Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 8 ssr, 26 janvier 1994, 140390

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 140390
Numéro NOR : CETATEXT000007834686 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1994-01-26;140390 ?

Analyses :

URBANISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - AUTRES AUTORISATIONS D'UTILISATION DES SOLS - REGIMES DE DECLARATION PREALABLE - DECLARATION DE TRAVAUX EXEMPTES DE PERMIS DE CONSTRUIRE.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 13 août 1992 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Georges Y..., demeurant ... ; M. Y... demande au Conseil d'Etat :
1° d'annuler le jugement du 16 juin 1992 par lequel le tribunal administratif de Rouen a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 2 janvier 1990 par lequel le maire de la commune de Mézières-en-Vexin a autorisé M. Jean-Pierre Z... à construire un appentis à un abri de jardin ;
2° d'annuler pour excès de pouvoir ledit arrêté ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code de l'urbanisme ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Aprés avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. X..., Maître des Requêtes,- les conclusions de M. Martin, Commissaire du gouvernement;

Considérant qu'aux termes de l'article R.422-2 du code de l'urbanisme : "Sont exemptés du permis de construire sur l'ensemble du territoire (...) m) Les constructions ou travaux non prévus aux a) à l) ci-dessus, n'ayant pas pour effet de changer la destination d'une construction existante et : - qui n'ont pas pour effet de créer une surface de plancher nouvelle ; - ou qui ont pour effet de créer, sur un terrain supportant déjà un bâtiment, une surface de plancher hors oeuvre brute inférieure ou égale à 20 mètres carrés" ;
Considérant qu'aucune disposition législative ou réglementaire n'imposait au maire de Mézières-en-Vexin de recueillir l'avis ou l'accord préalable des voisins avant de notifier à M. Z... sa décision de non-opposition à l'agrandissement d'un abri de jardin existant par une extension de 19 mètres carrés, sous réserve d'utiliser un matériau de couverture de teinte identique à celle de l'abri existant ;
Considérant que le moyen tiré par M. Y... de ce que la construction litigieuse porterait atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants n'est pas assorti des précisions suffisantes permettant d'en apprécier le bien-fondé ;
Considérant que toute décision de non-opposition à travaux exemptés du permis de construire est notifiée sous réserve des droits des tiers ; qu'il appartient au requérant de faire valoir ses droits devant la juridiction judiciaire s'il estime que la construction litigieuse leur porte atteinte ; que, par suite, M. Y... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Rouen a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 2 janvier 1990 par lequel le maire de la commune de Mézières-en-Vexin a décidé de ne pas s'opposer à la construction par M. Jean-Pierre Z... d'une extension à un abri de jardin ;
Article 1er : la requête de M. Y... est rejetée.
Article 2 : la présente décision sera notifiée à M. Y..., à M. Jean-Pierre Z..., au maire de Mézières-en-Vexin et au ministre de l'équipement, des transports et du tourisme.

Références :

Code de l'urbanisme R422-2


Publications :

Proposition de citation: CE, 26 janvier 1994, n° 140390
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Bardou
Rapporteur public ?: Martin

Origine de la décision

Formation : 9 / 8 ssr
Date de la décision : 26/01/1994

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.