Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3 / 5 ssr, 28 novembre 1990, 77175

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 77175
Numéro NOR : CETATEXT000007772007 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1990-11-28;77175 ?

Analyses :

DEPARTEMENT - ORGANES ELUS DU DEPARTEMENT - CONTROLE DE LA LEGALITE DES ACTES DES AUTORITES DEPARTEMENTALES (LOI DU 2 MARS 1982 MODIFIEE).

DEPARTEMENT - FINANCES DEPARTEMENTALES - BIENS DES DEPARTEMENTS - CONTRATS ET MARCHES - DEPENSES.

DEPARTEMENT - AGENTS DEPARTEMENTAUX - REMUNERATION.

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - REMUNERATION - INDEMNITES ET AVANTAGES DIVERS.


Texte :

Vu la requête sommaire, enregistrée au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat le 28 mars 1986, et le mémoire complémentaire, enregistré le 13 juin 1986, présentés pour le DEPARTEMENT DU LOIR-ET-CHER représenté par le président du conseil général, à ce dûment autorisé par décision en date du 4 avril 1976 du bureau du conseil général, et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 7 janvier 1986 par lequel le tribunal administratif d' Orléans, sur déféré du préfet du Loir-et-Cher, a annulé la délibération du conseil général de ce département en date du 19 décembre 1984 créant une indemnité spécifique en faveur des agents chargés des fonctions de chef de bureau ou de service au sein de l'administration départementale ainsi que les arrêtés du président du conseil général pris les 28 décembre 1984, 7 janvier, 21 mars et 11 juin 1985, en application de la délibération susvisée ;
2°) rejette le déféré du préfet du Loir-et-Cher devant le tribunal administratif d'Orléans ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 82-213 du 2 mars 1982 modifiée ;
Vu les lois n° 83-634 des 13 juillet 1983, n° 84-16 du 11 janvier et n° 84-46 du 26 janvier 1984 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Sauzay, Conseiller d'Etat,
- les observations de Me Odent, avocat du DEPARTEMENT DU LOIR-ET-CHER,
- les conclusions de M. Toutée, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par délibération en date du 19 décembre 1984, le conseil général du Loir-et-Cher a institué une indemnité tant au profit des agents des services de la préfecture mis à la disposition du département en application des articles 26 et 28 de la loi du 2 mars 1982, qu'au profit des agents départementaux des services administratifs du département, dès lors que ces agents étaient chargés des fonctions de chef de bureau ou de chef de service ;
Considérant, en premier lieu, qu'aux termes du premier alinéa de l'article 97 de la loi du 2 mars 1982 : "Les collectivités territoriales et leurs établissements publics ne peuvent, pour des prestations qui leur sont fournies par des services extérieurs ou des établissements publics de l'Etat, verser directement, sous quelque forme que ce soit, des indemnités aux agents desdits services et établissements publics de l'Etat" ;
Considérant que les agents des services de la préfecture, qui ont été seulement mis à la disposition du département, sont restés des agents de l'Etat occupant des emplois de l'Etat et non du département ; que les services auxquels ils n'ont pas cessé d'appartenir sont au nombre des services extérieurs de l'Etat visés par les dispositions précitées de l'article 97 de la loi du 2 mars 1982 ; qu'en prenant la délibération attaquée, le conseil général du Loir-et-Cher a méconnu ces dispositions qui font obstacle à ce que le département puisse verser aux intéressés des indemnités à raison des prestations résultant de leur mise à disposition du département ;
Considérant, en second lieu, qu'il résulte du premier alinéa de l'article 87 de la loi du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, que les fonctionnaires régis par cette loi ne peuvent percevoir qu'une rémunération fixée conformément aux dispositions de l'article 20 du titre Ier du statut général édicté par la loi du 13 juillet 1983 lesquelles prévoient que "les fonctionnaires ont droit, après service fait, à une rémunération comprenant le traitement, l'indemnité de résidence, le supplément familial de traitement ainsi que les indemnités instituées par un texte législatif ou réglementaire" ;

Considérant que l'indemnité créée au profit des agents départementaux des services administratifs du département par la délibération attaquée présente le caractère d'un complément de traitement qui ne pouvait, en l'absence de texte législatif ou réglementaire le prévoyant, être légalement institué par délibération du conseil général ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que le DEPARTEMENT DU LOIR-ET-CHER n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif d'Orléans a annulé la délibération en date du 19 décembre 1984 du conseil général, ainsi que les arrêtés en date des 28 décembre 1984, 7 janvier, 21 mars et 11 juin 1985 du président du conseil général du Loir-et-Cher, pris en application de ladite délibération ;
Article 1er : La requête du DEPARTEMENT DU LOIR-ET-CHER est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée au DEPARTEMENT DULOIR-ET-CHER et au ministre de l'intérieur.

Références :

Arrêté 1984-12-28
Loi 82-213 1982-03-02 art. 26, art. 28, art. 97
Loi 83-634 1983-07-13
Loi 84-16 1984-01-26 art. 87


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 novembre 1990, n° 77175
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Sauzay
Rapporteur public ?: Toutée

Origine de la décision

Formation : 3 / 5 ssr
Date de la décision : 28/11/1990

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.