Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ R. c. Lawrence, [1988] 1 R.C.S. 619 (21 avril 1988)

Imprimer

Numérotation :

Référence neutre : [1988] 1 R.C.S. 619 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ca;cour.supreme;arret;1988-04-21;.1988..1.r.c.s..619 ?

Analyses :

Droit criminel - Interception des communications - Autorisation d'intercepter des communications privées - Admissibilité de la preuve - Description du mode d'interception utilisé - Pourvoi de plein droit.


Parties :

Demandeurs : Sa Majesté la Reine
Défendeurs : Lawrence

Texte :

r. c. lawrence, [1988] 1 R.C.S. 619

James Lawrence Appelant

c.

Sa Majesté La Reine Intimée

répertorié: r. c. lawrence

No du greffe: 20544.

1988: 21 avril.

Présents: Les juges McIntyre, Lamer, Wilson, Le Dain et La Forest.

en appel de la cour d'appel de terre‑neuve

POURVOI contre un arrêt de la Cour d'appel de Terre‑Neuve (1987), 60 Nfld. & P.E.I.R. 126, qui a rejeté l'appel interjeté par l'appelant à l'égard d'une déclaration de culpabilité relative à une accusation de complot en vue de posséder un stupéfiant pour en faire le trafic. Pourvoi rejeté.

1. David Hurley, pour l'appelant.

2. Michael Dambrot, pour l'intimée.

Version française du jugement de la Cour rendu oralement par

3. Le juge McIntyre—Nous sommes tous d'avis que la bonne façon d'interpréter le droit relatif à la description du mode d'interception, dans le cas d'une autorisation en vertu du Code criminel, a été exposée par le juge Estey dans le Renvoi sur l'écoute électronique, [1984] 2 R.C.S. 697, à la p. 728:

Le mode d'interception peut être énoncé en termes très précis dans une ordonnance, alors que dans une autre ordonnance la cour peut autoriser l'utilisation d'une partie ou de la totalité des dispositifs énumérés à la partie IV.1, laissant ainsi à l'organisme d'enquête la possibilité de choisir l'un ou l'autre de ces dispositifs et celle de procéder au branchement clandestin des lignes téléphoniques sans toucher aux installations à l'intérieur des lieux ou à la surveillance radio au moyen de dispositifs électromagnétiques, ou encore celle de recourir à une combinaison de ces dispositifs et d'autres dispositifs.

et dans l'arrêt Lyons c. La Reine, [1984] 2 R.C.S. 633, à la p. 671:

Le juge peut donner suite à une telle demande en rendant une ordonnance formulée en termes généraux, comme c'est le cas en l'espèce, ou il peut spécifier un seul ou plusieurs dispositifs et la façon de les utiliser. Le texte des al. 178.12(1)e) et 178.13(2)c) envisage l'un et l'autre type d'ordonnance, notamment par les mots "une description générale de la façon dont les communications pourront être interceptées".

Cela règle la question soulevée en l'espèce. La question de la limitation du lieu d'interception ne nous a pas été soumise à juste titre et nous n'avons pas à la traiter.

4. En conséquence, le pourvoi est rejeté.

Jugement en conséquence.

Procureurs de l'appelant: Puddester & Orsborn, St. John's.

Procureur de l'intimée: Le sous‑procureur général du Canada, Ottawa.

Références :

Jurisprudence
Arrêts suivis: Renvoi sur l'écoute électronique, [1984] 2 R.C.S. 697
Lyons c. La Reine, [1984] 2 R.C.S. 633.

Proposition de citation de la décision: R. c. Lawrence, [1988] 1 R.C.S. 619 (21 avril 1988)

PDFTélécharger au format PDF
DOCXTélécharger au format DOCX
WebVersion d'origine
WebVersion en anglais

Origine de la décision

Date de la décision : 21/04/1988
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.