Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 ss, 25 janvier 1993, 106216

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 106216
Numéro NOR : CETATEXT000007834430 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1993-01-25;106216 ?

Analyses :

DROITS CIVILS ET INDIVIDUELS - ACCES AUX DOCUMENTS ADMINISTRATIFS - ACCES AUX DOCUMENTS ADMINISTRATIFS AU TITRE DE LA LOI DU 17 JUILLET 1978 - CONTENTIEUX.

JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ET JUDICIAIRES - EXECUTION DES JUGEMENTS - ASTREINTE (LOI DU 16 JUILLET 1980).

PROCEDURE - JUGEMENTS - EXECUTION DES JUGEMENTS - ASTREINTE (LOI DU 16 JUILLET 1980) - REJET AU FOND.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 28 mars 1989 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Marc X..., demeurant ... ; M. X... demande que le Conseil d'Etat condamne l'école supérieure d'optique, d'une part, à une astreinte de 100 F par jour en vue d'assurer l'exécution du jugement du 15 juillet 1988 par lequel le tribunal administratif de Versailles a annulé la décision implicite du directeur de l'école lui refusant la communication des sujets d'examen de l'année 1984-1985 proposés aux élèves de l'école de 2ème année et, d'autre part, à lui verser une somme de 2 400 F au titre de l'article 1er du décret n° 88-907 du 2 septembre 1988 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 80-539 du 16 juillet 1980, modifiée par la loi n° 87-588 du 30 juillet 1987 ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu le décret n° 63-766 du 30 juillet 1963 modifié notamment par le décret n° 81-501 du 12 mai 1981 pris pour l'application de la loi du 16 juillet 1980, et par le décret n° 90-400 du 15 mai 1990 ;
Vu le décret n° 88-907 du 2 septembre 1988 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Desrameaux, Maître des requêtes,
- les conclusions de M. de Froment, Commissaire du gouvernement ;

Considérant, d'une part, qu'il résulte de l'instruction, que postérieurement à l'introduction de la requête, l'école supérieure d'optique a communiqué les 29 sujets d'examen de seconde année de l'année 1984-1985 encore en sa possession ou détenus personnellement par les professeurs ; que l'école ne détient plus les 8 autres documents sollicités par M. X... ; qu'elle est donc matériellement dans l'impossibilité de les lui communiquer ; que, dans ces circonstances, l'école supérieure d'optique doit être regardée comme ayant exécuté le jugement du tribunal administratif de Versailles du 15 juillet 1988 ; que, par suite, la demande de M. X... qui, dans le dernier état de ses conclusions, persiste à demander la condamnation de l'Ecole à une astreinte pour obtenir les 8 documents disparus, ne peut être accueillie ;
Considérant, d'autre part, qu'aux termes des dispositions du I de l'article 75 de la loi du 10 juillet 1991 : "Dans toutes les intances, le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à défaut, la partie perdante, à payer à l'autre partie la somme qu'il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépens" ; que l'école supérieure d'optique n'est pas la partie perdante à la présente instance ; que, par suite, elle ne peut être condamnée à payer à M. X... la somme qu'il demande au titre des sommes exposées par lui et non comprises dans les dépens ;
Article 1er : Les conclusions de la requête de M. X... sont rejetées.
Article 2 : L présente décision sera notifiée à M. X..., à l'école supérieure d'optique et au ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale et de la culture.

Références :

Loi 91-647 1991-07-10 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 25 janvier 1993, n° 106216
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Desrameaux
Rapporteur public ?: de Froment

Origine de la décision

Formation : 4 ss
Date de la décision : 25/01/1993

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.