Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ AMINOFF c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10554/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-05-15;10554.83 ?

Analyses :

(Art. 6-1) EGALITE DES ARMES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE


Parties :

Demandeurs : AMINOFF
Défendeurs : SUEDE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10554/83
Eva AMINOFF v/SWEDE N Eva AMINOFF c/SUED E DECISION of 15 May 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 15 mai 1985 sur la recevabilité de la requét e
Article 8 of the Convention : Decision by local authority to remove a child from its adoptive mother and to place it with foster parents, preventing any conmcr between mother and child (Complaint declared adinissible) . Article 2 of the First Protocol : Decision by local authoritv to remove a child from its adoptive mother, who complains thai the child's subsequent education is not that which she wished it to have (Complaini declared admissible) . Article 8 de la Convention : Décision de l'autorité administrative d'enlever un enfant mineur à sa mère adoptive et de le confier à des parents nourriciers, en emp@chanr tout contact entre la mère et l'enfant (Grief déclaré recevable) . Article 2 du Protocole additionnel : Décision de l'autorité administrative d'enlever un enfant mineur à sa mère adoptive, laquelle se plaini que, dès lors, l'éducation reçue par son fils a été différente de celle qu'elle désirair lui faire donner (Grief déclaré recevable).
THE FACTS
(français : voir p . 145)
The facts of the case may be summarised as follows . The applicant is a Finnish citizen bom in 1919 and resident at Liding0 in Sweden . She has an adoptive son, Alexander, who was bom in March 1969 of Finnish parents . The applicant is represented before the Commission by Mr . Lennart Hane, a lawyer practising in Stockholm .
120
The case relates to (he taking into care of the applicant's son . 7he Swedish Legislafion on Child Welfare a)
The 1960 Acr on Child Welfare ( barnavdrdslagen )
Generally speaking, it is the responsibility of each municipality (at present there are 284) to promote a positive development for the young and, if need arises, to provide good conditions for their upbringing . This responsibility was under the 1960 Act carried out by a local board, the Child Welfare Board ( bamavdrdsnd mnden) . These boards consisted of lay members and were assisted by professional social workers . A Child Welfare Board was to intervene if a person, not yet eighteen years of age, was ntaltreated in his home or otherwise treated there in a manner endangering his bodily or mental health, or if his development was jeopardised because of the unfitness of his parents or other guardians responsible for his upbringing, or of their inability to raise the child (Section 25 a) .• Inte rv ention might also take place where a person under the age of 20 needed corrective measures because of his criminal, immoral or otherwise asocial behaviour (Section 25 b) . The Child Welfare Board got information about abuse or bad conditions for children from various officials, who frequently came into contact with children, such as social workers, doctors, nurses and teachers, but also through private citizens, who had noticed maltreatment of children . The Board was also required to act e.r officio . Upon information of a possible case of maltreatment, the Board had (o car ry out an investigation without delay . This investigation had to be comprehensive and include inte rv iews with persons who could supply information, reports from medical examinations, and repons from visits to the child's home . The Board had to try to remedy the situation by preventive measures ( fdrebyggande )qtgërder) before resorting to public care . Four such preventive measures were enumerated in the 1960 Act : 1) suppon (advice, economic support, etc .), 2) admonition or warning, 3) orders pertaining to the living conditions of the child, and 4) superv ision . Only if such measures did not suffice, could the Board place the child under public care (Section 29) .* * • Secllon 25 (a) reads : "The Child welfare Board shall uke measures as provided for by Sections 76 29
a) if a person, nm yet eigh¢en years of age . is rnallreated in his home or olherwise Ireated in a manner endangering his bodily or menul health, or if his developmeni is jeopardised because of ihe unfitness of his parems or other guardians responsible for his upbringing, or of their inability to nise ihe child ." •• Secnun 29 reads : "The vouna oersun should lx uken imo public cam, if pmvenlive measuras are considered to be useless or if such measures have been tried wilhoui success ."
121
In emergency cases, the chairman of the Board could take action alone . In such a case, he had to arrange for a Board meeting within ten days to take a decision on the matter (Section 11) . According to Section 30 of the 1960 Act, children could be taken into custody for investigation provided that intervention under Section 25 was called for and immediate action was necessary to prevent dangerous consequences . Such custody could not last more than four weeks . A decision to place a child in care had to be communicated at once to the parents, and also to the child himself, if he had passed the age of 15 . If the parents would not consent to the decision, the matter had to be referred to the Regional Administrative Court (Idnsrëtten) for a review within ten days (Section 24) . The Court's decision could be appealed to the Administrative Court of Appeal (kammarrïtten) and from there to the Supreme Administrative Court (regeringsrïtten) . A child in care was under the 1960 Act entitled to good care and upbringing and to such an education as his personal capacity and other circumstances required (Section 35) . The child was to be placed in a foster home or in a suitable institution . Placement in a foster home was always to take precedence over institutional placement, where there was a choice . The Board could under Section 41 of the Act decide whether to allow the parents to see their child regularly (umgïngesrïu) . The Board decided if and when to discontinue care . However, care had to be discontinued when the child had reached the age of 18, or - if care was initiated when the child was more than 15 years old - three years after the beginning of the public care, at the latest (Section 42) . Decisions by the Board were subject to appeal to the Courts mentioned above, inter a(ia in the following cases : Decisions giving orders about the living conditions of the child, decisions on supervision, decisions rejec(ing petitions regarding orders on supervision or public care, injunctions on removal of the child from his foster home, and decisions on the visiting rights of parents . b) 7ire 1980 Act with Special Provisions on the Care of Young Persons (lagen med s5rskilda best5mmelser om vgrd av unga) As of I January 1982 the basic rules on society's responsibili ty for the young are laid down in the Social Services Act (socialtjënstlagen) . This Act thus contains provisions regarding supportive and preventive measures, which are taken with the approval and consent of the individuals concemed . What has been said above about investigations, communication and appeals procedures still applies after 1982 . Decisions that were taken under the 1960 Act, which were still valid on 31 December 1981, were considered to be decisions taken under the new Act, whether it be the Social Services Act or the Act with Special Provisions on the Care of Young Persons .
122
The latter Act is concerned only with those cases where the parents have refused to give their consent . Under Section I of this Act public care of a child may be decided , (I) if the lack of care of the child or any other condition in the child's home entails danger to the health or development of the child, provided the child is under 18 (the so-called environmenr situation), o r (2) if the child gravely endangers his health or development by abuse of drugs, delinquency or similar behaviour, provided the child is under 20 (the so-called behavioural situation) . The refomt of 1982 of the entire social welfare system also meant reorganisation of the responsible bodies . Today, a Social Welfare Council (socialntimnden) decides on child care ntatters . Otherwise, these Councils are manned in the same way as the old Child Welfare Boards, and their chairmen have the same powers as under the 1960 Act . Investigations are carried out in much the same way, and there is a staff of professionals assisting the Councils . If the Social Welfare Council deems an action necessary, the Council has to apply to the Regional Administrative Court for a decision . A difference compared to the 1960 Act, is that the Council does not make the decision itself . If the Council or the chairman of the Council has acted in an emergency situation and placed a child under public care, such an action must be confirmed by the court within two weeks . The procedure before the court is oral . Parents, witnesses and experts are present . The parents and the child are represented each by free legal counsel . The Council must present the entire contents of its investigation (including medical and other reports) and also a plan for the treatment of the child . Decisions by the court may be appealed to the Administrative Court of Appeal . If the chairman of the Council has taken an emergency decision and the Regional Administrative Coun has approved the subsequent application, appeals can be brought the same way against such a decision . Once a decision on care has been taken, the Social Welfare Council has to execute the decision, take care of the practical details of where to place the child, what education and other treatment to give him, etc . The law requires the care of the child to be carried out in such a way as to enable him to have close contact with his relatives and to be able to visit his home . This requirement may mean that the child may return to his home, after a period, to live there, although he is still formally under public care (Section 11) . Care in foster homes is under the new Act called family home care . A decision on public care has to be reviewed by the Social Welfare Council regularly, at least once a year, if the original decision was based on the environmenral ground (Section 41 of the Ordinance on Social Services) .
123
The Social Welfare Council may regulate visits to and by parents . It may also decide not to disclose the whereabouts of the child to them . Such decisions may be appealed . 7he particular facts of the instant case Alexander was adopted on 8 April 1971 when he was two years old by the applicant and her then husband . The applicant had taken care of Alexander from his birth . The adoption took place in Finland . In 1975 the Southern Social District Council (s6dra sociala distriktsndmnden) of Lidingo decided to take the applicant's adoptive son, Alexander . into care . This decision could not be enforced as Alexander, with the assistance of the applicant, disappeared from the hospital where he was staying during the period of investigation . When he returned to Lidingb in 1977, Alexander was placed under supervision .
By a decision of I I October 1979 the Council decided to take Alexander into care pursuant to Sections 25 (a) and 29 of the Act on Child Welfare . It was decided that the decision should enter into force immediately irrespective of the fact that it had not acquired legal force . As reason for the decision it was invoked that Alexander was treated at home in a manner which subjected his health to danger and that his development was jeopardised on account of the applicant's unsuitability and lack of ability to foster him . As the applicant did not consent to the enforcement of the decision, it was submitted to the Regional Administrative Court of Stockholm for determination . By decision of 30 October 1979 the Court ordered that the decision could be enforced prior to the case having been finally decided by the Court . In November 1979, the Social Council placed Alexander at a hospital for investigation . However . it appears that Alexander disappeared from the hospital on 12 November . He then appeared in Finland and a child psychiatric examination of him was sought at Helsinki University Central Hospital . On 14 November 1 979 however two Swedish social workers and two Swedish male nurses came to the hospital, fetched Alexander and brought him back to Sweden . These events were subsequently examined by the Parlimentary Ombudsman (JO) following complaints from two individuals . By decision of 24 March 1982, the Parliamentary Ombudsman stated imer alia that the decision by the Head of the Social Administration to have Alexander returned to Sweden and the enforcement of it were not in accordance with the applicable provisions, but that the Head of the Administration could not be held responsible for unlawful deprivation of liberty due to lack of intent . Nor could he be held responsible for misuse of office since the decision could not be regarded as having been to the detriment of Alexander, nor of any public interests . The Ombudsman concluded that the wrongful acts of}he Head of the Administration could be excused in the circumstances . 124
On 16 January 1980 the Regional Administrative Court held a hearing in the case . The applicant and representatives of the Social Council were heard, as well as two witnesses, one called by each side . One medical cenificale and a repon from a social expert were read out in the Coun . By judgment of 13 February 1980 the Court confirrned the decision to take Alexander into care . In the judgment the following is stated as reasons : "The Social Council has in essence referred to what appears front the documents in the case and stated the following . The Social Council decided already in 1975 to lake Alexander into care . It was however not possible to enforce the decision since the boy disappeared from the hospital where he stayed during the tinte of investigation . When Alexander returned to Lidingii in 1977 he was placed under supervision . During the linte which has elapsed since then the Social Council has received several reports from which it appears that Alexander sometimes has been left without care and is often seen in amusement arcades in central Stockholm . Funhermore the police authorities have reported that he is often wanted by lhe mother and on several occasions has been lransported to his home by the police late in the evening . It also appears that he smokes and has begged for money for food and amusements and that he sometimes is away from his home the whole of the night . From the school concern has been expressed regarding Alexander's social situation . Alexander has said that he is locked up and prevented from going to school and that he is beaten at home . Alexander lacks normal relations with friends . He is almost always aggressive in his contact with persons of his own age . He has often tried to get away from home which must be considered as a way of fleeing from a contradictory and chaotic home environment . (The applicant) has in essence submitted the following . She considers that the investigation is too biased . She admits that she has had certain problems with Alexander, inter a[ia he has been mobbed at school . She considers however that he is not disturbed . She has a positive attitude towards assisting measures from lhe authorities . She has herself, in order to help Alexander, contacted the school and his supervisor . These efforts however have not been understood in the right way . Alexander's interest in the amusement arcade arose when (the applicant) worked in central Stockholm . He visited her often at the work and discovered in due course the amusement arcade . He continued to visit this arcade also after she had stopped working in Stockholm . (The applicant) was in the beginning worried about the environment in which the boy was but after having visiled the amusement arcade herself she considered that her anxiety was exaggerated . The relation between her and her son is good and he tells her everything even if he has done something which he is not allowed to do . Mrs . K . who has been heard at the request of (the applicanl) has in essence stated the following . The last time she visited the applicant's family was in July 1978 . She lived with the fantily for three months . The relation between th e
125
mother and the son was very warm . She has never seen (the applicant) beat Alexander or lock him up . Alexander was not disobedient towards his mother . He was like all other children and did not differ in any way . He played a lot and often had friends at home . Mr . Y . who has been heard at the request of the Social Council, has in essence stated the following . He met Alexander for the first time at (the hospital) where Alexander stayed during the period of investigation . Following that, Alexander lived with (the family of the witness) for one month before he was placed in a foster home . Taking his professional role as a starting point Mr . Y . considers Alexander to be emotionally disturbed and finds himself on the level of a five to six year old child . He is egocentric, has a fragile identity and is lacking distance . He has a need of being in the centre and of feeling Utat he is loved . This is not normal for a person in the age of pre-puberty . He has a bad conception of time and distance and his conception of fairness is at a primitive level . He did not show any regret when he was found to violate prohibitions . It was not possible to trust him because he lacked the ability of putting up any demands at all . He lacks self-criticism and demands unconditional praise all the time . He is living in a limited world and a world of lies . He has not had any normal relations with the other children who stayed at the family Y . Many components in his behaviour indicate a symbiotic relation to the mother . During the time he stayed at the family Y . he showed no signs of wishing to return to his mother . Nor did he show any signs of wishing to escape despite many possibilities to do so . Mr . Y . considers it to be compatible with the best interests of Alexander that he is separated from his home environment . Substitute Assisting Chief Doctor, Mrs . H ., at the Child and Youth Psychiatric Clinic at the hospital, states inter alia the following in a medical cenificate . Mrs . H . considers Alexander to be a disturbed boy despite normal intellectual development . His emotional development has been disturbed at an early stage and in order to make it possible to help him to a normal development he ought to be laken into care for placement in a foster home with access to qualified therapeutical assistance . The Social Officer Mr . D . has stated in an opinion that the relation between (the applicant) and Alexander is such that it has had a highly negative influence on the psychological health of Alexander and jeopardises his development . Mr . D . considers that the decision submitted should be upheld . The Regional Administrative Court makes the following assessmenl . From the investigation in the case it appears that (the applicant) does not have an insight in the needs of children and that she lacks ability to set firm borderlines for Alexander's behaviour . Funhermore it appears that Alexander shows serious disturbances of an emotional character and symptoms of neglect . In view of this and of other facts which have appeared in the case it must be considered to b e
126
established that Alexander at his home is treated in such a way that his psychological health is endangered and that his development is jeopardised on account of the mother's unsuitability and lacking ability to foster him . Preventive measures, inter alia in the fornt of supervision, have been taken without leading to rectification . " Prior to this, by decision of 23 November 1979, the Social District Council decided that the applicant should not have any right of access to Alexander, and that his place of residence should not be disclosed to the applicant . The reasons for this decision were that a similar decision had been taken on I I October 1979, at the same time as it was decided to take Alexander into care . However, Alexander had on 12 November been taken away unlawfully from the hospital where he had been placed, and there were reasons to believe that the applicant had arranged it . Alexander was found in Helsinki and was retumed to Sweden on 14 November . The applicant appealed against this decision to the Regional Administrative Court, which by a judgment of 6 February 1981 rejected the appeal . The reasons were the following : "The Regional Administrative Court held an oral hearing in the presence of (the applicant) on 16 January 1980 in the case conceming (the public care) . In view of this and having regard to the extensive written material in the present case the Coun considers an oral hearing to be unnecessary for determining th e case . In view of the fact that there are seveml psychiatric reports in both the case concerning the public care and the present case the Court does not consider it necessary to make further investigations in this respect . From the documents in the case concerning public care it appears that Alexander shows serious emotional disturbances and that these were grounded at an early age . Furthermore it appears that the relation between (the applicant) and Alexander is such that it has had a highly negative influence on Alexander's psychological health and has jeopardised his development . Front the investigation in the present case it appears that the foster parents have done considerable work in order to rehabilitate Alexander, and that he develops favourably but that the development is slow and the results are fragile . Funhermore it appears that Alexander, after having received knowledge of the fact that an investigation was to be made on the issue whether the mother should be able to meet him or not, has relapsed for a certain period into his previous behaviour with anxiety . difficulties of concentration, suspicion and aggression . In view of this and of other facts which have appeared in the case the Court considers that it is not excluded that the positive developmenl which has been achieved in the foster home would be destroyed if Alexander's address was disclosed and if (the applicant) thereby had the possibility to take personal contact with Alexander . The address of the foster home ought therefore not to be disclosed at present . 127
The Court takes it for granted however that the Social Council will continuously consider whether or not and if so in which form a contact between Alexander and the mother can be established . " The applicant appealed to the Administrative Court of Appeal of Stockholm against both the decision conceming public care of Alexander and the decision conceming access to hint . The applicant requested the Court to permit a child psychologist . Mr . F ., to meet Alexander . The Court rejected the appeals by two separate judgments both dated 18 September 1981 . The judgment concerning public care states as follows in the reasons : "The Administrative Court of Appeal, which held an oral hearing on 27 and 28 August and I September 1981, does not consider that there are reasons to order further investigations concerning Alexander prior to the determination of the case . On the basis of unanimous statements by the witnesses (the Chief Doctor at the Child and Youth Psychiatric Clinic at the hospital Mrs . H ., the Child Doctor Mr . L . . Alexander's two teachers Mrs . M . and Mr . L .) and all the other facts of the case the Court considers it to be established that Alexander, at the time when he was taken into care, showed serious emotional and social disturbances . The disturbances may well be explained by the lack of treatment and fostering he was subjected to at the home . There was a considerable risk for the psychological health and general development of Alexander on account of (the applicant's) lack of ability to give him adequately the care and fostering which he needed . From 17 December 1979 Alexander was placed in a foster home . From two reports of the competent child and youth psychiatric clinic, the latest dated 26 May 1981, it appears that Alexander has developed and continues to develop in a positive direction in the foster home . In certain situations he relapses emotionally and does not react adequately which is seen as a sign of his early disturbance . He is therefore still in need of a lot of help in drawing up borderlines and establishing norms . According to the assessment of the clinic it is necessary that Alexander may stay in the safe environment in the foster home in order that his developntent is not further jeopardised . He is still considered to be too unstable to manage the further difficulty which a personal contact with (the applicant) would imply . The doctor Mrs . H ., who after almost two years has met Alexander again in August 1981, has in her testimony conftrmed the change for the better which Alexander has undergone . She has funhermore stated that it would be fatal to Alexander's psychological health and development if he should now be brought back to (the applicant) .
128
In view of what has thus appeared and of the other facts of the case, the Court considers that the relations are still such that Alexander's psychological health would be in danger and his development would be jeopardised if he was now to be returned to the care of (the applicant) . Preventive measures cannot be considered to be sufficient . The decision to take Alexander into public care should therefore be confirmed . " The following is quoted from the judgment conceming access to Alexander : "Alexander, who is now twelve years of age, has been placed in a foster home since 17 December 1979 . He has not himself disclosed his address to (the applicant) or taken any initiative to meet her . From the investigation in the case conceming public care, in particular the testimony by the Chief Doctor at the Child and Psychiatric Clinic at the hospital Mrs . H ., and the investigation in the present case it appears that an initiative for access from (the applicant's) side would not at present be suitable in view of the care and development of Alexander . (The applicant) ought therefore still to be deprived of her right of access to Alexander . His address should thus not be disclosed . " The applicant appealed to the Supreme Administrative Court which by decision of 24 February 1982 refused to grant leave ïo appeal . The applicant has submitted two expert opinions . One is dated 9 February 1981 and is issued by a doctor, who stated that after having examined the documents and medical cenificates in the file he considered that it was in no way convincingly established that the taking into care of Alexander was justified, nor that the denial of access to him for the applicant was warranted . The second report is dated 28 August 1983 and is issued by a professor in child psychiatry . She stated in short that the separation of the applicant and her son impaired the son's as well as the applicant's state of health . On 8 May 1984, Alexander disappeared from the foster home to Finland, where he is now together with the applicant . In a judgment of 20 June 1984, the District Coun (tingsrdtt) of Stidra Roslag appointed a special custodian for Alexander . The applicant appealed against this judgment to the Svea Court of Appeal (hovrïtt) . On I October 1984 the Social Council decided that the public care should be discontinued and that the Council should accept in the proceedings before the Svea Court of Appeal that thejudgment of the District Court of 20 June 1984 be repealed . In its decision the Council stated inter alia : "The Council finds that Alexander is still in need of the special care which at the time was the basis for the decision on public care . The Council is also of the opinion that a special custodian, in normal circumstances, would contribute to this in a favourable way . However since Alexander has disappeared to Finland . the Council has been deprived of its factual vossibilities to provide fo r
129
his needs in an effective way . The compulsory measures which could be used are considered to be counterproductive . Moreover, it is clear that the special custodian cannot in these circumstances fulfil his task in an adequate way, in particular since (the applicant) is completely negative to all forms of cooperation . Thus since continuing public care under the Act with Special Provisions on the Care of Young Persons Section I sub-section I, would only be a purely fortnal matter, it is appropriate to repeal that decision . For the same reason the Council finds that it should not maintain its standpoint that a special custodian should be appointed . In its assessment the Council has also had regard to the fact that Alexander is now more than 15 years of age and that he, at the latest discussion, in conflict with his previous statements, has expressed the wish to remain in his present conditions . "
COMPLAINTS The applicant complains that the Swedish authorities have subjected her son and herself to inhuman treatment . She states that the essential reason for the decision to separate her son from her is that she has written critical articles about the Swedish social system . She states that she and her son are the objects of revenge . The applicant alleges a violation of Articles 3 . 6, 8 and 10 of the Convention and Article 2 of Protocol No . I .
BEFORE THE COMMISSION The application was introduced on 10 April 1981 but was pursued only in September 1983 . The application was registered on 7 September 1983 . On 14 March 1984 the Commission decided to communicate the application to the Government for written observations on its admissibility and merits . The Government's observations were received by a letter of 25 May 1984 and the applicant's observations were received by a letter dated 13 July 1984 . Further observations were received from the applicant on 28 September 1984 and 14 April 1985 . On 12 October 1984 the Commission granted legal aid to the applicant . On 7 December 1984 the Commission decided to invite the parties to a hea ri ng on the admissibility and merits of the application .
130
At the hearing which was held on 14 May 1985, the parties were represented as follows : 77+e Gavernmen t Mr . Hans Corell Under Secretary for Legal and Consular Affairs, Ambassador, Ministry for Foreign Affairs . Agent Mr . Staffan Duhs Counsellor, Ministry for Foreign Affairs, Advise r Mrs . Genrud Holmquist Legal Adviser, Ministry of Health and Social Affairs, Advise r Mrs . Ilse Wetter Legal Adviser . Lidingii Municipality, Advise r 7ife Applicmn Mr . Lennart Hane Lawyer (advokat ) The applicant was also present at the hearing .
SUBMISSIONS OF THE PARTIE S A . The Governmen t The Government make the following general comment pertaining to all cases concerning public care pending before the Commission . The facts on which a decision of this kind is based shall appear in the court's decision . The decision is founded on evidence given at the hearing and on other information available in the Coun's file . This means that there is in principle no other way to explain the facts on which a decision or judgment is founded than to refer to the decision or judgment itself . It might be added that since decisions and judgments of this kind are public it may sometimes be that the court purposely avoids going too much into detail in order not to expose the person concerned unnecessarily . The applicant has made general allegations of a very serious nature about the reason why children are taken into custody in Sweden . The Govemment emphasise that the sole aim of the legislation in question is to protect the rights of children who are in need of protection and support . The Government refer to some figures from the Swedish Bureau of Statistics (statistiska centralbyran) on cases under the 1980 Act and submit that it emerges from (his material that the figures given by the applicant are misleading . a) The Facts Conceming the background and the facts leading to the decision on public care, the Government refer to the judgments of 13 February 1980 and 6 February 1981 of the Regional Administrative Coun, to the two judgments of 18 September 198 1 131
by the Administrative Court of Appeal, and to the decision of 24 Febrvary 1982 by the Supreme Administrative Court . The Government also refer to the investigation made by the Parliamentary Ombudsman and to his decision of 24 March 1982 . The Government summarise the facts that led to the care decision as follows : Alexander was left without care . He spent a considerable part of his time in downtown Stockholm . where he was seen begging for money and visiting amusement arcades . His mother had on occasions asked the police for assistance in finding Alexander . He was aggressive towards his peers at school . Alexander alleged himself that he was prevented from going to school and that he was beaten at home . The relationship between him and his mother was deemed to be a danger to his development . Preventive measures (supervision) did not have any effect . As the documents of the present case are so voluminous it is not possible for the Governnient to present all aspects of the case to the Commission . The Govemment therefore request the Commission to appoint one of its members or a delegation with the task of examining the files of the case . The Govemment add the following . The adoption of Alexander took place in Finland on 8 April 1971 . The applicant and her husband had however been living at Lidingti in Sweden since 1963 . The records show that they moved to Finland for a short period in 1971 . Since the applicant did not visit the Child Care Centre . an official from the Child Welfare Board made a visit to the applicant's home in February 1972 . The official was bullied by the applicant, who claimed that she was ten years younger than her trve age and that the child was hers . The case of Alexander was discussed on various occasions by the social authoritiesat Lidingti, since concemed repons came in from a doctor and the police . According to the police Alexander had left his home in 1973 on several occasions . An investigation was commenced by the social authorities . According to an examination by a child psychiatrist in October 1973, there were however no reasons from a mental point of view to take Alexander into care . In June 1974 the social authorities were alerted by the police again . The reason was that the applicant had been arrested for instigation of perjury . Actions were considered again in August 1974 by the Social Welfare Board, but none were deemed to be necessary . Alexander went to a playschool where he was considered disturbed and aggressive . He did not know his name, which was a concem to his teachers, who did their best to support him . The teacher claims that she had a hard time because of conflicts with the applicant . At this time the applicant had another man living with her, Mr . M .H . . supposedly at the same time as the husband lived there, but this is not clear . In fact, Alexander was now being brought up by the applicant and this man, a twenty-six-year-old student .
132
On 26 June 1975 two of the aoDlicant's neighbours reported on Alexander's conditions to the Social Welfare Board . Great concern was now sensed at the child welfare authority and the nei¢hbours aereed to keep contact with the Board . It tumed out that Alexander had often called the neighbours on the telephone . He cried on these occasions and said either that his mother was away or that she was asleep and that he could not wake her up . The boy often visited the neighbours where he stayed sometimes from eight in the morning until ten in the evening . Occasionally he wore strange and insufficient clothing . He also showed symptoms of fear of going home . It happened that he asked the neighbour if he could stay with them when the applicant, her husband or the student called for him . Concern was also expressed by two maids, who had been with the applicant's family between January and June, and June and July respectively . On 29 August 1975 the Social Welfare Board decided to subject Alexander to an examination . His home environment was strange, reports from the playschool showed serious misadaptation . Reports during the summer disclosed emotional disturbances and revealed beating, locking up, and forced feeding in the child's environment, which was chaotic . Scenes of fear occurred when the child was taken back to his home . The word "psychological assault" was used . The parents were forbidden to see Alexander who was fetched by a policeman on 2 Septentber 1975 . He was placed in a children's home . On 9 September 1975 Alexander was transferred to the hospital of Danderyd at the request of Dr . G .K . who performed the examination . The parents were allowed to see Alexander at the hospital . Dr . K . stated that Alexander was disturbed in his development and that his psychological development was seriously threatened . Since it was hardly probable that his home environment would improve within a reasonable time he recommended public care in a foster home and no visits trom the parents .
On 26 September 1975 the Social District Board of Lidingii decided to take Alexander into care . This decision was never enforced . On 23 September 1975 Alexander was illegally taken from the hospital and could not be found . It is believed that the student who visited the hospital together with the applicant and her husband had escaped with the boy through a window . On 7 October 1975 the applicant was found by the police in Finland where she claimed that Alexander was in Munich . It appears that the applicant and her husband returned to Lidingd in 1977 . The decision to take Alexander into care was repealed since the applicant and her husband declared their willingness to co-operate with the social authorities . However in the end they never co-operated . On 12 January 1978 the applicant and her husband divorced and the applicant was given the legal custody of Alexander . In the autumn of 1978 there were contacts between the social welfare authorities and Alexander's school . His teacher was worried, since Alexander was aggressive and showed an abnormal behaviour in certain situations . He had difficulties with his schoolmates and had fits of rage . On 13 September 1979 Dr . G .K . made an official notice to the Child Welfare Board concerninR the applicant's family . It had come to his knowledge that Alexander smoked and committed thefts . wa s 133
locked up and beaten in his home . On the same day the Lidingo police announced that Alexander had been reported as missing to the police on several occasions in the recent past . The mother had made the repotts herself, telling the police that Alexander was very interested in pinball machines and liked to hang around amusement arcades, playing and begging for money and cigarettes . According to the social welfare authorities, the applicant even encouraged Alexander to visit amusement arcades . She had also been with him there in order to satisfy herself that the environment was not all that harmful . Alexander was then ten years old . On 1 I October 1979 the Child Welfare Board decided again to take Alexander into care . Alexander was ftrst placed at the Child Psychiatric Clinic of the Karolinska Hospital in Stockholm for examination . Alexander disappeared from the hospital under uncertain circumstances and was taken into the Central University Hospital in Helsinki on the following day . Alexander was however, since he was a Swedish citizen, handed over to two social welfare officers and two male nurses from Sweden on the following day and brought back to the hospital in Stockholm . After some time at the Karolinska Hospital and with a psychologist Alexander was transferred to a foster home . The foster home was situated outside Strïngnïs about 100 km from Stockholm . Alexander stayed with his foster parents Mr . S .S . and Mrs . M .A . from 17 December 1979 until May 1984, almost five years . As regards the reasons for taking Alexander into care, the Government state that the Social Welfare Board based its decision on a medical certificate by Dr . A .N . of 4 October 1979 in which it is stated as follows : "Alexander is a disturbed boy despite unusual intellectual development . His emotional development has been disturbed at an early stage and in order to make it possible to help him to develop normally he ought to be taken into public care for placement in a foster home with access to qualified therapeutical assistance . " The Government also refer to the reasons stated in the judgments of the Regional Administrative Court and of the Administrative Court of Appeal . The Government submit that in view of what the courts have found, especially since they have been able to form their opinion after oral hearings in confrontation with persons, including the applicant, involved in this matter, there can be no doubt that there were very good reasons to take Alexander into care . As regards the conditions in Alexander's foster home the Government submit the following : The foster home is situated on an island (SelaBn) in the lake of Mâlaren about 110 km from Stockholm . When Alexander arrived at the foster home he spoke very bad Swedish . He had no real language . In order to train his Swedish it was agreed in the foster home that Alexander should keep a diary in order to practise . The idea was that the foster parents should be able to read the diary in orde r 134
to follow his linguistic training . In the beginning Alexander was ve ry afraid . He was used to sleeping in his mother's bed . According to the applicant's own information "Alexander would not be able to sleep if she was not there" . The boy was very anxious and disturbed . He tested his foster parents by lighting small fires, going on raids at night and was utterly unbalanced . For the first six months he could not even be left alone . It was decided in the foster home in agreement with Alexander that he eventually should occupy the room behind the bedroom of the foster parents . This was because they would be able to notice if he went out or needed help at night . The circumstances were rather pressing for the foster parents, since Alexander could not be left alone . However after hard work they managed eventually to get him to accept a placement at school . This went reasonably well . Alexander spent much time together with his foster father . They built a boat and Alexander proved to be very talented as a handyworker . Later Alexander said that he wanted to be a carpenter or a woodwork teacher . The family led an ordinary family life, went on outings and small trips . They kept animals at home . In the beginning Alexander used to be cruel to the animals, but after some time he was trained not to be . In the foster home discussions were held concerning norms for contacts with other people, and eventually Alexander made friends among neighbours and schoolmates . On every occasion when Alexander was asked whether he wanted to see his mother or have contacts with her, he was of the opinion that he wanted to wait . His opinion was that "she just plays tricks on me" . The foster father understood that Alexander ought to see his mother and he even met her in order to arrange a meeting but Alexander refused . Alexander never tried to contact his mother . Since she looked for him around the country he had to attend the school under name of his foster parents . It appears that Alexander wanted this himself. Due to a mistake however by a child psychiatric office the mother found out where Alexander was . After this the foster parents, neighbours, relatives and the personnel at Alexander's school were persecuted by telephone calls from a woman . This woman had, like the applicant, a Finnish dialect and she claimed to represent various authorities . In view of the allegations that Alexander has been kept out of school by his foster parents the following information is submitted . Alexander arrived in his foster home in 1979 . During the spring term of 1980 the child psychiatrist at Eskilstuna, a neighbouring town, who supervised Alexander in the foster home, made the assessment that he could not go to school immediately but must have teaching at home . Much work was invested both by the school and the foster home in finding suitable literature, especially since Alexander's language was poor . At the outset of the autumn term 1980 it was deemed that Alexander had reached the fifth form level, which is normal for a twelve-year-old child . He was successively introduced into school but teaching was still delivered in his home . He had separate teaching by his form master, because it was considered that he coul d 135
not adapt to teaching in a group . In the spring term of 1981 he attended school like any youngster . Alexander went to school for the whole of the 1981 spring tertn and the autumn and spring terms of 1981-82 in the sixth form . He was considered an average pupil . He advanced although he had some problems with some classmates . At the outset of the autumn term 1982 Alexander was to start in the seventh form . That meant that he had to change school . The new school was situated in another city, Mariefred . The journey to school was longer, which was the same for other pupils . The adaptation between the sixth and the seventh form is usually quite a strain on all pupils in Sweden . It turned out that Alexander became a member of a gang of pupils who occupied themselves by frequenting amusement arcades, stealing etc . The foster parents were very concerned and efforts were made both by them and the school to sort things out . The school authorities decided that Alexander should stay at home during the spring term of 1983 and be taught there . This decision was taken by the school authorities . The idea was that Alexander was to be introduced to another school at the outset of the autumn term 1983 . He then started at a school at Strtingnds . He attended the school the whole autumn term and obtained a reasonably good report . However, in December 1983, a very sad thing happened . Alexander apparently told a classmate that his foster father had beaten him with a chain . There was an investigation . and Alexander was examined by a doctor or a school nurse . In the end it tumed out that there was no truth whatsoever behind Alexander's allegations, and according to the psychiatrists, Alexander lost prestige before his classmates . Things began to disappear in school and the foster father found a wallet in his home which did not belong there . The foster parents were very hesitant at the prospect of Alexander returning to school during the spring term and those concemed were of the opinion that some kind of special arrangement had to be made for ihe spring term . On the part of the school, special resources for teaching were suggested . The foster father, however, was of the opinion that it was better if certain teaching was performed at home . This was eventually decided . During spring there were also discussions about "a reunification programme" . This was suggested by a psychologist Mr . S .H . Alexander was however very firm in his opinion that he did not want to see his mother, and he repeatedly refused to take part in the reunification process . In the foster home Alexander had a bike and later also a small motorbike . From time to time he used to bike to school . He stayed overnight with schoolmates also during some weekends . He was free to move about on his small motorbike . He attended sailing camps and travelled abroad with his foster parents . He also visited Stockholm with his foster father . In reply to the allegations that Alexander was kept prisoner in his foster home it is submitted that it rather seems as if Alexander chose to be with the foster parents and that he felt safe there . In May 1984 Alexander was heard by a District Court in connection with the question of legal custody of him . It appears from the transcripts of the tapes submitted by the applicant that Alexander felt quite at home with his foster parents an d
136
that he did not want to be with the applicant . The Govemment refer to the judgment by the District Court of 20 June 1984 and the statements made therein by the District Court . The Government note that the District Court, after hearings lasting for six days, came to the conclusion that the applicant was not suitable as legal guardian for Alexander . The Court found that the applicant's criticisms against the authorities had been grossly exaggerated . On the other hand the court, to a certain extent, adhered to the opinion that some actions and deliberations were less well advised . Especially, the Court could not understand why the authorities, on some occasions, had refused experts permission to see Alexander . Conceming the main issue however the Court expressed the following : "From the applicant's point of view it is understandable that she also wants to use inappropriate methods in order to get her son back, and it cannot be denied that her love for the son is great . On several occasions however she has shown that she cannot realise that her son has been psychically maltreated and that he ought to be taken care of in calmness for examination and treatment . Several people heard in the case have expressed the view that the applicant is "obsessed" by the thought of having her son back or that her efforts have been "intellectualised" to the extent that they have become more of an idea than a real concem for Alexander . This opinion goes well with other observations, according to which the applicant earlier was more interested in her son's intellectual capacity than in his security and state of mind . The Court can hardly imagine that the applicant against this background could be a suitable guardian in case she would be granted the guardianship" . Alexander disappeared from his foster home in May 1984 and as far as the Govemment are informed he is now living with his mother in Finland . In a decision of I October 1984 the Social Council decided that the public care of Alexander should be discontinued and that the Council should accept before the Svea Court of Appeal that the judgment of the District Court of 20 June 1984 should be repealed as regards the issue of the legal custody . The Govemment refer to the reasons indicated in the decision of the Social Council . b) Adntissibility and Merits The Government reserve their position as regards the documents etc . submitted by the applicant on 14 April 1985 . The Govemment have no objections to the admissibility of the application as regards the sir months rale and the domestic remedies rule with respect to the issues under Article 8 . In the opinion of the Govemment the decision on public care, as well as that of taking Alexander into custody for investigation, was in conformity with the 19 60 Act on Child Welfare and justified also with respect to Article 8 of the Convention . The same applies to the decision to refuse the applicant access to Alexander .
137
In this context the Government refer to several decisions of the Commission, inter alia, eg . No . 6854/74 (Dec . 29 .9 .76 . D .R . 7 p . 81) and No . 8924/80 (Dec . 10 .3 .81, D .R 24 p . 183) . The Commission has constantly held that decisions to take children away from their parents . placing them under public care, is an interference with Article 8 of the Convention . But the Commisssion has also held that the circumstances of the case, the facts about the children's situation, and the investigation showed that the authorities' decisions were justified under paragraph 2 of Article 8, by the need to care for the health of the children . As regards the alleged violation of Article 3, the Govenunent contest Lhat this Article has been violated . Reference is made in particular to the investigation made by the Parliamentary Ombudsman . The Govemment submit that in any event this complaint is inadmissible for failure to exhaust domestic remedies . It appears that the applicant has not even reported her allegations to the police . c) Conclusio n The Government conclude Lhat the application should be declared inadmissible, and that, as regards the merits, there has been no violation of the Convention . B.
The App(ican t
The applicant states that she took care of Alexander from his birth, but the adoption took some years to complete formally . Mr . M .H ., to whom the Government have referred, lived with the applicant's family and was partly brought up by the applicant . The husband left the home in 1973 although the legal divorce was only completed in 1978 . At the end of January 1984 the applicant obtained knowledge of the secret foster home in which Alexander had been placed since 1979 . The applicant submits that previously Swedish law was based on written law with clear definitions and very careful descriptions in the law as regards the right of the State to interfere with human rights . As regards children and the family, two changes have occurred which have had disastrous consequences for human rights . First, there is a completely new language, a whole battery of terms and a number of experts who exclusively and alone interpret these terms . The right of the family and the children's fundamental rights to live together with their parents at home were changed radically around 1972-73 . It was not necessary to change the law, it was sufficient with a pilot case, in which a child was taken away only on account of "emotional" problems . Thereafter it has been very difficult for parents and children to defend their mutual connection . It is submitted Lhat it is slightly misleading against this background to say Lhat the criteria are the same in the 1960 Act as in the 1980 Act . Under the new Swedish system the rights do not play any role . The lawyers cannot help their clients and the Courts are completely in the hands of the experts . All these experts are paid by the public, thereby becoming public experts and they
138
are not accessible for the parents or the lawyers . In practice this means that the forrnal description of the Swedish system is correct . There are a lot of formal rights, but there are no substantial rights . There are no strict rules which protect the childfantily unit . You only have the formal right to go to court in every respect . To be a foster parent in Sweden is probably the most profitable business . In this case the authority paid to the foster father around 8,000 Swedish Crowns a month, half of which was not subject to taxation . At the same time two to three other children were kept in the foster home . This means that the foster parents had an income of 32 .IX70-35,000 Swedish Crowns per month, half of which was not subject to taxation . The Government refer to the dossier in general as evidence of the specific reasons for the decisions concerning Alexander . In doing so, the Govemment in practice deny the applicant the right to answer all their charges . The dossier contains, inter alia, two documents written by social workers, one dated in September 1975 and the other in October 1979 . It is on these documents that the Social Welfare Council of Lidingti based its decision to separate Alexander from the applicant, and it is also on these documents that the experts, who supported this decision in the courts, based their opinion on her . The authors of these documents are the social workers who were primarily concerned with taking the child from her . They make her appear as an extremely unpleasant person, to a great extent by quoting what they allege that she has said to them or by quoting what they allege that other persons have told them she has said . Sometimes they allege that other persons have said to them that she has done this or that . To the extent that these statements have not been examined by the couns, they should not give rise to any conclusion to the effect that the applicant is unsuitable to have charge of her child . These documents have been drafted only after Alexander had been separated from his ntother . It is very easy for the social workers who wrote these reports and who clearly want the court to condone their prior action in abducting the child to present a biased point of view or an incorrect statement of what others have said . Even when their report correctly records what the witness said, the statement itself may be untrue . For example, the dossier correctly records that Doctor K . gave as his reasons . inter alia, for recommending immediate and urgent abduction of Alexander that he was beaten in his home and that the applicant was continuously drunk . Doctor K . had seen neither Alexander nor the applicant for four years when he made this statement and he later admitted to the Chancellor of Justice (justitiekanslern) that the statement was untrue when the applicant brought this to the latter's attention . The Chancellor of Justice, however, did not find this a cause for censuring the doctor . He found that Doctor K . had not committed any wrong in giving false and damaging information, presumably because he thought the end justified the means . The applicant objects to the Govermnent's presentation of the specific facts that led to the care decision . She did not leave Alexander without care . On the contrary, the evidence, available in the file, is that she was very energetic in trying to solv e
139
the problems due to the fact that Alexander was bullied by other boys in his school and was therefore depressed and restless . She was frequently in contact with his teacher and suggested different ways of dealing with the situation, eg . that they would arrange for Alexander to go home by taxi after the classes . On the occasions in September 1979, when he lingered in an amusement arcade, playing pin ball instead of going home to have supper, she asked the police to go there and tell Alexander and the other children to go home . She had planned for Alexander and herself to go to Bolivia, where she could work and she had arranged Por him to go to a Swedish school there . That would have saved him from the bullying boys in the Lidingb school, and it is highly probable that this would also have put an end to his depression and restlessness . He was very happy about the joumey, and it was a terrible shock for him - as well as for the applicant - when he was violently fetched by the police in his school on the very eve of their planned departure . The applicant very much doubts that Alexander said that he was prevented by her from going to school and that he was beaten up at home . These allegations on the part of the Government are based on third hand information and are, most likely, due to lies . They have never been examined by the courts . No evidence or sign of beating has ever been found on the boy as long as he was in the applicant's care . The couris, which have examined the decision to take Alexander into care and to keep his foster home secret, have been biased . They have accepted the local social authority's allegation that the applicant was a danger to Alexander's development on the basis of the opinion of so-called experts, Mrs . H ., a doctor, and Mr . Y, a psychologist . Neither of them had ever examined her . Their opinion is based on what the social workers told them about the applicant . The Regional Administrative Court did not take any notice of the witness who gave evidence in favour of the applicant . The Administrative Court of Appeal took no notice of Doctor F .'s opinion . The laner is a Swedish expert in child and adult psychiatry, who after having examined the applicant gave the opinion that she is "a highly educated and intellectual woman and an emotionally very warrn person, very capable of bringing up a child with full responsibility for the child's best possible intellectual and emotional development" . The courts have shut their eyes to the fact that one of the reasons mentioned by the social workers for taking Alexander into public care in 1979 was that the applicant had recently published, in Finland, some articles which, according to them, "exposed Swedish social authorities generally and, in particular, the social office at Lidingti to pure slander" . The courts as well as the Ombudsman failed to see that such a ground for taking a child away from his home is a violation of the freedom of expression . On the whole, the social workers have for many years acted against the applicant in a spi rit of vindictiveness and totalitarian ideas . Thus the wri tt en report by the social workers of 1975 shows that they disapproved of her wish to give Alexander an intemational education . It appears from this repo rt that the first examination taking half a ye ar - of Alexander's situation was initiated only because a distri ct 140
nurse had reported, in Febtuary 1972, that the applicant spoke English to the boy and that he had no playmates . Nothing was, however, then found that could justify any suspicion that anything was wrong . It appears from the same report that the social workers were hostile to her placing Alexander in the Anglo-American school in Stockholm . They report that for two years they tried to "motivate" her to move him to a daycare centre - when he was too old for that, to a playschool - run by the municipality . The fact is that they harassed her so much that finally she gave in and put him in a playschool run by the municipality and, later, in a school rUn by the municipality . She now regrets this very much, since Alexander would, no doubt, never have been bullied by his schoolmates, had he continued in the Anglo-American school, where he would not have appeared "odd" because of his international background, which was the case in the municipal school . The applicant submits that she has been deprived of her child, not because of lack of care, but because she wished to give the child an intellectual education . She has appealed to the authorities that Alexander, at her own cost, should be placed either in the Karlsson's school in Stockholm or the Lundsberg's school in Vtirrnland . However, the applicant's intentions as regards her child were disliked by the officials who are the ones who effectively have been deciding in the case . In order to prevent the applicant from deciding on the child's education it was decided to take the child into care and to subject him to treatment which would diminish his character . In order to avoid the influence of the applicant the contact between the mother and child was completely disrupted . No letters were permitted, and the mother was not allowed to know about the whereabouts of the child . The custody of the child was awarded to a habitual criminal offender, a person who had undergone long term prison sentences . The woman who, without being married to him, lived with him was also convicted . The child was kept as a prisoner on an island for one and a half years . He was even deprived of normal schooling . The child was subjected to assault and forced labour on a boat . He was inter alia hit by a steel wire . The intention was to make him a labourer instead of an intellectual . He was even deprived of his name . During the last years in the foster home the foster parents had separated . The foster mother had married another man . Moreover, Alexander was the first child of such a tender age who had been placed in this foster home . The other children were older and were often criminals or prostitutes . The foster father was particularly talented to frighten such young persons, and he frightened Alexander so that he would not escape . The applicant's sad case has as a prerequisite the fact that it is impossible to have an intpartial examination of the measures taken by the authorities . The proceedings before the administrative courts are in principle written . The experts of the authorities enjoy an unreasonable confidence with the courts . What they say in certificates is generally accepted . Independent experts in child welfare and education are rare, since there is no market for such experts outside the public sector . In addition, the courts tend to disregard what the independent experts submit . Sometimes the y 141
even refuse to hear such experts . Furthermore, the applicant's critical newspaper articles in Finnish press have caused revenge from the authorities which has been accepted in the courts . The courts have basically read the case, including newspaper articles, and not heard the case . It is submitted that the applicant's freedom of expression has been violated . Alexander was forced to change his name to Svensson . It is disputed that the child psychiatric clinic of Eskilstuna advised that Alexander should not attend school . The clinic was engaged in the matter at the end of 1980 on request of the Coun in order to investigate whether it was warranted from a medical and psychological point of view that the applicant was not allowed to have any contact with her child . At the time of Alexander's successful escape on 8 May 1984 proceedings were going on before the District Court of Siidra Roslag . The Social Welfare Council of Lidingd had applied to the court to withdraw the applicant's still remaining authority to act for Alexander in strictly legal matters . Alexander was heard by the court on 7 May . He only dared to say what the foster father and the social workers wanted him to say ; that he was perfectly happy in the foster home and that he did not want to have anything to do with his mother . Alexander escaped from the foster home the following day . The applicant played no part in initiating this escape, but of course helped him as soon as he contacted her after his escape . She had not been permitted to see him, let alone speak to him, during the court proceedings, and had not seen him for more than four and a half years . He had managed to contact her in secret on the telephone sometimes, but that was very seldom and the last time she had spoken to him was about two months before his escape . His escape was planned and executed by him of his own will . The applicant refers to several incidents of alleged ill-treatment of Alexander in the foster home . The conditions in the foster home came to the attention of the responsible social councils and on 5 May 1983 a meeting with social welfare officials from different Councils was held at Strïngnas . At least one social council decided that the child which it had placed in Alexander's foster home should be taken away immediately as a result of ill-ireatment . However, although the Liding8 Social Council was recommended to take Alexander away, he nevertheless stayed in the foster home . It is submitted that Alexander was not permitted to attend school during 1980 and 1981, and part of 1984 . The applicant has always endeavoured to ensure to Alexander a deep cultureoriented upbringing with intemational contacts and training in different languages . The choice of the foster home was completely contrary to the wishes of the applicant . 142
When, after his first year in the foster home, Alexander was allowed to go to school, he was rigidly supervised even there and had no chance to escape . He was not allowed to make any telephone calls from the school or to go to a school outing without his foster father being present . Thus he has lost a lot of schooling . One of his teachers has reported that she was never allowed to talk to him on the telephone, when she called the foster home in order to discuss some matters with him . The applicant was anxious to have an independent report on her child's conditions . The Social Welfare Council, supported by the court of second instance, did not permit Doctor F ., a Swedish child psychiatrist, to see Alexander in 1981 . In September 1982 a Finnish professor of child psychiatry, Mrs . K ., came to Sweden in accordance with an agreement with the chairman of the Social Welfare Council in order to meet Alexander . But she was not allowed to see him, after two social workers, Doctor H . (the child psychiatrist who had recommended the decision to take Alexander into public care), and two supervising authorities had all warned that it would be dangerous for Alexander to meet Professor K . The same thing happened in January 1984, when Mrs . Birgitta Wolf from Murnau in Germany had come to Sweden in order to meet Alexander in the foster home . However, she - who is an intemationally famous person committed for thirty years to work for humane treatment of prisoners - put political pressure on the Social Welfare Council and finally managed to be allowed to see Alexander and the foster parents - but not in the foster honte . She had to go to an hotel in Uppsala . She has described what happened in three newspaper articles, to which the applicant refers . As regards the issue under Article 8 para . 2 it is submitted that the physical investigations which were made in 1975 and 1979 showed that Alexander was healthy without any signs of ill-treatment . The apprehension of Alexander is said to have been made to help Alexander's psychological health or protect hint from the detrimental influence of the applicant . It was said that Alexander should be placed in a foster home with access to qualified therapeutical assistance . The applicant submits with reference to several statements by child psychiatric expens that the reasons given were completely unfounded and even counterproductive . The correct description of the investigation made is in the applicant's opinion "misuse of psychiatry in isolation front home and fantily" . To defend the public care decision by invoking that it was necessary in a democratic society is nothing but a scandal . In spite of the recommendation by Doctor H . that Alexander should be placed in a foster home with access to qualified therapeutical assistance, he did not even meet a child psychiatrist or psychologist until November 1980 and then only in order to be examined . In summary, this is a flagrant case of violations of Articles 3, 6, 8 and 10 of the Convention and of Article 2 of Protocol No . 1 . 143
THE LAW 1 . The applicant complains that the taking of her son into care is a violation of Article 8 of the Convention . She also complains that the denial of access to the son when he was in public care is a breach of Article 8 . Article 8 of the Convention reads : "1 . Everyone has the right to respect for his private and family life, his home and his correspondence . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessary in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of the country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health and morals, or for the protection of the rights and freedoms of others . " The Government have submitted that the applicant's complaints under Article 8 are inadmissible as being manifestly ill-founded . The Commission considers that the applicant's complaints raise issues of fact and law, which are of such complexity that their determination should depend upon an examination of the merits . This part of the application is therefore not manifestly ill-founded and must be declared admissible, no other ground for declaring it inadmissible having been established . 2 . The applicant has also alleged a violation of Article 2 of Protocol No . I . This Article reads as follows : "No person shall be denied the right to education . In the exercise of any functions which it assumes in relation to education and to teaching, the State shall respect the right of parents to ensure such education and teaching in conformity with their own religious and philosophical convictions . " Having examined the parties' submissions under Article 2 of Protocol .No . I the Commission considers Ihat an issue arises as to whether the Social Council, during the time when the applicant's child was in public care has shown due respect for the applicant's rights under Article 2 of Protocol No . I . The Commission considers that this issue raises difficult questions of fact and law which are of such complexity that their determination should depend upon an examination of the merits . This part of the application is therefore not manifestly ill-founded and must be declared admissible, no other ground for declaring it inadmissible having been estiblisheti . 3 . The applicant has also alleged that Atticles 3, 6, and 10 of the Convention have been violated . The facts on which the applicant bases her allegations of breaches are 144
largely the same as those examined above under points I and 2 . The application is therefore also admissible in this respect . For these reasons, the Commission DECLARES THE APPLICATION ADMISSIBLE without prejudging the merits of the case .
(TRADUCTION)
EN FAIT Les faits Je la cause peuvent se résumer comme suit : La requérante est une ressortissante finlandaise, née en 1919 et habitant Lidingb en Suède . Elle a un fils adoptif, Alexandre, né en mars 1969 de parents finlandais . Elle est représentée devant la Commission par Me Lennan Hane, avocat à Stockholm . L'affaire concerne le placement du fils de la requérante à l'assistance publique . La législation suédoise sur la protection de ('enfance . a) La loi de 1 960 sur la protection de ('enfance (barnvârdslagen) D'une manière générale, il revient à chaque municipalité (il en existe actuellement 284 en Suède) de favoriser l'épanouissement des jeunes et, le cas échéant, de fournir les conditions propres à leur éducation . La loi de 1960 confie cette responsabilité à une commission locale, la commission de protection de l'enfance (barnav9rdsnàmder), composée de non-spécialistes et assistée par des travailleurs sociaux . La commission de protection de l'enfance doit intervenir si, chez lui, un mineur de 18 ans est maltraité ou traité de manière nuisible à sa santé physique ou mentale, ou si son développement est compromis en raison de l'inaptitude de ses parents o u 145
tuteurs chargés de son éducation, ou en raison de leur incapacité à élever l'enfant (article 25 a»* . La commission peut également intervenir lorsqu'un mineur de 20 ans nécessite des mesures de redressement en raison de son componement délinquant, immoral ou asocial (article 25 b)) . La commission de protection de l'enfance obtient ses informations sur les sévices ou mauvais traitements à enfants par les membres de diverses professions sociales souvent en contact avec les enfants (travailleurs sociaux, médecins, infirrniers et enseignants), mais aussi par de simples particuliers qui ont remarqué ces pratiques de mauvais traitements . La commission est également tenue d'agir d'office, le cas échéant . Dès qu'elle est informée d'un cas éventuel de mauvais traitement, la commission doit immédiatement procéder à une enquête, qui sera exhaustive et comportera des entretiens avec les personnes susceptibles de fournir informations, rapports médicaux et rapports de visite au domicile de l'enfant . La commission doit essayer de remédier à la situation par des mesures préventives (fdrebyggande âtgàrder) avant de recourir à l'assistance publique . la loi de 1960 énumère quatre de ces mesures préventives : I) soutien (conseil, soutien financier, etc . . .) . 2) avertissement, 3) ordonnance sur les conditions de vie de l'enfant et 4) surveillance . Ce n'est que si ces mesures ne suffisent pas que la commission doit placer l'enfant à l'Assistance publique (article 29)** . En cas d'urgence, le président de la commission peut prendre les mesures nécessaires . Il prévoit alors, pour décider de la question, une réunion de la commission dans les dix jours (article 11) . Selon l'article 30 de la loi de 1960, les enfants peuvent être placés sous bonne garde pour les besoins de l'enquéte, à condition que l'intervention prévue à l'article 25 soit nécessaire et que des mesures immédiates soient prises pour prévenir des conséquences dangereuses pour l'enfant . Cette garde ne doit pas durer plus de quatre semaines .
• L'article 25 x) est einsi libellé :
-ta comniission de protection dc l'enfance prend les mesures prévues aux anicles 26 à 29 : a) si . chez lui, un mineur de 18 ans ut maltraité ou inité de manière nuisible à sa sanié physique ou menule uu si son développement es t compromis en raison de l'inaptitudc de ses parents ou tuteurs char gés de son éducation ou en aison de leur incapacité à 8ever l'en(ani . •• L'article 29 est ainsi libellé :
- tc jeune doit étre pris en charge par l'assistance publique si les mesures préventives santjugées inutiles ou si elles se sont révélées vaines .-
146
La décision de placer l'enfant à l'Assistance publique doit être communiquée immédiatement aux parents et également à l'enfant si celui-ci a plus de 15 ans . Si les parents ne donnent pas leur consentement à cette décision, l'affaire doit étre portée devant le tribunal adntinistratif régional (lënsràtten) qui statue dans les dix jours (article 24) . II peut être fait appel de la décision du tribunal devant la cour d'appel administrative (kammarrëtten) puis devant la Cour administrative supréme (regeringsràtten) . Selon la loi de 1960, l'enfant placé à l'Assistance publique a le droit d'ètre soigné et élevé convenablement et de recevoir l'éducation requise par ses aptitudes personnelles et par les circonstances (article 35) . L'enfant doit être placé chez des parents nourriciers ou dans un établissement convenable . La première solution est toujours préférée lorsqu'il y a le choix . Selon l'article 41 de la loi, la commission doit décider si les parents sont autorisés à voir régulièrentent l'enfant (unigàngesràtt) . La coniniission décide de l'interruption éventuelle de l'assistance publique e t du moment pour ce faire . L'assistance prend fin de toute manière si l'enfant atteint lâge de dix-huit ans ou, si l'enfant a été placé après ses quinze ans, trois ans au plus tard après le placement à l'assistance (article 42) .
Les décisions de la commission sont susceptibles de recours devant les tribunaux susmemionnés, notantment dans les cas suivants : décisions réglant les conditions de vie de l'enfant ou sa surveillance, rejetant des réclamations concernant les ordonnances de surveillance ou de placement à l'Assistance publique, injonctions concernant l'enlèvement de l'enfant de son foyer nourricier et décisions concemant le droit de visite des parents . b) La loi de 1980 ponant dispasirioas spéciales sur l'assistance aux jeunes (lagen nted sàrskilda bestëmmelser om vârd av unga ) A panir du ler janvier 1982, c'est la loi sur les services sociaux qui a posé les règles fondamentales de la responsabilité de la société vis-à-vis des jeunes (socialtjànstlagen) . Ce texte contient donc des dispositions sur les mesures de soutien et de prévention .prises avec l'approbation et le consentement des individus concernés . Les dispositions précédemment exposées sur les enquétes, les procédures de communication et de recours restent valables après 1982 . Les décisions prises en vertu de la loi de 1960 et toujours en vigueur au 31 décembre 1981 ont été considérées comme des décisions prises en vertu de la législation nouvelle, qu'il s'agisse de la loi sur les services sociaux ou de la loi portant dispositions spéciales sur l'assistance aux jeunes . 147
Ce dernier texte ne concerne que les cas dans lesquels les parents ont refusé leur consentement . Selon l'article I de cette loi, le placement d'un enfant à l'Assistance publique peut être décidé I) si l'absence de soins ou tout autre état de l'enfant à domicile entraine un risque pour sa santé ou son développement, si l'enfant a moins de dix-huit ans (ce qu'on appelle une situation de milieu de vie) , ou 2) si l'enfant compromet gravement sa santé ou son développement par la drogue, la délinquance ou un comportement analogue, et s'il a moins de vingt ans (ce qu'on appelle une situation de comportement) . La réforme de la totalité du régime d'assistance sociale, menée en 1982, s'est traduite également par une restrucmration des organes responsables . Aujourd'hui, un conseil de protection sociale (socialnifmnden) décide des questions de protection de l'enfance . Ces conseils ont la méme composition que les anciennes commissions de protection de l'enfance et leurs présidents les m@mes pouvoirs que ceux que leur donnait la loi de 1960 . Les enquètes menées pour beaucoup selon les mêmes modalités et divers spécialistes assistent ces organes . Si le conseil de protection sociale juge nécessaire d'agir, il doit s'adresser au lribunal administratif régional qui décidera . La différence avec la loi de 1960, c'est que le conseil ne prend pas lui-même la décision . Si le conseil ou son président a agi en situation d'urgence et placé l'enfant à l'Assistance publique, ces mesures doivent être entérinées par le tribunal dans les quinze jours . Devant le tribunal, la procédure est orale . Parents, témoins et experts assistent à l'audience . Parents et enfant sont représentés chacun par un avocat librement choisi . Le conseil doit présenter la totalité de son enquête (y compris les rapports médicaux et autres) et exposer également un plan de traitement de l'enfant . Les décisions du tribunal sont susceptibles d'appel devant la cour d'appel administrative . Si le président du conseil a pris une décision en urgence et que le tribunal administratif régional l'a approuvée, la décision est susceptible de recours selon les mêmes modalités . Une fois prise la décision de placement à l'Assistance publique, le conseil de protection sociale doit exécuter cette décision, s'occuper des détails pratiques (lieu de placement, type d'éducation et autre traitement à lui donner, etc .) . La loi exige que l'aide à l'enfant soit assurée de manière à lui permettre de maintenir des contacts étroits avec ses parents et de leur rendre visite . Cette condition peut se traduire par une possibilité de retour de l'enfant chez ses parents pour y vivre après une certaine période, tout en restant formellement à la charge de l'Assistance publique (article 11) . Le placement en foyer nourricier s'appelle dans la nouvelle loi placement familial . 148
La décision de placement à l'Assistance publique est régulièrement revue par le conseil de protection sociale, une fois par an au moins, si la décision initiale a été prise pour des raisons de ntilieu de vie (article 41 de l'ordonnance sur les services sociaux) . Le conseil de protection sociale peut réglementer les visites faites aux parents et par eux à l'enfant . Il peut également décider de ne pas révéler aux parents le lieu où se trouve l'enfant . Ces décisions sont susceptibles de recours . Les faits propres à l'affaire Alexandre fut adopté à l'àge de deux ans le 8 avril 1971 par la requérante et l'homme qui était alors son mari, mais dés sa naissance, la requérante avait pris soin de l'enfant . L'adoption eut lieu en Finlande . En 1975, le conseil de protection sociale du district de Lidingô-sud (sôdra sociala distriktsndmnden) décida de placer à l'Assistance publique le fils adoptif de la requérante, Alexandre . Cette décision ne fut pas suivie d'effets car la requérante aida l'enfant à disparaitre de l'hôpital où il était gardé pendant l'enquête . Lorsqu'il revint à Lidingà en 1977, Alexandre fut placé sous surveillance . Par décision du II octobre 1979, le conseil décida de placer Alexandre à l'Assistance publique conformément aux articles 25 a) et 29 de la loi sur la protection de l'enfance . Cette décision devait entrer en vigueur immédiatement, indépendamment du fait qu'elle n'avait pas acquis force légale . Elle était motivée par le fait qu'Alexandre était traité à la maison d'une manière qui nuisait à sa santé et compromettait son développement eu égard à l'inaptitude de la requérante à s'occuper de lui . La requérante n'ayant pas donné son consentement à l'application de cette décision, l'affaire fut soumise au tribunal administratif régional de Stockholm . Le 30 octobre 1979, le tribunal ordonna d'appliquer la décision avant que le tribunal ne tranche de maniére définitive . En novembre 1979, le conseil de protection sociale plaça Alexandre dans un hôpital pour procéder à une série d'enquéte . Le 12 novembre cependant, l'enfant disparut de l'hôpital . Il réapparut en Finlande et fit l'objet d'un examen psychiatrique au centre hospitalo-universitaire d'Helsinki . Le 14 novembre 1979, deux travailleurs sociaux et deux infirmiers suédois arrivérent à l'hôpital pour y prendre Alexandre et le ramener en Suède . Ces événements firent ultérieurement l'objet d'un contrôle par le Médiateur, saisi de deux plaintes émanant de particuliers . Le 24 mars 1982, le Médiateur déclara notamment que la décision du directeur des services sociaux de ramener Alexandre en Suède et l'exécution de cette décision n'étaient pas conformes aux dispositions en vigueur, mais que le directeur ne pouvait néanmoins pas étre tenu pour responsable d'une détention irrégulière, le propos n'ayant pas été délibéré . Le directeur ne pouvait pas non plus être responsable d'u n 149
abus de pouvoir car la décision ne pouvait pas être considérée comme prise au détriment d'Alexandre ni de la société . Le Médiateur conclut que les actes abusifs du directeur des services sociaux étaient excusables vu les circonstances . Le 16 janvier 1980, le t ri bunal administratif régional tint audience dans cette affaire . La requérante et les représentants du conseil de protection sociale furent entendus, ainsi que deux témoins, un pour chaque panie . II ne fut donné lecture à l'audience que d'un seul cenificat médical et du rapport d'un expe rt d'action sociale . Par jugement du 13 février 1980, le tribunal confirrna la décision administrative de placement d'Alexandre à l'Assistance publique . Le jugement était ainsi motivé : . En substance, le conseil de protection sociale s'est référé aux é léments du dossier et déclare que . dès 1975, il avait décidé de placer Alexandre à l'Assistance publique . Il ne fut cependant pas possible d'appliquer la décision puisque l'enfant disparut de l'hôpital où il séjournait pendant la durée de l'enquête . Lorsqu'il revint à Liding& en 1977, Alexandre fut placé sous surveillance . Depuis lors, le conseil a reçu plusieurs rappo rt s d'où il ressort que l'enfant est parfois demeuré sans soins et a souvent été vu en train de s'amuser dans la halle aux jeux du centre de Stockholm . En outre, la police a signalé que sa mère le cherchait souvent et qu'à plusieurs reprises la police l'a ramené à son domicile tard dans la soirée . Il apparait qu'il s'est mis à fumer et à mendier pour se procurer nourriture et distractions et qu'il lui arrive de ne pas rentrer chez lui de toute la nuit . A l'école, on s'est inquiété du cas d'Alexandre, l'enfant ayant dit qu'on l'enfermait à clé pour l'empècher d'aller à l'école et qu'on le battait . L'enfant n'a pas de relations amicales nonnales et se montre presque toujours agressif avec les personnes de son àge . Il a souvent essayé de s'enfuir de chez lui, ce qui doit étre considéré comme une manière de fuir un milieu de vie désorganisé et plein de contradictions . La requérante a pour l'essentiel soutenu qu'à son avis l'enquête a été partiale . Elle reconnait certes avoir eu des problèmes avec Alexandre, notamment parce qu'il était malmené à l'école . Elle estime cependant qu'il n'est pas perturbé . Elle n'est pas opposée aux mesures d'assistance des autorités puisque, pour aider l'enfant, elle avait d'elle-mème pris contact avec l'école et la personne chargée de le surveiller . Ses efforts n'ont cependant pas été compris comme il le fallait . Si Alexandre s'intéresse à la halle aux jeux, c'est depuis qu'ellemème a travaillé au centre de Stockholm . Il lui a souvent rendu visite à son travail et a découvert à ce moment-là la galerie de jeux . Il a continué à s'y rendre même après qu'elle eut cessé de travailler à Stockholm . Au début, la requérant e
150
s'inquiétait du milieu que fréquentait le garçon mais après avoir vu elle-même la halle en question . elle jugea ses inquiétudes exagérées . La relation qui l'unit à son fils est bonne et l'enfant lui confie tout, mème lorsqu'il a fait quelque chose de défendu . Voici en substance ce qu'a dit Mm' K ., entendue à la demande de la requérante : la dernière fois qu'elle a rendu visite à la famille de la requérante, c'était en juillet 197 8 . Elle a vécu avec la famille trois mois durant . Les rapports entre la mère et le fils sont très chaleureux . Elle n'a jamais vu la requérante frapper Alexandre ou l'enfermer à clé . Alexandre n'était pas désobéissant à l'égard de sa mère . Il était comme les autres enfants, sans plus, jouant beaucoup et amenant souvent des amis à la maison . M . Y ., entendu à la demande du conseil de protection sociale a déclaré en substance avoir rencontré Alexandre pour la première fois à l'hôpital où l'enfant séjournait pendant la période d'enquêtes . Après quoi . Alexandre a vécu avec la famille du témoin pendant un mois avant d'être placé dans un foyer nourricier . Considéré de son point de vue de professionnel . M . Y . estime qu'Alexandre est affectivement penurbé et qu'il a le niveau d'un enfant de cinq ou six ans . Egocentrique, il possède une identité fragile et se montre toujours trop familier . II a besoin d'être le centre de l'intérêt et de sentir qu'il est aimé, ce qui n'est pas normal pour un enfant prépubère . II évalue mal le temps et les distances et sa notion de l'équité est très primitive . Il ne manifeste aucun regret lorsqu'on le trouve en train d'enfreindre des interdits . On ne peut pas lui faire confiance car il manque de la capacité voulue pour répondre à une quelconque exigence . Il manque d'autocritique et exige tout le temps de faire l'objet de louanges inconditionnelles . Il vit dans un monde liniité et un monde de ntensonges . Il n'a pas eu de relations normales avec les autres enfants qui se trouvaient dans la famille Y . Bien des éléments de son comportement montrent qu'il vit une relation de symbiose avec sa mère . Pendant son séjour dans la famille Y ., il n'a manifesté aucun désir de retourner chez sa mère ni aucun indice de vouloir fuir bien qu'il en eût souvent la possibilité . M . Y . estime de l'intérét d'Alexandre d'ètre enlevé à son milieu de vie . Le médecin-chef adjoint . Mm° H ., du service de psychiatrie de l'enfance à l'h6pital, déclare notamment dans un cenificat médical qu'elle considère Alexandre comme un garçon perturbé malgré un développement intellecturel nonnal . Son développement affectif a été perturbé très tôt et pour l'aider à retrouver son équilibre, il doit être pris en charge par l'Assistance publique et placé dans une famille nourricière, tout en bénéficiant d'une assistance thérapeutique qualifiée . L'agent du service social, M . D . a déclaré dans son avis que la relation entre la requérante et Alexandre est telle qu'elle a eu une influence très négative sur la santé psychique de l'enfant et qu'elle compromet son épanouissement . M . D . estime qu'il faut confirmer la décision soumise au tribunal . 151
Le tribunal administratif régional formule l'appréciation suivante : Il ressort de l'enquête que la requérante n'a pas la moindre idée des besoins de l'enfant et qu'elle est incapable de fixer à Alexandre des limites fermes à son comportement . Il ressort en outre que l'enfant manifeste des troubles graves de nature affective et un syndrome d'abandon . Cela étant et compte tenu d'autres éléments du dossier, il faut considérer comme établi que, chez lui, Alexandre est traité d'une manière qui nuit à sa santé psychique et compromet son développement, sa mère étant incapable de s'occuper de lui . Des mesures préventives, de surveillance, notamment, ont déjà été prises sans aboutir à redresser la situation . . Auparavant, par décision du 23 novembre 1979, le conseil de protection sociale du district avait décidé d'ôter à la requérante le droit de rendre visite à Alexandre et de ne pas révéler à la mére le lieu où se trouvait l'enfant . Les motifs de cette décision étaient les mémes que ceux d'une décision analogue prise le 11 octobre 1979, en même temps que celle de placer Alexandre à l'Assistance publique . Cependant, le 12 novembre, Alexandre était enlevé de l'hôpital où il avait été placé et il y avait tout lieu de croire que la requérante était à l'origine de cet enlèvement . Alexandre fut retrouvé à Helsinki et ramené en Suède le 14 novembre . - La requérante fit appel de cene décision devant le tribunal administratif régional qui, par jugement du 6 février 1981, la débouta dans les termes suivants : « Le tribunal administratif régional a tenu une audience en présence de la requérante, .le 16 janvier 1980, dans l'affaire de placement à l'Assistance publique . Cela étant, compte tenu du volume des documents produits en l'espèce, la cour estime inutile de tenir une autre audience pour trancher l'affaire . Vu l'existence de plusieurs rapports psychiatriques tant en ce qui conceme le placement à l'Assistance publique que la présente affaire, le tribunal n'estime pas nécessaire de poursuivre ses investigations à cet égard . Du dossier concernant le placement à l'Assistance, il ressort qu'Alexandre manifeste des troubles affectifs graves et cela depuis son jeune âge . Il ressort en outre que la relation entre la requérante et l'enfant est telle qu'elle a eu une influence trés négative sur la santé psychique d'Alexandre et a compromis son développement . Du dossier de la présente affaire, il resson que les parents nourriciers ont fait un travail considérable pour redresser la situation, que l'enfant évolue favorablement mais que son développement est lent et les résultats fragiles . Il semble en outre qu'après avoir eu connaissance du fait qu'une enquète était en cours sur le point de savoir si sa mère pouvait ou non lui rendre visite, Alexandre est retombé un certain temps dans son anxiété, ses difficultés de concentration, son état soupçonneux et son comportement agressif. Cela étant et vu les autres
152
faits apparus en l'espèce, le tribunal estime qu'il n'est pas exclu que le développement positif obtenu par les parents nourriciers soit réduit à néant si l'on révèle à la mère l'adresse d'Alexandre et si elle a la possibilité de le rencontrer personnellement . A l'heure actuelle donc, l'adresse de la famille d'accueil ne doit pas être révélée . Le tribunal estime qu'il va de soi cependant que le conseil de protection sociale examinera de manière suivie s'il est opportun d'établir un contact entre Alexandre et sa mère et si oui, sous quelle forme . • La requérante fit appel devant la cour d'appel administrative de Stockholm à la fois de la décision de placement d'Alexandre à l'Assistance publique et de la décision concemant le droit de lui rendre visite . Elle pria la cour d'autoriser un psychologue pour enfant, M . F ., à rencontrer Alexandre . La cour rejeta les appels en deux jugements distincts, portant tous deux la date du 18 septembre 1981 . Le jugement concernant le placenient à l'Assistance est ainsi motivé : . La cour d'appel administrative, qui a tenu audience les 27 et 28 août et le I - septembre 1981, n'estime pas nécessaire d'ordonner un surcroit d'enquêtes concernant Alexandre avant de se prononcer . Sur la base des déclarations unanimes des témoins (le médecin-chef ajoint du service de psychiatrie de l'enfance, Mme H ., le pédiatre, M . L ., deux enseignants, Mm' M . et M . L .) et des autres faits de la cause, la cour estime établi qu'à l'époque où Alexandre a été placé à l'assistance publique, il montrait des troubles affectifs et sociaux graves . Ces troubles peuvent s'expliquer par l'absence de traitement et de soins dont il pàtissait à la maison . L'incapacité de sa mère à lui donner les soins nécessaires faisait courir un gros risque à la santé psychique et au développement général d'Alexandre . A partir du 17 septembre 1979, Alexandre fut placé dans une famille d'accueil . Des deux rapports établis par le Service compétent de psychiatrie de l'enfance, dont le dernier date du 26 mai 1981, il ressort qu'Alexandre s'est développé et continue de se développer positivement dans sa famille d'accueil . Dans certains cas, il retombe affectivement parlant et ne réagit pas convenablement, ce qui est interprété comme une résurgence de ses troubles antérieurs . Il a donc encore besoin de beaucoup d'assistance pour se fixer des limites et normaliser son cotnponement . Selon l'appréciation faite par l'hôpital, il est nécessaire qu'Alexandre puisse séjoumer dans le milieu stable de sa famille d'accueil pour ne pas compromettre davantage son développement . On le considére encore comme trop instable pour gérer la difficulté supplémentaire que représenterait un contact personnel avec la requérante . La doctoresse M"" H . qui, près de deux ans plus tard . a revu Alexandre en août 1981, a confirmé dans son témoignage l'amélioration constatée chez Alexandre . Elle a déclaré en outre qu'i l
153
serait fatal pour la santé et le développement psychique d'Alexandre de le ramener maintenant chez sa mère . Vu ces éléments et les autres faits de la cause, la cour estime dés lors que les relations sont encore telles que la santé psychique d'Alexandre serait en danger et son développement compromis si l'enfant devait à présent retourner chez la requérante . Des mesures préventives ne sauraient être considérées comme suffisantes et la cour confirrne dès lors la décision de placer Alexandre à l'Assistance publique . Voici maintenant un extrait du jugement concemant le droit de visite d'Alexandre : -Alexandre, à présent àgé de douze ans, est placé dans une famille d'accueil depuis le 17 décembre 1979 . Lui-même n'a pas donné son adresse à la requérante ni pris aucune initiative pour la rencontrer . De l'enquête sur l'affaire de placement à l'Assistance, notamment du témoignage du médecin-chef du service de psychiatrie de l'enfance à l'hôpital, M'"° H ., et de l'enquête menée en l'espèce, il resso rt qu'une initiative de visite de la pa rt de la requérante ne serait pas oppo rt une compte tenu des soins à donner à Alexandre et de son développement . (La requérante) doit donc demeurer privée de son droit de visite à Alexandre . L'adresse de l'enfant ne doit donc pas lui ètre révélée . » La requérante s'est pourv ue devant la cour administrative supréme qui, par décision du 24 février 1982, refusa l'auto ri sation de fortner un pourvoi . La requérante a produit deux avis d'expe rts . Le premier, daté du 9 févri er 1981, est signé d'un médecin qui affirme qu'après avoir examiné les documents et les certificats médicaux figurant dans le dossier, il n'est pas établi de manière convaincante que le placement à l'Assistance publique d'Alexandre était justifié ni fondé le refus de visites de sa mère . Le deuxième rapport , daté du 28 aoû t 1983, est signé d'un professeur en psychiatrie de l'enfance . Elle déclare en bref que la séparation de la mère et de l'enfant a entravé la santé du fils comme celle de la requérante . Le 8 mai 1984, Alexandre disparut de sa famille d'accueil et se trouve à présent avec la requérante en Finlande . Dans un jugement du 20 juin 1984, le tribunal du district (tingsrïtt) de Stidra Roslag a nommé un tuteur spécial pour Alexandre . La requérante fit appel de ce jugement devant la cour d'appel de Svea (hovrïtt) . Le I°' octobre 1984, le conseil social décida d'interrompre le placement à l'Assistance et d'accepter, dans la procédure de la cour d'appel de Svea, l'annulatio n 154
du jugement du tribunal de district en date du 20 juin 1984 . Le conseil déclarait notamment : « Le conseil constate qu'Alexandre a encore besoin de l'assistance spéciale qui motivait à l'époque la décision de placement à l'Assistance publique . Il estime également que, dans des circonstances normales, un tuteur spécial aiderait à apporter cette assistance . Cependant, Alexandre étant désormais en Finlande, le conseil est privé en fait de la possibilité de pourvoir effectivement à ses besoins . Les mesures contraignantes susceptibles d'être utilisées sont considérées comme produisant un effet contraire à celui qui est recherché . Du reste, il est clair que le tuteur spécial ne saurait dans ces conditions remplir sa tâche de manière adéquate, la requérante étant totalement opposée à toute forme de coopération . Aussi, la poursuite de l'Assistance publique au titre de l'article 1 par . 1 de la loi portant dispositions spéciales sur la protection des jeunes n'ayant désormais qu'un caractère purement formel, il convient d'annuler cette décision . Pour la même raison, le conseil estime qu'il ne doit pas maintenir son idée de désigner un tuteur . Dans son appréciation, le conseil a également tenu compte du fait qu'Alexandre a maintenant plus de quinze ans et que, dans le dernier entretien, contrairement à ses déclarations précédentes, il a exprimé le désir de demeurer dans les conditions où il se trouve actuellement . • GRIEFS La requérante se plaint de ce que les autorités suédoises l'ont soumise, ainsi que son fils, à un traitement inhumain . Elle affirme que la raison majeure qui a inspiré la décision de la séparer de son fils est qu'elle avait écrit des articles critiques sur le systéme social suédois . Elle affirme qu'elle et son fils ont fait ainsi l'objet de représailles . La requérante allègue une violation des articles 3, 6, 8 et 10 de la Convention, ainsi que de l'article 2 du Protocole additionnel .
PROCÉDURE DEVANT LA COMMISSIO N La requéte a été introduite le 10 avril 1981 et n'a été poursuivie qu'en septembre 1983 . Elle a été enregistrée le 7 septembre 1983 . Le 14 mars 1984, la Commission a décidé de communiquer la requête au Gouvemement et de demander à ce dernier ses observations écrites sur sa recevabilité et son bien-fondé . Le Gouvemement a soumis ses observations par lettre du 25 mai 1984 et la requérante a présenté les siennes dans une lettre datée du 13 juillet 1984 . La requérante a fourni des observations complémentaires les 28 septembre 1984 et 14 avril 1985 .
155
Le 12 octobre 1984, la Commission a accordé à la requérante le bénéfice de l'assistance judiciaire . Le 7 décembre 1984, la Commission a décidé d'inviter les parties à une audience sur la recevabilité et le bien-fondé de l'affaire . A l'audience, qui s'est tenue le 14 mai 1985, les parties é taient représentées comme suit : Pour le Gotrvernemen t M . Hans Corell, Ambassadeur, Secrétaire Général adjoint aux affaires juridiques et consulaires, Ministère des Affaires étrangàres, agen t M . Staffan Duhs, Conseiller, Ministère des Affaires étrangères, conseil M'"0 Gertrud Holmquist, Conseillerjuridique, Ministère de la Santé et des Affaires sociales, consei l Mm' lise Wetter, Conseiller juridique, municipalité de Lidingb, conseil Pour la requérante Me Lennart Hane, avoca t La requérante assistait également à l'audience .
ARGUMENTATION DES PARTIES A . Le Gouvernemen t Le Gouvemement formule d'une manière générale les commentaires suivants sur toutes les affaires d'Assistance publique en instance devant la Commission . Les faits sur lesquels se fonde une décision de placement à l'Assistance sont exposés dans le jugement du tribunal . Cette décision prend assise sur les éléments produits à l'audience et sur les autres informations versées au dossier . Autrement dit, il n'y a en principe pas d'autre manière d'expliquer les faits sur lesquels se fonde une décision ou un jugement que de renvoyer à la décision elle-même ou au jûgement . On peut ajouter que, les décisions et jugements de ce genre étant publics, il peut arriver que le tribunal évite intentionnellement de trop entrer dans les détails pour ne pas exposer inutilement l'intéressé . La requérante a formulé des allégations générales très graves sur les raisons pour lesquelles les enfants sont placés dans des familles nourriciéres en Suède . Le Gouvernement souligne que la législation en question a pour seul but de protéger les droits des enfants qui ont besoin de soutien et de protection . Il renvoie à certains chiffres publiés par le Bureau suédois des statistiques (statistiska centralbyrân) concernant les cas de placement aux termes de la loi de 1980 et soutient que ce document fait ressortir le caractère fallacieux des chiffres avancés par la requérante . 156
a) Les faifs Sur la genése et les faits ayant abouti à la décision de placement à l'Assistance, le Gouvemement renvoie aux jugements rendus par le tribunal administratif régional les 13 février 1980 et 6 février 1981, aux deux arrèts prononcés par la cour d'appel administrative le 18 septembre 1981 et à l'arrêt de la Cour suprême administrative en date du 24 février 1982 . II renvoie également à l'enquête du Médiateur et à sa décision du 24 mars 1982 . Le Gouvernement résunte comme suit les faits qui ont abouti à la décision de placement à l'Assistance publique : Alexandre était laissé à l'abandon . Il passait une grande partie de son temps dans le centre de Stockholm où on l'a vu mendier et fréquenter la halle auxjeux . Sa mère a parfois fait appel à la police pour l'aider à retrouver son fils . Alexandre se montrait agressif vis-à-vis des écoliers de son àge . Il a prétendu qu'on l'empêchait d'aller à l'école et qu'on le battait à la maison . La relation qu'il entretenait avec sa mére était jugée nuisible à son développement . Les mesures préventives de surveillance n'avaient eu aucun effet . Les documents de la présente affaire étant très volumineux, il n'est pas possible au Gouvemement de présenter tous les aspects du dossier à la Commission . Le Gouvemement prie donc la Commission de déléguer un ou plusieurs de ses membres pour examiner le dossier . Le Gouvernement ajoute que l'adoption d'Alexandre a eu lieu en Finlande le 8 avril 1971 . Or, la requérante et son mari vivaient à Lidingü en Suède depuis 1963 . Il ressort du dossier qu'ils ont déménagé en Finlande pendant une courte période en 1971 . Comme la requérante ne réponait pas aux convocations du centre de protection de l'enfance, un agent de la commission de protection de l'enfance s'est rendu au domicile de la requérante en février 1972 . 11 y ful malmené par l'intéressée qui prétendit être de dix ans plus jeune et que l'enfant était le sien . Le cas d'Alexandre fut examiné à diverses reprises par les Services sociaux de Lidingb, la niunicipalité ayant reçu des rapports inquiétants d'un médecin et de la police . Selon la police . Alexandre avait à plusieurs reprises quitté son domicile en 1973 . Les Services sociaux ouvrirent une enquête . Cependant, selon un examen fait par un psychiatre pour enfants en octobre 1973, il n'y avait pas lieu, du point de vue mental, de placer Alexandre à l'Assistance publique . En juin 1974, la police alerta à nouveau les Services sociaux car la requérante avait été arrêtée pour incitation à faux téntoignage . La commission de protection sociale envisagea derechef des mesures en août 1974, mais sans en juger aucune nécessaire . Alexandre fréquentait alors une école matemelle où il était considéré comme un enfant perturbé et agressif . Il ne savait pas son nom, ce qui inquiétait ses institutrices qui faisaient de leur mieux pou r 157
l'aider. La maîtresse prétend avoir eu fort à faire en raison de conflits avec la requérante . A cene époque, la requérante vivait avec un autre homme, M . H ., censé habiter la maison en même temps que le mari, mais la chose n'est pas claire . De fait, Alexandre était alors élevé par la requérante et par cet homme, un étudiant de vingtsix ans . Le 26 juin 1975, deux des voisins de la requérante signal8rent les conditions de vie d'Alexandre à la commission de protection sociale . Les Services de protection de l'enfance étaient très inquiets pour l'enfant et les voisins acceptèrent de garder le contact avec la commission . Il s'avéra qu'Alexandre avait souvent appelé les voisins au téléphone, en pleurant et disant que sa mère était absente ou qu'elle dormait et qu'il ne pouvait pas la réveiller . Le garçon se rendait souvent chez les voisins où il lui arrivait de rester de huit heures du matin à dix heures du soir . Il était parfois bizarrement vêtu et de manière insuffisante . Il avait peur de rentrer chez lui et il demandait alors aux voisins de rester chez eux lorsque la requérante, son mari ou l'étudiant l'appelaient . Deux jeunes filles exprim8rent également leur inquiétude après être restées dans la famille de la requérante, la première de janvier à juin, la deuxième en juin et juillet . Le 29 août 1975, la commission de protection sociale décida de faire examiner Alexandre . Son milieu de vie était bizarre, les rappons établis par l'école matemelle faisaient état d'une grave inadaptation . les rapports établis pendant l'été faisaient mention de troubles affectifs et montraient que l'enfant était battu, enfermé à clé et qu'on l'obligeait à s'alimenter dans un milieu complétement désorganisé . Lorsqu'on ramenait l'enfant à la maison, il se produisait des scénes de terreur et on parla d'•agression psychique - . On interdit aux parents de voir Alexandre, qu'un policier vint chercher le 2 septembre 1975 . L'enfant fut d'abord placé dans un foyer pour enfants puis le 9 septembre 1975, transféré à l'hôpital de Danderyd, à la demande du Dr . G .K . qui l'examina . Les parents furent autorisés à voir l'enfant à l'hôpital . Le Dr . K . déclara qu'Alexandre était perturbé dans son dévetoppement et que son évolution psychologique était gravement menacée . Comme on ne pouvait espérer une amélioration de son cadre de vie dans un délai raisonnable, le médecin recommanda de placer l'enfant à l'Assistance dans une famille d'accueil et d'interdire les visites des parents . Le 26 septembre 1975, le conseil social du district de Lidingti décida le placement à l'Assistance publique mais cette décision ne fut jamais apptiquée, car le 23 septembre 1975, Alexandre fut enlevé de l'hôpital et demeura introuvable . On pense que l'étudiant, qui s'était rendu à l'hôpital en même temps que la requérante et son mari, s'était enfui par une fenêtre avec l'enfant . Le 7 octobre 1975, la police retrouva en Finlande la requérante qui prétendit qu'Alexandre se trouvait à Munich . Il semble que la requérante et son mari soient revenus à Lidingü en 1977 . La décision de placer Alexandre à l'Assistance publique fut rapportée, la requérante et son mari se déclarant disposés à coopbrer avec les Services sociaux . Finalement, cependant, ils n'ont jamais coopéré . Le 12 janvier 1978, les époux divorcèrent et la requérante se vit confier la garde juridique d'Alexandre .158
A l'automne 1978, les Services sociaux prirent contact avec l'école d'Alexandre . L'institutrice était inquiète car l'enfant était agressif et manifestait un comportement anormal dans certaines situations . Il avait des difficultés avec ses camarades et se livrait à des accès de fureur . Le 13 septembre 1979, le Dr . G .K . adressa une note officielle au conseil de protection de l'enfance à propos de la famille de la requérante . II était venu à sa connaissance qu'Alexandre s'était mis à fumer et avait commis des vols, avait été enfermé à clé à la maison et battu . Le même jour, la police de Lidingti signala qu'Alexandre avait à plusieurs reprises dans les derniers mois été porté disparu . La mère avait signalé elle-même la chose, disant à la police qu'Alexandre s'intéressait beaucoup aux billards électriques et aimait à traîner dans la halle aux jeux, pour y jouer au flipper et y mendier argent et cigarettes . Selon les services de protection sociale, la requérante encourageait mème Alexandre à s'y rendre . Elle y était une fois restée avec lui pour se convaincre que le milieu n'était pas nuisible à l'enfant . Alexandre avait alors dix ans . Le 11 octobre 1979, la commission de protection de l'enfance décida une fois encore de placer Alexandre à l'Assistance publique . L'enfant fut d'abord mis en observation dans le service de psychiatrie infantile de l'hôpital Karolinska de Stockholm . Il disparut de l'hôpital dans des circonstances obscures et fut amené le lendemain au centre hospitalo-universitaire d'Helsinki . Cependant, vu sa nationalité suédoise . Alexandre fut remis à deux agents des Services sociaux et deux infirrniers venus de Suède le lendemain, qui le ramenèrent à l'hôpital de Stockholm . Après un séjour à l'hôpital Karolinska et auprès d'un psychologue, Alexandre fut transféré dans une famille d'accueil en dehors de la ville de Stràngnàs, à une centaine de kilométres de Stockholm . Alexandre resta chez ses parents nourriciers M . S .S . et Mm° M .A . du 17 décembre 1979 jusqu'en mai 1984, soit près de cinq ans . Sur les motifs de placement d'Alexandre à l'Assistance publique, le Gouvernement déclare que la commission de protection sociale s'est fondée sur un certificat médical du Dr. A .N . en date du 4 octobre 1979, ainsi libellé : - En dépit d'un développement intellecturel inhabituel, Alexandre est un enfant perturbé . Son développement affectif a été perturbé dès son jeune àge et pour l'aider à se développer normalement, l'enfant devrait être placé à l'Assistance publique dans une famille nourriciére avec possibilité d'assistance thérapeutique qualifiée . . Le Gouvernement renvoie également aux motifs énoncés dans les décisions du tribunal adntinistratif régional et de la cour d'appel administrative . Le Gouvernement soutient que - vu les constatations faites par les tribunaux, qui ont pu se forger une opinion après avoir entendu les inléressés, notamment la requérante - il est indéniable qu'il existait d'excellentes raisons de placer Alexandre à l'Assistance .
159
Quant aux conditions faites à Alexandre dans sa famille d'accueil, le Gouvernement fait valoir ce qui suit : le foyer d'accueil est situé sur une ile (Sela6n) sur le lac de Màlaren à quelque 110 kms de Stockholm . Lorsque Alexandre y arriva, il parlait très mal le suédois et n'avait pas de langue véritable . Pour exercer son suédois, il fut décidé dans cette famille qu'Alexandre tiendrait un journal afin de pratiquer la langue . L'idée était que les parents nourriciers puisse lire cejoumal afin de suivre les progrès linguistiques de l'enfant . Au début, Alexandre avait très peur car il était habitué à dormir dans le lit de sa mère . Selon la requérante elle-même, • Alexandre ne pouvait pas s'endorrnir si elle n'était pas auprès de lui . . Le garçon était très inquiet et perturbé . Il donna fort à faire à ses parents nourriciers en allumant de petits incendies et en faisant des fugues nocturnes . Il était véritablement déséquilibré et pendant les six premiers mois, on ne pouvait pas le laisser seul . Il fut décidé, en accord avec lui, qu'il occuperait finalement la chambre située derriére celle des parents nourriciers, ce qui permettait à ces derniers de s'apercevoir de ses sorties nocturnes ou d'entendre ses appels à l'aide . La situation était assez difficile pour les parents nourriciers car Alexandre ne pouvait pas être laissé seul . Cependant, après de rudes efforts, ils réussirent à lui faire accepter d'aller à l'école, ce qui se passa assez bien . Alexandre passait beaucoup de temps avec son père nourricier . Ensemble ils constmisirent un bateau et l'enfant révéla alors ses talents de travailleur manuel . Plus tard, il déclara qu'il voulait étre menuisier ou enseignant dans le bois . La famille menait une vie familiale ordinaire et faisait sorties et petits voyages . Il y avait à la maison des animaux vis-à-vis desquels Alexandre se montra cmel au début mais petit à petit s'habitua à ne pas l'étre . Dans la famille d'accueil, des entretiens eurent lieu concemant les règles des relations avec autrui et finalement, Alexandre se fit des amis parmi les voisins et les camarades de classe . Chaque fois qu'on lui demandait s'il .voulait voir sa mère ou entrer en contact avec elle, il préférait attendre, disant : -elle ne cherche qu'à me jouer des tours» . Le père nourricier pensait qu'Alexandre devrait néanmoins voir sa mère et alla la voir pour organiser un entretien, mais Alexandre s'y refusa . L'enfant n'essaya jamais de contacter sa mère . Comme elle le recherchait dans tout le pays, il dut fréquenter l'école sous le nom de ses parents nourriciers, ce qu'Alexandre préférait, semble-t-il . Cependant, à cause d'une erreur commise par le bureau de psychiatrie pour enfants- la mère découvrit où se trouvait Alexandre . Alors, parents nourriciers, voisins, parents d'élèves et personnel de l'école d'Alexandre furent persécutés par des appels téléphoniques émanant d'une femme . Tout comme la requérante, cette femme parlait un dialecte finnois et prétendait représenter diverses autorités . S'agissant des allégations selon lesquelles Alexandre n'aurait pas pu aller à l'école à cause de ses parents nourriciers, le Gouvemement fournit les renseignements suivants .
160
Alexandre est arrivé dans sa famille d'accueil en 1979 . Pendant le trimestre du printemps 1980, le psychiatre pour enfants d'Eskilstuna, la ville voisine, qui s'occupait d'Alexandre dans sa famille d'accueil, exprima l'avis qu'il ne pouvait pas fréquemer immédiatement l'école mais devait plutôt recevoir un enseignement à la maison . L'école aussi bien que la famille firent alors de grands efforts pour trouver des ouvrages adaptés à la pauvreté du langage d'Alexandre . Au début du trimestre de l'automne 1980, on estima qu'Alexandre avait atteint le niveau de la classe de cinquiéme . normal pour un enfant de douze ans . Il fut donc envoyé à l'école mais toujours avec des cours à domicile . Le maître d'école lui donnait un enseignement distinci des autres enfants car on estimait qu'Alexandre ne pouvait pas s'adapter à l'enseignement de groupe . Au printenips de 1981, Alexandre devint un écolier ordinaire . Il fréquenta la classe de sixième pendant le premier trintestre de 1981 et les trimestres d'automne et de printemps de 1981 / 1982 . C'était un élève moyen qui progressait malgré quelques problèmes avec cenains condisciples . Au début du trimestre d'automne 1982, il devait entrer en septième- autrement dit changer d'établissement . La nouvelle école se trouvait dans une autre ville, Mariefred . Le trajet était plus long, niais le problème était le méme pour les autres élèves . En Suède, le passage de la sixième à la septi8me demande généralement des efforts à tous les él8ves . Il s'avéra qu'Alexandre fit panie d'un groupe d'élèves qui se mit à fréquenter la halle aux jeux, commettre des larcins, etc . . . Les parents nourriciers étaient tr8s inquiets et ils firent, avec les professeurs, de grands efforts pour redresser la situation . Les services scolaires décidèrent qu'Alexandre recevrait un enseignement à domicile pendant le trimestre de printemps 1983 . La décision fut prise par les autorités scolaires, l'idée étant qu'Alexandre devait entrer dans un autre établissement au début du trimestre d'automne de 1983 . II entra alors dans une école de Stràngnàs, où il resta tout le trimestre d'automne et y obtint d'assez bons résultats . En décembre 1983 cependant, une chose très triste se produisit : Alexandre aurait dit à un camarade que son père nourricier l'avait battu avec une chaîne . Il y eut une enqu@te et un médecin ou une infirmière examinèrent l'enfant . Finalement, il n'y avait rien de vrai dans les accusations d'Alexandre et, selon les psychiatres, l'intéressé perdit la face devant ses camarades . On constata alors à l'école la disparition de certains objets et le p8re nourricier trouva chez lui une trousse d'écolier qui n'appanenait à personne de la maison . Les parents nourriciers hésitaient beaucoup à renvoyer Alexandre à l'école pendant le trimestre de printemps et les personnes qui suivaient l'affaire estimèrent qu'il fallait trouver un arrangement pour le trimestre de printemps . L'école suggéra des solutions paniculières d'enseignement, mais le père nourricier pensait qu'il valait niieux donner un certain enseignement à la maison . C'est ce qui fut finalement décidé . Pendant le printemps, il y eut des entretiens à propos d'un • programme de réunification familiale», proposé par un psychologue M . S .H . Cependant, Alexandre persistait à ne pas vouloir rencontrer sa mère et refusa plusieurs fois de s'associer à ce processus de réunification . Dans sa famille d'accueil, Alexandre disposait d'une bicyclette et plus tard, d'une petite mobylette . De temps à autre, il allait en vélo à l'école et il lui arrivai t 161
de passer le week-end chez des camarades . Plus tard, il se déplaça librement avec sa mobylette . Il participa à des camps de voile et voyagea à l'étranger avec ses parents nourriciers . Il visita également Stockholm avec son père nourricier . En réponse aux allégations selon lesquelles Alexandre aurait été prisonnier dans sa famille nourricière, le Gouvernement fait valoir qu'il semblerait plutôt qu'Alexandre ait choisi de rester avec ses parents nourriciers parce qu'il s'y sentait en sécurité . En mai 1984, Alexandre fut entendu par un tribunal de district à propos d'une audience sur la garde juridique de l'enfant . II ressort des transcriptions des bandes produites par la requérante elle-même qu'Alexandre se sentait tout à fait chez lui auprès de ses parents nourriciers et ne voulait pas revenir avec elle . Le Gouvernement renvoie au jugement rendu par la tribunal de district le 20 juin 1984 et aux déclarations qui y figurent . Il reléve qu'aprés des audiences qui ont duré six jours, le tribunal de de district en est venu à la conclusion que la requérante n'était pas le tuteur qui convenait pour Alexandre . Il estima que les critiques formulées par l'intéressée contre les autorités étaient des exagérations grossières . Par contre, il souscrivait partiellement à l'avis selon lequel certaines mesures et délibérations étaient beaucoup moins avisées . Lesjuges affirmérent notamment n'avoir pas compris pourquoi les autorités ont parfois refusé à des experts l'autorisation de voir Alexandre . Cependant, au principal, le tribunal déclara : • On comprend . en se mettant à la place de la requérante, qu'elle veuille recourir à des méthodes inopportunes pour récupérer son fils et on ne saurait nier que son amour pour l'enfant soit grand . A plusieurs reprises, cependam- elle a montré son incapacité à comprendre que son fils, psychiquement malmené, devait bénéficier de calme pour être examiné et soigné . Plusieurs des personnes entendues dans cette affaire ont exprimé l'idée que la requérante est 'obsédée' par l'idée de récupérer son fils et que ses efforts ont été 'intellectualisés' au point de devenir une idée plus qu'un souci réel pour l'enfant : Cette opinion va de pair avec d'autres observations selon lesquelles la requérante était auparavant plus soucieuse des capacités intellectuelles de son ftls que de sa sécurité et de son état d'esprit . Le tribunal a peine à imaginer que, dans ce contexte, la requérante puisse être la personne convenable pour assurer la garde de l'enfant au cas où celle-ci lui serait accordée . . Alexandre a disparu de son foyer d'accueil en mai 1984 et, pour autant que le sache le Gouvemement, il vit à présent avec sa mère en Finlande . Dans une décision prise le I - octobre 1984, la commission de protection sociale a décidé de mettre fin à la prise en charge d'Alexandre par l'administration et d'accepter devant la cour d'appel de Svea l'annulation du jugement du tribunal de district en date du 20 juin 1984 concernant la garde . Le Gouvernement renvoie aux motifs exposés dans la décision de la conunission sociale .
162
b) Recevabi(ité et bien-fondé Le Gouvernement réserve sa position en ce qui concerne les pièces produites par la requérante le 14 avril 1985 . Le Gouvernement n'a pas d'objection à la recevabilité de la requéte quant au respect de la règle des sLr mois et de la règle de l'épuisement des recours inrentes sur les points litigieux au regard de l'article 8 . De l'avis du Gouvemement, la décision de placement à l'Assistance, ainsi que celle de mettre Alexandre sous bonne garde pendant l'enquête, étaient conformes à la loi de 1960 sur la protection de l'enfance et justifiées également au regard de l'article 8 de la Convention . Il en va de même de la décision de refuser à la requérante le droit de rendre visite à son fils . Dans ce contexte, le Gouvemement renvoie à plusieurs décisions de la Commission, notamment celles concernant les requétes No 6854/74 (D .R . 7 p . 81) et No 8924/80 (D .R . 24 p . 183) . La Commission a constamment déclaré que la décision de retirer un enfant à ses parents, et de le placer à l'Assistance publique est une ingérence dans le droit garanti par l'article 8 de la Convention . Mais elle a également déclaré que les circonstances de l'affaire, la situation de l'enfant et les résultats de l'enquête peuvent montrer que les décisions des autorités sont justifiées, au regard du paragraphe 2 de l'article 8, par la nécessité de veiller à la santé de l'enfant . S'agissant de la violation alléguée de l'article 3, le Gouvernement conteste qu'il y ait eu méconnaissance de cet anicle . Il renvoie notamment à l'enquête menée par le Médiateur . Il soutient qu'au demeurant, ce grief est irrecevable pour défaut d'épuisement des recours intemes . Il apparait en effet que la requérante n'a même pas signalé ses griefs à la police . c) Conclusion Le Gouvemement estime que la requète doit être déclarée irrecevable et que, sur le fond, il n'y a pas eu violation de la Convention .
B . La requérant e La requérante affirme qu'elle s'est occupée d'Alexandre dès sa naissance mais qu'il lui a fallu quelques années avant de pouvoir l'adopter fonnellement . Ce M . M .H ., dont parle le Gouvernement, a vécu avec la famille de la requérante et a été en partie élevé par elle . Son mari a quitté le domicile conjugal en 1973, mais le divorce n'a été prononcé qu'en 1978 . C'est à la fin de janvier 1984 que la requérante a appris l'adresse tenue jusquelà secrète de la famille dans laquelle Alexandre était placé depuis 1979 .
163
La requérante soutient qu'auparavant, la législation suédoise s'appuyait sur un droit écrit assorti de définitions claires et de descriptions très précises sur le droit de l'Etat de s'ingérer dans les droits de l'individu . S'agissant des enfants et de la famille, deux changements se sont produits qui ont eu des conséquences désastreuses pour les droits de l'individu . Premièrement, il existe aujourd'hui un langage totaleinent nouveau, tout un arsenal de termes et une foule d'experts qui en sont les interprètes exclusifs . Le droit de la famille et les droits fondamentaux de l'enfant de vivre avec ses parents à la maison ont été radicalement modifiés en 1972 et 1973 . Point n'a été besoin de changer la loi, il suffisait d'un cas type pour décider qu'un enfant serait enlevé à ses parents uniquement pour problèmes •affectifs• . Par la suite, il est devenu très difficile aux parents et aux enfants de défendre leurs rapports mutuels . La requérante soutient que, dans ce contexte, il est fallacieux de dire que les critères sont restés dans la loi de 1980 les mêmes que ceux de la loi de 1960 . Dans le nouveau système suédois en effet, les droits ne jouent aucun rdle . Les hommes de loi ne peuvent pas aider leurs clients et les tribunaux sont entièrement aux mains des experts . Or, tous ces experts sont rémunérés par l'Etat, ce qui leur confére le caracti!re d'experts officiels, qui ne sont accessibles ni aux parents ni aux avocats . En pratique, la description forrnelle que le Gouvernement donne du système suédois est exacte : il existe une foule de droits formels, mais aucun droit matériel . Aucune règle stricte ne protége l'unité famille-enfant . Vous n'avez que le droit formel de porter l'affaire en justice dans tous les cas . Etre parent nourricier en Suède est sans doute l'entreprise la plus rentable . En l'espèce, l'administration versait chaque mois au père nourricier environ 8 .000 couronnes suédoises, dont la moitié n'était pas imposable . Comme la famille d'accueil gardait simultanément deux ou trois autres enfants, les parents nourriciers avaient un revenu mensuel de 32 à 35 .000 couronnes suédoises, dont la moitié nonimposable . Le Gouvemement renvoie au dossier d'une manière générale pour étayer les motifs des décisions prises au sujet d'Alexandre . Ce faisant, il dénie en pratique à la requérante le droit de répondre aux accusations qu'il formule . Le dossier contient notamment deux documents rédigés par des travailleurs sociaux, l'un en septembre 1975, l'autre en octobre 1979 . C'est sur la foi de ces documents que la commission de protection sociale de Lidingü a décidé de séparer Alexandre de la requérante et c'est également sur ces documents que les experts qui ont appuyé la décision de la commission devant les tribunaux se sont forgés leur opinion de la requérante . Or, les auteurs de ces documents sont les mémes travailleurs sociaux qui se sont achamés à lui enlever l'enfant . Ils ont tracé d'elle un portrait extrêmement déplaisant, essentiellement en citant ce que, d'après eux, elle leur aurait dit, ou ce qu'ils prétendent que d'autres personnes ont rapporté qu'elle avait dit . Ils allèguent parfois qu'au dire d'autres personnes, elle aurait fait ceci ou cela . Ces affirrnations n'ayant pas été contrôlées par les tribunaux n'auraient pas dû permettre de conclure que la requérante était incapable de prendre l'enfant en charge . Du reste, ces documents ont ét é 164
rédigés postérieurement à la séparation d'Alexandre et de sa mère . 11 était très facile aux travailleurs sociaux qui ont rédigé ces rapports et qui souhaitaient manifestement voir le juge trouver des excuses à leur décision antérieure d'enlever l'enfant à sa mère, de présenter un point de vue part ial ou de rapporter de manière inexactes les dires d'autrui . Et mème lorsque le rappo rt retrace fidélement les propos du témoin, l'affirmation elle-méme peut être inexacte . Par exemple, le dossier rapporte à juste titre que le docteur K . a indiqué, parmi les raisons qu'il avait de recommander de séparer Alexandre de sa mére immédiatement et de toute urgence, que l'enfant était battu à la maison et que la requérante était toujours ivre . Or, lorsqu'il a fait cette déclaration, le docteur K . n'avait pas vu Alexandre ni sa mère depuis quatre ans et, d'ailleurs, lorsque la requérante a attiré son attention sur ce point, il a reconnu devant le juge de paix (j ustitiekanslern) que cette affirmation était inexacte . Le juge n'a cependant pas vu là une raison de blàmer le médecin et a jugé que le docteur K . n'avait comniis aucun mal en donnant des informations fausses et nuisibles, estimant sans doute que la fi n justifie les moyens . La requérante s'élève contre la présentation que le Gouvemement donne des faits ayant conduit à la décision de placement à l'Assistance publique . Elle n'a pas laissé Alexandre à l'abandon . Au contraire, les éléments du dossier montrent qu'elle a dépensé beaucoup d'énergie à essayer de résoudre le probléme d0 au fait qu'Alexandre était malmené par ses camarades d'école et qu'il en était déprimé et agité . Elle a souvent recontré son maître et proposé différentes solutions, par exemple, faire en sorte qu'Alexandre rentre chez lui en taxi après l'école . Il est arrivé qu'en septembre 1979, lorsqu'il s'attardait dans la halle aux jeux à jouer au flipper au lieu de rentrer chez lui pour souper, elle demandât à la police d'aller le chercher et de lui dire, ainsi qu'aux enfants qui étaient avec lui, de rentrer chez eux . Elle avait projeté d'aller avec Alexandre en Bolivie où elle pourrait travailler et avait pris ses dispositions pour qu'il fréquente là-bas une école suédoise . Cela lui aurait épargné les brutalités des garçons de l'école de Liding& et il est fort probable que cela aurait également mis fin à son état dépressif et agité . L'enfant était enchanté de cette perspective et cela fut pour lui - ainsi que pour la requérante - un terrible choc lorsque la police vint le chercher d'autorité à son école la veille de leur départ . La requérante met sérieusement en doute qu'Alexandre aurait dit qu'elle l'empêchait d'aller à l'école et qu'elle le battait . Ces accusations formulées par le Gouvemement se fondent sur des renseignements de troisième main et sont très probablement le fruit de mensonges . Elles n'ont d'ailleurs jamais été examinées par les tribunaux . Personne n'a jamais constaté aucune preuve, aucune trace de coups sur l'enfant tant qu'il a été à la charge de la requérante . Les tribunaux qui ont examiné la décision de placer Alexandre à l'Assistanc e et de tenir secret le lieu de sa famille d'accueil, ont fait preuve de partialité . lls ont accepté l'allégation des services sociaux locaux selon laquelle la requérante représentait un risque pour le développement d'Alexandre et ce, sur la foi de l'avis de prétendus experts, Mme H ., médecin et M . Y ., psychologue . Or . ni l'un ni l'autre
165
n'ont jamais examiné la requérante . Leur avis se fonde sur ce que les travailleurs sociaux ont dit d'elle . Le tribunal administratif régional n'a absolument pas tenu compte du témoin qui a déposé en faveur de la requérante . La cour d'appel administrative, non plus, n'a pas tenu compte de l'avis du docteur F ., expe rt suédois en psychiatrie de l'enfant et de l'adulte, qui, après avoir examiné la requérante, a émis l'opinion qu'il s'agit d'une « fetmne tr8s instmite et intellectuelle, d'une personne affectivement très chaleureuse et fo rt capable d'élever un enfant et d'en prendre la pleine responsabilité dans l'intérêt du meilleur épanouissement affectif et intellectuel de l'enfant • . Les tribunaux ont ferrné les yeux devant le fait que l'une des raisons mentionnées par les travailleurs sociaux pour placer Alexandre à l'Assis ta nce publique en 1979 était la publication récente en Finlande, par la requérante, de certains articles qui, selon eux, " livraient les se rv ices sociaux suédois en général et notanunent ceux de Lidingô à la calomnie pure et simple" . Les tribunaux, tout comme le Médiateur, n'ont pas compris qu'enlever un enfant de son foyer pour un tel motif constituait une méconnaissance de la libené d'expression . Des années durant, les travailleurs sociaux ont été animés contre la requérante d'un esprit vindicatif et totalitaire . Par exemple, le rapport qu'ils ont écrit en 1975 montre qu'ils désapprouvaient le désir de la mère de donner à Alexandre une éducation internationale . Il ressort en effet de ce texte que le premier examen de la situation d'Alexandre - examen qui dura six mois - ne fut entamé que parce qu'une infirmi8re du district avait signalé en février 1972 que la requérante s'adressait à l'enfant en anglais et que le garçon n'avait pas de camarade de jeux . On ne trouva cependant rien pour justifier le soupçon que quelque chose allait mal . Il ressort de ce même rapport que les tr availleurs sociaux étaient hostiles à l'idée de la requérante d'inscrire Alexandre à l'école angloaméricaine de Stockholm . lis indiquent avoir pendant deux ans essayé •d'inciter » la mère à mettre l'enfant dans une garde ri e gérée par la municipalité, puis dans une école matemelle lorsqu'il fut trop àgé_ pour la garderie . le fait est qu'ils insistèrent tellement qu'elle céda finalement et mit l'enfant dans une é cole maternelle de la municipalité, puis dans une école primaire, également municipale . Elle le regrette maintenant be aucoup car Alexandre n'aurait à coup sùrjamais é té malmené par ses camarades s'il avait fréquenté l'école anglo-américaine, où il n'aurait pas pam « bizarre - du fait de ses antécédents internationaux, comme c'é ta it le cas à l'école municipale . La requérante soutient que si on lui a enlevé son enfant, ce n'est pas parce qu'elle ne s'en occupait pas mais parce qu'elle souhaitait lui donner une formation intellectuelle . Elle a demandé aux autorités de placer Alexandre, à ses frais, soit à l'école Karlsson de Stockholm, soit à l'école de Lundsberg à Vàrmland . Cependant, les intentions de la requérante sur l'enfant ne rencontraient pas l'agrément des fonctionnaires qui furent effectivement en l'espéce les décideurs . Pour empêcher la requérante de prendre des mesures concemant l'éducation de l'enfant, il fut décidé de placer Alexandre à l'Assis ta nce et de la soumettre à un traitement qui amoindrirai t
166
sa personnalité . Pour éviter l'influence de la requérante, on supprima complètement les contacts entre la mère et l'enfant . On n'autorisa aucune correspondance et la mère ne fut pas admise à savoir où se trouvait son enfant . La garde de l'enfant fut confiée à un délinquant d'habitude, qui avait purgé de longues peines de prison . La femme qui vivait avec cet homme sans être son épouse avait, elle aussi, été condamnée . L'enfant fut maintenu prisonnier sur une ile pendant un an et demi et fut même privé d'une scolarité normale . Il fut soumis à des brutalités et obligé de travailler sur un bateau . On le frappa notamment avec un filin d'acier . L'idée était d'en faire un travailleur manuel et non un intellectuel . On alla jusqu'à le priver de son nom . Pendant les derniéres années qu'il passa dans cette famille d'accueil, les parents nourriciers étaient séparés . La mère nourricière avait épousé un autre homme . Du reste, Alexandre était le premier enfant d'âge aussi tendre à@tre placé dans ce foyer . les autres, plus 3gés, étaient souvent des délinquants ou des prostitués . Le p8re nourricier avait un talent particulier pour effrayer ces jeunes et fit peur à Alexandre pour qu'il ne prenne pas la fuite . La triste histoire de la requérante s'explique par le fait préalable qu'il lui a été impossible de faire contrôler par un juge impartial les mesures décidées par l'administration . En principe, la procédure devant les juridictions administratives est écrite . Les experns consultés par les autorités bénéficient d'une confiance excessive de la part des jurés . Ce qu'ils disent dans leurs attestations est généralement accepté . Les experts privés en matière d'éducation et de protection de l'enfance sont rares car ce genre d'experts n'a pas de débouché en dehors du secteur public . De plus, les tribunaux ont tendance à ne pas tenir compte de l'opinion des experts privés et parfois même, refusent de les entendre . En outre, les anicles critiques publiés par la requérante dans la presse finlandaise ont suscité de la part de l'administration des représailles entérinées par la justice . Les juges ont pour l'essentiel lu le dossier, y compris les articles de joumaux mais n'ont pas entendu la cause . La requérante soutient qu'il y a eu méconnaissance de sa liberté d'expression . Alexandre a été obligé de changer son nom en Svensson . La requérante conteste que la clinique de psychiatrie infantile d'Eskilstuna ait conseillé de ne pas envoyer l'enfant à l'école . C'est à la fin de 1980 que, sur la demande du tribunal, la clinique s'est occupée de l'affaire pour déterminer si, d'un point de vue médical et psychologique, il était justifié de supprimer tout contact entre la requérante et son enfant . A l'époque où Alexandre réussit son évasion le 8 mai 1984, une procédure était en cours devant le tribunal de district de Stidra Roslag . La commission de protection sociale de Lidingii avait demandé au tribunal de retirer à la requérante ce qui lui restait encore de puissance parentale pour les questions juridiques concernant Alexandre . L'enfant fut entendu par le tribunal le 7 mai . Il n'osa dire que ce que le père nourricier et les travailleurs sociaux l'obligèrent à dire : qu'il était parfaitement heureux dans sa famille d'accueil et qu'il ne voulait absolument pas avoir affaire à s a 167
mère . Alexandre s'enfuit de son foyer d'accueil le lendemain . La requérante n'a joué aucun rôle dans cette évasion mais a bien sûr aidé l'enfant dès qu'il a pris contact avec elle ensuite . Elle n'avait pas été autorisée à le voir, à plus forte raison à lui parler, pendant la procédure judiciaire et ne l'avait pas vu depuis plus de quatre ans et demi . Il avait parfois réussi à la contacter en secret par téléphone mais très rarement, et la dernière fois qu'elle lui avait parlé remontait à deux mois avant son évasion . C'est l'enfant qui, de son propre gré, organisa et exécuta son évasion . La requérante renvoie à plusieurs incidents selon lesquels Alexandra aurait été maltraité dans la famille d'accueil . Les détails en sont venus à l'attention des services sociaux de tutelle et le 5 mai 1983 eut lieu à Stràngnàs une réunion entre les agents des services de protection sociale des différentes commissions . L'une de ces commissions au moins décida que l'enfant qu'elle avait placé dans la famille d'accueil d'Alexandre devait en être immédiatement retiré suite à de mauvais traitements . Cependant, bien que la commission sociale de Liding6 ait recommandé d'enlever Alexandre à cette famille, l'enfant y demeura néanmoins . La requérante soutient qu'Alexandre n'a pas été autorisé à fréquenter l'école en 1980 et 1981 ainsi que pendant une partie de 1984 . La requérante s'est toujours efforcée de donner à son fils une grande culture, jointe à de nombreux contacts internationaux et à une fotmation en diverses langues étrangères . Or, le choix de la famille d'accueil a été complètement opposé à ses vo_ux . Lorsqu'après sa première année passée dans la famille d'accueil, Alexandre fut autorisé à fréquenter l'école, il y fut rigoureusement surveillé et n'avait aucune chance de pouvoir s'en enfuir . II ne fut pas autorisé à téléphoner depuis l'école ni à participer à une sortie scolaire sans la présence de son père nourricier . Aussi a-t-il perdu une grande partie de sa scolarité . L'une des institutrices a signalé qu'elle n'avait jamais été autorisée à lui parler au téléphone lorsqu'elle appelait la famille d'accueil pour examiner certaines questions avec l'enfant . La requérame voulait absolument avoir un rapport indépendant sur I'état réel de l'enfant . Or, en 1981, la commission de protection sociale, appuyée par le tribunal de deuxième instance, n'a pas autorisé le docteur F ., psychiatre suédois de l'enfant, à voir Alexandre . En septembre 1982, un professeur finlandais de psychiatrie de l'enfance, Mme K ., vint en Suède pour rencontrer Alexandre, conformément à un accord passé avec le président de la commission de protection sociale . Mais elle ne fut pas autorisée à voir l'enfant, après que deux travailleurs sociaux dont le docteur H . (le psychiatre qui avait recommandé de placer Alexandre à l'Assistance publique) et deux autorités de tutelle aient mis en garde contre le danger pour l'enfant de rencontrer ce professeur . La même scène se reproduisit en janvier 1984 lorsque M"" Birgitta Wolf, de Mumau en Allemagne, se rendit en Suède pour voir Alexandre dans sa famille d'accueil . Toutefois, cette femme qui est intemationalement connue pour son engagement depuis trente ans à la cause de l'humanisation des
168
conditions de détention, réussit à exercer sur la commission de protection sociale une pression politique telle qu'elle a finalement réussi à étre autorisée à voir Alexandre et les parents nourriciers, mais pas dans la famille d'accueil . La rencontre eut lieu dans un hôtel d'Upsal . MmO Wolf a décrit la situation dans trois articles de journaux auxquels la requérante renvoie la Commission . Quant à la question litigieuse au regard de l'article 8 par . 2, la requérante a soutenu que les examens psychiques pratiqués en 1975 et 1979 ont montré qu'Alexandre était en bonne santé et ne portait aucune trace de mauvais tmitements . On a dit que la prise en charge d'Alexandre par l'administration visait à améliorer la santé psychique de l'enfant ou à le protéger de l'in0uence nuisible de la requérante . On a dit qu'Alexandre devait être placé dans un famille d'accueil avec possibilité d'assistance thérapeutique qualifiée . Or, la requérante soutient, en renvoyant à plusieurs déclarations faites par des psychiatres de l'enfance, que les raisons avancées étaient parfaitement dénuées de fondement et contraires ntème à l'effet recherché . Selon elle, il faudrait pour ètre exact qualifier l'enquète effectuée d'•abus de la psychiatrie commis loin de la maison et de la famille- . Justifier la décision de placement à l'Assistance en invoquant la nécessité dans une société démocratique n'est rien moins que scandaleux . Malgré la recommandation du docteur H . selon laquelle Alexandre devait @tre placé dans une famille d'accueil avec possibilité d'assistance thérapeutique qualifiée, ce n'est qu'en novembre 1980 que l'enfant a vu un psychiatre pour enfants ou un psychologue et encore n'était-ce que pour un simple examen . En bref, on se trouve ici devant un cas flagrant de violation des articles 3, 6, 8 et 10 de la Convention et de l'article 2 du Protocole additionnel .
EN DROI T La requérante se plaint de ce que le placement de son fils à l'Assistance publi1. que a constitué une violation de l'article 3 de la Convention . Elle se plaint également de ce que le fait de lui refuser de voir son fils lorsqu'il était à l'Assistance était contraire à l'article 8 . L'article 8 de la Convention est ainsi libellé : • 1 . Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance . 2 . 11 ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-ètre économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui . •
169
Le Gouvemement a soutenu que les griefs tirés par la requérante de l'article 8 sont irrecevables pour défaut manifeste de fondement . Cependant, la Commission estime que les griefs formulés posent des questions de fait et de droit dont la complexité appelle, pour en décider, un examen au fond . Cette partie de la requête n'est dès lors pas manifestement mal fondée et doit être déclarée recevable, aucun motif d'irrecevabilité n'ayant été établi . 2 . La requérante a allégué également une violation de l'article 2 du Protocole additionnel . Cet article est ainsi libellé : . Nul ne peut se voir refuser le droit à l'instrvction . L'Etac . dans l'exercice des fonctions qu'il assumera dans le domaine de l'éducation et de l'enseignement, respectera le droit des parents d'assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques . » Aprés avoir examiné l'argumentation des parties au regard de l'article 2 du Protocole additionnel, la Commission estime que se pose la question de savoir si, pendant la période où l'enfant était à l'Assistance publique, la commission de protection sociale a dGment respecté les droits garantis à la requérante par l'article 2 du Protocole additionnel . Selon la Commission, il se pose là de difficiles questions de fait et de droit d'une telle complexité qu'il ne peut être statué à leur sujet qu'après un examen au fond . Cette partie de la requête n'est donc pas non plus manifestement mal fondée et doit être déclarée recevable, aucun motif d'irrecevabilité n'ayant été établi . 3 . La requérante a également allégué une violation des articles 3, 6 et 10 de la Convention . Les faits sur lesquels se fondent ces allégations étant pour beaucoup les mêmes que ceux examinés ci-dessus aux points I et 2, la requête est, dès lors, également recevable à cet égard . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÊTE RECEVABLE, tous moyens de fond rése rvés .
170

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 15/05/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.