Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ X. c. REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Imprimer

Type d'affaire : Decision
Type de recours : Violation de l'Art. 6-1 ; Violation de l'Art. 8 ; Préjudice moral - constat de violation suffisant

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 6541/74
Identifiant URN:LEX : urn:lex;coe;cour.europeenne.droits.homme;arret;1975-07-09;6541.74 ?

Analyses :

(Art. 6-1) ACCES A UN TRIBUNAL, (Art. 6-1) DELAI RAISONNABLE, (Art. 6-1) DROITS ET OBLIGATIONS DE CARACTERE CIVIL, (Art. 6-1) PROCES EQUITABLE, (Art. 6-1) PROCES PUBLIC, (Art. 8-1) RESPECT DE LA CORRESPONDANCE, (Art. 8-2) DEFENSE DE L'ORDRE, (Art. 8-2) INGERENCE, (Art. 8-2) NECESSAIRE DANS UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE, (Art. 8-2) PREVENTION DES INFRACTIONS PENALES


Parties :

Demandeurs : X.
Défendeurs : REPUBLIQUE FEDERALE D'ALLEMAGNE

Texte :

APPLICATION/REQUETE N° 6541/74 X . v/the FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY X . c/RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGN E DECISION of 9 July 1975 on the admissibility of the application DECISION du 9 juillet 1975 sur la recevabilité de la requite
Article 5, paragraph 3, of the Convention : (a) Reasonable time : as a general rule, an accused person cannot automaticafty be held responsible for any prolongation of the proceedings while he is in detention, mereN because he has availed himself of rights to which he was entitled . However, he has to bear the consequences of him having availed himseff excessively or abusively of cerrain legal possibilities. (b) Brought promptly before a judge : Does this right include a right to be brought repeatedly before a judge if the detention lasts for a longer period ? (Question not pursued) . 5, paragraphe 3 de fa Convention.Article : (a) Dé7ai raisonnable : en régle générale, un accusé ne peut étre tenu pour respon . sabfe d'une prolongation de la procédure, pendant sa détention, du seul fait qu'il a exercé des droits dont il disposait . Toutefois, il subit les conséquences d'un usage exessif ou abusif de certaines voies de droit. (b) Aussit5t traduit devant un juge : le droit implique-t-il celui de comparaitre à de nombreuses reprises devant un juge, lorsque la détention se prolonge ? (Question non résolue )
Summary of the relevant facts
( françats : voir p . 881
The applicant was highly suspected of having strangled a young girl and of having tried to burn the body afterwards . He was arrested in September 1977 and remanded in custody . The detention on remand was confirmed by the courts in March and May 1972, August and November 1973, March and July 1974 . The trial took place in October 1974 and lasted 15 days. The applicant was sentenced to life imprisonment . The police investigations resulted in a final report in February 1972, when the file comprised six volumes. An examination of the applicant's mental state was carried out in 1972, partfy in a mental hospital. The public prosecutor's investigations were closed in March 1973 . In June 1973 the applicant applied for a preliminary judicial investigation, against his defence counsel's advice . The investigating judge heard numerous witnesses but had some difficulty in summoning the applicant' s
-B6_
brother who was traced after he had spent several months in prison in DüsseldoA from August 1972 to January 1973 and later in Muncih . The applicant raised several objections and, in particular, challenged the court as being biased.
THE LAW (Extract) The Commission has lfurtherJ examined the applicant's complaint under Art . 5 131 of the Convention, according to which everyone arrested or detained under Art . 5 (1) (c) shall be entitled to trial within a reasonable time . It is true that the applicant was in detention pending trial during a period of 3 years and 50 days, and such a period can only be justified by reason of exceptional circumstances . The behaviour of the applicant was in conformity with the German Code of Criminal Procedure . As a general rule, an accused person cannot automati . cally be held responsible for any prolongation of the proceedings while he is in detention, merely because he has availed himself of rights to which he is entitled . On the other hand, the Commission always held that the behaviour of a detained person can be relevant to the question of whether the time of detention was "reasonable" IApplications No . 297/57, Yearbook 2, pp . 204 ; No . 530/59, Yearbook 3, p. 184 ; No . 892/60, Yearbook 4, p . 240 ; No . 1404/62, Yearbook 7, p . 104 ; No . 2516/65, Yearbook 9, p . 436 ; No . 3637/68, Yearbook 13, p . 438 ; Reports of the Commission in the cases of Matznetter, European Court of Human Rights Series B, p . 33, and Neumeister, European Court of Human Rights Series B, p . 30) . The same opinion was implicitly adopted by the Court in the Stügmuller Case (European Court of Human Rights, judgment of 10 November 1969, The Law, para . 16) . The German Code of Criminal Procedure provides for ample rights for the defence and, to a limited degree, gives to the accused a choice as to whether he prefers a more thorough preparation of the trial or a speedier procedure and confers upon him a certain responsibility . Within certain limits, he has to bear the consequences of his choice . In the present case, the Commission finds that the applicant has availed himself excessively, if not abusively, of certain legal possibilities including the preliminary judicial investigation . This behaviour could not have failed to extènd the period spent in detention on remand in a manner foreseeable to the applicant . The Commission in this connection considers that the applicant could have avoided many of the delays that occurred . He caused the investigation to be extended to other persons who had nothing to do with the offence ; he delayed his psychiatric examination by a policy of obstruction ; he applied for a preliminary judicial investigation without giving any reasons ; he repeatedly raised numerous objections which could not possibly have improved his situation but only caused delays which the authorities reduced to a certain extent by the use of duplicate and triplicate files .
The Commission has also considered the applicant's subsequent submissions in support of his above complaints . It notes however that the investigating judge was not yet in charge of the applicant's case when the applicant's brother was in Diisseldorg prison, and that he did in fact examine him when he was in Munich prison . The applicant's subsequent submissions do, therefore, not contain any evidence of avoidable delay . The Commission has further examined the question whether any medical or personal circumstances warranted his release from detention, but cannot find that any such circumstances existed .
- 87 -
. Finally, the Commission has not found it necessa ry to decide whether the words " Eve ry one arrested or detained . . . shall be brought promptly before a judge" in A rt . 5 13) of the Convention include a right to be brought repeatedly before a judge if his detention lasts for a longer period . It follows that /-the remainder ofJ this application is manifestly ill-founded within the meaning of Art . 27 (2) of the Convention .
Résumé des faits pertinents Accusé d'avoir Atranglé une jeune fille et d'avoir tenté de brûler son cadavre, arrété et mis en détention provisoire en septembre 1971 . Détention confirmée par décision judiciaire en mars 1972, mai 1972, aoüt 1973, novembre 1973, mars 1974 et juillet 1974. Condamné en octobre à la réclusion à perpétuitA aprés un procès de 15 jours .
Enquéte de la police judiciaire achevée en février 1972 par la présentation d'un dossier en six volumes . Examen psychiatrique, en partie en milieu hospitalier, au cours de l'année 1972. Clôture de l'enquéte en mars 19 73 . Demande d'instruction judiciaire préparatoire formée par le requérant en juin 1973 contre l'avis de son avocat. Nombreux témoins entendus . Difficultés pour le juge d'entendre le frEre du requérant, qui fut recherché, aprés qu'il se fut trouvé en prison à Düsseldorf d'ao0t 1972 à janvier 1973, puis ensuite à Munich. Nombreuses requêtes adre ssées par le requérant au cours de la procédure, notamment des demandes de récusation . (TRADUCTION) EN DROIT Extrait ) La Commission a[aussiJ examiné le grief du requérant fondé sur l'a rt icle 5, par . 3, de la Convention, aux termes duquel toute personne arrétée ou détenue dans les conditions prévues au paragraphe 1 Ic) de cet a rt icle a le droit d'être jugée dans un délai raisonnable . Il est vrai que le requérant s'est trouvé en détention provisoire durant 3 ans et 50 jou rs ; une telle durée ne peut étre justifiée que par l'effet de circonstances exceptionnelles . Le requérant s'est comporté en se conformant aux dispositions du code de procédure pénale . En régle générale, nul accusé ne peut, du seul fait qu'il a exercé des droits dont il disposait, i'tre tenu pour responsable d'une prolongation de la procédure alors qu'il se trouve en détention . D'un autre côté, la Commission a toujours reconnu que le compo rt ement d'un détenu pourrait être pe rtinent, s'agissant de déterminer si la durée de la détention avait été « raisonnable r (Requ@tes N° 297/57, Ann . 2 p . 204 ; N° 530/59, Ann . 3 p . 184 ; N° 892/60, Ann . 4 p .240 ; N° 1404/62, Ann . 7 p . 104 ; N° 2516/65, Ann . 9 p . 436 ; N° 3637/68, Ann . 13 p . 438 ; Rappo rt s de la Commission dans les affaires Matzne tt er, Cour Eur . DH Série B p . 33, et Neumeister, Cour Eur . DH Série B p . 30) . Cette opinion a é té suivie implicitement par la Cour dans l'affaire St&gmüller (Cour Eur.DH, arrêt du 10 novembre 1969, pa rt ie En Droit, par . 16) . Le code de procédure pénale allemand confére d'amples droits à la défense et, dans une mesure limitée, donne à l'accusé un choix entre une préparation plus approfondie du procés ou une procédure plus rapide, lui laissant dans ce domain e
_88_
une certaine responsabilité . Jusqu'8 un certain point, il doit assumer les conséquences de son choix . La Commission est d'avis qu'en l'espéce, le requérant s'est prévalu de manière excessive, sinon abusive, de certaines voies de droit, y compris'de l'instruction judiciaire préparatoire . Un tel comportement ne pouvait manquer de prolonger le temps de sa détention préventive et le requérant pouvait le prévoir . Dans cet ordre d'idées, la Commission estime que le requérant aurait pu éviter bien des retards qui se sont produits . Il provoqua l'extension de l'enquète é des personnes qui n'avaient rien à voir avec l'infraction ; il retarda l'examen psychiatrique par une attitude d'obstruction ; il demanda l'ouverture d'une instruction judiciaire préparatoire sans indiquer de motifs ; il souleva continuellement des objections qui n'étaient pas de nature à améliorer sa position mais uniquement à causer des retards, que les autorités purent limiter, dans une certaine mesure, par l'usage de dossiers reproduits en double ou en triple exemplaire . En ce qui concerne les exposés complémentaires du requérant relatifs au présent grief, la Commission note que le juge d'instruction n'avait pas encore été chargé de l'affaire au moment où le frére du requérant était détenu à Düsseldorf et qu'il l'interrogea alo rs qu'il se trouvait à la prison de Munich . Il s'ensuit que ces exposés complémentaires n'établissent nullement l'existence de retards évitables . La Commission s'est préoccupée en outre du point de savoir s'il existait des circonstances personnelles ou médicales qui auraient pu militer en faveur de la mise en liberté du requérant, mais n'a point trouvé de telles circonstances . Enfin, la Commission juge superflu de se prononcer ici sur la question de savoir si les termes « Toute personne arrêtée ou détenue . . . doit étre aussitôt traduite devant un juge », à l'article 5 . par . 3, implique un droit à comparaitre à de nombreuses reprises devant un juge lorsque la détention se prolonge .
Il s'ensuit que [pour le surplus7 la requête est manifestement mal fondée, au sens de l'anicle 27, par . 2, de la Convention .
_gg_

Origine de la décision

Formation : Cour (plénière)
Date de la décision : 09/07/1975

Fonds documentaire ?: HUDOC

HUDOC
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.