Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 09 mai 1990, 89BX00357

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 89BX00357
Numéro NOR : CETATEXT000007475009 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;1990-05-09;89bx00357 ?

Analyses :

TRAVAUX PUBLICS - REGLES COMMUNES A L'ENSEMBLE DES DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS - FONDEMENT DE LA RESPONSABILITE - QUALITE DE TIERS.

TRAVAUX PUBLICS - REGLES COMMUNES A L'ENSEMBLE DES DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS - LIEN DE CAUSALITE - EXISTENCE.

TRAVAUX PUBLICS - REGLES COMMUNES A L'ENSEMBLE DES DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS - CAUSES D'EXONERATION - FAUTE DE LA VICTIME - EXISTENCE D'UNE FAUTE.

TRAVAUX PUBLICS - REGLES COMMUNES A L'ENSEMBLE DES DOMMAGES DE TRAVAUX PUBLICS - CAUSES D'EXONERATION - FORCE MAJEURE - ABSENCE.

TRAVAUX PUBLICS - DIFFERENTES CATEGORIES DE DOMMAGES - DOMMAGES SUR LES VOIES PUBLIQUES TERRESTRES - DEFAUT D'ENTRETIEN NORMAL - CHAUSSEE.


Texte :

Vu la décision en date du 2 janvier 1989, enregistrée au greffe de la cour le 19 janvier 1989, par laquelle le président de la 1ère sous-section de la Section du contentieux du Conseil d'Etat a transmis à la cour, en application de l'article 17 du décret n° 88-906 du 2 septembre 1988, la requête présentée le 4 juin 1987 pour Mme Marie-Louise Y... ;
Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 4 juin 1987 et 5 octobre 1987 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour Mme Marie-Louise Y... demeurant à Bagnac-sur-Celle (46270), et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 10 mars 1987 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande tendant à la condamnation de l'Etat, du département du Lot et de la commune de Viazac à lui verser la somme de 74.004,59 F en réparation du préjudice subi du fait de l'accident de circulation dont elle a été victime le 19 février 1985 sur la route nationale 122 allant de Toulouse à Clermont-Ferrand ;
2°) condamne l'Etat, le département du Lot, et la commune de Viazac à lui payer la somme de 74.004,59 F majorée des intérêts de droit à compter de la demande introductive d'instance ainsi que les intérêts des intérêts à compter de la date de la présente requête ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi du 28 pluviôse an VIII ;
Vu le code de la sécurité sociale ;
Vu le code civil ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 3 avril 1990 :
- le rapport de M. PIOT, conseiller ;
- les observations de Me MORAND-MONTEIL, avocat du département du Lot ;
- les observations de Melle X..., attaché à la direction départementale de l'équipement du Lot représentant l'Etat ;
- et les conclusions de M. LABORDE, commissaire du gouvernement ;

Considérant que le 19 février 1985, vers 10h30, le véhicule de marque "B.M.W." conduit par Mme Y... qui circulait sur la route nationale n° 122 a, à l'intersection de ladite route et du chemin communal n° 1, dérapé sur une plaque de verglas ; que l'intéressée fait appel du jugement du tribunal administratif de Toulouse, en date du 10 mars 1987, qui l'a déclarée entièrement responsable dudit accident et dirige ses conclusions à la fois contre le département du Lot, l'Etat et la commune de Viazac ;
Sur les conclusions dirigées contre le département du Lot :
Considérant que si, dans le dernier état de ses conclusions, Mme Y... reconnaît que l'accident dont elle a été victime ne s'est pas produit à l'intersection de la R.N. 122 et du C.D. n° 19 mais au carrefour de la route nationale et de la voie communale n° 1, elle continue toutefois à soutenir que le département du Lot doit être regardé comme responsable de l'accident dont elle a été victime à raison du mauvais fonctionnement du caniveau longeant la voie communale n° 1 au motif que les eaux de ruissellement dudit caniveau provenaient pour partie du C.D. 19, en amont, qu'il résulte de l'instruction que, contrairement à ce que soutient la requérante, le C.D. 19 n'est pas la continuité de la voie communale n° 1 ; que dès lors aucun ouvrage public départemental n'est susceptible d'être regardé comme à l'origine de l'accident dont s'agit ; qu'ainsi, c'est à bon droit que le tribunal administratif de Toulouse a rejeté comme mal dirigées les conclusions à fins d'indemnités formées par Mme Y... contre le département du Lot ;
Sur les conclusions dirigées contre l'Etat et la commune de Viazac :
Considérant, en premier lieu, qu'il n'est pas établi, contrairement à ce que soutient le ministre de l'équipement, que le verglas était généralisé le jour de l'accident, mais qu'au contraire il résulte de l'instruction que l'accident occasionné à la voiture de Mme Y... a été provoqué par la présence sur la chaussée de la R.N. 122, d'une couche de glace formée par le gel d'eaux usées qui débordaient du caniveau longeant le C.D. n° 1 ; qu'il n'est pas contesté qu'un autre accident est, dans les mêmes conditions, survenu le même jour au même endroit ; qu'ainsi la présence sur la chaussée d'une plaque de verglas à laquelle ne remédiait aucun sablage de la voie ni aucune signalisation appropriée constituait un défaut d'entretien normal de la route nationale de nature à engager la responsabilité de l'Etat ;

Considérant, en deuxième lieu, que Mme Y... soutient que la couche de glace dont s'agit provenait du débordement du caniveau longeant le chemin communal n° 1, ouvrage public non incorporé à la voie publique communale ; que l'intéressée qui avait, vis-à-vis dudit ouvrage public, la qualité de tiers, établit, contrairement à ce qu'a jugé le tribunal administratif, l'existence d'un lien de cause à effet entre le fonctionnement défectueux du système d'écoulement des eaux de ruissellement dudit caniveau et la présence d'une couche de verglas à raison des fortes pluies survenues les jours précédant l'accident et la chute brutale des températures ; que la circonstance que les buses d'évacuation dudit caniveau auraient été obstruées par un éboulis dû aux abondantes précipitations n'est pas de nature à faire disparaître la responsabilité de la commune vis-à-vis de la victime ; qu'ainsi la responsabilité de la commune de Viazac se trouve engagée envers les tiers auxquels cette situation a causé un préjudice ;
Considérant, toutefois, qu'eu égard à la violence du choc et à l'importance de ses conséquences dommageables pour le véhicule, il est établi que la victime conduisait à une vitesse excessive ; qu'ainsi, elle a, par son imprudence, commis une faute de nature à atténuer la responsabilité de l'Etat et de la commune de Viazac ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le jugement du tribunal administratif de Toulouse, en date du 10 mars 1987, doit être annulé ; qu'il sera fait une juste appréciation des circonstances de l'affaire en fixant à la moitié des conséquences dommageables de l'accident la part de responsabilité à la charge de l'Etat et de la commune ;
Sur le préjudice :
Considérant que le véhicule de Mme Y... a été rendu inutilisable par l'accident ; que sa valeur, déduction faite de celle de l'épave, doit être fixée à 43.100 F ; qu'il y a lieu également de tenir compte à concurrence d'une somme de 2.000 F du préjudice entraîné par l'immobilisation du véhicule ; que, dans ces conditions et compte tenu du partage de responsabilité, il y a lieu de condamner l'Etat et la commune de Viazac à payer conjointement à Mme Y... une somme de 22.550 F ;
Considérant que la caisse primaire d'assurance maladie du Lot a versé à Mme Y... la somme de 1.472,66 F en remboursement des indemnités journalières relatives à la période du 20 février au 4 mars 1985 et des frais médicaux exposés par la requérante ; que, par contre, il ne résulte pas de l'instruction que Mme Y... ait subi des douleurs morales et un préjudice d'agrément de nature à être indemnisés ; que, par suite, l'ensemble du préjudice corporel éprouvé par Mme Y... s'élève à la somme de 1.472,66 F ; que la dette de l'Etat et de la commune de Viazac, compte tenu du partage de responsabilité, s'élève à 736,33 F ; que cette somme doit revenir en totalité à la caisse primaire d'assurance maladie du Lot ;
Sur les intérêts :
Considérant que Mme Y... a droit aux intérêts au taux légal de la somme de 22.550 F à compter du 20 décembre 1985, date de l'enregistrement de sa demande devant le tribunal administratif de Toulouse ;
Sur les intérêts des intérêts :

Considérant que la capitalisation des intérêts a été demandée le 4 juin 1987 ; qu'à cette date, il était dû au moins une année d'intérêts ; que, dès lors, conformément aux dispositions de l'article 1154 du code civil, il y a lieu de faire droit à cette demande ;
Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Toulouse en date du 10 mars 1987 est annulé.
Article 2 : L'Etat et la commune de Viazac sont condamnés conjointement à payer à Mme Y... la somme de 22.550 F et à la caisse primaire d'assurance maladie du Lot la somme de 736,33 F. L'indemnité due à Mme Y... par l'Etat et la commune de Viazac portera intérêts au taux légal à compter du 20 décembre 1985. Les intérêts échus le 4 juin 1987 seront capitalisés à cette date pour produire eux-mêmes intérêts.
Article 3 : Le surplus des conclusions de la requête de Mme Y... et de la caisse primaire d'assurance maladie du Lot est rejeté.

Références :

Code civil 1154


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: PIOT
Rapporteur public ?: LABORDE

Origine de la décision

Date de la décision : 09/05/1990

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.