Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil constitutionnel, 23 septembre 1993, 93-1306

Imprimer

A.N., Eure-et-Loir (2ème circ.)

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Élections à l'Assemblée nationale

Numérotation :

Numéro de décision : 93-1306
Numéro NOR : CONSTEXT000017667842 ?
Numéro NOR : CSCX9300647S ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.constitutionnel;an;1993-09-23;93.1306 ?

Texte :

Le Conseil constitutionnel,

Vu la requête présentée par Mme Marie-France Stirbois, demeurant à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), candidate dans la 2e circonscription d'Eure-et-Loir, enregistrée au secrétariat général du Conseil constitutionnel le 8 avril 1993 demandant l'annulation de l'élection de M. Gérard Hamel;

Vu le mémoire en défense de M. Hamel, enregistré comme ci-dessus le 26 avril 1993 ainsi que ses compléments adressés les 10 mai et 25 mai 1993;

Vu les observations du ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, en date du 24 mai 1993;

Vu la production complémentaire déposée par Mme Stirbois au secrétariat général du Conseil constitutionnel le 26 mai 1993;

Vu l'article 59 de la Constitution;

Vu l'ordonnance no 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel;

Vu le code électoral;

Vu la loi no 77-808 du 19 juillet 1977;

Vu le règlement applicable à la procédure suivie devant le Conseil constitutionnel pour le contentieux de l'élection des députés et des sénateurs;

Vu les autres pièces produites et jointes au dossier;

Le rapporteur ayant été entendu ;

1. Considérant que la requérante fait état de la publication le 12 mars 1993 sur F.R. 3 et les jours suivants dans la presse écrite d'un sondage la donnant pour battue; qu'elle fait valoir que la commission des sondages est intervenue pour émettre des réserves sur les données ainsi publiées; qu'elle considère que la publication de ces données constitue une irrégularité de nature à nuire gravement à la sincérité du scrutin;

2. Considérant qu'il s'agit là d'un sondage national effectué à la seule initiative de F.R. 3 et d'un hebdomadaire et concernant toutes les circonscriptions; que la procédure prévue par la loi du 15 juillet 1977 a été mise en application; qu'aucune disposition législative n'interdit la diffusion de sondages avant la semaine qui précède l'élection; que, dans ces conditions, cette diffusion ne peut pas être regardée comme de nature à modifier le résultat de l'élection;

3. Considérant que la requérante fait état de la diffusion entre les deux tours d'un tract reproduisant la première page d'un quotidien régional paru le 13 mars rappelant les résultats du sondage mentionné ci-dessus; qu'elle n'apporte aucune preuve de l'origine et de la diffusion de ce tract; que, par suite, ce moyen ne peut être retenu;

4. Considérant que les propos contenus dans les tracts de M. Hamel et dans les déclarations à la presse n'ont pas excédé les limites de la polémique électorale et ne constituent pas une manoeuvre de nature à altérer la sincérité du scrutin,
Décide :

Article premier :

La requête de Mme Marie-France Stirbois est rejetée.

Article 2 :

La présente décision sera notifiée à l'Assemblée nationale et publiée au Journal officiel de la République française.

Délibéré par le Conseil constitutionnel dans sa séance du 23 septembre 1993, où siégeaient: MM. Robert BADINTER, président, Robert FABRE, Maurice FAURE, Marcel RUDLOFF, Georges ABADIE, Jean CABANNES, Jacques LATSCHA, Jacques ROBERT et Mme Noëlle LENOIR.

Le président,

Robert BADINTER

Références :

AN du 23 septembre 1993 sur le site internet du Conseil constitutionnel
AN du 23 septembre 1993 sur le site internet Légifrance
Texte attaqué : Élection à l'Assemblée nationale (type)


Publications :

Proposition de citation: Cons. Const., décision n°93-1306 AN du 23 septembre 1993

RTFTélécharger au format RTF

Origine de la décision

Date de la décision : 23/09/1993

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.