Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 / 8 ssr, 09 octobre 1974, 88582

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet droits maintenus
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 88582
Numéro NOR : CETATEXT000007614681 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1974-10-09;88582 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET ASSIMILES - AUTRES TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES - T - P - S - PERSONNES ET AFFAIRES TAXABLES - Activité complémentaire d'une activité commerciale.

Références :


RAPPR. Conseil d'Etat 1967-12-08 n. 64941 Société d'exploitation Hôtelière Recueil Lebon p. 478


Texte :

VU LA REQUETE SOMMAIRE ET LE MEMOIRE AMPLIATIF PRESENTES POUR LA SOCIETE ANONYME "NOUVELLES GRAVIERES ET SABLIERES DE HEGENHEIM - R. FOLTZER ET CIE, DONT LE SIEGE SOCIAL EST SITUE A HEGENHEIM, HAUT-RHIN , REPRESENTEE PAR SON PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL EN EXERCICE Y DEMEURANT ; LADITE REQUETE ET LEDIT MEMOIRE ENREGISTRES AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LES 13 SEPTEMBRE ET 22 DECEMBRE 1972, ET TENDANT A CE QU'IL PLAISE AU CONSEIL ANNULER LE JUGEMENT EN DATE DU 11 JUILLET 1972 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG A REJETE SA DEMANDE TENDANT A OBTENIR LA RESTITUTION D'UN MONTANT DE 12.691 F DE TAXES SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES QU'ELLE ESTIMAIT AVOIR ACQUITTEE A TORT A RAISON DE LA LOCATION DE CARRIERES, POUR LA PERIODE DU 1ER AVRIL 1963 AU 31 DECEMBRE 1967 ;
VU LE CODE DE COMMERCE ; VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
SANS QU'IL SOIT BESOIN DE STATUER SUR LA FIN DE NON-RECEVOIR SOULEVEE PAR LE MINISTRE ; CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 256 DU CODE GENERAL DES IMPOTS DANS SA REDACTION APPLICABLE AU COURS DE LA PERIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 1963 AU 31 DECEMBRE 1967 : "LES AFFAIRES FAITES PAR LES PERSONNES QUI, HABITUELLEMENT OU OCCASIONNELLEMENT, ACHETENT POUR REVENDRE OU ACCOMPLISSENT DES ACTES RELEVANT D'UNE ACTIVITE INDUSTRIELLE OU COMMERCIALE, SONT SOUMISES 1° EN CE QUI CONCERNE LES VENTES ... 2° EN CE QUI CONCERNE TOUTES AUTRES OPERATIONS, A UNE TAXE SUR LES PRESTATIONS DE SERVICE AU TAUX DE 8,50 %" ;
CONSIDERANT QUE LA SOCIETE ANONYME "NOUVELLES GRAVIERES ET SABLIERES DE HEGENHEIM - R. FOLTZER ET CIE" QUI SE LIVRE, CONFORMEMENT A SON OBJET SOCIAL, A L'EXPLOITATION DE GRAVIERES ET DE SABLIERES, DONNE EN OUTRE EN LOCATION A DES TIERS, QUI LES UTILISENT POUR Y DEVERSER DES DEBLAIS, LES GRAVIERES OU SABLIERES D'OU ELLE A ACHEVE D'EXTRAIRE LES MATERIAUX UTILISABLES ; QU'ELLE PRETEND NE PAS ETRE PASSIBLE DE LA TAXE SUR LES PRESTATIONS DE SERVICE A RAISON DES LOYERS PERCUS DANS CES CONDITIONS, CEUX-CI RELEVANT, SELON ELLE, DE L'ACTIVITE PUREMENT CIVILE DE BAILLEUR DE TERRAIN NU ET AYANT ETE SOUMIS A CE TITRE AU DROIT DE BAIL ;
CONSIDERANT QUE, DES LORS QUE L'OPERATION DE REMBLAIEMENT D'UNE GRAVIERE OU D'UNE SABLIERE APRES EPUISEMENT DES MATERIAUX UTILISABLES EST EFFECTUEE A L'INITIATIVE DE L'EXPLOITANT, ELLE CONSTITUE LA CONSEQUENCE ET LE PROLONGEMENT DE L'OPERATION D'EXTRACTION, MEME SI ELLE N'EST NI NECESSAIRE NI OBLIGATOIRE, ET N'EST PAS REALISEE PAR LUI-MEME MAIS PAR UNE ENTREPRISE TIERCE AVEC LAQUELLE IL PASSE, A CET EFFET, UN CONTRAT DE LOCATION ; QUE, PAR SUITE, LES LOYERS PERCUS DE L'ENTREPRISE TIERCE DOIVENT ETRE ASSUJETTIS AUX TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ; QU'IL EN RESULTE QU'EN L'ESPECE, C'EST A BON DROIT QUE LES LOYERS ENCAISSES PAR LA SOCIETE REQUERANTE ONT ETE SOUMIS A LA TAXE SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES, QUELS QU'AIENT ETE LES MOTIFS RETENUS POUR LES SOUMETTRE AU DROIT DE BAIL ;
CONSIDERANT QU'IL RESULTE DE CE QUI PRECEDE QUE LA SOCIETE REQUERANTE N'EST PAS FONDEE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG A REJETE SA DEMANDE DE RESTITUTION DES TAXES ACQUITTEES DE CE CHEF ;
DECIDE : ARTICLE 1ER. - LA REQUETE SUSVISEE DE LA SOCIETE ANONYME "NOUVELLES GRAVIERES ET SABLIERES DE HEGENHEIM - R. FOLTZER ET CIE" EST REJETEE. ARTICLE 2. - EXPEDITION DE LA PRESENTE DECISION SERA TRANSMISE AU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES.

Références :

CGI 256 [1963-04-01 1967-12-31]


Publications :

Proposition de citation: CE, 09 octobre 1974, n° 88582
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Rain
Rapporteur ?: M. Pomey
Rapporteur public ?: M. Schmeltz

Origine de la décision

Formation : 7 / 8 ssr
Date de la décision : 09/10/1974

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.