Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ C. c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10854/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-07-08;10854.84 ?

Analyses :

(Art. 5-3) DUREE DE LA DETENTION PROVISOIRE, (Art. 6) PROCEDURE PENALE


Parties :

Demandeurs : C.
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10854/8 4 C . v/the UNITED KINGDO M C . c/ROYAUME-UN I DECISION of 8 July 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 8 juillet 1985 sur la recevabilité de la requêt e
A rticle 5, paragraph 1(a) of the Convention : Detention after conviction does not cease ro be lawful because the length of detention in a foreign country pending extradition after escape is not deduned from it . Competence ratione materiae : 7he Convention does not guarantee a right ro have the length of detention pending extradition counted as part of the sentence. Article 5, paragraphe 1, litt. a), de la Convention : Une détention après condamnation ne cesse pas d'ètre régulière dans la ntesure où n'en est pas déduite la durée d'une dAtention à l'étranger en vue d'extradition après évasion . Compétence ratione materiae : la Corn•ention ne garantit aucun droit à!'irnputarion de la durée d'une detention en vue d'extradition sur la dur(e de la peine .
THE FACTS ((rançais : voir p. 180) The facts as they have been submined on behalf of the applicant, a citizen of Ireland bom in 1921, by his legal representatives Messrs Hatten Wyan & Co, Solicitors of Gravesend, may be summarised as follows : On 5 May 1978 the applicant was arrested and charged with forgery, uttering forged documents and criminal deception . He was subsequently convicted of these offences and sentenced to five years' imprisonment by the Croydon Crown Court on I December 1978 . The applicant was first sent to HM Prison Wandsworth and then to an "open" prison at Easlchurch, Isle of Sheppey, Kent .
177
Applications for leave to appeal against conviction and sentence and later for parole were refused by the Court of Appeal, Criminal Division and by the Parole Board respectively . On 18 September 1980 the applicant absconded from prison and went to Ireland . At the time of his escape the applicant's earliest prison release date was 26 September 1981 and his parole eligibility date had passed . In April 1981 the applicant was arrested by the Garda Siochana in Dublin and charged with theft . He was convicted and sentenced to nine months' imprisonment on I I May 1981 . On 30 October 1981, during his detention in Mountjoy Prison, Dublin, the applicant was served with an extradition warrant dated 22 May 1981 issued to an officer of the Kent County Constabulary . The applicant was at this date due for temporary release, his sentence for theft being due to expire on 6 December 1981 . The applicant was thereafter detained pursuant to the extradition warrant at Mountjoy Prison and on 20 November 1981 an Order for Delivery pursuant to the Irish Extradition Act 1965 was made by the District Court . On 25 June 1982 a writ of habeas corpus was granted to the applicant by the Irish High Court quashing an Order of Delivery made on 20 November 1981 on the grounds that it failed to specify the details of the proposed extradition with sufficient precision . The applicant was not released from custody and on I July 1982 a second Order for Delivery was made pursuant to the original extradition warrant dated 22 May 1981 . On 9 December 1982 the applicant's appeal against this second Order for Delivery was dismissed by the Irish High Court and on 7 February 1983 the Irish Court of Appeal dismissed the applicant's appeal from this decision . On 9 February 1983 the applicant was arrested by a member of the Kent County Constabulary pursuant to the extradition warrant and conveyed in police custody to Kent where on or about I I February 1983 he was produced before Sheerness Magistrates Court charged with unlawful escape . He was remanded in custody pending committal for trial by the Kent Crown Court and detained in HM Prisons at Eastchurch and Canterbury . On 3 June 1983 the applicant pleaded guilty to the charge and was sentenced by the Maidstone Crown Court to six months' imprisonment to run consecutively to the five years prison sentence imposed by the Croydon Crown Court on 1 December 1978 . The applicant's earliest release date was 19 June 1984 . By a letter dated 30 August 1983 the Home Office indicated that the time spent by the applicant in Mountjoy Prison between 30 October 1981 and 9 February 1983 would not be taken into account in calculating the length of sentence to be served in the United Kingdom . The applicant contends that since his detention during this period was pursuant to the extradition warrant dated 22 May 1981, such time spent awaiting extraditio n
178
should be (aken into account regarding his imprisonment in the United Kingdom and his release da(e adjusted accordingly . Two applications by the applicant for Judicial Review of the Home Office decision were dismissed bv the Oueen's Bench Division of the High Coun on 25 August 1983 and 25 October 1983 . On 9 November 1983 the applicant was informed that no appeal to the House of Lords was available to him .
COMPLAINT S The applicant contends that his period of detention in Ireland awaiting extradition should have counted towards the five year sentence to be served in the United Kingdom pursuant to his original conviction . Insofar as the time spent in prison in Ireland has not counted towards his sentence he complains that he suffered detention in the United Kingdom which was not legally justified and which was in breach of the rights guaranteed by Article 5 paras . I and 4 of the Convention . THE LAW I . The applicant complains that his period of detention in Ireland was not taken into account to reduce the time which he still had to serve in the United Kingdom to complete his sentence following his return on 9 February 1983 . However the Commission recalls that the Convention does not guarantee the right for time spent in detention pending extradition to be counted towards the service of sentence . It follows that this part of the applicant's complaint is incompatible ratione materiae with the provisions of the Convention within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention . 2 . The applicant alleges in particular that the failure to count the period spent awaiting extradition from Ireland as part of the sentence of five years' imprisonment rendered pan of his period of detention in the United Kingdom illegal and without justification contrary to Article 5 . Article 5 of the Convention provides : "1 . Everyone has the right to liberty and security of person . No one shall be deprived of his liberty save in the following cases and in accordance with a procedure prescribed by law : a) the lawful detention of a person after conviction by a competent court ; c) the lawful arrest or detention of a person effected for the purpose of bringing him before the competent legal authority on reasonable suspicion of having coinmitted an offence or when it is reasonably considered necessary to prevent his committing an offence or fleeing after having done so ;
179
() the lawful arrest or detention of a person . . . against whom action is being taken with a view to . . . extradition . " The applicant was arrested in the United Kingdom on 5 May 1978 and charged with forgery, uttering forged documents and criminal deception . He was detained on remand and subsequently convicted on all three charges, being sentenced to five years' imprisonment . On 18 September 1980 the applicant absconded from prison and went to Ireland . During this period from 5 May 1978 to 18 September 1980, the date of his escape from prison, the applicant's detention was therefore justified initially pursuant to Article S para . 1(c) and following his conviction under subpara . (a) . On his extradition and return to the United Kingdom on 9 February 1983 th e applicant was sentenced to six months' imprisonment for unlawful escape, such sentence to run consecutively to his uncompleted five year prison sentence . There is nothing to show that his detention following this conviction was not justified by Article 5 para . 1 (a) . The periods of detention to which the applicant has been subject in the United Kingdom are therefore all justified by the exceptions contained in Article 5 para . I (c) and (a) . It follows that this part of the complaint is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention . For these reasons, the Comntission therefore DECLARES THIS APPLICATION INADMISSIBLE .
(TRADUCTION) EN FAI T Les faits, tels qu'ils ont été exposés au nom du requérant, ressortissant irlandais né en 1921, par ses représentants MM . Hatten, Wyatt et Cie, solicitors à Gravesend, peuvent se résumer comme suit : Le 5 mai 1978, le requérant fut arrété et inculpé de faux, usage de faux et mano:uvres frauduleuses . Il fut reconnu coupable de ces infractions et condamné à cinq ans de prison par le Crown Court de Croydon le 1° 1 décembre 1978 . D'abord envoyé à la prison d'Etat de Wandsworth, il fut transféré ensuite dans une prison de type •ouvert . à Eastchurch, dans l'île de Sheppey, Kent .
180
Ses demandes d'autorisation de faire appel de la condamnation et de la peine, puis d'obtenir une libération conditionnelle, se heurtèrent aux refus successifs de la Court of Appeal, de la Criminal Division et de la commission de libération conditionnelle . Le 18 septembre 1980, le requérant s'évada de prison et s'enfuit en Irlande . Au moment de son évasion, la date la plus proche pour sa libération était le 26 septembre 1981 et la date à laquelle il pouvait solliciter une libération conditionnelle était passée . En avril 1981, le requérant fut arrèté par la Garda Siochana à Dublin et inculpé de vol . Le 11 mai 1981 . il fut reconnu coupable et condamné à neuf mois de prison . Le 30 octobre 1981, pendant sa détention à la prison de Mountjoy à Dublin, le requérant se vit signifier un mandat d'extradition en date du 22 mai 1981 émis par la police du comté de Kent . Il devait à l'époque bénéficier d'une libération provisoire, sa peine pour vol devant expirer le 6 décembre 1981 . En application du mandat d'extradition, le requérant resta détenu à la prison de Mountjoy et le 20 novembre 1981, le tribunal de district rendit une ordonnance de mise à disposition conformément à la loi irlandaise de 1965 sur l'extradition . Le 25 juin 1982, la High Court irlandaise fit droit à la demande d'habeas corpus du requérant et annula l'ordonnance de mise à disposition délivrée le 20 novembre 1981 au motif qu'elle ne donnait pas suffisarnment de détails sur l'extradition envisagée . Le requérant fut maintenu en détention et le 1 - juillet 1982, une deuxième ordonnance de mise à disposition fut rendue confortnément au mandat initial d'extradition émis le 22 mai 1981 . Le 9 décembre 1982, la High Coun irlandaise rejeta le recours formé par le requérant contre cette deuxième ordonnance et le 7 février 1983, la Court of Appeal débouta le requérant de l'appel interjeté contre cette dernière décision . Le 9 février 1983, le requérant fut arrêté par un officier de la police du comté de Kent, conformément au mandat d'extradition et transféré sous escorte de police à Kent où, aux environs du 11 février 1983, il comparut devant le tribunal d'instance de Sheerness pour évasion . II fut placé en détention provisoire avant d'ètre traduit devant le Crown Court du Kent et incarcéré dans les prisons d'Etat d'Eastchurch et de Canterbury . Le 3 juin 1983, le requérant plaida coupable sur ce chef d'accusation et fut condamné par le Crown Court de Maidstone à six mois de prison, devant s'ajouter à la peine de cinq ans infligée par le Crown Court de Croydon le 1" décembre 1978 . La date de libération la plus proche était pour le requérant le 19 juin 1984 . Par lettre du 30 ao6t 1983, le ministère de l'Intérieur indiqua que le temps passé par le requérant à la prison de Mountjoy, du 30 octobre 1981 au 9 février 1983, ne serait pas pris en compte pour calculer la peine à purger au Royaume-Uni . Le iequérant soutient que sa détention pendant cette période étant conforme au mandat d'extradition émis le 22 mai 1981, cette période de détention en vue d'extradition devait êtr e 181
prise en compte au regard de son emprisonnement au Royaume-Uni et la date de son élargissement ajustée en conséquence . Les deux demandes de contrôle judiciaire de la décision prise par le ministère de l'Intérieur furent rejetées par la Queen's Bench Division de la High Court le 25 août et le 25 octobre 1983 . Le 9 novembre 1983, le requérant fut avisé qu'aucun appel à la Chambre des Lords ne lui était ouvert . GRIEFS Le requérant soutient que la période de détention en vue d'extradition subie e n Irlande aurait dû être décomptée de la peine de cinq ans de prison qu'il devait purger au Royaume-Uni selon sa condamnation initiale . Dans la mesure où le temps passé en prison en Irlande n'a pas été décompté de sa peine . il se plaint d'avoir subi au Royaume-Uni une détention qui, n'étant pas légalementjustifiée, était donc contraire aux droits que lui garantit l'article 5 par . I et 4 de la Convention .
EN DROI T I . Le requérant se plaint de ce que la période de sa détention en Irlande ne soit pas venue en déduction du temps qui lui restait à purger au Royaume-Uni pour achever sa peine, après son retour dans ce pays le 9 février 1983 . La Commission rappelle toutefois que la Convention ne garantit pas le droit de voir le temps passé en détention en vue d'extradition décompté du temps de la peine . Il s'ensuit que le grief du requérant est, sur ce point, incompatible ratione materiae avec les dispositions de la Convention au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . 2 . Le requérant allègue notamment que le fait de n'avoir pas décompté la durée de la détention en vue d'ex tradition subie en Irlande de la peine de cinq ans de prison rendait une pa rt ie de sa détention au Royaume-Uni illégale et dépourv ue dejustiftcation, con tr airement à l'art icle 5 . L'article 5 de la Convention est ainsi libellé : « 1 . Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté . Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales : a) S'il est détenu régulièrement après condamnation par un tribunal compétent ; c) s'il a été arrêté et détenu en vue d'être conduit devant l'autorité judiciaire compétente, lorsqu'il y a des raisons plausibles de soupçonner qu'il a commis une infraction ou qu'il y a des motifs raisonnables de croire à la nécessité de l'empécher de commettre une infraction ou de s'enfuir après la commission de celle-ci ;
182
Q s'il s'agit de l'arrestation ou de la détention régulière d'une personne . . . contre laquelle une procédure . . . d'extradition est en cours . • Le requérant fut arrèté au Royaume-Uni le 5 mai 1978 et inculpé de faux, usage de faux et manmuvres frauduleuses . Il fut placé en détention provisoire, puis reconnu coupable sur ces trois chefs et condamné à cinq ans de prison . Le 18 septembre 1980, le requérant s'évada de prison et s'enfuit en Irlande . Durant la période du 5 mai 1978 au 18 septembre 1980, date de son évasion, sa détention se justifiait initialement au regard de l'anicle 5 par . 1 alinéa c) et, aprés sa condamnation, au regard d e l'alinéa a) . Après son extradition et son retour au Royaume-Uni le 9 février 1983, le requérant fut condamné à six mois de prison pour évasion, cette peine devant s'ajouter à la peine initiale de cinq ans, restée inachevée . Rien ne montre que cette détention aprés la nouvelle condamnation n'ait pas été justifiée au regard del'anicle 5 par . 1 a) . Les périodes de détention du requérant au Royaume-Uni sont dès lors toutes justifiées par les exceptions énumérées à l'article 5 par. I c) et a) . Il s'ensuit que le grief est, sur ce point, manifestement mal fondé au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention .
Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE LA REQUÊTE IRRECEVABLE .
183

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 08/07/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.