Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8 / 9 ssr, 08 novembre 1972, 84804

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet [ droits maintenus ]
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 84804
Numéro NOR : CETATEXT000007614694 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1972-11-08;84804 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - ANCIENNES CONTRIBUTIONS ET TAXES ASSIMILEES - CONTRIBUTION MOBILIERE - Personnes imposables - Président-Directeur général d'une société ayant - seul - la disposition à titre de résidence secondaire - d'un château meublé figurant à l'actif de ladite société.


Texte :

REQUETE DU SIEUR X... JACQUES TENDANT A L'ANNULATION DU JUGEMENT DU 9 JUILLET 1971 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLEANS A REJETE SA DEMANDE EN DECHARGE DE LA CONTRIBUTION MOBILIERE A LAQUELLE IL A ETE ASSUJETTI EN 1969 DANS LES ROLES DE LA COMMUNE DE BEROU-LA-MULOTIERE EURE-ET-LOIR ;
VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 1431 DU CODE GENERAL DES IMPOTS "LA CONTRIBUTION MOBILIERE EST DUE PAR CHAQUE HABITANT... " ET QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 1444 "LA CONTRIBUTION MOBILIERE EST DUE POUR TOUTE HABITATION MEUBLEE SITUEE "SOIT DANS LA COMMUNE DU DOMICILE REEL, SOIT DANS TOUTE AUTRE COMMUNE... " ;
CONS. QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LES EPOUX X... AVAIENT EN 1969, A LEUR DISPOSITION EXCLUSIVE, A TITRE DE RESIDENCE SECONDAIRE, LE CHATEAU DE LA GUILLERIE, APPARTENANT A LA SOCIETE ANONYME AGRICOLE ET IMMOBILIERE DONT LA DAME X... EST PRESIDENT-DIRECTEUR GENERAL ; QUE LADITE PROPRIETE, QUELLE QUE SOIT LA FREQUENCE DE SON UTILISATION, CONSTITUE UNE HABITATION MEUBLEE AU SENS DE L'ARTICLE 1444 PRECITE DU CODE GENERAL DES IMPOTS ; QUE LA CONTRIBUTION MOBILIERE ETAIT, DES LORS, DUE POUR CETTE PROPRIETE ; QU'ENFIN, LE SIEUR X... NE VIVANT PAS SEPARE DE SON EPOUSE, C'EST A BON DROIT QUE LA COTISATION A ETE ETABLIE A SON NOM ; QUE, PAR SUITE, LE SIEUR X... N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLEANS A REJETE SA DEMANDE EN DECHARGE DE L'IMPOSITION CONTESTEE.
REJET.

Références :

CGI 1431 CGI 1444


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 novembre 1972, n° 84804
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Rain
Rapporteur ?: M. de Lacoste-Lareymondie
Rapporteur public ?: M. Mehl

Origine de la décision

Formation : 8 / 9 ssr
Date de la décision : 08/11/1972

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.