Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ D. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10812/84
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-07-11;10812.84 ?

Analyses :

(Art. 5-3) DUREE DE LA DETENTION PROVISOIRE, (Art. 6) PROCEDURE PENALE


Parties :

Demandeurs : D.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10812/84 D . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMAN Y D . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 11 July 1985 on Ihe admissibility of the application DÉCISION du 11 juillet 1985 sur la recevabilité de la requèt e
Article 8, paragraph 2 or the Convention : a) Withdrawnl of a ntrnher's right to custody of her natural son and his p(acentent in gtaardi(inship . Circumstances justifi,ing these measures regarded as necessa . nforthepci ld'sheat,mornigsdfeom b) Pursuatu to an order withdrawing custody, rentoval br the amhorities of a child from hi.s school without the ntother's knowledge and his placement in a disraru educational establishment, preventing ihe mother from conmcting him . Refusal to rereal dte child's address (Comp[aint declared admissible) . A rticle 19 of the Convention : 7h e Commission is not competenr to examine tilleged errors offact or law conunitted by national courts, except where it considers tha t such errors miglu hate irnohed a possible violation of rhe riglus and freednms set uut in dte Cunvemion . A rticle 25 of the Convention : Mother of a child under qualified stawton guardiartsidp accepted as the child's represernmive where their complaints are identical and relate to rhe guardianship order .
Arficle 8. paragraphe 2, de la Convention : a) Retrait à une mère du droit de garde sur son enfant namrel et placetnent de celuici sous tutelle légale . Circonstances justifiant ces mesures considérées comme nécessaires à la protection de la santé . de la morale et des droits et libertés de l'enfant . 211
b) Circonstances dans lesquelles les nutorités . en exécution d'une mesure de retrait de garde, ont enlevé un enfant à la sortie de l'école et à l'insu de la mère et l'ont placé dans une nraison d'éducation éloignée . empêchant la mère de maintenir un contan arec lui, notamntem en ne rérélaru pas l'adresse de l'enfant (Criefdéclaré recerable) . Article 19 de la Convention : [,a Commission ne peut examiner de prétendues erreurs de fitit ou de droit commises par le juge national que dans la mesure où ces crreurs pourraient impliquer tate violation des droits et libertés garamis par la Convention .
Article 25 de la Convention : Mère d'un enfant placé sous tutelle légale limitée, admise cntntne représentatue de sott ettfant dans la mesure où leurs griefs sont iden«ques et risetu la mise sous nuelle limitée .
THE FACTS
(français : voir p. 225 )
The applicant, a German citizen born in 1944, is a housewife resident in Berlin . Before the Commission she is represented by Dr . Rust, a lawyer practising in Berlin . The applicant is filing her application also in the name of her son, a schoolboy, who was bom out of wedlock on 18 March 1976 . Patemity of the son, a schoolboy, has been acknowledged by an American soldier . The son's residence is currently unknown . In 1981 and 1982 two medical opinions prepared by medical specialists, inter nlia Prof. G . . stated that severe educational errors on the applicant's part were jeopardising her son's developmeni . Prof. G . suggested that the applicant should be assisted in order to ensure that her son could remain with her . A further opinion of Dr . S ., the applicant's GP . of 8 Febmary 1982, mentioned the applicant's reduced intellectual abilities . While Dr . S . did not recommend a separation, he suggested that a further person should assist in the son's education . On 9 February 1982 the Berlin-Spandau District Court (Amtsgericht) acting as Guardianship Court temporarily transferred the mother's right to decide her son's residence to the Youth Office . It also ordered the Spandau Mental Hospilal to prepare a medical opinion on the applicant and her son which was given on 27 April 1982 . The psychological opinion which was signed by Dr . K . and independently verified by Iwo other specialists expressed the fear that the mother was not able to educate her son properly who disclosed clear symptoms of disturbed development in the psycho-affective area . It recommended that other people should assist in his education and that he should undergo psychotherapeutic treatment . Without aheration of the situation of mother and son, it was very likely that further damages would occur . Dr . K . recommended that other people should assist in his education : 212
if the son's development had not improved within one year, he should be taken out of the applicant's household . The District Court then restored the applicant's custody over her son . In view of the son's irregular visits to a day-nursery, the District Coun ordered the applicant on 21 June 1982 to send her son to a school and to ensure that he underwent psychotherapeutic treatment . The mother underwent the treatment in June 1982 and in January 1983 . but her son apparently did not . On 17 August 1982 the applicant's son commenced printary school . Accordin g to school reports issued between 17 August 1982 and 24 November 1982 he visited the school altogether on nine days . On the other days the applicant provided doctors' cenificates that her son was absent for medical reasons . The applicant and a teacher were once involved in a fight in the classroom . Thereupon a poster at the school entrance stated that the applicant was prohibited from entering the school . The applicant then no longer sent her son to the school . After searching for another institution, she sent him to elementary school in June 1983 .
On 12 April 1983 and upon request of the Family Welfare Office, the District Coun acting as Guardianship Court transferred the custody over the applicant's son (Personensorgerecht) to the Kreuzberg Youth Office (Jugendamt) and a stamtory guardian . The court ordered the Youth Office to keep the son's residence secret and to take the son away from the apanntent of the applicant or of the son's grandparents . The court relied on S . 1666 of the Gerntan Civil Code . The applicant appealed against this decision to the Berlin Regional Court (Landgericht) which on 10 May 1983 suspended the execution of the previous decision . The applicant submitted in the appeal proceedings a medical opinion by Dr . A . who, while not recommending a separation, pointed out that it would be difficult for him to conduct a satisfactory therapy under the social security systeni and that the applicant had difficulties in gaining confidence in hint . According to a subsequent letter of Dr . A ., a Regional Judge had telephoned Dr . A . during these proceedings . The call or its content were then not disclosed to the applicant . On 18 August 19 9 3 the court dismissed the appeal insofar as it concerned the issue of custody and the fact that the son was to be taken out of the apartment of the applicant, or the son's grandparents . On the other hand, the court found that the District Court has wrongly permitted the Youth Office to keep secret from the mother the residence of her son, and it quashed without replacement the previous instance's decision insofar as it had permitted the Youth Office to keep the son's residence secret . The coun's decision counted 34 pages . 213
In respect of the issue of custody the coun reached its decision on the basis of the niedical opinion of Dr . K . as well as of Dr . S . and Prof . G . The decision which refers to three hearings before the District Court in which the applicant participated also summarised Dr . A .'s opinion . The coun did not regard as necessary a funher examination of the applicant during a period of recovery at a hospital, as such a relaxing framework did not correspond with daily life . While the court agreed that the applicant wanted the best for her son, her neurotic disposition and reduced intellectual abilities prevented her from disceming what was necessary for his education . She had not ensured his regular visits to a nursery and, upon the measures ordered by the District Coun on 21 June 1982, subsequently to ensure his education by sending him regularly to school . It could be assumed that the applicant's psychological state had contributed to the fight with the teacher in the classroom . Her son had now a pronounced disturbance (Fehlentwicklung) in the psycho-affective area and a reduced group ability, and her behaviour warranted the conclusion that she would continue to act in the same way as before . Dr . A .'s statement also disclosed that he regarded a therapeutic treatment of the applicant as not useful . As to the son's residence, the Regional Court found that the District Court had incorrectly permitted the Youth Office to keep the son's residence secret . The measure itself in fact entailed a complete exclusion of relations between mother and child within the meaning of S .1634 . The Regional Court found it unjustifiable at that stage to exclude the applicant' s complete access to her son in view of the fact that the separation between molher and son would in any event bring grave psychological problems for both . The court continued : "To alleviate these difficulties it can become altogether necessary (durchaus erforderlich) that the mother is pennitted contact (Umgang) with her child in order to calm down the situation . On the other hand, it is not to be excluded that such contact with the child may also aggravate the disturbance . . . For the purpose of psychological adaptation to the separation, mother and child must have the opportunity to see each other, to speak with and to comfort each other . Whether this will succeed in view of the mother's neurotic disturbance cenainly appears doubtful . Only the future development can bring cenainty here . The mother should by means of a reasonable conduct try not to give cause for a substantial restriction of her right to contact . According to the present state of the proceedings the impugned decision must therefore be quashed insofar as it entitled the Youth Office to keep secret from the mother the child's residence ." (p . 33/34) . The Regional Coun concluded its judgment by requesting the mother to cooperate with the Youth Office . The decision was served on the Youth Office and the applicant's lawyer on 2 September 1983 . 214
On 2 September 1983 the municipal guardian took the applicant's son from his classroom directly to the airport . The son was flown to Hamburg and brought to an institution without having seen, or spoken with, the applicant . The applicant has not been told her son's address . The applicant appealed against the decision of the Regional Court of 18 August 1983 to the Berlin Court of Appeal (Kammergericht), complaining . inter alia, that her son's residence was still being kept secret . The District Office also lodged an appeal on 20 September 1983 in which it objected to the Regional Court's decision to reveal the son's residence . The office stated that the applicant's son was happily settling in in a children's home . The appeal continues : "In the case of a disclosure of his place of residence it must be feared that the ntother will immediately visit the child which would result in a considerable disturbance of our ward . . ." . On 29 November 1983 the Court of Appeal dismissed both the applicant's and the District Office's appeals . In the court's view, it was not unjustified that that previous instance had upheld the applicant's request to have personal contact with her son and to know his residence . The Regional Coun had been competent to deal with this question which concerned the regulation of contact (Umgangsregelung) within the meaning of S .1634 . Complete exclusion of contact would according to S .1634(2) only be necessary if no other means of protecting the child were available . On the other hand, the withdrawal of custody from the applicant contplied with S .1666(I) . The previous instance had assessed the medical opinions correctly and had not comntitted any procedural errors, in particular not in respect of the judge's telephone conversation with Dr . A .
1 . On 2 Febmary 1984 the applicant requested the Spandau District Court to withdraw custody over the applicant's son from the municipal guardian in view of the nianner in which the son had been taken away from Berlin and the fact that his residence was being kept secret . The legal adminis trator ( Rechlsp0eger) of the District Coun decided on 21 February 1984 not to withdraw custody over the applicant's son from the municipal guardian, though the lauer was ordered to disclose the son's residence . On 24 February 1984 the District Court also decided that the son should not be brought back to Berlin . The applicant then filed a complaint to the latter coun (Erinnerung) in which she submitted that the son's residence was still kept secret . Regular visits were not possible . already in view of the fact that her son had been taken away from school and transferred to West Germany . The municipal guardian also filed a complaint o n 215
15 March 1984 stating that, while the son's residence should continue to be kept secret in his own interesi . it had no objections to the applicant meeting her son somewhere else free of costs . However, the applicant had refused to accept this offer . Ill . On 16 April 1984 the District Court acting as Guardianship Court quashed its decision of 21 February and now stated that the applicant should be able to meet her son regularly, but that the guardian could decide where the meetings should occur . It was not an abuse of the guardian's office if such meetings did not take place at the son's residence . The applicant appealed against this decision . She requested that the youth authorities be ordered, under the threat of forcible execution, to disclose her son's residence . On 9 November 1984 the Regional Court rejected the appeal . It found that the Youth Oflice had a cenain competence to decide on the necessary measures concerning the child . The decision continues : "If the Regional Court - confirmed by the Court of Appeal - has quashed the decision of the District Court which was not to reveal the son's residencethis does not automatically entail the general obligation of the Youth Office to communicate to the ntother the residence immediately in all circumstances . Rather, the Youth Office should within its duty bound discretion (pflichigem8sses Ermessen) endeavour in the interest of the child to communicate the child's residence to the mother" (p . 7) . According to the judgment, the transfer of the applicant's son from Berlin to the institution had been handled inadequately and would have worried the son . However, the Youth Office had within its duty bound obligation so far unsuccessfully endeavoured to arrive at the first condition for communicating the residence, i .e . a talk with the mother about the situation of her son . As convulsive scenes could be anticipated if mother and son came together, it was important to find out whether the ntoiher was ready for such a meeting . It was particularly worrying that the mother refused to talk with the Youth Office . The latter had justifiably refused to panicipate at a meeting at the office of the applicant's lawyer together with the applicanl . her lawyer and an educator from the institution, in view of the fact that the atmosphere of a lawyer's office would have inhibited the educator in the free exposition of her views . If the applicant wanted personal contact with her child at his place of residence, this concerned the regulation of contact within the meaning of S . 1634, a matter on which the District Court had not yet decided and which could not therefore b e
216
entered into upon appeal . The Regional Coun also saw no reason to withdraw custody from the municipal guardian or to terminate the son's stay in the institution where his progress was positive . Even if the son could have been placed in a Berlin home, it was at present not apparent that his continuing stay in a West German home would be detrimental to him . On 4 June 1985 the Coun of Appeal, in rejecting the applicant's appeal, found that the decisions of the previous courts disclosed no legal errors and rejected the appeal . The court stated in particular that, if the District Coun had on 16 April 1984 quashed the previous decision of the legal administrator to communicate the son's address . this meant that the Youth Office was entitled, until funher notice, not to disclose the address . The legal administrator had not been competent to decide on ihe issue of access . On 16 April 1984 the District Court had stated that the municipal guardian could decide whether the applicant could contact her son . Its decision thus also affected the manner in which the applicant exercised her right of access . However- the court had ensured that the son would not be disturbed by the applicant's unprepared and uncontrolled visits . Nevenheless, this only constituted a temporary ntea .sure . If, after the decision of 16 April 1984, no agreement as to the access could be reached, the Guardianship Court would then have to regulate the issue . u had not been foreseeable that the mother would refuse all cooperation . The Guardianship Court should now urgently regulate the applicant's access to her son and, for this purpose, undertake the necessary investigations, and properly hear the parties . The Coun of Appeal also rejected the applicant's request that her son should be brought back to Berlin . His placement in West Germany far away from the applicant had been correct inasmuch as this prevented the applicant's uncontrolled contacts with her son .
COMPLAINTS I . The applicant complains under Article 8 of the Convention of the loss of custody over her son who has been placed under guardianship and taken out of her household . She invokes her right to educate her son, and his right to be educated by his parent . She submits, inrer alia, that the mere possibility of a danger for the son's well-being does not justify such a measure . His well-being would not have been endangered if he had remained in her household, as had been advocated by all ntedical experts . The applicant's educational assistance would have been sufficent . 2 . Under Anicle 8 the applicant complains of the forcible execution on 2 Septentber 1983 by the Youth Office of the separation of her son . She submits that he was taken away from his school under distressing circumstances and without the applicant's knowledge, as well as against her will . 217
3 . The applicant complains under Article B of the fact that her son was taken away from Berlin and brought to an institution in West Germany . As she is impecunious . this measure effectively prevents her from maintaining constant contact with her son . Funhermore, such an education can never be an adequate substitute for parental education, and her son is indeed now suffering from a lack of parental affection . 4 . The applicant submits that the decisions of the Regional Court of 18 August 1983 . and of the Court of Appeal of 29 November 1983, quashed the decision of the District Court of 12 April 1983 . insofar as the latter had ordered the Youth Office to keep the son's residence secret . She complains under Article 8 that, contrary to these decisions, her son's residence has not been disclosed, thus depriving her of all written or personal contact with her son . 5 . The applicant also complains of the manner in which the above courts conducted the proceedings and assessed the facts, as well as of the resulting decisions . She alleges, inter a(ia, the incorrect application of German law, the one-sided interpretation of the medical opinions which had all advocated against a separation, and the insufficient substantiation of the court decisions . The Regional Court had conducted the proceedings improperly insofar as a judge had made a telephone call with Dr . A ., the contents of which had been misunderstood by the court and had not been communicated to the applicant's lawyer . Dr . A .'s medical opinion had not been considered by the Regional Court . The applicant relies on Article 6 para . I of the Convention, and her right to a fair hearing .
THE LA W The applicant submitted in the application of 23 January 1984 that she was 1. filing the application in her own name as well as in the name of her son who was then aged seven years and ten months and had been placed under statutory guardianship . Under Article 25 para . I of the Convention, the Commission "may receive petitions . . . from any person . . . claiming lo be the victim of the rights set forth in (the) Convention" . In principle, a parent who has the custody over his or her child is able to introduce an application before the Commission on behalf of the child . This opportunity ntay be qualified by Ihe status of the parent's legal relationship with the child under domestic law . It is true that in the present case the applicant's son was placed under statutory guardianship . 218
However, the Commission notes that the applicant's position in respect of her son has, according to S . 1666(1) of the German Civil Code, only been qualified lo the extent that the Youth Office acting as the son's statutory guardian may decide in particular the son's residence and education . Moreover, the applicant's complaints are directed against the proceedings before the Gernian couns leading to the decision under S .1666(I) of the Civil Code to appoint a statutory guardian as well as against the manner in which this decision was executed . On the other hand, the complaints of the applicant's son are in this respect identical to those put forward by the applicant . In these circumstances the Commission considers that the applicant is able to introduce the application also on behalf of her son without it being necessary for the recipnxal parties to the "family life" in question to be made joint applicants . 2 . The applicant complains of the withdrawal of custody (Personensorgerecht) over her son, who has been placed under statutory guardianship (AmtspFlegschaft) and taken out of her household . She submits, inter al/a, that these measures did not correspond with the conclusions expressed in various medical expert opinions, and that thc measures were ordered without considering the suitability of less rigid means . The nteasures at issue could not be justified by the mere possibility that the son's well-being would be endangered if he remained with the applicant . She relies on Article 8 of the Convention which states : "I . Everyone has the right to respect for his private and family life, his hotne and his correspondence . 2 . There shall be no interference by a public authority with the exercise of this right except such as is in accordance with the law and is necessary in a democratic society in the interests of national security, public safety or the economic well-being of the country, for the prevention of disorder or crime, for the protection of health or ntorals, or for the protection of the rights and freedonts of others . " The respondent Government have contended that the German courts' decision to withdraw the applicant's custody over her son, while constituting a panicularly serious interference with the applicant's parental rights, was justified under Article 8 para . 2 . as being the most lenient means after other attempts to prevent damage to the son had failed . As had been found by medical experts, damage had already occurred to the son . and further damage was to be feared if he continued to remain with the applicant . The decision by the German courts to withdraw the applicant's custody over her son, to put him under statutory guardianship, and to take him away from the applicant's household constituted an interference with family life . protected by Anicle 8 of the Convention . The Contmission's next task is to examine whether such interference was justified under Anicle 8 para . 2 . 219
The Commission obse rves that the German courts' decision concerning the withdrawal of the applicant's custody over her son was taken in accordance with the domestic law, as laid down in Section 1666 of the German Civil Code . Moreover, the German courts carefully examined the necessity of the measures taken . Thus, the Regional Coun, in its decision of 18 August 1983, considered that all medical opinions had confirmed the mother's reduced intellectual and educational abilities . The court appointed expert, Dr . K ., had stated on 27 April 1982 in an opinion independently verified by two further experts that the applicant's son disclosed clear symptoms of disturbed development in the psycho-affective area ; if the situation of the applicant and the son remained unchanged- it was unlikely that his condition would improve . The expert opinion recommended in particular that one more opportunity should be given to the applicant and that the son should be taken out of her household if there was no improvement within one year . In this respect the Commission notes that the decisibn was thereupon taken by the Regional Court only after considering that the developments subsequent to Dr . K .'s opinion, rather than indicating an improvement in the son's development, disclosed the applicant's continuing difficulties in ensuring her son's education . The court also considered that less rigid measures, such as had been ordered by the District Court on 21 June 1982, had proved unsuccessful . In the court's view the applicant's conduct warranted the conclusion that she would continue to act in the same way as before and that the son's well-being would thus be seriously jeopardized if he continued to remain with her . The Commission considers that the decisions taken by the German courts were reasonable in the circumstances, and that the interference with the applicant's right to respect for family life was justified under Article 8 para . 2 of the Convention, as being necessary in a democratic society for the protection of the health and morals and the rights and freedoms of others, namely the child concerned . It follows that this part of the application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention . 3 . The applicant also complains under Article 8 of the Convention about the forcible separation from her son on 2 September 1983 . She submits that he was taken away from his school under distressing circumstances, without her knowledge and against her will . a . The Government sta ( e that this complaint was not raised by the applicant in her application to the Commission, possibly because the right to decide the son's residence no longer fell to the applicant . However, the Commission has satisfied itself that at the outset, in her application of 23 Janua ry 1984, the applicant directed one complaint " against . . . 2) the forcibly executed separation from her son by the Youth Office Berlin-Kreuzberg on 2 September 1983 . . ." (p . 1) . 220
b. The Government submit furthermore that the applicant failed to exhaust domestic rentedies within the nteaning of Article 26 of the Convention . The Court of Appeal stated on 29 November 1983 that the complaint at issue was not part of its decision . The applicant could have raised this point together with the coniplaints directed against the Youth Office . It was doubtful, however, whether a complaint by the applicant of a breach of duty on the part of the Youth Office would have ntet the conditions of Anicle 26 . However, the Contmission observes that, once the applicant's son had been placed under statutory guardianship, the applicant could no longer decide the son's residence or, therefore, introduce a complaint in this respect . in view of the fact that the exercise of this right appertained, according to S . 1666(() of the German Civil Code, to the Youth Office as statutory guardian . Therefore, the applicant had no possibility to complain about the manner in which her son was taken away from school . Notwithstanding these circumstances, the Commission notes that the complaint at issue was mentioned, inrera[ia, in the applicant's appeal statement to the Regional Coun . On 9 November 1984, this court found that the transfer of the applicant's son on 2 September 1983 from Berlin to West Germany had been handled inadequately . However, the court did not arrive at the conclusion that the applicant's rights had been violated . In her further appeal . the applicant again referred, in her contplaint about the Youth Office's conduct concerning custody . to this passage of the Regional Court's decision . The Commission concludes, therefore, that in this respect the applicant has complied with the condition as to the exhaustion of domestic remedies within the meaning of Article 26 of the Convention . c . In addition, the Government submit that the measure at issue, as the most lenient one, met the criteria of Article 8 para . 2 of the Convention . Had the son been taken away from the applicant's apartment, draniatic scenes would have been conceivable which would have caused a psychological shock to the applicant's son . Another possibility was that the applicant might have gone imo hiding with her son . The Commission considers that the complaint raises difficult questions of fact and law which are of such complexity that their determination should depend on an examination of the merits . This part of the application is therefore not manifestly illfounded and ntust be declared adntissible, no other grounds for declaring it inadmissible having been established . 4 . The applicant complains under Anicle 8 that her son was taken away from Berlin and brought to a West German institution for education . As she is impecunious this measure effectively prevents her from maintaining constant contact with her son . Such an education can be no substitute for parental education .
221
The respondent Government submit that the West German institution which was chosen as no free place was available in a Berlin home, is a qualified establishnient for pedagogical treatment where the applicant's son is developing well . This measure was therefore justified by Article 8 para . 2 . The Contmission finds that this is also a complex question of fact and law which can only be resolved by an examination of the merits . It follows that this aspect of the application cannot be declared manifestly ill-founded and must be declared admissible, no other grounds of inadmissibility having been established .
5 . The applicant next submits that the decisions of the Regional Coun of 18 August 1983 and of the Court of Appeal of 29 November 1983 quashed the decision of the District Court of 12 April 1983 insofar as the latter had ordered the Youth Office to keep the son's residence secret . She complains under Article 8 that, contrary to these decisions, her son's residence has not been disclosed, thus depriving her of all written or personal contact with her son . a. The respondent Government contend that the applicant has in this respect not exhausted domestic remedies within the meaning of Article 26 of the Convention . The decisionof the Regional Court of 18 August 1983 and of the Court of Appeal of 29 November 1983 which set aside the previous decision of the District Coun without replacentent- did not settle the question whether the son's residence should be disclosed to the applicant . The Regional Court and the Court of Appeal would not have been competent to do so . As a matter of principle and in accordance with S . 1634 (2) of the Civil Code, the Youth Office will decide on the manner in which a parent not entitled to custody will exercise his right of access which has been granted in principle to the applicant by the court . If no agreement can be reached, the Guardianship Court will decide on the details of access . This interpretation has now been confirmed by the Coun of Appeal on 4 June 1985 . The Commission considers thal the issue of the disclosure of the son's address may be connected with the issue of regulating the applicant's right of access to her son . However, the applicant has directed her present complaint specifically against the non-disclosure of the address . The applicant raised this complaint in the first proceedings before all the respective courts . Upon appeal, in its decision of 18 August 1983, the Regional Court quashed the District Court's previous decision without replacement insofar as the Youth Office had been entitled to keep the address secret . The Youth Office, in its subsequent appeal, stated that the address should nevertheless not be disclosed as the applicant would otherwise immediately visit her son . Hence, the Youth Office itself regarded the Regional Court's decision of 18 August 1983 as in fact indicating that the applicant should be told her son's address . On 29 November 1983 the Court of Appeal confirmed the Regional Court's decision- ituer alia, insofar as the latter had quashed the District Court's decisio n 222
not to disclose the address . The Youth Office nevertheless did not disclose the address . The applicant then again raised this complaint in the second proceedings before all the respective courts . The Commission is, therefore . satisfied that the applicant has exhausted domestic remedies in respect of the complaint at issue, within the meaning of Article 26 of the Convention . b. The Government submit that, insofar as the German courts granted the applicant a right of access in general, there has been no violation of the applicant's rights under Article 8 para . I . The Youth Office wasjustified in trying to come to an agreement with the applicant on details of the right of access, as there existed the danger that the applicant would visit her son, take hint away and go into hiding . To this extent the nteasure not to disclose the address wasjustified by the criteria of Article 8 para . 2 . The issue must now be decided by the Guardianship Court . The Commission considers that the complaint raises difficult questions of fact and law which are of such complexity that their determination should depend on an examination of the merits . This part of the application is therefore not manifestly illfounded and niust also be declared admissible, no other grounds for declaring it inadmissible having been established . 6 . The applicant further complains, in respect of the first proceedings before the German couns, of the manner in which these courts conducted the proceedings and assessed the facts, as well as of the resulting decisions . She alleges, inter alia, an incorrect application of Gerntan law, a one-sided interpretation of the medical opinions which had all advocated against a separation, and an insufficient substantiation of the coun decisions . She alleges that the Regional Court had conducted the proceedings improperly, insofar as thejudge had made a telephone call with Dr . A ., the contents of which had been misunderstood by the court and had not been comntunicated to the applicant's lawyer . Dr . A .'s medical opinion had not been considered by the Regional Court . The applicant relies on Article 6 para . I which stales : "I . In the detennination of his civil rights and obligations or of any criminal charge against him, everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable time by an independent and impartial tribunal established by law . Judgment shall be pronounced publicly but the press and public may be excluded from all or part of the trial in the interests of morals,public order or national security in a deniocratic society, where the interests of juveniles or the protection of the private life of the parties so require, or to the extent strictly necessary in the opinion of the court in special circuntstances where pubficity would prejudice the interests of justice . " The Contmission recalls that in accordance with Article 19 . its only task is to ensure the observance of the obligations undertaken by the Parties to the Convention . In particular, it is not competent to deal with an application alleging that errors o f
223
law or fact have been committed by domestic courts except where it considers that such errors might have involved a possible violation of any of the rights and freedoms set out in the Convention (see No . 8417/78 . Dec . 4 .5 .79, D . R . 16 p . 200) . The Commission has examined the applicant's various complaints under Article 6 para'1 . However, it finds no evidence to indicate that the applicant, who was represented by a lawyer . could not present her case properly, or that the proceedings were iniproperly conducted by the German çourts .
In particular the applicant could present her complaints in proceedings before three different courts and she was present at three hearings before the District Court . The Regional Court's decision of 18 August 1983 contained on 34 pages a review of all the relevant medical opinions and an extensive substantiation as well as a full reasoning for the nteasures taken which were generally based on the conclusions expounded in Dr . K .'s expert opinion . It is true that the applicant also complains that a Regiontil Court judge ha d telephoned Dr . A . the contents of which conversation had been misunderstood and had not been communicated to the applicant's lawyer . Moreover, Dr . A .'s medical opinion had not been considered . However, it does not transpire from the Regional Court's decision that this telephone conversation bore any special influence on the outcome of the proceedings . The respective decision, while containing no reference thereto, did indeed summarise Dr . A .'s opinion as it had been submitted by'the applicant . In any event, the Commission notes that the applicant could raise this point again in the appeal proceedings before the Court of Appeal which, after considering the issue, found that it did not disclose any procedural error .Acordingly . these complaints do not disclose any appearance of a violation o f the rights set out in Article 6 para . I . The Commission concludes that this part of ihe application is manifestly ill-founded within the meaning of Article 27 para . 2 of the Convention . For these reasons, the Commission DECLARES ADMISSIBLE, without prejudging the merits, the applicant's complaints concernin g (a) the manner in which the applicant's son was taken away from his school in Berlin (para . 3 of (he law) ; (b) the placement of her son in a West German home (para . 4 of the law) ; (c) the refusal of the German authorities to disclose to her the son's residence (para . 5 of the law) ; and DECLARES INADMISSIBLE the reniainder of the application . 224
(TRADUCTION)
EN FAI T La requérante, ressortissante allemande née en 1944, est une femme au foyer domiciliée à Berlin . Devant la Commission, elle est représentée par Me Rust, avocat à Berlin . La requête est présemée aussi au nom de son fils, né hors mariage le 18 mars 1976 . Son fds- écolier a été reconnu par son père . soldat américain . Le doniicile du fils n'est pas connu . En 1981 et 1982, deux avis établis par des médecins spécialistes, notamment par le Professeur G ., indiquaient que de graves erreurs d'éducation de la pan de la requérante compromettaient le développement de l'enfant . Le Professeur G . suggérait d'aider la requérante afin de permettre au fils de rester près de sa mère . Un autre avis donné le 8 février 1982 par le Dr . S ., médecin généraliste de la requérante, évoquait les aptitudes intellectuelles réduites de sa cliente . Le Dr . S . ne recommandait pas de la séparer de l'enfant mais suggérait qu'une autre personne assiste la mère dans l'éducation de son fils . Le 9 février 1982, le iribunal de district (Amtsgericht) de Berlin-Spandau, agissant en qualité de juge des tutelles, transféra provisoirement à l'office de la jeunesse le droit de la mère de décider du domicile de son fils . Le tribunal ordonna également à l'hôpital psychiatrique de Spandau de donner son avis médical sur la requérante et son fils, avis qui fut rendu le 27 avril 1982 . L'avis du psychiatre, signé du Dr . K . et confirmé par deux autres spécialistes indépendants, exprimait la crainte que la mère ne soit pas en mesure d'éduquer convenablement son fils, chez qui on notait des syntpi6ntes très nets de troubles du développement psycho-affectif . Le docunient reconnnandait que d'autres personnes aident à l'éducation de l'enfant et que ce dernier soit soumis à une psychothérapie . En ne changeant rien à la situation mère-fils, on verrait très probablement s'aggraver les dégâts . Le Dr . K . recommandait que d'autres personnes aident à l'éducation de l'enfant ; si le développement du fils ne s'améliorait dans le délai d'un an . il faudrait enlever l'enfant à la requérante . Le tribunal de district décida de restituer à la requérante le droit de garde sur son fds . L'enfant ne venant que très irrégulièrement à la consultation de l'hôpital, le tribunal de district ordonna le 21 juin 1982 à la requérante d'envoyer son fils dans un établissement scolaire et de veiller à ce qu'il suive une psychothérapie . La mère se soumit au traitement en juin 1982 et en janvier 1983 mais son flls ne le fit pas . semble-t-il . Le 17 août 1982, le fils de la requérante entama sa scolarité à l'école primaire . Les rapports scolaires indiquent qu'entre le 17 ao0t et le 24 novembre 1982, il fréquenta l'école neuf jours au total . Pour le reste du temps, la requérante fournit des certificats médicaux justifiant l'absence de l'enfant par des raisons médicales . La requérante et un instituteur eurent un jour une rixe dans la salle de classe, après quo i
225
une affiche fut placardée à l'entrée de l'école interdisant à la requérante de pénétrer dans 1-établissement . La mère cessa d'envoyer son fils dans cette école, chercha un autre établissement et inscrivit l'enfant dans une école élémentaire en juin 1983 .
Le 12 avril 1983 et sur demande de l'office de protection de la famille, le tribunal de district agissant en qualité de juge des tutelles transféra le droit de garde (Personensorgerechi) sur le fils de la requérante à l'office de la jeunesse de Kreuzberg (Jugendamt) et à un tuteur légal . Le tribunal ordonna à l'office de la jeunesse de tenir secret le lieu de résidence de l'enfant et d'éloigner l'enfant de sa mère ou de ses grands-parents . Le tribunal invoqua l'article 1666 du Code civil allemand . La requérante se pourvut contre cette décision devant le tribunal régional (Landgericht) de Berlin, qui suspendit le 10 mai 1983 l'exécution de la décision précédente . La requérante produisit en appel un certificat médical du Dr . A . qui, tout en ne recontmandant pas une séparation d'avec l'enfant, soulignait qu'il lui serait difficile de conduire une thérapie satisfaisante dans le cadre du régime de sécurité sociale et que la requérante avait des difficultés à lui faire confiance . Selon une lettre ultérieure du Dr . A ., un juge du tribunal avait téléphoné au docteur pendant la procédure . Ni l'appel ni sa teneur n'ont été révélés à la requérante . Le 18 ao6t 1983, le tribunal rejeta l'appel dans la mesure où il concernait la question de la garde et le fait que l'enfant devait étre éloigné la requérante ou des grands-parents . D'autre part, le tribunal estima que le tribunal de district avait à tort autorisé l'Office de la jeunesse ù ne pas révéler à la mère le lieu de résidence de son fils el il annula sans la rentplacer la décision de la juridiction inférieure dans la mesure où elle avait autorisé l'Office de lajeunesse à garder le secret sur la résidence de l'enfant . La décision du tribunal couvrait 34 pages . Sur la question de la garde, le tribunal trancha en se fondant sur les avis des docteurs K . et S . et du Professeur G . Sa décision, qui se réfère à trois audiences devant le tribunal de district auquel la requérante avait également participé, résume l'avis du Dr . A . Le tribunal n'estima pas nécessaire de procéder à un exanten complémentaire de la requérante pendant qu'elle était en voie de guérison dans un hôpital car ce cadre de repos n'a rien à voir avec la vie de tous les jours . Le tribunal reconnut que la requérante désirait certes le bien de son enfant, mais que ses tendances à la névrose et ses faibles capacités intellectuelles l'empéchaient de discerner ce qui était nécessaire à l'éducation de l'enfant . Elle n'avait pas veillé à ce qu'il aille régulièrement à l'école matemelle et, après les mesures ordonnées par le tribunal de district le 21 juin 1982, n'avait pas assuré son éducation en l'envoyant régulièrement à l'école . On pouvait supposer que son état psychologique expliquait sa rixe avec l'instituteur dans la classe . Son fils manifestait à présent de graves penurbations (Fehlentwicklung) du domaine psycho-affectif et des aptitude s 226
relationnelles limitées . Le comportement de la mère permettait de conclure qu'elle persisterait à agir comme avant . La déclaration du Dr . A . révélait également qu'il estimait inutile d'entreprendre une Ihérapie chez la requérante . Quant au lieu de résidence de l'enfant, le tribunal régional estima que le tribunal de district avait à tort autorisé l'office de la jeunesse à le tenir secret . En soi, cetlc ntesure entraînait pratiquement une exclusion totale des rappons mère-enfant au sens de l'anicle 1634 . Le tribunal régional estima injustifiable à ce stade de supprimer complètement le droit de visite de la requérante à son fils, étant donné que la séparation mère-fils aurait de toutes manières des graves répercussions psychologiques pour l'un comme pour l'autre . Le tribunal poursuivait en ces termes : • Pour atténuer ces difOcultés, il peut s'avérer absolument nécessaire (durchaus erforderlich), dans un souci d'apaisement, de permettre un contact (Umgang) de la nt8re avec son enfant . D'un autre côté, Il ne faut pas exclure l'éventualité que ce contact avec l'enfant aggrave le trouble . . . Pour s'adapter psychologiquement à la séparation, ntère et fils auront la possibilité de se voir, de parler et de se réconfoner ntutuellement . Certes, le succés de l'entreprise parait douteux . vu des troubles névrotiques de la ntère . Seul l'avenir apportera une certitude sur ce point . La mère doit essayer, en se comportant raisonnablemem, de ne pas obliger à restreindre fortemem son droit de visite à l'enfam . En l'état actuel des choses, la décision attaquée doit dès lors dtre annulée dans la mesure où elle autorise l'office de la jeunesse à cacher à la mère le lieu de résidence de l'enfant . • (p . 33/34) . Le tribunal régional terminait en demandant à la mère de coopérer avec l'Offic e de la jeunesse . La décision fut signifiée à l'office et à l'avocat de la requérante le 2 septembre 1983 . Le 2 septembre 1983, le tuteur municipal alla chercher le fils de la requérante en classe et l'aniena directenient à l'aéropon . L'enfant s'envola pour Hambourg et fut antené dans un établissement sans avoir vu la requérante ni lui avoir parlé . La mère ne fut pas informée de l'adresse de l'enfant . La requérante recourut devant la cour d'appel de Berlin (Kammergericht) contre la décision rendue par le tribunal régional le 18 aoùt 1983, se plaignant notantntent qu'on persistait à lui cacher le lieu de résidence de son fils . L'office du district interjeta aussi le 20 septembre 1983 un appel par lequel il s'opposait à la décision du tribunal régional de révéler le lieu de résidence de l'enfant . L'office déclarait que l'enfant s'installait avec plaisir dans un foyer pour enfants et continuait en ces termes : • Si on révèle à la mère le lieu de résidence de l'enfant, il est à craindre qu'elle ne vienne imniédiatement lui rendre visite, ce qui perturbera grandement notre mission de garde . . . - .
227
Le 29 novembre 1983, la cour d'appel débouta et la requérante et l'office du district . Selon la cour, les juridictions infé ri eures étaient fondées à faire droit à la demande de la requérante d'avoir des contacts personnels avec son fils et de connaitre son lieu de résidence . Le tribunal régional avait compétence pour connaître de cette question de réglementation des contacts ( Umgangsregelung) au sens de l'article 1634 . Exclure complètement ces contacts ne serait nécessaire, selon l'a rt icle 1634 ( 2) . que faute d'autre moyen de protéger l'enfant . D'un autre côté, retirer la garde à la requérante était conforme à l'anicle 1666 par . I . La première juridiction avait apprécié correctement les avis des médecins et n'avait pas commis d'erreur de procédure, notamment quant à l'entretien téléphonique du juge avec le Dr . A .
Le 2 février 1984, la requérante demanda au tribunal de district de Spandau de retirer la garde de son fils au tuteur municipal, compte tenu de la maniàre dont l'enfant avait été enlevé de Berlin et du fait que sa résidence était toujours tenue secrète . L'administrateur légal (Rechtspfleger) du tribunal de district décida l e 21 février 1984 de ne pas retirer la garde de l'enfant au tuteur municipal, mais ordonna à ce dernier de révéler où se trouvait l'enfant . Le 24 février 1984, le tribunal de district décidait également de ne pas ramener l'enfant à Berlin . La requérante déposa auprès de cette dernière juridiction une plainte (Erinnerung) concernant la persistance du secret sur le lieu de résidence de son fils . La mère ne pouvait pas lui rendre régulièrement visite puisqu'il avait été enlevé de l'école et transféré en Allemagne de l'Ouest . Le tuteur municipal déposa lui aussi une plainte le 15 mars 1984, déclarant que si la résidence du fils devait continuer à être gardée secrète dans l'intérêt de l'enfant, il n'avait pas d'objection à ce que la requérante rencontre son fils quelque part ailleurs aux frais de l'administration . Cependant . la requérante déclina l'offre .
Ill . Le 16 avril 1984, le tribunal de district agissant en qualité de juge des tutelles, annula sa décision du 21 février, déclarant à présent que la requérante pouvait rencontrer son fils régulièrement mais que le tuteur déciderait du lieu des rencontres . Ce n'était pas pour lé tuteur abuser de ses fonctions que de décider que les rencontres n'auraient pas lieu au domicile de l'enfant .Larequérantefi ap eld cet décison . Elle demanda d'ordonner à l'offic e de la jeunesse, à peine d'exécution forcée, de lui révéler le lieu de résidence de son fils .
228
Le 9 novembre 1984, le tribunal régional rejeta l'appel . Il estima l'office de la jeunesse compétent pour décider des mesures nécessaires à l'enfant . La décision sc poursuivait ainsi : -Si le tribunal régional d'abord, puis la cour d'appel, ont cassé la décision du tribunal de district de ne pas révéler le lieu de résidence de l'enfant, cela n'entraine pas automatiquement pour l'office de la jeunesse l'obligation générale de communiquer immédiatement et sans discemement le lieu de résidence à la mère . Mieux vaut dire que, dans les limites de son pouvoir discrétionnaire (pllichtgemàsses Ermessen) . l'office s'efforcera, dans l'intérêt de l'enfant, de contmuniquer à la tn8re le lieu de résidence de son fils» (p . 7) . Selon ce jugement, le transfen du fils de la requérante de Berlin à l'établissement où il était à présent n'avait pas été mené convenablement et avait dù inquiéter l'enfant . Cependant, l'office de la jeunesse s'était vainement efforcé, dans le cadre de son obligation de fonction, d'arriver à la première condition pour communiquer le lieu de résidence, à savoir un entretien avec la mère sur la situation de l'enfant . Comme on pouvait prévoir des scènes agitées si mère et fils étaient mis en présence, il était important de s'assurer que la mère était préte à ce genre de rencontre . 11 était particulièrement inquiétant que la ntère refuse de traiter avec l'office de la jeunesse . Ce dernier avait à juste titre refusé de participer à une réunion dans le bureau de l'avocat de la requérante à laquelle devaient assister la requérante, son avocat et une éducatrice de l'établissentent, car l'atmosphére dans l'étude de l'avocat aurait empêché l'éducatrice d'exposer librement son point de vue . Si la requérante désirait un contact personnel avec son enfant au lieu où il était domicilié, ccci concernait la réglementation des contacts mère-fils au sens de l'article 1634, question sur laquelle le tribunal de district ne s'était pas encore prononcé et qui ne pouvait dès lors pas faire l'objet d'un appel . Le tribunal régional ne voyait pas non plus de raison de retirer la garde au tuteur municipal ou de mettre fin au séjour de l'enfant dans l'établissement alors que ses progrès étaient encourageants . Méme si l'enfant avait pu étre placé dans un foyer à Berlin, il ne semblait pas pour le ntoment que denteurer dans un foyer en Allemagne de l'Ouest lui soit néfaste . Le 4 juin 1985, en rejetant l'appel de la requérante, la cour d'appel estima que les décisions judiciaires intérieures ne révélaient aucune erreur de droit et elle débouta l'appelante . La cour déclara notamment que . si le 16 avril 1984 le tribunal de district avait annulé la décision de l'administrateur légal de contmuniquer l'adresse de l'enfant, cela signifiait que l'office de lajeunesse était habilité, jusqu'à nouvel ordre, à ne pas révéler cette adresse . L'administrateur légal n'était pas compétent pour décider de la question du droit de visite . Le 16 avril 1984, le tribunal de district avait déclaré que le tuteur municipal pouvait se prononcer la possibilité pour la requérante de rencontrer son fils . Sa décision affectait dès lors la manière dont la requérante allait exercer son droit de visite . Cependant, le tribunal avait veillé à ce que l'enfant n e 229
soit pas perturbé par les visites anarchiques et non préparées de la requérante . Néanmoins . ceci ne constituait qu'une mesure transitoire . Si, après la décision du 16 avril 1984 . aucun accord ne pouvait ètre obtenu sur le droit de visite, le juge des tutelles devrait alors régler la question . On ne pouvait pas prévoir que la mère refuserait toute coopération . Le juge des tutelles devait maintenant, de toute urgence, réglementer le droit de visite de la requérante, entreprendre les investigations nécessaires à cet effet et entendre contnte il se doit les parties . La cour d'appel rejeta également la demande de la requérante tendant à ramener son fils à Berlin . Le placement de l'enfant en Allemagne de l'Ouest, loin de la requérante . avait été une bonne chose dans la mesure où cela empêchait la mère d'avoir des contacts anarchiques avec son fils . GRIEFS I . La requérante se plaint- en invoquant l'article 8 de la Convention, d'avoir perdu la garde de son fils, placé sous tutelle et enlevé du foyer familial . Elle invoque le droit d'éduquer elle-mème son fils et le droit de l'enfant d'ètre éduqué par son parent . Ellé soutient notamment que la simple éventualité d'un risque pour la santé de l'enfant nc justifiait pas une telle mesure . La santé de l'enfant n'aurait pas été comprontise s'il était resté au foyer, comme le préconisaient tous les médecins . Il aurait été suffisant d'aider la requérante à éduquer l'enfant . 2 . Au regard de l'article 8 . la requérante se plaint de ce que le 2 septembre 1983 . l'office de la jeunesse l'a séparée de force de son fils . Elle soutient que l'enfant a été enlevé de son école dans des circonstances angoissantes, à l'insu de sa mère et aussi contre sa volonté . 3 . La requérante se plaint- toujours au regard de l'article 8, de ce que l'enfant a été éloigné de Berlin et amené dans un établissement en Allemagne Fédérale . Etant impécunieuse, elle se trouve dès lors dans l'impossibilité effective de maintenir le contact avec son fds . En outre, pareille éducation ne peut pas étre un substitut convenable à une éducation par la famille et le fils souffre de fait maintenant d'un manque d'affection parentale . 4 . La requérante soutient que la décision rendue par le tribunal régional le 18 aoùt 1983 et celle de la cour d'appel en date du 29 novembre 1983 ont annulé la décision du 12 avril 1983 prise par le tribunal de district dans la mesure où ce dernier avait ordonné à l'office de la jeunesse de tenir secret le lieu de résidence de l'enfant . Elle se plaint en invoquant l'article 8 que, contrairement à ces décisions, la résidence de son fils ne lui a pas été révélée, ce qui l'a privée de tout contact écrit ou personnel avec l'enfant . 5 . La requérante se plaint également de la manière dont les tribunaux précités ont ntené la procédure et apprécié les faits, et aussi des décisions qui en sont résultées .
230
Elle allègue notamment que la législation allemande a été mal appliquée, que les avis ntédicau .a ont été interprétés de manière partiale puisque tous les médecins s'étaient prononcés contre une séparation et que les décisions judiciaires n'étaient pas suffisamntent fondées . Le tribunal régional n'avait pas conduit convenablement la procédure dans la mesure où un juge avait eu avec le Dr . A . un entretien téléphonique dont la teneur a été mal comprise par le tribunal et n'a pas été communiquée à l'avocat de la requérante . L'avis du Dr . A . n'a pas été examiné par le tribunal régional . La requérante invoque l'article 6 par . I de lu Convention et son droit de bénéficier d'un procès équitable .
EN DROI T 1 . Dans sa requéte du 23 janvier 1984, la requérante a fait valoir qu'elle déposait la requéte en son nom propre et au nom de son fils, alors àgé de 7 ans et 10 mois et placé sous tutelle légale . Selon l'article 25 par . I de la Convention, la Commission -peut étre saisie d'une requéte adressée . . . par toute personne physique . . . qui se prétend victime d'une violation . . . des droits reconnus dans la (présente) Convention• . En principe, le parent qui a la garde de son enfant peut introduire une requète auprès de la Commission au nom de l'enfant . Cette possibilité peut étre nuancée par la situation des rapports juridiques du parent avec l'enfant au regard du droit interne . 11 est exact qu'en l'espèce le fds de la requérante était placé sous tutelle légale . Cependant, la Commission relève que . selon l'article 1666 par . 1 du Code civil allemand . la situation de la requérante vis-à-vis de son fils n'a été limitée que dans la mesure où l'office de la jeunesse, tuteur légal de l'enfant . pouvait décider notamment de son lieu de résidence et d'éducation . En outre, les griefs de la requérante concernent d'une part la procédure devant les tribunaux allemands, qui a conduit, conforménient à l'article 1666 par . I du Code civil, à désigner un tuteur légal et, d'autre part, la manière dont cetue décision a été niise en rcuvre . Les griefs du fds de la requérante sont à cet égard identiques à ceux dc sa mère . Dans ces conditions . la Commission estime que la requérante est en mesure d'introduire la requête tant en son nom qu'au nom de son fils sans qu'il soit nécessaire que les panenaires de la • vie familiale • en question soient considérés comme des co-rcquérants . 2 . La requérante se plaint que la garde (Personensorgerecht) de son fils lui a été retirée, car il a été placé sous tutelle légale (AmtspOegschaft) et enlevé du foye r
231
familial . Elle soutient notamment que ces mesures ne correspondent pas aux conclusions formulées dans diverses expertises médicales et que les mesures ont été décidées sans examiner l'opportunité de moyens moins rigides . Les mesures litigieuses ne sauraient sejustifier par la simple éventualité d'un risque pour la santé de l'enfant si celui-ci restait avec la requérante . La milre invoque l'article 8 de la Convention . aux termes duquel : « I . Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance .
2 . II ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infraction pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui . . Le Gouvernement défendeur a soutenu que si la décision des tribunaux allemands de retirer à la requérante la garde de son fils constituait une ingérence particulièrement grave dans les droits parentaux de la requérante, elle se justifiait néanntoins au regard de l'article 8 par . 2 comme constituant le moyen le plus clément après l'échec d'autres tentatives de prévenir les dommages chez l'enfant . Comme l'ont constaté les médecins, le fils a déjà subi des dommages et il est à craindre que la situation empirera s'il reste avec sa mère . La décision des tribunaux allemands de retirer à la requérante la garde de son fds- de le placer sous tutelle légale et de l'enlever du foyer ntaternel, constituait une ingérence dans la vie familiale protégée par l'anicle 8 de la Convention . La Commission a maintenant pour tâche d'examiner si cette ingérence se justifiait en regard de l'anicle 8 par . 2 : La Commission observe que la décision des tribunaux allemands de retirer à la requérante la garde de son fds a été prise conformément à la législation interne . singulièrement l'article 1666 du Code civil allemand . En outre, les tribunaux allemands ont soigneusement examiné la nécessité des mesures décidées . C'est ainsi que, dans sa décision du 18 août 1983- le tribunal régional a considéré que les ntédecins avaient tous confirmé les faibles aptitudes intellectuelles et éducatives de la mère . Le tribunal a désigné le Dr . K . comme expert qui . le 27 avril 1982, a donné un avis, confirmé en toute indépendance par deux contre-experts, et selon lequel le fils de la requérante montrait nettement des troubles du développement dans le domaine psycho-affectif ; si la situation mère-fils restait inchangée, il était peu probable que l'état de l'enfant s'améliore . L'expen recommandait cependant de donner encore une chance à la requérante et de ne lui enlever le fils que s'iI n'y avait pas amélioration dans le délai d'un an .
232
La Commission rel@ve à cet égard que la décision n'a été prise par le tribunal régional qu'une fois constaté que l'évolution de la sitnation après l'expertise du Dr . K ., loin de montrer une aniélioration dans le développement de l'enfant, révélait que la requérante avait des difficultés persistantes à assurer l'éducation de son fils . Le tribunal a estimé égalentent que des mesures ntoins rigoureuses, par exemple celles qu'avait ordonnées le tribunal de district le 21 juin 1982, s'étaient révélées infructneuses . Selon le tribunal, le coniportement de la requérantejustifiait la conclusion qu'elle persisterait à agir de la même manière qu'avant et que la santé de l'enfant serait dès lors gravement comprontise s'iI restait avec sa mère . La Contniission considère que les décisions prises par les tribunaux allemands étaient raisonnables vu la situation et que l'ingérence dans le droit de la requérante au respect de sa vie fantiliale était justifiée au regard de l'article 8 par . 2 de la Convention parce que nécessaire, dans une société démocratique, à la protection de la santé et de la morale et des droits et libertés d'autrui, à savoir ceux de l'enfant en question . Il s'ensuit que, sur ce point, la requête est manifestement ntal fondée au sens de l'article 27 par . 2 de la Convention . 3 . La requérante se plaint également, en invoquant l'article 8 de la Convention, d'avoir été séparée de force de son fils le 2 septembre 1983 . Elle soutient qu'il a é(é enlevé de son école dans des conditions angoissantes, à l'insu et contre la volonté de sa mère .
a. Le Gouvernemem déclare que ce grief n'a pas été formulé par la requérante dans sa requcte à la Contniission, sans doute parce que le droit de décider du domicile de son fils ne lui appanenait plus . Cependant, la Commission est convaincue que, dès le départ, dans sa requète du 23 janvier 1984 . la requérante a formulé un grief . contre . . . 2) la séparation de forcc de sun fils par l'office de la jeunesse de Berlin-Kreuzberg le 2 septembre 1983 . . .- (p . I) . b . Le Gouvernement soutient en outre que la requérante n'a pas épuisé les voies de recours internes au sens de l'anicle 26 de la Convention . La cour d'appel a déclaré le 29 novembre 1983 que le grief en question ne faisait pas partie de sa décision . La requérante aurait pu soulever cette question en même temps que les griefs qu'elle a forinulés contre l'office de la jeunesse . On peut se demander cependant si une plainte de la requérante concernant une méconnaissance des obligations de l'office de la jeunesse aurait rempli les conditions prévues à l'article 26 . La Commission fait cependant observer qu'une fois le fils de la requérante placé sous tutelle légale . la mère ne pouvait plus décider du lieu de résidence d e
233
l'enfant ni dès lors introduire une plainte de ce chef, compte tenu de ce que, selon l'article 1666 par . I du Code civil allemand, l'exercice de ce droit incombait à l'office de la jeunesse, désormais tuteur légal . La requérante n'avait dès lors plus la possibilité de se plaindre de la manière dont son fils avait été enlevé de l'école . Malgré cela, la Commission relève que le grief en question figurait notamment dans les moyens de l'appel de la requérante au tribunal régional . Le 9 novembre 1984, cettejuridiction a estimé que le transfert du fils de la requérante le 2 septembre 1983 de Berlin en Allemagne fédérale avait été mené de manière impropre . Le tribunal n'est cependant pas parvenu à la conclusion qu'il y avait eu violation des droits de la requérante . Dans son nouvel appel . particulièrement dans ses griefs contre le componentent de l'office de la jeunesse concernant la garde, la requérante évoqua à nouveau ce passage de la décision du tribunal régional . La Comntission conclut dès lors qu'à cet égard la requérante a satisfait à la condition d'épuisement des voies de recours internes au sens de l'article 26 de la Convention . Le Gouvemement soutient en outre que la mesure litigieuse, qui était la plus C. clémente, répondait aux conditiuns de l'article 8 par . 2 de la Convention . Si le fils avait été enlevé de l'appartement de la requérante, il y aurait eu des scànes dramatiques qui auraient provoqué chez l'enfant un choc psychologique . Une autre éventualité est que la requérante aurait pu prendre la fuite et se cacher avec son fils . La Commission estime que le grief pose des questions de fait et de droit dont la complexité appelle, pour en décider, un examen au fond . La requête n'est donc pas, surce point, manifestement mal fondée et elle doit être déclarée recevable, aucun motif d'irrecevabilité n'ayant été établi . 4 . La requérante se plaint que son fils a été enlevé de Berlin et amené dans un établissentent d'éducation en Allemagne fédérale, ce qui est contraire à l'article 8 . Vu son impécuniosité,la mère se trouve dès lors dans l'impossibilité effective de maintenir le contact avec son fds . En outre, ce type d'éducation ne saurait remplacer l'éducation parentale . Le Gouvernement défendeur soutient, quant à lui, que si cet établissement en Allemagne fédérale a été choisi, c'est parce qu'il n'y avait pas de place dans un foyer berlinois, qu'il s'agit d'un établissement qualifié pour le traitement et la pédagogie et que le fils de la requérante s'y développe bien . Cette mesure était dès lorsjustifiée au regard de l'article 8 par . 2 . La Commission estime que c'est là également une question complexe de fai t et de droit qui ne pem être résolue que par un examen du bien-fondé de la requête . Il s'ensuit que, sur ce point, la requ@te ne saurait étre déclarée manifestement mal fondée, et qu'elle est donc recevable, aucun motif d'irrecevabilité n'ayant été établi .
234
5 . La requérante fait valoir ensuite que les décisions rendues le 18 août 1983 par le tribunal régional et le 29 novembre 1983 par la cour d'appel ont annulé le jugement du tribunal de district en date du 12 avril 1983 en ce que ce demier avait ordonné à l'office de la jeunesse de tenir secret le domicile de l'enfant . Elle se plaint en invoquant l'article 8 que, contrairetnem à ces décisions, le domicile de l'enfant ne lui a pas été révélé, ce qui l'a privée de tout contact écrit ou personnel avec son fils . a . Le Gouvernement défendeur réplique que la requérante n'a pas épuisé à cet égard les voies de recours internes au sens de l'article 26 de la Convention . En effet, la décision rendue le 18 aoGt 1983 par le tribunal régional et celle de la cour d'appel en date du 29 novembre 1983 . qui ont annulé la décision du tribunal de district sans la rentplacer, n'ont pas réglé la question de savoir s'iI fallait révéler à la requérante le doniicile dc son fds . Tribunal régional et cour d'appel n'avaient pas compétence pour en décider . En principe, et selon l'anicle 1634 par . 2 du Code civil, c'est l'office de la jeunesse qui doit décider de la manière dont un parent qui n'a pas le droit de garde exercera le droit de visite qui en principe, a été accordé à la requérante par le tribunal . S'il n'y a pas accord sur ce point, le tribunal des tutelles décidera des modalités du droit de visite . Cette interprétation a été confirmée par la cour d'appel le 4 juin 1985 . La Commission estime que la question de la divulgation de l'adresse de l'enfant peut étre liée à celle de la réglementation du droit de visite de la requérante à son fils . Toutefois, la requérante a formulé expressément son grief contre la nonrévélation de l'adresse . La requérante a formulé ce grief dans la première prncédure devant toutes les juridictions internes . En appel dans sa décision du 18 aoùt 1983, le tribunal régional a annulé le jugement du tribunal de district sans le remplacer en ce qui concerne le droit de l'office de lajeunesse de garder secrète l'adresse de l'enfant . Dans son appel subséquent, l'office de la jeunesse a déclaré que l'adresse ne serait de toute façon pas révélée car autrement la requérante rendrait imntédiatement visite à son fils . Il est clair dès lors, que l'office lui-nt@me a considéré que la décision rendue le 18 ao0t 1983 par le tribunal régional indiquait en réalité que la requérante devrait connaitre l'adresse de son fils . Le 29 novembre 1983, la cour d'appel a confirmé la décision du tribunal régional dans la mesure notamment où cette dernière annulait la décision du tribunal de disirict de ne pas indiquer l'adresse . Pourtant, l'office de la jeunesse n'a pas révélé les coordonnées de l'enfant . La requérante a alors à nouveau formulé ce grief dans la seconde procédure devant toutes les juridictions intemes . La Conimission a dès lors la conviction que, s'agissant de ce grief, la requérante a épuisé les voies de recours internes au sens de l'article 26 de la Convention .
235
h . Le Gouvernentem soutient que . dans la mesure où les tribunaux allemands ont accordé à la requérante un droit de visite en général, il n'y a pas eu violation des droits garantis à l'intéressée par l'article 8 par . I . L'office de la jeunesse était fondé à tenter de parvenir avec la requérante à un accord sur les modalités du droit de visite car il y avait un risque de voir la requérante rendre visite à son fils et l'enlever pour se cacher avec lui . Sous ce rapport, la mesure visant à ne pas révéler l'adresse de l'enfant se justifiait selon les critères de l'article 8 par . 2 . La question doit à présent être tranchée par le tribunal des tutelles .
La Commission estime que ce grief pose des questions de fait et de droit dont la complexité appelle, pour en décider, un examen au fond . La réqu@te n'est donc pas, sur ce point, manifestement mal fondée et doit être déclarée recevable, aucun ntotif d'irrecevabilité n'ayant été établi . La requérante se plaint, en outre, à propos de la première procédure devant le s .6 tribunaux allemands, de la manière dont ces juridictions ont conduit la procédure et apprécié les faits, ainsi que des décisions qui en sont résultées . Elle allègue notamment une mauvaise application de la législation allemande, une interprétation partiale des avis ntédicaux qui préconisaient tous de ne pas séparer la mère et l'enfant et une insuffisance de ntotivation des décisionsjudiciaires . Elle allègue aussi que le tribunal régional amal conduit la procédure, dans la mesure où le juge a eu avec le Dr . A . une conversation téléphonique dont la teneur a été mal comprise du tribunal et n'a pas été communiquée à l'avocat de la requérante . L'avis du Dr . A . n'a pas été pris en compte par le tribunal régional . La requérante invoque l'article 6 par . I aux ternies duque l « I . Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement , publiquentent et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendante et impartial, établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle . Le jugement doit être rendu publiquement, mais l'accès de la salle d'audience peut être interdit à la presse et au public pendant la totalité ou une partie du procès dans l'intérêt de la moralité, de l'ordre public ou de la sécurité nationale dans une société démocratique . lorsque les intér@ts des mineurs ou la protection de la vie privée des parties au procès l'exigent ou dans la ntesure jugée strictement nécessaire par le tribunal . lorsque dans des circonstances spéciales la publicité serait de nature à porter atteinte aux intérèts de la justice . » La Commission rappelle que . selon l'article 19, son unique tàche est d'assure r le respect des engagements résultant de la Convention pour les Panies contractantes . Elle n'est, en paniculier, pas compétente pour examiner une requ@te relative à des erreurs de fait ou de droit prétendument contmises par une juridiction interne, sauf si et dans la mesure où ces erreurs lui semblent susceptibles d'avoir entrainé une atteinte aux droits ou libertés garantis par la Convention (voir No 8417/78, déc . 4 .5 .79 . D . R . 16 p . 200) .
236

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 11/07/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.