Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 / 10 ssr, 10 mai 1996, 133469

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 133469
Numéro NOR : CETATEXT000007932861 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-05-10;133469 ?

Analyses :

URBANISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - PERMIS DE CONSTRUIRE.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 28 janvier 1992 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Jean-Pierre X..., demeurant ..., et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du tribunal administratif de Clermont-Ferrand en date du 14 novembre 1991 en tant que, a), il a rejeté sa demande tendant à l'annulation pour excès de pouvoir de la décision du maire de Chamalières en date du 12 avril 1990 accordant à M. Georges Y... un permis de construire pour l'extension de son habitation et celles en date des 12 avril 1990 et 11 juillet 1990 valant prescriptions relatives à une déclaration de clôture au bénéfice de M. Y... et, b), il a condamné le requérant au paiement d'une amende de 1 500 F en application des dispositions de l'article R.88 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
2°) condamne la commune de Chamalières au versement d'une somme de 5 000 F au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code de l'urbanisme ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. de Lesquen, Maître des Requêtes,
- les observations de Me Copper-Royer, avocat de la commune de Chamalières,
- les conclusions de M. Fratacci, Commissaire du gouvernement ;

En ce qui concerne les conclusions relatives à la décision du maire de Chamalières en date du 12 avril 1990 portant prescriptions relatives à une déclaration de clôture :
Considérant qu'il résulte de la minute du jugement attaqué que le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a visé l'ensemble des mémoires produits dans l'instance ; que, dès lors, le moyen tiré de l'irrégularité de cette partie du jugement doit être rejeté ;
Considérant que la décision du maire de Chamalières en date du 12 avril 1990 portant prescriptions relatives à une déclaration de clôture a été retirée par une nouvelle décision du 11 juillet 1990 qui n'est pas contestée sur ce point ; que, par suite, M. X... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a décidé qu'il n'y avait plus lieu de statuer sur sa demande tendant à l'annulation de la décision litigieuse ;
En ce qui concerne les conclusions relatives à la décision du maire de Chamalières en date du 12 avril 1990 accordant un permis de construire à M. Y... :
Considérant qu'il résulte de la minute du jugement attaqué que le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a visé l'ensemble des mémoires produits dans l'instance en cause ; que, dès lors, le moyen tiré de l'irrégularité de cette partie du jugement doit être rejeté ;
Considérant que la décision du maire de Chamalières en date du 12 avril 1990 accordant un permis de construire à M. Y... a été retirée par une nouvelle décision du 31 mai 1990 qui n'a pas été contestée ; que, dès lors, la demande de M. X... est devenue sans objet ; que, par suite, M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation de la décision litigieuse du maire de Chamalières en date du 12 avril 1990 ;
En ce qui concerne les conclusions relatives à la décision du maire de Chamalières en date du 11 juillet 1990 en tant que, par cette décision, le maire décide de ne pas s'opposer à l'édification d'une clôture sur la limite Est de la propriété de M. Y... :
Considérant qu'il résulte des pièces du dossier qu'un mémoire complémentaire a été présenté par M. X..., le 4 novembre 1991, au tribunal administratif de ClermontFerrand, avant le jour de clôture de l'instruction fixé par ordonnance du président du tribunal ; que le tribunal a omis de statuer sur les divers moyens qu'il contenait ; que, dès lors, M. X... est fondé à demander l'annulation du jugement attaqué sur ce point ;
Considérant qu'il y a lieu d'évoquer et de statuer immédiatement sur la demande de M. X... ;
Considérant qu'aux termes de l'article UC-11-5 du plan d'occupation des sols de Chamalières : "La hauteur totale de la clôture, quelle que soit sa composition, ne sera pas supérieure à deux mètres" ; qu'il ressort des pièces du dossier que la hauteur totale de la clôture autorisée atteint 2,25 mètres ; que, dès lors, c'est à tort que le maire de Chamalières ne s'est pas opposé, par sa décision du 11 juillet 1990, à l'édification par M. Y... d'une clôture en limite Est de sa propriété ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède, sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de M. X..., que celui-ci est fondé à demander l'annulation de la décision précitée du maire de Chamalières ;
En ce qui concerne les conclusions tendant à l'annulation du jugement attaqué en tant qu'il a condamné M. X... au paiement d'une amende en application de l'article R.88 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel :
Considérant qu'aux termes de l'article R.88 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel : "Dans le cas de requête jugée abusive, son auteur encourt une amende qui ne peut excéder 20 000 F" ; que les demandes présentées par M. X... ne sauraient être jugées abusives, dès lors qu'elles sont dues à la délivrance par la commune d'actes administratifs possédant un caractère répétitif ; que, par suite, M. X... est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand l'a condamné à verser 1 500 F en application des dispositions de l'article R.88 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
En ce qui concerne l'appel incident de la commune de Chamalières :
Considérant que les conclusions de la commune de Chamalières, dirigées contre le jugement attaqué en tant qu'il statue sur la décision du maire de Chamalières en date du 9 août 1990 délivrant un permis de construire à M. Y..., constituent un litige distinct de celui soulevé par l'appel principal de M. X... ; que ces conclusions, présentées par la voie du recours incident, après l'expiration du délai d'appel sont, dès lors, irrecevables ;
Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 :
Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 et de condamner la commune de Chamalières à payer à M. X... la somme de 5 000 F au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;
Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Clermont-Ferrand en date du 14 novembre 1991 est annulé en tant qu'il a rejeté la demande de M. X... tendant à l'annulation de la décision du maire de Chamalières en date du 11 juillet 1990 portant prescriptions relatives à une déclaration de clôture et en tant qu'il a condamné M. X... au versement de 1 500 F au titre de l'article R.88 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel.
Article 2 : La décision du maire de Chamalières en date du 11 juillet 1990 est annulée.
Article 3 : Le recours incident de la commune de Chamalières est rejeté.
Article 4 : La commune de Chamalières est condamnée à verser à M. X... la somme de 5 000 F au titre des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991.
Article 5 : Le surplus des conclusions de la requête de M. X... est rejeté.
Article 6 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Pierre X..., à M. Georges Y..., à la commune de Chamalières et au ministre de l'équipement, du logement, des transports et du tourisme.

Références :

Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel R88
Loi 91-647 1991-07-10 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 10 mai 1996, n° 133469
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. de Lesquen
Rapporteur public ?: M. Fratacci

Origine de la décision

Formation : 7 / 10 ssr
Date de la décision : 10/05/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.