Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ ALSTERLUND c. SUEDE

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement recevable ; partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 12446/86
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-05-05;12446.86 ?

Parties :

Demandeurs : ALSTERLUND
Défendeurs : SUEDE

Texte :

A PPLI CATION / REQ UÊ TE N° 12446/8 6 K atari na AL S TE RL U ND v/ SW E D E N Kat a ri na ALSTE RL U ND c/SUÈD E DECISION of 5 Ma y 1 988 o n the admissibility of th e app l icat io n DÉCISION d u 5 ma i 1 98 8 s u r l a recevabilité de l a re quê t e
Article 6 , paragraph 1 of the Co n vention : This provision is nor applicable m : u) proceedings nf an in terint iia iure fo r obiaining immedinie measures ; b) a decision which relates only to an award of costs after a plaintiff revokes his cliiim .
Article 6 , paragraph e 1 , de la Convention : Di .rpositinn inapplicable : a) à une procédure de caractère con servat oi re tendant à une ordonnance de réfé ré ; h) à une déc isio n ne portant q ue s ur la répartition des frais ap rès désistement d u Aemnndeur.
THE FACTS
(français : voir p . 233)
The fac t s ot t hz case, as sub m itted hy (h z applica nt , m ay be su m m arised as fol l ows . The applicant i s a Sw edish citize n , b orn i n 1930 . She i s a j udge a nd r es id es at Got h enburg, S wede n . S ince 1 975 th e applicant bas bee n a jud ge at t he District Co u r t of G ot he n b urg (Gôteborgs tingsràtt) . Afte r t ak in g up h e r work with th e Cou rt the a ppl ica nt n ot ice d ce rtai n prac ti ces which i n h e r op i ni on w ere contr a ry t o Swedi s h l a w a nd a l so to th e E uro p ean Co nve nti o n on Human Rights . It was no t unu s u al, fo r i n s tan ce, th at i n 22 9
(TRA D UCT/ON)
EN FAI T Les fa i ts de la cause, te l s que la req uérante l es a exposés, peu ven t se r és u me r conime su it . L a requéra nte est un e Suédoise, n ée e n 1 930 . M agistra t e, elle es t dom i cili ée à Gôteborg, Suède . Dep uis 1 975, la requérante est j u ge a u tr ib un a l de di str i c t de Giite bo rg (Gii teb or gs tin gs rï[t) . E lle a constaté da n s so n trav ai l d es pratiq ues qui so nt, à son av i s, contrai r es à la l ég i slati o n s u édoise et à la C onventi o n euro pée n ne des Droits de l' H omme . Il n 'est pas i nh ab itu el pa r exempl e q ue da n s l es affaires d e d ivorce, un cu rateur ad l item (go d m a n) soit dés i gn é p our l e défe nde u r e t qu'une audience so i t ten ue sa ns q u e le défe nde ur a it été ci té à comp a r a ître . Le tri b un al a pp liq ue égaleme nt l a l oi s u édoise d e man ière pr éj udi c iab le au x d ro it s garant is a u x personn es a rr étées ou d étenues conformément à l'art i cle 5 par . 3 de l a Co nve nti o n . L a reyuér ame, qui ins i s i e sur ses d ro i ts et devo irs d e ju ge, s'est mi se à d os l 'admin istratio n d u trib u nal a in s i que les pruc ure urs, avoca t s et sy ndica ts a u x qu e ls appartiennent les magistrats et autres fo n ctio nna ires d u tribun a l . En 1981, l a req ué rante s'adressa à pl u s i eu r s reprises a u C h a n ce l ie r de l a Justice (j u s titi z k a ns l e rn ) pour l u i demand er d'in t erven i r en sa faveur, ce qu i s u sc i ta un e certaine publ icité dan s l a presse . Au d ébu t de 1 98 2, l e co n se il d 'admin is tr ation ( t in gs ràtten s kol l egium ) du tribunal de district exam in a la s it uat i o n . Le 1 0 février 19 82, i l déci da de tran sCérer la req uérante, à par( i r du Pl m ar s 1982, de l a chamb re des affaires cr i mi n elles po u r laquelle elle travaillait jus qu 'ab r s à un e am re c ha mbre c h a rgée des a ffa i res i mmub i li ères . Entre temps, l e 11 j an v ier 1982, le conseil d'ad min is t reli on ava it égule me n t décidé de dema nder au C h a n ce lier d e l a Justice d'env i sager d'éve ntue ll es mesures disc ipl i n ai r es co ntre la r equ érant e . S ur dem ande de celle-ci, le C h a ncel i er sais it l a comm ission d i scip l in aire n a ti o n ale (statens a nsvar s nâ mnd ) qu i décid a l e 10 mai 1 983 qu'i l n 'y av ait pas l i eu de p re nd re d es m esures d i sci pl ina i res .
L a déc i sion de transférer la requér a nte d an s un e autre chambre n'était pas susceptible de reco ur s . Toutefois, en se fo ndant s ur l a l oi de 1 974 su r l a p rocédure d a ns les l it iges du t rava i l (lagen o m r4ttegâ ngen i arbetstvister), l a req u é r a nt e a tt a qu a l'Etat su édois, son emp loyeur , deva n t l e tri b unal de di st rict de St ockho lm (S tockh ol ms ti ngsr ëtq le 1 6 fév ri er 1982 : el l e pria l e tri bun al de cons tat e r l a nullité de la déc is i o n de tran sfert et l a nécessi té po u r l'Etat de lu i verser d es dommages-intérêts ap rès ce t ra n sfert il léga l . La requérante dema nda en outre a u tr ib una l , à ti t r e de mes u re provisoire, d e
233
surseoir à l'exécution de la décision de transfert pendant l'examen de l'affai re . Le 26 lé vrie r 1982 toutefui s , le tribunal de distr ict de Stockholm re fu s a d e prendre des m es u res p ro vi s oires , décision que confirma par la suite le tribunal du travail (arbetsdomstolen) le 15 mars 1982 . Lorsque la requérante eut travaill é quatre ans à la chambre de s afCaires immobili è res, le conseil d ' admini s [ra[i on du tribunal de district de G&teborg décida en janvi e r 1986 de la trans féær à la chambre des affaires criminelles . La requérante s'oppusa à ce tran s fèrt car , à son avis, les circonvtance s de ba précédente mutation n ' avaient pas enc o r e été clarifiées . En conséquence, elle re demandu au tribunal de district de Sto ckholm d ' ordonner , à titre de mesure provisoire, de surs eoir à son transfert . Le tribunal rejeta cependant la demande le 3 février 1986 et sa dé cision fut co n(irm ée par le tribunal du tra va il le 6 mar s 198 6 . Le 27 mars 1986 , la requérante informa le tribunal de di s trict de Stockholm qu'elle s e d és istait de s poursuites contre l'Etat pui squ ' elle n'avait plus eonfiance en son j ugement Elle lui demanda en outre de lui adj uger les frai s et dépens . Le 1 4 mai 1986 , le tribunal de dis tr i c t de Stoc kholm radia l'affaire de son r ôle mais es tima qu ' il n'y avait pas lieu de s'écaner de la règ le habituelle s elon laquelle la partie qui se désiste doit acyuitler le s frais e t dépens de l'adversaire . En conséquence , la requérante ful c ondumnée, au ti tre des frai ,c et dépens, à payer à l ' Elui I5 . 000 couronnes suédoises . La requ é rante int e rj eta appel de la déci s ion sur l es dépens auprès du tr ibunal du tra vail , qui c onfnna c epend a nt la décision le 19 juin 1986 .
G RI E FS (Extrait ) Les difiérent s g riels de la rcyuérame conce rn em Ic s liiiges l ' upposam a u conseil d ' admini s trutinn du tribunal de district de Giileburg . 1. La requé rant e allègue en premier lieu de s viola t ions d e l ' article 6 par . I d e la Conv ention car elle e stime n ' avoir pas pu faire entendre sa cau se devant un Iribunal indép e nd a nt et impurtial . Selon elle , ni le tribunal de di stric i de Stockh o lm , ni le tr ibunal du travail ne pouvaient pa sser pour indépendant s et impartiaux lorsqu ' il s ont décidé, respec tivem e nt les 3 février et 6 mars 1986 , de ne pas sur seoir à l'exécution de la décision d e transfert prise par l e conseil d ' admini s traGon du tribunal de di strict de Giiteborg e n auendam l'issue de l ' a c ti o n qu'elle avait engagée c ont re s on emplnyeur, l ' El a [ s uédni s . Ces juridictions ne pouvaient pas non plus passer pour indépendantes ou impur t iales en d écidant , respec tivemem le s 14 mai et 19 juin 1986 . d'adjuger les frais et dépens à l'Etat suédois . D'une part . le tribunal d e district de Stockh o liu a t e nu compie de s intérêts de sa p ro p re adminis tration lorsqu ' il a co n firmé une struct ur e admini strat iv e analogue à c ell e du tribunal de dis trict d e G i ile bor g et , d'autre parl , le tr ibunal du travail se composait de tro is m agi s[ra ts , d on t
234
l'un représenta i t les empl oyeurs et l'autre vena it d'u n sy n dica t déj à associé à la décision de m uter l a re qu é r a nt e . E n o ut re, l a requérante ava it che r c hé, dans so n comba t pour renforcer l a sécurité ju ridique da ns l es tribunaux, à lutter contre l'influence de l'administration et des sy n d i cats ; or, p réc i sémen t devant le tribunal du t rav ai l, e lle eut affai re à u n tri bunal maj nr it ai remen[ représentatif d es inté r êts des employeurs e t des syn d icats .
EN DRO IT (Extrait ) I. La re yu éra n te a ll èg u e en pre m ier li e u que l e tribunal d e dist ri ct de Stockholm et le t r ib una l d u t ravai l n e sa u raie nt passer pou r des tribunaux indépendants et impartiaux a u se n s de l'art i c l e 6 pa r . I de l a Convention, n i lorsqu'ils ont statué s ur sa demande d'o rdo n nan ce provisoire a u x fins de surseoir à l'exécution de la décision d e la m ut er dan s u ne autre chambre du tribunal, ni lorsqu 'i l s ont décidé d es f r ais et dép ens après qu'ell e se fut déais tée d e so n act io n co ntre l ' Et a t . L'article 6 par . I , premiè re phra s e, se lit nin s i : .~ To ut e personne a d ro it à ce que sa cause soit ent endue équitablement, publi yucme nt et dans un délai raisonnable, par un tr ibunal indépendant et impartial, établi par la loi , qui décidera , soit des co næ s tations s ur se s d ro its et obli gations de caractè re c ivil, soit du bien-fondé de toute a ccusation en matièr e pénale dirigée co n t r e elle . » La Cummission relève tout d'a b o rd que, da ns la procédure q uc l a requéra n te engagea devant le tribunal de district de Stockholm, clle attaquait l a dccision de la m u ter da n s une au lr e chambre d u tribunal . Même si e ll e engagea la procédure comme un conflit du trava i l contre son employeu r et même si les relati o ns employeur/employc relèvent normalement de l a notion de «droits et obligations de caractère civil, énoncée à I :viicle 6 de la Convention (cf . No 6504/74, dceJ .l2 .77, D .R . 1 2 p .5), on peut se demande r s i le point l itigieu x précis soulevé par la requérante dans la procédure tombe sous l e coup de cet article . Tuut e foi s, la Commi s sion n 'estime pas néce ssai re d e tr a ncher la question puisque la r equcr a nt e s' e st désistée d e son action et que le s tribunaux n'ont en tait été appelés qu 'à décider de deux questions li ( igieu s es : I) - avant son d é si srement fallait-il d écider J ' un e me s u re provisoir e? et 2) - après son d és i st ement - la requ é rante devait-elle être condamnée à payer le s d é pen s7
235
S'agissant des mesures proviso i res demandées par la r e qué r a nte, la Com mi ss i o n rap p e l le sa j u ri sp ru de nce se l on l aque ll e u ne déc i sion concernant de t e ll es mesu res n 'emp or te pas d éterm in a t ion d e Aroits et o b l i gations de ca ractère civil» ( N o 5263/71, déc . 1 4 .12 .7 2 , R ec u e i l 42 p . 97 ; N u 7990/77, dca 11 .5 .81, D . R . 24 p . 57 e t No 8 988/80, déc . 10 .3 .8 1 , D . R . 24 p . 1 98) . S'agissa n t d es frais et dépens, la Comm i gsion relève qu'il s'agit d ' u ne question subsidiaire qui se pose dans b o n nom 6re d e proccdures di ffcren tes . La q u est i on d es dépens peut auss i s u rg i r dans u ne procédu re dont l 'obj el échappe m a n ifes tem e m à l 'art icle 6 par . I de l a Conven tion et i l n e sera it dès lo rs pas ra i sonna bl e d 'ex iger une p rocéd ure spéci a l e, sa t isfa i sa nt aux ex i gences de cette d i sp os iti o n , pou r décider des dé pe n s . La Com mias ion co ns idère dès lors que l a décision s ur la qu es ti o n su bsi d ia i re des d épen s n'empone pas déterm i na tion A e droi t s et obli ga tion s de ca ractère civil et qu'elle éc h appe par conséquent a u domai ne d e l'article 6 pa r . I . Il e n d éco ul e que le tr i b un a l de di st ri c t d e S [oc kh olm , da n s ses décis i o ns des 3 fév ri e r e l 14 m ai 1 986, et le trib un al du travail dans ses déci sio ns des 6 ma rs et 1 9 juin 1 986, n 'ont pas statué sur d es d r oits et obli gat i o n s de caractère civ i l de l a re qu éran te et que le grief de cette dernière est p a r co nséq u e n t à cet éga rd incompatible ratione materixe avec l es dispositions de la Convention au se n s de l'article 27 pa r . 2 .
236

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 05/05/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.