Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 7 8 ssr, 25 octobre 1972, 81999

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet [droits maintenus]
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 81999
Numéro NOR : CETATEXT000007613445 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1972-10-25;81999 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REGLES GENERALES PROPRES AUX DIVERS IMPOTS - IMPOT SUR LES BENEFICES DES SOCIETES ET AUTRES PERSONNES MORALES - TERRITORIALITE DE L'IMPOT - [ article du C - G - I - - antérieur à l'intervention de l'article 22 de la loi du 12 juillet 1965 - autorisant le régime du bénéfice mondial ] - Société dont le siège est en France - mais qui exerce à l'étranger une activité industrielle et commerciale distincte - Calcul du bénéfice imposable en France.

Références :


CONF. Conseil d'Etat 1969-12-19 société X. Recueil Lebon p. 537 Jurisprudence constante CONTR. Conseil d'Etat 1959-04-06 Société anonyme C. Recueil Lebon p. 211 Abandon de jurisprudence , implicite CONTR. Conseil d'Etat 1960-03-09 Sieur G. Recueil Lebon p. 183 Abandon de jurisprudence


Texte :

REQUETE DE LA SOCIETE X... TENDANT A L'ANNULATION DU JUGEMENT DU 19 OCTOBRE 1970 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE ... A REJETE SA DEMANDE EN REDUCTION DES COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES A L'IMPOT SUR LES SOCIETES AUXQUELLES ELLE A ETE ASSUJETTIE AU TITRE DES ANNEES 1962 ET 1963 ;
VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
SUR LA REGULARITE EN LA FORME DU JUGEMENT ATTAQUE : - CONSIDERANT QUE LA SOCIETE X... A SOUTENU DEVANT LES PREMIERS JUGES QUE LES PERTES RESULTANT DE LA DESTRUCTION D'ELEMENTS D'ACTIF IMMOBILISE, SUBIES EN 1962 ET 1963 PAR SES SUCCURSALES D'ALGERIE, DEVAIENT ETRE DEDUITES DU BENEFICE REALISE EN FRANCE ; QUE POUR ECARTER CETTE DEMANDE LES PREMIERS JUGES ONT RELEVE QUE LESDITES SUCCURSALES N'AYANT ETE FERMEES QU'EN 1965, LES PERTES DES ELEMENTS D'ACTIF RESULTANT DE LADITE FERMETURE NE POUVAIENT ETRE IMPUTEES SUR LES RESULTATS DES EXERCICES 1962 ET 1963 ; QUE LES MOTIFS AINSI ENONCES DOIVENT ETRE REGARDES COMME SUFFISANTS EU EGARD A L'ARGUMENTATION DEVELOPPEE EN PREMIERE INSTANCE ;
AU FOND : - CONS. QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 209-1 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, DANS SA REDACTION APPLICABLE EN 1962 ET 1963, "... LES BENEFICES PASSIBLES DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES SONT DETERMINES D'APRES LES REGLES FIXEES PAR LES ARTICLES 34 A 49 ET 53 A 58 DU PRESENT CODE ET EN TENANT COMPTE UNIQUEMENT DES BENEFICES REALISES DANS LES ENTREPRISES EXPLOITEES EN FRANCE ET DES BENEFICES DONT L'IMPOSITION EST ATTRIBUEE A LA FRANCE PAR UNE CONVENTION INTERNATIONALE RELATIVE AUX DOUBLES IMPOSITIONS" ; QU'EN VERTU DE L'ARTICLE 38 DU MEME CODE AUQUEL RENVOIENT LES DISPOSITIONS SUSRAPPELEES "1° SOUS RESERVE DES DISPOSITIONS DES ARTICLES 40 A 43 BIS ET 152 CI-APRES, LE BENEFICE IMPOSABLE EST LE BENEFICE NET, DETERMINE D'APRES LES RESULTATS D'ENSEMBLE DES OPERATIONS DE TOUTE NATURE EFFECTUEES PAR LES ENTREPRISES, Y COMPRIS NOTAMMENT LES CESSIONS D'ELEMENTS QUELCONQUE DE L'ACTIF, SOIT EN COURS SOIT EN FIN D'EXPLOITATION. 2° LE BENEFICE NET EST CONSTITUE PAR LA DIFFERENCE ENTRE LES VALEURS DE L'ACTIF NET A LA CLOTURE ET A L'OUVERTURE DE LA PERIODE DONT LES RESULTATS DOIVENT SERVIR DE BASE A L'IMPOT... " ;
CONS. QU'IL RESULTE DE LA COMBINAISON DE CES DISPOSITIONS QUE, LORSQU'UNE SOCIETE DONT LE SIEGE EST EN FRANCE EXERCE HORS DE FRANCE UNE ACTIVITE INDUSTRIELLE OU COMMERCIALE DISTINCTE, ELLE NE PEUT PAS TENIR COMPTE, POUR LA DETERMINATION DU BENEFICE IMPOSABLE EN FRANCE A L'IMPOT SUR LES BENEFICES DES SOCIETES, DES VARIATIONS DE L'ACTIF NET IMPUTABLES A DES EVENEMENTS OU OPERATIONS QUI SE RATTACHENT A L'ACTIVITE EXERCEE HORS DE FRANCE ; QU'IL N'Y A PAS LIEU DE DISTINGUER A CET EGARD ENTRE LES DIFFERENTES CAUSES DES VARIATIONS DE L'ACTIF NET SELON QUE CELLES-CI SONT IMPUTABLES NOTAMMENT AUX RESULTATS DE L'EXPLOITATION PROPREMENT DITE, AUX AMORTISSEMENTS PRATIQUES, OU AUX PLUS-VALUES CONSTATEES ; QUE, PAR SUITE, LA SOCIETE X... , QUI POSSEDAIT EN ALGERIE EN 1962 ET EN 1963 DES SUCCURSALES DONT IL N'EST PAS CONTESTE QU'ELLES SE LIVRAIENT A UNE ACTIVITE DISTINCTE DE CELLE DE LA SOCIETE EN FRANCE METROPOLITAINE, NE POUVAIT DEDUIRE DE SES BENEFICES IMPOSABLES AU TITRE DES ANNEES 1962 ET 1963 NI LES PERTES RESULTANT DE LA DESTRUCTION D'ELEMENTS D'ACTIF IMMOBILISE EN ALGERIE, NI LES PERTES AFFERENTES AU NOM RECOUVREMENT DE CREANCES SUR SES CLIENTS, PAS PLUS QUE LES AUTRES PERTES D'EXPLOITATION SUBIES PAR SES SUCCURSALES ALGERIENNES ; QU'ELLE N'EST DES LORS PAS FONDEE A SE PLAINDRE DE CE QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE ... A REJETE SA DEMANDE EN REDUCTION DES IMPOSITIONS LITIGIEUSES ;
REJET.

Références :

CGI 209-1 [1962-1963] CGI 34 à 49 et 53 à 58 CGI 152


Publications :

Proposition de citation: CE, 25 octobre 1972, n° 81999
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Rain
Rapporteur ?: M. Boulard
Rapporteur public ?: M. Mehl

Origine de la décision

Formation : 9 7 8 ssr
Date de la décision : 25/10/1972

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.