor's office informed the defence that the evidence files (Asservate) could not be photocopied but could be inspected during office hours . On 28 May 1976 the Public Prosecutor provided the defence with a list of those documents which he considered of importance for the trial . The indictment, dated 17 May 1976 and comprising 489 pages, was received by Mr . Bergemann on 18 June 1976 . The defence was granted a time limit until I August 1976 to submit observations . This time limit was extended until 13 August 1976 . Further extensions were denied . By letter of 1 I June 1976 the presiding judge of the trial court of the Essen Regional Court (Landgericht) informed the defence that the evidence files could be examined by the accused and/or their counsel in the presence of a court officer . On 25 June 1976 the trial court rejected a request made by the defence for photocopies of evidence seized in Switzerland and Liechtenstein . The court stated that while the defence was free to make photocopies of documents contained in some 149 evidence files an exception had to be made with regard to evidence obtained by way of seizure in Switzerland and Liechtenstein as certain assurances had been given to the authorities of these countries . On 20 September 1976 the trial court rejected a further request for photocopies made by Mr. Bergemann, pointing out that except for the evidence obtained from Switzerland and Liechtenstein the defence counsels could, at their expense, make photocopies for themselves . The court also rejected a request to establish a numeric order of the evidence files . On 3 September 1976 Mr . Bergemann requested that Mr . Ntilkenbockhoff, who was at that time detained in Bochum, be given the possibility to examine the court files at Essen, without however being transferred to prison at Essen . This request was withdrawn on 23 September 1976 no decision having been given by the trial court by that date in respect of the request . At the same time Mr . Bergemann requested that Mr . Ntilkenbockhoff be transferred to Essen as he insisted on examining the files . Mr . Ntilkenbockhoff was given the opportunity to examine the files on 13, 18, 20, 25 and 27 October 1976 . The trial proceedings (Hauptverhandlung) started on 29 October 1976 . In addition to the chosen defence counsel Mr . Niilkenbockhoff was defended by Mr . U, a lawyer who was appointed by the trial court as official defence counsel . On 9 November 1976 the trial court rejected a request to adjourn the proceedings . In so far as the defendants had argued that they had not been given adequate time and facilities to prepare their defence the court pointed out with regard to Mr . Ntilkenbockhoff that he was assisted by a defence counsel since his arrest, that defence counsel had had the possibility since 14 December 1975 to inspect the files and that photocopying for all the defendants of those documents which were included in the files after I I June 1976 would have unreasonably prolonged the proceedings .
- 182 -
The trial lasted from 29 October 1976 until 11 July 1980 with regularly two or three hearings per week . Several hundreds of witnesses were heard and several thousands of documents were read out in the course of the trial . On 26 November 1979 the trial court rejected a request made by Mr . Bergemann to discontinue the proceedings . The court stated that alleged violations of the principle of fair trial could be complained of in an appeal against the judgment it would give . On I 1 July 1980 Mr . Nblkenbockhoff was convicted on various counts of fraud (Betrug) and breach of trust (Untreue) and other economic crimes . He was sentenced to eight years' imprisonment . The four co-accused were likewise convicted and sentenced . As regards one set (Group IV) of fraud charges, proceedings were discontinued while with regard to certain remaining charges the applicant and his coaccused were acquitted . The judgment run to 579 pages . In fixing the sentence the trial court took into account as a mitigating factor the extreme length of the proceedings and Mr . Ntilkenbockhofl's detention on remand for some three years . AII defendants lodged appeals . Mr . Niilkenbockhofrs appeal was not decided because he died on 13 november 1981 . Three of the co-accused withdrew their appeals while the appeal of one coaccused, M, was rejected by the Federal Court (Bundesgerichtshof) on 7 July 1982 as being clearly ill-founded .
Mr. Nülkenbockhoff's detention on reman d Mr . Ntilkenbockhoff was arrested on 13 November 1974 and remanded in prison . He was released on bail at the end of March 1977 as according to a medical expert opinion his bile-duct needed operating . On 21 February 1979 he was again arrested but released in consequence of a decision given by the Court of Appeal (Oberlandesgericht) in Hamm on 23 March 1979 which found that there were no valid reasons to annul the trial court's earlier decision of 23 March 1977 ordering a stay of the execution of the warrant of arrest . The appellate court refused however to set aside the warrant of anest . On 30 April 1980 the trial court again ordered the applicant's arrest as well as the arrest of all co-accused stating that in the meantime the prosecution had terminated its pleadings and in view of the severe sentences requested the measures taken to prevent the defendants absconding were no longer sufficient . The applicant was released on 26 June 1981 for health reasons .
Press communications The collapse of the Stumm company and the criminal proceedings against senior offïcers of the company were subject of widespread press publications based on information allegedly received from the investigating authorities . On 15 June 1976 the Public Prosecutor organised a press conference informing the public about the criminal proceedings against Mr . N6lkenbockhoff and others . Subsequently
- 183 -
defence counsel Mr . Bergemann laid criminal charges against the Leading Public Prosecutor arguing that he had violated Section 353 (d) (3) of the Criminal Code (StGB) by revealing essential pans of the indictment . On 4 March 1977 the Court of Appeal in Hamm refused to order the opening of criminal proceedings . The court stated that at the press conference only the counts of the indictment (Anklagesatz) had been made public . This was compatible with Section 353 (d) (3) StGB which forbids only revelations on the concrete results of the investigations, as such revelations could influence jury judges . Criminal proceedings against Mr . Bergemann At the end of July 1979 B was summoned by the District Court in Frankfurt to appear on 10 September 1979 in order to be interrogated on a charge of fraud . The proceedings had allegedly been instituted by the Public Prosecutor who had signed the indictment against Mr . Ntilkenbockhoff and others and concemed a bill of fees submitted by Mr . Bergemann for the period from 27 April 1977 until 31 October 1978 when he had been defending Mr . N&Ikenbockhoff as officially appointed legal aid counsel . On 2 April 1980 the Public Prosecutor's office in Essen filed an indictment but the District Coun in Essen refused on 9 May 1980 to open trial proceedings . The court ordered that all costs had to be paid by the treasury . An appeal lodged by the prosecution against this decision was of no avail .
Proceedings and decisions concerning Mr . Niilkenbockhoffs necessary expenses and a claim for compensatio n On 5 March 1982 the Regional Court in Essen rejected a request for reimbu rsement of Mr . N8lkenbockhoffs necessary expenses incurred in the criminal proceedings to the extent that Mr . Ntilkenbockhoff was found guilty in first instance and also to the extent that the proceedings were discontinued . It funher rejected a request for compensation for Mr . Ntilkenbockhoffs detention on remand . The court stated that when criminal proceedings cannot be pursued because of the defendant's death the necessary expenses of the defendant in principle had to be paid by the public purse . Another decision could however be taken when it was nearly certain that the defendant would have been or would have remained convicted (wenn es . . . . anntihemd sicher zu erwarten war, dass es zur Vemneilung des Angeklagten gekommen bzw . bei einer Verurteilung geblieben wire) . The court considered that Mr . N8lkenbockhoffs submissions in his appeal against conviction and sentence did not warrant the conclusion that he would eventually have been acquitted . In this context it attributed decisive importance to the fact that three of the co-defendants had withdrawn their appeals . It also considered that the arguments in the appeal concerning violations of substantive law were unfounded . For these reasons the claim for compensation for Mr . N&Ikenbockhoffs detention on remand was rejected . - 1g4 -
Mrs . Niilkenbockhoff appealed against the decision of 5 March 1982 in so far as the claim for compensation and reimbursement of expenses in connection with Mr . N8lkenbockhoffs conviction in first instance was rejected . On 14 July 1982 the Court of Appeal in Hamm dismissed the appeal as being unfounded . Referring to the reasons stated by the lower court and referring in addition to the fact that meanwhile the appeal of the co-defendant M had been rejected by the Federal Court on 7 July 1982 the appellate court repeated that Mr . Nülkenbockhoffs conviction would most likely have been confinned (mit annïhemder Sicherheit) had the appeal proceedings been carried through . On the same day this coun rejected as being inadmissible an appeal lodged by Mr . Bergemann in his own name and relating to the necessary expenses incurred by Mr . Niilkenbockhoff in connection with the discontinued pan of the proceedings . Mr . Bergemann had submitted that Mr . Nülkenbockhoff had ceded to him his possible claims against the treasury . Mr . Bergemann raised objections (Gegenvorstellungen) against the decisions of 14 July 1982 . These objections were rejected by the appellate court on 2 September 1982 . Both applicants' constitutional complaints against the aforementioned decision concerning expenses and compensation were rejected on 30 September 1982 by a group of three judges of the Federal Constitutional Court (Bundesverfassungsgericht) as offering no prospects of success . The group stated that the decisions complained of only contained a prognosis on the possible result of the criminal proceedings had they been terminated . Such a prognosis did not constitute a determination of guilt but contained only a finding on the continuing existence of suspicion ( . . . nicht die Feststellung einer Schuld, sondem lediglich die Feststellung einer fortbestehenden Verdachtslage) . Neither the arguments submitted in the criminal appeal proceedings nor the arguments submitted with the constitutional complaint necessitated considering the conclusions reached in the decisions complained of to be arbitrary . In so far as the decisions complained of referred to the fact that M's appeal was dismissed and that the other defendants withdrew their appeals the constitutional court judges considered that this was only a supplementary argument and not the basis of these decisions . COMPLAINTS The applicant Mrs . Ntilkenbockhoff complains of the length of her late husband's detention on remand and she suggests that his health deteriorated as a result of this detention . She also complains that the proceedings against her late husband were unfair and unreasonably long . She submits that due to information received from the prosecuting authorities her husband was branded in the press as a defrauder . On account of his bad state of health, the short period between the filing of the indictment and the beginning of the trial, and the refusal to provide the defenc e
- 185 -
with photocopies of the complete contents of the files including the evidence files, he was not able to prepare his defence . The copies made available were incomplete . It was virtually impossible for the defence counsel to examine the files in the court offices . Consequently cross examination of witnesses was made impossible . Nevertheless between October 1977 and July 1978 some 127 witnesses were heard despite the protest of the defence . The trial court did not exhaust all possibilities to hear four witnesses living abroad . It took into account statements made by a witness who was arrested in court on the suspicion of having given false evidence . Criminal proceedings against Mr . Bergemann were instituted to intimidate the defence and to that extent the applicant Bergemann claims to be a victim of a violation of Art 6 . para . 3 . Finally the applicants consider that the decisions discontinuing part of the proceedings and reftising compensation for Mr. Nblkenbockhoff's detention on remand as well as reimbursement of Mr . Ntilkenockhoff's necessary expenses violate in particular the principle of presumption of innocence . It was arbitrary to consider the withdrawal of the appeals of three co-defendants as an indication that Mr . N61kenbockhoff would have remained convicted . These co-defendants only withdrew their appeals because the Public Prosecutor had given them certain advantages in retum . The applicants invoke Art . 5 para . 3 and An . 6 para . 1- 3 of the Convention .
THE LA W The applicant Mr . Bergemann was one of the defence counsel in the criminal 1. proceedings against Mr . Ntilkenbockhoff. As such he cannot be considered to be a victim of the violations of Art . 6 para . 2 and 3 of the Convention allegedly committed in the course of these criminal proceedings (cf . No . 7641 176, Dec . 11 .7 .1976, D .R . 10 p . 224) . 2 . The applicant Mrs . Ntilkenbockhoff has complained of the length of her late husband's detention on remand and to that extent she could be regarded as an indirect victim, since she was also affected by her husband's detention . However, no complaint having been introduced in this respect after Mr . Ntilkenbockhoff s release, the six months' time limit according to Article 26 of the Convention ran from the date of the release (No . 6852/74, Dec . 5 .12 .78, D .R . 1 5 p . 5), i .e . 26 June 1981, while the present apPlication was not lodged before 7 February 1983, that, is more than six months later . This part of the application was consequently introduced out of time and must be rejected under Article 27 para . 3 of the Convention .
- 186-
3 . Mrs . Ntilkenbockhoff also complained of the length of the criminal proceedings against her husband and she further complained that the proceedings had been unfair . The Commission considers, however, that these complaints are closely linked with the applicant's late husband personally and the applicant Mrs . Ntilkenbockhoff herself does not have a sufficient legal interest to justify their examination on her behalf (cf . Kofler v . ltaly, Comm . Report 9 .10 .84, D .R . 30 p . 5) . In any event it has to be noted that the case concerned a complex and difficult matter . Mr . Ndlkenbockhoff was arrested on 13 November 1974 and the indictment was filed on 17 May 1976 . This period of one and a half years cannot be considered to be unreasonably long under Article 6 para . 1 . It is true that the trial before the Regional Court lasted for a very long time (from 29 October 1976 to 11 July 1980), but it appears lhat it went on almost without interrvption and that hearings were normally held two or three days a week .
In these circumstances, the complaint regarding the length of the proceedings would have had to be rejected as manifestly ill-founded . As regards the complaints regarding the faimess of the proceedings and the rights of the defence, the Commission has held that the question whether or not the right to a fair hearing has been respected should depend on an evaluation of the proceedings as a whole, since errors made in first instance may be corrected on appeal . In the present case, Mr . N&Ikenbockhoff died before the appeal proceedings had been completed . Consequently, it would not have been possible to make an evaluation of the trial as a whole, and these complaints would therefore also have had to be rejected as manifestly ill-founded .
4 . The applicant, Mrs . Ntilkenbockhoff, has finally complained that the decisions given in her late husband's case discontinuing part of the proceedings and refusing compensation for Mr . Ndlkenbockhoffs detention on remand as well as reimbursement of Mr . Nülkenbockhoffs necessary expenses violate the principle of presumption of innocence (Article 6 para . 2) because they are based on the reasoning that Mr . Ndlkenbockhoff would have been or would have remained convicted . The respondent Govemment first argued that the applicant Mrs . Niilkenbockhoff could not be considered as a victim of the alleged violation because the right guaranteed by Article 6 para . 2 of the Convention was a personal one and could only be claimed by the accused in criminal proceedings . In the present case the accused, Mr . Ntilkenbockhoff, had died before the decisions complained of were given and therefore his right to be presumed innocent could not have been affected . The Commission considers, however, that the close relatives of an accused, in particular his spouse and children, have an interest of their own that the principle of presumption of innocence is respected in case the accused dies before a final conviction, as any statements violating this principle not only affect the accused's reputation but to a certain extent also that of his family . - 187 -
The applicant has lodged a constitutional complaint which was rejected by the Federal Constitutional Court on 30 September 1982 . The applicant has thus exhausted domestic remedies within the meaning of Article 26 of the Convention . As regards the merits of this panicular complaint the Conunission considers that it raises a complex problem as to the interpretation and the scope of the principle of presumption of innocence guaranteed by Article 6 para . 2 of the Convention . It follows that this part of the application cannot be considered as being manifestly illfounded within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention, nor are there any other reasons for declaring it inadniissible .
For these reasons, the Conunissio n DECLARES ADMISSIBLE the complaint of Mrs . N6lkenbockhoff that Article 6 para . 2 of the Convention was violated by the reasons stated by the German courts in the decisions rejecting the claim for reimbursement of necessa ry expenses incurred by Mr . N8lkenbockhoff in the criminal proceedings against him ;
DECLARES INADMISS®LE the re mainder of the application .
(/RIDUCI7ON) EN FAIT La première requérante, M- M . Nôlkenbockhoff, de nationalité allemande, est héritière de feu son mari et réside à Selm-Bork . Le second requérant, M . J . Bergemann, avocat exerçant à Francfort, est aussi de nationalité allemande . B interv ient comme représentant de la .premiére requérante . Feu le mari de M^° N8lkenbockhoff, décédé le 13 novembre 1981, était cadre supérieur dans une importante société de holding, la Scumm AG . B a occupé des positions clés dans cette société de holding et ses fdiales . En octobre 1974, la société a demandé au tribunal cantonal (Amtsgericht) d'Essen d'ouv rir une procédure de concordat pour cause d'insolvabilité . Le 13 novembre 1974, M . Ntilkenbockhoff a été arrêté en vert u d'un mandat délivré par le tri bunal cantonal d'Essen le 11 novembre 1974 . B était soupçonné notamment d'avoir enfreint la législation sur la faillite . Plusieurs autres cadres supérieurs de la société ont aussi été arrretés : Lors de son ar restation, M . N8lkenbockhoff a choisi le second requérant comme défenseur .
- 188 -
Les poursuites pénales contre M . Nülkenbockhoff La possibilité de consulter le dossier a été refusée dans un premier temps, mais le minist8re public a infonné la défense, le 14 décembre 1975, que le dossier relatif à la procédure d'enqu2te pouvait désorrnais être examiné et que, pour éviter des retards . chaque avocat de la défense recevrait un jeu complet des documents composant ce dossier . En outre, les poursuites à l'encontre des suspects moins importants ont été disjointes des poursuites contre M . Niilkenbockhoff et quatre autres cadres supérieurs . Ultérieurement, 14 .000 pages de copies environ ont été mises à la disposition de M . Bergemann, avocat de la défense, entre le 20 janvier 1976 et le 8 mars 1976 . Le 27 février 1976, le Minist8re public a informé la défense que les dossiers de témoignages (Asservate) ne pouvaient pas être photocopiés, mais qu'ils pouvaient être consultés pendant les heures de bureau . Le 28 mai 1976, le Ministère public a communiqué à la défense une liste des documents qu'il jugeait imponants pour le procés . L'acte d'accusation, daté du 17 mai 1976 et componant 489 pages, a été reçu par Bergemann le 18 juin 1976 . La défense s'est vu accorder un délai jusqu'au 1° 1 août pour soumettre des observations . Ce délai a été prolongé jusqu'au 13 août 1976 . Des prolongations supplémentaires ont été refusées . Par lettre du 11 juin 1976, le juge président la cour pénale du tribunal régional d'Essen (Landgericht) a informé la défense que les dossiers de témoignages pouvaient étre consultés par les accusés et/ou par leurs avocats en présence d'un fonctionnaire du tribunal . Le 25 juin 1976, la cour a rejeté une demande de la défense tendant à obtenir communication de photocopies de pièces à conviction saisies en Suisse et au Liechtenstein . Elle a déclaré que si la défense était libre de faire des photocopies de documents contenus dans quelque 149 dossiers de témoignages, une exception devait étre faite pour les pièces obtenues par voie de saisie en Suisse et au Liechtenstein, vu que certaines assurances avaient été données aux autorités de ces pays . Le 20 septembre 1976, la cour a rejeté une autre demande faite par M . Bergemann en vue de l'obtention de photocopies, faisant observer que, mis à part les pièces obtenues de Suisse et du Liechtenstein, les avocats de la défense pouvaient, à leurs frais, faire eux-mêmes des photocopies . Par ailleurs, le tribunal a rejeté une demande tendant à établir un ordre numérique des dossiers de témoignages . Le 3 septembre 1976, M . Bergemann a demandé que M . N6lkenbockhoff, qui était détenu à Bochum à l'époque, ait la possibilité d'examiner le dossier judiciaire à Essen, sans étre transféré dans la prison de cette ville . Cette demande a été retirée le 23 septembre 1976, aucune décision n'ayant été prise par la courjusqu'à cette date au sujet de la demande . A la m@me époque, M . Bergemann a demandé que M . Nblkenbockhoff soit transféré à Essen, puisqu'il insistait pour consulter le dossier.
- 189-
M . Nblkenbockhoff a eu la possibilité d'examiner le dossier les 13, 18, 20, 25 et 27 octobre 1976 . L'audience de jugement (Hauptverhandlung) a débuté le 29 octobre 1976 . Outre l'avocat qu'il avait choisi, M . Nütkenbockhoff était défendu par M . U, avocat commis d'office par la cour . Le 9 novembre 1976, la cour a rejeté une demande d'ajoumement de la procédure . Dans la mesure où les défendeurs avaient prétendu ne pas avoir eu suffisamment de temps et de moyens pour préparer leur défense, la cour a fait remarquer en ce qui concerne M . Nôlkenbockhoff qu'il était assisté d'un avocat depuis son arrestation, que cet avocat avait eu la possibilité depuis le 14 décembre 1975 de consulter les dossiers et que la confection de photocopies des documents versés au dossier après le 11 juin 1976 pour tous les défenseurs aurait abusivement prolongé la durée de la procédure . . Le procès a duré du 29 octobre 1976 au 11 juillet 1980, avec deux ou trois audiences régulières par semaine . Plusieurs centaines de témoins ont été entendus et plusieurs milliers de documents ont été lus à l'audience . Le 26 novembre 1979, la cour a rejeté une demande de M . Bergemann visant à obtenir la clôture des poursuites . La cour a déclaré que les violations alléguées du principe du procès équitable pouvaient être attaquées dans un recours formé contre la décision qu'il rendrait . Le Il juillet 1980, M . NBlkenbockhoff a été reconnu coupable de diverses escroqueries (Betrug), d'abus de confiance (Untreué) et d'autres infractions économiques . Il a été condamnÉ à 8 ans de prison . Les 4 coaccusés ont été pareillement reconnus coupables et condamnés . En ce qui conceme une série (IV) d'accusations d'escroquerie, les poursuites ont été abandonnées tandis que le requérant et ses coaccusés ont été acquittés d'autres chefs d'accusation . Le jugement comportait 579 pages . En fixant la peine, la cour a considéré comme circonstances atténuantes la très longue durée des poursuites et les quelque trois années de détention provisoire de M . Niilkenbockhoff. Tous les défendeurs ont interjeté appel . L'appel de M . N&Ikenbockhoff n'a pas fait l'objet d'une décision avant sa mort, le 13 novembre 1981 . Trois des coaccusés ont retiré leurs appels, tandis que l'appel d'un coaccusé, M . M, a été rejeté par la Cour Fédérale (Bundesgerichtshof) le 7 juillet 1982 comme manifestement dénué de fondement .
Détention provisoire de M . NülkenbockhofY M . Nôlkenbockhoff a été arrêté le 13 novembre 1974 et placé en détention provisoire . Il a été libéré sous caution à la fin mars 1977, vu que selon une expertise médicale il devait être opéré du canal biliaire . Le 21 février 1979, il a été arrêté de nouveau, puis reléché confonnément à une décision de la cour d'appel (Oberlandesgericht) de Hamm du 23 mars 1979, qui a conclu à l'absence de raison valabl e
- 190 -
d'annuler la décision de la cour du 23 mars 1977 ordonnant de surseoir à l'exécution du mandat d'arrét . La cour d'appel s'est refusée toutefois à infirmer le mandat d'arrét . Le 30 avril 1980, la cour a ordonné une nouvelle fois l'arrestation de M . N61kenbockhoff ainsi que l'arrestation de tous les coaccusés, déclarant que dans l'intervalle le Ministère public avait déposé ses conclusions et que, eu égard à la sévérité des sanctions requises, les mesures prises pour empêcher les défendeurs de fuir n'étaient plus suffisantes . Le requérant a été relâché le 26 juin 1981 pour des raisons de santé .
Communications avec la press e L'effondrement de la société Stumm et les poursuites pénales engagées contre des cadres de l'entreprise ont trouvé un large écho dans la presse, sur la base de renseignements prétendument reçus des organes chargés de l'enquête . Le 15 juillet 1976, le Minist8re public a tenu une conférence de presse pour informer le public des poursuites pénales engagées contre M . Ntilkenbockhoff et d'autres individus . Ultérieurement, M . Bergemann, avocat de la défense, a déposé une plainte pénale contre le procureur général, alléguant que celui-ci avait enfreint l'article 353d (3) du Code pénal (StGB) en révélant des parties essentielles de l'acte d'accusation . Le 4 mars 1977, la cour d'appel de Hamm a refusé d'ordonner l'ouverture de poursuites pénales . Cette cour a déclaré qu'i11a conférence de presse, seuls les chefs d'accusation (Anklagesatz) avaient été rendus publics . Ceci était compatible avec l'article 353d (3) du StGB, qui n'intérdit que les révélations sur les résultats concrets des investigations, ces révélations potivant influencer juges et jury .
Les poursuites pénales contre M . Bergeman a A la fin de juillet 1979, M . Bergemann a été appelé par le tribunal cantonal de Franefon à comparaitre le 10 septembre 1979 pour un interrogatoire sur une accusation d'escroquerie . Les poursuites avaient prétendument été engagées par le procureur qui avait signé l'acte d'accusation contre M . N8lkenbockhoff et d'autres personnes et avaient trait à une note d'honoraires soumise par M . Bergemann pour la période allant du 27 avril 1977 au 31 octobre 1978, date à laquelle il défendait M . Nôlkenbockhoff comme avocat commis d'office au titre de l'aide judiciaire . Le 2 avril 1980, le Ministère public d'Essen a déposé un acte d'accusation, mais le tribunal de district d'Essen a refusé le 9 mai 1980 le renvoi en jugement . Le tribunal a ordonné la prise en charge par le Trésor de tous les frais . Un recours fonné contre cette décision par le Ministère public a échoué . Poursultes et décisions concernant les débours de M . Nülkenbockhoff et
une demande d'indemnisation Le 5 mars 1982, le tri bunal régional d'Essen a rejeté une demande de remboursement des frais exposés dans la procédure pénale, dans la mesure où il avait été reconnu coupable en première instance et dans la mesure aussi où la procédur e - 191 -
avait été abandonnée . En outre, il a rejeté une demande d'indemnisation au titre de la détention provisoire de M . Nblkenbockhoff. Le tribunal a déclaré que, lorsqu'une procédure pénale ne peut pas étre poursuivie en raison du décès du défendeur, les frais exposés par celui-ci doivent en principe étre réglés par le Trésor . Mais une autre décision aurait pu étre prise s'il avait été presque certain que le défendeur serait condamné ou le demeurerait (wenn es . . . annàhernd sicher zu erwarten war, dass es zur Vemrteilung des Angeklagten gekommen bzw . bei einer Vemrteilung geblieben wàre) . l.e tribunal a estim6 que les arguments présentés par M . Nülkenbockhoff dans son acte d'appel contre la décision de condamnation et contre la peine à lui infligée ne justifiaient pas la conclusion selon laquelle il aurait été acquitté en définitive . Dans ce contexte, il a conféré une importance décisive au fait que trois des codéfendeurs avaient retiré leur appel . Par ailleurs, il a estimé que les arguments contenus dans l'acte d'appel concernant des violations du droit matériel n'étaient pas fondés . Pour ces raisons, la demande d'indemnisation au titre de la détention provisoire de M . Ntilkenbockhoff a été rejetée . M"'° Nôlkenbockhoff a fait appel de la décision du 5 mars 1982 pour ce qui est du rejet de la demande d'indemnisation et de remboursement des frais s'agissant de la condamnation de M . Nülkenbockhoff en première instance . Le 14 juil et 1982, la cour d'appel de Hamm a rejeté l'appel comme dénué d e fondement . S'agissant des motifs invoqués par le premier juge et du fait que dans l'intervalle l'appel du co-défendeur M avait été rejeté par la Cour fédérale le 7juillet 1982, la juridiction d'appel a déclaré à nouveau que la condamnation de M . Nôlkenbockhoff aurait été très vraisemblablement confirmée (mit annàhernder Sicherheit) si la procédure d'appel avait été menée jusqu'à son terme . Le même jour, cette juridiction a rejeté comme irrecevable un recours intenté par M . Bergemann en son nom propre concernant les frais exposés à I'occasion de la panie des poursuites qui a été abandonnée . M . Bergemann a fait valoir que M . Nülkenbockhoff lui avait cédé ses droits éventuels sur le Trésor . M . Bergemann a soulevé des objections (Gegenvorstellungen) contre les décisions du 14 juillet 1982 . Ces objections ont été rejetées par la juridiction d'appel le 2 septembre 1982 . Les recours constitutionnels des deux requérants contre la décision susmentionnée concemant la liquidation des frais et l'indemnisation ont été rejetés le 30 septembre 1982 par un groupe de trois juges de la Cour constitutionnelle fédérale (Bundesverfassungsgericht) comme n'offrant pas de perspectives de succès . Ce groupe de magistrats a déclaré que les décisions incriminées contenaient seulement un pronostic sur le résultat éventuel des poursuitespénales, au cas où celles-ci auraient été menées à leur tertne . Ce pronostic ne constituait pas une décision de culpabilité mais constatait seulement la persistance d'un soupçon ( . . . nicht die Feststellung einer Schuld, sondem lediglich die Feststellung einer fonbestehende n
- 192 -
Verdachtslage) . Ni les arguments soumis lors de la procédure pénale en appel, ni ceux soumis lors du recours constitutionnel n'obligeaient à examiner les conclusions adoptées dans le cadre des décisions taxées d'arbitraire . Dans la mesure où les décisions incriminées se référaient au fait que l'appel de M a été rejeté et que les autres défendeurs ont retiré leurs appels, les magistrats de la Cour constitutionnelle ont estimé que ce n'était là qu'un argument supplémentaire et non le fondement de ces décisions .
GRIEF S La requérante M'"0 Nôlkenbockhoff se plaint de la durée de la détention provisoire de feu son mari et laisse entendre que la santé de ce dernier s'est détériorée sous l'effet de cette détention . En outre, elle incrimine le caractère inéquitable et abusivement long des poursuites engagées contre feu son mari . Elle fait valoir que par suite des renseignéments reçus du Ministère public, son mari a été taxé d'escroc dans la presse . Du fait de sa mauvaise santé, de la brièveté de l'intervalle entre le dépôt de l'acte d'accusation et le commencement du procès, du refus de fournir à la défense les photocopies de toutes les pièces du dossier, y compris les dossiers de témoignages, son mari n'a pas été en mesure de préparer sa défense . Les copies communiquées étaient incomplètes . Il a été pratiquement impossible pour l'avocat de la défense d'exarrùner le dossier dans les greffes des tribunaux . Par conséquent, il a été impossible de contre-interroger les témoins . Néanmoins, entre octobre 1977 et juillet 1978, quelque 127 témoins ont été entendus malgré les protestations de la défense . Le tribunal de jugement n'a pas épuisé toutes les possibilités d'entendre quatre témoins résidant à l'étranger . B a tenu compte des déclarations faites par un témoin qui a été arrété dans la salle d'audience parce que soupçonné de faux témoignage . Les poursuites pénales contre M . Bergemann ont été engagées pour intimider la défense et, sur ce point, le requérant M . Bergemann prétend avoir été victime d'une violation de l'article 6 par . 3 . En dernier lieu, les requérants considèrent que les décisions d'abandonner une partie des poursuites et de refuser une indemnisation au titre de la détention provisoire de M . N6lkenbockhoff ainsi que le remboursement des dépens de M . Nôlkenbockhoff portent atteinte en particulier au principe de présomption d'innocence . Il était arbitraire de considérer le retrait des appels des trois co-défendeurs comme l'indication que M . NSlkenbockhoff aurait été reconnu coupable . Ces co-défendeurs n'ont retiré leurs appels que parce que le ministère public leur a accordé certains avantages en retour . Les requérants invoquent l'article 5 par . 3 et 6 par . 1 à 3 de la Convention .
- 193 -
EN DROIT 1 . Le requérant M . Bergemann était l'un des avocats de la défense dans le cadre des poursuites pénales contre M . Nülkenbockhoff . Comme tel, il ne peut pas être considéré comme une victime des violations de l'article 6 par . 2 et 3 de la Convention prétendument commises dans le cadre de ces poursuites pénales (cf . No 7641/76, déc . 11 .7 .76, D .R . 10 p . 224) . 2 . La requérante, Mm0 Niilkenbockhoff, s'est plainte de la durée de la détention provisoire de feu son mari . Elle peut dans cette mesure être considérée comme une victime indirecte, ayant été affectée elle aussi par cette détention . Toutefois, aucun recours n'ayant été introduit à cet égard apt?s la libération de M . Nôlkenbockhoff, le délai de 6 mois visé à l'article 26 de la Convention a commencé à courir à partir de la date de libération (No 6852/74, déc . 5 .12 .78, D .R . 15 p . 5), c'est-à-dire le 26 juin 1981, tandis que la présente requête n'a pas été introduite avant le 7 février 1983, soit plus de 6 mois plus tard . Cette partie de la requéte a donc été introduite tardivement et doit étre rejetée conformément à l'anicle 27 par . 3 de la Convention . 3 . En outre, M'"0 Ntilkenbockhoff se plaint de la durée des poursuites pénales contre son mari ainsi que de leur caractère inéquitable . La Commission estime toutefois que ces griefs sont étroitement liés à la personne de feu le mari de la requérante et que celle-ci n'a pas un intérêt juridique suffisântpour justifier leur examen pour son compte (cf. Kofler c/Italie, Rapport Comm . 9 .10 .82, D .R .,30 p . 5) . En toute hypothèse, il doit étre noté que l'affaire concernait des questions complexes et difficiles . M . Ndlkenbockhoff a été arrété le 13 novembre 1974 et l'acte d'accusation déposé le 17 mai 1976 . Cette période d'un an et demi ne peut pas être considérée comme abusivement longue au regard de l'article 6 par . I . II est exact que le procès devant le tribunal régional a duré très longtemps (du 29octobre 1976 au 11 juillet 1980), mais il s'est déroulé, semble-t-il, presque sans interruption et les audiences se sont normalement tenues pendant 2 ou 3 jours par semaine . Dans ces conditions, le grief visant la durée de la procédure devrait être rejeté comme manifestement mal fondé . En ce qui concerne les griefs relatifs à l'équité des poursuites et aux droits de la défense, la Commission a estimé que la question de savoir si le droit à un procès équitable a été respecté devrait dépendre d'une évaluation des pouisuites dans leur ensemble, vu que les erreurs commises en premiére instance peuvent être corrigées en appel . En l'espèce, M . N&Ikenbockhoff est décédé avant la fin de la procédure en appel . Il n'aurait donc pas été possible de procéder à une évaluation du procés dans son ensemble, et ces griefs auraient donc aussi dû étre rejetés comme manifestement mal fondés . - 194 -
. .,' . . . . .~T ~
= ."K4i M . . .(' l •'r ,fi ^t! Y[
. ~
.
.
..
.
.': ~
4 . La requérante, M'"° N6lkenbockhoff, s'est plainte en demier lieu que les décisions rendues dans l'affaire de feu son mari et ayant pour effet de clore les poursuites et de refuser tant une indemnisation de la détention provisoire de M . Nôlkenbockhoff, que le remboursement des frais de celui-ci, violent le principe de présomption d'innocence (article 6 par . 2), parce qu'elles sont fondées sur l'idée que M . Ndlkenbockhoff aurait été condamné ou le serait demeuré . Le Gouvernement défendeur prétend en premier lieu que la requérante, M'"° N8lkenbockhoff, ne peut pas être considérée comme victime de la violation alléguée parce que le droit garanti par l'anicle 6 par . 2 de la Convention est un droit de caractère personnel et ne peut étre invoqué que par le prévenu dans le cadre de poursuites pénales . En l'espèce, l'accusé, M . Nblkenbockhoff, était décédé avant que les décisions incriminées n'aient été rendues et par voie de conséquence, son droit d'8tre présumé innocent n'aurait pas pu être affecté . La Commission estime toutefois que les proches parents d'un prévenu, en particulier son (sa) conjoint(e) et ses enfants, ont un intérêt personnel è ce que le principe de présomption d'innocence soit respecté dans le cas où le prévenu décède avant une condamnation définitive, vu que toute déclaration enfreignant ce principe affecte non seulement la réputation du préventt mais encore dans une certaine mesure, celle de sa familld . Le requérant a intenté un recours constitutionnel qui a été rejeté par . la Cour constitutionnelle fédérale le 30 septembre 1982 . Le requérant a ainsi épuisé les recours internes au sens de l'article 26 de la Convention . En ce qui concerne le bien-fondé de ce grief particulier, la Commission estime qu'il souléve un problème complexe quant à l'interprétation et à la portée du principe de présomption d'innocence garanti par l'article 6 par . 2 de la Convention . Il s'ensuit que cette partie de la requéte ne peut pas 2tre considérée comme manifestement mal fondée au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention ; il n'y a pas d'autres raisons de la déclarer irrecevable .
.
. ~.r.~ :~,v o i'~:
: ~. .
Par ces motifs, la Commissio n
DÉCLARE RECEVABLE le grief de M"• N6lkenbockhoff selon lequel l'a rt icle 6 par . 2 de la Convention a été violé du fait des motifs .invoqués par les tribunaux allemands dans les décisions rejetant la demande de remboursement des frais exposés par M . Nôlkenbockhoff à l'occasion des poursuites pénales intentées cont re lui ; DÉCLARE LA REQUÊTE IRRECEVABLE quant au surplu s
F;
- 195 ?'e .xï} •. . ~_•:- ~. :r .,y,~ . k , . .~

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 12/12/1984

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.