Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Bénin, Cour suprême, Chambre administrative, 01 février 2007, 11

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 11
Numéro NOR : 173477 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;bj;cour.supreme;arret;2007-02-01;11 ?

Texte :

VHD
N°11 /CA du Répertoire REPUBLIQUE DU BENIN

N°2003-139/CA du Greffe AU NOM DU PEUPLE BENINOIS

Arrêt du 1er Février 2007 COUR SUPREME

Affaire: KPANOU François Aimé CHAMBRE ADMINISTRATIV E
C/
DGPN

La Cour,

.
Vu la requête en date à Cotonou du 29 Septembre 2003, enregistrée le 07 Octobre 2003 sous le n°068/GCS au Greffe de la Cour, par laquelle monsieur KPANOU François Aimé a sollicité l'annulation de la décision implicite de refus de lui faire consulter ses notes de concours;

Vu le mémoire ampliatif du requérant en date à Cotonou du 04 Novembre 2003, enregistré le 06 Novembre 2003 sous le n°712/GCS au Greffe de la Cour;

Vu les observations en date à Cotonou du 15 Janvier 2004 du Directeur Général de Police Nationale, enregistrées le 16 Janvier 2004 sous le n°40/GCS au Greffe de la Cour;

Vu la consignation payée et constatée par reçu n° 2654 du 21 Octobre 2003 au Greffe de la Cour;

Vu l'ordonnance n° 21/PR du 26 Avril 1966 portant composition, organisation, fonctionnement et attribution de la Cour Suprême,remise en vigueur par la loi 90-012 du 1er Juin 1990;

Vu les pièces du dossier;

Ouï le conseiller, Emile TAKIN, en son rapport;

Ouï l'Avocat Général, Hector Raoul OUENDO, en ses
conclusions;

Après en avoir délibéré conformément à la loi;

Considérant que par requête en date à Cotonou du 29 Septembre 2003, enregistrée au Secrétariat de la Cour sous le n° 068 le 7 Octobre 2003, puis au Greffe de la même Cour sous le n° 576/GCS le 08 Octobre 2003, François Aimé KPANOU, Inspecteur de Police 01 BP 6154 Cotonou a saisi la Haute Cour d'un recours pour excès de pouvoir contre le Directeur Général de la Police Nationale (DGPN);

Considérant que le requérant développe dans sa requête s'être porté candidat au concours professionnel de recrutement de vingt deux (22) élèves commissaires de Police, qui s'est déroulé les 8 et 9 Février 2003 à l'Ecole Nationale de Police à Cotonou;

Mais que face aux notes peu convaincantes qu'il a reçues, qui ont naturellement conduit à son échec et convaincu de son rendement intellectuel à la hauteur des épreuves, il a écrit au Directeur Général de Police nationale aux fins d'avoir accès à ses feuilles de compositions et au besoin d'exiger une nouvelle correction des ses copies;

Que par sa lettre réponse en date du 28 Octobre 2003 le Directeur Général de la Police Nationale s'est opposé à cette doléance, motif tiré de ce que le jury du concours a travaillé en toute indépendance et a retenu les candidats les meilleurs, opposant ainsi une fin de non recevoir à sa demande qui tend à lui permettre de consulter ses copies;

Considérant que le défendeur dit avoir satisfait les doléances du requérant, pour lui avoir communiqué ses notes et son rang par lettre n° 513/MISD/DGPN/DAP/SPRH/SP-C du 10 Juillet 2003 et lui avoir permis de consulter ses copies le 27 Novembre 2003, mais qu'il n'a pas accéder à sa demande de voir un jury reprendre la correction de ses copies, parce que les corrections ont été faites en toute indépendance et en toute impartialité;

Qu'après la consultation que le requérant s'est confondu en excuses, avant se déclarer satisfait;

Considérant que c'est après la communication de ses notes de concours que le requérant a saisi la Cour pour voir condamner l'administration Policière à lui faire consulter ses feuilles de composition;

Considérant que le requérant a confirmé à la Cour que ses notes lui ont été communiquées par lettre du 10 Juillet 2003 et qu'il a consulté ses feuilles, ainsi qu'il est mentionné au procès-verbal du 27 Novembre 2003 versé au dossier de la procédure, mais qu'il les a contestées sur place,

Considérant qu'il n'a produit aucun élément au soutien du bien fondé de la contestation des notes;

Qu'il y a lieu de le rejeter quant au fond de ce chef;

Par Ces Motifs,

Décide:

Article 1er: Le recours de KPANOU François est recevable en la forme;

Article 2: Le recours est rejeté;

Article 3: Notification du présent arrêt sera faite aux parties et au Procureur Général près la Cour Suprême.

Ainsi fait délibéré par la Cour Suprême, la Chambre Administrative, composée de;

Samson DOSSOUMON, conseiller à la Chambre Administrative,
PRESIDENT;

Emile TAKIN (
Et )
Etienne-Marie FIFATIN (

CONSEILLERS;

Et prononcé à l'audience publique du Jeudi 1er Février deux mille Sept, le Chambre composée comme ci-dessus, en présence de:

Raoul Hector OUENDO
MINISTERE PUBLIC;

Et de Maître Donatien H. VIGNINOU
GREFFIER;

Et ont signé,

Le Président Le rapporteur Le Greffier


S. DOSSOUMON E.TAKIN D. H. VIGNINOU

Origine de la décision

Formation : Chambre administrative
Date de la décision : 01/02/2007
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.