Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ USKELA c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10537/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-10-10;10537.83 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL


Parties :

Demandeurs : USKELA
Défendeurs : SUEDE

Texte :

APPLICA77ON/REQUÉTE N° 10537/83 VSinô USKELA v/SWEDEN V5in6 USKELA c/SUÈD E DECISION of 10 October 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 10 octobre 1985 sur la recevabilité de la requêt e
Arlicle 6 . paragraph I of the Convention : Does a Swedish Government decision to issue an expropriation permit concern a determinarion of civil riglus and obligations ? (Cornplnint declared admissible) . Article 26 of the Convention : Where the Swedish Government issue an expropriation pennit . a request ro the Supreme Administrative Court for re-opening of the proceedings does not generallv constitute an effective remedy to be taken into accotau in calculating dte sir ntonths' period . Where a cornplaim relates to the absence of judicial review of an expropriation pennit, the six months period does nor run until the expropriation has taken place (continuing situation) . A rticle l, paragraph / of the First Protocol : Alleged imerference with rhe right ro peaceful enjoymenr of possessions bv an expropriation which has been aurhorised but where terms have not vet been decided (Complaint declared adntissible).
Article 6, paragraphe 1, de la Convention : Une décision du Gouvernement suédois délivraru mt pennis d'exproprier porte-t-elle sur une contestarion sur des droits et obligations de caractère ciril ? (Grief déclaré recevable) . Article 26 de la Convention : S'agissant de la délivrance par le Gouvernement suédois d'un permis d'e.rproprier, un recours à la Cour administrative supréme tendant à la réouverture de la procédure ne constitue pas, en règle générale, une voie de recours irrterne dont il fant tenir coinpte pour la cornpiaation du délai de six mois .
98
S'agissant d'un grief ponant sur l'absence de contrôle jtuficiaire d'une autorisation d'e.tproprier . le délai de sis rnoi.c ne coun pas tant que l'e.rpropriation elle-même n'a pas eu lieu (situarion continue) . Article 1, paragraphe 1, du Protocole additionnel : Allégamion d'atteinte au droit au respect des biens en raison d'une expropriation autorisée rrutis dont les modalités n'oru pas encore été décidées (Grief déclaré recevable) .
THE FACTS
((rançais : voir p. 106)
The facts of the case niay be sumntarised as follows . The applicant is a Swedish citizen born in 1904 and resident at Johanneshov . He is an artist by profession . He is represented before the Commission by Mr . Tiit Sepp . an engineer, and Mr . Peter Nobel, a lawyer practising at Uppsala . The applicant owns a site with leaseholdership right (tomtriitt) and the building erected thereon called Lârarinnan 4 . The 1981 assessment value of the property for tax purposes (taxeringsvdrde) was 270,000 Swedish Crowns, of which 130,000 concerned the building on the property . The building has 12 Bats . Proceedings relating to rite issue of rhe espropration permir . By decision of 12 November 1981 the Government granted the municipality of Stockholni a permit to expropriate the applicant's property . As reasons for the expropriation permit the Government stated that the property was neglected . The applicant had not complied with an order that he should put the building and the site in order . The Governntent considered that the applicant had shown clear lack of interest and ability to look after the property . They feared that grave mismanagement would occur . The application for an expropriation permit from the municipality should therefore be granted . In the same decision the Government ordered that the matter of expropriation should be pursued at the latest on 12 November 1982 by a summons before the Court . The applicant maintains that the Government's decision is based on the investigations made by the County Administrative Board (lïnsstyrelsen) and on the application from the ntunicipality of Stockholm, which are both alleged to be wrong and misleading . The applicant says that he has never received any order as mentioned above and his financial situation has always been satisfactory . By letters of 5 March and 5 April 1982 the applicant requested the Government to reconsider their decision referring to new circumstances . In the letters it was indicated that on 21 January 1982 the applicant had sold the property to a person, who intended to restore it immediately . There were no tenants in the building an y
99
more, the only person who lived there being the applicant . The applicant and the new owner referred to previousrase-law of the Supreme Court (hogsta domstolen) according to which expropriation had not been granted when the basis for the expropriation permit had changed considerably . By decision of 15 April 1982 the Government rejected the request stating that the matter had been finally decided on 12 November 1981 . The applicant then applied to the Supreme Administrative Court (regeringsrtitten) for reopening of the matter (resning) . This request was refused by a decision of 16 November 1982 . The applicant has also complained to the Standing Committee on the Constitution of the Parliament, and to the Chancellor of Justice Qustitiekanslern), but without success . Proceedings relating to the determinntion .of the tenns of the expropriatio n On 22 January 1982, the municipality of Stockholm applied for a summons of the applicant before the Real Estate Court (fastighetsdomstolen) of the Stockholm District Court (tingsriiu) in order to have the compensation terms for the expropriation determined . The municipality also requested an advance transfer of the ownership . On 2 July 1982 the Stockholm District Court . after having inspected the property, refused the request for advance transfer stating the following : "The Court has observed the following at the inspection . There is nothing remarkable to note as regards the roof . One chimney needed repair or rebuilding . The walls of the building needed replastering badly . The plaster had fallen off in certain places, but these parts of the walls did not show any considerable damage . Some window panes were missing and had been replaced by boards . In some balconies the girders had rusted and the surface was cracked . Window and doorcases needed painting . The apartments were in need of total repair . In those parts of the building that were not heated, the water had been drained off . From what could be seen at this inspection, thè building is in great need of repair, but this need does not call for an advance transfer of ownership to the municipality before the Court has ruled on all the issues of this case . The plea for advance transfer of ownership cannot therefore be granted . " The proceedings on the terms of the expropriation are still pending before the Real Estate Court .
100
77te trmtsfer of the ou-nership of the properr Y On 21 January 1982, the applicant sold his leaseholder's right to Mr . Sepp for 850,000 Swedish Crowns . Mr . Sepp obtained a preliminary registration (vilande lagfart) . The property was then sold back to the applicant who in turn sold it to a tenant owners' association (bostadriittsf8rening) on the same conditions as he had sold it to Mr . Sepp . This sale was then considered under the legislation concerning the right to purchase buildings for tenancy purposes, and finally the sale was not approved by the House and Tenancy Court (bostadsdomstolen) . The sale thus became void .
The expropriation legislation The legislation applicable in the applicant's case is the 1972 Expropriation Act (expropriationslagen) . Under this Act, expropriation is carried out in two stages . In the first stage the Government - with some exceptions - decide whether expropriation should be authorised . If expropriation is to take place, an expropriation permit is issued . The Government's decision is final . A decision to grant an expropriation permit does not automatically lead to expropriation . It entitles the holder of the permit to continue to the second stage, i .e . to institute expropriation proceedings before the Real Estate Court . An expropriation permit shall indicate the latest date at which the applicant, normally a municipality, has to bring the case to the Real Estate Coun for settlement, inter alia . of the transfer date and the compensation . The expropriation is contpleted when the compensation has been fixed and paid . The Real Estate Court cannot review the expropriation permit as such . A decision by the Real Estate Couri can be appealed to the Court of Appeal (hovriitt) and the Supreme Court .
Under the Expropriation Act, expropriation permits may be obtained by municipalities for various reasons . Under Chapter 2 . Section 7, permits may be granted for properties suffering from gross neglect . This section reads : "Expropriation may be granted, where the aim is to restore the property to a satisfactory condition or to maintain it in such a condition, when the property is gravely neglected or there is a risk of such neglect . " When interpreting the prerequisites "gravely neglected", guidance can be found in the Government's proposal of 1970 for aniendments of the 1917 Act on Expropriation . The Minister then stated that neglect of buildings for tenancy purposes affects mainly the tenants . Therefore, it was considered important that actions could be taken at such an early stage as would prevent undue difficulties arising for the tenants . Thus, it was thought that expropriation should be possible, not only when gross neglect is apparent, but also when there are firm reasons to believe that a building may in the future be neglected .
101
In (he legislative procedure the problems of assessing the prerequisites were also discussed . It was noted that the evidence needed could vary from case to case . One factor, which would constitute a reason for expropriation, could be that the owner had not observed orders to maintain his property . Another could be that there was evidence that the owner systematically neglected his property . Sufficient reason for expropriation exists where the owner has shown a lack of interest or capability to maintain his property . There has thus to be evidence of defects on the property, as well as lacking interest on the part of the owner in maintaining the propeny .
Expropriation may not be granted, if the purpose could be appropriately achieved in some other way or if the disadvantages from a general or personal viewpoint of the expropriation prevail over the advantages which can be gained through such an action (Chapter 2- Section 12) .
COMPLAINT S I . The applicant complains that he is being deprived of his propertyon the basis of wrong and misleading infonnation . He alleges that Anicle I of Protocol No . I has been violated . 2 . The applicant also complains that he has never had the opportunity of a court determination of the deprivation of his property nor of the accusation against him for neglect in the care of the property . He alleges that Article 6 para . I of the Convention has been violated .
THE LA W I . The applicant complains that he has been deprived of his propeny on the basis of wrong and misleading information . He has invoked Article I of Protocol No . I, which reads as follows : "Every natural or legal person is entitled to the peaceful enjoyment of his possessions . No one shall be deprived of his possessions except in the public interest and subject to the conditions provided for by law and by the general principles of international law . The preceding provisions shall not, however, in âny way impair the right of a State to enforce such laws as it deents necessary to control the use of propeny in accordance with the general interest or to secure the payment of taxes or other contributions or penalties . " By decision of 12 November 1981 the Government granted the municipality of Stockholm a permit to expropriate the applicant's leaseholdership right and the building erected on the property . On 22 January 1982 the municipality institute d
102
proceedings before the Real Estate Court of the District Court of Stockholm in order to have determined the compensation to be paid for the property . These proceedings are still pending . The Government have submitted that the applicant's complaints under Article I of Protocol No . I are inadmissible as being incompatible ratione materiae with the provisions of the Convention, alternatively, for failure to exhaust domestic remedies . for non-compliance with the six months' rule or as being manifestly illfounded . The Commission considers that the applicant's complaint in principle falls within the scope of Article I of Protocol No . I, and it cannot therefore be declared inadmissible as being incompatible ratione materlae with the provisions of the Convention . The applicant's complaints under A«icle I of Protocol No . I relate, on the one hand, to the expropriation permit as such and . on the other hand, to the deprivation of property, which is about to be carried out . 2 . Insofar as the applicant complains that the expropriation perntit as such involves a breach of Anicle I of Protocol No . I, the Commission recalls that this decision was taken on 12 November 1981, whereas the present application was introduced on I I May 198 3, which is more than six months later . It is trve that the applicant has, within the six months' period preceding the introduction of his application to the Commission, received a decision from the Suprente Administrative Court, in which that Court refused the applicant's request for a re-opening of the matter .
The Commission considers however that a request for re-opening of a case cannot as a whole be regarded as an effective remedy within the meaning of Article 26 of the Conveniion . The decision of the Supreme Administrative Court in that niauer cannot therefore be taken into account when calculating the six ntonths' period . In this respect the applicant has therefore failed to comply with the six months' rule laid down in Anicle 26 . It follows that this aspect of the complaint under Article I of Protocol No . I must be rejected under Article 27 para . 3 of the Convention . 3 . As regards the complaint about the fact that the expropriation procedure is now being carried out . the Commission recalls that the applicant has complained that the expropriation is at the same time illegal under Swedish law and in violation of Article I of Protocol No . 1, since it is not justified irrespective of the award of compensation . The Commission finds that in this respect there were no effective remedies available to the applicant . Furthermore, as the expropriation procedure has not ye t 103
been brought to an end, the Commission finds that the six months' rule cannol : prevent it from dealing with the question whether this deprivation of propeny is, in the circumstances of the case, in violation of Article I of Protocol No . I . Having made a preliminary investigation of the applicant's complaints under Article I of Protocol No . I in this respect ; the Commission considers that this complaint raises issues of law and fact, which are of such importance that their determination should depend upon a further examina[ion of the merits . This aspect of the complaint under Article I of Protocol No . I is therefore admissible .
4 . The applicant also complains that he has never had the opportunity of a court determination of the deprivation of his property nor,of the aceusations agâinst him for neglect in the maintenance of the propeny . He alleges that Article 6 of the Convention has been violated . Article 6 para . 1, first sentence provides : - "In the determination of his civil rights and obligations or of any criminal charge against him, everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable time by an independent and impartial tribunal established by law ." The Government have submitted that the decision to issue an expropriatio n permit did not determine the applicant's "civil rights" within the meaning of Article 6 para . I of the Convention . They submit thatthis aspect of the application is therefore incompatible ratione materiac with the provisions of the Convention . . The question to be determined is whether the decision of the Government t o issue an expropriation permit in regard to the applicant's property was a"determination" of the applicant's "civil rights or obligations" within the meaning of Article 6 para . I of the Convention . If this question is answered in the affirniative it would then have to be examined whether the applicant had the benefit of a "fair and public hearing before an independent and impartial tribunal" . The Govemment have also objected that the application has been introduced out of time since the Government's decision to grant the expropriation permit was dated 12 November 1981 and the application was introduced with the Commission on II May 1983 . The applicant has replied that he has made use of the remedies which were available to him under Swedish law, notably the possibility of requesting the Government to re-consider thentatter, and the-possibility of requesting the re-opening of the proceedings before the Supreme Administrative Court, which on 16 November 1982 refused the applicant's request . _ The Commission considers that in order to decide in the present case on the application of the six months' rule laid down in Article 26 of the Convention . as regards the alleged absence of a court determination, close regard must be had to the realities of the procedure leading to the deprivation of property based on an expropriation permit . It is recalled that the issue as to whether deprivation of th e 104
properly may take place was finally determined by the Government's decision of 12 Noventber 1981 . As a consequence of that decision the ntunicipality of Stockholm was authorised to expropriate the applicant's property . However, rhe expropriation is not completed until compensation has been fixed and paid . In order to have this issue determined the municipality has instituted proceedings before the Real Estate Court of the District Court of Stockholm . The case is still pending before that Coun . It is thus not finally settled whether the applicant will be deprived of his property and, even if he will be, it is not yet determined on what conditions he will be deprived of it . It follows that the issue of the expropriation permit is ihe first stage in a basically two stage procedure leading to the final deprivation of property . The Commission recalls that the applicant essentially complains that the expropriation permit was granted on wrong and misleading information and nwreover that the reasons for the decision to grant the expropriation permit have subsequently ceased to exist since the applicant has repaired the property . The Commission considers that in these particular circumstances the applicant must, in respect of the alleged absence of access to a court determination, be regarded as being in a continuing situation, which would suspend the running of the six months' period . The Commission considers for the above reasons that the complaint under Article 6 of the Conveniion cannot be rejected for failure to comply with the six months' rule in Anicle 26 of the Convention . Accurdingly, the Commission rejects the Government's plea that the application should be declared inadmissible on that ground . The Comniission has carried out a preliminary examination of the issue whether the decision of the Government to grant the expropriation permit was a "determination" of the applicant's "civil rights or obligations" within the meaning of Article 6 para . I of the Convention and, if so, whether the applicant had the benefit of a"fair and public hearing" before "an independent and impartial tribunal" for that determination . The Commission considers however that these issues raise important questions of law and fact, the determination of which should depend upon a further examinaiion of the merits . This aspect of the application is therefore admissible . For these reasons, the Contmission DECLARES INADMISSIBLE the complaint that the expropriation permit as such was a violation of Article I of Protocol No . I : DECLARES ADMISSIBLE, without prejudging the merits, the remainder of the application .
105
(TRADUCTION) EN FAIT Les faits de la cause peuvent se résumer comme suit : Le requérant est un ressonissant suédois né en 1904 et résidant à Johanneshov . Il est aniste de profession . Il est représenté devant la Commission par M . Tiit Sepp, ingénieur, et Me Peter Nobel, avocat à Upsal . Le requérant est propriétaire d'un bien-fonds sur lequel il est titulaire d'un droit emphytéotique (tomtràtt) et propriétaire d'un bàtiment qui y a été construit . En 1981, l'évaluation fiscale de l'ensemble (taxeringsvârde) était de 270 .000 couronnes suédoises, dont 130 .000 pour le bâtiment, qui comprend douze appartements . Procédure relarive à la délivrance du pennis d'espropie r , Par décision du 12 novembre 1981, le Gouvemement accorda à la municipalit é de Stockholm l'autorisation d'exproprier le bien du requérant, le motif étant le défaut d'entretien du bien . Le requérant ne s'était pas conformé à une injonction le sommant de remettre en état bàtiment et site . Le Gouvernement estima que le requérant avait clairemént manifesté son indifférence pour l'état de son bien et son incapacité d'en ~prendre soin . Il redoutait de graves fautes de gestion . La demande du permis d'exproprier émanant de la municipalité devait donc ètre accueillie favorablement . Par sa méme décision, le Gouvemement ordonna que la question de l'expropriation ait lieu au plus tard le 12 novembre 1982, par voie de citation devant le tribunal . Le requérant soutient que la décision du Gouvernement se fondait sur une enquête effectuée par le conseil administratif régional (lànsstyrelsen) et sur une demande de la municipalité de Stockholm, qu'il qualifie toutes deux d'inexactes et de fallacieuses . Il déclare qu'il n'a jamais reçu l'injonction susvisée et que sa situa= tion financière a .toujoursété satisfaisante . Par lettres des 5 mars et 5 avril 1982, le requérant demanda au Gouvememen t de reconsidérer sa décision compte tenu d'éléments nouveaux . Il précisait dans ses lettres que, le 21 janvier 1982, il avait vendu le bien à un tiers . qui se proposait de le remettre immédiatement en état . II n'y avait plus de locataire dans le bàtiment, le seul habitant étant le requérant . Le requérant et le nouveau propriétaire invoquaient la jurisprudence de la Cour supréme (hôgsta domstolen), selon laquell el'xproiatnvéefrmuslorqaitnjusfleprid'xo s'était considérablement modifiée . Par décision du 15 avril 1982, le Gouvemement rejeta cette demande en indiquant qu'il avait été définitivement statué à ce sujet le 12 noventbre 1981 . Le requérant demanda ensuite à la Cour administrative supréme (regeringsrâtten) la révision de l'affaire (resning) . Sa demande fut rejetée le 16 novembre 1982 .
106
Le requérant saisit également la Commission constitutionnelle permanente du Parlement et le Ministre de la Justice (j ustitiekanslern) mais sans résultat . Procédure relatn-c à la dérerntinamion des conditions de l'esproprimion Le 22 janvier 1982, la municipalité de Stockholm assigna le requérant devant le tribunal foncier (fastighetsdomstolen) rattaché au tribunal régional de Stockholm (tingsr5uj pour que soient fixées les conditions d'indemnisation après l'expropriation . La ntunicipalité demanda également un transfert de propriété anticipé . Le 2 juillet 1982 . après inspection du bien, le tribunal régional de Stockholm rejeta la demande de transfert anticipé pour les motifs suivants : - Le tribunal a constaté ce qui suit en procédant à l'inspection . Il n'y a rien de particulier à signaler en ce qui concerne la toiture . Une cheminée doit être réparée ou reconstruite . Les murs du bàtiment ont le plus grand besoin d'un replâtrage . Le plâtre s'est détaché du mur par endroits, niais à ces endroits, il n'y a aucune trace de dommages graves . Des vitres manquent et ont été remplacées par du carton . Les poutrelles de souténement de cenains balcons sont rouillées et leur surface est fissurée . Le chambranle des fenêtres et des pones doit être repeint . Les appartements doivent être complètement remis en état . De l'eau a suinté dans les parties du bâtiment non chauffées . Il ressort de l'inspection que le bàtiment a grand besoin d'une remise en état, mais pas au point de nécessiter un transfert de propriété anticipé à la municipalité avant que le tribunal n'ait statué sur tous les aspects de l'affaire .
II ne peut donc être fait droit à la demande de transfen de propriété anticipé . » La prucédure concernant les conditions de l'expropriation est toujours pendante devant le tribunal foncier . Le rransfen de la propriéré du bien Le 21 janvier 1982, le requérani céda son droit emphytéotique (leaseholder's right) à M . Sepp pour un montant de 850 .000 couronnes suédoises . M . Sepp obtint un enregistrenrent préliminaire (vilande lagfan) . Le bien fut ensuite rétrocédé au requérant qui, à son tour, le vendit à une association de locataires-propriétaires (bostadràttsftirening) aux mémes conditions que celles convenues avec M . Sepp . Ceuc opération de vente fut examinée au regard de la loi sur l'acquisition des intnteubles de rappon et l'agrément fut finalentent refusé par la juridiction compétente en matière de logemeni et de baux (bostadsdomstolen) . La vente fut donc déclarée nulle et non avenue . Législation relative à l'e.rpropriation La législation applicable en l'espèce est la loi de 1972 sur l'expropriation ( expropriationslagen)- en vertu de laquelle l'expropriation s'effectue en deux phases .
107
Au cours de la première phase . le Gouvernement, sauf rares exceptions, décide s'il y a lieu d'autoriser l'expropriation . Si oui, un permis d'expropriation est délivré . La décision du Gouvemement est sans appel . Une décision d'autoriser une expropriation ne débouche pas automatiquement sur une expropriation . Elle autorise seulement le titulaire du permis à passer à la deuxième phase, c'est-à-dire à engager une procédure d'expropriation devant le tribunal foncier . Un permis d'exproprier doit indiquer le délai dans lequel le demandeur, nortnalement uni municipalité, doit saisir ce tribunal pour notamment fixer la date de transfert et l'indemnité . L'expropriation prend fin dès la fixation et le versement de l'indemnité . Le tribunal foncier ne peut vérifier le permis d'exproprier en soi . Sa décision est susceptible de recours devant la cour d'appel (hovràtt), et devant la Cour supréme .
En venu de la loi d'expropriation, les permis d'exproprier sont délivrés aux municipalités pour diverses raisons . Selon l'article 7 du chapitre 2, ils peuvent être accordés pour des biens laissés dans un grave état d'abandon . Cet article est ainsi libellé : . L'expropriation peut être autorisée, si l'objectif est de remettre le bien dans un état satisfaisant ou de le maintenir dans cet état, lorsqu'il est laissé dans un grave état d'abandon ou qu'il y a lieu de craindre qu'il le soit . Pour interpréter la condition préalable du -grave état d'abandon . , on peut s'inspirer du projet de loi déposé par le Gouvernement en 1970 portant amendements à la loi de 1971 sur l'expropriation . Le ministre avait alors précisé que le défaut d'entretien des immeubles de rapport nuit essentiellement aux locataires . II importait donc que des mes'ures soient prises assez tôt pour mettre le locataire à l'abri de difficultés injustifiées . Les auteurs du projet ont donc estimé que l'expropriation doit être possible non seulement si l'état de grave abandon est apparent, mais également s'il y a vraiment lieu de craindre que l'entretien d'un bâtiment ne soit négligé à l'avenir . Au cours de la procédure d'élaboration de la loi, les problémes d'évaluation de l'état de l'immeuble ont également été examinés . Les preuves nécessaires peuvent varier selon les cas, a-t-on constaté . Un facteur, qui constituerait un motif d'expropriation . serait l'inexécution par le propriétaire des injonctions d'avoir à entretenir son bien . Un autre facteur pourrait étre l'existence de la preuve que le propriétaire néglige systématiquement l'entretien dé son bien . Il existe un motif d'expropriation suffisant si le propriétaire a manifesté son indifférence pour l'état de son bien ou son incapacité à l'entretenir . ll faut donc prouver l'existence de défauts affectant le bien ainsi que l'indifférence du propriétaire pour son entretien . L'expropriation peut être refusée si l'objectif poursuivi peut étre atteint convenablement d'autre manière ou si les inconvénients de l'expropriation, d'un point de vue général ou personnel . l'emportent sur les avantages à en retirer (article 12 du chapitre 2) .
108
GRIEFS I . Le requérant prétend avoir été privé de son bien sur la base d'informations inexactes et fallacieuses . Il allègue une violation de l'anicle I du Protocole additionnel . 2 . Le requérant se plaint é galement de n'avoir jamais pu faire statuer par un tribunal sur la privation de son bien ni sur la carence qui lui a été reprochée en ce qui concerne l'entretien du bien . 11 allègue une violation de l'article 6 par. I de la Convention .
EN DROI T 1 . Le requérant prétend avoir été privé de son bien sur la base d'informations inexactes et fallacieuses . Il a invoqué l'article 1 du Protocole additionnel, qui est ainsi libellé : «Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens . Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'wilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit imernational . Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte au droit que possèdent les Etats de mettre en vigueur les lois qu'ils jugent nécessaires pour réglementer l'usage des biens conformément à l'intérèt général ou pour assurer le paiement des impôts ou d'autres contributions ou des amendes . -
Par décision du 12 novembre 1981, le Gouvernement a accordé à la municipalité de Stockholm l'autorisation de priver de son droit emphytéotique le requérant ei d'exproprier le bâtiment édifié sur le terrain . Le 22 janvier 1982, la municipalité a engagé une procédure devant le tribunal foncier rattaché au tribunal régional de Stockholm afin de fixer le montant de l'indemnité à verser pour le bien . La procédure suit toujours son cours . Le Gouvernentent a soutenu que les griefs tirés par le requérant de l'article I du Protocole additionnel sont irrecevables dans la mesure où ils sont incompatibles ratione materiae avec les dispositions de la Convention ; subsidiairement, pour défaut d'épuisement des recours internes, pour inobservation du délai de six ntois ou pour défaut manifeste de fondement . Selon la Commission, la requéte relève en principe du domaine d'application de l'anicle I du Protocole additionnel et ne peut donc étre déclarée irrecevable pour incompatibilité ratione materiae avec les dispositions de la Convention . Les griefs tirés par le requérant de l'article I du Protocole additionnel concernent, d'une pan, le permis d'exproprier en tant que tel et, d'autre part, la privation de propriété qui est imminente . 109
2 . Dans la mesure où le requérant allègue que le permis d'exproprier empone en soi violation de l'article I du Protocole additionnel, la Commission rappelle que la décision en cause a été prise le 12 novembre 1981, alors que la présente requête a été introduite le 11 mai 1983, soit plus de six mois après . Il est exact qu'au cours du délai de six mois précédant l'introduction de sa requète auprès de la Commission, la Cour administrative supréme a signifié au requérant son refus de rouvrir l'affairé . La Commission estime cependant qu'une demande de réouverture d'une affaire ne peut @tre tenue en général pour un recours effièace au sens de l'article 26 de la Convention . Il ne peut donc être tenu compte de la décision de la Cour administrative suprème pour calculer le délai de six mois . A cet égard, le requérant n'a donc pas respecté la règle relative au délai de six mois énoncée par l'article 26 . . 11 s'ensuit qu'à cet égard le grief tiré de l'anicle I du Protocole additionnel doit être rejeté conformément à l'article 27 par . 3 de la Convention . 3 . Quant au grief relatif au fait que la procédure d'expropriation est en couis d'exécution, la Commission rappelle que le requérant s'est plaint de ce que l'expropriation est à la fois illégale au regard du droit suédois et contraire à l'article I du Protocole additionnel, puisqu'elle n'est pas justifiée indépendamment de l'octroi d'une indemnité . La Commission estime à cet égard que le requérant ne disposait d'aucun recours efficace . En outre, la procédure d'expropriation n'ayant pas encore pris fin, la règle relative au délai de six mois ne lui interdit pas d'examiner la queslion de savoir si cette privation de propriété constitue, vu les circonstances . une violation de l'anicle I du Protocole additionnel . Après avoir procédé à un examen préliminaire du grief tiré par le requérant de l'article 1 du Protocole additionnel à cet égard, la Commission estime que ce grief pose des questions de droit et de fait dont l'importance appelle, pour en décider, un examen complémentaire du fond . Cet aspect du grief de l'article I du Protocole additionnel est, par conséquenl, recevable .4 . Le requérant allègue également n'avoir jamais eu la possibilité de saisir un e juridiction pour qu'il soit statué sur son expropriation ou sur les accusations de défaut d'entretien de l'immeuble portées contre lui . Il allègue une violation de l'anicle 6 de la Convention . Le paragraphe I . première phrase, de l'article 6 est ainsi libellé : . Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impanial, établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil . soitdu bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle . + . Le Gouvemement a soutenu que la décision dedélivrer un permis d'exproprier n'a pas porté sur une contestation des -droits de caractère civil • du requérant au sen s 110
de l'article 6 par . I de la Convention . Selon lui, la requête est dès lors sur ce point incompatible ratione materiae avec les dispositions de la Convention . La question est de savoir si la décision du Gouvernement de délivrer un permis d'exproprier concernant le bien du requérant, portait sur une contestation sur des - droits ou obligations de caractère civil . du requérant au sens de l'anicle 6 par . I de la Convention . Dans l'affirniative, il resterait à examiner si le requérant a pu faire valoir son droit à ce que • sa cause soit entendue, équitablenient . publiquement . . . par un tribunal indépendant et impartial• . Le Gouvemement a également objecté que la requête avait été introduite aprè s l'expiration du délai, sa décision d'accorder le permis d'exproprier remontant au 12 novembre 1981 et la saisine de la Commission datant du 11 mai 1983 . Le requérant a répondu qu'il avail utilisé les voies de recours que lui offrait le droit suédois, notantment la possibilité de demander au Gouvernement de rouvrir le dossier et celle demander la réouverture de la procédure devant la Cour administrative supréme, laquelle a rejeté sa demande le 16 novembre 1982 . La Commission estime que, pour statuer en l'espèce sur l'application de la règle des six niois énoncée à l'article 26 de la Convention, s'agissant de la prétendue absence de contrôle judiciaire, il faut examiner de près les réalités de la procédure débouchant sur la privation d'un bien après délivrance d'un permis d'expropriation . Elle rappelle que la question de savoir si la privation de propriété pouvait être autorisée a été tranchée dértnitivement par le Gouvemement le 12 novembre 1981 . Suite à cette décision, la ntunicipalité de Stockholm a été autorisée à exproprier le requérant de son bien . Néanmoins, l'expropriation n'est achevée qu'avec la fixation et le versement d'une indemnité . Pour trancher la question . la municipalité a engagé une procédure devant le tribunal foncier, rattaché au tribunal régional de Stockholm . L'affaire est toujours en instance devant celle juridiction . La question de savoir si le requérant sera privé de son bien est toujours pendante et les conditions de la privation éventuelle ne sont toujours pas fixées . Il s'ensuit que la question du permis d'exproprier constitue le premier stade d'une procédure se déroulant essentiellement en deux phases et débouchant sur la privation définitive de la propriété . La Commission rappelle que le requérant se plaint essentiellemnt de ce que le permis d'exproprier a été accordé sur la base d'informations inexactes et fallacieuses et qu'en outre, la décision en ce sens a perdu toule raison d'être, l'intéressé ayant réparé l'immeuble . De l'avis de la Commission, eu égard à des circonstances aussi particulières, en ce qui concerne la prétendue impossibilité de faire contrôler l'affaire par un juge, le requérant doit être considéré comme se trouvant dans une situation continue, de sorte que le délai de six mois cesse de courir .
Pour les raisons susvisées, la Contmission estime que le grief tiré de l'article 6 de la Convention ne peut ètre rejeté pour inobservation du délai de six mois prévu à l'article 26 de la Convention . En conséquence, la Commission rejette pour ce motif l'exception d'irrecevabilité invoquée par le Gouvemement . La Commission a procédé à un examen préliminaire de la question de savoir si la décision du Gouvernement d'autoriser la délivrance du perrnis d'exproprier, portait sur une contestation sur des « droits et obligations de caiactére civil• du requérant au sens de l'article 6 par . I de la Convention et, dans l'affirmative, si le requérant a pu faire valoir son droit • à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement . . . par un tribunal indépendant et impartial- aux fins de cette détermination . La Commission estime cependant qu'il s'agit là d'importantes questions de droit et de fait qui appellent, pour en décider, un examen complémentaire du bienfondé de la requète . La requéte est donc recevable sur ce point . Par ces motifs, la Commissio n DÉCLARE IRRECEVABLE le grief sclon lequel le permis d'exproprier constituait en soi une violation de l'article I du Protocole additionnel ; DÉCLARE LA REQUÉTE RECEVABLE pour le surplus. tous moyens de fond réserv és .
112

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 10/10/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.