Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 / 10 ssr, 10 juillet 1996, 171958

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 171958
Numéro NOR : CETATEXT000007909543 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-07-10;171958 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS MUNICIPALES.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 14 août 1995 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Jean-Marie X..., maire de Frizon, demeurant ... ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1°/ d'annuler le jugement du 13 juillet 1995 par lequel le tribunal administratif de Nancy a, à la demande de M. Y..., annulé son élection en qualité de conseiller municipal de la commune de Frizon à la suite du scrutin du 11 juin 1995 ;
2°/ de le proclamer éligible en qualité de conseiller municipal ;
3°/ de condamner l'Etat à lui payer une somme de 10 000 F au titre des dispositions de l'article L. 8-I du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code électoral ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-984 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Méda, Maître des Requêtes,
- les conclusions de M. Chantepy, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 231 du code électoral : "Ne peuvent être élus conseillers municipaux dans les communes situées dans le ressort où ils exercent ou ont exercé leurs fonctions depuis moins de six mois : ... 8° les membres du cabinet du président du conseil général et du conseil régional, les directeurs généraux, directeurs, directeurs-adjoints, chefs de service et chefs de bureau de conseil général ou de conseil régional ..." ;
Considérant que M. X..., proclamé élu conseiller municipal de Frizon (Vosges) à l'issue du scrutin du 11 juin 1995, était à la date de l'élection, employé dans les services administratifs du conseil général du département des Vosges ; qu'il résulte des pièces du dossier que, contrairement à ce qu'a jugé le tribunal administratif de Nancy, M. X... n'occupait pas des fonctions de chef de service ; que, fonctionnaire départemental de catégorie B, il était affecté dans l'une des sections, dénommée "marchés-comptabilité", composant une division "marchés-programmation" de la direction vosgienne de l'aménagement ; que ses attributions l'amenaient essentiellement à vérifier la conformité à la réglementation des marchés et aux règles de la comptabilité publique des documents constituant les dossiers de marchés ; qu'eu égard à leur nature, les fonctions qu'il exerçait, qui ne lui conféraient aucun pouvoir de décision et pour lesquelles il ne disposait d'aucune délégation de signature, ne sauraient être assimilées à celles qui sont visées par les dispositions précitées de l'article L. 231 8° du code électoral ; que dès lors, M. X... est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nancy a annulé son élection ;
Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article L. 8-I du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel :
Considérant que les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article L. 8-I du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel doivent être regardées, devant le Conseil d'Etat, comme des conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 ; qu'il n'y pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de condamner M. Y... à payer à M. X... la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;
Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Nancy en date du 13 juillet 1995 est annulé.
Article 2 : L'élection de M. X... en qualité de conseiller municipal de Frizon (Vosges) est validée.
Article 3 : La protestation de M. Y... est rejetée.
Article 4 : Le surplus des conclusions de M. X... est rejeté.
Article 5 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Marie X..., à M. Y... et au ministre de l'intérieur

Références :

Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel L8-1
Code électoral L231
Loi 91-647 1991-07-10 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 10 juillet 1996, n° 171958
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Méda
Rapporteur public ?: M. Chantepy

Origine de la décision

Formation : 7 / 10 ssr
Date de la décision : 10/07/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.