Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 17 mai 1991, 58257

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 58257
Numéro NOR : CETATEXT000007629660 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1991-05-17;58257 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS ASSIS SUR LES SALAIRES OU LES HONORAIRES VERSES - TAXE D'APPRENTISSAGE.


Texte :

Vu la requête, enregistrée au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat le 6 avril 1984, présentée pour M. Gérard X..., demeurant ... ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement en date du 14 février 1984 par lequel le tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande tendant à obtenir l'annulation de la décision du 9 octobre 1983, par laquelle le trésorier payeur général de la Haute-Vienne a rejeté l'opposition à contrainte formée par le requérant ;
2°) d'annuler ladite décision du 9 octobre 1983 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code général des impôts ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de Mme Daussun, Maître des requêtes,
- les observations de Me Barbey, avocat de M. Gérard X...,
- les conclusions de M. Arrighi de Casanova, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur les autres moyens de la requête :
Considérant qu'il résulte des articles L. 277 et R. 277-1 du livre des procédures fiscales, y compris dans leur rédaction issue de la loi du 31 décembre 1981, applicable du 1er janvier 1981 au 31 décembre 1986, que les impositions contestées par un contribuable qui a assorti sa réclamation d'une demande régulière de sursis de paiement cessent d'être exigibles à compter de la date de cette demande ; que par suite aucun acte de poursuite ne peut être accompli à compter de cette date ; qu'il appartient au comptable, si ces impositions redeviennent exigibles d'effectuer un nouvel acte de poursuite afin d'en assurer le recouvrement ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction que la demande en décharge des impositions et pénalités contestées dont M. X... a saisi le directeur des services fiscaux de la Haute-Vienne le 31 mars 1983 était assortie d'une demande de sursis de paiement desdites impositions ; que, dès lors, ces impositions ont cessé d'être exigibles à cette date ; que M. X... est, donc, fondé à soutenir que, nonobstant la circonstance que ladite demande de sursis de paiement a été ultérieurement rejetée le 8 juin 1983, le commandement émis à son encontre le 30 mai 1983 et relatif aux impositions supplémentaires à l'impôt sur le revenu afférentes aux années 1977 à 1980 et qui lui ont été réclamées par un avis de mise en recouvrement en date du 24 mars 1983 a porté sur des sommes qui, à la date où a été délivré ledit commandement, n'étaient pas exigibles ; qu'il y a lieu, dès lors, de faire droit aux conclusions de la requête tendant à l'annulation de l'obligation de payer dont procède ledit commandement et à l'annulation du jugement par lequel le tribunal administratif de Limoges a rejeté la demande de M. X... tendant aux mêmes fins ;
Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Limoges, en date du 14 février 1984, est annulé.
Article 2 : M. X... est déchargé de l'obligation de payer dont procède le commandement du 30 mai 1983.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Gérard X... et au ministre délégué auprès du ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et du budget, chargé du budget.

Références :

CGI livre des procédures fiscales L277, R277-1
Loi 1981-12-31


Publications :

Proposition de citation: CE, 17 mai 1991, n° 58257
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Daussun
Rapporteur public ?: Arrighi de Casanova

Origine de la décision

Date de la décision : 17/05/1991

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.