Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, Section, 17 novembre 1972, 83646

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet [décharge]
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 83646
Numéro NOR : CETATEXT000007614689 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1972-11-17;83646 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET ASSIMILES - T - V - A - LIQUIDATION DE LA TAXE - DEDUCTIONS - DIVERS - Entreprises nouvellement assujetties - Droits à déduction à raison du stock de biens neufs ne constituant pas des immobilisations détenu à la date d'assujettissement à la taxe - Entreprise cessant toute activité [ article du décret du 23 mai 1967 ].


Texte :

RECOURS DU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES TENDANT A L'ANNULATION DU JUGEMENT DU 3 FEVRIER 1971 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PAU A FAIT DROIT A LA DEMANDE EN RESTITUTION PRESENTEE PAR LE SIEUR Y... QU'IL A ACQUITTEES, A RAISON DES AFFAIRES DE LA PERIODE DE SEPTEMBRE, OCTOBRE ET NOVEMBRE 1968, AU TITRE DE LA T.V.A. ;
VU LA LOI DU 6 JANVIER 1966 ET LE DECRET DU 23 MAI 1967 ; LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 1ER-1° DU DECRET DU 23 MAI 1967 FIXANT A TITRE TRANSITOIRE, SUR LE FONDEMENT DE L'ARTICLE 53 DE LA LOI DU 6 JANVIER 1966, LES REGLES PARTICULIERES DE DEDUCTION DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE EN CE QUI CONCERNE LES SERVICES ET LES BIENS AUTRES QUE LES IMMOBILISATIONS : "1° LES ENTREPRISES QUI DEVIENNENT ASSUJETTIES A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE AU 1ER JANVIER 1968 OU AU COURS DE LADITE ANNEE ET QUI, A LA DATE DE LEUR ASSUJETTISSEMENT A L'IMPOT, DETIENNENT UN STOCK DE BIENS NEUFS NE CONSTITUANT PAS DES IMMOBILISATIONS BENEFICIENT, A CE TITRE, D'UN CREDIT SOUS FORME DE DROITS A DEDUCTION. - LES ENTREPRISES QUI, ANTERIEUREMENT AU 1ER JANVIER 1968, ETAIENT DEJA ASSUJETTIES A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE POUR UNE FRACTION DE LEUR ACTIVITE, ET QUI, AU 1ER JANVIER 1968 OU AU COURS DE LADITE ANNEE, DEVIENNENT PASSIBLES DE LADITE TAXE A RAISON DE TOUT OU PARTIE DE LEURS AUTRES ACTIVITES BENEFICIENT A CE TITRE DES MEMES DISPOSITIONS ..." ; QU'EN VERTU DE L'ARTICLE 6-2° DU MEME DECRET, LE RELIQUAT DU CREDIT QUI N'AURA PU ETRE UTILISE AU COURS DE L'ANNEE 1968, SELON LES REGLES TRACEES A L'ARTICLE 6-1°, SERA DEDUIT, PAR FRACTIONS TRIMESTRIELLES EGALES, PENDANT UNE PERIODE DE CINQ ANS A COMPTER DU 1ER JANVIER 1969 ; QUE, TOUTEFOIS, L'ARTICLE 9-1° DU DECRET DISPOSE QUE : "PAR DEROGATION AUX DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 6-2°, LES ENTREPRISES QUI CESSENT TOUTE ACTIVITE PEUVENT DEDUIRE LE CREDIT NON UTILISE ... DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE DUE SUR LES AFFAIRES REALISEES PENDANT LA PERIODE DE LIQUIDATION" ;
CONS. QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LE SIEUR X... ETAIT PROPRIETAIRE DE DEUX FONDS DE COMMERCE : L'UN A BAYONNE OU IL SE LIVRAIT AU COMMERCE DE GROS DE LA MERCERIE PRINCIPALEMENT POUR L'EXPORTATION, ET POUR LEQUEL IL ETAIT ASSUJETTI A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE AVANT LA MISE EN APPLICATION DE LA LOI DU 6 JANVIER 1966, L'AUTRE A BIARRITZ, QUI AVAIT POUR OBJET LA VENTE AU DETAIL D'ARTICLES DE BONNETERIE ET POUR LEQUEL IL A ETE ASSUJETTI A LA TAXE LOCALE JUSQU'AU 1ER JANVIER 1968 ET, A COMPTER DE CETTE DATE, A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE EN APPLICATION DE LA LOI DU 6 JANVIER 1966 ; QUE LE FONDS DE COMMERCE DE BIARRITZ A CESSE TOUTE ACTIVITE AU 1ER DECEMBRE 1968, APRES QUE LE SIEUR X... EUT PROCEDE A LA LIQUIDATION TOTALE DU STOCK DE MARCHANDISES AU COURS DES MOIS DE SEPTEMBRE, D'OCTOBRE ET DE NOVEMBRE DE LADITE ANNEE ; QUE, USANT DE LA FACULTE PREVUE A L'ARTICLE 9-1° DU DECRET DU 23 MAI 1967, LE SIEUR X... A DEDUIT LE CREDIT NON UTILISE DE TAXES AYANT GREVE L'ACQUISITION DE CE STOCK DE SA DETTE DE TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE A RAISON DES AFFAIRES REALISEES PENDANT LA PERIODE DE LIQUIDATION ; QUE L'ADMINISTRATION A ESTIME, AU CONTRAIRE, QUE LES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 9-1° VISANT "LES ENTREPRISES QUI CESSENT TOUTE ACTIVITE" NE POUVAIENT ETRE APPLIQUEES A LA CESSATION D'ACTIVITE DU FONDS DE COMMERCE DE BIARRITZ, ALORS QUE LE SIEUR X... POURSUIVAIT SON ACTIVITE DANS SON FONDS DE COMMERCE DE BAYONNE ;
MAIS CONS. QUE LE DECRET PRECITE DU 23 MAI 1967 N'A PAS ENTENDU LE TERME D'ENTREPRISE COMME ENGLOBANT OBLIGATOIREMENT TOUS LES FONDS DE COMMERCE EXPLOITES PAR UNE MEME PERSONNE ; QU'EN L'ESPECE, LES DEUX FONDS RELEVAIENT DE SECTEURS D'ACTIVITE DIFFERENTS, NE COMPORTAIENT AUCUNS MOYENS, SERVICES OU ORGANISATION COMMUNS ET, PAR SUITE, FAISAIENT L'OBJET DE COMPTABILITES DISTINCTES ; QU'ILS CONSTITUAIENT DONC DEUX ENTREPRISES DISTINCTES AU SENS DES TEXTES PRECITES ; QUE LE SIEUR X... ETAIT, DES LORS, EN DROIT, A LA CESSATION D'ACTIVITE DE L'ENTREPRISE DE BIARRITZ, QUI N'AVAIT PAS ETE ASSUJETTIE A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE AVANT LE 1ER JANVIER 1968, DE DEDUIRE LE CREDIT DE TAXES, QUI LUI ETAIT ATTRIBUE PAR L'EFFET DES DISPOSITIONS PRECITEES DE L'ARTICLE 1-1° DU DECRET DU 23 MAI 1967, DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE DUE A RAISON DES AFFAIRES REALISEES PENDANT LA PERIODE DE LIQUIDATION ; QUE, DANS CES CONDITIONS, LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF A FAIT DROIT A LA DEMANDE DE CE CONTRIBUABLE ;
REJET, REMBOURSEMENT AU SIEUR Z... DE TIMBRE EXPOSES EN APPEL.

Références :

Décret 1967-05-23 art. 1-1 , 6-1 et 2 , 9-1
Loi 66-10 1966-01-06 art. 53


Publications :

Proposition de citation: CE, 17 novembre 1972, n° 83646
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Bianco
Rapporteur public ?: M. Delmas-Marsalet

Origine de la décision

Formation : Section
Date de la décision : 17/11/1972

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.