Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ NYSSEN c. BELGIQUE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Partiellement irrecevable ; partiellement recevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 10574/83
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1985-10-10;10574.83 ?

Analyses :

(Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) TRIBUNAL IMPARTIAL


Parties :

Demandeurs : NYSSEN
Défendeurs : BELGIQUE

Texte :

APPLICATION/REQUÉTE N° 10574/83
Koen NYSSEN v/BELGIU M Koen NYSSEN c/BELGIQU E DECISION of 10 October 1985 on the admissibility of the application DÉCISION du 10 octobre 1985 sur la reçevabilité de la requ@te
Artkle 6, paragraph I of the Convention : Is a coun manial . a rnajority of whos e members are commissioned officers . independent and impanial when it tries, for desenion irt peace-rime . a conscientious objector to both military service and substituted civilian sen -ice? (Complainr declared admissible) . • Article 6, paragraphe 1, de la Convention : Un rribunal militaire composé en majorité d'officiers est-il indépendant er inrparlia( lorsqu'i! juge . pour désertion en tentps de paix, un objecteur de conscience à tour service militaire ou sen•ice civil de rentp(acement ? (Grief déclaré recevable) .
THE FACTS
(français : voir p . 128)
The applicant is a Belgian citizen, born in 1961, and a resident of Lanaken, Belgium . In the proceedings before the Commission he is represented by Mrs . L . Versluys-Dunesme, a lawyer practising in Leuven . On 21 January 1982, the applicant, being a conscript, received a summons to repon for a medical examination in the Recruitment and Selection Centre at Brussels . The applicant, however, returned the summons and, by letter of I February 1982, informed the Minister of Home Affairs (Minister van Binnenlandse Zaken ) 124 _
that he did not intend to present himself for a medical examination, whilst explaining his objections against both military and, substituted, civilian service . On 26 February 1982, Ihe Provincial Governor of Limburg registered the applicant as a service objector (Dienstweigeraar) . On 2 March 1982 the Minister of Home Affairs informed the applicant of the possibilities of serving as a conscientious objector (Gewetensbezwaarde) . The applicant, thereupon, again received a summons to appear at the Recruitment and Selection Centre on 19 April 1982 . The applicant, however, did not react to this summons . On 22 May 1982, the applicant was arrested by the national police (Rijkswacht) of Dilsen during an identity control of persons going to a peace demonstration in Bocholt . On 23 May 1982, the applicant was detained on remand at Antwerp by order of the judicial commission of the military court of Brussels, Antwerp division (Rechterlijke Commissie van de zetel van de bestendige Krijgsraad te Brussel afdeling Aniwerpen) on suspicion of desertion in peace-time . On 28 June 1982, the military court (Krijgsraad) of Brussels sentenced the applicant to 24 months' imprisonment for desertion in peace-time . The applicant, thereupon, appealed from this decision to the Military Court of Appeal (Mili(air Gerechtshof) . The applicant claimed inrer a(ia that military courts were not cunipetent to deal with his case since he should not be considered as a serviceman but as a civilian, and because the military courts could not be considered as independent and impartial tribunals in the sense of Article 6 of the Convention .
On 21 October 1982, the Military Coun of Appeal, however, rejected the appeal and confirmed the judgment of the military court . The applicant, subsequently, appealed from this decision td the Court of Cassation (Hof van Cassatie) . The applicant claimed, irtter n(in, that the Military Court of Appeal was not an independent and impartial tribunal in the sense of Article 6 para . I of the Convention . The Court of Cassation, however, rejected the applicant's appeal on 22 February 1983 . The Court held inter alin that officers who hold a judicial post are not only reinoved from the hierarchical control of the political, administrative and military authorities but are also obliged to conduct themselves in an independent manner with respect to the parties in the proceedings before them and vis-à-vis all authorities . The Court further held that the oath taken by offlcers when assuming their judicial functions contained the solemn and public undertaking to respect Ihe above obligations . The Supreme Court also considered that it neither appeared from the contposition of the Military Coun of Appeal (4 of the 5 members being military ol'licers), nor from any other evidence, that the officer-members of the Militar y
125
Court of Appeal had failed to respect their obligation to independence and impartiality . The applicant was imprisoned at Hoogstraeten, where he was granted three days' leave starting on 27 March 1983 . He failed to return, however, and has since been in hiding as a - fugitive .
COMPLAINT S The applicant complains that military courts cannot be considered as independent and impartial tribunals for the trial of a civilian who, for political and conscientious reasons, refuses to perform either military or substituted civilian service . He alleges that the military courts wrongly considered him to have military status whereas he claims to have retained his civilian status by informing the authorities of his conscientious objections . The applicant alleges that the Belgian courts rejected his complaints under Article 6 para . I of the Convention, because the military ntembers of the military courts take a solemn oath "to judge the men who stand on trial before us without hate or fear, without complaisance, with the sole wish to implement the law", and because they also, as military officers, take an oath of allegiance to the King, obedience to the Constitution and to the laws of the Belgian people . The applicant contplains that neither the oath of allegiance to the King nor the special oath iaken by the military members of the military courts in themselves constitute a sufficiem guarantee of independence and impartialiry . In addition, the applicant complains that the military members of the military courts are directly dependent on the military and, consequently, on the Executive . In this respect . the applicant also draws attention to the fact that the term of office for military members of military courts is only one month . Finally, the applicant complains that the impartiality of military courts is impeded by their composition, namely 4 out of 5 members are military officers, belonging :to the same corps as the people on trial before them .
THE LA W I . -The applicant, who claims to be a conscientious objector, has complained that the military courts which convicted and sentenced him were not independent and impartial tribunals and he has invoked Article 6 para . I of the Convention in this respect, which reads, inrer nlia : "In the determination of . . . any criminal charge against him, everyone is entitled to a fair and public hearing within a reasonable tinte by an independent and impartial tribunal established by la~v . " 126
The Government have submitted that the military courts are organised in such a way that their independence and impaniality are guaranteed and that there is nothing to suggest that this was not the case as regards the applicarit . Moreover, the Government have pointed out that the applicant would never have had to appear before a military court had he chosen to avail himself of any o . fthexisngrmduethlgisaoncetusbjor However, the Contmission notes that the applicant was actually brought before military courts and that the Government have not contested that he has properly exhausted domestic rentedies with regard to the complaints he now brings before the Commission . Moreover, the Commission recalls that its task, at this stage of the proceedings, is not to examine whether a violation of Article 6 para . I of the Convention has been established, but only to determine whether the applicant's complaints are so groundless that they must be declared inadmissible, under Article 27 para . 2 of the Convention, as being "manifestly ill-founded" . The Commission has carried out a preliminary examination of the applicant's contplaints in the light of the court's recent case-law on the interpretation of the terms "independent" and "impartial" within the meaning of Article 6, para . I of the Convention (cf. Eur . Court H .R ., Piersack judgment of I October 1982, Series A no . 53, paras . 30-32 ; Campbell and Fell judgntent of 28 June 1984, Series A no . 80, paras . 78-80 : Sramek judgment of 22 October 1984, Series A no . 84, paras . 38-42 ; De Cubber judgment of 26 October 1984 . Series A no . 86, para . 26) . It finds that, in the circunistances of the present case : these complaints raise complicated issues of law and fact which can only be determined by an examination of the merits of the case, and cannot be declared manifestly ill-founded on the grounds relied on by the Governntent . No other grounds for inadmissibility having been established, these contplaints must, therefore, be declared adniissible . 2 . The applicant has further complained that he was prosecuted in an unjustified way and he has invoked Article 7 of the Convention in his supplementary obs'ervations . However, the Commission finds that it is not required to deal with this complaint as, under Article 26 of the Convention, it may only deal with a matter within a period of six monlhs froni the date on which the final decision was taken . This pârticular complaint was introduced on 4 April 1985, that is more than six months after the date of the final decision, which was given on 22 Febmary 1983 . It follows that this part of the application must be rejected under Article 27 para . 3 of the Convention as having been introduced out of time . 127
- For .these reasons, the Comniission DECLARES'INADMISSIBLE the applicant's complaints under Article, 7 of theConvention - ' - . . -'-DECLARES ADMISSIBLE the remainder of the application, without in an y way prejudging the merits .
(TRADUCTION) EN FAIT est un citoyen belge ; né en 1961 et habitant Lanaken, en Belgique . '_Lerquéant Dans la procédure devant la Commission, .il esbreprésénté par Me L . VersluysDunesme, avocate à Louvain . Le 21 janvier 1982, le requérant; appelé au service militaire, fut convoqué pou r un exanien militaire au centre de recratement et de sélection de Bruxelles . • Il renvoya cependant la convocation et, par leuredu I°février 1982 . inform aleminstrd'Iéuqilnevsagtpdré,enàuxatmédicl tout en expliquant ses objections tant contre le service militaire que contre un service civil de reniplacentem . Le 26 février 1982 . le gouvernéurde lâ province de Limbourg enrégistra le requérant comme objecteur de conscience . Le 2 mars 1982, le ministre de l'Intérieur informa le requérant des possibilités qu'il avait de servir comme objecteur d . econsié Le requérant reçut alors une nouvelle convocation afin de se présenter âu centre de recrutement et de sélection le 19 avril 1982 mais il ne réagit pas à cette convdcation . Le22 mai 1982, le requérant fut àrrété par la police nationale de Dilsen au cours d'ûn contrdle d'identité de personnes se rendant à ûné manifestation pour l à Boiholt . _ . _ : . , . . apix Le 23 mai 1982, le requérant fut placé en détention provisoire à Anvers, sur ordre de la commissidn judiciaire du -tribunal- militaire de .Braxelles, division • d'Anvers comme soupçonné de désertion en temps de paix .128
Le 28 juin 1982 . le tribunal militaire de Bruxelles condamna le requérant à 24 mois d'entprisonnement pour désertion en temps de paix . Le requérant interjeta appel de cette décision devant la cour d'appel militaire . Il soutenait notamment que les tribunaux militaires n'étaient pas compétents pour connaitre de son affaire puisqu'il ne devait pas être considéré comme un militaire mais comnie un civil et que les juridictions militaires ne sauraient é tre qualifiées de tribunaux indépendants et impaniaux au sens de l'article 6 de la Convention . Le 21 octobre 1982, la cour d'appel militaire rejeta l'appel et con fi rma le jugement du tribunal militaire . Le requérant se pourv ut alors contre cette décision devant la Cour de cassation . Il soutenait notamment que la cour d'appel militaire n'était pas un tribunal indépendant et impanial au sens de l'article 6 par . 1 de la Convention . La Cour de cassation rejeta le pou rv oi du requérant le 22 février 1983 . Elle déclara notamnient que les officiers assumant une fonction judiciaire, non seulement ne relevaient plus de la hiérarchie des autorités politiques, adminis tratives ou niilitaires, mais é taient également tenus de se comporter de manière indépendante à l'égard des panies à la procédure se déroulant devant eux ainsi qu'à l'égard de toutes les auiorités . La Cour déclara en outre que le serment prété par les officiers au moment de leur prise de fonctions judiciaires contenait l'engagement solennel et public de respecter les obligations susdites . La Cour de cassation estima également que ni la composition de la cour d'appel militaire ( 4 de ses membres sur 5 étant des officiers), ni aucun autre élément de preuve ne montrait que les officiers membres de cette cour d'appel avaient nianqué à leur obligation d'indépendance et d'impartialité . Le requérant fut incarcéré à Hoogstraeten, où il béné fi cia d'un congé pénitentiaire de trois jours à dater du 27 niars 1983 . II ne rentra pas à la prison et est depuis lors en fuite .
GRIEFS Le requérant se plaint de ce que les tribunaux militaires ne sauraient ètre considérés comme des tribunaux indépendants et impartiaux lorsqu'ils sont appelés àjuger un civil qui . pour des raisons politiques et de conscience, refuse d'accomplir tant le service militaire qu'un service civil de remplacement . Selon lui, c'est à tort que les tribunaux militaires lui ont reconnu un statut militaire alors qu'il a conservé son stamt civil puisqu'il a fait part aux autorités de ses objections de conscience . Le requérant allègue que les tribunaux belges ont rejeté les griefs qu'il tirait de l'article 6 par . I de la Convention parce que les membres militaires de cesjuridictions prétent solennellement serment • dejuger les hommes qui comparaissent devant elles sans haine ni crainte, sans complaisance, dans le seul désir d'appliquer la loi • et parce que, en tant qu'officiers, ils prêtent également sennent d'allégeance au Roi et d'obéissance à la Constitution et aux lois du Peuple belge .
129
Le requérant se plaint de ce que ni le serment d'allégeance au Roi, ni le serment spécial prèté par les membres militaires des tribunaux militaires ne constituent en eux-mêmes une garantie suffisante d'indépendance et d'impartialité . De surcroit, le requérant se plaint de ce que les membres militaires des juridictions militaires dépendent directement des autorités militaires et doncde l'Exécutif . A cet égard, il attire l'attention sur le fait que la durée du mandat des membres militaires des tribunaux militaires n'est que d'un mois . Enfin, le requérant se plaint de ce que l'impartialité des tribunaux militaires s e trouve affectée par leur composition, puisque quatre membres sur cinq sont des officiers appa rtenant au mème corps d'armée que les accusés comparaissant devant eux .
EN DROIT Le requérant, objecteur de conscience, se plaint de ce que les tribunaux militai1. res qui l'ont reconnu coupable et condamné n'étaient pas des tribunaux indépendants et impartiaux . Il invoque à cet égard l'article 6 par . I de la Convention aux termes duquel notamment : « Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera . . . du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle . nLe Gouvernement a soutenu, quant à lui, que les tribunaux militaires sont organisés de telle manière que leur indépendance et leur impartialité sont garanties et que rien ne donne à penser que tel n'aurait pas été le cas en ce qui conceme le requérant . En outre, le Gouvernement a souligné que le requérant n'aurait jamais compar a devant un tribunal militaire s'il avait choisi de se prévaloir de l'un des recours existant en vertu de la législation sur les objecteurs de conscience . La Commission reléve cependant que le requérant a été effectivement tradui t devant les tribunaux militaires et que le Gouvernement n'a pas contesté qu'il avait épuisé les recours internes quant aux griefs qu'il expose à présent à la Commission . En outre, la Commission rappelle qu'à ce stade de la procédure, elle n'a pa s pour tàche d'examiner si une violation de l'article 6 par . I de la Convention est ou non établie, mais seulement de rechercher si les griefs du requérant sont si peu fondés qu'elle doit, conformément à l'article 27 par . 2 de la Convention, les déclarer irrecevables comme étant •manifestement mal fondés• . La Commission a procédé à un examen préliminaire des griefs du requérant à la lumière de la jurisprudence récente de la Cour concernant l'interprétation des 130
iernies • indépendant • et • impartial » au sens de l'article 6 par . I de la Convention (cf . Cour Eur . D .H ., arrét Piersack du I•' cotobre 1982, série A n° 53, par . 30-32 ; arrit CantpbeÎl et Fell du 28 juin 1984, série A n" 80, par . 78-80 ; arr@t Sramek du 22 octobre 1984, série A n" 84, par . 38-42 ; arrêt De Cubber du 26 octobre 1984, série A n" 86, par . 26) . Elle estime que dans les circonstances de l'espèce, ces griefs soulèvent des questions de fait et de droit dont la complexité appelle pour en décider un examen au fond et qu'ils ne sauraient dés lors étre déclarés manifestement mal fondés pour les raisons qu'avance le Gouvernement n'ayant été établi, ces griefs doivent dès lors @tr e .Aucnmotifd'revablé déclarés recevables . 2 . Le requérant s'est plaint en outre d'avoir été poursuivi de manière injustifiée et il a invoqué l'article 7 de la Cnnveniion dans ses observations contplémentaires . La Commission constate qu'elle n'est pas appelée à exaniiner ce grief car, aux termes de l'airticle 26 de la Convention, elle ne peut être saisie que dans un délai de six mois à panir de la décision interne définitive . Or, ce grief a été introduit le 4 avril 1985, soit plus de six mois aprés la date de la décision définitive, rendue le 22 février 1983 . II s'ensuit que la requéte doit, sur ce point, étre rejetée conforménient à l'article 27 par . 3 de la Convention pour tardiveté . Par çes motifs, la Commission DÉCLARE IRRECEVABLES les griefs tirés par le requérant de l'anicle 7 de la Convention ; DÉCLARE LA REQUÊTE RECEVABLE pour le surplus, tous moyens de fond réservés .
131

Origine de la décision

Formation : Commission (plénière)
Date de la décision : 10/10/1985

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.