Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ CROOK c. ROYAUME-UNI

Imprimer

Type d'affaire : Décision
Type de recours : Partiellement irrecevable

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11552/85
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1988-07-15;11552.85 ?

Analyses :

(Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-2) PRESOMPTION D'INNOCENCE, (Art. 6-3-d) INTERROGATION DES TEMOINS, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE


Parties :

Demandeurs : CROOK
Défendeurs : ROYAUME-UNI

Texte :

applicants have indicaled their willingness to withdraw the applicalinn in the light of this proposal . Against this background, the Commission finds that the parties have reached a settlement of the application and, having regard to Rule 44 (q of the Rules of Procedure, that there are no reasons relating to the general interest to continue an examinalion of the application . Fo r these reaso n s, th e Comm i ss i on DEC I DES TO STRI KE T H E APPLI CATI ON OF F IT S L I ST OF CASES .
(TRADUCTION) E N FA IT Le premier requérant, M . Timothy Crook, est un ressortissant du RoyaumeUni né en 1959 et actuellement domicilié à Londres . Journaliste de son état, il est le propriétaire d'une agenee de presse qui fournit des comp[e rendus de procès aux organes de rndiodl(lusion . Le second requérant, The National Union of Joumalists, est un syndicat représentant les intérêts de journalistes britanniques, dont beaucoup de chroniqueurs judiciaires . Les requérants sont représentés par M'"° Mary Staunton et M . Paul Hunt, ad minis[ rateu rs juris tes au N a tiona l Council for Civ il Libert i es . Les fa i ts te l s que I es req u éram s l es o n t ex posés peuvent se résu mer comme suit . Lors d' un procès q ui e u t li e u e n janvier 198 4 deva nt l e Central Crim i nal Cou n à Londres - t rois accusés y ét aie n t inc u lpés n otammen t d'avoir enlevé u ne fem m e pour l'amener à avo i r des rapports sexuels illicites avec u n tie rs - le tribunal fut saisi d' une demande d'or donn ance au t itre de l 'a rticl e 1 1 d e l a loi d e 1 981 su r le ~~Con[empt of Cou rt* aux fi ns d'interdiction d e publier le nom de la v i c ti me . Le ju ge, après avoir entendu l es observations de l'avocat de la défense, rendit une ordon n ance au tit re de l 'art icle I l« in terd i san t de publier le nom d e l a victime ou tout élémen t p ermettan t de l 'ide ntiflern . I I aj o u ta cependan t q u e le nom pouva i t étre évoqué a u tou rs de l'audience, faute d e quo i l a défe nse d' un o u de pl u sieu rs des a ccusés s'en trouverait co m p r omi se . Au co ur s du p rocès, il apparut que l 'i ntéressée
152
ap part e nait à un e famille bien co nnue e t l'avocat d e l a d é fe n se la i ssa e n ten d r e a u t r ibun al que la vé r ita bl e ra ison pour laque ll e l'avocat de l a victi me ava it dema n dé u n e ordonnance au titre d e l ' a rti cle 1 1 éta it de l es prot éger, e l le et sa fami ll e, po ur ne pas m ettre la v i c t ime d an s l 'embarr as d u fa it d e certai ns détai ls de so n passé divulgués lo rs de sa déposition . Le ju ge r eç ut des journ ali stes un e d em a nd e en réexamen de l'ordonnance et accep ta d 'e nte n dre leu r s o bservatio n s co mpte te n u d e - l'importance co nsti tutionn elle de l 'o rd o nna n ce prév u e à l'article I l v . Ap r ès avo ir entendu l 'avocat au nom des o rganes de presse et l'avoca l de la victime-témoin, l e ju ge confirma, par décision du 27 jan v i er 1 984 , l'ordonnance rend ue au ti t re de l'article 11 . Il est ima que la comnion law l ui donnait le pouvoir d e p ren dre une t elle ord onnan ce bien que l 'accusat ion ne Cût pas ce ll e de c han tage . Il estima égal eme n t, su r u n poi nt d'i nt e rprétat ion d e l'article 1 1, qu'il avait la facu lté de pre nd re cette ordo n nance même si, pa r la suite, à l'audience, l e nom d u témoin pou vai t ê tre c it é dan s l e prétoire . L e j u ge décl a r a e n o utre qu e l'ordonnance se justifiait dan s l'intérêt d e l a ju s tice . Pour a rr iver à ce t te co nc lu sio n , i l pr it e n comp te le fa it que la v ict i meté m oi n, âgée de 23 an s . av ai t comme ncé à p re nd re d e l'hér oï ne à 1 7 a ns . D even ue p ar l a suite toxicoman e, elle a va it essayé de se so ig n er . Le j u ge re n voya au x éléments m éd i caux qui l u i ava ie n t été soumis selo n les qu e l s les dr og ués essayant u ne réhabilitation par traitement d eva i ent évi t er toute sou rce d e st r ess . Saisi d'une demande de contrôle judiciaire de cette ordonnance, la Divisional Court estima n'avoir pas co mpétence pour traiter de la demande puisque l'article 29 d e l a loi de 1 98 1 s u r l a Co ur su prême avait p ou r effet d 'exc lu re tout réexame n d' un e ordonnance rendue en cours de procès devant un tribunal de grande instance (Crown Courl ) . L es juges d e l a D ivis i on a l Court précisèren t e n être a rrivés avec rétice n ce à cette conc lu sion, so ulignant l' i llogisme de l 'ord onnanee puisque le nom d u témoi n , qu i pouva i t être ci té libreme nt dans le prétoire e n a u d ie nce publ i q u e, sera it dès lo rs co nnu de q u i conque s'assiérait da n s la t r ib u ne d u publ ic . I ls se dire n t e n o ut re sceptiques q ua nt au p ouvoi r d u ju ge de re n dre unc or don na nce au titre de l'article 11 l orsque le nom d u t é m oin devait êt re cité à l'audience au cou rs d u procès . La Divi s i onal Cuun critiqua également le fait que le juge a v ait enlcndu les observations des agence s de pre s se et de l'avocat d'un témoin, et précisa que quiconque n'était pa s partie au p rocès n'avait pas quali té pour s'oppo ser à une ordon nance re ndue par le juge d ' in s tance , quoi qu'il en eùt . La procédure à s uivre à l'avenir était que l'avocat de l'accusation ou de la défense pr ésente des obs ervations au nom de la partie l és é e . 15 3
G RI EFS Les req ué ran ts se p laig n e nt de ce qu e le nom du témo in ayan t é té régulièrement cité e n a ud i e nce pu bl iq ue, Pordo nn a nce a p orté attei nte à leur lib ert é de communiquer d es informat ion s au publi c, ce qui es t co nt raire à l 'articl e 1 0 de la Co nventi on . Par ai ll e urs, l a déc i sio n de l a Divis i on al Co ur t selo n l aq u elle, à l 'ave nir, l es pe r sonn es se t rouvant da n s leur situation n 'auro nt pas le d r o it d e s'o p poser au x o rdo nna nces rendu es au ti t re de la l oi de 1 98 1 su r le « Contem p t of Court a, les p rive de l eu r d roit à u n procès éq u itab l e, ce qui es t contra i re à l'art i cle 6 s'ag i ssa nt des d écis i on s qu i affecteront leu rs droits d e caractère c i v i l . Enfin, il s so ut ie nn ent q ue l 'absence de recours effectif contre une ord o nn ance re ndue en vertu de l'article 11 de la l o i em po n e violat ion d e l'article 13 de la Conveniton .
PROCÉD UR E DE VAN T LA COMMISS ION La requête a été i nt roduite l e 3 m ai 1 985 et e nr egi strée le 23 mai 1 985 . La Comm i ss ion l'a e xaminée l e 2 décembre 1 985 et a déc i dé de l a commun iquer au Go uve rn eme n[ défend e u r, en l ui demandant des observations su r sa recevabilité et so n bi em fo nd é .
Par l ettre du 9 av r i l 1 9 86, l e Gouvernement a in for mé la Com m iss i on q u'il avait pr i s con tact avec l es co n seil lers j uri d iques des requéra nts (National Cou ncil fo r C i vi l L iberti es) afin d 'e xaminer l es c ha n ge me nt s éventuels à apporte r à la loi qu ant a u réexa me n d es ord onnan ces re nd ues au t itre notamment d e l'article 1 1 d e la loi d e 1981 s ur l e «Con tempt of Court» . Le Gouvernement a pr ié la Commission d'ajourner l 'examen de la requête en attend a nt l'issue de ces e nt retien s . P a r une autre lettre du 14 jui l let 19 86, l e Gouvernement a indi qué q u 'i l se pr op osait de modifier la l o i pou r per m ett re un cont r ôle par l e j u ge, m a i s que les m odali tés de cette réforme faisaient enco re l'o bjet de discu ss io ns . L e 14 j u i lle t 1 986, la Co mmi ss i on reprit la requête e t d éc i da d'en ajourner l'e xamen en attendant l 'iss ue d es di scu ssio n s e n gagées e ntre l es part i es . Une ré u nio n e ut l i e u à L on dres l e 1 8 m ar s 1 988 entre les part ies e t l e Secrétaire de la Comm i ssi on , ass isté d ' un memb re du Secrétariat . P ar l e ttre du 7 j u i ll e t 19 8 8 , l ' Age nt d u Go uve rn eme nt défendeur, M . M . C . Wood, for mula les propositions s ui vant es : « 1 . Le Go u vernement a déposé un a m e ndement a u projet de l oi su r l a j u stice péna l e q ui p révo it n otamm ent que to ute person ne lésée peut . s u r autorisation , 154
recouri r à l a Cuun of Appe a l contre une ord o nn a nce p r ise en vertu de l 'an ic l e 4 o u de l'article 11 d e l a loi de 198 1 s ur le 'Conremp t o f Court' à propos d ' un procès pé n a l . L e délai proposé doré n avan t pour le reco u rs sera de 14 jour s, asso rl i d e la poss ibil ité habituelle de so ll ic i te r l'autorisation de faire a pp el h o rs dé l ai . 2 . Si la re qu ête su sd it e es t r ayée du rôle d e la Commi ssio n , l e Gou ve rnement est dis posé à p ayer au x pa rties l es fra i s qu e les req u é ra nts auraien t dû acq u itte r s' il s avaie nt réu ssi devant l a Di vis i on al Co u rt et, en ou tre, un e partie (75%) d es frais et dé pens q ui ont été e ffec t ive men t et nécessaireme nt exposés po ur l a requête à l a Co m mi às io n et d ont le montant est raiso nn able . e M . P . Hunt , administrateur j uri d ique au Na t i ona l C o un c il for C i vil Li be n ies, indiqua par t é l ex du I l jui l i et 1 988 que l es requérant s ét a ient d isposés à re ti rer le ur requête a u x conditions ex p osées d a ns la l ett re ad ressée p a r M . M . C . W ood le 7 juillet 1988 .
MO T IF S DE LA DÉCISION La Com m iss i o n relève que les re qu éra n ts se sont p lai nt s n otamment , s ur le te rrai n d es articles 10 et 13 de l a Con vent i on, d ' un e ordonnance rendu e e n vertu de l 'artic l e ] I de l a l oi d e 1981 sur le «Co ntempt of C oun a et qui l es empêchait de publ ie r le n o m d' u n l é m oi n dan s un p rocès p énal . Ell e rel ève e n outr e q u e le Gou ve rnem e n t a pro p osé un amendement au proj et d e loi s u r l a j u s ti ce pé n a l e, qui prévoi t l a poss ib i l it é de recourir à l a Cou rt o f Appeal co ntre l es ordon na nces r e ndu es a u titre de l 'arti cle 11 de l a l oi de I981 . Les req u érants ont i ndiqu é qu'ils étaie n t prêts à retirer leu r requête à l a lu mière d e cette proposition . D ans ce contexte, l a Commissi on con state que l es p art ies so nt p arve nues à un règ l e me nt et, e u égard à l' article44 par . 1 du R ègle me nt intérieur de l a Co mmi ssio n , qu'aucun moti f d'intérêt gé n éral n e j u sti fie d e p ou rs ui v re l'examen de l a requête . Par ces mot i (s, l a Comm i ssio n
DÉ C IDE D E R A Y ER LA RE Q UÊTE D E S ON R Ô LE .
1 55

Origine de la décision

Formation : Commission
Date de la décision : 15/07/1988

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.