Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ GINIKANWA c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 12502/86
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-03-09;12502.86 ?

Analyses :

(Art. 11-2) PROTECTION DES DROITS ET LIBERTES D'AUTRUI, (Art. 14) DISCRIMINATION, (Art. 3) PEINE INHUMAINE, (Art. 35-1) EPUISEMENT DES VOIES DE RECOURS INTERNES, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA VIE FAMILIALE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVUE PAR LA LOI, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA MORALE, (Art. 8-2) PROTECTION DE LA SANTE


Parties :

Demandeurs : GINIKANWA
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

the Commi ssio n con c lu des that the app lica nt h as not establis hed th a t it was h is w is h w have a publ ic hearing of hi s di sc i pl i n ary cas e or t h ai bis conduct in t he m a tt er did n o t amo unt to a n un e qu ivocal waiver of hi s r i gh t to a publ ic he aring, with i n the mean i ng o f A rticle 6 para . I o f the Conven t i on . I t fo ll o w s that this as pect o f the case m us t be rejected as being m a ni fest ly ill fo unded, with i n t he mea ning of A rt icle 27 pa ra . 2 of th e Con vention .
(TRAD UCTI ON) EN FAI T L e requérant es t u n ressortissa n t du N igé ri a, n é e n 1 921 et d omicilié à Lo nd res . A voca t de so n éta t, i l a été rayé d u B a rreau . C'est cette radiation qu i fait l'objet de sa requête . L es fai ls, n o n co nt estés e n t r e les parties pe u ve n t se rés ume r com me sui t . Le req uéra nt fut inscrit a u Barr eau d'A nglet erre et du Pays de Galles par «Th e H o n o r able S ociety of the M id dl e T emple» e n ju illet 1973 . 1 1 comme nça à exercer en 1 977 . L e 20 j u i n 1 983, le Con seil de l'ordre (Senate of the Inn s o f Cou rt) et l e Bar rea u reçurent d u j uge Slot u ne pl a i nte concernant l e com porte m en t d u requérant e n sa qualité de défenseur da n s u ne affaire de v iol, da ns laq uelle l ej uge Slot présida it l e trib un al . U n e fois qu e le requérant e ut pu présent e r ses observatio ns et que le P rés ide nt l es a i e nt reç ues, le requérant fut informé l e 7 octobre 1 983 de l a d éc i sio n d e la commiss io n de déontologie que la plainte se r ait port ée devant u ne conuniss i on disc ipl i n a i re . Le 1 - novem bre 1984, le requérant fut officie ll ement i nc ul pé de fa ut es profess io nn elle su r trois chefs : I . A ccusatio n : fa uie p rofessionnelle Détail s : C ha r gé l e 1 9 mai 1 983 de se rv ir , devant l e tri bunal pé nal ce ntral, d 'avocat défenseu r à[D] , inc ulp é de viol, vou s avez fait pr eu ve d ' un e telle i n com péte n ce professio nn e ll e qu'elle nui ra sans d ou te à la bonne marc h e de l a
26 1
j u s tice en ce qu e vou s n ' avez pa s co nve nabl eme nt pr ép aré n i maîtrisé vot re exposé s u r le s an técé dent s d e l'accusé . 2.
A ccusation : f e professionnelle ow Détails : Le 20 ma i 1983, a lo rs que vo u s serviez devant le tribu nal péna l central e n qualité de défenseur de [D] , inculpé de v i ol, vo us avez fai t p reu ve d ' une t e l le i nco mp étence p ro fess io nn elle qu 'el l e nu ira san s do ute à l a bo nne m ar c he de la justice en ce que, san s dema nde r l'autorisation du tribun al , vou s a vez posé des ques ti on s p our contre- interro ge r la plaig na nte . . . su r ses expérien ces s exu ell es p récé den t e s avec d ' autres ho mm es, ce qui est contraire à l'articl e 2( 1 ) de l a loi m odific a tive d e 1 976 su r l es infractions sex uelles . 3 . Accusatio n : fa ut e professionnelle Déiails : Aux en v i ron s du 2 6 m ai 1 983, al o r s que vo us s e rviez devant l e tribunal pé nal cen tral en qu alité de dé fe nseur de [ D] , inc ulp é de v iol , vo us avez eu un comportem ent préjud ici ab le à la bo nn e marche de la j ustice e n ce q ue, durant vos derniè res pl aid oi ries, vo u s a vez dé natur é les preu ves : a . e n l ai ssant e nte nd re au j u ry q u e le fait p our l'accusation d e n'avoir pas prod u it un e pho to-rob ot re Fl é tait un discrédi t d e l a p o lice, sa ns avo ir r ien avancé qui pui sse asseoir cett e i d ée ; et b . e n affirmant à[ort q u ' i l y ava it eu e n l'es pèce deux ph otos- ro bo t s différen[ es . »
Le req u éra nt fu t égale m e nt av isé d e c e que l'a ud i e nce d e l a comm i ssio n d iscipl in a ire avait ét é fixée au 3 jan v ie r 1 985 . A sa de m a nde, la da te e n fut repoussée au 11 av ril 1 985 . Le 15 ma r s, l e requérant demanda d e rec h ef et ob tint un re p o n d 'au di e nce dan s les acc usa ti on s p ortées contre l u i devant la co mmi ssion di sc i pl in a ire . Le 8 mai 1 985 , les con c lu sion s aya nt é t é dép osées devan t l ej u ge Argyle, Q . C ., pou r o bten ir l a fix ati on d e l 'a udien ce, celle-c i fut fixée a u 30 mai 19 85 , en dépit des objectio ns du requérant qu i estima it la date pr ématur ée . De van t l e ju ge Ar gy l e, le requérant dem anda l a c omparution devant l a commi ssio n de son «principal acc u sateu ro, c'est-à-dire du juge S lot , a ute ur de l a plainte contre lu i . T outefo i s, l'avocat du C o n sei l de l'ordre ré po ndit qu ' il n'était pa s dans so n intenti on d 'appel er le juge à témoigner . Le requér a nt , se mble -t- il, ne re n ou ve l a sa demand e ni d ev an t l a com mi ssio n d isci plin ai re n i p l u s tard d evant les Visiteurs («Visitors») . Le 17 m a i 1985, le Bât onnier de l'o rd re dési gna tout d ' abo rd une co mm iss i o n p ou r e ntendre les accusations portées contre l e requ érant . Le 30 ma i 1 98 5, le re qu érant ( qui n'était pas représ enté) deman da e t ob ti nt un r ep ort d e l ' audie n ce . L e 1 3 ju i n 1 985 , par su ite du pre mi e r ajournement , l e Bâtonn ie r p rit un e second e ord onnan ce pour dési gn er une co mmission d iscip linaire chargé e d'e nte nd re l'affaire et d e s ta [aer s ur l es ac c usa ti on s portées contre l e requérant . L 'a u dience fut
2 62
f ixée au 18 j u illet ; la co mp os itio n de l a co mmission était l a sui v a nte : le j uge W estRussell, ju ge i[in é ran t ( P rés id e nt) ; Lo r d H e nd e rson of B rom pton . KCB (m embr e no n jur iste de la C om miss ion ) ; et M . Ray mond K i dw e ll , Q . C ., M . Peter Rawson et M . Bernard Phelvin (membre en ex ercice du B arrea u ) . Le req ué rant réc u sa le Prés ident de l a co mmissio n d isci p l inai re a va nt l ' audien ce m a is le C on seil de l'ordre refus a de r e mpl ace r le juge et su r les con seils de so n a voc a t, le requéra n t n ' all a pa s au -d el à à l'audience d es 18 et 1 9 ju i ll et 1985 . Le re qu é rant, présent tout au long de s audien ces, fm rep résenté par un avocat . Le 19 juill et , la co mmi ssion dis ciplinai re estim a, à la maj o rité de t roi s c on tr e d e ux , qu'avait é té p rouvée l a p re miè r e des accusations d e faute p ro fe ssio nne lle . Les d e ux aut res acc usati on s furent l ev ées . Le requ é rant a llègue que l'audience d evant la commi ssio n di scipl in aire n ' a pas é té publ ique, un certa in n o mb re d e p e rso nn es de sa connaissance s'ét a n t vu re fuser l 'entrée de l a s alle . Le 1 9 j uill et 1 985, v u son co ns tat de faute professio nn elle et ap rès avoir ent e ndu l'avoc at du re qu é rant pl a ide r l es ci r con sta nces atténuantes, la commiss i o n di sci p l in aire ordo nna la radiatio n du requ é rant et son e xpul sio n de « The H o no rabl e S ociety of the Middl e Templ e» . Penda nt qu ' elle examina i t la sanction disci pl in a ire à infliger, la co mmiss i on disciplina i re fut m ise au co urant de deux p récéd e nt s constats de fautes p rofess i on nelles commises par le requérant : un e premi 8re fois, le requé rant avait reç u un blâme de l a pa rt du Co mité d 'éth i qu e pro fess i o nne l le pou r dé faut de co mparuti o n deva nt l a cour d 'app e l , défaut qui semble avo ir été imputé à son clerc . De ux ièm ement , l e requérant avait été s us pe ndu d 'exercice pendant six m ois e n 198 3 pour av oi r prêté ser me nt sur une fausse attes tat i on et av o ir fait un e fau sse d éc l ar a ti on pendan t l'audition d' une affa i re le c on cernan[ , lui et sa fam i ll e. Le 9 août 198 5 , conformément a u x di spositions du Règleme nt d e 1 9 8 0 s ur les aud i e nces devant Ies V is iteu rs (« l e RBgle ment d e 1 980 • ), le re qu érant soumit au P rés ident d e l a C o urt o f Appeal (« Lo rd Chancellor ») une intimatio n d 'appel aux magistrats s i égea nt comme Vi sit eurs du Co nse il de l'ordre contre le con stat de fa ute ét a bl i par la co mmi ss i o n disci p l ina i re et l a pe ine infli gée e n conséq uen ce . Le 17 sept e mbre 1985 , le req uéra nt fut infor m é que, depu is la décis i on de la commi ssio n di sc iplinai r e, l e d é lai d ' appel prév u p a r l ' aRicle 4 du R ègl e m e nt d e 1 9 80, so it 56 jours, é tait expiré . Le 19 septembre 1 98 5, le requérant soll i c it a du Lord Chancellor une prorogatio n du d é l ai de notification de l'appeL C e derni e r l ui accorda 28 jours s upplémenta ir es à pa rt ir de l'expiration du d élai de 56 jour s prévu pa r le Règl e ment de 1980 . L ' appel fo rmulé par l e requé r a nt l e 8 oct obre 1 985 a rri va à destinatio n le 14 octobre . Une répon se fu[ do nné e au Lo rd Ch ancel lo r so us cou vert d ' une l e ttre a dressée le 1 - n ov em br e par le Bâtonnier .
263
En r é ponse à la d emand e faite par le Lord Chance ll or le 1 0 déce mb re 1 9 85 confo r mém e nt à l ' ani de 9 (1) du Règlement de 1 980, le Lo rd Chief Ju stice, Pr és i den t d e la sectio n pénal e de l a C ou rt of Ap peal, désig na les ju ges suivants de la Hi gh Cou rt p ou r s ié ger en tant que V is iteurs et e n te ndre l'a pp e l du re qu é rant : l e j uge Ru ssell ( Président) avec, pour assesseu rs, l es j uges W a ite et Kennedy . L e requérant fut in fo rmé l e 22 jan vier 1 986 qu e l'audience e n appel était fixée aux 5 et 6 févrie r 1986 . Le 27 ja nvier . le re qu é rant éc riv it au P rési dent de l a sec ti on péna le p ou r demander un ajournement a fin de p erm e ttre à l 'avocat q u i l'avait r e pr ésenté devant la co mmiss i on d i sc iplinaire de le représe nt er aussi e n appel . Après avoir étudié l a dema nde avec l e j u ge Skinne r -- désig né pa r l e Présid e nt de la sec ti o n pénale pour p rési der l'a u d i e nce d es V is iteu rs à l a pl ace d u ju ge Ru ssel l en gagé ai ll eur s - l e P rési de nt refusa le r e p ort d'aud ie n ce. Le 5 février 1 986, l es Visiteurs (les j uges Sk i nn e r , W aite et Ke nned y) e ntend irent l'appel fo r mé p a r le requéra nt con tre le con st at de faute pro fessionne ll e et l a p eine inFli gée par la comm i ssion disciplinaire . Ava nt le début de l'audience d'a ppe l, l' a vocat co mparaissa nt au nom du re quéran t , M e N igel H agu e, Q .C ., d emanda aux V isiteu rs d ' au[or iser u d es a mi s et memb res d u H au t-Co m m i ssar iat du N igé r ia à e ntrer pour assist e r à la procédure» . L 'avoca t re présen ta nt l'ord re d e s avocats devan t l es V is it e ur s se rappelle n 'avoir a bso lu me nt rien dit à propos de cette dem and e et adop t é au co nt r aire une pos ition d e neutralité . Selo n lui , auc un motif n'a ét é don né p our souhaiter la présence de ces ge n s . Il ne se so uvient pas q ue l'avocat du requé rant ait d ema ndé «q ue le gran d p u bl ic soit ad mis à l'au di e nce . La dema nde se bornait plutôt aux ami s o u pare nts de G i nika nwa, ou au x deux à l a fo i s, ce qu'il ( ne p ou va it p as) se ra p peler ma inte nant . C'était en tout cas un e d e m a nde l imitée et n o n pas gé né r a le v .
Des deux V is ite urs qu i s i égeaient pou r enten dr e l'appe l du re qué rant (d i sp on ibles à prése nt puis que le j uge S kinne r est décédé e n mars 1 9 86), se u l le ju ge K enne dy se r a pp elle vagueme nt l a dem and e faite pou r qu e des représentants du Haut Comm i ssar iat du Ni gér ia assi stent à l 'audie n ce et le refus op posé à de cette deman de . T outefo i s, le j u ge Wa ite a un sou ven ir plus pr éc i s : «A u début de l ' au die nce, M e H ague (conseil prin c ipal de M . G ini ka n w a) indi q ua qu'il y avai t à l'entrée de l a salle des gen s qui n'avaient p as de lie n di r ect avec l'aud ie nce m ais dont M . G i ni k a n wa souhaiterait la présence, si la c hose éta it possible . Je n 'ai a u c un so u ve ni r qu 'o n ait men t i onné l e HautCo m missa r iat m ai s je n ' i rai pas jusqu 'à dire formellement que ce no m n'a p as été mentio nné . Le juge S ki nn e r fi t observer qu e la prése nce de ces gens ne poserait pas de p roblème s i M . G inika nwa se prévalait de so n droit de dema nde r que l'a u d ien ce se tie nne en public et que cette de m a nd e soit acw rdée ; mais que si l'intéressé souh ait a i t q u e l'audience se po u rsui ve à h u is clos, i l serai t
264
incompatible avec la v i e pr ivée de l'accusé que d e s pe rso nn es n'ayant auc un l ien d irect avec l 'a ffa ire so i ent auto ri sées à ass i ste r à l'audience . La s ugges ti on ne fut p as p ou ssée davan tage - l'avocat de M . Ginik a nw a aya nt affi rt né, ou tout un c hacun ayant tacitement s upposé (je ne peux pa s me so uven ir mainten a nt de ce qui fut réellem ent) que l 'a udi en ce, qui avait déjà pri s l a fo rme d ' un e audi e nce à hu is clos, se co nti nuera it pa re ill ement selon l e désir de M . G i ni kan wa . J e c ro i s b ie n qu e ce t échange n ' a pa s duré p lu s de d eu x minut es au to t a l et je s ui s presq ue cert ain qu 'a ucune ra ison n'a é té ava ncée po ur l a pr ésen ce de ces p ersonnes au tre que le fa it que M . Gin ikanw a a urai t aim é les vo i r dan s la sall e. n(Lettre du 10 ju i ll e t 1 987 au x Serv i ces d u Lord C hance ll or) . Le représenta n t du req u éra n t à l 'audi e nce, M e H ague éc rivit en ces termes au requérant le 23 ju i n 1986 : « 1 . Les règ les régissant les aud iences devant les Vi s it e ur s (collège de juges l a Hi g h Court d ésignés po ur ent e ndre les appels fo rmés contre les déc i sio ns la comm ission d isciplina i re de l' O rdre) son t énoncées dans l e R ègl ement 1980 s u r les a ud ie nces deva nt l es Vi s iteu rs, figu r a nt e n a nn exe 2 au code d éon tologie d u Ba r re nu .
de de de de
La r ègle perti nen te est en l'espèce l'art icl e 9 (4) a insi l ibellé : `L'a ud ience aur a l i e u à hui s cl os à moi ns qu e su r requête de l'appelant, l es V is iteurs ne d e mande nt qu'elle se dérou le e n publ ic . ' 2 . J e con fi rme avoi r dem an dé en votre nom que vos ami s m e m bres d u HautCommissariat du N igé ria qui étaient su r place, soient a utor isés à entr e r d a n s la sall e et à assis t er à l a procédur e . J e confi r me égale m e nt que cette dema n de a é té re fu sée . 3 . Po ur autant q ue je m'en sou vienn e, les V isi t e u rs n'ont pas motivé leur r efus . » Les Visiteurs estimère nt q u ' i l ex istait de sol i des pr eu ves à c h arge con t re le re qu érant . En co n sé qu e nce, i ls rejetè r ent l'appel qu ' il av ai t interjeté co ntre le co n stat d e fa u te pro fessio nnelle . S'agissant de l'appel contre l a peine e t a pr ès avoir en tend u l ' avoc at pl ai de r les c ircon st a nces a tté nu a ntes, les Vi s it e ur s co ncluren t q ue l a p ei ne in fl igée par la co m mission d i sc iplin aire convenait bie n et déboutè re nt l 'a ppefant . Le 4 m a rs 1986 , le Co n sei l d e l 'ordre de Midd le Te mple décida la radiatio n du r e quérant et so n e xp ulsion de d The Ho no rabl e S oc i ety of the Middle Te mp le» . Le Bâtonnier publ ia le 24 ma r s 1986 le con st a t de fau te et l a san c ti on infligée a u requérant .
26 5
GRIEFS (E xt rai t ) Le requé rant se pla int d' une viola tion de l'artic l e 6 pa r . I de l a Con v ent io n aux mot i fs s u ivan ts : L a p rocédure d isc ipl inai re a été déc isiv e pour se s dro it s d e ca rac tère c i vi l . Z. Ni l a co mmi ssi on d isciplin ai re ni le co ll ège de Vi s ite ur s n e constituaient u n trib un al établ i p a r l a loi . 3. Le requ é rant n'a bénéficié d' un e audie nce pu bl ique de va ni auc un de ces o rga nes, et a u c un d'e ux n'a mo ti vé le refu s d'autoriser les ami s e t co nnai ssa nces du re qu éra n t à assis ter à l'audience .
EN DROIT (Extra it) 1. Le pri n c ipa l g rief du re qu é rant es t qu'il a s ub i une violatio n d e l'article 6 par . t de la Con v entio n parce que, selon lui, ni l a comm issio n disc iplina i re n i les V is it e u rs n e co ns titua i e nt un trib una l établ i pa r la l oi e t que ces deux in st ances l u i ont refusé un e au d ie n ce pub liqu e p o ur statuer sur ses droits de ca ractère civi l . L 'art i cl e 6 pa r . 1 de la Convention est a insi l i b el l é : «Toute perso nne a d roit à ce que s a c ause so i t en ten due équitablement, p ubl i qu e m e nt et dan s un dé lai ra iso nnable , p ar un tribunal ind ép e ndant et impartial, établi pa r la lo i , q ui déci d era, soit des contes tati o n s s u r s e s d ro it s et ob li gat io n s de c aractère c iv il , . . . Le juge m e nt do it être rendu publiqu e m en t, m a i s l'accès de la sall e d ' aud ience p e ut être interdit à la presse et au public pendan t l a total ité ou un e partie d u p rocès dans l'intérêt de l a moralité, d e l 'ord re publ i c ou de l a séc u r ité natio nal e d an s un e société d é mocratique, l orsqu e les int érêt s des m in e ur s ou l a protection de la vie p rivée des parties au procès l'exigent , o u da n s l a mes ure j u gée str ictem e nt nécessa ire par le tr ibunal, l ors que d an s des cir con sta nces sp écial es l a publicité ser ait de na ture à porte r atteinte aux intérêts de la j us [i ce . » Le Gou vernemen[ ni e en p remi e r lieu l'applica bi l i t é d e l'article 6 p a r . 1 de l a Convention à la prése nte affai r e. L 'e xp ress io n • con tes tat io n sur [des ] droits et ob l i gati o ns de ca ractère civil » figur a nt à l'a rt icle 6 pa r . 1 de l a Convention a été interprétée pa r la Cour e uropée nne d es Droi ts de l' Ho mme d an s des affaires co mme celle d e Le Co m pte , Van Leuven et De M ey ere co ntre la Belgique comme s ignifi an t , p re mi8 rem e nt , que les pièces d u d obsi er do i v ent mo nt re r l ' exi ste nc e d' un e c ontes tatio n (« dis pu te» ) et, deuxièmement . qu e la co ntes tatio n d oit po rt er su r de s d roit s et ob lig ation s de car actère c i vi l ,
266
c'est-à- dire que l' i ss u e de la p rocéd u re ait é té d é ter m inante po ur de t els d ro its et obli g ation s (Co u r Eur . D . H ., arrêt Le Compte, Van Leuven e t D e Meyere du 23 juin 1981, série A n° 43, par . 41-50) . La Commi ss i on es time que le premier élément ex iste m a ni fest eme nt en l 'espè c e . Il y avait bien une contestation (m dis pute e) e ntre le req uérant et so n orga ni sat i on p rofessi o nnelle, l e Bâtonnier de l'ordre, s ur le po int de savoir s' il éta it ou non coupabl e de faut e p rofessio nnel le . L a p rocédure e ngagée con tre le re qu érant devant la co mmission d i sc iplinaire a abouti à ce qu ' il soit radi é et expulsé de l'ordre, de M id dle Temple . Il ne fait d ès l or s aucun d o ute que l e droit du r e qu érant d'exercer en tant qu'avocat était directement en jeu devant les Visiteurs qui avaient compéteoce soit pour con firmer soit pour rejeter l a d éc isio n et la peine infl igée par la commi ssio n di sci pli n a ire . Quant au second élément , le p oint de savoir s i la dé terminatio n du litige e n l'espèce a été directe m ent déci s i ve pou r de s d roits et obligation s de c aract8re civ i l du requ é rant , l a C omm issio n ren voie ic i encore à l a j u ris pmd e nce de l a Cour e uropéenne des D ro it s de l'Homme . La Co ur a déclaré qu e l e retrait, p ar une p rocédu re d isc iplin aire dan s la p rofess i o n, de l'autorisation d 'exer cer une p rofess i on l ibéral e , même s'i l s'agit d ' une pr esta tion d e serv ice publ i c (profe ssio ns m é di cales, comptabl es ou juridiques), pe ut emporte r d éte rmination de droits d e caract ère pri vé et ci vil . L'art i cle 6 p a r . 1 pe ut d ès lors s' appl iquer à ce type de pr océdure discipl inair e (Cour E ur . D . H ., arrêt Kônig du 2 8 juin 19 78 , sé rie A n° 27, p a r . 86-95 ; arr ê t Le Co mpt e, Van Leuven et De Meye re du 2 3 ju i n 1981 , série A n° 4 3, par . 4 1- 50 ; arrêt H . c/Belgiqu e du 30 novembre 1 9 8 7, série A n° 1 27, p ar . 37- 48) .
Dans l 'affa i re H . c/Be l giqu e (Co ur E u r. D . H ., ar rê t du 30 no vembre 19 8 7, sé rie A n ° 127, par . 46 - 48 ), la C our a es tim é n otamm e ut que divers aspects d e la p rofessi on d 'avocat e n B el g ique con ferent a u dro it revendiqué par H ., à savo i r le droit d e re p re nd re l'exercice de sa p rofess io n après une p é riode de rad iat io n , l a nature d ' un d roit d e caractè re civi l au se ns de l'article 6 par . 1 de la Convention . La Commission es ti me qu e l 'on ne p eut fai re de di stin cti on importa nte en tre le d ro it de rep re nd re l'exercice d u B arr eau et celui r evendiqu é par le présent requérant de p ours u iv re l'exercice de la p rofess i o n au sei n du Barreau . Du reste, le s aspects de l a p rofe ssi on d 'avocat e n Be lg ique que la Cour a so ulig nés se retrouvent dan s l a profess i on d es R b a r ri sters » au s ein d es B ar reau x d ' Ang leterre e t du Pays de Gall es . C e ux -ci sont des au xil iai re s de la j ustice fournissant un se rvice public et serva nt l 'admin istratio n d e l a j u s ti ce . Ils appartiennent néa nmo ins à une profession indé pend a nte de l'Etat, o nt des rapports de droit pr ivé av e c l eurs clients en donnan t des i n structio ns aux avou és, possède nt des éléments patri mo ni a ux de caractère civ i l dans leur cabinet et l e ur c li ent èle et accomplisse nt diverses fonctions, de con c iliati o n et d ' arbit rag e par e xempl e, qui ne re l èvent pas e xcl us i ve ment du fo n ctionnem e nt des j u ridictio ns du pays . Dan s ces co nditio ns, l a Co mmi ssi on estime qu e l e retrait du d roit po ur l e requéra nt d 'exe rce r l a pro fessio n d'avocat e n An gl eterre em p ortai t
2 67
détertninat io n de qu est io ns qui ét a ie nt d irecteme nt décis i ves p o u r ses d ro it s de ca r actè r e p r i vé . En co n séque nce, l 'a ri ic le 6 par . 1 de la Co nve ntio n (détermination de droits et o bliga tion s de caractère civ i l) est applicable à la procédure d isci p linai re da n s l aque ll e l e req u éra nt a é t é impliqué . La quest i on qu e sou lève e nsuite le r equé ra nt est cell e d e savoi r s'il y a eu resp ect de l 'arficle 6 pa r . 1 de la Co n ve ntio n e t , n otamme nL le po in t de savoir si la cau se d u req uéra n t a été entend ue par u n « tribunal établ i p a r l a loi » au bén é fi ce d' un e au d ie n ce pub l i qu e . L a Co ur a déclaré dan s so n arrêt Albert et Le Co mpte que, puis qu e les décis i o ns disciplinaires en l'espèce co ncer naie nt u ne co nt esta tion su r d es dro ils de caractère ci v il , les r equ é r a nt s avaien t droit à l 'exam e n de leur cause pa r u n tribu nal présentant l es gara nti es de l'articl e par . 1 de la Come n tio n . I l est courant que les Etat s membres con fi e nt à des j u rid ic tion s ordin ales le so in de statuer su r des infractions discipli na ires . Cette so l ut io n n'est accept abl e que si, o u b i en l es dites j uri dicti o ns rem plisse nt elles-mêmes l es exi gences de l 'article 6 par . I , o u bien ell es s ub issen t l e contrôle ul tér ieur d' un or gan e ju d i ci a ire de pleine juridiction présentant, l ui , l es gara nti es nécessai res (Cour Eur . D . H ., arrêt Al be n et l e Compt e du 10 févr ie r 1 983, sér i e A n° 58, par . 29) La cause d u p rész nt requé r a nt a été exam i née par l a commission disciplinaire d'a b ord, puis pa r les Visite urs e n suite . La Co m miss i o n n ' es tim e pas nécessa ire d e déci der s i la procédure deva n t la com miss ion di sci p l ina i re é t a it w n fo r me à l'a n ic le 6 p ar . I p u isqu 'e lle a la co nv i c ti on qu e les co ndit io n s prév ues à l 'art icle étaient pl ei nemen i ré un ies p a r l es V is ite ur s et ce, pou r l es rai so ns s ui va N es . Il ressoil clairement des d éc i sions des V is it e ur s évoq uées da n s les observatio n s du G ou verne m e nt et du Règ lemen t d e 1 980 sur l es a ud ie nces deva nt l es V isite u rs, que ce u x-ci ag i sse nt comme or gan e d 'app e l de pl ei ne jur i di c t ion sur to utes l es questions d e fait et d e droit, y com pr is celles concernant le prononcé de l a pei ne . A cet égard p a r consé qu e nt, les Visiteurs rép onde n t à l a co nd ition de plé nii ude d e j uri dic[ i o n jugé e esse n t ie l le au regard de l 'article 6 p ar . 1 p a r la Cou r dan s l'a ffai r e susmen ti o nnée Alben et le Com pte . S'agissant du po in t de savo ir si l es Vi siteurs peu ve nt p asse r po u r un t r ibunal sétabl i p a r la lo i », la Com mission re n vo i e à l 'affa i re S u n day Times, dan s l a que ll e la Cou r a déclaré que : « Dans ' pr éwe par la loi', le mot `loi' en glo be à la fois l e d roit écri t et le droit non écr it . Elle n'attache donc pas ici d ' imp ortance a u fait q u e l e contempt o f co u rt est une c r éati on de la com mon law et no n de la législa tion« (Cou r Eu r . D . H . . arrê t Sun day T i m es du 26 avri l 1979, sér i e A n° 30, p ar . 47) . L a Com mi ssion es tim e q ue le même prin ci p e va ut p ou r l 'u ti lisatio n du mot «lo i » dan s l'expression é tabl i par l a loi» figurant à l 'article 6 p a r . I d e la Convention . 26 8
u ressort clair e me nt de l ' ezameu d e la jur ispru den c e intern e que les po uvo irs de di scip l ine sur l es avocat s sont traditionnellement e x ercé s pa r l es m agi s trats qu i les dél èguent à l eur tour d ' abord au Con sei l d e l'ordre ( Inn s of Cou rt), ens uite au B âto nni er et au Barreau . L ' exe rc ice d e ces p ou voi r s dem eu re toutefo i s soumi s à tout mome nt au pouvo ir d'i ns pectio n des juges (vo i r Re S . (avocat) [1969] 1 A ll E . R 949 ) . La Commi ssi on en co nc lut dès lors que la comp éten ce d es Visiteurs d érive d e la common l aw et es t e n ce sen s . préwe par l a I oi a u se n s de l 'article 6 par . 1 de la Co nve nt io n . Pa rm i les gar a nt ies que d o it prése nt e r l e t r ibunal é ta bl i par la l o i f igurent l 'i nd é pend ance et l' imp artial it é . Le requé rant n'a pas co nt es t é l' indép e nd a nce ou l 'i mpartiali[ é des Visiteurs et la Commissi on ne v oit pa s de r aison d e douter qu ' il s aient eu cette qu alité, l eur co llège étant comp osé de troi s magis trats de l a Hi gh Cou rt, dés ig nés par le Lo rd Chief Justice après co ns ul tatio n du Lo rd Chan c e llor (articl e 9 pa r . 1 du Règleme nt de 1980 sur les audien ces d eva nt les V is iteurs) . Le requé rant s'es t to utefo i s pl aint qu e l a procédu re d ev ant les Visiteurs ne s'est pas d éro ul ée en publ ic . La Co mm iss i on re l ève qu e les aud i enc es e n ques ti on et le prono ncé d es conclusions se font gé nér a l em e nt à hui s clos . N é anmo in s, l'article 9 p a r . 4 du Règ l emen t d e 1980 prévoit qu'à l a de ma nde de l ' appelant , l es Visiteurs peuv ent ordo nn e r l e dé ro uleme nt e n publ ic de l'audience e n pu blic . D a ns l'affaire Albe rt e t le Compte, l a Cour a formulé les observations suivantes sur l'exigence de publi cité fi gurant à l'articl e 6 par . 1 de la Convention : a Tell e que la consacre l 'arti c le 6 p a r . 1, l a r ègle d e la publ ic ité des a udiences pe ut au ssi céder p a rfo i s deva nt la vol onté d e l'intéressé . San s doute la nature de cert a in s des d roi ts garanti s par l a Convention e xc lut-ell e un aba ndon d e la faculté d e les e xerce r . . . . ma is il n'en va pas de m ême d e certai ns autres . Ain si, ni la lettre ni l'es pr it de l'art ic le 6 par . 1 n'empêchent un méd ecin de renoncer à la publ icité de so n p l ein gré et d e m a ni ère no n éq u ivoqu e . . . ; un e procéd u re d isc iplinai re de ce gen re se d éroula nt da n s le secret n'enfreint pa s ledit arti c l e si le droit i nterne s'y prête et si le d éfen seu r y con s ent . . . *(Co uc Eur . D . H ., arrêt Al bert et Le Co mpte du 1 0 févr i er 1 983, sé rie A n° 58, par . 35) .
La Commi ss io n sousc rit au p rincip e qu e l a perso nn e sou m ise à une pr océ dur e di sci pl inai re peut, si ell e le d és ire, renoncer à so n dro i t à un e aud ien ce pub lique à l'ave ni r car i l se ra probable m e nt de l'intérêt p ro fessio nne l de l'intéressé de m ainten ir le c a ract ère confidentiel d e ce tt e p rocédure, po u r prév e n i r d 'év entuelles a tt ei m es injustifiées à l a ré putatio n qui pourraient autrement e n d écoul er , qu e l a p rocédu re a it abo uti à un acquitte m e nt ou à une san c ti o n d iscipli nai r e . La Com missio n relève qu 'a ux termes d e l'artic l e 9 p ar . 4 du Règlement de 1 98 0 , l'avocat co nfron té à une p rocéd u re d iscipli naire devan t les Vis it e ur s a le d ro it de dema nder un e audience publiq ue . L 'am pl eur du po uvoi r disc rétio nna ire l ai ssé aux V is iteurs quant au point de savo ir s' i l faut o u non accue i l lir cette d em ande pe u t poser 269
un pro b lème a u regard d e l'article 6 par . 1 d e la Come ntioa Cep e nda nt , l a Commi ss io n n 'es time pa s n écessaire de tran c her la questio n e n l 'es pèc e pui s qu 'a u v u d es fai ts, la Co mmi ss ion con sta te qu e le r equérant n ' a pa s ét ayé son gr i e f sel o n leque l i l dési ra it une audien c e publique avec toutes l es co nséquen c e s de publ i c it é q u e ce l a p ou va i t en t ra î n e r . Le Gouvernement so ut ie nt , sur l a fo i d es souvenirs de l ' un d es j u ges d e l a Hi gh Court membre d u coll ège des V is it eu rs, q ue le re qué rant a se ul e mem de mandé la prése nce à l'a udi en ce d e certa i nes personnes . L' un des juges a fait alors r e ma rq uer q u e cell e prése nce ne so ulèv erait p as d 'objecti on si le re qu é ra nt s e préva l a it d u dr oit de demand er qu e l'audience se dé rou le en public et qu e sa d em a nd e soit acceptée . Toutefois, l a d e mande ne se mble pas avo ir été po ussée plu s l oin . Le requérant d ém e nt l es faits tels qu e se les rappell e le j u ge . S elo n lu i, sa dema n de po ur qu e certa ins d e ses amis et membres du H aut-Co mmi ssar ia t du N igéria assistent à l'audi ence était e n réa lit é un e dema n de de publ ici té de l'a u di e nce . To utefo i s, ce grie f n'apparaît p as dan s la décl arati o n faite par son re prése ntan t , avocat chevro nné, qu i a seu lemen t con 5 rmé avoir, au nom d e son cli ent, d em a ndé q ue certaines pe r so nne s soient autor isées à assister à l a procéd u re . V u l e contexte de la profess ion j u ridi que en l'espèce, l a Co mm iss i o n es ti me qu 'i l fau t co ns i dérer q u e le r equ érant e t son représentant, avec leur savoi r p ro fessio nnel, connaissaient la distinction nette en tre un e a udie nce à hu is clos (m ê m e si un p eti t n omb re de per so nne s qui ne so nt pas part ie s à l a p rocédur e sont autorisées à y assis(er comm e ob serva te u rs) et un e a udien ce publique . E n con sé qu e nce, i l fa m au ssi con sid ére r qu ' i ls savaient commen t formul e r une d e m a nd e au tit r e d e l'a rt icl e 9 (4) d u Règlement d e 19 80 s ur les a udie n ces d ev am les V isiteu rs . D a n s ces co nditio ns, la C o m miss ion con cl ut qu e l e requéra nt n'a pas établi que son dési r éta it de voi r so n affa i re di sc iplin aire b énéficier d 'une au die nce publ i que ni que so n co mpon eme nt en l 'espèce n'équivalait pas à ren on cer san s éq uivo que à son d roit à l a pu b lic iié de l'a udie n ce, au sen s de l'article 6 par . 1 de l a Convention . Il s'e n suit q ue la requête do it , sur ce po in t, être rejetée comme m a nifestement mal fondée a u se ns de l 'article 27 par . 2 de l a Conve ntion .
270

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 09/03/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.