Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Bénin, Cour suprême, Chambre administrative, 20 avril 1973, 13

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 13
Numéro NOR : 173104 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.supreme;arret;1973-04-20;13 ?

Texte :

Fonction Publique - Recours en annulation - Excès de pouvoir - Irrecevabilité.

Est irrecevable le recours formulé contre un acte, lequel acte ayant déjà fait l'objet d'une décision définitive de la Cour.

N°13/CA du 20 avril 1973

FASSINOU Medessou Eugène
C/
Etat Dahoméen
(Ministère des Finances)

Vu la requête présentée par le sieur FASSINOU Medessou Eugène, Ex-Brigadier de Police, demeurant au quartier Aglomê chez le sieur Zocli à Abomey, et enregistrée le 13 août 1965 au Greffe de la Cour Suprême, ladite requête visant à l'annulation pour excès de pouvoir;
- du décret n° 240/PR/MEFP/DP.1 du 1er juin 1962 portant sa radiation des cadres de Police;
- de la décision n° 2335/MFAEP/DC/3 du 4 août 1965 du Ministre des Finances portant refus de pension de retraite;

Vu la lettre n° 151 en date du 26 février 1970 mettant le requérant en demeure d'avoir à consigner au Greffe, dans les quinze jours, l'amende forfaitaire de cinq mille francs prévue à l'article 45 de l'ordonnance n° 21/PR en date du 26 avril 1966, portant composition, organisation, fonctionnement et attributions de la Cour Suprême;
Vu la décision n° 2 en date du 30 janvier 1971 accordant l'assistance judiciaire au requérant et chargeant Maître BARTOLI, Avocat Défenseur à Cotonou, d'office de la défense de ses intérêts;
Vu le mémoire ampliatif enregistré comme ci-dessus le 12 octobre 1971 par lequel, le Conseil du requérant a développé ses moyens de défense en la cause;
Vu les autres pièces produites et jointes au dossier;
Vu l'Ordonnance n° 21/PR du 26 avril 1966 portant composition, organisation, fonctionnement et attributions de la Cour Suprême;
Ouï à l'audience publique du vendredi vingt avril mil neuf cent soixante treize;
Monsieur le Conseiller BOUSSARI en son rapport;
Monsieur le Procureur Général GBENOU en ses conclusions;
Et après en avoir délibéré conformément à la loi;
Considérant qu'il figure au dossier personnel du requérant qui nous a été communiqué par le Directeur du Personnel (Calepin n° 5 - pièce 8), expédition d'un arrêt de la Cour Suprême, n° 7 du 6 avril 1963, intervenu à la requête de FASSINOU Médessou Eugène, en annulation du décret n° 240 du 1er juin 1962 en tant que ledit décret l'a radié des cadres de la Police pour inaptitude physique à compter du 1er juin 1962;
Considérant que cet arrêt a rejeté le pourvoi du requérant, précisant que sa requête n'est pas fondée a soutenir que le décret attaqué est entaché d'excès de pouvoir.

Sans qu'il soit besoin d'analyser les moyens du pourvoi
Considérant que les moyens du requérant tendant à l'annulation de la décision n° 2335 du 4 août 1965 ne peuvent être analysés, ladite décision découlant du décret n° 240 du 1er juin 1962 susvisée que la Cour Suprême a déclaré non entaché d'excès de pouvoir par son arrêt n° 7 en date du 6 avril 1963;
Considérant que la requête du sieur FASSINOU visant à l'annulation du décret n° 240 susvisé doit être déclarée irrecevable comme ayant déjà fait l'objet d'une décision définitive de la Cour Suprême par l'arrêt n° 7 du 6 avril 1963;
Considérant que ladite requête doit être rejetée en ce qu'elle vise l'annulation de la décision n° 2335 du 4 août 1965 conforme aux prescriptions du décret n° 240 du 1er juin 1962 lequel a été déclaré non entaché d'excès de pouvoir comme il est spécifié ci-dessus.

PAR CES MOTIFS

DECIDE
Article 1er: La requête susvisée du sieur FASSINOU Médessou Eugène est irrecevable en ce qu'elle vise l'annulation du décret n° 240 en date du 1er juin 1962;
Article 2: Ladite requête est rejetée en ce qu'elle vise l'annulation de la décision n° 2335 du 4 août 1965;
Article 3: Les dépens sont mis à la charge du Trésor Public;
Article 4: - Notification de la présente décision sera faite aux parties.

Ainsi fait et délibéré par la Cour Suprême (Chambre Administrative) composée de Messieurs:

CyprienAÏNANDOU, Président de la Cour Suprême - PRESIDENT
Corneille T. BOUSSARI et Gaston FOURN - CONSEILLERS

Et prononcé à l'audience publique du vendredi vingt avril mil neuf cent soixante treize, la Chambre étant composée comme il est dit ci-dessus en présence de MM:
Grégoire GBENOU, PROCUREUR GENERAL, et de Maître Honoré GERO AMOUSSOUGA, GREFFIER EN CHEF.

Et ont signé:

LE PRESIDENT LE RAPPORTEUR LE GREFFIER

C.AÏNANDOU C. T. BOUSSARI H. GERO AMOUSSOUGA

Origine de la décision

Formation : Chambre administrative
Date de la décision : 20/04/1973
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.