Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ E. contre la Suisse

Imprimer

Type d'affaire : DECISION
Type de recours : irrecevable (partiellement)

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 12117/86
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-05-03;12117.86 ?

Parties :

Demandeurs : E.
Défendeurs : la Suisse

Texte :

SUR LA RECEVABILITE de la requête No 12117/86 présentée par E. contre la Suisse __________ La Commission européenne des Droits de l'Homme, siégeant en chambre du conseil le 3 mai 1988 en présence de MM. C.A. NØRGAARD, Président J.A. FROWEIN S. TRECHSEL F. ERMACORA G. SPERDUTI E. BUSUTTIL A.S. GÖZÜBÜYÜK A. WEITZEL J.C. SOYER H.G. SCHERMERS H. DANELIUS G. BATLINER H. VANDENBERGHE Mme G.H. THUNE Sir Basil HALL MM. F. MARTINEZ C.L. ROZAKIS Mme J. LIDDY M. H.C. KRÜGER, Secrétaire de la Commission ; Vu l'article 25 de la Convention de Sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales ; Vu la requête introduite le 12 avril 1985 par E. contre la Suisse et enregistrée le 21 mars 1986 sous le No de dossier 12117/86 ; Vu le rapport prévu à l'article 40 du Règlement intérieur de la Commission ; Après avoir délibéré, Rend la décision suivante :
EN FAIT Les faits de la cause tels qu'ils ont été exposés par le requérant peuvent se résumer comme suit. Le requérant de nationalité française est né à Naples, Italie, en 1915. Il est retraité et réside à M. Devant la Commission il est représenté par Me Dupont-Willemin, avocat à Genève. Dans le cadre d'une procédure civile ouverte à G. le 3 janvier 1974, opposant le requérant à la banque U., cette dernière a produit certaines pièces, que le requérant a qualifié de fausses. Il a présenté à cet effet quatre expertises graphologiques privées et a déposé par la suite, le 10 mars 1980, une plainte pénale pour faux dans les titres contre M., dirigeant de la banque. Toutefois, sur la foi de l'expertise graphologique ordonnée par le juge d'instruction selon laquelle il était "très probable" que le requérant avait délibérément tenté de déguiser son graphisme usuel pour pouvoir ensuite contester la validité des pièces en question, le juge d'instruction du canton de Vaud, par ordonnance du 22 juillet 1982, a renvoyé le requérant, accusé de dénonciation calomnieuse et de faux dans les titres, devant le tribunal correctionnel du district de L. Le requérant a contesté le bien-fondé de ces accusations. Il a soutenu que les conclusions de l'expert désigné par le juge d'instruction s'avéraient en parfaite contradiction avec les quatre expertises privées antérieures. Il a souligné que ce même expert qui avait examiné les mêmes documents dans le cadre des expertises privées avait constaté que les pièces étaient fausses, et a sollicité une contre-expertise ce que le juge d'instruction a refusé. Le 2 avril 1982 le tribunal d'accusation du canton de V. a confirmé le refus estimant qu'une deuxième expertise ne s'imposait pas. Ce même tribunal a par ailleurs confirmé le 4 octobre 1982 l'ordonnance de renvoi du juge d'instruction. Le 19 janvier 1983 le tribunal fédéral a déclaré le recours interjeté par le requérant contre cette décision irrecevable, l'avance des frais n'ayant pas été effectuée dans le délai imparti. Le requérant a formulé une demande de révision et une demande de restitution de délai invoquant que son avocat avait été hospitalisé et n'avait pu de ce fait procéder à l'avance des frais. Il a par ailleurs soutenu que la notification de l'avis du délai exclusivement à l'un des trois avocats signataires de son mémoire de recours était irrégulière. Le 15 avril 1983 le tribunal fédéral déclara la demande de révision irrecevable après avoir constaté que la maladie de l'avocat ne constituait pas un élément décisif en l'espèce et que la lettre d'accompagnement du mémoire du requérant n'était signée que par l'avocat auquel l'avis fut notifié. Le 29 juillet 1983 le tribunal correctionnel du district de L. a reconnu le requérant coupable de faux dans les titres et dénonciation calomnieuse. La partie "en fait et en droit" de l'arrêt commence par l'énoncé de certaines informations sur la personne et le casier judiciaire du requérant. Le premier paragraphe de l'arrêt se lit, en effet, comme suit : "L'accusé E., né en 1915, d'origine française, mais résidant à M., a tout d'abord exercé le métier de tailleur. Il s'est ensuite lancé dans les affaires, notamment immobilières. On ne possède sur son compte aucun autre renseignement. Selon son casier judiciaire, il a été condamné en 1950 par la cour d'appel de Paris 9ème pour refus de communication de documents à six mois d'emprisonnement et 30.000 FF d'amende, avec sursis qui a été révoqué ; l'inscription porte la mention "réhabilité de droit". Il a en outre été condamné en 1959 par le même tribunal pour usage d'un certificat falsifié et tentative d'escroquerie, à 15 mois d'emprisonnement avec sursis; l'inscription porte la mention "condamnation considérée comme non avenue". En outre, l'accusé aurait été condamné à trois reprises, en juin et août 1982, par un tribunal de Paris, à des peines de 13, 18 et 6 mois d'emprisonnement, avec des amendes de 13.000 et 15.000 FF, avec sursis, pour banqueroute et infraction à la législation sur les sociétés. Selon l'accusé, ces condamnations auraient été rendues par défaut et il aurait demandé le relief." Le tribunal a écarté les expertises privées et s'est rallié aux conclusions de l'expertise ordonnée par le juge d'instruction, après avoir considéré notamment que cette expertise était la seule effectuée sur les originaux des documents, les autres expertises ayant été faites sur des photocopies. Le tribunal a en outre entendu en tant que témoin le dirigeant de la banque M., qui a déclaré avoir vu le requérant signer les documents en question. Le requérant a été condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis. Le tribunal a déclaré sur ce point : "Les conditions objectives du sursis sont réalisées, l'accusé ne paraissant pas avoir subi de peine jusqu'à ce jour, même si l'on ne sait pas très bien s'il a été condamné et si les inscriptions au casier judiciaire sont encore valables. En ce qui concerne les conditions subjectives, le tribunal a acquis la conviction que la présente condamnation sera de nature à inciter l'accusé à ne pas commettre d'autres infractions." Le requérant s'est pourvu en cassation. Il a soutenu que l'arrêt du tribunal correctionnel présentait des lacunes et que la preuve de sa culpabilité n'avait pas été apportée. Il a en outre invoqué l'article 6 par. 2 de la Convention faisant valoir que le tribunal correctionnel avait tenu compte de certaines condamnations non définitives qui auraient été rendues à son encontre. Le 19 décembre 1983 la Cour de cassation pénale du tribunal cantonal de V. a confirmé le jugement du tribunal correctionnel. Pour autant que le requérant invoquait le principe de la présomption d'innocence la Cour a estimé que "la présomption d'innocence ne s'applique qu'aux faits retenus à charge dans une procédure donnée" et que ce principe est surtout "une règle de procédure qui impose au juge de vérifier les faits qui sont reprochés au prévenu avant de passer à la condamnation". La Cour a en outre tenu compte du fait que ces condamnations avaient été mentionnées au conditionnel et avec l'indication que selon le requérant elles "auraient été rendues par défaut et qu'il aurait demandé le relief". Par ailleurs, les moyens de cassation fondés sur les prétendues insuffisances et lacunes de l'arrêt du tribunal correctionnel ont été rejetés, la Cour ayant estimé que la décision en cause était suffisamment motivée. Le 6 avril 1984 le requérant a formulé un recours de droit public devant le tribunal fédéral. Il a soutenu que le jugement du tribunal correctionnel avait retenu qu'il avait été condamné à trois reprises en France, malgré le fait que ces condamnations n'étaient pas définitives, ce qui aurait violé le principe de la présomption d'innocence. Il s'est encore plaint de diverses lacunes et insuffisances contenues dans le jugement et notamment de l'absence de tout renseignement relatif à la personnalité et le comportement du dirigeant de la banque U., M. Il a enfin soutenu que l'expertise sur laquelle le jugement s'était fondé contenait deux hypothèses de conclusion et que le tribunal correctionnel et la Cour de cassation pénale n'en ont retenu qu'une seule, à savoir celle qui devait aboutir à sa condamnation. Le 15 octobre 1984 le tribunal fédéral a rejeté ce recours. Il a affirmé que les condamnations antérieures subies par l'accusé pouvaient constituer un élément d'appréciation de la personnalité de celui-ci et que dans la mesure où l'arrêt précisait que ces condamnations n'étaient pas définitives le principe de la présomption d'innocence n'avait pas été violé. Il a par ailleurs considéré que le procès ne visant que le requérant, des renseignements sur la personnalité de M. seraient sans pertinence. Le tribunal a enfin affirmé que le rapport d'expertise ne contenait qu'une seule conclusion et que l'argumentation du requérant relative aux "deux hypothèses" de ce rapport était mal fondée.
GRIEFS
1. Le requérant se plaint d'abord de l'arrêt du tribunal fédéral du 15 avril 1983. Il allègue qu'en refusant de réviser l'arrêt déclarant irrecevable son recours, le tribunal fédéral a fait preuve d'un formalisme excessif et invoque l'article 6 par. 3 b) de la Convention garantissant à tout accusé le droit de disposer du temps et des facilités nécessaires à sa défense.
2. Le requérant allègue ensuite que les tribunaux saisis de son affaire ne se sont pas montrés impartiaux. Il précise à cet effet que seuls les aspects à charge et non ceux à décharge de son dossier ont été examinés et que le tribunal correctionnel a affirmé l'absence de condamnation de M. sur un certain point sans mentionner en même temps les condamnations antérieures dont ce dernier aurait fait l'objet.
3. Le requérant se plaint en outre de ne pas avoir bénéficié d'un procès équitable du fait que les juridictions suisses ont rendu ou confirmé un verdict de culpabilité sans détenir de preuves suffisantes. Il précise à cet effet que l'appréciation du rapport d'expertise par les juges était insuffisamment motivée.
4. Le requérant allègue enfin que les juridictions suisses ont violé à son détriment le principe de la présomption d'innocence. Il soutient que l'expertise n'ayant admis que comme "très probable" qu'il eût tenté de déguiser son graphisme usuel, sa condamnation est en violation du principe in dubio pro reo. Il fait valoir en outre que la mention de condamnations non définitives au début de la partie "en fait et en droit" de l'arrêt du tribunal correctionnel laisse entendre que cette juridiction a tenu compte de ces condamnations en statuant sur sa culpabilité. Il invoque l'article 6 par. 2 de la Convention.
EN DROIT
1. Le requérant se plaint d'abord du refus du tribunal fédéral de réviser son arrêt du 19 janvier 1983 ayant déclaré irrecevable son recours pour non observation du délai imparti pour l'avance des frais. Il soutient qu'en l'espèce le tribunal fédéral s'est montré excessivement formaliste. Il invoque l'article 6 par. 3 b) (art. 6-3-b) de la Convention qui stipule : "Tout accusé a droit notamment à ... disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de sa défense." Toutefois, la Commission n'est pas appelée à se prononcer sur le point de savoir si les faits allégués par le requérant révèlent l'apparence d'une violation de cette disposition. En effet, l'article 26 (art. 26) in fine de la Convention prévoit que la Commission ne peut être saisie que "dans le délai de six mois, à partir de la date de la décision interne définitive". Dans la présente affaire l'arrêt du tribunal fédéral qui constitue, quant à ce grief particulier, la décision interne définitive, a été rendu le 15 avril 1983 alors que la requête a été soumise à la Commission le 12 avril 1985, c'est-à-dire plus de six mois après la date de cette décision. En outre, l'examen de l'affaire ne permet de discerner aucune circonstance particulière qui ait pu interrompre ou suspendre le cours dudit délai. Il s'ensuit que cette partie de la requête est tardive au sens de l'article 27 par. 3 (art. 27-3) de la Convention.
2. Le requérant soutient ensuite que les juridictions cantonales ne se sont pas montrées impartiales à son égard, n'ayant examiné que les aspects à charge et non ceux à décharge de son dossier pénal, alors qu'en se référant au passé pénal du témoin à charge M., elles ont affirmé l'absence de condamnation de celui-ci sur un certain point, tout en omettant d'indiquer en même temps une condamnation antérieure de ce même témoin. Il invoque l'article 6 par. 1 (art. 6-1) de la Convention. Toutefois, la Commission constate que le requérant n'apporte aucun élément à l'appui de ses allégations. Elle estime en outre que les références qu'ont pu faire les juridictions en question au casier judiciaire du témoin M., outre le fait qu'elles sont, en tant que telles, étrangères au procès, qui ne concerne que les accusations dirigées contre le requérant, ne permettent aucunement de mettre en doute l'impartialité de ces juridictions. Il s'ensuit qu'aucune violation de l'article 6 (art. 6) ne peut être décelée en l'espèce. Cette partie de la requête est dès lors manifestement mal fondée au sens de l'article 27 par. 2 (art. 27-2) de la Convention.
3. Le requérant se plaint en outre d'avoir été condamné à tort. Il soutient que les tribunaux saisis de son affaire ont mal apprécié les éléments qui leur ont été soumis et notamment le rapport d'expertise graphologique et le témoignage du témoin M. Il invoque l'article 6 par. 1 (art. 6-1) de la Convention garantissant à toute personne le droit à un procès équitable. La Commission rappelle d'abord qu'elle a pour seule tâche, conformément à l'article 19 (art. 19) de la Convention, d'assurer le respect des engagements résultant de la Convention pour les Parties contractantes. Elle n'est pas compétente pour examiner une requête relative à des erreurs de fait ou de droit prétendument commises par une juridiction interne, sauf si et dans la mesure où ces erreurs lui semblent susceptibles d'avoir entraîné une atteinte aux droits et libertés garantis par la Convention. La Commission se réfère sur ce point à sa jurisprudence constante (cf. par exemple No 458/59, déc. 29.3.60, Annuaire 3 pp. 223-237 ; No 5258/71, déc. 8.2.73, Recueil 43 pp. 71-77 ; No 7987/77, déc. 13.12.79, D.R. 18 pp. 31-61). La Commission rappelle en outre que la question de l'appréciation des preuves relève du pouvoir d'appréciation de tribunaux indépendants et impartiaux. Il n'incombe pas dès lors à la Commission de se prononcer sur la question de savoir si les tribunaux nationaux ont correctement apprécié les preuves, mais d'examiner si les moyens de preuve fournis pour et contre l'accusé ont été présentés de manière à garantir un procès équitable et de s'assurer que le procès, dans son ensemble, a été conduit de manière à obtenir ce même résultat (cf. par exemple No 7450/76, déc. 28.2.77, D.R. 9 pp. 108-109 ; No 8876/80, déc. 16.10.80, D.R. 23 pp. 233-234 ; Nos 10588-10590/83, Barbera et autres c/Espagne, Rapport de la Commission du 16 octobre 1986, par. 100-102). En l'espèce, la Commission constate que les juridictions en cause ont fondé leurs décisions sur une multitude d'éléments fournis par les parties. Elle note en particulier qu'en ce qui concerne la fiabilité contestée par le requérant de l'expertise graphologique, les juridictions compétentes ont motivé à suffisance leur ralliement à l'avis de l'expert. Elles ont considéré en effet que cette expertise était la seule effectuée sur les originaux des documents, alors que les expertises privées n'avaient été effectuées que sur des photocopies. Au demeurant la Commission constate que le requérant n'a aucunement montré que les juridictions en cause ont tiré des divers éléments qui leur ont été soumis des conclusions pouvant passer pour arbitraires. Il n'y a eu dès lors aucune atteinte à l'article 6 par. 1 (art. 6-1) de la Convention. Il s'ensuit que cette partie de la requête est également manifestement mal fondée au sens de l'article 27 par. 2 (art. 27-2) de la Convention.
4. Le requérant allègue enfin que les juridictions suisses ont violé à son détriment le principe de la présomption d'innocence. Il soutient, d'une part, que les termes "très probable" figurant aux conclusions du rapport de l'expertise graphologique montrent que des doutes existeraient quant à sa culpabilité et, d'autre part, que le tribunal correctionnel a tenu compte de condamnations antérieures non définitives pour établir sa culpabilité. Il invoque l'article 6 par. 2 (art. 6-2) de la Convention qui stipule : "Toute personne accusée d'une infraction est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie." La Commission observe d'abord que cette disposition s'applique à toute procédure pénale et implique entre autres que le doute profite à l'inculpé (cf. No 788/60, affaire Autriche c/Italie, rapport de la Commission, Annuaire 6 pp. 782-783). Elle rappelle en outre que le principe de la présomption d'innocence s'impose en particulier au juge appelé à statuer sur le bien-fondé de l'accusation (Nos 7572/76, 7586/76 et 7587/76, Ensslin et autres c/RFA, déc. 8.7.78, D.R. 14 p. 64). En l'espèce, le requérant fait valoir que sa condamnation est en violation du principe in dubio pro reo du fait que l'expert n'a présenté ses conclusions que comme "très probables". Or, la Commission constate que les expressions contenues dans le rapport d'expertise ne sont pas de nature à montrer que les juges appelés à statuer sur l'accusation portée contre le requérant doutaient de la culpabilité de celui-ci tout en le déclarant coupable. En outre, dans la mesure où le requérant met en cause l'appréciation de ce rapport par le tribunal correctionnel, ce grief a déjà été examiné sous l'angle du paragraphe 1 de l'article 6 (art. 6-1). En ce qui concerne la mention des condamnations non définitives dans le jugement du tribunal correctionnel, la Commission observe que le paragraphe 2 de l'article 6 (art. 6-2) garantit à tout individu qu'il ne pourra pas être traité comme coupable d'une infraction avant qu'un tribunal n'ait établi sa culpabilité selon la loi (No 7986/77, Krause c/Suisse, déc. 3.10.78, D.R. 13 p. 73) et que ce principe "n'empêche pas le juge national d'avoir égard, en se prononçant sur la sanction à infliger à un accusé qu'il a régulièrement convaincu de l'infraction soumise à son verdict, à des éléments relatifs à la personnalité de l'intéressé" (Cour Eur. D.H., affaire Engel et autres, arrêt du 8 juin 1976, série A n° 22, p. 38, par. 90). En l'espèce, la Commission remarque en premier lieu que le tribunal correctionnel a mentionné les condamnations en question au conditionnel et qu'il a précisé que "selon l'accusé, ces condamnations auraient été rendues par défaut et il aurait demandé le relief". La Commission constate ensuite que le tribunal ne s'est reporté auxdites condamnations qu'en déterminant la peine et en particulier en examinant si les conditions objectives pour l'octroi du sursis étaient réalisées. Le requérant, il est vrai, soutient que la mention de ces condamnations au commencement de la partie "en fait et en droit" de l'arrêt indique que le tribunal correctionnel en a tenu compte lors de l'examen du bien-fondé de l'accusation. La Commission estime toutefois que le fait qu'il est fait mention de ces condamnations au début de l'arrêt, à la suite des renseignements sur l'état civil de l'accusé, mais en tout état de cause avant l'exposé des faits, ne suffit pas en tant que tel pour prouver que la juridiction en cause s'y est référée pour établir la culpabilité du requérant. La Commission constate, par ailleurs, qu'il ne ressort pas des informations fournies par le requérant et par les documents qu'il a produits que les juridictions en cause en s'acquittant de leurs tâches soient parties de la conviction ou de la supposition que le requérant avait commis l'acte dont il était accusé (No 7628/76, déc. 9.5.77, D.R. 9 p. 169) ou que la preuve de sa culpabilité n'a pas été à la charge de l'accusation (No 5574/72, déc. 21.3.75, D.R. 3 p. 10). Il s'ensuit que cette partie de la requête est également manifestement mal fondée au sens de l'article 27 par. 2 (art. 27-2) de la Convention. Par ces motifs, la Commission DECLARE LA REQUETE IRRECEVABLE. Le Secrétaire Le Président de la Commission de la Commission (H.C. KRÜGER) (C.A. NØRGAARD)

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 03/05/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.