Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 ss, 28 décembre 1988, 39086

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 39086
Numéro NOR : CETATEXT000007764113 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1988-12-28;39086 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - CONTENTIEUX DE LA FONCTION PUBLIQUE - CONTENTIEUX DE L'INDEMNITE - Rappels de traitements dus à un professeur d'enseinement général de collège à la suite d'une promotion à l'ancienneté.

RESPONSABILITE DE LA PUISSANCE PUBLIQUE - REPARATION - MODALITES DE LA REPARATION - INTERETS - Intérêts moratoires - Rappels de traitements dus à un professeur d'enseinement général de collège à la suite d'une promotion à l'ancienneté.


Texte :

Vu le recours du MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE enregistré le 28 décembre 1981 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, et tendant à ce que le Conseil d'Etat, annule le jugement du 16 octobre 1981 par lequel le tribunal administratif de Paris l'a condamné à verser à M. X... les intérêts au taux légal sur le montant des rappels de traitements versés en juillet 1979 à compter du 5 février 1979 et jusqu'au 31 juillet 1979 ainsi que les intérêts des intérêts ;

Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code civil, notamment ses articles 1153 et 1154 ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de Mme Daussun, Auditeur,
- les conclusions de Mme Laroque, Commissaire du gouvernement ;

Considérant, d'une part, qu'il n'est pas contesté que M. X..., professeur d'enseignement général de collège, devait bénéficier d'une promotion à l'ancienneté au 8ème échelon de son grade à compter du 1er décembre 1978 ; qu'il ressort des pièces du dossier que l'arrêté rectoral prononçant cette promotion n'a été pris que le 21 mai 1979 et que les rappels de traitements dus à ce titre n'ont été payés à l'intéressé que le 31 juillet 1979 ; qu'il suit de là que c'est à bon droit que le tribunal administratif a condamné l'Etat à payer à M. X... les intérêts moratoires sur les rappels de traitement dont s'agit à compter de la date de sa demande de réglement du 5 février 1979 et jusqu'au 31 juillet 1979 date du paiement de ces rappels ; que la circulaire invoquée par le ministre, qui n'est de surcroît pas applicable aux retards de paiement, ne pouvait faire obstacle à l'application de l'article 1153 du code civil ;
Considérant, d'autre part, que M. X... a, dans un mémoire enregistré au greffe du tribunal administratif le 22 décembre 1980, demandé les intérêts des intérêts ; qu'il y avait lieu, par application du même article 1153, d'allouer les intérêts des intérêts au jour de cette demande ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le MINISTRE DE L'EDUCATION n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif a condamné l'Etat à payer à M. X... les intérêts au taux légal sur le montant des rappels de traitements qui lui ont été versés le 31 juillet 1979 et les intérêts des intérêts ;

Article 1er : Le recours du MINISTRE DE L'EDUCATION est rejeté.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X... et au ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesseet des sports.

Références :

Code civil 1153


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 décembre 1988, n° 39086
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Daussun
Rapporteur public ?: Mme Laroque

Origine de la décision

Formation : 4 ss
Date de la décision : 28/12/1988

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.